Plafonner le prix du gel hydroalcoolique : pourquoi ça ne sert à rien

Plafonner le prix du gel hydroalcoolique : 3 raisons pour lesquelles ça ne marchera pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Purell by Valerie Everett(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plafonner le prix du gel hydroalcoolique : pourquoi ça ne sert à rien

Publié le 6 mars 2020
- A +

Par Margot Arold.

Plafonner le prix du gel hydroalcoolique supposé indispensable en période de coronavirus, voilà la dernière idée de notre ministre de l’Économie Bruno Le Maire devant la pénurie de ce gel dans les rayons des pharmacies et des supermarchés.

Pourquoi ça ne marchera pas ?

1. Parce que décréter un prix sur un produit en rupture de stock ne fait pas apparaître comme par magie ledit produit dans le rayon. Un peu comme lorsqu’on fabrique des maisons médicales pour pallier la pénurie de médecins : ça ne fait pas apparaître des médecins dans les déserts médicaux.

2. Parce que décréter un prix plafond aligne toujours les prix vers le haut : si auparavant vous pouviez trouver des gels à 1,50 euro voire moins, maintenant avec un prix fixé par l’État « au maximum à 2 euros »… vous les trouverez à… 2 euros.

C’est ainsi que fonctionne, qu’a toujours fonctionné le plafonnement des prix : depuis l’immobilier à Paris jusqu’au papier toilette au Venezuela : le prix maximum fixé par l’État, qu’il tienne compte ou non de la rentabilité pour le fabriquant/le propriétaire/etc. est le prix auquel le produit sera vendu in fine. Vous ne le trouverez plus moins cher.

3. Parce que cela va allonger la durée de la pénurie : le décret passera d’ici demain, mais « cette proposition va être validée par les professionnels puisqu’il ne faut pas qu’on leur demande de produire à perte. On va vérifier que nos hypothèses sont correctes ». Donc, les fabricants ont tout intérêt à attendre la fixation définitive du prix avant de lancer leur produit.

Sans compter que les pharmaciens peuvent fabriquer eux-mêmes un gel hydroalcoolique, en suivant les bons conseils de l’OMS : préparation qui demande du temps et des produits, qui ont un coût. Celui-ci sera-t-il conforme à ce que demandent les deux parties, acheteurs et vendeurs ?

Fixer un prix : quoi se mêle l’État ?

On s’interrogera sur l’emprise de l’État sur les entreprises privées qui n’ont rien demandé : le prix du gel hydroalcoolique n’étant pas pris en charge par l’Assurance maladie, pourquoi l’État se mêlerait-il se fixer son prix ?

Nul doute que cette question du remboursement interviendra d’ici peu, grevant encore le budget de l’État et donc augmentant nos impôts ou nos cotisations sociales.

Enfin jusqu’alors, si les rayons des supermarchés étaient vides, c’est que, ô miracle du capitalisme, les clients acceptaient de payer le prix demandé pour le produit mis en vente. Il y avait adéquation entre l’offre et la demande.

L’offre a disparu, la demande s’est amplifiée : les prix s’envolent. Bon, ils ne s’envolent guère plus loin que chez quelques vendeurs farfelus chez Amazon, c’est-à-dire les mêmes qui sont capables de vous facturer un article à 0,99 euro avec des frais de port à 150 euros… On trouve effectivement quelques très rares gels hydroalcooliques au prix de 45 euros (par exemple) livrables en… avril ou mai 2020.

Ce sont des cas isolés. Malheureusement, comme souvent en France, on fait une loi à partir d’une urgence ponctuelle ou d’un fait isolé ; et ce sont ces cas isolés qui ont été soufflés à l’oreille de Bruno Le Maire pour qu’il prenne un décret auquel visiblement il n’a rien compris.

En résumé : jusqu’ici, tout allait relativement mal. Maintenant avec l’intervention de l’État ça va aller mal de façon absolument certaine.

Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • Surtout que les fabricants ont le monde comme clients, pourquoi vendre en France alors que le monde achète le produit quelquesoit son prix.. Le maire est une nouille

  • pendant qu’il y est , l’a qu’à encadrer les prix des gants jetables , et puis ceux des filtres à cafés , parait que ça marche quand on s’en sert pour faire un masque….

  • B. Le Maire serait-il un nostalgique de la file d’attente, le marqueur des régimes communistes ?

  • et sans compter qu’ on peut revendre..autrement dit marché noir..
    .

    ce n’est pas le prix que vous fixez monsieur le maire… si on entend par prix combien on paye pour obtenir un produit..dessous de table et revente hors controle étatique.

    en outre, la belle affaire de payer 10 euros un flacon de gibolin près de chez moi quand je veux si l’alternative est de parcourir la france entière pour ne trouver un au prix officiel de 4 euros.. ce qui e revient plus cher!!!!

    ceci dit je pense que le maire le SAIT…. c’est juste un politicien et il faut bien se rendre compte de la vérité la majorité souhaite cela…

    par contre monsieur le maire…moi je vais exiger de savoir si vous pouvez disposer de gel hydroalcoolique « comme moi »…
    vous jouez avec le populisme, il risque de vous mordre..
    les gens respectent les dirigeants qui se mettent au niveau du citoyen.. vous serez scruté et légitiment ridiculisé quand les gens sauront que POUR VOUS, il y aura toujours du gel…

    • « il faut bien se rendre compte de la vérité la majorité souhaite cela… »
      Logique.
      L’immense majorité des français n’a aucune connaissance en économie (merci l’EdNat) et considère que tous ou presque tous les problèmes peuvent/doivent être réglés par l’Etat.

  • activisme politique.. je fais des trucs..

    ce qui étonne le plus est qu’après coup si ,comme il est probable ,on aura à peine freiné l’épidémie il y a aura une examen entre les prétention incroyables des politiques et les résultats…

  • Grosse buse comme ministre de l’agriculture(qui savait même pas ce qu’était un ha expliquant que les maths c’était pas son truc) pourquoi serait ‘il devenu par miracle bon aux finances

    • « quand on est con, on est con » (Brassens, le temps ne fait rien à l’affaire).

      • @breizh-« Les cons ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît » – Michel Audiard

      • @breizh-« Il vaut mieux se taire et passer pour un con plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute sur le sujet. » – Coluche

        • Coluche n’y est pour rien, il s’agirait peut être plus d’Antoine de Rivarol au XVIIIè siècle, citation reprise depuis…

    • Carlos Ghon ne savait surement regler un carburateur et pourtant….

      • Carlos Ghosn a montré sa compétence quand il s’agissait de redresser et de gérer des entreprises, même au bord de la faillite.
        Où monsieur Lemaire a-t-il montré ses compétences ? Je veux dire, dans la vraie vie…?

  • Les douze mots les plus terrifiants de la langue anglaise sont :
     » I am from the Government and I am here to help you »

    (je suis du gouvernement, et je viens vous aider)

    Ronald Reagan

  • Dit par mon pharmacien: si le prix du fournisseur est supérieur au prix bloqué, on refusera … d’en commander, et les flacons resteront chez les grossistes.
    Après tout, s’il y a des pauvres couillons capables de payer un produit 10 fois son prix habituel, tant pis pour eux; ils n’avaient qu’à acheter du savon de marseille.
    En résumé: Démagos, rigolos.

    • Mais, de manière surprenante, il n’y a pas un micro tendu par les médias à votre pharmacien de bon sens. Au contraire, la mesure est présentée comme répondant à une attente générale… La ressemblance avec l’information telle qu’elle circulait au delà du rideau de fer, d’après ce que m’ont raconté ceux qui en « profitaient », est frappante. Enfin, non, je semble le seul à m’en offusquer…

      • non vous n’êtes pas seul mais l’état tente de vous le faire croire pour obtenir sinon votre accord au moins votre silence et c’est çà qui est très fort !!!!

    • @jaja64-Dans le flacon de gel hydroalcoolique, il n’y a que la deuxième partie du mot qui est intéressante

    • Normalement on bloque le prix à un niveau voisin de ce qui se pratiquait. La spéculation ne vient pas du producteur, il n’en a pas besoin car il vend plus de produit avec une marge constante, mais des intermédiaires. Donc si le grossiste classique ne veut pas garder son stock, il ne peut pas dépasser un seuil de marge et lui aussi a gain sur le volume donc il n’a pas à changer ses prix.
      C’est typiquement un produit qui ne peut être en pénurie, si vous ne trouvez pas de gel, prenez de la vodka, du rhum…

      • Votre raisonnement pourrait se tenir si les frontières étaient fermées et le produit fabriqué entièrement en France ainsi que tous ses éléments constitutifs.
        Or les frontières sont ouvertes et certains produits et/ou les matières premières le constituant ne viennent pas de France.

        Donc le grossiste et/ou le fabriquant lui-même distribuera le produit en priorité dans les pays qui paient le plus! Permettant d’ailleurs de limiter l’augmentation des prix dans ces mêmes pays…
        L’augmentation de la demande du produit fini augmentant également la demande des matières premières, ces dernières verront leur prix augmenter dans un 1er temps, ce qui obligera le fabriquant à augmenter ses prix. S’il ne le fait pas, il ne pourra plus acheter les matières premières (sauf à produire à perte), ces dernières étant vendues aux pays qui acceptent d’en payer le prix.

        Donc, si la crise se prolonge un tant soit peu, après avoir bloqué le prix de vente au détail, l’Etat devra bloquer le prix de vente du fabriquant (s’il est français) et le contraindre à vendre sa production en France. Puis l’Etat devra bloquer le prix de vente des matières premières (si elles viennent de France)…etc Cela profitera aux entreprises basées à l’étranger et fragilisera les entreprises françaises du secteur favorisant leur chute si elles étaient un peu fragile ou leur rachat par l’étranger. Mais il est vrai que ces conséquences à court/moyen terme ont toutes les chances de se produire pendant une autre mandature…

  • Ce qui est vraiment très drôle avec Bruno, c’ est le sérieux avec lequel il nous balance des énormités.

  • La beauté du capitalisme, c’est que s’il y a pénurie d’un produit les prix montent ce qui incite à consommer moins et à produire davantage, et l’équilibre se rétablit.
    Mais le Ministre Le Maire n’est pas à l’aise avec le capitalisme. En bon socialiste il pense que l’Etat (ses fonctionnaires et ses politiques) gère mieux l’économie que le marché libre.

    • @Jacques Peter- Le Bruno est tellement mal à l’aise avec le capitalisme, c’est qu’il veut le réformer. Comme disait De Gaulle, c’est un vaste programme

    • bon commentaire : il est socialiste !!! et çà suffit à le dépeindre !!!!

  • Les industriels doivent impérativementproduire 24 h / 24, 7J /7. Leurs coûts vont donc exploser.

    C’est donc le moment de plafonner le prix de vente, pour que ceux qui continueront à produire en 35 h / semaine fassent de plantureux bénéfices et que ceux qui voudraient répondre aux besoins soient en perte. Merci Bruno-Le-Futé !

    • Au contraire, pouvoir utiliser ses équipements 24/24 au lieu de 8 permet de mieux les amortir et d’améliorer ses bénéfices. C’est pas les 3 gars qui servent à activer les manettes qui coutent cher.

      • Bruno, sors du corps de menesdred !

        • Plus sérieusement, si c’était le cas, toutes les usines tourneraient au régime des 3×8 h. Or elles ne le font pas.

          • Vous pouvez augmenter un peu les fabrications dans le cadre d’une organisation de production (et du travail) existante dans une marge limitée (heures sup par ex). Déjà, il faut augmenter l’approvisionnement en matières premières ce qui ne se fait pas d’un claquement de doigts d’autant plus que la demande de ces matières augmente dans tous les pays.
            Ensuite , une réorganisation lourde de toute l’activité de production (passage au 3×8 par exemple) nécessite négociation (syndical ou non), accords salariaux, embauches…etc ce qui demande énormément de temps en France! Pour in fine aboutir à quoi?? A voir son prix de vente bloqué autoritairement? A se retrouver avec une organisation du travail et des couts de production inadaptés dès la crise terminée avec des nouveaux salariés sur les bras dont vous ne pourrez plus vous défaire??
            Seules les entreprises basées dans des pays bcp plus light en matière de réglementation diverses et variées peuvent le faire… Manque de bol, certaines d’entre elles sont basés dans des pays baignant dans le covid-19. 🙂 Cela va concourir à tendre encore plus les prix. 🙂
            Quelques entreprises en profiteront bcp mais très vraisemblablement pas en France. 🙂

  • Point 3: les fabricants n’auraient-ils pas plutôt intérêt à vendre tout de suite au plus haut prix possible au cas où le plafond fixé par le gvt serait inférieur ? Ils ont un pari à faire, il me semble.

    A mon humble avis, fabricants, grossistes et détaillants ont intérêt à prendre leur marge. Sinon, d’autres la prendront pour eux en achetant en quantité de façon à générer la pénurie et à revendre au prix le plus élevé possible. Sauf si le prix de départ est déjà assez élevé pour qu’ils ne puissent réaliser aucun bénéfice, ou à ce que soit instauré un rationnement permettant à chacun d’avoir son strict nécessaire.

  • Un peu d’eau de Cologne ou de l’alcool à 90° dilués dans de l’eau (bouillie) et un peu de gélatine alimentaire ?

  • Il y a autre chose: Il y a pénurie et j’ai du gel hydro alcolique. Il est possible que des parents d’enfants immuno déficients soient prêts à payer plus cher. Mais pourquoi je le leur vendrai à eux? Ma belle soeur m’offre le même prix…

    Et puis il y a pénurie ok c’est pas cool. Mais peut être n’y a t’il pas pénurie ailleurs… Mais pourquoi bougerais-je mon petit fion pour aller en cherhcer là où il y en a plein si les prix fixé par ce crétin de Le Maire ne payent pas le transport?

    Le Maire est nul. C’est son principal trait de caractère. Il est mauvais. Bon à rien, et à mon avis sérieusement pas très malin.

  • Selon la biblio ,le gel hydroalcoolique serait moyennement efficace.Donc user de savon c’est mieux.

  • Toutes ces conneries aboutissent a une seule chose, tout le monde va payer plus cher. Si le prix plafond est 5€ celui qui vendait 4 € passe a 4€,95 immédiatement.

    • et m’sieur le maire lui aura son gel ..parce que m’sieur le maire..il est utile pour gérer a crise..la preuve il prend des mesures …

  • Décidément ce gouvernement « ultra-néo-turbo-libéral » s’enfonce chaque jour un peu plus dans le socialisme. Personne ne voit rien?

  • La loi de l’offre et de la demande, c’est le premier cours en économie.

    • Et c’est ce que nos étatistes socialisants pensent pouvoir contrôler en premier.
      Ils en sont restés à la définition et la plupart n’ont jamais lu les chapitres concernant son fonctionnement et les conséquences d’un interventionnisme autoritaire dans ces échanges.
      Et même si certains ont été plus loin dans leur lecture, ils savent parfaitement que ceux qui les ont élus n’y comprennent rien et que les conséquences d’un tel interventionnisme survient après plusieurs années. Ils savent que les électeurs n’auront à ce moment pas les connaissances ni les capacités mnésiques pour leur reprocher quoique ce soit. 🙁

  • ce type fait partie de ceux qui ont compris à moitié la loi du marché….ils l’utilisent tous les jours avec leur « fiscalité comportementale » pour réduire le volume de certains marchés – le tabc,le gras, le sucre,……On pourrait les appeller les RANTANPLAN du business……Ne les surestimons pas;ils sont certes cyniques mais pour paraphraser CHARLIE HEBDO sont réellement plus bêtes que méchants

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Fabrizio Ferrari. Un article du Mises Institute

Parmi les nombreux éclairages que Mises apporte avec son grand œuvre L’Action humaine, il y a des remarques d’une grande clarté au sujet du mécanisme de formation des prix, du rôle que les entrepreneurs jouent pour favoriser une allocation efficiente des ressources et en quoi le socialisme est délétère pour l’économie dans la mesure où il perturbe l’équilibre des relations entre prix, entrepreneuriat et allocation des ressources.

Les prix et la valeur subjective

Dans une économ... Poursuivre la lecture

Par Maria Lily Shaw [1. Economiste à l’IEDM.] et Krystle Wittevrongel[2. Analyste en politiques publiques à l’IEDM. Elles signent ce texte à titre personnel.] Un article de l'Institut économique de Montréal

Près de 40 % des Canadiens ont reçu leur première dose de vaccin contre la Ccovid-19. Alors que les campagnes de vaccination nationales battent leur plein, les effets positifs de l’innovation pharmaceutique sur la santé et le bien-être de la population ne peuvent être plus clairs.

En plus de ces retombées importantes, le sect... Poursuivre la lecture

Par Pierre Schweitzer.

Cette terrible épidémie a au moins quelques conséquences positives : on respire mieux, les animaux sont plus tranquilles, et le monde regorge de petites observations économiques passionnantes.

Alors que je réfléchissais au bien-fondé d'acheter un respirateur pour plus de 30 000 euros à un vendeur chinois douteux, on apprend par Renaud Muselier qu'une cargaison de masques achetée par la Région Sud a été "détournée" au dernier moment car un acheteur - américain semble-t-il - aurait payé trois fois le prix in... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles