Données personnelles volées : les politiciens, arroseurs arrosés ?

Avec l’affaire Griveaux, les politiciens se mettent à craindre pour leur vie privée… après avoir fait voter des lois qui permettent justement d’espionner celle de leurs administrés. Paradoxal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
facebook privacy by Stock Catalog(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Données personnelles volées : les politiciens, arroseurs arrosés ?

Publié le 17 février 2020
- A +

Par Margot Arold.

« Faillite républicaine », « déballage délétère », « dégradation de notre vie publique », les politiques s’inquiètent aujourd’hui de l’atteinte à la vie privée qui pourrait avoir lieu… les concernant. Le fait que Benjamin Griveaux ait dû retirer sa candidature aux élections municipales pour diffusion d’une vidéo personnelle à caractère pornographique les fait –enfin !– s’interroger sur ce qu’il pourrait leur arriver à eux si par malheur quelqu’un s’en allait fouiller dans leur vie privée.

C’est une préoccupation qu’ils n’avaient pas avant : de lois de surveillance en récupérations des données des particuliers, l’État se permet, lui, de prendre les données personnelles des citoyens au nom de motifs plus ou moins valables.

Collecter les données de santé avec un petit problème lors de l’anonymisation ? C’est pour mieux faire des économies, mon enfant ! Écouter vos conversations téléphoniques ou piller vos mails ? C’est pour mieux lutter contre le terrorisme, mon enfant ! Utiliser contre vous vos publications sur les réseaux sociaux ? C’est pour mieux lutter contre la fraude fiscale, mon enfant !

Cette surveillance généralisée n’inquiétait jusqu’à présent que les défenseurs des libertés civiles. Et tout à coup, des données privées, qui ne concernent qu’un seul individu, et ont été sorties du domaine privé où elles auraient dû rester, suscitent l’indignation collective des politiciens ?

Pour une fois, dans ce domaine, ils sont nos égaux : ce qu’ils font sur les réseaux sociaux ou de leurs communications privées peut se retourner contre eux.

Il est ironique que ce soit ceux-là même qui minimisaient les risques des lois de surveillance, ou de collecte massive de données personnelles qui se mettent aujourd’hui à se méfier de ce qu’il peut advenir de ces informations.

Certains dénoncent une « américanisation de la vie publique ». En quoi est-ce « américain » de violer la vie privée ? On se trouve décidément les coupables qui arrangent, au Parti socialiste.

Espérons qu’il ne leur viendra pas à l’idée d’interdire encore plus, de verrouiller encore plus les communications sur les réseaux sociaux, avec le prétexte habituel de nous protéger : non seulement c’est inutile (ces interdictions de communiquer se contourneront toujours et c’est tant mieux). Mais c’est contre-productif : plus on tente d’empêcher l’accès à l’information, quelle qu’elle soit, plus on sert la mauvaise cause.

Au contraire il serait bénéfique qu’ils comprennent enfin que la vie privée doit être protégée au maximum. Qu’ils s’en souviennent lors du prochain vote qui concernera celle de leurs concitoyens…

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Si vous n’avez rien à vous reprocher, vous n’avez rien à craindre…
    Ha ha ha !

  • la peur étant mauvaise conseillère , je crains que les interdictions , les verrouillages de communication ne soient la seule réponse des politiciens ; c’est qu’ils ont pris une sacrée baffe avec l’affaire Griveaux !

  • Je ne vois pas pourquoi ils y réfléchiraient plus que ça, puisque cela permet aussi et surtout de surveiller toutes les formes d’ opposition, en cours ou à venir.

    • Espérons que ce ne soit pas la dernière et que les français se réveillent avant qu’il soit impossible d’envoyer tout ce petit monde à la Santé pour quelques années de repos bien mérité

  • Paradoxal ? Ces Jean Foutre pensent appartenir à une race supérieure.

  • wiki pedia La pornographie est la « représentation complaisante — à caractère sexuel — de sujets, de détails obscènes, dans une œuvre artistique, littéraire ou cinématographique », cette représentation explicite d’actes sexuels finalisés ayant pour but de susciter de l’excitation sexuelle1.

    pornographique??? une conversation video est une oeuvre?
    une vidéo contenant du sexe n’est pas pornographique…à la rigueur on peut taxer ou non le russe de pornographe selon l’intention qu’on lui prête..du moins c’est mon opinion.. mais bon…

  • nous avons toujours en tête l’argument « massue »… si on a rien à se reprocher on ne risque rien..
    sauf que..si on a rien à se reprocher des tas de petits gestes ou des tas de petites conversations du quotidien peuvent être utilisés contre nous pour nous humilier ou nous diffamer…

    il y a une faille… nous sommes des êtres sociaux… même si on ne fait rien d’illégal, si on fait un truc ou bien tabou ou bien simplement désapprouvé par la majorité de la société on peut être banni de fait…et détruit…

    je suis d’ailleurs certain que ceux la majeure partie de ceux qui défendent à juste titre ( au point de vue de l’atteinte à la vie privée) griveaux rient grassement …et vont l’éviter..

    et c’est un dilemme tout le monde désapprouve l’atteinte à la vie privée..mais porter atteinte à la vie privée d’une personne qu’on veut abattre fonctionne bien et est peu risqué…
    une remarque..un berlusconi qui dit j’aime coucher avec des femmes est difficile à abattre…
    le moyen de se protéger est de savoir assumer qui on est.

    ce qui abat griveaux n’est PAS qu’il se masturbe devant une jeune femme en vidéo..c’est sa volonté de montrer une image respectable et de ne pas assumer une iberté sexuelle pourtant relativement banalisée.

    On a toujours eté soumis au risque de voir sa vie privée atteinte..
    mais désormais la vie privée n’existe plus… ou bien l’etat sait..ou bien google sait… donc on remet dans les mains de l’etat un outil capable de détruire..

  • L’affaire griveaux n’est pas une affaire de vie privée.!

    • En effet. Dès lors que ce clown a rendu publiques sa vie privée et ses soit disant valeurs familiales dans Paris Match, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même… Le citoyen ne tolère plus la duplicité.

    • si c’est une affaire de vie privée..mais par contre griveaux est un personnage public qui d’un certaine façon nous vend une image de lui..
      de la m^me façon qu’on demande une enquête sur le patrimoine des élus… ce qui est aussi du domaine du privé! on pourrait leur demander une enquête de moralité..pour voir si ce qu’ils nous vendent est authentique..

  • Voilà exactement le type de discours ridicule que l’on voit fleurir un peu partout, qui considère que tout est de la vie privée et qui dénonce en même temps les trop nombreuses atteintes à la vie privée.
    Nul doute qu’avec ces raisonnements on ne pourra aboutir qu’à une censure généralisée.

  • Vu les reactions de la classe politco-mediatique, ca n a prend pas le chemin. Tout le monde s indigne de la publication mais personne ne pense a la protection de la vie privee.
    D un autre cote, il faut bien reconnaitre que griveaux a fait cette video de son plein gré et l a envoye la aussi de son plein gre. Personne n est aller pomper des donnees dans son telephone (comme pour le patron d amazon) ou intercepter ces communications.
    Pour nos policiticiens c est quand meme grisant d esperer pouvoir surveiller en temos reel le cheptel …

    • « griveaux a fait cette video de son plein gré et l a envoye la aussi de son plein gre » : exactement !!!

      il a juste montré/confirmé qui il était !

      • d’après ce que j’ai compris il s’est masturbé devant une jeune femme durant une conversation vidéo…… et il semble qu’il soit illégal de rendre ça public…revenge porn toussa…

  • A chaque élection les révélations croustillantes: c’est le principal intérêt qu’on y porte. On s’amuse bien et on en guette d’autres.

  • La conclusion est touchante de naïveté… Tout ce que cette affaire apportera, c’est juste encore plus de lois et de contrôles. Le fait qu’ils seront totalement inapplicables n’effleurera même pas l’esprit de nos clowns à roulettes…

  • Très bien vu. La présidentielle a été sabotée, c’est au tour des municipales dans la capitale. Il est a craindre que le prochain président, (un peu comme l’actuel), soit en réalité le gagnant d’un concours de manipulations, bassesses et crapuleries.

  • Lire un article sur les données personnelles sur CP me fait toujours sourire, car le Réglement Général de Protection des Données n’y est pas renseigné (illégalité; mais au moins quelqu’un répond à la demande de l’utilisation de mes données personnelles :-)).
    Je suis effaré de ce que je lis comme commentaire sur M. Griveaux; avec quels mots et quelle facilité le vol de ses données (et donc le viol de sa propriété privée) est justifiée et acceptée.
    Il y a ici une confusion gravement préjudiciable pour les libertés entre la nécessaire transparence et l’espionnage pur et simple.

    Pour ce qui concerne la surveillance par l’Etat (et l’espionnage par les sociétés privées, ce qui m’inquiète encore plus), ben.. c’est pas facile.. Tout est question de degré.
    – surveillance systématique, injustifiée, illégale par l’Etat = danger.
    – surveillance ciblée, encadrée par la loi et la justice par l’Etat = ok… jusqu’à un certain point.

    Voir sur Facebook qu’un travailleur en arrêt-maladie se fait péter au champagne à Ibiza et utiliser cette info pour lui couper son indemnisation, ça ne me choque pas. Mais chercher dans ses réseaux sociaux pour voir s’il est effectivement pas à Ibiza, ça c’est pas ok.
    Surveiller le téléphone des frères et amis de M. Terroriste Confetti pour voir s’il n’y a pas une ramification, ok. Surveiller les téléphones de tout ceux qui s’appelle Ahmed, pas ok..

    • en effet..sur le viol de la vie privée..il faut faire abstraction de qui est griveaux..
      c’est condamnable… quoique…voyons le cas d’espèce…c’est la jeune femme devant qui il s’est masturbé qui a donné la vidéo d’après ce que j’ai cru comprendre sans doute illégal… mais ça n’est pas de l’espionnage… juste une loi qui protège les couillons!!!

      même sur l’atteinte à la vie privée on est donc à la limite… griveaux me semble être un idiot.. on se se masturbe pas sur le net devant une personne qu’on ne connait pas à plus forte raison si on est un personnage pour qui la réputation compte…

      le problème pour moi est que ce qu’à fait griveaux n’est pas illégal…c’est juste en décalage avec son image.. une remarque griveaux ne subit AUCUNE sanction…il n’est juste pas soutenu pour se présenter ( et de fait DOIT se retirer…)
      la seule sortie honorable pour griveaux aurait été de se maintenir…et d’assumer sa vie…

      ce n’est pas un quidam…c’est un élu…une personne qui possède des privilèges liés à sa fonction..qui a accepté d’assumer des responsabilités et de représenter le peuple…
      c’est à la limité de la violation de la vie privée…puisque la vidéo a été envoyée à cette femme seuls une loi douteuse protégeant les idiots le « protège »… il n’y a pas eu besoin d’intrusion dans son intimité… c’est juste la jeune femme qui parle de SON intimité… d’ailleurs si elle avait raconté dans la presse le fait une griveaux se soit masturbé devant elle… je ne sais pas si cela aurait été illégal… c’ est mal élevé , odieux mais sans doute légal…
      mais diffusé une vidéo de ce type semble etre illégal…

  • Il faut combien de voix pour virer un député ? et un fonctionnaire ?

  • Une chose me paraît certaine : les gens qui sollicitent nos suffrages en vue de diriger le pays se doivent d’être exemplaires, en tout cas ils se doivent d’être honnêtes. Si un candidat admet ouvertement être homosexuel, ou dans un autre registre affirme être végétarien, ou… (tout ce qu’on voudra) et qu’il se trouve que c’est vrai, ou si au contraire on vient à apprendre que ce n’est pas vrai, ce n’est pas la même chose.
    Si dans votre commune une personne que vous connaissez bien (du boulot ou autre) se présente aux élections municipales, et qu’il se met à tenir un discours dont vous savez qu’il ne colle pas du tout à la réalité, vous allez instinctivement éviter de voter pour lui, car à l’évidence il s’agit d’un arriviste, quelqu’un qui trompera les électeurs s’il est élu.
    Il est normal de vouloir connaître un minimum les candidats aux élections, y compris concernant, un minimum, leur vie privée. Ces gens prétendent quand même gérer le pays, les conditions dans lesquelles nous vivrons (et notre argent) !
    Donc si une différence doit être faite entre le citoyen lambda et le politicien concernant la vie privée, c’est ce dernier qui doit faire le plus de concessions.
    Or nous voyons se dessiner l’inverse : le citoyen surveillé de plus près, devant potentiellement rendre des comptes pour avoir mal parlé voire mal pensé, et le politicien qui lui aurait le droit de tout cacher – même et surtout quand sa vie privée est en totale contradiction avec son discours politique ?
    Le politicien ayant de plus grandes responsabilités, un plus grand pouvoir (délégués par nous, les citoyens), il se doit d’accepter un niveau de transparence plus élevé que le simple citoyen, et non l’inverse.

    • oui…

      et d’ailleurs..on exige une enquête sur le patrimoine..qui relève aussi du privé…

      griveaux a LA solution dire..je n’ai rien fait d’illégal, je demande pardon à ma femme…et je persiste à me présenter car ça ne change rien, à mon opinion, à mes capacité à diriger paris…

      • Vous avez raison, Griveaux pouvait assumer, rester droit dans ses bottes, demandant (ou non d’ailleurs) pardon à sa femme, et se maintenir candidat… mais dans ce cas précis, il est descendu tellement bas que ça n’aurait servi à rien, et même, à mon avis, sa carrière est fichue (et ça ne me dérange, mais alors absolument pas).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Virginie Tisserant|1. Doctorante Histoire de la Politique (laboratoire Telemme-CNRS), Aix-Marseille Université.]. Un article de The Conversation

L’opinion publique n’existe pas écrivait Pierre Bourdieu dans un texte fondateur publié en 1973. Cet intitulé questionnait le fonctionnement, la pertinence et le degré de représentativité des sondages apparus au cours du XXe siècle.

En effet dès la fin du XIXe siècle, l’évolution des démocraties libérales et l’organisation des masses participent à la naissance du citoyen et du consomma... Poursuivre la lecture

"Mon premier souhait est de voir ce fléau de l'humanité banni de la Terre".

George Washington écrit cela à propos de la guerre dans une lettre de 1785, et malheureusement, plus de 200 ans plus tard, ce souhait que tant de personnes ont ardemment formulé ne s'est toujours pas réalisé.

La guerre est un événement épouvantable, banal et horrible. Cette réalité est si traumatisante et inhumaine que l'on a du mal à croire que des hommes et des femmes continuent à s'engager pour y participer.

Mais, comme l'a récemment dit Ron Pa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles