La France au fond, la France irréformable

Vous cherchez une économie sclérosée ? Ne cherchez pas très loin. La France est un (mauvais) exemple.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France au fond, la France irréformable

Publié le 21 mars 2019
- A +

Par Ludovic Delory.

Un nouveau classement vient placer la France en tête… des économies les moins compétitives fiscalement parmi 35 États de l’OCDE.

Comme l’écrit Henri Dumas, dans la foulée de l’analyse de l’IREF :

L’Index classe la France à la dernière place et cela pour la cinquième année consécutive ! Son taux de l’IS dont la baisse est repoussée, la progressivité de l’IR, l’impôt foncier, l’impôt sur les transactions financières et sur les successions, font de notre pays un véritable enfer fiscal. Quand on pense que certains demandent encore plus d’État et plus d’impôts !

D’index en index, la France stagne ou recule. Nous la retrouvons 71e mondiale en termes de libertés économiques. En termes de liberté de la presse : une 33e place qui la situe bien loin derrière les exemplaires pays du Nord de l’Europe.

Récemment, le Défenseur des droits s’inquiétait du recul de l’accessibilité des services publics. Moins de justice, moins de défense, moins de protection pour des Français pourtant submergés d’impôts. Et qui en paient aujourd’hui les conséquences. Les Gilets jaunes ont compris, dès l’entame de leur mouvement, que le changement ne passerait pas sans une certaine forme de violence. Ils en apportent la triste preuve : les atteintes aux biens privés se multiplient, la police n’est plus en mesure de protéger des manifestants débordés par les groupes « ultras » professionnels. Le tout sur fond de débandade des services régaliens. Ce cocktail explosif fait entendre son tic-tac jusque dans les instances internationales.

Tous les indicateurs sont au rouge

Il n’existe qu’une seule recette pour guérir de l’étatisme forcené, cette maladie qui gangrène la France : une baisse des prélèvements, assortie d’un soulagement massif des fonctions dans lesquelles les pouvoirs publics se sont engouffrés depuis des lustres. Des exemples ? En un an, durant le mois de février, les recettes fiscales ont augmenté de 10 % aux États-Unis grâce… à une baisse des impôts. Chez nos voisins plus proches, l’instauration d’une flat tax a permis une amélioration du niveau de vie. La fin définitive de la progressivité de l’impôt serait, en outre, profitable à tous les épargnants français en quête de bons rendements (et l’on ne parle pas que des riches).

L’inculture économique des principaux politiciens français joue, hélas, un rôle contre-productif. Lorsque Marine Le Pen trébuche sur le montant du Smic :

… lorsque le ministre de l’Économie, lui-même, se prend les pieds dans le tapis sur des questions de CM2, qui peut encore s’imaginer que la France soit réformable ? Qui peut encore penser que ces gens, inaptes à comprendre l’effet Laffer, puissent un jour adhérer à une massive baisse de l’imposition ?

La politique française repose sur les mêmes bases qu’il y a cinquante ans, sans perspective notable d’évolution. Et les prochains index ne promettent aucune amélioration.

Les pays les plus adaptés au monde actuel sont ceux qui ont compris qu’une dynamique puissante était en marche, qui n’avait rien à voir avec l’ancien monde. Cette dynamique doit reposer sur des leviers qu’aucune des composantes de l’administration française n’est, aujourd’hui, en mesure d’actionner sans paralyser les autres.

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • ne pas vouloir comprendre que la social democratie qu permet de se faire élire en distribuant l’argent du contribuable finit un jour.. conduit a la faillite..
    Le bon programme c’était le programme Fillon; Point.
    Continuer la politique de hollande , en déguisant les socialistes en marcheurs , meme a la faillite..
    Se faire élire grâce au front national, ce n’est plus possible..
    Ce pays court a la revolution

    • « mene » désolé

    • Il faut souligner le rôle d’une bonne partie de la haute administration, nouvelle noblesse d’Etat, mais qui passe sous les radars médiatiques.
      Le jour où on n’aira plus une Ecole des Anes qui sort des hauts conctionnaires à la pelle pour lesquels il faut des postes, peut-être que ça changera.

  • La france est irreformable…..par nos elites .un president francais est tout juste capable de toucher sa retraite ,un president américain est multi millionnaires ou milliardaire…voila , tout est dit

  • Hélas oui le vote front national n’est pas une option pour un libéral, ce serait encore pire. Et oui c’était le programme de Fillon qui était le mieux adapté à la situation. Mais ce n’était qu’un programme … Les étatistes ont réussis à faire élire l’un deux. Un président de la République ? Mais non : juste un pitoyable petit chef de l’état. Pour pouvoir encore continuer encore quelques années « comme avant ». Quelle tristesse !

    • Nous sommes aussi plombés par les contraintes européennes, notamment l’euro et tout ce qu’il implique, ou plus exactement nous avons d’une part un pays très administré, centralisé avec un modèle social lourd, et d’autre part une monnaie inadaptée à notre compétitivité.
      La seule variable d’ajustement est l’impôt puisque la dette doit être limitée. Avec les conséquences que l’on voit.
      Il faudrait donc desserrer la contrainte européenne puisqu’on n’a pas attendu la convergence des économies pour imposer la monnaie unique…
      Ce n’est pas le PPE ni les socialistes ou les Verts qui vont ouvrer dans ce sens au Parlement européen…

      • @ La petite bête
        « une monnaie inadaptée à notre compétitivité »: qu’est-ce que ça veut dire? L’ € est une monnaie assez stable, favorable au commerce international. Voulez-vous revenir à un franc français qui perdait de la valeur chaque année, d’autant que la politique influençait la banque nationale?

        • La concurrençe entre les monnaies n’est pas une mauvaise chose. Elle est un bon indicateur de la valeur des economies au lieu de cacher la misère sous le tapis.

          • Et surtout, avantage énorme que l’on ne souligne pas assez, cela a l’avantage d’épurer la dette, ne laissant qu’une dette dérisoire aux générations futures. Quel cadeau est-ce que de laisser une dette de plus de 270% du PIB à nos enfants ❓
            Et plus nos polytocards attendent, plus il devient urgent de quitter l’Euro, tout en laissant la libre circulation des monnaies en France. Ne pas le faire, c’est exposer le pays a des troubles importants dans le futur.
            Et vu que les français élisent des représentants de commerce, le dernier au service de Nicolas Hulot, capable de vous vendre un sèche-linge en sus des 2 que avez déjà, plus un camion de produits Ushuaïa, la situation ne risque pas de s’améliorer.

      • Je voudrais tempérer ce que vous dites à propos des contraintes européennes. Lorsqu’un directive « descend » de Bruxelles, bien souvent la France l’applique mais en la durcissant encore plus. On appelle cela « sur-transposer « . Quelques exemples ici:
        https://www.lesechos.fr/21/11/2018/lesechos.fr/0600181103446_trop-zelee–la-france-a-souvent-durci-les-lois-europeennes.htm

        • Comme dans l’autre sens également, voir la non-ouverture à la concurrence de certains marchés.
          L’UE est souvent un simple alibi pour nos politiques, pour qu’ils puissent faire n’importe quoi. Mais il est tout de même important de remarquer que cet alibi existe et qu’il est largement utilisé, sa présence dans le paysage ne devrait donc pas être ignorée lorsqu’on analyse la situation.

        • C’est l’effet Agnan de nos énarques (« Le petit Nicolas »), capables d’apprendre le Bottin de tous les départements, on ne demande pas plus à un énarque et surtout pas d’imagination (stérilisation et hontectomie).

    • la prochaine consultation le RN va faire plein , n’en doutez plus

    • Et rien de positif à l’horizon!
      comme pour le titanic soit trouver un bon canot, ou commencer à faire la faite en attendant le naufrage .

    • Le front national ne peut pas etre pire que les autres , expliquez moi en quoi il pourrait etre pire que des gens pensant avec leur ventre au lieu de leur cerveau ,eux ne pensent pas ce qui pour un peuple ne peut etre que benefique !

      • Le programme du FN consiste à augmenter les dépenses sécuritaires. Aucune mention de baisse des dépenses sauf chez Fillon.

        • Oui…mais voter Fillon est désormais impossible. Aurait-il d’ailleurs eu le courage et la volonté ultime de casser le « deep state » ?

          Dire maintenant qu’il faut choisir Fillon c’est rajouter un réseau de barbelé au bunker de la sociale démocratie au pouvoir depuis 40-50 ans. Pour les années qui viennent il n’existe, pour ceux qui auront le courage de trancher en votant autre chose que blanc ou abstention, que trois choix : le « système actuel » , La tendance Mélenchon , le RN. Et c’est tout.
          Combien de temps va t-on laisser le système actuel perdurer ??

  • liberté de la presse , 33em….rien que ça c’est mauvais signe ; dernier de la classe en ce qui concerne notre économie…..ça craint grave…..

  • Les États Unis pour la liberté de la Presse se trouve placés 45

    • Oui, pourri par le gauchisme comme on le constate depuis l’annonce de la candidature de Trump, qui a vu tous les media contre lui !

    • Il faudrait distinguer liberté et manipulation de la presse, ce qui est différent.

      Il faudrait en outre qu’il n’y ait pas de journalistes à RSF pour exclure tout soupçon de corporatisme dans leur rapport. Mais je fais bien sur du mauvais esprit. Ou pas …

  • 40 ans de clientélisme avec pour seul objectif sa réélection grâce à l’argent des autres,pour le reste les français payent,voilà le résultat du meilleur système que le monde entier nous envie où nous ont conduit nos supers élites (ENA…) .

  • Un peu étonné quand même de voir dans ce ranking, la Turquie devant la Finlande, loin devant le Chili.

  • Je crois que je vais arrêter de vous lire, je désespère chaque jour un peu plus… CPEF… d’autant qu’on peut avoir de bons candidats, mais ils se retrouvent éjectés par des méthodes plus ou moins avouables (DSK et surtout Fillon, même Sarkozy était bon puisque nous n’avons pas trop sombré avec la crise). Donc on n’y arrivera jamais ? Comment se débarrasser de cette Administration (celle qui dirige dans l’ombre) ? Sans penser révolution, ça c’est du gauchisme qui veut plus d’impôts pour les autres.

    • C’est un peu leur but : dégoûter les gens bien de la chose publique et les laisser gérer « leurs » affaires tranquilles, en vase clos.
      La pire erreur à faire est celle que la plupart des libéraux intervenant sur ce forum ont déjà acté : leur laisser la voie libre, ne plus agir et baisser les bras.

  • La petite bête , la France n’attend pas l’Europe
    elle amplifie les normes Européennes, nos élus sont bien pire que l’Europe , nous voulons être les premiers en tout et malheur a celui qui les critique la reponse sera cinglante : C’est la faute à l’Europe !! nous sommes des donneurs de leçons , pour les autres pas pour soi même , nous sommes les meilleures , les résultats le prouve !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Peter Jacobsen.

Après l'acceptation de l'offre d'achat de Twitter par Elon Musk, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis a dévoilé des plans pour adopter un conseil de gouvernance de la « désinformation ». L'achat par Musk n'est pas définitif, et ledit conseil de gouvernance est maintenant en pause, mais la réaction à ces événements a été révélatrice.

On pourrait s'attendre à ce que les professionnels du marché des idées s'inquiètent de voir une autorité étatique contrôler la parole. Curieusement, de nombreux... Poursuivre la lecture

Biden Poutine
0
Sauvegarder cet article

La Russie est aujourd’hui à la peine, comme l’ancienne URSS.

Le 28 mai 1957, Nikita Khrouchtchev, premier secrétaire du Parti communiste soviétique, déclarait à la télévision américaine :

« Ce qui me plait d’ores et déjà, c'est que nous avons à présent la possibilité de nous comparer avec vous et pourtant les États-Unis sont un pays très riche. »

Les dirigeants russes avaient une hantise : rattraper économiquement les États-Unis. Cela ne s’est jamais produit.

En 1991, à la chute de l’URSS, le PIB russe par habitant... Poursuivre la lecture

On peut en rire, mais on doit aussi s'en inquiéter : bêtise ou volonté délibérée de tromper ? Peut-être les deux. Mais aucune de ces hypothèses n'est charitable.

Twitter ne pardonne pas. Pas grand-chose ne lui échappe.

Quelqu'un a repéré un visuel d'un candidat de la NUPES, tendance écolo. Quatre fautes sur deux lignes et une douzaine de mots. Cela reste plaisant et sans conséquence autre que de plonger notre personnel politique – et, partant, notre démocratie – encore davantage dans le discrédit.

 

Pl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles