Ce que Joseph Stiglitz conseille à Emmanuel Macron

Selon des sources non confirmées, au cours de leur rencontre, Joseph Stiglitz aurait indiqué à Emmanuel Macron que le principal problème de la France n’était pas dans des aides sociales trop élevées mais dans le manque de travail disponible.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron By: OFFICIAL LEWEB PHOTOS - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce que Joseph Stiglitz conseille à Emmanuel Macron

Publié le 8 décembre 2016
- A +

Un article d’Emploi 2017

Les conseils de Joseph Stigliz à Emmanuel Macron
Emmanuel Macron By: OFFICIAL LEWEB PHOTOSCC BY 2.0

On sait qu’Emmanuel Macron est en faveur de la multiplication des milliardaires : comme il le dit, il n’y a pas conflit avec les milliardaires au sein du parti communiste chinois puisqu’ils sont tous membres du parti. Il est plus surprenant d’apprendre qu’il est parti consulter Joseph Stiglitz à New-York sur la façon de sortir la France du chômage et de créer des emplois…

On sait que Joseph Stiglitz est prix Nobel d’économie et fait bénéficier de sa très grande expertise toute la presse conservatrice américaine, du New York Times au Los Angeles Times en passant par le Washington Post et le Dallas Morning News.

Le manque de travail disponible

Selon des sources non confirmées, au cours de leur rencontre, Joseph Stiglitz aurait indiqué à l’ancien ministre de l’Économie que le principal problème de la France n’était pas dans des aides sociales trop élevées mais dans le manque de travail disponible. Il aurait rappelé que répartir le travail n’était pas la solution, que le travail dans une économie n’était pas une denrée en quantité finie, mais qu’elle dépendait du nombre de nouveaux entrepreneurs prêts à prendre des risques et des financements que ces entrepreneurs recevraient d’autres entrepreneurs ayant déjà réussi.

Il aurait rappelé à Emmanuel Macron que toutes les études faites par la Small Business Administration – à commencer par celles de Robert Gaston de 1988-1990 – démontraient qu’avant le capital-risque, les start-up dépendent du financement des Business Angels ; la loi de 2011 de Barack Obama avait aidé à ce que l’investissement des nouveaux entrepreneurs par les anciens entrepreneurs à succès soit la clé des pépites et licornes américaines. Cet investissement serait bien plus considérable que celui du « venture capital » de la Silicon Valley ou le financement par l’argent public, qui, heureusement d’après Stiglitz, est quasiment inexistant aux USA.

Créer des emplois

D’après lui, la création massive de nouvelles entreprises est la clé de la sortie du chômage mais pour y parvenir, il faut faire comprendre que créer des emplois est aussi la seule façon de devenir riche ou même très riche et qu’il faut donc, non seulement encourager les jeunes à devenir millionnaires ou milliardaires comme en Chine, mais mettre en place un système fiscal qui élimine toute taxation des plus-values sur les investissements dans la création et le développement des entreprises nouvelles. C’est une condition pour que se multiplient ces patrons d’entreprise ayant déjà réussi qui apportent à ces start-up leur argent mais aussi leur expérience.

Espérons qu’Emmanuel Macron, s’il est élu président de la République, saura appliquer les conseils d’un très grand expert économique.

Nota bene : les recommandations de Joseph Stiglitz paraissent largement fondées, car les investissements des Business Angels (BA) américains seraient de 23 milliards de dollars, ceux des BA français de 60 millions d’euros. Les BA américains ne sont individuellement pas très riches puisque leur fortune moyenne est estimée à environ 5 millions de dollars, mais en s’entre-aidant de génération en génération, ils seraient maintenant plusieurs centaines de milliers.

Sur le web

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • Malheureusement, je pense qu’on est loin de la réalité…
    Les entrepreneurs sont bridés non par taxation des plus-values mais par : la complexité administrative kafkaïenne des règles (fiscales ou autres) volatiles et complexes, et les coûts salariaux. ????Le chômage concerne en grande majorité les smic et petits salaires peu diplômés, ils ne vont pas travailler dans des start-up….

    • Bonjour, si on prend quelques exemples: Huber, Google, Amazon, vous noterez que toutes ces entreprises, autrefois start-up il n’y a pas si longtemps que ça, embauchent des personnes non qualifiées. Certes, dans les débuts on cherche des compétences car il faut définir le business model, analyser le marché, etc. mais derrière les services et autres taches sont portées par d’autres profils: même Space-X a besoin de monteurs

      Donc dans l’immédiat, vous avez raison, par contre sur le long terme j’aurai tendance à ne pas être du même avis

  • « saura appliquer les conseils d’un très grand expert économique »
    C’est une blague ? Vous avez déjà lu un bouquin de cet individu ?

    • +1 Tout ce que Stiglitz dit de bien est évident, tout le reste est immonde. Ce mec est un en fait un étatiste.

      • Emploi 2017 est un ramassis de rigolos. Rappelez-vous leur sortie sur la taxation des heures sup’. Ici, comme par hasard, ils relèvent « que le principal problème de la France n’est pas dans des aides sociales trop élevées mais dans le manque de travail disponible » comme si ceci n’était pas dû en partie à cela. Ils aiment l’Etat, ils aiment les taxes, ils aiment Macron, le conseiller privilégié de gras-du-bide. Encore une fois, je me demande ce qu’ils font dans ces colonnes.

    • J’ai lu et j’ai conclu que c’était un parfait imbécile nobélisé.

  • A mon avis ce genre de conseil n’aurait pas déplu a mr de la Palisse…..Macron n’est quand même pas aussi bête que ça!

  • Moi je trouve qu’ils sont trop Balèzes ces grands experts:
    « D’après lui, la création massive de nouvelles entreprises est la clé de la sortie du chômage »
    Putain fallait au moins aller aux USA pour trouver une si lumineuse idée.

    • En même temps Stiglitz a eu son nobel pour avoir expliqué que les gens qui ne savent pas ce qu’ils achètent se font avoir et que les commerçants qui savent que les clients ne savent pas ce qu’ils achètent ont tendance à en profiter( Theory of the market of lemons, ou un truc comme ça).

      • Stiglitz à eu son Nobel pour ses travaux sur les asymétrie d’informations (appliquées en particulier à l’assurance, au chômage ou au crédit bancaire). Si Market for Lemons (qui est un article d’Akerlof et non de Stiglitz) est l’article fondateur du champ des asymétries d’informations, c’est assez réducteur de le voir comme situation d’arnaque. Stiglitz à quand même pas mal travaillé sur le marché du travail, ce n’est pas sujet qu’il ignore.

        Le niveau de l’article (et des commentaires) est quand même abyssalement faible (comme d’hab sur contrepoint ?^^). Le pays qui à produit Bastiat et Say est tombé bien bas en terme de qualité de pensée libérale.

        • http://www.contrepoints.org/2013/11/19/146726-joseph-stiglitz-un-prix-nobel-au-service-de-lideologie-keynesienne

          Stiglitz fait partie de ces individus qui mettent leur intelligence et leur renommée au service de leur idéologie (vous avez dit Krugman ?)

          La qualité de ses travaux dans un champ d’application, même récompensés par un Nobel, ne le dispense pas de la rigueur et de l’honnêteté intellectuelle pour donner un avis sur d’autres sujets économiques.

          Et puis on peut « pas mal travailler » des années sur un sujet et se planter quand même sur ses conclusions…

          • « Et puis on peut « pas mal travailler » des années sur un sujet et se planter quand même sur ses conclusions… »
            Voila.

            Lui et Krugman sont les archétypes des charlatans experts en éco.

        • Le problème de Stiglitz depuis qu’il a reçu son prix Nobel est devenu idéologue. Il s’est persuadé qu’il connaît tous les sujets et qu’il peut parler sur tout. Ce qui fait qu’il dit énormément de conneries. Il a notamment soutenu le chavisme au Venezuela dont aujourd’hui on voit le désastre.
          Même chose pour Krugman. Les travaux sur les échanges internationaux et la mondialisation de Krugman sont remarquables. Il a reçu le prix Nobel pour cela et le méritait vraiment. Le problème c’est que depuis qu’il a reçu ce prix, il se permet de donner son avis sur tout. Le pire s’est que les médias font comme si le fait qu’il ait le prix Nobel faisait qu’il était compétent pour parler de tout.
          Il suffit de voir toutes les prédictions foireuses de Krugman. Il y a quelques années, il a vanté la France par rapport à la GB. L’histoire a montré qu’il avait totalement tort. ( même si depuis le brexit, j’ai des doutes sur l’avenir de l’économie britannique).

          • Oui et on retrouve le même problème chez des gens comme Piketty. Mais y a une différence entre dire « il faut séparer les travaux théoriques de Stiglitz/Krugman/Piketty » de leurs prises de position grand public et « c’est n’importe quoi ce qu’ils racontent, Schumpeter avait tout dit » qui relève du troll. Et force est de constater que ici on est plus souvent dans le second cas que dans le premier. Ce n’est pas par ce que les médias disent n’importe quoi qu’il faut faire pareil, à croire que c’est de bon ton de décrier la trinité Piketty/Stiglitz/Krugman histoire de se donner bonne figure alors que 99% des detracteurs n’ont jamais du lire un seul de leurs articles académiques
            … :p

        • Le niveau de l’article (et des commentaires) est quand même abyssalement faible (comme d’hab sur contrepoint ?^^).

          Euh, mais grâce à vous, le niveau remonte. merci :mrgreen:

        • @Demandered: J’ai bouffé du Stiglitz et du Akerloff alors que tu jouais encore avec ton caca. Alors oui effectivement j’ai fait une approximation. C’est loin tout ça. Maintenant je bosse au lieu de me toucher sur des théoriciens bidons pédants et arrogants. Il n’empêche que les thèses de Stiglitz sont des lapalissades assez consternantes. Je suis désolé mais ses travaux sur l’assymétrie d’information arrivent juste à des démontrer des évidences de manière amphigourique. On est loin de la fulgurance de Hayek ou de la profondeur de Shumpeter.

          Quant au niveau des commentaires désolé de vous apprendre un scoop mais on ne jette pas tout notre talent dans notre prose à chaque fois qu’on poste. Mais puisque vous semblez savoir où le niveau est élevé allez y , indiquez nous un site où le niveau est plus élevé que sur contrepoints. Je sens qu’on va bien se marrer.

  • Espérons qu’Emmanuel Macron, s’il est élu président de la République, saura appliquer les conseils d’un très grand expert économique.

    Comme Chávez au Venezuela ? Il est important de suivre les conseils de ce très grand expert économique qui, en 2002, concluait à l’absence de défaillance du système de cautions, par le gouvernement américain, des crédits immobiliers aux ménages insolvables : l’histoire lui a donné raison… :-/

  • surprise, surprise !!! Stiglitz aurait donc (enfin) compris comment marche l’économie (la vraie) ???

    • Personnellement, je crois que cette information est fausse en totalité. Je cite :  » Selon des sources non confirmées, … », « Joseph Stiglitz aurait indiqué », « Il aurait rappelé à Emmanuel Macron », … tout est de la même farine. L’auteur ne sait manifestement ni de qui, ni de quoi il parle. Le New York Times, Le Washington Post, des fleurons de la presse conservatrice américaine : laissez-moi rire. Stiglitz ne s’est certainement jamais exprimé comme il est dit dans cet article et ce n’est pas demain la veille.

      • Après relecture de l’article, je pense qu’il faut le lire au second degré : voir la référence au modèle chinois, ou le lien vers l’article de Contrepoints sur Stiglitz. 😉

  • Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre. Même s’il écoute le prix Nobel d’Économie, monsieur Macron, ne réussira pas. Avons nous, en France, vu un seul responsable politique créer un emploi?. A part les emplois fictifs de Chirac, payés juridiquement par monsieur Juppé. Ou les emplois aidés de monsieur Hollande, qui sont en fait des emplois de « pré-fonctionnaires » payés par nos impôts locaux.
    Et ne parlons pas de monsieur Sarkozy qui a crée la société luxembourgeoise destinée à récupérer les rétro-commissions concernant les ventes de sous marins au Pakistan.
    Donc, inutile de « penser » que monsieur Macron, sortira de son cerveau, une idée de création d’emplois réels. Et les recommandations de Joseph Stiglitz peuvent bien être fondées, elles s’appliquent au modèle économique américain, pas à la société économique française, nourrie depuis trop longtemps au « paternalisme d’État socialisant ».
    Certes, monsieur Macron a « initié » la création de plusieurs centaines d’emplois de chauffeurs de cars, mais si les écolos, demain découvrent que un car pollue plus que 50 voitures réunies, alors cela risque de poser problème.

    Alors, pour lutter contre le « manque de travail disponible », conseillons à celles ou à ceux qui seront en charge de la destinée des français en juin 2017, de trouver des gens disponibles pour remettre de l’ordre dans nos forets en les nettoyant de tous les bois morts et de les revaloriser à travers la création d’une industrie de transformation des copeaux de bois. Et là, pas besoin de bac+5, juste besoin de milliers de « sans dents », qui à travers ces emplois en CDD de projet, participeront à leur rendre l’estime d’eux même et à les libérer des « aides sociales trop élevées ». Revoir le documentaire « In Situ » de France3 du mercredi 7 décembre.
    Coté « Sécurité », que les UMP/LR/PS ont généreusement oubliés les dégâts collatéraux sur les proches des victimes, je conseillerai de créer 1 emploi de « charcutière ou de bouchère » dans chaque prison. En charge de « désarmer » tous les « super mâles de leur atout de sexualité active, très active, trop active ». Cela leur changera leur voix. Et la voix des victimes seront moins « étouffées » par des juges « inamovibles de par leur statut ».

  • Je croyais que Stiglitz était keynésien comme Krugman. Aurait-il compris comment fonctionne l’économie?

  • C’est juste du second degré, l’auteur de l’article bernard zimmern s’est bien amusé en provoquant.
    Mission réussie

  • +1 Turing et Shark50.
    C’est bien sûr plus évident quand on connait Zimmern

  • Je ne comprends pas, si le problème est la pénurie d’emplois, pourquoi tant d’employeurs se plaignent de ne trouver personne quand ils ont besoin de recruter… Et pourquoi on est obligé de recruter tant d’étrangers faute de mieux ?
    Je pense quand même que notre système social actuel n’encourage pas les chômeurs à retravailler …
    C’est bien une partie du problème, l’autre étant le harcellement des entreprises par l’ Etat et sa spoliation des richesses produites…

    • Les recruteurs se plaignent de ne pas avoir de candidats quand il y a moins de 10 postulants pour un poste.
      Ou alors, ils recherchent « un mouton a 5 pattes » parlant anglais, russe et portugais, avec 10 ans d’experience, moins de 30 ans et sans attaches. Sans jamais s’embêter à former eux mêmes un jeune diplômé.

      • Retraité de ma TPE biens d’équipements très spécialisés 18 salariés 10 M € de CA 95 % export dont 60 % hors UE, j’ai connu la difficulté de trouver un jeune cadre débutant pour un poste de Responsable de Zone ( 1/3 du monde) voyageant environ 20 semaines /an. Anglais+ Allemand et ou Russe ou Chinois.
        Nous avons trouvé un allemand…

        • Ben fallait m’embaucher… ? sauf que je suis ingénieur agronome, pas le bon diplome donc vous auriez surement jeté mon CV des reception…
          Enfin bref de toute façon je suis parti sous d’autres cieux.

  • Je retire ce que j’ai dit sur Macron, il est bête comme ses pieds question finances d’État et des francais,il vient de sortir des énormités sur les cotisations sociales….un truc qui ne connait sûrement pas vu sa carrière de financier pistonné où le salaire n’est qu’alibi.

  • Autrement dit, il y a chômage quand il y a un manque de travail. çça c’es la définition selon Larousse, ainsi que selon Monsieur de La Palice.
    Il fallait sans doute aller chercher un grand spécialiste pour nous le dire !
    Chômage = absence de travail !Si on définit l’ un comme la cause de l’autre, et non seulement comme synonyme définitionnel, c’est grammaticalement intelligible, dans le temps, il suffira donc, du point action, de travailler pour éliminer le chômage, évidemment.

    Encore n’est-ce pas si évidemment facile, même en essayant de ns pas avoir de le voir !

    C’est bien sûr du second degré : M. S. prenant son interlocuteur pour plus bête que lui, lui conseille de ne rien enlever à toutes nos coneries et de continuer à dépenser. Simplement ,de créer du travail, c’est à dire l’impossible dans les conditions actuelles.

    Surtout ne pas chercher à faire revenir les entrepreneurs partis travailler ailleurs !
    Quel bon sentiment envers la France !

    • « Surtout ne pas chercher à faire revenir les entrepreneurs partis travailler ailleurs ! »

      Dans la mondialisation, ça coûte trop cher. La baisse des PO me paraît prioritaire.

  • « Stiglitz fait bénéficier de sa très grande expertise toute la presse conservatrice américaine, du New York Times au Los Angeles Times en passant par le Washington Post et le Dallas Morning News. » Il suffit de lire ce passage pour comprendre que c’est du second degré.

  • Ah! bon: il faut etreprix Nobel pour trouver ça?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles