Confinement : le gouvernement répond à sa propre négligence par l’autoritarisme

Alors qu’un confinement qui ne dit pas son nom a été mis en place depuis mardi midi, la crise sanitaire actuelle s’apparente de plus en plus à une dystopie tantôt communiste, tantôt nationaliste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Renew Europe by ALDE Party (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Confinement : le gouvernement répond à sa propre négligence par l’autoritarisme

Publié le 20 mars 2020
- A +

Par Jonathan Frickert.

« Nous sommes en guerre ». Cette phrase, répétée sept fois lors du discours du président de la République ce lundi, témoigne de la gravité de la situation. La crise est considérée par certains comme étant la plus grave qu’ait connue la France depuis 1945, mais contrairement à ce qu’évoque Emmanuel Macron, sans doute – pour l’instant – pas la plus grave depuis la grippe espagnole qui avait fait entre 150 et 250 000 victimes dans l’Hexagone.

Alors qu’un confinement qui ne dit pas son nom a été mis en place depuis mardi midi, la crise sanitaire actuelle s’apparente de plus en plus à une dystopie tantôt communiste, tantôt nationaliste. Pénuries et récession d’un côté, retour des frontières et soumission à l’intérêt national de l’autre, le tout associé à une politique de contrôle aigu de la circulation des individus allant jusqu’à l’usage de drones dignes d’un roman de science-fiction.

Ce sont près de 100 000 policiers et gendarmes qui ont été déployés depuis mardi, soit un agent pour 680 personnes. Une situation à la hauteur d’une maladie inégalitaire, bénigne dans 90 % des cas, mais violente, voire dramatique, pour les 10 % restants.

Ces mesures font suite à une première batterie de décisions incluant l’encadrement des prix du gel hydroalcoolique qui a déjà entraîné une pénurie attendue dans les officines pharmaceutiques.

Si ces mesures ne sont pas l’apanage de la France, la séquence témoigne d’une dynamique particulière du pouvoir en France, entre mesures exceptionnelles et absence de base sur laquelle s’appuyer. Le macronisme de crise s’apparente à un géant à une patte.

Une impréparation criminelle

« C’est comme un long dimanche dont on ne connaît pas la fin », me disait ce lundi une passante dans les rues de Mulhouse, principal foyer de l’épidémie et dont les services sanitaires sont débordés depuis plusieurs jours au point qu’un hôpital militaire y a été déployé.

Le même jour, nombreux étaient les Français qui avaient la sensation de vivre une période que l’Histoire marquera d’une pierre blanche. Certains tentaient tant bien que mal de vivre un moment convivial avant que l’annonce fatidique du confinement ne soit faite le soir même par le président de la République. Une période où le télétravail rejoint le chômage partiel jusque dans l’audiovisuel, où le recours à Facetime et aux liaisons téléphoniques devient monnaie courante.

Si certains anticipent déjà une recrudescence des demandes en divorce et des dépressions voire des violences conjugales dans les semaines qui arrivent, l’annonce du confinement national a provoqué d’ores et déjà un exode urbain sans précédent.

Une crise se définit par une rupture d’équilibre. Comme dans toute crise, celle qu’a provoquée le Covid-19 a créé deux France. La première vit comme si de rien n’était, estimant qu’on « ne doit pas céder à la peur », comme si l’épidémie était comparable à une vague terroriste.

La seconde, plus frileuse, a rapidement cédé à la panique et s’est ruée dans les magasins, créant une pénurie qu’elle prétendait combattre. Une France inconsciente faisait alors face à une France craintive. C’est bien cette dernière qui l’a remporté ce lundi lors de l’annonce des mesures prises par le chef de l’État, alors que ce dernier n’a pas hésité à prioriser les stocks de gels hydroalcooliques vers les bureaux de vote au grand dam des officines pharmaceutiques qui réclament désormais leur dû maintenant que le report du second tour des élections est acté.

Un choix étonnant qui interroge sur l’objectif réel du confinement décrété en début de semaine. Plutôt que de faire payer l’inconséquence de population, l’exécutif ne fait-il pas payer aux Français l’impréparation d’une politique de santé pourtant louée au début de l’épidémie ? Pour rappel, Agnès Buzyn, alors ministre de la Santé, estimait fin janvier que « notre système de santé [était] bien préparé » à une épidémie dont le risque d’importation depuis Wuhan était « pratiquement nul »  en raison de l’isolement de la ville.

La France a la chance d’avoir des professionnels extrêmement compétents dans de nombreux domaines. La santé n’y fait pas exception. Nous avons indéniablement un des meilleurs personnels de santé au monde. Le problème réside dans la gestion politique.

Ainsi, la même Agnès Buzyn a brisé l’omerta ce mardi, révélant avoir alerté un chef de l’État sourd à son alarmisme. Il n’est pas déraisonnable de mettre cette affaire sous le coup du respect de la hiérarchie exécutive confrontée à une gestion de crise. Se pose alors la question de qui, des Français ou de l’État, a le plus peur de l’épidémie.

L’impréparation comme politique de santé

Le chef de l’État aura donc parlé deux fois en cinq jours. Une fréquence témoignant de la gravité de la situation, mais inversement proportionnelle à la légitimité de l’exécutif dans les territoires.

Le contexte sanitaire a vidé par avance ce premier tour des élections municipales de toute légitimité, même si les Français ont montré qu’ils ont été plus prudents que les autorités pourtant garantes de leur sécurité. L’absence d’appuis locaux au président y est donc totalement indépendante.

Le confinement a d’ores et déjà porté ses fruits sécuritaires, avec une augmentation des tensions dans le pays. Les vidéos de violences dans les magasins se multiplient sur les réseaux sociaux alors que l’Occitanie connaît une tension pénitentiaire suite à la suppression des parloirs.

Autant de révélateurs d’une gestion compliquée de la pandémie par l’exécutif, alors que la ministre en charge du dossier a été remplacée au pied levé à la veille de la crise. Une ministre issue elle-même du secteur médical et qui a brisé le silence sur la gestion présidentielle alors qu’à la vassalité macronienne s’ajoute une ambiance d’union nationale.

« On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade ». C’est par ces mots que la polémique a débuté, alors qu’Agnès Buzyn livrait des confessions dramatiques à l’encontre de la gestion de la crise sanitaire par l’exécutif ce mardi. Des confessions sous forme de mea culpa de celle qui a arrêté sa campagne municipale dès lundi matin.

L’ex-ministre révèle avoir alerté la direction générale de la santé mi-décembre après avoir eu vent de cas d’étranges pneumopathies. Elle aurait ensuite informé le président de la République dès le 11 janvier avant d’avertir Édouard Philippe de l’impossibilité de maintenir les élections deux semaines seulement avant d’avoir accepté de remplacer Benjamin Griveaux dans la bataille de Paris.

Malgré une dernière semaine de campagne compliquée sur le plan épidémique, l’équipe de la candidate aurait envoyé pas moins de 500 000 textos afin de motiver les Parisiens à aller voter en faveur de la candidate du parti présidentiel. Des révélations qui ont eu un effet boule de neige, déliant les langues dans le secteur médical et provoquant une levée de boucliers de l’opposition. Certains députés demandent déjà une saisine de la mission d’information parlementaire sur le coronavirus alors que l’ex-ministre évoque un bilan potentiel de plusieurs milliers de morts.

Face à ces révélations, il est difficile de ne pas penser à l’ancien ministre socialiste Jean-Pierre Chevènement, démissionnaire tonitruant dans plusieurs gouvernements entre 1983 et 2000. Devant le danger imminent évoqué par Agnès Buzyn, le silence criminel dans lequel elle s’est plongée est particulièrement incompréhensible.

Si elle regrette aujourd’hui l’interprétation de ses propos, ces derniers ne font que confirmer le sentiment de plusieurs dirigeants européens, qu’il s’agisse de l’ancien chef du gouvernement italien Matteo Renzi ou de la présidente de la Commission européenne.

Plusieurs sources évoquent une impréparation au sommet de l’État, alors qu’il a été annoncé mercredi que l’attestation de sortie sur smartphone n’était finalement plus valable, seulement 24 heures après le début du dispositif. Comme l’évoque un conseiller ministériel, dès le mercredi précédant la première allocution du chef de l’État, « les voyants étaient au rouge ».

Alors que la situation française suit celle que connaît l’Italie, nombreux sont les politiques à plaider pour le report des élections municipales. Le texte semblait même prêt. L’article 16 aurait même été évoqué en haut lieu. Le refus de plusieurs ténors de l’opposition et notamment du président du Sénat aurait provoqué les atermoiements que nous connaissions.

La crise sanitaire montre ainsi un nouvel épisode de l’élyséeologie macronienne.

Une élyséeologie de crise

Emprunté aux archives nationales du Premier ministre, cela fait plusieurs fois que j’évoque ici le concept d’élyséeologie, désignant initialement la pratique gaullienne du pouvoir. Le cas macronien, de par sa spécificité, est l’occasion de remettre cette idée au goût du jour.

La république macronienne s’apparente à un géant à une patte. S’appuyant sur un tissu local inexistant, son équilibre est fragile et d’autant plus en période de troubles.

La crise du Covid-19 montre aujourd’hui une incohérence crasse de la Macronie. Alors que la pratique du président de la République tend à snober les corps intermédiaires, la pratique de crise montre une trop forte perméabilité aux élus locaux, par définition premiers touchés par un potentiel report du scrutin municipal. Emmanuel Macron est donc faible avec les forts et fort avec les faibles.

Un Munich sanitaire

Vue de l’étranger, la gestion française de la crise sanitaire est trop légère par rapport à la situation. Une critique apparemment facile compte tenu des nombreuses inconnues entourant le virus. En réalité, elle n’est pas légère, mais bâtarde. D’une légèreté teintée d’arrogance toute française au début de l’épidémie, elle est désormais contrainte à l’arbitraire.

Cette réaction est tristement logique. La défaillance gouvernementale à répondre à une crise débouche toujours sur des pratiques autoritaires.

Internet nous a rappelé la facilité avec laquelle on arrive à comparer tout et n’importe quoi avec les événements de la Seconde Guerre mondiale, lui faisant perdre toute sa profondeur historique et philosophique. Le point Godwin, forme extrême de cette banalisation, est un instrument dangereux de par son pouvoir de relativisation d’événements d’une gravité qu’il n’est pas inutile de rappeler. Pourtant, la comparaison avec la dernière guerre a naturellement été faite avec la pandémie de Covid-19 du fait de déplacements de calendriers électoraux et sportifs jamais vus depuis 1945.

Lundi soir sur LCI, les propos de l’ancien directeur général de la Santé William Dab perpétuaient cette comparaison en évoquant l’impérieuse nécessité de concilier l’intérêt sanitaire au respect des libertés fondamentales afin de prouver la supériorité des régimes démocratiques sur les régimes autoritaires.

Mercredi, France Culture se demandait si les régimes autoritaires étaient plus efficaces face à l’épidémie. De quoi rappeler les enjeux des années 1930. Frappée par la Grande Dépression, l’Europe voyait deux modèles s’opposer. La France et l’Angleterre s’interrogeaient alors sur la résistance des démocraties en plein boom des régimes fascistes ou fascisants. L’esprit de Munich, nom donné à la frilosité des dirigeants démocrates face à la menace nazie, a largement contribué à l’arrivée au pouvoir du Maréchal Pétain à la suite de la défaite de 1940.

Si l’esprit de Munich est régulièrement cité pour comparer la situation des démocraties occidentales face à la menace islamiste, elle a malheureusement sa pertinence aujourd’hui, alors qu’une bonne partie de l’Europe adopte des pratiques autoritaires.

Le pouvoir de l’expérience

Face au Covid-19, il existe donc deux types de gestion qui s’affrontent. La première, libérale, fait confiance au bon sens des individus. La seconde, dictatoriale, fait confiance à un contrôle social étatique.

La restriction de la liberté de circuler devient alors la norme et, si on évoque souvent le risque qu’un gouvernement autoritaire ne rende jamais le pouvoir une fois élu, il serait dangereux de moquer ceux qui s’interrogent sur la possibilité d’un retour à la normale – le fameux stade 4 de l’épidémie.

Pourtant, il existe des exemples de gestion respectueuse des libertés publiques.

L’idée de confiner les personnes à risque est ainsi séduisante et pourtant nettement insuffisante sans une politique massive de tests de la population. En témoigne le cas britannique dont le pouvoir, plus légitime que jamais après les élections de décembre à l’inverse de ce qu’on connaît de ce côté de la Manche, est largement critiqué pour sa politique consistant à attendre que 60 % de la population soit infectée pour créer une immunité collective. Une gestion qui pourrait entraîner près de 300 000 morts dans le pays et sur laquelle les autorités font aujourd’hui machine arrière.

Cependant, deux gestions respectueuses des libertés sont aujourd’hui saluées dans deux pays asiatiques forts des expériences de la grippe H1N1 et du SRAS. Ainsi, Taïwan plafonne à 49 cas et un décès grâce à une coordination unifiée et à une politique de contrôle des frontières dans un pays où l’hygiène a une place déterminante, lorsque la Corée du Sud connaît une baisse significative du nombre de contaminés grâce à une politique alliant des tests massifs et une forte pression sociale. Le pays, limitrophe d’une des dernières dictatures communistes du monde, connaît l’importance d’une gestion respectueuse des libertés.

La clef d’une bonne gestion de crise réside donc dans la vitesse de réaction, généralement fruit d’expériences précédentes. Espérons que la pandémie de Covid-19 nous serve de leçon pour les tourments à venir. La situation d’une démocratie aussi expérimentée que la France n’est cependant guère pour nous rassurer.

Jeudi dernier, le Washington Post rappela que c’est durant la Grande Peste londonienne de 1665 que Sir Isaac Newton, confiné dans la demeure familiale, a découvert la loi de l’attraction universelle.

Si le système français n’évolue pas, voire régresse, il reste donc à espérer que de ce confinement naissent quelques génies.

Voir les commentaires (179)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (179)
  • En France, la grippe de 1918 a plutôt fait 400 000 morts. (https://francearchives.fr/fr/commemo/recueil-2018/82611687)

    • Les sources sont peu précises, mais la plupart évoquent les chiffres que j’ai donné, notamment dans plusieurs articles publiés sur les sites de LCI et Sud Ouest.
      La source la plus fiable est sans doute le site de l’institut national américain pour l’information biologique moléculaire, qui rejoint ce qui est évoqué dans l’article :
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4634693/

  • Le gouvernement est ignoble et machiavélique. Il s’agit de dissimuler ses erreurs et de les reporter sur les français, pas d’autre chose.

    • C’est notre ex-ministre Roselyne qui doit rire sous cape!
      Elle a été vilipendée par toute la population pour avoir commandé d’avance un vaccin qui n’a pas servi puisque l’épidémie redoutée n’a pas divergé. Comme si on ne devait s’assurer que contre une catastrophe certaine.
      Alors maintenant on attend d’être sûr pour agir, et c’est trop tard.

      • Le problème voyez vous, c’est qu’il aurait fallu répondre au H5N1 comme l’a fait Agnès Buzin, et répondre au COVID19 comme l’a fait Roselyne Bachelot.
        En gros, ces gens que nous élisons ont à chaque fois pris la décision inverse de la bonne !

        • Non, Roselyne Bachelot a eu raison d’assurer compte tenu des données du moment.
          Après, les imbéciles l’ont accusée d’avoir voulu faire un cadeau à l’industrie pharmaceutique.

          • de toutes façons en France c’est l’attitude bachelot qui doit être privilégiée compte tenu que , dans l’ignorance, prendre des sur précautions est devenu quasi obligatoire..

      • Le dirigisme est en lui-même une catastrophe certaine : perdre une fois sur 2 au lieu de favoriser la sélection des clairoyants.

  • La négligence du gouvernement sur le plan sanitaire éclate au grand jour,mais il s’agit de la même négligence ,et des gouvernements précédents depuis 40 ans,dans tous les autres domaines qui nous a conduit aux délocalisations de masse ,au chômage de masse à une dette colossale et à des élus toujours contents d’eux mêmes!
    Et l’OMS bien planquée en Suisse et qui doit nous coûter un « pognon de dingue » qu’ a t elle fait pour anticiper ce genre de crise ,elle ne recommande pas aux pays de faire des stocks de masques par exemple,elle n’a pas de système d’inspection qui vérifie ce que fait un pays en matière de préparation à un risque,surtout un pays qui dépense 56% de son PIB ne peut-il pas avoir une réserve sanitaire digne de ce rackett?OU passe l’argent?

    • L’OMS, dans un superbe « en même temps », a déclaré fin janvier l’état d’urgence international et qu’il n’était pas nécessaire de limiter les échanges avec la Chine…

    • C’est surtout la courtisanerie de Buzyn qui éclate au grand jour. Macron, comme tous les autocrates s’entoure de gens qui confortent ses idées.

      • j’aime bien le mot « courtisanerie » c’est beau, c’est fin , c’est noble …autant dire qu’il aime être entouré de lèches culs..ça sonne moins poétique mais c’est tellement plus appréciable.

    • « elle ne recommande pas aux pays de faire des stocks de masques  »

      Le Groupe International d’Experts du Coronavirus a conclu que l’utilisation de masques n’était pas utile, que le risque de pandémie était faible à peu important …

      On attend le rapport du groupe III

    • @PCC- Pour les stocks de masques reportez à :
      D’après le président des médecins de France Jean-Paul Hamon : »On ne comprenait pas pourquoi les professionnels de santé n’étaient pas protégés », raconte-t-il au micro de Nathalie Levy sur Europe 1. « Mais j’ai eu une première explication : en 2008 et jusqu’en 2012, on avait un milliard de masques en stock et 700 millions de FFP2. Or, ces stocks n’ont pas été renouvelés ».
      https://www.europe1.fr/sante/coronavirus-il-serait-temps-quon-mette-largent-necessaire-dans-le-systeme-de-sante-3956527
      Etaient en poste François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Marisol Touraine
      Signaler un abus

    • A PPC,
      Il me semble d’une part, que les « informations » issues de l’OMS nous sont parvenues via Buzyn. Les a-t-elles « adaptées » à son discours irresponsable et mensonger pour corroborer ses dires ?
      D’autre part, pourquoi l’OMS devrait-elle recommander « aux pays de faire des stocks de masques par exemple, »ou avoir un quelconque pouvoir « d’inspection qui vérifie ce que fait un pays en matière de préparation à un risque » ? Les pays sont-ils à ce point incapables d’un raisonnement élémentaire pour en déduire : 1) la vérification de ses stocks ; 2) les besoins nécessaires ; 3) ses décisions à prendre ? Le rôle de l’OMS est de prévenir, d’informer de la gravité du danger et non s’ingérer dans la gestion sanitaire des pays. A chacun ses responsabilités.
      Quant à la « gestion » macronienne, chatoyante de désinvolture, d’imprévoyance, de bêtise, de mensonges, de « socialisme bobo-parisien », engluée dans ce « en même » incohérent et stupide, scintille dans son amateurisme, aboutissant dans un « grand importe quoi » qui démasque l’incompétence crasse et l’incohésion gouvernementale.

      • La preuve que oui un pays le NOTRE est incapable d’un raisonnement élémentaire la vérification de ses stocks,les besoins nécessaires,ses décisions à prendre .A chacun ses responsabilités certes,nous avons des irresponsables depuis 40 ans.

  • Mensonge:la pénurie de gel était anterieure a la fixation des prix.!

    • euh..la question est de savoir si de fixer la prix est de nature à résoudre la pénurie..la « pénurie » initiale résulte avant tout de la soudaine demande..la pénurie qui dure a pour cause????

      • Tout à fait!
        Sans oublier la main mise de l’Etat sur certains stocks de gel ce qui n’a pas amélioré la situation!
        L’augmentation brutale de la demande spontanée et étatique obligatoire a engendré une pénurie. Cependant, celle-ci n’aurait été que temporaire si le marché avait été laisse libre d’agir via les mécanismes habituels!
        Avec la fixation des prix, la pénurie a simplement été entretenue et empêchée d’être résolue spontanément. Brillant effet secondaire économique d’une action étatique menée avec le brio habituel bien connu en France.

    • Tant qu’on a de l’alcool et de la glycérine, on a du gel.

      Sinon le peuple n’a qu’à se désinfecter au whisky comme aurait dit Marie-Antoinette.

  • Exemple de liberté en Corée , je pouffe .
    L Etat a acces au phone des gens pour connaitre les lieux et les gens rencontrés.

    • Parce que nous n’avons pas tous reçus un SMS du gouvernement sur nos phones?Combien de morts en Corée …?

    • Corée du sud…

    • Parce que le confinement autoritaire, tardif, sanctionné et peu efficace est mieux pour vous?
      Parce que vous croyez que l’Etat français ne peut avoir accès à votre géolocalisation en France? Qu’il ne peut consulter vos échanges mails et les sites que vous visitez?
      La Corée du Sud a laissé sa population vaquer à ses occupations moyennant quelques précautions et en dépistant efficacement les personnes contaminées.

      Vous pouvez continuer à pouffer longtemps…

    • @Zigaboo
      Bonjour,
      « L Etat a acces au phone des gens pour connaitre les lieux et les gens rencontrés. »
      C’est une mesure qui a permis de limiter la propagation du virus en allant chercher qui était au contact des contaminés. Le faisons nous ? Non.

      Quant au téléphone, la Grèce envoie des textos aux « migrants » qui s’approchent de sa frontière en leur disant qu’ils ne seront pas autorisés à entrer.

    • @Zigaboo Une Française vivant en Corée du Sud a expliqué le dispositif : si vous reveniez d’un pays à risques, vous deviez télécharger une appli qui suivait vos déplacements et vous demandait vos symptômes tous les jours. Ainsi si le Covid se développait, les autorités pouvaient retracer votre parcours et informer toutes les personnes ayant fait le même et toutes les personnes vivant autour de vous.
      Les téléphones n’étaient pas tracés d’office, mais selon votre degré de risque.

  •  » la France à la chance d’avoir des professionnels compétents dans de nombreux domaines  » ….et la malchance d’avoir des politiciens qui sont en dessous de tout ; mais alors , d’une force !!!

  • il n’y a pas de différence entre autoritarisme et dictature.
    La gestion de cette crise n’est pas bonne.
    Il faudra bien que cette bande d’irresponsables et d’incompétents que constitue macron et sa clique rendent des comptes et soit condamnés pour cela

  • Oui, et c’est le résultat ou plutôt une illustration de plus d’un gouvernement qui administre mais ne gouverne plus. Qui prend des décisions politiques mais non de bon sens sanitaire.
    Un exemple: confiner chez eux les potentiellement malades, comme on le fait depuis un moment, est tout juste bon à contaminer leur famille. Ailleurs on aurait isolé le malade et testé tout le monde.
    Je note que Mme Merkel commence à réquisitionner les hôtels.
    En France, on trouve plus simple de confiner tout le monde. Ça tmbe bien, ol y avait un peu trop de manifestants ces derniers temps.
    Alors, oui, ce gouvernement, incapable de résoudre les problèmes du pays, fait payer aux Français son incurie dans tous les domaines.
    Dans le sillage de répression des Gj, il n’a plus d’autre solution que de « serrer la vis ». Jusqu’où?

    • @ la petite bête ,  » confiner tout le monde  » , il faut le dire vite , vu qu à Château-rouge , Barbes , Nogent sur Oise etc , les récalcitrants disent que c’est une maladie de blanc et qu’eux ils sont protégés par Allah….( Zemmour ) ; marrant comme le gouvernement et les médias à leur botte ferment leur gueule à ce sujet ;

  • Le professeur Raoult est formel: il faut dépister et traiter. Le recours actuel au confinement est imbécile et relève du moyen-age.

    • Le pouvoir absolu doit donc être remis au Pr Raoult, guide suprême éclairé !

      • ce que dit raoult est sensé pour autant j’ai un problème est que je n’arrive pas à comparer les pays..autrement dit si diagnostiquer et traiter semble une évidence affirmer que le confinement est une stratégie qui ne sert à rien est sans doute excessif ..
        tiens..
        Hier soir à Milan, le médecin chef de Wuhan a fait une conférence de presse où il intervient. Il a dit qu’il fallait fermer définitivement les transports, pour l’instant tant que la crise est là, et qu’il faut arrêter de se promener, même avec des soit-disant bon motifs, il faut limiter les déplacements pour rencontrer le moins de gens possibles. Il appelle à un blocage total », avance le journaliste. « Ce soir, officiellement, 40 000 personnes sont concernées par le coronavirus, mais c’est peut être, 200, 300, 500 000 plus personne ne sait. Et malgré le confinement, il n’y a pas d’amélioration et c’est un terrible bilan », déplore Alban Mikoczy.

        tiré de https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-la-situation-empire-en-italie_3877321.html

        les chinois ont confiné aussi..en masse et ont stoppé le bidule pour le moment..

    • dépister bien sur mais comment? en France je parie que les personnes chargée de dépister n’auront même pas de masques…

      ça relève non pas du moyen age..mais d’un pays en net déclin tout court. Avec en outre des dépenses de santé sous controle de l’etat… mais aussi d’un pays peu préparé voire ayant l’habitude d’ignorer les épidémies virale..

      pas choqué par l’impréparation plus que ça, pas affaire de libéralisme ou socialisme, par contre , un peu choqué du temps que prend la mise en place de mesures pour s’adapter au point de vue matériel…

      parce que il y a ce virus…et il y aura de futures « alertes » virales..
      que ce passera t il? on arrêtera le pays en précaution???

      on va rappeler malgré tout que le confinement c’est bien beau..mais qui’l ne pourra pas durer éternellement.et en plus qui sait si .ce virus peut refaire un tour dans 6 mois ou l’an prochain …sous une forme pire… faisant cas penser qu’une stratégie d’immunisation totale de la population avec un coût en vie humaines aurait été préférable??? je ne sais pas …hypothèse de béotien..

      on fait ce qu’on peut…je ne pense pas que les politiciens ont de sombres desseins, ils s ont avant tout gênés par leur carriérisme et le fait de vouloir échapper à une condamnation au moins populaire..et c’est déjà pas mal…

      • @jacques lemiere
        Bonjour,
        On voit bien que la priorité du gouvernement est la mise au pli de la population. Les mesures prises en urgence ne sont pas sanitaires : elles sont autoritaires. La tenue de ce texte dans une assemblée de près de 300 personnes (confinement ? Avaient-ils leurs attestations de sorties ?) le montre aussi bien, tout autant que la volonté de garder les élections de dimanche dernier et l’hésitation encore palpable de les reporter.

        Pour reprendre une phrase de h16 : « 1000 milliards pour ça ! ».
        Et l’Etat qui nous dit depuis des décennies qu’il s’occupe de tout,..

    • le confinement est la solution du pays pauvre.

    • Je suis bien d’accord avec le dépistage et la logique de l’immunité collective.

      Mais avec le taux de contagion (connu depuis des mois), cette pandémie ressemble plus à une mêche attachée à un tonneau de poudre : soit on éteint la mêche (dépistage), soit on immunise violemment …

      • si les politiciens étaient humbles et arrêtaient de dire qu’ils gèrent au mieux ,forcement au mieux , admettaient la possibilité de merder..
        gérons déjà cette vague..

        • En l’occurence, c’est la décontraction des épidémiologistes qui m’interpelle.

          Ils ne sont pas stupides et en savent beaucoup plus que moi. Mais l’explosion du nombre de cas n’a pas l’air de les émouvoir, ni la durée de la crise.

          • Le Pr Raoult dit que, chaque année, dans un parfait silence, environ 6 personnes meurent d’un coronavirus dans son service. En rapportant ça à la population générale, ça fait 600…

          • Si vous regardez les chiffres posément, vous serez aussi décontracté qu’eux, et aussi critique envers la politique absurde de confinement général.

            • Un confinement de 15 jours qui aurait été préparé et réalisé il y a un mois, c’était un décalage de vacances dans le temps et le lieu. Un jeu de cache-cache pendant 6 mois avec le virus, c’est un suicide.

  • La décision de ne pas dépister est coupable et devra faire l’objet d’une enquête.

    • Oui, si l’on avait fait des dépistages systématiques de l’entourage des malades que l’on a confinés chez eux, on n’en serait pas là.

    • J’ai cru comprendre que – pour ce point – il s’agissait plus d’un manque de moyens que d’une décision.

      • il me semble aussi..d’ailleurs pourquoi les gens ne se dépistent pas ..ça serait si simple… utiles ou pas on a même pas de foutus masques!!!! alors des tests.. on n’était pas prêts et libéral ou pas on ne peut pas être prêt pour tout éventualité…

        on a eu un « pari » économique…qui est ce virus ne viendra pas en France..perdu.. on a eu un autre pari ce virus ne sera peut être pas si méchant.. il est subjectif et selon la propre subjectivité du gouvernent ..perdu..

        notez que ce pari a été gagné depuis un siècle… il ya eu des virus qui ont alerté et qui auraient pu …

        le débat est sur quoi faire maintenant..il sera toujours temps de chercher des coupables ou responsables plus tard..

        • Il y a bien plus simple, et réalisable sans tests : chacun doit se considérer comme contagieux jusqu’à preuve du contraire. La peur ne doit pas tant être celle d’attraper le virus que celle de le transmettre.

          • On pourrait même considérer que tout le monde est contagieux mais dans des intervalles de temps différents selon l’individu et impossible à connaitre faute de tests.

            C’est pourquoi les stratégies d’immunité collective et d’étalement n’ont (n’avaient pour nous) pas de sens sans une « distanciation » dès le départ. (port de masques, limitation des contacts).

          • oui chacun doit se considérer comme contagieux..en théorie..ok..
            et la corollaire , éviter tout contact et terminer des pans entiers de l’économie….. boum .impossible…

            pour moi la présomption de contagiosité générale doit être tempérée par des mesures non pas parfaites mais suffisantes et supportables pour éviter de se sentir coupable tout le temps…et pour dédouaner de sa responsabilité.. ça peut ressembler au confinement dont on voit les limites commerces approvisionnement etc etc..

            la réalité est que pour éviter une contagion avec une haute certitude..(je voudrais vraiment des chiffres moi) il faut suivre des protocoles drastiques.. type professionnels..impensable…

            • Un protocole est une méthodologie établie sur un problème connu calculable ou mesurable. Cela demande une expérience sur le problème et un temps certain pour établir le protocole.

              Si vous choisissez un autre protocole même pour quelque-chose qui semble similaire, vous allez au mur.

            • si on ne met pas en place de test…on va arrêter quand la présomption de contagiosité???
              soyons « matheux », et ultra précautionneux, on doit estimer la taille maximum d’un groupe « cloisonné  » estimer que le virus passe successivement de l’un à l’autre des membres de ce groupe.. ça nous met à combien de mois ça??
              vous y croyez..??

              non mise en place rapide de tests massifs..

              • donc à terme sans doute encore des porteurs sains..encore des personnes non immunisées… et nécessairement une fin de cloisonnement!! dans le cas pessimiste bien sur ou l’épidémie s’arrête seule..$
                il faut bien comprendre aussi qu’on parle du pire scenario aussi..pas de ce qui va se passer réellement…

                michel il faut des capacité de test importante et vite!!!!

      • « il s’agissait plus d’un manque de moyens que d’une décision. »
        Plus précisément, il s’agit surtout d’un problème D’ATTRIBUTION des moyens que d’un problème de quantité des moyens.
        Quand vous orientez systématiquement les moyens (càd l’argent piqué à la population) vers des causes idéologiques, « sociales » et sociétales ou électorales (qui peuvent être les mêmes d’ailleurs) sans prendre la peine d’acheter ou même d’entretenir les extincteurs, le moindre départ de feu peut tourner la la catastrophe.
        Il ne vous reste plus qu’a demander à la population de prendre leurs pelles (si elle en a) pour creuser des pare-feux et pour balancer de la terre sur les flammes… Les extincteurs en état de marche étant réquisitionnés pour l’Etat et ses affidés.
        On en est là.

        • @cyde
          Bonjour
          Covid19, protection de soi et de ses biens même chose : la population n’a pas accès aux moyens.
          Le président a tout de même dit que de déléguer notre protection à d’autres était une folie. Je crois qu’il n’a pas idée de l’étendue de cette phrase.

          • Tout à fait!
            Mais quand le président dit « à d’autres », cela exclue l’Etat qui sait tout, voit tout et fait tout mieux de le français lambda.

        • @cyde: c’est vrai qu’elles nous sont super utiles, les éoliennes dans les circonstances actuelles!
          L’Etat me faut penser à un ménage qui achèterait plein de gadgets, mais pas à bouffer.

      • En tout cas, ce n’est pas ce que dit le Pr Raoult. Il parle même d’auto-prélèvements pour limiter les risques. Qui faut-il croire?

  • Nicole Belloubet a annoncé plusieurs mesures pour compenser la suspension des visites, comme l’allocation, à chaque détenu, d’un crédit de 40 euros par mois sur son compte téléphonique.

    https://www.valeursactuelles.com/politique/coronavirus-des-detenus-protestent-sur-le-toit-dune-prison-117289

    J’ose espérer que mme beloubet a prévu un budget pour les victimes des personnes incarcérées.

    • Extrait de l’article:
      « Coronavirus : des détenus protestent sur le toit d’une prison »
      publié par « Valeurs Actuelles » le Jeudi 19 mars 2020

    • A chaque détenu ? Ah, j’avais mal lu, j’avais compris « confiné ». Il y a de ces subtilités de langage, chez nos dirigeants…

    • Parce que les détenus ont un compte téléphonique??
      Idéal pour continuer à gérer son petit business en situation de « confinement » judiciaire.
      On croit rêver…

  • Bonjour, quelle incompétence doublée d’irresponsabilité totale…reporter cette faute lourde sur la population, il fallait oser tout de même ! se reposer sur ces fameux conseillers scientifiques, bien entendu qui s’expriment en toute transparence, ben voyons.
    Alors, dans le désordre,
    pourquoi a t-on maintenu le match de foot OL-Juventus le 26 février 2020 ? qui a mené campagne pour les municipales au Havre, à Roubaix, à Paris aux dépens de la crise sanitaire qui s’annonçait ? pourquoi la Chine a t-elle mis sous cloche 50 millions de ses concitoyens pour une « grippette » ? pourquoi les aveux tardifs de l’ex-ministre de la Santé ? etc…etc…
    Il faut combattre les « fake news » dit ce pseudo-gouvernement qui les publie lui-même !
    Oui, la situation est grave, très grave même…ces clowns à roulette comme le dit H16 ne méritent que le mépris et une bonne plainte collective pour non-assistance à population en danger.
    Arrogance, prétention, incompétence, le triptyque habituel…pauvre France.

  • on réglera les comptes aux prochaines élections

    • Elections ? Quelles élections ?

    • pas beaucoup de choix dans les élections… c’est le drame !

      • mais si mais si!
        personnellement je n’ai jamais vu un quinquennat aussi peu reluisant que celui de macron..
        revoter macron ferait montre d’une pusillanimité crasse! un coup a ne plus jamais venir se plaindre..
        je crois plutôt a l’abstention qui va ouvrir un boulevard au RN..
        la guerre en 39 =====>> démission socialo centriste ====>> Petain

        hé bien là , la classe politique démonétisée va atteindre un niveau de délitement jamais égalé..
        c’est mon point de vue , je ne dis pas que c’est ce que je préférerais voir arriver
        mais il faut bien tenir compte de la faillite financière a suivre qui va découler de cette épidémie.. ce gouvernement ne va plus rien contrôler, et va devoir prendre des mesures confiscatoires.. ce qui électoralement consiste a sauter de la poêle a frire , dans le feu
        Bonne chance a tous!!

        • Les élections, c’est dans 2 ans. Trop long pour la mémoire moyenne des français.
          Surtout si on rajoute qq subventions ou allocations bien placées avec un bel effet amnésiant…

    • ca sert peste ou choléra pas de changement

  • Notre équipe de bras casses et de têtes vides en a rien faire de tout ça, ils sentent la science comme la Greta et comme pour les masques elle n’aura sûrement rien fait pour stocker l’anti palu, quel intérêt, les sans dents, ils s’en passeraient volontiers… Mais pas de soucis notre fine équipe dispose des médocs nécessaires à leur survie.

  • «Face au Covid-19, il existe donc deux types de gestion qui s’affrontent. La première, libérale, fait confiance au bon sens des individus. La seconde, dictatoriale, fait confiance à un contrôle social étatique.»

    C’est de la rhétorique très loin des pratiques ! En réalité on a un mélange des deux approches un peu partout avec des nuances certes. Ces nuances sont la nature du régime politique, le niveau de décentralisation du pays (fédération ou non), la situation géograpĥique (île, presqu’île), l’expérience aux virus (Asie par exemple), le système de santé.. Ce n’est jamais le bon sens des individus qui est mis en avant pour défendre certaines stratégies comme l’immunité collective. D’ailleurs tous les pays sans faute ont édicté un certains nombre d’interdits (fermetures, rassemblements limités..). Je ne dis pas que le souci des libertés et de la vie privée n’est prise en compte, loin de là mais ça reste une limite et non pas la pierre angulaire de l’action face à un danger comme une pandémie.

    Je vois bien que CP profite de cet épisode pour lâcher l’artillerie contre l’Etat et surtout la macronie, en effet il y a des choses à dire, mais alors en revanche c’est silence radio sur les comportements individuels contraire à l’esprit libéral. Partout des gens se comportent de façon égoïstes et non responsables, poussant finalement les autorités à prendre quelques mesures restrictives ou coercitives supplémentaires. Il y a aussi tous ces esprits plein de zêle qui font peur car ils appliquent le texte à la lettre et non pas l’esprit du texte.

    Tout rejeter sur la France, l’Etat, macronie, etc c’est insuffisant si on veut être juste. C’est faire fi des interactions parfois profondes entre individus, groupes et Etat/pouvoir politique.
    Un dernier exemple avec les masques FFP2 dont la politique de stock a évolué en 2013 : « la constitution de stocks de masques de protection des personnels de santé [notamment FFP2] sont désormais à la charge des employeurs ». Cette nouvelle doctrine suppose donc de ne pas « renouveler certains stocks arrivant à péremption », car la responsabilité est désormais transférée « vers d’autres acteurs », à savoir les établissements de santé et médico-sociaux pour leurs personnels. Dans une logique d’harmonisation, ceux-ci font toutefois des points réguliers avec la direction générale de la santé (DGS). Seulement voilà d’année en année les stocks ont fondu !!

    Il y aurait/aura encore beaucoup de choses à dire pour la France et ailleurs (où cela peut être le même bazar qu’en France).

    • « c’est silence radio sur les comportements individuels contraire à l’esprit libéral. Partout des gens se comportent de façon égoïstes et non responsables, poussant finalement les autorités à prendre quelques mesures restrictives ou coercitives supplémentaires. »

      vu l’exemple donné par nos politiques, à commencer par le président (« confiner, mais faut voter »), ou la ministre du travail (« confiner, mais faut travailler »)… Ce sont les premiers à se comporter « de façon égoïstes et non responsables ».

      Ainsi, le confinement décidé, n’est pas nommé !!! En revanche, le président parle de guerre, alors qu’il n’a jamais tenu une arme…

       » la responsabilité est désormais transférée « vers d’autres acteurs » » : les moyens ont-ils également été transférés ???

      C’est le bazar et le mensonge de haut en bas : aucune crédibilité de nos gouvernants/fonctionnaires qui prétendent tout régenter.

    • Posez-vous la question de savoir si ces comportements existeraient sans plusieurs décennies d’infantilisation.

      • Ces effets n’ont probablement pas qu’une seule cause sinon c’est une idée inadéquate ou trompeuse.

        • @indivisible
          Bonsoir,
          Comment ont fait les anglais qui se réfugiaient dans les stations et tunnels de métro quand la Luftwaffe attaquait Londres ?
          Comment faisaient les français qui subissaient aussi des bombardements ?
          Je n’ai pas le souvenir d’avoir lu que des gens faisaient des barbecues, joggaient, ou allaient se promener au parc.
          Par contre, on a dit aux soldats que ce serait vite plié, comme en ’14, vu notre supériorité, la Ligne Maginot et tout le tralala.

    • Le libéralisme prône la responsabilité individuelle quelque soit la fonction état ou pas état.
      Instruisez vous un peu
      https://www.wikiberal.org/wiki/Renard_libre_dans_le_poulailler_libre

      • Vous savez ce qu’on dit, pour les uns la responsabilité c’est le début des ennuis, pour les autres c’est le début de la liberté. En effet indépendamment de l’autorité !

        • Je pense que la clef de la survie c’est la coopération et que la clef de la coopération est la responsabilité individuelle.

          • La coopération renferme une dimension de consensus qui exclut la concurrence et les conflits. La définition de la collaboration s’articule davantage autour de l’importance de travailler ensemble, de l’atteinte d’un objectif commun et donc d’une notion de résultats et de coresponsabilité (imputabilité). Source wikipédia.

            La coopération serait donc plus anti libérale que la collaboration. Je pinaille j’avoue..

    • @indivisible
      Bonjour,
      « en revanche c’est silence radio sur les comportements individuels contraire à l’esprit libéral. Partout des gens se comportent de façon égoïstes et non responsables, poussant finalement les autorités à prendre quelques mesures restrictives ou coercitives supplémentaires.  »
      Vous devez parler des consommateurs qui ses sont rués dans les magasins pour faire le plein. Ces gens se sont rendus compte qu’ils étaient en fait survivalistes tardifs. Ces gens ont senti que ça allait gripper à un moment donné. Les magasins sont encore livrés, l’eau courante coule, la lumière s’allume encore, et on sort doucement de l’hiver.
      Les gens un peu préparés ont été moqués sur les plateaux télé quand invité (ce qui est rare), ou sur les réseaux sociaux. Or, l’Etat a pondu une plaquette avec des conseils en cas de crise, dont un stock de nourriture et d’eau, plus ce que les survivalistes nomme un « bug out bag ». Sur cette plaquette, est écrit que l’information est cruciale. Ce qui est fort ironique quand on sait que l’information est tenue par ce même Etat et qu’il la tord à sa guise et à ses desseins.
      Un libéral tient aux Droits fondamentaux et respecte ceux d’autrui. L’esprit libéral est la responsabilité individuelle. Chacun est responsable de soi en premier, et des siens en second lieu. Faire en sorte d’avoir de quoi tenir un temps incertain fait ressortir cet état de responsabilité. Alors qu’on nous bassine que l’Etat s’occupe de tout. Cette crise nous rappelle qu’en fait nous sommes seuls compétents en ce qui concerne notre vie : nous sommes les seuls maîtres de notre vie.
      J’ai lu que les américains se précipitaient et faisaient la queue pendant des heures dans des magasins qu’ils détestent : les armureries. En Californie (état anti arme, très restictif) les gens se rendent compte qu’ils seront livrés à eux-mêmes si jamais l’atmosphère dégénérait. Les armureries y ont été vidées. Il y a quelques jours encore, il y avait de grandes chances de tomber sur des californiens vous expliquant que les armes à feu tuaient, qu’elles avaient plus de chances de tuer leurs propriétaires ou leurs enfants, qu’il n’y avait aucune raison de vouloir une are pour se protéger/défendre et qu’elles ne servaient à rien. Mais les armureries ont vu leur stock se vider en une journée. En Californie, les armes autorisées par la loi sont celles qui sont parties les premières et il y a donc maintenant pénurie. Les californiens se sont rendus compte qu’il leur fallait attendre plusieurs jours pour ressortir avec une arme du fait des lois anti-armes.

      • Non je ne visais pas une catégorie en particulier mais des comportements.

        Personnellement j’ai dû arrêter mon activité non pas directement par les mesures gouvernementales mais par zèle de mes fournisseurs qui n’étaient pas obligé de fermer mais on fermé tout de même.

        • @indivisible
          Est-ce la fermeture décidée par vos fournisseurs que vous qualifiez de « comportements individuels contraires à l’esprit libéral » ?

          • C’est un exemple !

            • @indivisible
              Vous leur reprochez d’avoir pris la décision de ne contaminer ni vous ni vos employés ?

              Je vous encourage à écouter le coup de gueule de Geneviève, infirmière des Deux-Sèvres (sur la chaîne youtube de RMC. Peut-être que vous réajusteriez votre perception des « comportements individuels contraires à l’esprit libéral ».

              • Vous ne pensez pas que ces fournisseurs auraient pu rester ouvert uniquement pour les professionnels ne serait-ce que la matinée par exemple. Ils pouvaient ainsi réduire le personnel en activité et en appliquant les gestes barrières on limitait fortement le risque de contagion tout en permettant de maintenir un peu plus d’activité. C’est un peu la solution de facilité.

  • « l’encadrement des prix du gel hydroalcoolique qui a déjà entraîné une pénurie attendue dans les officines pharmaceutiques »
    Objection votre honneur ! La chronologie est inverse : les gens se sont d’abord rué sur les produits, entraînant une pénurie et des prix délirants. C’est alors que le gouvernement a imposé un prix limite.
    Pour le reste, la gestion de cette crise n’a rien de spécifiquement communiste ; la Suisse en est exactement au même point que nous. Les mesures de confinement et la fermeture des frontières (internes ou externes) sont nécessaires d’un point de vue sanitaire pour réguler au plus bas le nombre de morts.
    De fait le gouvernement ne fait pas tant une crise d’autoritarisme aujourd’hui que preuve d’un laxisme coupable hier (cad quand il savait mais n’a rien fait, si l’on en croit Buzyn).
    Et objectivement si les Français sont accusés par les autorités de se montrer peu respectueux des consignes, n’est-ce pas d’abord parce que le gouvernement a, pendant des semaines, dépeint cette crise comme mineure ? « 98 % des gens survivent, ce n’est qu’une gripette, etc ». Il a fallu que les services de rea, en passe d’être débordés, sonnent le tocsin pour que Philippe et cie se décident enfin à faire ce qu’il fallait.
    Cette question resurgira fatalement à la fin de la crise sanitaire.

    • @ JL
      Objection très incomplète! (je remets mon post précédent)

      Si la communication sur la covid-19 avait été menée progressivement dès fin décembre-début janvier, les gens auraient acheté progressivement du gel et autres produits laissant la possibilité aux pharmacies de se réapprovisionner progressivement et aux fabricants d’augmenter leur production. Mais pendant plusieurs semaines, nos gouvernants ont nié la gravité potentielle de l’épidémie et la possibilité que la France soit sérieusement atteinte. Quand en 1 semaine, le discours a changé, on s’étonne ensuite de l’affolement et de la ruée sur les gels et désinfectants!!
      Sans oublier la mainmise de l’Etat sur certains stocks de gel qui n’a fait qu’aggraver la situation!
      L’augmentation brutale de la demande spontanée et étatique confiscatoire a engendré une pénurie. Cependant, celle-ci n’aurait été que temporaire si le marché avait été laisse libre d’agir via les mécanismes habituels!
      Avec la fixation des prix, la pénurie a simplement été entretenue et empêchée d’être résolue spontanément. Brillant effet secondaire économique d’une action étatique menée avec le brio habituel de nos gouvernants.

      • la communication ne peut pas être menée progressivement, il ya des paliers..hier on savait pas aujourd’hui on sait..ça change tout.. je doute qu’on aurait pu éviter un rush… parce que comportment humain..

        euh papier toilette..

        • « la communication ne peut pas être menée progressivement,  »
          Et pourquoi donc?
          Commencer à conseiller le lavage des mains, d’éviter les embrassades, de ne pas partager verres et couverts, de porter un masque en cas de fièvre et/ou toux…etc
          Cela aurait pu commencer sans affolement dès janvier laissant tout loisir pour augmenter la pression progressivement.
          Il n’y aurait pas eu de pénurie, le marché ayant le temps de s’adapter même si l’Etat réquisitionne une partie du stock.

          • du jour au lendemain tu as une nouvelle evaluation sinon la premiere de la mortalité du virus, en général d’ailleurs surévalué..boum trouille.. on peut aussi parler de la façon dont sont informés les gens…

            une dépêché afp est reprise par tous es médias..

            donc.. pas progressif..

      • C’est assez remarquable cette propension à récrire l’Histoire pour tenter de faire coller les faits à l’idéologie. C’est bien avant qu’on parle de confinement que les stocks de gel ont disparu des rayons.
        Le meilleur marché du monde ne peut donner que ce qu’il a. Dès l’instant où la communication médicale a insisté sur la nécessité de se laver les mains avec du gel, les gens se sont rués sur le produit, au point de le faire disparaître des supermarchés et des pharmacies.
        On en trouvait encore sur internet mais à des prix exorbitants. D’où la décision du gvt de limiter les prix.
        Mais ce n’est pas cela qui a engendré la pénurie. Elle était deja là bien avant, du simple fait que les gens ont acheté le produit bien au delà des capacités de production des fabricants. La fixation du prix n’a rien a voir là dedans, les industriels ne peuvent juste pas suivre la demande (croissante qui plus est).
        D’une manière plus générale, je suis assez surpris par cette incapacité des gens à sortir du cadre des idéologies dans lesquelles ils baignent. Y compris les libéraux, ce qui personnellement me navre particulièrement. Tout semble devoir être ramené à ce qu’ils connaissent, tout doit leur donner raison au point de tordre la réalité des faits… La peur de l’inconnu ?

        • @Jérémy Lapurée
          Bonsoir,
          N’importe quel médecin vous aura dit de vous laver les mains si vous avez été le voir en décembre ou novembre pour un état grippal, un rhume ou autre. C’est un geste basique noté dans toutes les toilettes de restaurants, d’aires d’autoroute, d’établissements publics (scolaires par ex.) ou privés.
          Quand la grippe arrive, on entend parler du lavage des mains un tout petit peu plus. Idem pour les épidémies de gastro.
          Mercredi dernier, le 11, dans ma pharmacie, le gel hydroalcoolique était posé en nombre devant les comptoirs, et d’autres étaient dans les rayons. Idem au supermarché. Je n’en ai pas pris puisque j’ai du savon.

          Si la pénurie de ce produit était bien là avant, alors comment l’Etat a pu en faire un stock ?

  • Il y a me semble-t’il 2 règles pour obtenir l’adhésion des gens et donc obtenir une gestion citoyenne et une responsabilité individuelle :

    – expliquer clairement le problème, ce que l’on fait et pourquoi.
    – les assurer que l’on ne laissera pas tomber.

    Ceci n’a toujours pas été fait ! Et bien au contraire. La communication a été mise au service du mensonge et on peut toujours lire et entendre n’importe quoi.

    Il faut dire que certains choix n’étant pas acceptables, il était impossible de faire une communication honnête.

    • il faut aussi la démission (voire la condamnation) des fautifs ! Sinon, ce n’est que paroles !

      • Ah mes que neni les administratifs seront toujours la manque de masque de gel ou service c’est pas ma faute c’est l’article 2b porte 4 etage 5 niveau intermediare 2 , ah mince elle est confiné.

        C’est inadmissible cette incompétence à autant de moyen

  • Si l’on compare avec la Corée du Sud il y a plusieurs facteurs :
    – Le premier est la capacité à effectuer des tests à grande échelle. Ceci leur a permis de faire un enquête rapide sur les patients contacts éventuels et de les isoler : confinements limités, de proximité. Efficacité à moindre coût.
    – Pour pouvoir le faire il faut des laboratoires en nombre suffisant et « agréés » à réaliser ces tests.
    Afin de réduire les dépenses de santé le nombre de laboratoires privés a été drastiquement diminué, en association avec une baisse continuelle des tarifs SS, depuis 20 ans. Tout cela a donc poussé vers des regroupements de laboratoires incessants.
    – Aucun laboratoire privé lambda n’est agréé à faire ses tests, tests qu’ils n’auraient pas pu rentabiliser par ailleurs car la politique est de faire le moins de prélèvements possible.

    En Corée du Sud il y a 2,5 fois plus de laboratoires…et 100 fois plus de tests (pour réaliser les prélèvements il faut aussi équiper les labos en masques virtuels pour l’instant en France)

    – A partir de là et comme les masques ne manquaient pas en Corée ils ont pu ne pas paralyser leur économie en échappant au confinement massif.

    Faute des pré-requis nécessaires ce gouvernement n’avait pas d’autre solution qu’être nul.
    Mais dans ce domaine ils ont été particulièrement performants.
    C’est parfaitement illustré par BLMaire qui veut sauvegarder de l’activité tout en gardant le confinement…alors même que le Trésor Public n’est pas au télétravail généralisé (source sûre).

    Mauvaise gestion des deniers publics depuis des lustres : plus de capacité financière -> économie sur le stock de masques non renouvelé + étouffement économique des laboratoires (+ problème de l’agrément pour réaliser les tests).

    • et dans les cités çà se passe comment ;)) la police vérifie les ausweiss?
      déjà qu’en temps normal il ne peuvent pas y entrer .. alors là..

      • Les habitants des cités et de certains quartiers considèrent que le confinement ne les concerne pas, ils continue leurs petits trafics comme avant (avec masques et gants, comme à Toulouse, car eux, ils ont des masques), pillent les magasins, organisent des barbecues comme à Elbeuf, mais pour eux, il n’y a plus ni LBD ni lacrymo en stock…

      • Je pense que tout se passe comme d’habitude (y compris crachats sur les forces de l’ordre) sauf que les dealers semblent avoir des masques, eux ! « Tombés » du camion…

      • @claude henry de chasne
        Bonjour,
        La Police préfère verbaliser les SDF. (ex à Lyon)

    • En corée du sud = Hopitaux privé et tous le monde est soigné.
      Bizarre et en plus on nous demande encore plus d’état c’est un pays de fou , ce pays merite ce qu’il lui arrive a force de voté pour des idiots qui foute rien depuis 50 ans on a le résultat englué dans un pauvre virus de grippe certe plus agressif mais quand on voit certain pays aussi nombreux que nous qui s’en sorte , c’est inadmissible .
      le meilleur systeme des retraites
      la meilleur secu
      1000 milliard de prelevement je sais pas si on se rend compte ?

      bref les Francais sont hautins et paresseux on mérite ce qui nous arrive.

  • Simple interrogation :

    Assignation à résidence
    Résidence surveillée
    Confinement

    Bien que ses termes ne s’appuient pas sur les mêmes textes de loi et ne sont pas appliqués pour les mêmes raisons…

    Au quotidien, quelle différence ?

  • Bonjour.
    Rappelez vous ce qu’ont fait les gouvernements français après 1933. Devant la montée en puissance du nazisme ( annexion de l’Autriche, occupation de la Tchécoslovaquie et des régions sudètes, de la Pologne) les politiques et les militaires n’ont pas vu les méthodes nouvelles de faire la guerre. Hitler utilisait la mobilité, la puissance de l’aviation, les moyens radio, des armes nouvelles.
    Notre armée la plus puissante du monde en était restée à 1918 avec du matériel obsolète, des généraux qui s’appuyaient sur les techniques Napoléoniennes. En 1940 en 10 jours tout ce beau château de carte s’est écroulé.
    La gestion de la France depuis 40 ans est faite de la même façon.
    Tant qu’il n’arrive rien on croit être le peuple le meilleur et le plus doué du monde. Mais dès qu’une crise grave se présente on voit l’épaisseur de nos hommes politiques plus occupés à leur carrière politique qu’a gérer et à adapter la France aux nouveaux défis.
    Macron et son gouvernement n’a tiré aucune info du cas Italien et a perdu du temps précieux. Maintenant ce gouvernement cherche à cacher son incompétence sous le tapis.
    Les Français et surtout le personnel médical aura cœur de régler les comptes après la crise.

  • Je suis personnellement moins inquiet de l’épidémie elle-même que de ce qui va se passer après. Sans avoir de données précises, il me semble que l’épidémie touche plus – hormis des clusters spécifiques, type rassemblement évangélique de Mulhouse – la « upper class » (gens qui voyagent, hommes politiques, etc.) que les « gilets jaunes ».
    Les mesures prises sont aussi plus faciles à vivre pour cette même upper-class :
    – le télétravail, tant mis en avant, ne peut-être une réalité que pour 25% des salariés, majoritairement les cadres. Les 75% qui ne peuvent l’appliquer, et qui sont quasi montrés du doigt, se situent dans les revenus les plus modestes.
    – le confinement est plus facile à supporter quand on peut partir dans sa résidence secondaire ou que l’on dispose d’un logement spacieux. Là encore, les modestes trinquent plus que les autres.
    – L’annonce de centaines de milliards que le GVT prétend être à même d’engager – mais d’où ils sortent ce pognon de dingue ! – crée une attente qui sera vite déçu quand les gens réaliseront le nombre de cerfas qu’il leur faudra remplir pour avoir doit à une simple aumône. C’est déjà mal barré quand on voit les conditions pour obtenir les 1500€ promis aux indépendants : il faut apporter la preuve que votre CA a baissé de 70% en mars 2020 par rapport à mars 2019. C’est absurde pour bon nombre d’indépendants qui avec les décalages entre le travail, sa facturation et son paiement ne ressentiront les effets de la crise sur leur CA que dans plusieurs semaines, voire mois. On crée des fausses attentes qui ne seront pas satisfaites.

    Bref, tout cela me laisse penser que l’après épidémie va être rock’n’roll, surtout s’il se double d’une crise politique dont tous les éléments sont d’ores et déjà en place : déclaration Buzyn, 2nd tour des municipales, etc.

    Accrochez-vous, ça va tanguer !

    • Ce qui va se passer après et est en cours c’est un suicide économique!Ils se sont plantés dans la gestion de cette crise il ne faudra pas qu’ils se plantent après c’est l’occasion d’un reset général avec par exemple quasi supression du chômage et division par 2 ou 3 des charges et obligation d’embauche proportionnelle à la taille de l’entreprise même si c’est pour laver les carreaux 10 fois par jour mais pour cela il faut ne faut pas d’élection pour les 15 ans à venir!

    • « L’annonce de centaines de milliards que le GVT prétend être à même d’engager – mais d’où ils sortent ce pognon de dingue ! – crée une attente qui sera vite déçu quand les gens réaliseront le nombre de cerfas qu’il leur faudra remplir pour avoir doit à une simple aumône. C’est déjà mal barré quand on voit les conditions pour obtenir les 1500€ promis aux indépendants : il faut apporter la preuve que votre CA a baissé de 70% en mars 2020 par rapport à mars 2019. »
      Un médecin généraliste arrêté pour isolement de 14 jours (après avoir été +/- contaminé grâce à l’incurie de l’état) , libéral, recevra de la SS : 112€ par jour : de quoi payer une partie des charges seulement. Car les versements des charges sont « juste » reportés , pas annulés.
      Donc effectivement ne pas s’attendre à grand chose. L’état était déjà ruiné avant cette crise (budget à – 95 milliards)

      • @Balthazar
        Bonjour,
        « L’état était déjà ruiné avant cette crise (budget à -95 milliards) »
        Et pourtant on entend que « l’Etat a de l’argent ». Pour payer des compensations, il aurait de l’argent. Ce n’est pas son argent, c’est le nôtre et il le dépense n’importe comment.
        Ne pas oublier que quand l’Etat donne 1 il prend 3.

    • « Sans avoir de données précises, il me semble que l’épidémie touche plus […] la « upper class » (gens qui voyagent, hommes politiques, etc.) que les gilets jaunes »

      Je ne sais d’où vous tirez cette information, en revanche ce qui est sûr depuis un moment, c’est que le Covid-19 affecte beaucoup plus les personnes âgées et les gens à pathologies de type respiratoire, cardiaque, diabète… qui constituent l’essentiel des fameux 10% de cas sévères (dont mortels) dont parle l’auteur…

      • Jacques, ce n’est pas une information, juste une impression d’observateur confiné 😉 comme j’ai pris garde de le préciser.

        Mais bon, je ne suis apparemment pas le seul : https://plus.lesoir.be/288010/article/2020-03-17/coronavirus-lepidemie-des-riches-apres-celles-propagees-par-les-pauvres

        • Ah d’accord… bon, je ne peux pas lire l’article (réservé aux abonnés), je n’ai donc lu que l’intro.
          Il est évident que les « upper class » sont en première ligne pour ce qui est d’attraper le virus quand il vient de l’étranger.
          Une fois installé dans le pays, en revanche… de proche en proche, toutes les catégories sont/seront touchées. À Wuhan par exemple, je doute que les plus riches aient été les plus frappés par le Covid-19. Mon petit doigt me dit même qu’il y a toutes chances que le copinage avec les autorités leur aient permis d’être soignés en priorité quand les hôpitaux débordaient de malades…

          • En effet, la caissière de superette ou le fan de foot qui fait un selfie avec son idole contaminée ne m’ont jamais paru de la upper class.

    • @Libertango
      Les « modestes » disposent souvent d’un plus grand logement que les « upper » à Paris, car les HLM leur sont réservés, là où les upper paient le leur plein pot.
      Dans ma petite boîte du BTP, les poseurs (modestes) profitent de leur temps libre forcés avec une faible perte de salaire, tandis que le cadre tente de travailler avec ses clients en cours pour essayer de faire signer ses devis au moins à la reprise. D’ici là, son salaire va baisser puisque basé sur des commissions. Enfin, celle qui travaille le plus, bibi ici présente, en télétravail pour l’administratif, la TVA à déclarer et les paies à gérer, n’est pas cadre.
      La lutte des classes qu’on essaie encore de faire ces jours-ci dans les médias est stupide : il n’y a pas en France que 2 classes sociales ! Et il n’y a pas d’injustice entre ceux qui ne peuvent pas télétravailler et ceux qui le peuvent !

      • +1000 !
        L’évolution due au covid va être de rendre encore moins récompensée, visible et vertueuse la distinction entre ceux qui se démènent et ceux qui attendent la manne sociale, et au contraire de faire prédominer le critère de « classe sociale affichée ». Mortel à terme !

  • On est en guerre mais vous avez l’impression d’avoir affaire à un général quand on écoute le chef de l’état ?
    Le problème des masques est un scandale d’état qui décribilise toute l’administration de l’état, celle-ci ne peut se cacher derrière le gouvernement et le laisser payer les pots cassés. On nous a mentis honteusement en nous disant qu’il ne servait à rien de mettre des masques, la raison était simplement qu’il n’y en avait pas !!
    Comme disait Coluche au sujet des administrations « Dites moi ce dont vous avez besoin , on vous expliquera comment vous en passer ». Paroles prophétiques !

  • Ce qui va se passer après?C’est simple c’est l’occasion d’un reset général avec par exemple la quasi suppression du l’indemnisation du chômage et une diminution par 2 sinon 3 des charges et l’obligation d’embauche proportionnelle à la taille de l’entreprise même si c’est pour laver 10 fois par jour les carreaux.Il se sont plantés sur cette crise il ne faudra pas qu’ils se plantent après mais pour cela il faut 15 ans sans élections!

    • On assiste bien à un reset de la matrice, mais s’il a de bonne chance de favoriser Trump au regard de la façon (historique) dont les US savent gérer les crises, il a plus de chance de nous propulser vers le modèle du Venezuela …

  • Chiffres clés en métropole de la grippe (bulletin officiel du suivi de la grippe)

     Semaine 15 ► 8 semaines d’épidémie (semaines 02/2019 à 09/2019) ► 1,8 millions de consultations pour syndrome grippal durant l’épidémie (Figure 1) ► 65% de virus A(H3N2) et 34% de virus A(H1N1)pdm09 détectés en médecine ambulatoire durant la période de surveillance (semaines 40/2018 à 15/2019) ► Environ 65 600 passages aux urgences pour grippe dont près de 11 000 hospitalisations (16%) durant l’épidémie ► 1 877 cas graves admis en réanimation signalés dont 289 décès durant la période de surveillance (début de la surveillance semaine 45) ► 13 100 décès toutes causes et tous âges confondus en excès, dont  9 900 attribuables à la grippe durant la période de surveillance ► Couverture vaccinale de 47,2% chez les personnes à risque ► Efficacité vaccinale de 69% contre A(H1N1)pdm09 et 33% contre A(H3N2) chez l’ensemble des personnes à risque.

    • Et nous n avons pas confiné le pays… on n était pas en guerre contre la grippe ? Étonnant

    • Je me souviens – privilège de l’âge – de la grippe asiatique de 1957 que j’avais attrapée encore ado et qui aurait tué 100.000 personnes rien qu’en France (vous confirmerez?). Le médecin de famille était venu et m’avait prescrit de rester au lit et de boire beaucoup. Le pays en pleine reconstruction suite à la guerre (60M de morts) avait continué une vie normale, sans panique, avec aucune allocution du Président Coty…

  • Le confinement me semble bien exagéré… j ai revu les chiffres .. On est à 9000 morts dans le modne .. certes 9000 de trop Mais la grippe saisonnière en tue entre 290 000 et 650 000 par an ! Et on ne fait pas des confinement a tout va..le meilleur exemple actuellement en plus serait la Corée qui n a absolument pas pratique de confinement (c’est ce que ne cesse de dire le grand professeur Didier raoult qui est d ailleurs a l origine de l’idée de la chloroquine qui montre son efficacité aujourd’hui et dont beaucoup s étaient moqués en France lorsque raoult en parlait il y q quelques temps ) je rappelle qu’on estime qu en 2017 que la grippe a tué près 13000 personnes pareil en 2016… et pour les plus vieux la grippe de 1969 a tue 40000 voire 50000 personnes en France et en 1957 100000!! Sans même rappelé la tristement célèbre grippe espagnole de 1918 1919… nous sommes dans une époque qui aime faire en tout cas de l alarmisme et du catastrophisme partout…
    Lisez d ailleurs « arrêtons d’avoir peur » de Didier raoult encore

    • Et la vieillesse en tue une centaine de millions. Si chacun faisait ce qu’il peut pour éviter les décès qu’il peut raisonnablement éviter, il n’y aurait pas besoin de confinement. Ceux qui perdent leur liberté parce qu’ils ont renoncé à leur responsabilité n’ont que ce qu’ils méritent. Le problème est que la liberté se retrouve perdue pour les autres aussi.

      • Le confinement n est pas la solution justement

      • Donc on ne fait plus rien on travaille plus .. tout le monde dans une cellule .. et hop plus de contagion.. Mais place au suicide à la deprime .. Cest vrai qu on évitera la contagion de virus .. mais on en tuera d autres et plus pour d autres raisons ..

    • @zyrco
      Je pense moi aussi que le confinement est exagéré, mais il est dû à notre absence de masques et à la saturation des services de réanimation. De plus en plus de médecins le disent, il faut cesser l’arrivée des malades en détresse respiratoire (d’où les transferts de malades et l’hôpital militaire). Donc cessez la contamination. Donc porter des masques (en plus des autres gestes). Ah zut, plus de masques… alors hop, puisqu’on ne peut pas confiner les nez et les bouches, on confine le corps entier.

      • « le confinement est exagéré »

        Je dirais plutôt que la séquestration est *devenue* nécessaire parce qu’on a réagi trop tard et trop peu mais qu’elle est mal ciblée parce qu’elle ne minimise pas le taux de contacts:
        Il faudrait réprimer par la force les rassemblements provocateurs qui créent de nouveaux foyers (au lieu d’interdire l’accès policier aux zones de non-droit).
        Inversement il faudrait encourager les promenades en campagne *éloignée* où on ne rencontre jamais personne plutôt qu’autour du pâté de maisons largement contaminé.
        Tout déplacement qui n’implique aucun contact est a priori inoffensif.
        A la base des extravagances irrationnelles de cette mise en coupe réglée, je subodore une certaine délectation chez nos potentats de constater l’étendue de leur pouvoir de contrainte généralisée.

        • le confinement est une mesure qui ne vise pas seulement à sauver des vies ais à éviter des images de patients qu’on laisse mourir dans les hôpitaux…

  • Au passage la grippe aurait tué déjà 14000 personne rien qu aux états unis

  • Qui a décidé de ne pas tester?
    Qui a confisqué les masques, les gants, les charlottes les sur-blouses?
    Qui a décidé de ne traiter que les cas graves ?

  • Macron a annoncé lundi soir l’installation d’un hôpital militaire de campagne à Mulhouse vu l’importance de la crise en Alsace.

    On apprend ce vendredi que cet hôpital est… en route et son installation devrait commencer ce WE.

    Cqfd : même sur son propre territoire et en période de paix, il faut une semaine à notre armée pour installer un hôpital de campagne.

    On n’est pas dans la caille ! 🙂

    • D’accord avec vous, on hallucine ! Un hôpital de campagne en temps de guerre dans un pays « normal » ça s’installe en 12 heures.

  • Ca m’énerve de voir toutes ces personnes imaginant que le communisme est à nos portes.
    L’isolement est nécessaire pour éviter la transmission. Sans autoritarisme, ont voit les déviances d’une population « responsable ». Je suis écœuré du comportement de certains.
    Le deuxième point concerne l’impréparation, qui, à part Nostradamus, et encore, pouvait prévoir une telle pandémie. Par contre je suis sidéré par le fait qu’il faille toujours suivre la procédure avant de tester des traitement médicamenteux. Là l’urgence devrait prévaloir, le risque étant de faire mourir un moribond mais peut être aussi de le guérir.

    • Isolement surement. Mais des personnes atteintes et non de toute la population après des semaines voire des mois d’atermoiement.
      Tout cela parce qu’on est incapable d’avoir des tests diagnostiques en quantité suffisante par manque d’argent. Sans parler des réquisitions étatiques en matière de masques et de produits médicaux de protection.
      Par contre, pour la transition énergétique et les éoliennes inefficaces, on a l’argent…
      Tout est une question de priorité…

      • Des personnes atteintes ? Mais la grande majorité sont contagieuses bien avant qu’on se doute qu’elles sont atteintes…

        • La Corée du Sud a réussi de cette manière. Mais les coréens portent des masques et sont prudents. Le masque sert essentiellement à protéger les autres et son éventuelle atteinte perso.
          En France, pas de masque, pas de précaution, pendant des semaines puis fermetures des écoles, université et confinement général en 1 semaine… Une reussite!

    • « qui, à part Nostradamus, et encore, pouvait prévoir une telle pandémie. »

      Qui? Toute personne équipée de quelques neurones en état de marche et possédant quelques notions de gestion des risques et de santé publique. Visiblement il n’y a personne avec ce profil au Ministère de la santé.

  • Très bon article. Et les propos tout récents de Mr Castaner qui menace, gronde et fronce les sourcils ne fera qu’aggraver le problème. C’est pitoyable!
    Consternant aussi est l’affaire du traitement éventuel des malades par la chloroquine. Pour ma part, ayant dû pour ma profession faire de longs séjours dans des pays (parfois très) impaludés, j’ai dû prendre de la nivaquine (un médicament fort dosé à la chloroquine) à des dizaines de reprise. Et le traitement préventif contre le paludisme de ce médicament était assez lourd: prise d’un cachet tous les matins durant tout le séjour puis durant cinq semaines après le retour en Europe ou en Amérique du Nord Je suis toujours vivant, séptuagénaire, et, à part quelques petites diarrhées vite jugulées avec du Smecta ou de l’Immodium, je n’ai guère eu d’effets secondaires importants. Et apparemment, ce que propose le Dr Raoult est un traitement très court avec une dose de chloroquine bien moins forte… Expérimentation de quoi, donc? D’un médicament qui a 70 ans et qui a été pris par des millions de personne à travers le monde?

  • A Zigaboo qui moquait la liberticide Corée du Sud plus haut et à qui je rappelai que nous avions tous reçu un SMS du gouvernement,Orange vient de se dire favorable à l’utilisation de la géolocalistion pour vérifier le confinement ,C’est comme ils veulent quand ils veulent pas besoin d’être en Corée.

    • @PCC
      Bonsoir,
      Et Tany qui est énervé de « voir toutes ces personnes imaginant que le communisme est à nos portes. »
      Et là, Orange se porte volontaire comme Kapo (je me souviens pas du terme pour les soviétiques) pour contrôler que la population est bien captive.

    • et si on laisse son téléphone chez soi?

      • Ben oui Claude Henry, j’ai pensé à ça tout de suite ! On laisse le téléphone chez soi, tout simplement. Franchement, ils nous prennent vraiment pour des nigauds ! Faut dire qu’il y en a un paquet…

  • L’auteur souligne avec raison l’incompétence des dirigeants français. En fin de papier il écrit : « Espérons que la pandémie de Covid-19 nous serve de leçon pour les tourments à venir. » Sur ce point il fait erreur, en effet pour ce qui concerne notre pays, il faut bien admettre que l’expérience est un peigne pour les chauves !!

  • Coopération franco-chinoise à Wuhan et retard d’appréciation dans la gestion de la crise. A quoi faire payons-nous tous ces gens ?
    https://cn.ambafrance.org/Voyage-officiel-du-Premier-Ministre-en-Chine-visite-du

  • 300 000 morts non mais franchement un peu de sérieux…
    Calcul rapide en prenant le chiffres de la Corée du Sud, qui sont les seuls actuellement permettant de travailler sur un échantillon repésentatif:

    300 000 tests effectués
    9000 cas détectés
    100 morts

    On considère que tous les morts du Coronavirus dans le pays ont bien été testés. En effet c’est un pays développé, donc tous les gens gravement malades sont conduits à l’hôpital et testés. Du coup le nombre de testés positifs qui sont morts, représente assez bien le nombre total de mort par le Coronavirus.
    Si on considère que pas mal de petits vieux sont morts chez eux et n’ont pas été conduits à l’hôpital, on peut partir sur un nombre de mort par exemple de 200 par le Coronavirus.

    Donc

    300 000 tests effectués
    9000 cas
    200 morts réels

    Cet échantillon assez représentatif nous apprend que:

    9000/300000=que 3% de la population Coréenne est infectée soit 51 470 000 x 0.03=1 544 000 personnes le sont actuellement
    Sur ces 1 544 000 personnes qui ont le virus, 200 sont mortes soit un taux de létalité de 200/1 544 000=0.00013 soit 1.3 morts pour 10000 personnes

    Si on considère que 70% de la population française va l’attraper, cela fera au total 67 000 000*0.7= 46 900 000 soit 46 900 000*0.00013=6097 morts

    C’est à dire que si on ne fait rien pour arrêter le virus et qu’on le laisse se propager, on arrive au même nombre de morts que la grippe normale

    Donc pourquoi est-on en quarantaine, faut m’expliquer…

    Si à terme la mortalité est plus élevée en France qu’en Corée, alors soit les Français sont moins résistants au virus, soit le système de soins est moins bon, soit mes calculs sont faux 🙂

    Sources:https://www.numerama.com/sciences/612916-depistage-du-coronavirus-pourquoi-la-coree-du-sud-sen-sort-si-bien.html

    PS: facteurs pouvant expliquer la différence de létalité entre pays à terme:

    Qualité générale des soins variable d’un pays à l’autre, nombre de lits en réa, nombre de médecins par patients, maillage du territoire en hôpitaux

    • @LouisF
      Bonjour,
      En prenant les estimations de l’article de Thomas Pueyo dans lequel il est dit qu’il faut multiplier le nombre de cas dépistés par environ 27 pour trouver le nombre de cas de personnes atteintes. Prenant 7730 de cas avérés, le nombre de personnes atteintes dépasse 208.000. De ce nombre, j’étais arrivé à un nombre de décès dépassant 6200. Dans l’article, le taux de mortalité des personnes malades est d’environ 3% (208.000×0.03)
      Nous en sommes, en ce permier jour du printemps 2020, à plus de 12.000 personnes atteintes. (12.000×27=324.000 324.000×0,03=9720) C’est moi où on se rapprocherait du nombre de morts de la grippe ? Si c’est le cas, alors il y a un virus qu’on ne traite pas à la hauteur des dégâts qu’il cause. (Et dire que quand je reste chez moi pour ne pas contaminer le millier de personnes avec lesquelles je travaille, j’ai droit à aux gros yeux et à « Vous n’êtes pas fiable. »)

      • Oui effectivement je discutais de cet article avec un ami ce matin, qui me l’avait recommandé.
        Je lui ai d’abord fait remarquer que les données datent un peu (quelques jours lorsque l’on parle d’évolution exponentielle, c’est beaucoup).
        Ensuite Thomas Pueyo évoque pour la Corée du Sud une mortalité de 0.5%, car les soins sont de meilleure qualité que dans d’autres pays (3%).
        En regardant les dernières données en provenance de Corée du Sud (celles que je cite dans mon premier commentaire), on remarque que la réalité est bien différente. En effet là-bas l’épidémie est sur le délin et les chiffres communiqués pas loin d’être définitifs.

        En partant de là on arrive sauf erreur de ma part, à une mortalité de 0.013% soit 1.3 morts pour 10 000 infectés…loin de ce qu’on nous annoncait.
        Loin de moi l’idée de dire que Thomas Pueyon a tord. Simplement j’ai l’impression que les dernières observations ne correspondent pas à ce qu’il prévoit.

        • « soyons sérieux ». si une estimation varie du simple au double à l’arrivée d’une nouvelle info c’est que les estimations sont TRES grossières. tiens vous avez déjà un décalage entre nombre de morts et cas dépistés , demain certain seront morts dans vos cas dépistés… il faut utiliser une méthode qui inclut la prise en compte de cette dynamique… vous ne pouvez pas faire ce rapport aussi simplement.

          • grosso modo. à chaque nouveau bidule comme ça on voit..des gens en détresse puis des morts…

            ne comptant au début que des morts..et ne pouvant faire que ça c’est au départ quand on cherche le pire scenario c’est tous aux abris on va tous mourir…

            puis on commence à cerner le truc.. on voit les malades qui ne meurt pas.. puis les malades asymptomatiques..etc etc…

            la mortalité par la grippe est elle si bien connue que ça?
            la VRAIE méthode serait de determiner qui a été en contact avec le virus et qui en est mort.. tester les morts et tester des échantillons aléatoires de population un truc comme ça, je ne suis pas biologiste

            non..on peut faire different trucs je pense par exemple regarder les variations du nombre de morts et dire..c’est la grippe là…ou recenser les morts attribués à la grippe.. et estimer la population touchées façon modèle épidémiologique… je ne sais pas je ne connais pas cette science..
            certes on peut le faire de façon mathématiquement complexe mais… j’ai comme un doute…

            voila où on en est.. pour la grippe..quand on a eu du temps..

            • et en plus vous avez deux « logiques » qui s’affrontent l’une qui est d’estimer le nombre possible de morts..je viens de voir une vidéo de raoult qui dit qu’on n’a JAMAIS réussi à le faire vous compterez les morts à la fin si c’est possible ..et l’autre qui est d’imaginer le pire..qui est en fait assez difficilement réfutable.. or les gens qui doivent accueillir les patients on besoin de connaitre le pire…car sous estimer c’est tuer.
              chamailleries donc.

          • Oui justement pour éviter de prendre en compte cette dynamique (c’est précisément ce qui est très dur à modéliser j’imagine), j’ai supposé que la Corée du Sud étant à un stade avancé, pour de pas dire terminal de la propagation du Virus, ces chiffres ne changeraient pas.

      • avec de grosses marges d’erreur.. et attention il faut supposer que les caractéristiques de l’épidémie ne changent pas…

    • @LouisF
      Bonjour,
      « 300 000 morts non mais franchement un peu de sérieux… »
      Comme on dit : « Qui peut le plus peut le moins. » Mais celui qui peut le moins ne peut pas plus.
      L’Etat traite notre système de santé (et du coup notre santé) par dessus la jambe malgré les sommes astronomiques qu’il nous soustrait.
      Bien que la Santé lui rapporte un grand nombre d’euros dans ses caisses, il n’applique pas le zèle qu’il applique pour notre « sécurité » routière. Non pas que je souhaitrerais plus de radars et plus de sanctions pour des infractions sans victimes.
      S’il avait prévu un plan pour contrecarrer la mort de 300.000 personnes, on n’en serait pas là.

      • Non mais bien sûr, je suis suis d’accord sur le fond pas de souci.
        Le problème c’est que ce chiffre de 300 000 morts est repris à la pelle par les alarmistes qui n’ont de cesse que de voir le verre à moitié vide, et justifient ainsi la privation de liberté que nous subissons actuellement, et que je ne pensais pas possible au 20ème siècle dans despays supposés démocratiques…
        J’essayais du coup de montrer qu’en se basant sur les chiffres quasi définitifs en provenance de Corée du Sud, on trouve un taux de létalité de 1.3 pour 10 000 ce qui est quand même moins alarmant que 1%, vous en conviendrez.

        Soit dit en passant le 1.3 pour 10 000 coïncide parfaitement avec la létalité de la grippe H1N1 de 2009 évoquée dans cet article sur Contrepoints
        https://www.contrepoints.org/2020/03/21/367049-covid-19-peut-on-faire-confiance-aux-donnees

  • Faire confiance aux individus ! Dans quel France vivez vous ? Vous avez déjà vu qu’on peut faire confiance. Les Français (pour, malheureusement, une grande partie d’entre eux) sont irresponsables, nourris a

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles