La croissance économique : un moyen efficace pour réduire les inégalités

Accélérer la croissance et la création d’emplois obligent ainsi les employeurs à se faire concurrence sur le marché de l’embauche et profitent ainsi aux employés et demandeurs d’emplois.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La croissance économique : un moyen efficace pour réduire les inégalités

Publié le 23 octobre 2019
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon et Alexandre Massaux, respectivement président-directeur général et chercheur associé à l’IEDM (iedm.org).

Lors du débat des chefs du lundi 7 octobre, il a été question des inégalités économiques. Pour ce problème, les candidats pourraient s’inspirer de l’exemple américain. L’économiste Joseph Stiglitz qui vient de publier Peuple, pouvoir & profits et qui est partisan du Green new deal, appelle à ne pas suivre le modèle économique américain qu’il accuse d’être générateur d’inégalités. Un raisonnement repris par bon nombre de politiciens québécois et canadiens, surtout en période électorale. Pourtant l’actualité économique des États-Unis contredit ce discours.

Décrit comme le « président des riches » par bon nombre de ses opposants, la présidence de Donald Trump voit pourtant une augmentation des salaires chez les travailleurs à faible et moyen salaires selon les dernières données du Census Bureau américain. L’éditorial du Wall Street Journal du 20 septembre 2019 dresse, à cet effet, un bilan positif de la situation économique actuelle des États-Unis avec un marché de l’emploi florissant et une hausse des salaires inégalée en dix ans. Cette réussite doit permettre la réflexion.

Les populations désavantagées : les gagnantes de la croissance économique américaine

Contrairement à ce que répètent en boucle les démocrates et l’intelligentsia québécoise, la classe moyenne américaine ne s’appauvrit pas. En fait, elle devient de plus en plus riche et rejoint les catégories à hauts revenus. Le revenu des classes moyennes croît plus fortement sous la présidence Trump (6,8 %) que sous celle de Bush Jr (0,7 %) et d’Obama (1,7 %).

En 2018, moins de 30 % des ménages gagnaient entre 50 000 et 100 000 dollars (c’est-à-dire la classe moyenne). Néanmoins, la proportion des foyers ayant moins de 50 000 dollars par an est passée en 2018 en dessous de la barre des 40 % pour la première fois depuis la création du Census en 1967. Parallèlement, les foyers ayant plus de 100 000 dollars par an dépassent 30 %. Ainsi la population américaine devient de plus en plus riche.

L’ironie est que les populations avantagées par les Trumponomics sont celles qui tendent à voter davantage pour le parti Démocrate. Selon les données communiquées par le Wall Street Journal, les minorités sont les grandes gagnantes de cette croissance économique. En effet, le revenu médian réel des ménages dirigés par une femme sans conjoint a fait un bond de 7,6 % l’an dernier. Le taux de pauvreté des ménages dirigés par une femme a diminué de 2,7 % pour les Noirs, de 4 % pour les Hispaniques et de 7,1 % pour leurs enfants. De même, le taux de chômage des femmes noires est tombé à un niveau bas historique de 4,4 % et celui des femmes hispaniques à 4,2 %.

Les millenials américains profitent eux aussi de cette croissance. Les 15/24 ans, sensibles aux idées socialistes et constituant un électorat attiré par les propositions de Bernie Sanders, voient aussi leurs niveaux de vie s’améliorer avec une hausse de leurs revenus de 9 %.

Ainsi si les gauches québécoises et canadiennes veulent vraiment aider les populations vulnérables et réduire les inégalités, elles auraient tout intérêt à promouvoir la croissance plutôt que déployer des réglementations qui bloquent celle-ci et retombent ainsi sur les travailleurs pauvres.

La clé du succès : laissons faire les individus

À bien des égards, la raison du succès américain est simple à comprendre. L’accent a été mis sur les possibilités économiques et la mobilité des revenus plutôt que sur la redistribution des revenus. La hausse des impôts, les réglementations contribuent à ralentir la croissance et à accroître les inégalités. Au contraire, les baisses d’impôts et les déréglementations de l’administration Trump sont des mesures qui portent leurs fruits.

Accélérer la croissance et la création d’emplois obligent ainsi les employeurs à se faire concurrence sur le marché de l’embauche et profitent ainsi aux employés et demandeurs d’emplois. Dans une telle situation peut-on encore dire que la réduction des impôts ne profite qu’aux riches ? Bien sûr, tout n’est pas parfait et la guerre commerciale fragilise les effets de la croissance américaine et touche particulièrement le secteur industriel. Mais les méfaits du protectionnisme américain confirment que les entraves au marché libre sont néfastes.

Finalement, plutôt que de vouloir réduire le nombre de riches à travers les impôts et les réglementations, laissons les individus devenir eux-mêmes riches en leur offrant un contexte économique favorable basé sur la liberté.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • de quoi ? la croissance économique? mais non voyons la taxe!
    la décroissance verte, l’impôt abusif!
    Voila qui maintient l’électeur dans les rets de la « solidarité » et l’enchaîne a l’établi aussi surement qu’un prêt immobilier, ou un achat a credit!
    la croissance non! la décroissance oui! les malheureux votent bien
    ils votent sociaux démocrates!

  • « La croissance pour réduire les inégalités »; bien évidemment mais, cela n’est envisageable que dans un pays emprunt de libéralisme au plan politique et au plan économique.
    Mais, le libéralisme bien compris implique un reconditionnement de la sphère Étatique dans le sens de l’allègement et de l’efficacité ce qui implique une véritable décentralisation et une bonne dose de démocratie directe.
    Bref, quitte à radoter, l’exemple Helvétique que la Macronie ne saurait voir !…

    • Dès que l’on cite l’exemple suisse une levée de bouclier des socialistes s’opère en France! Ce n’est pas transposable car c’est un petit pays, et puis leur richesse vient des banques, etc…
      Comme d’habitude l’ignorance associée à la bêtise et la malhonnêteté de la gauche dans toute sa splendeur!

  • L argument des revenus est un peu biaisé. Il faut deja comparer en $ constant pour compenser l inflation et il faut aussi voir ce que vous pouvez avoir pour ce montant. Et en particulier les depenses contraintes.
    Si par exemple votre revenu passe de 100 a 120 (soit +20 %) mais vos depenses contraintes (impots, logement, securite sociale …) passent de 50 a 80 votre situation ne s est pas amelioree. Avant vous aviez 100-50= 50 a depenser. Maintenant vous avez 120-80= 40

    Il faut aussi savoir que certaines depenses deviennent obligatoire avec le temps. En 1970 vous pouviez parfaitement vivre en France sans carte de credit ni telephone. Aujourd hui ne pas avoir de CB ni de smartphone est handicapant (par ex pour consulter mon compte bancaire, j ai du installer une app de smartphone)

  • Diminuer les inégalités n’est pas un but et meme contre productif le but louable est l’amelioration de la vie pour tous meme si il y a des pauvres ils doivent vivre et seul la croissance permet cela

    • Y a probleme dans mon post , la croissance ne se decide pas elle s’obtient sans doute en evitant de chercher l’egalite au prix d’une spoliation de certaines categories au profit d’autres


  • Dans cette video, O.Delamarche nous explique qu’il n’y en a plus chez nous et que la croissance nous conduit à l’endettement.. Pour croître encore dans d’autres pays lointains qui en ont encore 1 peu, il faut s’exporter. Un intervenant qui prêche pour son « Objectif 50 » implantée à l’Etranger fait le plaidoyer ( son Eglise) ou des associations implantées sur le terrain, plutôt que au réseaux des Chambres de Commerce ?…

  • Bonjour,

    Très bon article.

    Vous pourrez aussi dire à vos collègues canadiens que si les États sociaux démocrates européens moins inégalitaires étaient des États américains, ils se classeraient en bas de classement en terme de revenu moyen et seraient considérés comme pauvres selon les standards américains.

    Personnellement, entre l’Europe et l’Amérique du Nord, j’ai fait un choix: prendre le risque de faire « pauvre » en Amérique du Nord, c’est plus rentable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Saul Zimet.

Les chiffres de la croissance économique pour le premier trimestre de cette année sont tombés, et ils sont lamentables. Dans l'économie très réglementée des États-Unis, nous en sommes venus à nous attendre à des taux de croissance faibles. Mais une croissance négative est particulièrement mauvaise, ne se produisant que dans des conditions économiques terribles. Et pourtant, décroître est précisément ce qu'a fait l'économie américaine au cours des trois premiers mois de 2022.

Selon un communiqué du département du ... Poursuivre la lecture

À partir du moment où l’on admet qu’il existe des « limites à la croissance » comme l’a théorisé le rapport Meadows publié par le Club de Rome en 1972, ou lorsqu’on pense comme Jean-Marc Jancovici que « la planète n’acceptera pas d’avoir 10 milliards d’habitants », dans le droit fil des prédictions apocalyptiques sur l’impossibilité d’obtenir une production alimentaire en phase avec la croissance démographique formulées aux alentours de 1800 par l’économiste britannique Thomas Malthus, on en vient assez rapidement à vouloir imposer un mode de... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles