Allocution de Macron sur le Coronavirus : le collectif au dessus de tout

Non contente d’être devenue en quelques semaines le troisième foyer d’infection actif au monde, la France s’est mis en tête de sauver l’Europe de la crise économique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Renew Europe pre-summit 2019 by ALDE Party (CC BY-NC-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Allocution de Macron sur le Coronavirus : le collectif au dessus de tout

Publié le 13 mars 2020
- A +

Par Olivier Maurice.

Cela devient désormais une habitude : à chaque crise, à chaque problème, nous avons droit exactement au même discours, aux mêmes analyses et à la même conclusion qui se résume dans cette phrase introductive du discours d’Emmanuel Macron de ce jeudi 12 mars : il faut « placer l’intérêt collectif au-dessus de tout ». (2’30 de la vidéo)

Et pour cela, la méthode est encore et toujours la même : il faut écouter ceux qui savent (les scientifiques), leur faire intégralement confiance, puis suivre aveuglement ceux qui peuvent (les pouvoirs publics). (3’30 de la vidéo), surtout que nous possédons les meilleurs spécialistes du monde.

Une fois avalé ce petit rappel sur les règles du jeu grâce à une bonne gorgée d’arrogance cocardière que l’on pourrait résumer par : « Nous sommes les meilleurs du monde. Nous nous savons, nous, nous faisons et nous, nous décidons. Donc taisez-vous et faites ce qu’on vous dit », s’ensuit la liste à laquelle tout le monde s’attendait : un édifiant florifère d’excuses, de constats d’échec, d’approximations, de coups de menton, de désignations de coupables et de boucs émissaires…

On frôle même le dantesque, quand le président de la République avoue qu’il (a priori le gouvernement) savait que tout ce qu’il entreprenait ne servirait absolument à rien : « Les spécialistes […] nous ont dit que, malgré nos efforts, le virus continuait à se propager et était en train de s’accélérer… Nous le savions, nous le redoutions » (4’10 de la vidéo)

Aveu d’échec et d’impuissance

En l’occurrence, « placer l’intérêt collectif au-dessus de tout » signifie plusieurs choses.

D’abord que notre système de santé (le meilleur au monde et que le monde entier nous envie) sera totalement incapable de gérer la crise, et que pour tenter de mitiger le désastre annoncé, il faut gagner du temps « coûte que coûte » : mettre des milliers d’élèves en vacances, des milliers de salariés au chômage, des milliers de personnes âgées en isolement et des milliers d’entreprises en faillite…

Ensuite, l’école publique sera remplacée par des garderies publiques, les aînés sont confinés, mais doivent aller voter, le télétravail est une initiative gouvernementale, les malades ont besoin des transports publics, les rassemblements sont interdits mais autorisés, les réservistes et les étudiants seront mobilisés, l’État ira même jusqu’à déterminer et codifier quels cas nécessiteront une hospitalisation…

Grand discours et interventionnisme

La mobilisation générale est décrétée (11’50 de la vidéo)
Elle permettra dans quelques jours, quelques semaines, quelques mois, de faire ce que les Coréens et les Allemands (entre autres) ont mis en place dès le tout début de l’épidémie, c’est-à-dire un dépistage massif des personnes infectées, afin de confiner les malades, les prendre en charge et de libérer les personnes en bonne santé.

Elle permettra aussi de fabriquer un antidote et un vaccin, qui seront, si tout va bien, disponibles lorsque l’épidémie sera passée.

Elle permettra surtout d’augmenter encore et encore l’État nounou, l’État dépensier et interventionniste par la mise en place d’un énième « plan de relance national et international » (16’10 de la vidéo), qui permettra d’augmenter à volonté dettes, impôts et fragilité monétaire.

Car non contente d’être devenue en quelques semaines le troisième foyer d’infection actif au monde, la France s’est mis en tête de sauver l’Europe de la crise économique. De sauver le monde entier même, en mobilisant le G7 et le G20 (17’30 de la vidéo).

Le collectivisme ne fonctionne pas…

Parce que le grand risque, vous savez, c’est l’individualisme !

« De telles épreuves ne se surmontent pas en solitaire » (20’00 de la vidéo) : ce ne sont pas les individus qui sont malades. Ce ne sont pas les individus qui risquent de perdre un parent, un proche, leur emploi, leur santé, leur liberté.

Ce ne sont pas les individus qui en faisant attention, en restant attentifs éviteront la propagation de la maladie. Ce ne sont pas les individus qui devront reconstruire l’économie une fois la crise passée, qui devront payer la gabegie financière des mesures de relances inutiles et inefficaces. Ce ne sont pas des individus qui passeront des nuits blanches à bosser aux urgences et dans les services de réanimation… c’est L’État et rien que l’État.

Si le collectivisme ne fonctionne pas, c’est à cause de l’individualisme. Et donc, il faut donc encore plus de collectivisme !

Emmanuel Macron a fait ce jeudi un immense aveu d’impuissance.

« Le gouvernement ne peut pas tout » (20’26 de la vidéo), aveu qui ne rassurera personne. Il a fait une magnifique démonstration d’arrogance, allant même jusqu’à gronder les Français de ne pas se laver les mains (21’20 de la vidéo).
Et ?

Mais concrètement ? Concrètement, aucune, absolument aucune réponse concrète que l’ensemble des Français attendait :

Quel est le plan pour qu’en France, se reproduise ce qui s’est passé dans les pays asiatiques, c’est-à-dire l’endiguement de l’épidémie en quelques semaines ? Même si la France n’est pas capable de mettre ce plan en exécution, n’est-ce pas là l’objectif vers lequel nous devons aller ?

Qui est en charge de s’occuper de la montée en charge des hôpitaux ? Quel est le plan prévu, combien de lits, de respirateurs ? Quelle est la capacité nécessaire, existante, celle prévue ?

Qui est en charge de la mise en place des mesures prophylactiques ? Quand les tests seront-ils accessibles, à défaut d’être généralisés ?

Qui est en charge de la coordination des fournitures de matériels, masques, gants, respirateurs, etc. auprès des divers industriels ?

Qui est en charge de la collecte quotidienne des données et de l’information factuelle, avec des données réelles et fiables et ainsi faire cesser la panique et l’escalade d’approximations et de rumeurs ?

Qui ? Personne et tout le monde. Les cerfa et le principe de précaution. Les grandes phrases et les mots creux.

Entre dire et faire, entre mots et actions, entre collectivisme centralisateur et faire confiance aux individus, entre collectivisme déresponsabilisant et déshumanisant, entre discours infantilisants et creux, entre tout cela et autre chose, il faudra un jour choisir.

Qui a dit un jour qu’Emmanuel Macron était un libéral ?

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • il a fait de la com , comme d’hab ; et puis promettre des cent et des milles à deux jours des municipales , ça peut avoir quelques effets sur les ceusses qui vont allez voter ;

    • Si vous avez des enfants encore jeunes inscrivez-les vite à un cours de comédie, ce sera très utile plus tard ! Savoir bien déclamer est essentiel à un bon avancement professionnel.

  • Tout ce que je peux dire, c’est que ce discours et la situation dans laquelle la France se trouve sont pathétiques!

  • Tous les pays dans lesquels le virus se répand ont du se mettre en quarantaine. La China a mit en quarantaine l’équivalent de la France, l’Italie le poumon économique du pays, la Corée du Sud tout son pays, donc accuser Macron de vouloir mettre en quarantaine le pays et chouiner que cela va affecter « l’économie » c’est le comble de la stupidité. Les morts ne travaillent pas, ni ne consomment pas.

  • Macron : le collectif über alles ? sans vergogne aucune !

  • bravo pour cet article
    en effet, ceux qui ne mourront pas auront la chance de crever de faim ou d’éponger la dette jusqu’a ce que mort s’ensuive

    • Eh oui, mais c’est le but, non ?
      Il faudra bien l’éponger cette dette, madame Lagarde semble y tenir ! Alors un peu plus un peu moins, et surtout avec une telle excuse ce sera plus facile d’autant que ce sera une obligation ! Un petit décret et hop ! le compte bancaire, ou l’assurance vie ou le pauvre livret A : vidés ! Sans rouspétance dans les rangs, il faudra se montrer solidaires !

  • « Demain on rase gratis » est une promesse complètement dépassée.
    A la Veille d’une élection Macron promet : « Quoiqu’il en coûte !  »
    C’est sur il restera comme un des principaux artisans dans l’histoire de la Faillite de la France.

    • Comprendre « demain on tond gratis (pro Deo) ».

      Ce qu’ont promis Macron et Lemaire, c’est plus d’impôts : « on fera ce qu’il faut, l’état mettra les moyens nécessaires et plus, ça coûtera ce que ça coûtera ».

      Comme Hollande : « ça coûte rien, puisque c’est l’état qui paye ».

  • Macron libéral?
    Il profite du coronavirus pour laisser filer les dépenses publiques, le déficit et la dette. Il s’adonne au socialisme qui est son ADN.
    Il a abandonné le « en même temps ». Il n’est plus socialiste et libéral; il est simplement socialiste. Au moins maintenant c’est clair pour tout le monde.

  • Ce qui m’inquiète le plus c’est l’annonce dans les prochains mois « de décisions de rupture »
    Curieusement aucun des médias ne cherche à préciser ce que cela signifie.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Face à la menace internationale, il est urgent de réinvestir dans nos armées afin de protéger la France et l’Europe et défendre nos valeurs de liberté que les générations précédentes ont acquis au prix de leurs vies. Aussi le président Macron a-t-il dévoilé vendredi les grandes orientations de la future Loi de programmation militaire 2024-2030, augmentant les budgets d’un tiers. Mais augmenter les budgets est une chose, dépenser l’argent public avec efficacité en est une autre…

Si, selon Clémenceau, la guerre est une affaire trop série... Poursuivre la lecture

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF France

Au mois de mars dernier, un rapport d’une commission d’enquête diligentée par le Sénat avait jeté un pavé dans la mare. Il s’agissait d’examiner les prestations à caractère intellectuel fournies par les grands cabinets de conseil à l’État, pour une somme annuelle avoisinant le milliard d’euros. Par nature, elles sont subjectives et sujettes à caution. Toutefois, ce coup de projecteur plutôt négatif sur les activités externalisées de l’État a fait un peu vite oublier l’intérêt que pouvait ... Poursuivre la lecture

Le président de la République, le ministre de l’Économie, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Transports, le ministre de l’Intérieur et sept autres ministres ! Au moment où tout ce que la France compte de socialistes, de communistes, de trotskistes, de staliniens et d’anarchistes déferle sur paris au cri de « Ça va péter ! Ça va péter ! Ça va péter ! », le chef de l’État et onze des ses ministres - dont les plus essentiels à la résolution de cette crise - se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone.

 <... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles