Coronavirus : ne craignez rien l’État va nationaliser grâce à Bruno Le Maire !

Bruno Le Maire est prêt à dégainer le gros calibre de la nationalisation pour rassurer les Français et les investisseurs ! Mais tout cela semble être plus de la poudre aux yeux que quelque chose de sérieux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : ne craignez rien l’État va nationaliser grâce à Bruno Le Maire !

Publié le 20 mars 2020
- A +

Par Michel Albouy.

Heureusement que l’État est là pour rassurer les Français et les investisseurs en cette période de guerre contre le coronavirus et de confinement généralisé. Oui, l’État et son ministre de l’Économie Bruno Le Maire est prêt à dégainer son gros calibre, celui de la nationalisation, une arme bien plus grosse que le malheureux 49-3 utilisé pour faire passer la réforme des retraites dont pourtant peu de gens voulaient.

Bruno Le Maire économiste ?

Mais puisqu’on vous dit qu’on est en guerre : il faut faire quelque chose et en matière d’économie, Bruno Le Maire s’y connait !

En fait, rien dans sa formation ne le prédispose à connaître les entreprises et leur fonctionnement. Sa principale formation est littéraire – il est agrégé de lettres modernes – et elle a été complétée par l’ENA ; une école qui, même si elle est prestigieuse, ne forme pas spécialement à la gestion des entreprises, mais des fonctionnaires d’État.

Sur le plan politique, il a été élu député sous les couleurs de l’UMP : une formation politique dont la boussole économique est relativement floue puisqu’elle va selon les moments de l’interventionnisme revendiquée au libéralisme modéré.

C’est dans ce contexte que le 17 mars 2020 en pleine crise sanitaire notre ministre de l’Économie, n’écoutant que son courage a déclaré sur RTL :

Tous les moyens à disposition seront utilisés pour protéger les grandes entreprises françaises, y compris des opérations de prise de participations et même de nationalisations si nécessaire.

Il est vrai que certains groupes, à l’image d’Air France-KLM, vivent un supplice en Bourse et ont vu leur capitalisation fondre en quelques jours. Alors que l’action Air France-KLM cotait 9 euros juste avant la crise sanitaire, elle est passé à 4,5 euros le 19 mars. Une chute de 50 % en quelques jours. Alors qu’Air France-KLM valait environ 4 milliards d’euros avant la crise, la compagnie n’en vaut plus que la moitié. Rappelons qu’au début de l’année 2018 l’action valait 13 euros. On mesure ainsi la chute. On pourrait citer bien d’autres cas.

Recapitaliser ou nationaliser ?

Oui, il faudrait « protéger » nos entreprises des méchants prédateurs et pour cela « recapitaliser », voire, n’ayons pas peur, « nationaliser ». Ces deux actions ne visent pourtant pas les mêmes objectifs. La recapitalisation s’inscrit dans un plan de refinancement d’une entreprise qui n’aurait pas accès au crédit du fait de sa situation financière. La nationalisation vise à une prise de contrôle par l’État.

Prenons le cas d’Air France-KLM. Bien que durement impactée par la crise sanitaire et les mesures de confinement prises par les États, cette compagnie n’est pas dans une situation aussi critique qu’on veut bien le dire. Certes, le management estime à ce jour à 200 millions d’euros les pertes à venir du fait de la crise. Mais, avec un bénéfice de 290 millions d’euros en 2019 et de 420 millions en 2018, cette perte est supportable.

Par ailleurs, grâce à un plan de redressement courageux, la compagnie a rétabli sa capacité d’endettement. En effet, la dette ne représente plus que 1,5 fois l’EBITDA (ou Excédent brut d’exploitation) en 2019 alors que le même ratio était de 5,4 en 2012. En d’autres termes, Air France-KLM a de quoi financer un trou d’air en faisant appel à des lignes de trésorerie ou en s’endettant à plus long terme.

Une opération de recapitalisation n’est donc pas pour le moment nécessaire. Au-delà de la trésorerie disponible qui figure dans le bilan, il faut regarder la trésorerie potentielle de l’entreprise. Cette dernière prend en compte non seulement les actifs de trésorerie disponibles mais également le cash qui peut être levé auprès des banques. Et cette trésorerie potentielle est bien là.

Mais faut-il nationaliser Air France-KLM pour sauver notre pavillon national (en fait binational) ? Cette question renvoie à la structure capitalistique de la compagnie.  Comme le montre le graphique, l’État français ne possède que 14,3 % du capital de la compagnie, à parité avec l’État néerlandais.

Deux autres partenaires (Delta Airlines et China Eastern Airlines) possèdent chacun 8,8 % du capital ; les employés avec l’autocontrôle ne possédant que 4,2 %. Le reste, soit 50,1 %, est dans le public. Avec une telle configuration du capital, on ne voit pas très bien l’État français prendre le contrôle, c’est-à-dire nationaliser la compagnie. Tout d’abord, parce que l’État français n’est pas le seul actionnaire souverain : il y a aussi l’État Néerlandais qui dans le cadre de la fusion Air France –KLM est particulièrement vigilant. Il a du reste dans le passé montré sa volonté d’être à parité avec l’État français en montant au capital à la même hauteur.

L’État n’est pas toujours un bon actionnaire

D’autres grandes entreprises, où l’État est actionnaire souffrent également. On pourrait citer Renault. Mais dans ce cas, la situation de l’entreprise a moins à voir avec le coronavirus qu’avec les errements de son ex-PDG, Carlos Ghosn, qui a toujours été couvert jusqu’à sa chute par les administrateurs de l’État. Comme quoi l’État n’est pas toujours le bon actionnaire qu’on croit naïvement en France.

Plus important, mais bien réel, ce sont les PME qui vont souffrir avec cette crise, mais cela parle moins que nos « fleurons ». Qui songerait à les recapitaliser ou les nationaliser pour les sauver ? En effet, comme les PME sont souvent des sous-traitants des grands groupes, ce sont-elles qui vont subir les « ajustements » décidés par les grands patrons.

Oui, si monsieur Le Maire devait concentrer ses moyens de ministre de l’Économie ce sont sur ces fantassins de l’économie française qu’il faudrait le faire, sans agiter de grands moyens mais en utilisant tous les leviers qui permettront à ces entreprises de passer le cap du confinement.

Alors, que penser des déclarations de notre ministre de l’Économie ?

En fait pas grand-chose. C’est de la pure communication, de la pure rhétorique de moquette (comme savent le faire nos agrégés de lettres modernes), pour montrer que l’État est présent dans cette guerre économique et financière. Oui, il fallait bien que monsieur Le Maire qui a enfin trouvé un rôle à sa mesure, nous rassure avec de belles déclarations. Merci !

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Monsieur Le Maire n’en n’est plus à une bêtise près débitée devant un micro. Son inculture économique est vertigineuse.
    Je suppose que c’est son appartenance à l’UMP qui l’a fait être choisi comme ministre. Mais pourquoi ne l’a-t-on pas plutôt mis à la Culture ? (Ou à tout autre poste qui ne demandait pas une compétence particulière). Ce type de poste convenait bien mieux à sa rhétorique.

  • Si j’étais prof d’université émérite, et qui plus est dit « libéral », je fermerais mon clapet sur l’état très très méchant qui va encore doit sortir de ses missions régaliennes pour rincer banques, assurances privées et sociales pour maintenir l’économie à flot.

    • En fait, il ne sert à rien de critiquer une personne en particulier sur ce sujet !
      Peut-être faut-il simplement dire que l’État n’a pas s’immiscer dans des sociétés privées ce n’est pas aux contribuables à payer pour « sauver » des sociétés dans une situation merdique ni à gérer des boutiques de luxe dans les galeries des aéroports (l’État y est de toutes façons (Police des frontières, emplacements stratégiques militaires, etc. )

    • @Tigrou666-L’anonymat d’internet ne vous permet d’insulter un sachant que vous ne semblez pas être, puisque vos propos sont dénués d’intérêts et erronés, car l’Etat « ne rince » pas, il dépense et en particulier « les banques, assurances privés et sociales pour maintenir l’économie à flot » cela n’a pas de sens. Expliquez-vous avec des arguments comme l’a fait Michel Albouy avec la recapitalisation et la nationalisation qui ne sont pas adaptées et manquent leur cible.

    • Sortir des fonctions régaliennes pour recapitaliser ou nationaliser n’est pas libéral justement. C’est du capitalisme de connivence et du socialisme de la plus belle eau mais absolument pas du libéralisme. Donc les libéraux n’ont aucune raison de la fermer.

      Belle tentative d’amalgame de votre part. Cela marche peut-être sur « Le Monde » mais pas ici. Trouvez autre chose. 🙂

    • Si Tigrou était intelligent, il éviterait de seridiculiser dans ces colonnes. L’Etat ne rince qu’avec l’argent qu’il prend, en fin de compte, aux entreprises et aux particuliers. Et je serai étonné que Tigrou soit d’une grande aide à part les 20% de TVA qu’il a versé à l’Etat pour acheter son PC avec lequel il écrit ses co…ries.

    • @Tigrou666
      c’est plutôt vous qui devriez « fermer votre clapet » comme vous dites.

    • Mouais, l’Etat qui ruine l’économie avec son confinement inutile s’agite ensuite pour sauver l’économie. Vous avez encore beaucoup d’idioties similaires à expurger ?

  • Lemaire , je l’appele Dick..

    Dick Lemaire….

  • @Tigrou666 justement, la mission de l’état n’est pas de sauver des compagnies en faillite peu importe la raison. Raison de plus donc de tirer sur l’état.

  • Traitre à François Fillon, Traître à son parti, le tout pour une ambition personnelle.
    Incapable notoire (cela est confirmé par de nombreux) ill est temps de le remplacer et de le faire condamner pour ses actions absolument folles et stupides depuis qu’il est à BERCY bien accompagné par le désastreux darmanin.

  • Bon article. J’aime bien l’expression « rethorique de moquette » qui va si bien à nos ministricules

  • L’État ne va-t-il pas s’immiscer, en pompier, dans des sociétés déjà boiteuses (et donc impliquer tous les contribuables) ; sociétés, qui de toute façon finiront mangées par un quelconque ogre étranger ou en liquidation dans moins d’une années ?
    L’État laisse, en même temps, la France se faire piquer des boîtes moyennes mais dans des technologies de pointes avec des savoirs -faire certains… Ou encore permet des associations de sociétés européennes sans surveillance, rendant possible une concurrence pas très loyale du fait, par exemple, de la différence dans le coût du travail tout en permettant le ¿partage? de technologie sans partage des marchés…

  • l’ENA ne forme pas des fonctionnaires, elle sélectionne des idéologues.
    pour Renault, je pense que c’est plutôt l’Etat qui a flingué Carlos Ghosn et donc Renault que l’inverse…

    • Les déboires de Renault depuis le départ forcé de Ghosn ainsi que les inquiétudes voire le désamour des investisseurs pour Renault viennent plutôt du fait qu’ils savent qu’on s’est débarrassé d’un gestionnaire compétent capable de développer une société et de gérer des crises pour laisser à la place à des incapables nommés par un Etat aux gouvernants eux-mêmes incapables.

  • sa bêtise n’a d’égal que son incompétance

  • Et il fut premier ministre, ça en dit long sur les critères de sélection du haut de la pyramide.. Enfin, de l’étage du dessous, les idiots utiles.

  • Ce type pourrait-il enfin cesser de dire des conneries, et encore plus d’en faire?

  • Hélas le but n’est pas de « sauver l’économie », mais de profiter de la crise pour étendre l’emprise néfaste de l’Etat.

  • S’il voulait vraiment se rendre utile, Le Maire annoncerait le redémarrage de Fessenheim et la fin des subventions à l’éolien. On peut toujours espérer qu’il soit touché par le Saint Esprit un jour de Pentecôte.

  • Si une boite a de bonnes bases et un potentiel, elle trouvera des banquiers et des investisseurs pour l’aider à passer le cap. Si c’est une entreprise bancale, mal gérée et/ou sans potentiel (sans parler des entreprises « zombies »), elle coulera. Dans les deux cas, il n’y a aucune raison de gaspiller de l’argent du contribuable pour cela.
    Mieux vaut laisser cet argent dans les poches des gens.

  • Bon article sauf sur l’affaire Renault. Le maire est un insupportable personnage. Aussi utile à l’économie française qu’un obèse dans un 100 mètres haies. Pour preuve sa dernière prédiction sur les effets du virus sur la croissance française au début de l’épidémie. 0,1 point de croissance de moins, pas de panique….. Il ventile en permanence, aime se montrer, il aime être ministre. Qu’on le mette à la culture.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Nous avons montré dans un précédent article que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le président de la République relance insuffisamment le nucléaire, et que décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (60 à 65 % du mix électrique).

EDF est en grande difficulté financière, à cause de la sous-évaluation du prix de vente de l’ARENH (Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique), fixé à 42 euro... Poursuivre la lecture

Extraordinaire Bruno Le Maire ! Tout lui est bon pour plastronner – et cirer au passage les pompes de son chef adoré. N’importe quelle calamité devient un grand succès de la politique gouvernementale pour peu qu’on se limite à ne regarder les choses que sous l’angle le plus flatteur. Question de cadrage, évidemment. Comme disait Bastiat, il y a ce qu’on voit, et puis il y a tout ce qu’on ne voit pas ou qu’on ne veut pas voir. Bonne nouvelle du moment, la France serait le pays de l’Union européenne « où l’inflation est la plus faible » :

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles