Le grand retour des méthodes ancestrales en politique

Les recettes éculées de nos aïeux sont toujours d’actualité en politique. À gauche comme à droite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le grand retour des méthodes ancestrales en politique

Publié le 6 juin 2019
- A +

Par Nicolas Perrin.

Non contents de s’adonner au vampirisme et à la nécromancie, nos politiciens vouent une admiration sans bornes aux méthodes de naguère, voire de jadis.

Les « nouvelles méthodes » de Bruno Le Maire, ou les recettes économiques de son arrière-arrière-(arrière)-grand-mère

Bruno Le Maire est membre d’un gouvernement dont le Premier ministre croit fermement aux vertus de l’intervention de « la main bien visible de l’État » dans l’économie. Que voilà un environnement de rêve pour notre ministre de l’Économie et des Finances dont la besace regorge de propositions toutes plus étatistes les unes que les autres.

L’une d’entre elles, lancée en 2018, est la création d’un « fonds pour l’innovation » constitué au sein de l’établissement public Bpifrance, structure contrôlée par l’État dont nous avons déjà eu l’occasion de parler.

L’idée est d’y allouer 10 milliards d’euros, lesquels devraient générer autour de 200 à 300 millions d’euros de rendement annuel, ces revenus ayant vocation à « soutenir le développement d’innovations de rupture et leur industrialisation en France ». C’est en tout cas ce que nous promet Bruno Le Maire.

Sauf que voilà : la Cour des comptes est venue mettre son nez dans le fonctionnement de ce fonds et, dans un rapport publié le 15 mai, elle s’est prononcée « pour sa suppression et la réintégration des 250 millions d’euros annuels dans le budget général via les dispositifs classiques de financement de l’innovation », comme le résume L’Usine Nouvelle.

En cause : « La multiplicité et la complexité des opérations nécessaires à la constitution de ce fonds n’ont pas permis de le rendre opérationnel en 2018 », pour reprendre les mots de la Cour.

Évidemment, cela n’a pas été du goût du ministre de l’Économie et des Finances :

La Cour des comptes a-t-elle raison de s’insurger ? Il est clair que la création de ce fonds annoncée en grandes pompes car répondant à des enjeux d’affichage politique, est une usine à gaz conçue dans la plus pure tradition française. Mais le problème central n’est pas là.

Il réside plutôt dans le fait que l’efficacité de l’État stratège n’est qu’une légende urbaine, laquelle sévit en France au moins depuis le XVIIe siècle, comme le rappelle Daniel Tourre.

Et ce ne sont pas le sourcil ni le poing levés de Bruno Le Maire qui vont changer quoi que ce soit à cet état de fait. Si vous savez comment une poignée de fonctionnaires ou d’élus pourraient savoir mieux que la multitude d’individus qui composent le marché où il est le plus efficace d’injecter de l’argent, n’hésitez pas à me l’expliquer en commentaire…

Car si l’on prend l’exemple de la dernière fois que l’État a essayé d’aller contre le marché pour faire dans le souverain, l’initiative étatique n’a tenu debout que quelques heures après son lancement avant de trébucher avec un énième fail numérique…

Espérons donc qu’une fois les élections européennes digérées, LREM arrêtera de faire dans la « résurrection » pour enfin donner dans la « renaissance ». Mais, comme vous allez le constater, on part tout de même de très loin, et il semble que l’on n’ait pas finit de s’enfoncer…

Agriculture : l’anthroposophie au ministère

Si vous n’êtes pas convaincu que nos politiciens ont une fâcheuse propension à l’incurie, je vous propose un autre exemple, cette fois-ci non pas à caractère économique mais issu de l’agriculture, histoire de nous changer un peu les idées.

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de cette dérive tragique qui consiste à considérer que les « symboles » doivent prévaloir sur les connaissances scientifiques, et ainsi dicter l’évolution du droit.

 

Je viens d’apprendre en lisant une chronique de Laurent Alexandre que ce problème a franchi une nouvelle étape, puisque la science semble avoir déserté le ministère de l’Agriculture.

En plein délire médiatico-politique sur les pesticides avec un gouvernement qui veut interdire le glyphosate dès 2021, le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, nous a expliqué mi-avril qu’« il faut revenir à l’agronomie, la rotation des cultures, la couverture, l’assolement, les semis… enfin, ce que faisaient nos grands-parents ».

Non content de tenir ce genre de propos réactionnaires, notre héros du retour aux méthodes agronomiques ancestrales s’est également prononcé en faveur de la biodynamie. Si vous ignorez de quoi il s’agit, rassurez-vous, Laurent Alexandre en a donné une définition aussi limpide que truculente :

La biodynamie est un système de production agricole issue de l’anthroposophie, qui est considérée comme sectaire. Inventée par Rudolf Steiner en 1924, celle-ci repose sur des principes ésotériques appuyés sur l’influence supposée des rythmes planétaires reliés à l’astrologie. 

Exemple de la pensée steinérienne, à propos d’une préparation : ‘La vessie du cerf est connectée aux forces du cosmos. Mieux, c’est presque l’image du cosmos [sic]. Ainsi, nous donnons au millefeuille le pouvoir presque essentiel d’augmenter les forces qu’il possède déjà, pour combiner le soufre avec les autres substances’. La contamination du ministère de l’Agriculture par cette vision magique est troublante.

Question : le gouvernent Philippe compte-t-il mettre un terme à ce qu’il faut bien appeler une dérive anti-science et obscurantiste ? Ou au contraire a-t-il prévu de passer à la vitesse supérieure en remplaçant à terme Didier Guillaume par le très médiatique chantre de la biodynamie Pierre Rabhi, avec lequel Emmanuel Macron a déjeuné pendant sa campagne présidentielle ?

Sa liberté ainsi retrouvée, Didier Guillaume aurait alors tout le loisir de contempler le spectacle d’une France qui ferait une croix sur son autosuffisance alimentaire…

Pour ceux qui se contrefichent des contraintes de production, qui ne jurent que par le bio et qui idéalisent les méthodes ancestrales, je recommande la lecture de ce thread / fil Twitter où l’on découvre des techniques d’antan assez inattendues.

Apparemment, ce n’est pas de Génération-s que viendra le sursaut face à un retour à la condition de nos aïeux.

Quand le Jon Snow de la politique française se met à parler technique

Après Ségolène Royal qui pense qu’il y a du glyphosate dans le saucisson, je vous propose le leader de Génération-s, que dis-je, le roi de Barbès (où il serait selon lui « élu dès le premier tour avec 80 % » si la présidentielle s’y déroulait) – j’ai nommé Benoît Hamon.

Cet apparatchik socialiste qui se vit en entrepreneur intermittent du spectacle politique a récemment sorti l’énormité suivante :

Encore un qui n’a toujours pas saisi la différence entre risque et danger !

Simone Wapler écrivait :

Presque tout ce qui nous entoure est dangereux. (…) Des choses très anodines deviennent risquées à haute dose. Le risque correspond à la probabilité d’être exposé, multipliée par le danger de l’agent en question. Le glyphosate est livré aux professionnels en concentré à diluer à 100 pour 1 et il est déconseillé d’en mettre pur dans la gamelle de votre chien… Tous les agriculteurs que je connais l’utilisent et aucun n’est encore mort.

Si Benoît Hamon préfère les schémas, en voici un qui résume très bien la question.

Dans le monde des affaires, le ridicule est souvent fatal. Il n’est donc pas étonnant que Benoît Hamon conserve une activité « annexe » de politicien.

Après avoir vu les conceptions rances que nos politiciens aimeraient appliquer en matière d’agriculture, nous verrons dans le prochain article les idées neuves qu’ils proposent dans le domaine de la sécurité…


Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • bah , tranquille la vie pour les politiques ; à défaut de se creuser la cervelle pour innover , inventer , on se contente de faire un retour en marche arrière ….au fait , il faut éradiquer les clim , because çà aussi ça pollue……

  • les Français sont très bien conditionnés, ils vont bientot être majoritaires à penser qu’il faut supprimer toutes les avancées technologiques en agriculture et ailleurs pour revenir à un age d’or ou tout était mieux avant .La réflexion et l’intelligence semble avoir déserté ce pays , c’est le résultat de 40 ans de propagande de l’éducation nationale.
    les arguments logiques n’ayant plus cour dans ce pays , nous allons devoir passer par l’application de ces idées totalitaires, il nous faudra 4 générations et la ruine du pays pour changer et peut être comprendre.

    En attendant comme le dirait H16 ce pays est foutu.

    • Sur le fond, cela pose aussile problème du pluralisme des médias. Si les Français sont endoctrinés, ce n’est pas un hasard.

    • « La réflexion et l’intelligence semble avoir déserté ce pays , c’est le résultat de 40 ans de propagande de l’éducation nationale ». autrement dit, la conjonction des planètes qui a assuré l’élection de M. Macro. et de « ses » parlementaires était des meilleures : les coeurs d’artichaut de France étaient arrivés à maturité !

  • Mes grands parents et leurs voisins cultivaient la terre… avec un cheval (ou un âne pour les moins riches). Il consommaient eux-même 60% de leur production, et en vendaient 30% dans le canton. Il reste quoi pour les citadins?

    • Ne vous inquiétez pas, les citadins sauront fort bien réquisitionner leur dû. Quitte à appauvrir la population, on ne va quand même pas affamer les bobos.

  • Dommage de prendre Tchap pour un exemple de fail du gouvernement. L idee de base était plutôt bonne : on prend un projet open source ou de payer cher des SSII pour reinventer la roue.
    Le bug en question était pas majeur et il provenait de la librairie open source utilisee. Il a d ailleurs été corrige tout de suite. Donc benefice pour tout ceux qui utilisent cette librairie et pas uniquement tchap.

    PS:
    – il n existe pas un logiciel qui n ait pas de bug. on arrive a trouver des pb de securite sérieux dans des logiciels utilise pendant des annees (cf openssl ou intel).
    – dans un usage regalien, utiliser un produit qui peut etre controle par une puissance etrangere n est pas tres futé. donc l idee de developper une messagerie qui ne depend pas d un produit US n est pas en soit une extravangance

  • Pathétique.
    Puisque Le Maire ne partage pas les analyses de la Cour des Comptes, que le ministre de l’Agriculture préconise la production agricole au rétroviseur, je propose que le Conseil des ministres commence chacune de ses séances par une prière à Gaïa, afin que la situation catastrophique de la France s’améliore.
    Quant à M. Hamon, en plus d’un comprimé de Pasdamalgam, qu’il avale 300g de sel de cuisine, il a plus d’une chance sur deux de passer de vie à trépas… et nous, de ne plus l’entendre.

  • Coquille?
    “Question : le gouvernent Philippe…”

  • Les Hommes Politiques nous vendent leur baratin (sous forme d’idées) uniquement pour pouvoir se faire du fric. Ce ne sont que des escrocs et des menteurs. Aucun n »est sincère et leur seul but c’est d’avoir le Pouvoir pour avoir accès à la clef du coffre qui est à l’Élisée. Voilà la vérité.

  • « Je me moque de la dette financière quand elle se fait au prix d’une dette sociale et écologique. »
    Il a collé « social » et « écologique » dans la même phrase. Il a marqué des bons points.
    Bon sinon, je dois quelques 3000€ à l’Etat, je peux m’en moquer aussi ? Parce que « socialement » et « financièrement », dans mon cas, ça a un prix. Bah oui ! C’est 3000€ que je ne peux pas dépenser pour aller manger des pizzas avec des gens, créer des liens sociaux, réparer ma voiture, ou en acheter une un peu plus récente donc moins polluante, tout ça et le reste quoi !

  • Désolé mais il y a autant d’incohérences et de non-connaissance dans vos affirmations que celles des ayatollas de la pensée verte!
    De grâce cessez de parler de choses que vous ne connaissez pas car l’agriculture est un métier dont vous n’avez aucune idée….
    Vous êtes donneur de leçons sur un sujet que vous avez idéologisez à l’envers. C’est-à-dire en pure théorie!
    En réalité il n’y a que 2 problèmes de taille dans ce monde moderne que tout le monde veut sauver: le plastique dans les mers et notre alimentation.
    Je ne vois pas de solutions ni de propositions pour commencer à rectifier le tir….. Nous sommes envahis de théoriciens et de sectaires qui s’érigent en donneurs de leçons mais ne font rien de concret pour changer les choses…

    • @tradition
      Bonjour,
      « Je ne vois pas de solutions ni de propositions pour commencer à rectifier le tir… »
      Avant de trouver et de proposer des solutions, il faut auparavant bien décerner le(s) problème(s). Cela commence par faire des constats que fait l’auteur dans cet article. Nombre de problèmes du pays sont dûs aux solutions proposées et mises en place par ceux qui ne connaissent strictement rien à rien et qu’on nomme « politiciens » lesquels, dans la quasi, totalité appliquent le socialisme. Ceux proposant autre chose étant quasi invisibles et inaudibles, méprisés dès qu’ils prononcent quelques mots hors de la pensée unique et se voient affublés des termes « nazi-facho-d’extrême-droite ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fin octobre, dans la version révisée de son Projet de loi de finances pour 2022, le gouvernement annonçait les chiffres suivants pour 2021 : croissance à 6,25 %, déficit public à 8,1 % du PIB et dette publique à 115,3 % du PIB. Alors forcément, quand l’Insee a publié la semaine dernière sa première évaluation des comptes nationaux 2021, c’était la joie à Bercy. Croissance ? Un immense 7 %. Déficit ? Un tout petit 6,5 %. Dette publique ? Ramenée à 112,9 %. Du mieux partout, partout, partout !

 

Bonne nou... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Selon l’empereur Marc-Aurèle, « la meilleure façon de se venger d’un ennemi, c’est de ne pas l’imiter ». Dans ce cas la Russie est-elle vraiment l’ennemi de l’UE, tant nos gouvernements imitent Poutine dans ses lois liberticides ?

Verrouiller les médias

Commençons par la liberté d’expression et la pluralité des médias.

L’État français contrôle déjà la télévision. Cinq des sept premières chaînes sont étatiques (France 2, France 3, France 4, France 5, Arte), le reste est détenu par des oli... Poursuivre la lecture

Bruno Le Maire est en surchauffe d’idées idiotes. Après la bourde diplomatique de la « guerre totale », le voici qui s’auto-promeut en conseiller financier de nos foyers :

Collectivement nous allons devoir tous faire beaucoup plus attention à nos consommations d'énergie.

Sa sollicitude va même jusqu’à embrasser la suggestion de la journaliste Apolline de Malherbe de baisser la température de nos chauffages.

Quelque conseiller charitable devrait souffler à Bruno Le Maire que :

Nous n’attendons pas ses interviews pour ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles