Ça se discute : pas d’État-providence pour les migrants

Les migrants sont-ils un poids insupportable pour notre système social ? Que se passerait-il si on ne leur y donnait pas immédiatement accès ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
ar12f24 by Common Table Communications(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ça se discute : pas d’État-providence pour les migrants

Publié le 6 octobre 2019
- A +

Par Charles Boyer.

Deux sujets provoquent de nos jours des émotions très fortes : le maintien ou la réforme de l’État-providence et la question des migrants.

Dans notre pays, les deux sont associés à la question de notre identité et, dès lors, difficiles à aborder uniquement par le biais d’une argumentation rationnelle, chiffrée et factuelle.

Comme si cela ne suffisait pas, les deux peuvent être fort liés, accroissant ainsi la complexité du débat.

Pour mieux l’appréhender, il est nécessaire de poser en préalable une question centrale, qui est de savoir si les individus sont influencés pas les incitants. Par exemple : la taxation du tabac joue-t-elle un rôle pour réduire sa consommation ? C’est un important sujet d’étude économique et sociale.

Cette question compte car elle dicte celle de savoir si notre État-providence attire certains migrants ou pas, et quels types de migrants. Certaines catégories socio-culturelles sont-elles plus susceptibles d’être motivées par les aides, allocations et protections sociales à disposition ?

Au cœur de ce débat, on constate parfois une forme d’alliance entre des positions anti-migrations et le souhait de préserver notre système social : les migrants seraient un poids trop lourd pour lui, et le mettraient en danger, par exemple en pesant davantage sur les prestations familiales car ils tendent à avoir plus d’enfants que les familles installées de longue date.

Il ne nous appartient pas de trancher cet aspect complexe. Remarquons juste que la réponse n’est pas si simple, les pays attirant le plus de migrants n’étant pas ceux disposant de l’État-providence le plus généreux, comme par exemple la Suisse. Par ailleurs, la jungle de Calais nous rappelle assez cruellement combien certains sont déterminés à quitter notre pays au système social si généreux pour un autre qui l’est relativement moins. Encore une fois, ceci est une discussion plus que légitime et très importante, à laquelle nous ne saurions ici apporter une conclusion.

Par ailleurs, notre État-providence semble avoir atteint la limite de ce qui est finançable et durable ; y ajouter à ce stade davantage de charges et de déséquilibres pourrait nous précipiter dans la crise. C’est un point de vue défendable et crédible.

Dès lors, en réponse à ces deux questions une approche pertinente serait d’interroger l’accès à notre État-providence à tout nouvel arrivant.

La question paraît extrêmement sulfureuse dans l’état actuel du débat politique, car elle se résume en deux mots : préférence nationale. Mais derrière cette question s’en cache une autre : est-il réellement pertinent d’être favorable au maintien de notre système social ? Autrement dit, est-il profitable pour les individus ?

Cette interrogation peut paraître provocatrice pour la plupart des Français aujourd’hui et pourrait apporter deux autres informations importantes :

  1. Quel impact sur l’attractivité de notre pays pour les candidats à la migration, et sur quel type de candidats ? Seraient-ils plus nombreux ? Plus entreprenants et travailleurs ?
  2. Quel impact sur les nouveaux arrivants à être exclus de notre système social ?

Sur le premier point, nous en revenons à la question des motivations : si les individus répondent en effet à des incitations socio-économiques, alors les candidats à l’installation en France seraient plus déterminés à s’intégrer par le travail ; peut-être même moins enclins à contourner les règles, l’ordre, la loi. C’est là une hypothèse.

Sur le deuxième point, l’absence d’accès à notre État-providence à une catégorie de résidents devrait être compensée par celui de s’assurer librement pour la santé, le vieil âge, le chômage ; étant bien entendu que ces personnes ne cotiseraient alors pas non plus pendant cette période. Ceci présenterait un double intérêt : ne pas risquer de faire empirer les dépenses sociales et vérifier l’impact d’une telle mesure pour ceux ne bénéficiant pas du système.

Ce sont deux choses importantes à savoir et à comprendre.

La question est politiquement polarisante et crispante, puisqu’elle touche simultanément deux sujets sensibles, où les sentiments sont parfois exacerbés.

Pourtant, pourquoi ne pas la poser et l’étudier sérieusement ? Elle pourrait nous permettre d’entrevoir des issues jusqu’ici largement ignorées.

Voir les commentaires (105)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (105)
  • Une autre question: comment se fait-il qu’ en Algérie les manifestations se passent dans un calme et une bienveillance exemplaire et qu’ ici en France, ces mêmes algériens cassent tout pour une simple victoire à la baballe?

    • tout simplement parce qu’en Algérie la police est féroce et la justice intraitable comme partout dans le tiers monde..
      en france la justice de gauche absout tout ce petit monde pour acheter leur vote

      • Mmhhh, une police féroce et une justice intraitable. Ça donne envie. Vous voulez dire que dans les pays du tiers-monde, la police et la justice sont efficaces ? Malgré une corruption endémique, un manque de moyen criant ?
        Vous n’avez jamais vu de manifestations avec tirs à balles réelles
        Votre tendance RN (dont vous vous revendiquez en période électorale) est bien visible ici. Un Etat policier ! Fort ! Intraitable ! Les libertés de chacun sont garanties, mais sans doute que les libertés des certains « ennemis » seront un peu supprimées…

        • N’importe quoi! Les deux intervenants précédents n’ont jamais dit que la police et la Justice de ces pays étaient enviables. Ils ont simplement indiqué qu’à partir du moment où il y a sanctions (et qu’elles sont appliquées bien évidemment), ces gens sont tout à fait capables de bien se tenir.
          En fait, vous leur attribuez des propos qu’ils n’ont pas tenus pour éviter d’avoir à argumenter sur le sujet (car pas d’arguments?) et pour déverser votre moraline à 2 balles.
          Au lieu de faire la morale, qu’avez-vous à dire sur cette différence de comportement d’une même population?

        • @luther
          prouvez moi que j’ai tort quand je réponds a une question posée

          • A Claude et mon ami Cyde,
            Il est dit clairement qu’une police féroce et une justice intraitable sont nécessaires pour que les manifestations ne mènent pas à des scènes de destruction. Alors qu’il est reproché à « la justice de gauche » de ne rien faire pour éviter ces scènes de destruction.
            Conclusion : à moins que Claude Henry de Chasne ne souhaite les destructions, il envie un police féroce et une justice intraitable.
            Je ne fais que lire, nom de flûte… Cyde… 1x dans votre vie, à mon égard, faite preuve d’honnêteté.
            Sinon, il est aisé de lire que ce que Claude Henry dit est faux (sinon les printemps arabes n’auraient pas eu lieu)
            https://www.liberation.fr/planete/2019/09/19/trois-morts-en-algerie-alors-que-le-pouvoir-accentue-la-repression_1752428

            • @luther
              vous connaissez le bilan des printemps arabes?

                • Je ne vois pas quel point de vue vous défendez avec cet article. Ce que je vois, c’est qu’une police féroce et une justice intraitable n’empêchent pas la casse, a contrario de ce que vous affirmiez plus haut.

                  • C’est marrant, je lis vos références, et elles n’invalident pas le post de CHDC.
                    Mentez, mentez il restera tjs qqchose

                  • Vous proposez quoi concrètement, Luther, pour éviter la chienlit évoquée par Stephane ?
                    Personnellement j’allais écrire dans la même direction que lui : à savoir que notre justice incroyablement laxiste – et pas par rapport à celle de pays comme l’Algérie, mais par rapport à ce qu’elle a été, et/ou devrait être – encourage les délinquants et autres islamistes de tous les pays à immigrer chez nous.
                    Bref, pour résoudre les problèmes soulevés dans l’article, il faut effectivement réduire les prestations sociales – pour tout le monde, et particulièrement pour les étrangers, particulièrement les clandestins pudiquement nommés « migrants » ou « sans papiers » – mais aussi cesser immédiatement le laxisme judiciaire.
                    Et vous ? Hormis ce propos extrêmement convenu, je vous cite : « Un Etat policier ! Fort ! Intraitable ! Les libertés de chacun sont garanties, mais sans doute que les libertés des certains « ennemis » seront un peu supprimées » ?

                    • ben déjà je ne traite pas les gens de chienlit, ça commence par le respect; sinon je suis pour une police bien équipée, bien financée, dont les membres ne se suicident pas plus que la moyenne, avec des salaires revalorisés et des embauches (argent public, attention); et une justice plus rapide, plus lisible, pas forcément plus ferme (la prison n’est pas la solution bien souvent), mais dont les sanctions sont respectées et fermes, et une justice avec des moyens (re-argent public). Ça c’est le côté répressif, celui qui doit entrer en jeu quand le reste n’a pas fonctionné. C’est quoi le reste ? Ben simplement une société où le vivre ensemble et la solidarité ont remplacé le sentiment de se battre pour survivre dans une société déshumanisée. Une société prospère, avec des égalités de chance, avec des libertés et des devoirs, une société libérale en gros.
                      Les aides sociales sont mal réparties, mal distribuées, pas forcément trop généreuses, mais tout le système étatique est un monstre de complexité, et ça cause énormément de gaspillage.

                    • D’accord… le gloubi-boulga « progressiste » habituel, quoi. Sous couvert de « libéralisme », en plus…
                      1. Je ne traite pas les gens de chienlit, je traite une situation de chienlit. Du reste, certaines personnes, qu’on appelle usuellement racailles, peuvent quand même être traitées elles-mêmes de chienlit.Si cela choque vos prudes oreilles ou que vous ne voyez pas à quoi je fais allusion, je ne peux rien pour vous.
                      2. Vous voulez une justice « pas forcément plus ferme (la prison n’est pas la solution bien souvent), mais dont les sanctions sont respectées et fermes » : une chose et son contraire, ou l’art du flou le plus total, comme les socialistes savent si bien le faire.
                      Pareil pour votre tirade commençant par « Ben simplement une société où le vivre ensemble et la solidarité… » : vous vous payez de mots, mon vieux, comme tout bon « progressiste ». Car si vous avez l’impression que les devoirs des citoyens sont un concept mis en application, un concept intégré, une réalité dans la vie de tous les jours, alors que tout nous montre qu’au contraire, à force d’impunité notamment judiciaire mais pas seulement (à bien des niveaux en fait, à commencer par le cercle familial mais aussi l’école) le concept de devoir est constamment foulé aux pieds dans ce pays, alors vous êtes aveugle ou d’une mauvaise foi de niveau olympique.
                      Quant à votre dernière phrase : idem ci-dessus, l’art de dire une chose et son contraire « en même temps » comme dirait l’autre imposteur.
                      Bref, vous confirmez que vous avez choisi de troller, aussi j’arrête là de perdre mon temps.

                  • En tout cas, bravo! Belle manœuvre!
                    Vous avez réussi à entrainer la discussion sur le terrain de la justice, de la police et d’une société devant être plus progressiste…etc Bref, les poncifs habituels de nos socialisants hors-sols.
                    Par contre, vous n’avez toujours pas répondu à la question qui fâche votre idéalisme sociétal: comment expliquez-vous cette différence de comportement d’une même population? Sachant que de retour au pays, elle ne se permettait pas ce qu’elle se permet en France?

                    • Est-il indispensable que je doive systématiquement vous rappeler que je ne suis pas (sympathisant) socialiste ?
                      Vu que la question du « pourquoi ils ne se permettent pas » ne m’a pas été posée, je n’y ai pas répondue.
                      Ce que je sais du foot algérien, c’est qu’il est très politique. Ce que je sais des Algériens, pas grand chose, mis à part une histoire compliquée avec la France, où ils furent un jour fils et filles de France, et ensuite traités comme des immigrés voleurs de boulot.
                      J’ai connaissance des heurts en France avec la police, des destructions et saccages commis par des Algériens (ou pas) lors des matchs de foot de l’équipe nationale d’Algérie. (vous remarquerez que je n’utilise pas de mots tendres pour décrire ces agissements). Cependant, je ne suis pas abonné à TV Algérie (je n’ai pas la télé d’ailleurs) (vous oui peut-être et vous suivez certainement avec attention ce qu’il se passe là-bas après chaque match) et donc je ne peux en dire plus sur cela.
                      Il me semble que vous êtes une de ces personnes refusant (contre toutes les preuves et évidences) l’influence de la société sur les comportements humains. Pas moi, fort heureusement. Le souci ici, c’est l’intégration tout simplement, et avec toute sa complexité… Français pas français, considérés comme des citoyens de seconde zone, se communautarisant facilement, etc etc. Les torts sont des deux côtés, il ne faut pas être bisounours bien sûr. Ça me fait penser à ces adolescents dégradant leur école, en forme de rébellion contre l’autorité, contre la société dans laquelle ils se sentent mal etc.
                      Je ne suis pas psychologue, simple observateur curieux 🙂

                      Petite vidéo trouvée sur le net, à déguster avec un thé à la menthe :
                      http://afrique.le360.ma/algerie/societe/2018/11/16/23903-video-algerie-violentes-scenes-demeutes-bab-el-oued-apres-un-match-23903

  • c’est tout simple..
    on importe des pauvres , on les finance par la redistribution , ils consomment , çà pousse la croissance et fait la fortune de la grande distribution..
    voila le schema , la pauvreté est un marché secondaire , elle nécessite l’intervention d’un tas de services publics et associatifs, justifiants les personnels les budgets alloués..

    de l’immigration tout le monde en bouffe, sauf le contribuable qui lui finance toute l’opération

    • Ne cherchez pas des explications économiques, il ne s’agit que d’obéir à des considérations électoralistes.

      • certes mais doit on écarter le volet économique qui repose sur nos taxes?
        sans immigration , combien d’enseignants en moins?
        sans immigration, quel budget logement?
        sans immigration , combien de lits d’hôpital?
        sans immigration , combien de minimum retraites?

        • sans immigration , combien de prisons?

          • En ce dimanche matin, arrêtez de vous tourmenter sur le manque à gagner….
            Pourquoi ne pas règler le problème en créant une taxe pour l’immigration…. qui serait payée uniquement par les riches…..

            • c’est deja fait! et pas qu’un peu

            • Par manque de riche ce serait ce qu’il reste des classes moyennes qui se verraient édentées… 🙁

              • C’est certain; quoique, à Bercy, on phosphore actuellement pour taxer les évadés….

                • Seraient-ils contre l’Europe ❓
                  Ils suivent les lois quand cela les arrange.
                  En réalité, ils sont pour le retour de l’esclavage, transmissible de père en fils.

                • J’ai vu le projet de loi qui distinguerait l’impôt territorial par l’impôt universel, ça ne saute pas aux yeux tout de suite parce qu’on ne parle pas la même langue. Ensuite c’est pour créer une prison fiscale pour ceux qui en ont assez sauf à renier la nationalité française, art 23 code civil

                • Tout à fait. Mais la France n’est pas les USA. Pour aller faire payer des exilés fiscaux chez eux, je leur souhaite bien du plaisir!
                  Cela va pousser ces exilés à changer de nationalité et à abandonner la nationalité française. Ce qui leur permettra de revenir en France comme ils le veulent et le temps qu’ils veulent. Tout bénéfice pour eux.
                  Bien sûr, On pourra arguer que nos gouvernants pourront rendre impossible l’abandon de la nationalité française (comme pour certains pays). Mais quelle importance? A partir du moment où vous avez deux nationalités, qu’importe que vous n’ayez plus les paperasses officielles d’un des deux pays si vous avez l’autre.

                • évadés… J’allais réagir sur ce mot… mais en fait c’est le bon… Des gens qui ont fui une prison et un enfer fiscal…

    • « … fait la fortune la grande distribution, … »
      Vous devriez faire en sorte d’éviter d’utiliser les termes et sous-entendus des discours gauchistes et écolos.
      La « grande distribution » prend tous les clients qui veulent bien venir, et se moque bien de savoir qui ils sont, si ce n’est pour optimiser les produits à proposer à la vente.

      • en effet ,mais qui rend les pauvres solvables pour qu’ils remplissent les caddies?
        Le contribuable.. voila voila

        • La grande distribution s’en fiche pas mal des immigrés qui ne sont pas des bons clients (pauvres, et s’approvisionnent auprès des associations diverses et variées ou aux frais de l’état comme les « mineurs » isolés de 25 ans et plus…..)

        • Il y a aussi des pauvres qui travaillent.. voilà voilà

          • En réalité si on travail en France (à temps plein…) on est pas pauvre.. On a même un super salaire…!!
            Oui, mais… on s’en fait prélever 50% en charges patronales et salariales puis encore 20% en TVA et taxes diverses (essence, tabac, alcool surtaxés) et impôts sur le revenu (pour ceux qui le payent) voilà voilà…

            • Je vois pas le rapport..

              • Cherchez un peu…
                Il n’y a pas de pauvres qui travaillent en France…
                C’est un mythe gauchiste débilitant…
                Il y a des travailleurs surtaxés, dont l’état obèse, confisque la rémunération pour financer des puits sociaux sans fond…
                Vous voyez le rapport là?

    • Wi donc l’immigration n’est pas le problème et CHDN essaye de vous dire que l’état providence en est un.

  • et si vous investissiez dans le demandeur d’asile ? une filiale de la CDC a crée un fond d’investissement pour racheter plusieurs hôtels pour loger les demandeurs d’asile ( pas les SDF français hein ) …elle promet à ses souscripteurs un copieux rendement , 3,5% par an sans risques car c’est l’état ( donc nous ) qui règle le prix des chambres…il n’y aura plus qu’à faire le tri entre les ceusses qui viennent en France pour travailler et s’intégrer et les ceusses qui viennent pour glander …..bon courage à nos valeureux et mous politiciens …..ce pays est vraiment foutu comme le dit H16 ;

    • ça va finir par mal se passer

    • Source svp ?
      et votre petite phrase sur les SDF français blabla a déjà été démontée de toutes les manières possibles… renseignez vous…

      • olivierdemeulenaere.worldpress.com…..entre autre site qui ont sorti cette info ;

      • https://www.marianne.net/fonds-investissement-hotels-demandeurs-asile

        @Luther
        Sortez de votre bulle. La réalité est moins bisou que vous ne le souhaitez. 🙂

        • merci pour la source, c’est ce que je demandais.
          Il est écrit dans l’article « Au dernier pointage, ces foyers accueillaient deux tiers de demandeurs d’asile et un tiers de personnes hébergées en urgence »
          Puis-je demander à Véra ce qu’est une personne « hébergée en urgence » si ce n’est un SDF ?
          Ya un apport d’argent privé, avec rendement, ça ne devrait pas choquer les libéraux… Perso, je suis content de voir ce genre de solution.
          Cyde, ma bulle est infiniment plus grande que votre bocal.

          • « ce qu’est une personne « hébergée en urgence » si ce n’est un SDF ? »
            Une personne « hébergée d’urgence » est une personne dans le besoin d’un hébergement sans condition de ressources: étudiants, femmes (battue ou non) quittant le domicile conjugal avec ou sans enfants, chômeurs en situation difficile ou salariés pauvres…etc Donc bcp de gens. Les étrangers sans ou avec papiers et demandeurs d’asile aussi.
            Les SDF en font partie. Mais ils sont minoritaires ne serait-ce parce qu’ils ne possèdent pas les clés d’accès à ce type de demande la plupart du temps. De plus, les centres d’accueil ne se bousculent pas pour accueillir en priorité cette population certes souvent française bien souvent mais dérangeante en raison d’un contexte sanitaire et psychologique (et souvent psychiatrique en raison d’une proportion non négligeable de personne présentant des troubles légers ou graves parmi cette population) difficile. lien: sante.lefigaro.fr/actualite/2009/12/15/9948-tiers-sdf-presente-graves-troubles-psychiatriques
            Si les étrangers légaux et illégaux ainsi que demandeurs d’asile sont majoritaires dans cet hébergement d’urgence c’est que: 1/ ils sont très nombreux 2/ ils reçoivent l’aide de multiples associations lucratives sans but les aidant à franchir les barrières administratives pour y avoir accès.

            Aider un clodo, c’est moins médiatique, c’est plus difficile et c’est peu subventionné…

          • « Ya un apport d’argent privé, avec rendement, ça ne devrait pas choquer les libéraux… »
            Vous avez un grand problème avec la définition du libéralisme. Comme tous les gens de gauche d’ailleurs.
            Ce que vous décrivez est du capitalisme de connivence qui n’existe que grâce à l’action étatique. Cela n’a rien a voir avec le libéralisme.
            D’autre part, si l’État encourage la création cet hébergement d’urgence « privé », c’est pour essayer de palier à une situation dont l’État lui-même est à l’origine: afflux non contrôlé de migrants, Etat-providence dispendieux créant un appel d’air à cette immigration, aggravation d’une situation économique médiocre (par rapport à nos voisins) due à une ingérence étatique permanente dans l’économie et à des prélèvements obligatoires excessifs…etc
            Il n’ y a rien de libéral dans cette proposition de centre d’hébergement d’urgence « privé », c’est au contraire la parfaite expression du mal français.

            • Vous me détestez à ce point que vous vous couperiez un pied pour essayer de prouver que j’ai tort. Et je ne suis pas de gauche, je suis du genre pensée libre.
              (on écrit « palier un manque », pas « palier à un manque »)

              • « Vous me détestez à ce point que vous vous couperiez un pied pour essayer de prouver que j’ai tort. »
                ?? Votre problème est surtout de n’avoir rien de construit à répondre. 🙂

                 » je suis du genre pensée libre. »
                Grand bien vous fasse. Mais plutôt orientée à gauche avec une analyse assez éloignée de la pensée libérale. Ce qui est votre droit. Il n’y a pas de honte.

                « (on écrit « palier un manque », pas « palier à un manque ») »
                Quand on se veut donneur de leçon en matière d’orthographe, il est bien de ne pas en faire soit-même surtout sur le sujet de la leçon : pallier s’écrit avec deux « L »… 🙂 🙂

              • « Vous me détestez à ce point…  »
                ?? Je ne vous déteste pas, je ne suis simplement pas d’accord avec vous.

                Si à chaque fois qu’on vous contredit et que vous savez pas trop quoi répondre, vous finissez par dire qu’on vous déteste, c’est un peu facile. La posture victimaire est d’ailleurs une méthode classique pour détourner ou clore une conversation.
                Si ce n’est que de la rhétorique, tant mieux pour vous. Si vous le pensez réellement, c’est dommage. Penser qu’un contradicteur vous en veut, permet d’évacuer ses propos sans les creuser ou y réfléchir. Cela permet de garder ses propres idées indemnes. C’est pratique et confortable.

  • « les pays attirant le plus de migrants n’étant pas ceux disposant de l’État-providence le plus généreux, comme par exemple la Suisse. »
    La question c’est: quels migrants? Ceux qui viennent pour les allocations ou ceux qui viennent pour travailler?
    Au-delà de ces questions sur l’Etat Providence, une partie importante de l’immigration est voulue et organisée.
    https://www.valeursactuelles.com/societe/le-pacte-mondial-pour-les-migrations-ou-loffensive-onusienne-contre-le-principe-de-souverainete-nationale-101346

    • Ceux qui souhaitent beaucoup travailler demande à entrer en Suisse,
      Ceux qui souhaitent moins travailler viennent en France…

      • On peut également voir la chose d’un autre point de vue :
        – si ceux qui souhaitent beaucoup travailler venaient en France, on leur reprocherait de piquer le boulot des français. Ceux qui souhaitent moins travailler sont donc bien accueillis..

    • @la petite bête –
      Sauf que l’Aspa doit être remboursée si vous avez le malheur de posséder une bicoque, ou un studio ou je ne sais quel mobil-home d’un montant supérieur à 39 000 € – Les héritiers trinquent ! (et que vous ayez 1 enfant ou une dizaine il leur reste 39 000 € à se partager)
      Ce qui est le cas de bien des gens quand même ayant bossé toute leur vie.
      Alors que l’étranger qui débarquent, – admettons d’Afrique du Nord, qui possède son riad au pays, percevra l’Aspa et ses héritiers ne rembourseront jamais.
      J’ai bien étudié la question puisque je perçois une pension de réversion de profession indépendante ! J’aurais A-DO-Ré percevoir un montant égal à l’Aspa, (j’en suis loin… llllooooiiiinnnnn ! hélas le petit livret que vous remet la Caisse de retraite, – qui se propose de monter le dossier Aspa (peut être quand même un peu gênée de vous annoncer la misère que vous allez percevoir après les sommes extravagantes des cotisations versées), ce petit livret donc est très explicite.
      Et oui il faudrait être con pour ne pas profiter de la France-Vache-à-Lait !
      La seule l’ayant dit, mais n’a pas été ni entendue ni écoutée, c’est la blonde face à Macron. Les journalistes ont regardé ailleurs (France 2 l’émission politique ? – de mémoire)
      Autruches !

      • Pour être totalement crédible et puis surtout épargné de tout soupçon de parti pris idéologique, il faudrait également précisé au sujet de l’ASPA : que ceux qui sont locataires de leur logement, perçoivent une allocation logement + l’ASPA et les héritiers n’ont rien à rembourser et ne paient que la taxe d’habitation comme impôt. Alors que les propriétaires, ne bénéficient d’aucune allocation, paient les impôts fonciers ET la taxe d’habitation.

  • La pauvreté est une richesse pour certains ! emplois administratifs : à la Caf, à la Sécu, l’enseignement, les hôpitaux => les labos + labos pharmaceutiques, travailleurs sociaux, et j’en passe !
    Ces gens consomment !
    (mais si ce pays qui se veut green ne réfléchit pas sur le mode écologique : ces consommations en particulier d’énergie, d’eau, vont dans le sens contraire, car s’il faut réduire ces consommations, moins nous serons nombreux, plus la tâche sera aisée.
    Sous nos latitudes il est impératifs de se chauffer en hiver par exemple, donc plus nous sommes nombreux plus nous consommerons d’énergie.
    Il serait préférable d’aide ces gens dans leurs pays.
    Mais autre aspect, pourquoi devrions-nous aider ?
    Pourquoi ne peuvent-ils pas se sortir eux-mêmes de leurs conditions ? (leurs chansons revanchardes nous crient qu’ils sont les meilleurs, les plus forts et j’en passe…) Qu’ils prouvent leur compétence. Leurs pays bénéficient d’autant, sinon plus de ressources que les nôtres, que n’en ont-il tiré profit eux-même ?
    Vivre sur un tas d’or sans savoir à quoi l’utiliser et ensuite se plaindre que d’autres utilisent cet or… quelle logique ?
    Mais que se passe-t-il en Europe ?
    Nous le savons l’Allemagne a besoin de bras. Elle n’hésite donc pas à prélever des esclaves. Le mot est fort, mais c’est bien de cela qu’il s’agit.
    Le Portugal sort la tête de l’eau, économiquement, pour arriver à ce résultat il y a serrage de ceinture, et c’est logique. Que faisons-nous d’autre dans notre économie ménagère ?
    Mais il est à remarquer que son taux d’immigration n’est que de 4%.
    Au Portugal sans un contrat de travail préalable et un logement, la porte reste close.
    Et pas d’aide d’Etat.
    Et la réputation de son système de santé n’est pas magnifique.
    Ne peut en tous cas pas un motif pour immigrer.
    Le climat en revanche serait très favorable à ces populations, beaucoup plus que le climat Allemand ou même Français ou Anglais.
    Mais l’Angleterre, si elle ne distribue pas d’aides aussi généreuses que la France possède des atouts quant à la création d’emplois ou à l’employabilité.
    Des politiques différentes.
    Des pays Européens, qui théoriquement, s’ils ont signé ces pactes (honteux) devraient avoir un objectif commun, des lois en concordance.
    Bizarre que le Portugal ne soit pas vilipendé, comme la Hongrie par exemple !
    Le Portugal ne fait pas la Une de la presse pour « inhumanité », et l’Europe ne l’oblige pas à modifier ses lois. Comme quoi qui veut peut. C’est un choix.
    On nous a privé de notre voix sur le fameux traité-traître, (et les autres : Ceta…) on nous prive aussi de notre voix sur la politique de l’immigration.
    Apparemment ce sujet n’en est pas un, ou ne nous concerne pas !

    • Oui ! Pour limiter l’immigration, il suffit donc de modifier les règles d’octroi des aides aux accueillis… Réduire l’attrait de la France à une immigration non légale (faite dans les bureaux des ambassades et consulats).
      * Accès aux aides sociales après dix années de travail légal sur le territoire ;
      * Assurance maladie certains soins remboursés qu’après deux ans de cotisations, extension des remboursement au conjoint et aux enfants après cinq ans (de cotisations) s’ils vivent sur le territoire ;
      * Nationalité de sang uniquement (nécessite une modification de la constitution, mais c’est indispensable pour certains territoires comme Mayotte, Guyane etc.).

      • vous rigolez ? aujourd’hui un immigré qui n’a jamais travaillé en france , si il a séjourné 10 ans il a un minimum retraite a
        880 euros, plus qu’un agriculteur..
        donc regroupement familial parents enfants = retraites , allocs + CMU pour tout le monde..
        faudrait etre un con pour aller ailleurs

          • @luther
            « Il s’agit d’un dispositif non contributif : les Français et les étrangers qui y sont éligibles n’ont pas besoin d’avoir cotisé – et donc travaillé – pour y avoir droit. L’aide en question garantit aux plus de 65 ans qui ont donc une petite retraite (ou pas de retraite du tout) d’atteindre un revenu de 803,2 euros par mois – »

          • C’est marrant l’impudence des SJW, votre référence confirme les dires de CHDC … En plus c’est une référence pourrie. Libération…

            • il nuance les dires de Claude Henry, c’est pas pareil. Citer une source qui va (partiellement) dans le sens de mon contradicteur n’est pas de l’impudence, c’est de l’honnêteté. Je dois vous l’épeler ?
              Si vous voyez un SJW dans le coin, dites lui d’aller ailleurs, je n’apprécie pas ces gens.
              Vos sources à vous doivent être Valeurs Actuelles et Bld Voltaire je suppose. Très impartial… ahem.

                • Non, l’honnêteté est une valeur, un principe auquel je tiens énormément. Cela me pose parfois problème dans les débats, car les personnes pensent que je me rallie à leurs points de vue quand j’admets un point ou l’autre de leur démonstration.
                  Mais bon, je vous parle de choses qui vous dépassent apparemment..
                  Je note qu’on m’a déjà qualifié de communiste, écolo, socialo, trotskiste, nazi (oui oui), collectiviste, menteur et méprisant.
                  Jamais un compliment.. c’est triste.

              • Je regarde en direct un débat Chirac Marchais sur LCP. Vous êtes du même niveau de mauvaise foi que Marchais .
                PS en plus je suis anti Chiracien primaire.

          • Libération????
            La vache!!
            La référence gaucho bobo étatiste, le journal subventionné par essence!!
            Luther vos lectures craignent un max…

            • Ce ne sont pas mes lectures, j’ai simplement tapé « Algérie, mort, manifestation » dans google.
              Je lis 4 ou 5 articles par mois de Libération, les gratuits.
              Mais.. pourquoi je me défends ? Suis-je accusé de quelque chose ? De lire des journaux différents des vôtres ? Je lis les édito de Rivarol aussi et quelques articles de Basta!
              J’ai l’impression que vous sélectionnez parcimonieusement les journaux que vous lisez, en ne retenant bien sûr que ceux qui vous confortent dans vos idées.

              • Peut être, mais je cherche surtout à m’informer… Et à avoir des références un peu crédible… Ce n’est pas en croisant les données de différents torchons que je risque de me faire une opinion sérieuse…
                Je ne peux que vous recommander la même gymnastique…

                • Je suis médaille d’argent dans gymnastique, et c’est pas facile. Dans chaque camp (et ils sont nombreux), il y a des doctrinaires, des personnes terriblement imbues d’elles-mêmes, goinfrées de certitudes, et ne supportant pas la moindre contradiction.
                  J’évite certains journaux racoleurs bien sûr, je suis quelqu’un de sérieux.

        • Pour le regroupement familial n’oubliez pas son instigateur en 1976 J. Chirac

    • Autre exemple intéressant : le Canada…
      Une famille immigrée ayant un bon emploi recherché a le malheur d’avoir une enfant handicapé. L’etat fait le calcul. Si les soins de l’enfant coutent trop cher, le visa de la famille n’est pas reconduit. Dehors !

  • Comme pour tout subventionner une entreprise ou l’immigration ,ca ne donne jamais de bons resultats !

  • Si je devais choisir entre réduire le poids de l’Etat et le poids de l’immigration, je choisirais sans hésitation la première proposition. Car celle-ci est en mesure d’apporter une amélioration systémique contrairement à la seconde. D’autant que je pense que l’immigration, anti ou pro, pour une part, répond purement à des positions identitaires.

  • La Suisse est un pays bien contrôlé : quand vous vous installez, vous devez obligatoirement passer à la mairie au service « Contrôle des Habitants », avec vos papiers.
    Ce n’est pas la foire comme en France, ou vous pouvez faire des faux papiers et touchers des subventions à plusieurs endroits et ou personne ne vous contrôle.
    Avec le titre officiel de réfugié politique, vous êtes traité royalement, mieux qu’aux States.
    Mais cela devient plus difficile.

    Une solution sensée serait de laisser les gens prendre leurs responsabilité : aucune subvention, mais ils s’assurent librement dans le privé, maladie et retraite.

  • « s’assurer librement pour la santé, le vieil âge, le chômage »

    Il ne faut pas oublier la branche famille (CAF) qui représente plus de 90 milliards en 2018 (versés en compte propre ou par délégation) :
    – 37 milliards pour l’enfance
    – 16,6 milliards d’aide au logement
    – 11 milliards pour le RSA
    – 10 milliards pour la vieillesse
    – 9,5 milliards d’Aah
    – 5,3 milliards de Prime d’activité
    – ~1 milliard d’aides diverses supplémentaires

  • Si le social est profitable pour les individus ? En pratique, tout le monde n’a pas accès au marché du travail. Nous savons depuis Darwin pourquoi il en est ainsi. Être dans l’incapacité de trouver un travail malgré ses efforts, c’est comme être sous le coup d’une interdiction de travailler. Social ou pas, on ne peut pas travailler. Sans social, on meurt juste de faim ou l’on vit sous la tutelle de sa famille, pour ceux qui en ont la « chance » (quid d’un jeune dans une famille très conservatrice qui a apostasié et/ou qui est homosexuel et qui a besoin juste d’un euro par semaine pour se rendre dans son club LGBT, par exemple ?)

    • et alors ? faut se bouger le cul

      • Facile à dire quand on a la chance de faire partie de ceux qui trouvent facilement du travail. Mais je confirme que même avec un bac+8, des notes excellentes (dues à un travail que très peu d’étudiants seraient prêts à fournir), au paradis munichois de l’emploi mais en cherchant du travail dans plusieurs pays, aussi bien pour des jobs qualifiés que non qualifiés, ça peut être le néant.

        • çà çà eut dire que le type d’études suivi ne vaut rien sur le marché.. quand on fait des études il est bon de considérer si ces études ont un débouché , sinon le contribuable paye des études longues pour rien.. deja bac + 8 si on est pas médecin çà fait peur.. ensuite si on a jamais travaillé.. reste
          la fonction publique eux ne doutent de rien

    • Dans un marché libre, en dehors des handicaps et des accidents de la vie, l’accès au marché du travail est ouvert à tous. Il y a de la place pour tout le monde, du bas de gamme au haut de gamme, jusqu’à l’exceptionnel. Si certains n’y accèdent pas, c’est qu’ils ne le veulent pas. C’est leur droit le plus absolu, mais que ça ne serve pas d’excuse pour venir exiger de quoi survivre à son prochain innocent.

      En France où l’Etat obèse détruit les emplois par brassées entières, tout en important des immigrés pour accélérer le phénomène, on peut également trouver cette excuse. C’est le cercle vicieux social-démocrate : les subventions détruisent l’activité économique et les emplois, ce qui nécessite encore plus de subventions. Le pays s’enfonce dans la spoliation toujours plus élevée, jusqu’à ce que l’Obèse implose.

      • Un super résumé! + 1

      • Oui les handicapés, c’est notamment d’eux que je parle, mais qu’est-ce qu’un handicapé ? Nous avons tous un prix sur le marché du travail. Pour certains, ce prix est tellement bas (handicap, autisme, incapacité, âge, passé de chômeur longue durée…) qu’ils peuvent candidater autant qu’ils veulent, ça ne mène à rien.

        • reste le service dans un restau de nuit sur l’autoroute

          • Même pas. La nuit sur autoroute, les restos sont fermés. N’espérez pas faire une pause repas confortable à 2 ou 3h du matin. Il ne reste que la boutique. C’est typique de la France. Il y a du travail partout mais on préfère détruire les emplois et le travail reste en jachère.

        • La prise en charge des handicapés par l’Etat, légitime, n’a rien à voir avec les passagers clandestins qui veulent vivre du travail d’autrui sans travailler alors qu’ils sont en pleine forme.

          L’âge est une incapacité qui finit par toucher tout le monde et que l’épargne capitalisée compense harmonieusement, au bénéfice de toute la société.

          Enfin, pour réduire le temps de chômage, réduisez la taille de l’Etat.

  • Cher Claude Henry, toujours à bouffer du prof. Figurez vous que les migrants sont souvent des élèves gentils et désireux d’apprendre (on dit « appétent » en jargon Educnat). Ils savent très bien la chance qu’ils ont d’être là et font beaucoup d’efforts tant il est difficile de suivre un enseignement dans une langue étrangère. C’est une toute autre histoire avec les gosses des « cités », comme on dit. Mais si vous voulez, on peut laisser ces jeunes migrants à leur sort. Je vous laisse imaginer les conséquences, bien plus dommageables pour votre portefeuille que ce que je coûte à m’en occuper. Non cher ami, les profs, même les plus gauchistes, ne complotent pas pour faire venir des contingents de jeunes migrants et s’assurer un emploi peinard (qui ne l’est d’ailleurs pas du tout, peinard). Ces jeunes sont là et la meilleure chose à faire c’est de leur donner l’instruction qui les rendra utiles.

    • « sont souvent des élèves gentils et désireux d’apprendre »
      Je n’en doute pas. Pour ceux qui suivent les cours tout du moins.

      La question est: s’il n’y avait pas d’allocations, de santé gratuite, d’éducation gratuite, d’aide alimentaire gratuite, de logement gratuit…etc Est-ce qu’il y aurait autant d’immigration clandestine ou pas? Et est-ce que l’immigration résiduelle serait identique?

      • Rien n’est gratuit en ce bas monde. Ecrivez plutôt « si l’Etat ne finançait pas toutes ces aides avec notre argent », que se passerait-il ? Je vous fiche mon billet que vous financeriez de vous même ces aides, mais de bon coeur cette fois, et en vous y impliquant de manière bien plus efficace que ces baltringues qui nous gouvernent et se fichent tout autant de vous que de ces malheureux.

        • Possible en effet. Mais en choisissant qui j’aiderais et comment. Évidemment, mes choix risqueraient de ne pas être politiquement intéressants pour le politique du coin…

    • @synge , mais oui mais oui … continuez mais quand vous vous mettrez a pleurnicher ne comptez pas sur les autres

    • @ Synge : donc à vous lire, aucun rapport entre « migrants » et gosses des cités ? Bizarre, j’ai cru voir que les seconds étaient en grande partie les gosses des premiers… et que la religion des uns était en grande partie la religion des autres…
      Par ailleurs, les « migrants » que vous semblez apprécier sont, en langue française non orwellisée, des clandestins, des gens entrés chez nous illégalement. Vous trouvez que c’est un bon départ dans son pays d’accueil ?
      « Mais si vous voulez, on peut laisser ces jeunes migrants à leur sort. » Les renvoyer d’où ils viennent, vous voulez dire ?

  • L’état providence ne peut pas être généreux avec des frontières ouvertes et l’absence de contrôle de la démographie.

  • ça ne se discute même pas! Aucune prestation sociale à des non-ayants droit!

  • Ce type de débat est particulièrement utile et approprié dans un pays ou la gratuité (50%) des transports est offerte au migrants illégaux, identifiés par le fait qu’ils bénéficient de l’AME…

    L’assistance médicale gratuite origine et motivation des filières albanaises et géorgiennes drainent vers nos hôpitaux des personnes issues de pays « surs », qui arbitrent en bon libéraux les moindres prix…

    Il parait qu’on va en discuter à l’Assemblée la semaine prochaine.

    • Etat providence, mafias d’Europe de l’est et débats parlementaires entre socialistes et frontistes … On est bien loin du libéralisme là …

  • « Dans notre pays, les deux sont associés à la question de notre identité et, dès lors, difficiles à aborder uniquement par le biais d’une argumentation rationnelle, chiffrée et factuelle. »

    Ce sont ceux qui ne veulent pas discuter le sujet qui refusent tout débat argumenté, et préfèrent crier au racisme et au fascisme.

    M. Zemmour, par exemple, aborde le problème de l’identité d’une façon parfaitement « rationnelle, chiffrée et factuelle », sous l’angle démographique.

  • Ce n’est pas l’Etat providence qui les attire tout le monde sait bien qu’ils viennent pour nos vins et nos fromages!

  • Comme en Egypte, vous avez 2 ans pour vous intégrer (trouver un job, payer des impôts…) puis rembourser les aides qui vous ont été allouées. Sans quoi vous êtes (vraiment) expulsé. Combien de « migrants » en Egypte?
    Quant à s’assurer pour le vieil âge, la santé et le chômage, encore faut-il que tous ces gens aient un vrai pedigree et ne fassent pas la navette entre tous les pays de l’espace Schengen en vue de passer sous les radars.

  • Les migrants sont de fait incorporés dans notre système social!
    La sécu délivre 400.000 NNI chaque année, l’équivalent de Bordeaux et Grenoble.
    Un clandestin, quand il se fait régulariser (et c’est le cas dans 99% des situations puisqu’il n’y a presque pas d’expulsions), bascule de l’AME à la CPAM. Donc un coût sensiblement plus bas.
    En attendant, tout ce beau monde est hébergé aux frais des contribuables en attendant d’accéder à un logement (dont la construction a été payée par qui?) qui sera lui même financé par la CAF!
    Donc oui les migrants débarquent par centaines de milliers (400.000 enregistrements à la sécu je rappelle) et sont pris en charge par notre système médico social.
    Rien que pour les « mineurs » non accompagnés, ils coûteront 2 milliards en 2019.
    Macron a raison de dire que l’AME, c’est du pipi de chat!
    La CMU coûte bien plus cher pour des millions d’immigrés régularisés.
    Nous absorbons chaque année des centaines de milliers d’étrangers, venus les poches vides, et le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté diminue.
    Nous enrichissons les étrangers (souvent propriétaires de biens chez eux) pendant qu’on nous taxe sur tout.
    Nous sommes bien dans un état providence qui facilite l’arrivée de millions de personnes et qui permet ainsi au patronat de choisir un faible pourcentage de travailleurs et de laisser les indésirables à la charge du contribuable.

    • Anthonin,
      Vous venez de résumer la problématique à laquelle la France est confrontée, ceci d’autant, que l’on constate qu’actuellement beaucoup de migrants, initialement implantés en Allemagne, refluent en masse vers la France en toute illégalité.
      Ces migrants franchissent nos frontières sans autorisation et sans contrat de travail.
      Il y a également un élément important qui n’a pas été abordé par Charles Boyer auteur de l’article objet de nos commentaires.
      Cet élément n’est pas de la moindre importance car, pendant toute la période ou un migrant est pris en charge jusqu’au moment ou il est autorisé à s’inscrire à Pole Emploi, il lui et interdit d’occuper un emploi salarié quel-qu’il soit!
      Je précise qu’au cas ou cette interdiction d’emploi était transgressée, l’employeur risquerait de lourdes amendes et même des peines de prison….
      Le comble de l’aberration est atteint car, pendant des mois et même des années, L’État français finance le minimum vital qui est attribué aux migrants illégaux ainsi plongés, mème malgré eux, dans l’oisiveté mère de tous les vices et de toutes les dérives sociétales!!…

      • Les clandestins régularisés ne sont que des lignes comptables changeant de section budgétaire.
        C’est surtout cela qu’il faut retenir.
        Le bilan comptable reste le même pour les contribuables.
        Les vases communicants fonctionnent à plein : les Français s’appauvrissent pour permettre à des millions d’étrangers d’accéder au niveau de vie des européens.

    • Oui, mais eux ils votent bien !!
      A gauche!!
      Et dans une pseudo démocratie de gauche, ils sont parfaits..
      Vous par contre, avec vos chiffres et vos idées de droite vous êtes suspect…

    • Deux remarques, Anthonin :

      1. l’AME coûte effectivement très peu (800 M€ apparemment) par rapport à la CMU, mais mon petit doigt me dit qu’elle agit comme une pompe d’amorçage, un premier étage de la fusée immigrationniste. Donc en réalité pas si négligeable que cela.

      2. Votre dernière phrase mérite des précisions : à savoir que ce n’est pas d’abord le patronat qui est demandeur de main d’œuvre étrangère à bas coût ; en réalité, il y est quasiment contraint. Pourquoi ? Parce que la pression des prélèvements obligatoires est telle dans ce pays que s’ils veulent simplement survivre, les patrons sont amenés à faire feu de tout bois pour faire baisser les salaires, y compris en embauchant au noir des immigrés. Ces prélèvements obligatoires bien sûr pour faire tourner l’État-providence * qu’ils ont installé.
      Supprimons l’État-providence, désétatisons, libéralisons, restreignons l’État à ses missions régaliennes, et les patrons pourront à nouveau embaucher des Français à des salaires décents.
      C’est avant tout une question de volonté politique. Mais je m’inscris en faux contre l’idée que l’immigration de masse est voulue par le patronat : elle est avant tout SUBIE par le patronat comme par les autres catégories de Français, et voulue par les politiques pour à la fois éviter que l’économie s’écroule complètement, et pour diviser les Français tout en les changeant progressivement (nivellement) afin qu’ils soient plus faciles à gouverner et à plumer.

      * lequel État-providence leur assure une clientèle électorale : les assistés de tout poil et leur permet de multiplier les fonctionnaires, les comités Théodule de tous ordres, les réglementations et contrôles tous azimuts, bref de complexifier le système de telle sorte que les politiciens professionnels, notamment les énarques, deviennent indispensables, et bien sûr s’en mettent plein les poches au passage – car s’accrocher au pouvoir comme des moules sur leur rocher, ou plutôt comme le gui sur le pommier, et en tirer profit au maximum est quand même un de leurs objectifs premiers, même et surtout s’ils s’en défendent)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Présentation de Sylvain Fontan.

L'échange question-réponse qui suit correspond au dernier entretien de l'économiste et prix Nobel d'économie 1974, Friedrich Von Hayek. Publié par la revue Contrepoint[1. Cet entretien a été publié dans la revue Contrepoint n°50-51, 3e trimestre 1985. L'entretien a été réalisé à Fribourg (ancienne RFA), sous l’égide de l’UJRE (Union des Jeunes Responsables Économiques), qui fédérait plusieurs associations, toutes préoccupées par le devenir de l’entreprise libérale.], l'entretien date de 1985, c'est-à-dir... Poursuivre la lecture

exponentielle migrants Darmanin
0
Sauvegarder cet article

par h16

Drame dans la Manche : il y a quelques jours, une embarcation transportant des migrants qui traversaient la Manche en vue de rejoindre l'Angleterre, a chaviré faisant 27 noyés. L'émotion s'est rapidement emparée des associations locales puis de la presse puis, après quelques gros titres et par ricochet, de l'ensemble du gouvernement français qui s'est empressé d'en faire quasiment une affaire d'État. Macron a parlé et il a décidé que la Manche ne saurait devenir un cimetière.

Depuis, les ministres se sont donc succédé au... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles