Afrique du Sud : le gouvernement freine les entreprises

La modification de l’article 25 de la Constitution ramène le pays à une époque où leurs droits de propriété étaient soumis à l’accord discrétionnaire de l’État d’apartheid.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Afrique du Sud : le gouvernement freine les entreprises

Publié le 25 avril 2019
- A +

Par Chris Hatting.
Un article de Libre Afrique

La confiance des entreprises sud-africaines est au plus bas depuis deux ans. Ça ne surprend personne. Soulignons que les politiciens sont totalement conscients de ce qu’ils font quand ils tentent d’exproprier sans compensation (ESC) une partie de la population.

La vague d’optimisme qui a suivi l’élection du président Ramaphosa s’est définitivement estompée. De toute évidence, l’Afrique du Sud s’éloigne de la liberté économique, et par extension, de son rythme de croissance économique. La « Ramaphoria » qui submergeait le pays ne reposait sur rien. Les belles paroles séductrices ont anesthésié l’esprit critique vis-à-vis des mesures prises.

L’incertitude sur les droits de propriété

L’ESC est la plus grande menace qui puisse toucher une entreprise. L’amendement de l’article 25 de la Constitution permettant ce genre d’expropriation conduira à la dilution, voire la dissolution de la notion de droit de propriété individuelle. Les droits de propriété ne peuvent pas être appliqués de manière sélective : soit tous les biens sont reconnus et protégés en tant que tels, soit nous modifions l’article 25, puis nous essayons de vivre dans un pays dans lequel les biens de quiconque sont susceptibles d’être saisis de manière arbitraire par l’État.

L’ESC est l’antithèse de la relation de confiance entre les citoyens et l’État. Elle annihile tout sentiment de sécurité dans l’avenir d’une entreprise qui a mis des années à se développer. Avec l’ESC, la propriété de chacun est susceptible d’être accaparée par l’État. Les terres agricoles, les maisons, les voitures, le contenu de votre compte bancaire, vos usines, vos immeubles commerciaux et le capital qui s’y rattache sont en danger.

Jusqu’à présent dans la très jeune histoire démocratique de l’Afrique du Sud, les droits de propriété de chaque Sud-Africain étaient reconnus et protégés par la Constitution. Les Sud-Africains noirs, qui se sont vus reconnaître leurs droits de propriété légitimes avant 1994, sont les personnes les plus touchées par l’ESC. La modification de l’article 25 de la Constitution ramène le pays à une époque où leurs droits de propriété étaient soumis à l’accord discrétionnaire de l’État d’apartheid.

Les plus pauvres pris au piège

D’évidence, les Sud-Africains riches peuvent transférer leurs richesses, leurs entreprises et leurs capitaux à l’étranger si les choses deviennent insoutenables dans leur propre pays. Ce n’est pas le cas de tout le monde. Les pauvres Sud-Africains, dont la grande majorité sont noirs, subiront les conséquences de politiques et de lois anti-liberté et anti-croissance telles que la ESC.

Quant au salaire minimum et à l’assurance maladie nationale qui semblent de bonnes mesures pour les pauvres, elle ont pour conséquences concrètement de les évincer. En effet, une législation du travail onéreuse exclut de fait les moins qualifiés qui sont souvent les plus pauvres. Ces différentes mesures s’opposent à l’idée même de liberté individuelle et à la création de richesse. Au lieu de cela, elles justifient que davantage de fonds soient mobilisés par le gouvernement plutôt que par les citoyens du pays. Ils permettent à l’État d’engloutir des pans de plus en plus importants de l’économie.

Aucune incitation à l’investissement

Les Sud-Africains ont raison d’investir de moins en moins leur temps, leurs ressources et leur richesse dans le pays. Le dernier coup asséné à la confiance des entreprises est la situation désespérée d’Eskom, la compagnie publique d’électricité.

Comment peut-on accepter une gestion déplorable entraînant une telle incertitude sur l’approvisionnement en électricité pourtant crucial pour une entreprise ? Les grandes entreprises peuvent se permettre d’avoir leurs propres générateurs et peuvent en supporter les coûts associés, mais les petites entreprises ne peuvent tout simplement pas se permettre un coût d’exploitation supplémentaire.

En conséquence, ces dernières doivent choisir entre déménager ou fermer complètement, ce qui va encore impacter négativement l’emploi. Si l’Afrique du Sud comptait trois ou quatre producteurs et distributeurs d’énergie différents, la situation serait moins risquée qu’avec une seule entreprise telle que Eskom. Le problème fondamental est que l’État se considère comme gardien et responsable de la satisfaction de tous les besoins. C’est ce qui explique qu’il faudra sûrement encore souffrir longtemps avant que la concurrence soit autorisée dans le secteur de l’énergie.

La confiance mutuelle entre les entreprises et le gouvernement est une chose fragile. De nombreux hommes politiques implorent le secteur privé de contribuer davantage, à prendre plus de responsabilité pour faire progresser le pays. Rappelons en effet que sans les entreprises la situation de la société serait encore pire qu’elle ne l’est actuellement.

Les politiciens savent demander mais ignorent les problèmes rencontrés par les entreprises : le coût de création et de gestion. Les entraves qu’elles rencontrent au quotidien sont déjà difficiles à surmonter. Au lieu de leur demander de faire plus, le gouvernement devrait se pencher sur des solutions pour améliorer la liberté économique dans le pays. Plus les entreprises seront étouffées et plus le pays régressera.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Il y a déjà pas mal d’années que l’Afrique du Sud est sur le chemin du « plus d’états ». A ceci s’ajoute des relents de règlements de comptes racistes de la part d’une partie de la classe politique noires.
    Les sud africains éduqués, les entrepreneurs quittent le pays. Certains pays , l’Ile Maurice par exemple, en ont vus arriver plusieurs milliers en quelques années et ils y investissent .

  • C’est parce que, en Afrikaans, « Ramaphosa » se prononce « Zimbabwebis » ( nous ne voyons pas d’autre explication )

  • Ramaphosa est en train de Zimbabouiser l’Afrique du Sud. Voir sa dernière décision d’expropriation des fermiers blancs sans compensations financières.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La performance des entreprises est souvent perçue comme n’ayant aucun impact sociétal.

Elle semble ne relever que du strict domaine financier et ne concerner que ses actionnaires, et personne d’autre. Et à ce titre elle est moralement suspecte. On est content pour l’entreprise qui a de bons résultats, mais on ne voit pas trop l’intérêt et, à la limite souvent franchie dans notre pays, on soupçonne même que cette performance se fasse au détriment de la société. Pourtant, la performance des entreprises représente un enjeu sociétal majeur... Poursuivre la lecture

On critique souvent les libéraux – et en particulier les économistes libéraux – sous prétexte qu’ils sont matérialistes car ils s’intéressent aux biens matériels, donc aux droits de propriété et peut-être en particulier au capital (et donc au capitalisme...). Mais c’est très à tort que l’on fait ce type de critique.

Ainsi l’économiste Julian Simon a expliqué dans son livre, L’homme, notre dernière chance, que les ressources naturelles n’existent pas ; ce qui compte c’est que des individus soient capables d’imaginer des utilisations des... Poursuivre la lecture

Dans cette période difficile que nous traversons, une dizaine de bombes à retardement nous menacent à plus ou moins brève échéance. Je les traiterai individuellement dans de prochains articles.

L'une d'entre elles va prochainement éclater qui, malheureusement, ne fait pas la Une des médias. Il s’agit des entreprises dites zombies, celles qui ne sont pas ou plus viables, mais surtout celles qui ont artificiellement été maintenues la tête hors de l’eau avec le « quoiqu’il en coûte » mis en place à l'occasion du covid.

 

U... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles