Singes OGM : la Chine prend-elle sa « note de crédit social » par les 2 bouts ?

Et s’il y avait un lien entre le système de crédit social chinois et ses expériences génétiques pour créer des singes plus intelligents ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
monkey see By: nerissa's ring - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Singes OGM : la Chine prend-elle sa « note de crédit social » par les 2 bouts ?

Publié le 17 avril 2019
- A +

Par Charles Boyer.

Au fur et à mesure que la Chine prend de plus en plus de pouvoir dans le monde, elle offre aussi à bien des pays un autre choix face à l’Occident pour accéder au développement et à la prospérité. Du début de la décolonisation à nos jours, les pays ayant réussi à décoller par l’accroissement de la richesse de leurs populations, par l’apparition d’une robuste classe moyenne et l’amélioration de leurs indices de développement humain, ont eu tendance à adopter au moins en apparence des aspects de la civilisation occidentale et de sa démocratie libérale, que l’on pensait liés à ces évolutions favorables : élections multipartites, avancées même modestes de la liberté d’expression, institutions politiques comprenant un exécutif, un parlement, une justice capables d’indépendance.

Que ce soit en Europe centrale et de l’Est, en Amérique Latine, dans certains pays d’Afrique, en Asie, beaucoup de pays ont fait de nets efforts pour avoir au moins l’air de jouer le jeu. Le monde arabe et la Russie depuis Poutine sont des exceptions d’autant plus frappantes qu’elles ne sont pas si nombreuses. Il y en a bien sûr quelques autres, Cuba, Corée du Nord et, fort tristement, la funèbre marche arrière qu’a connu le Venezuela.

Un nouveau modèle concurrent

Tout cela laissait penser que les choses allaient continuer de suivre ce chemin. Mais en fait, assez soudainement, un autre modèle semble rapidement gagner en popularité parmi les régimes du monde, qui promet une autre feuille de route vers le développement : la Chine. Celle-ci, en effet, depuis Deng Xiaoping, a ouvert son économie, mais pas son système politique ; et ce avec un succès phénoménal même s’il est exagéré par ses statistiques nationales truquées. Le mal-investissement y est certes massif, les aéroports s’y construisent comme des petits pains, tout comme les lignes TGV et les autoroutes, et tout le reste de l’infrastructure.

Après tout, sans suivre le modèle politique ni les institutions occidentaux, elle a extrait à une vitesse éblouissante des centaines de millions de ses habitants de la pauvreté abjecte, et les a propulsés (ou du moins leurs enfants) dans une classe moyenne aux moyens comparables aux nôtres. Non seulement cela, mais elle semble même en voie de dépasser l’Europe, qui n’est pas la dernière venue, dans certains domaines technologiques, en particulier l’intelligence artificielle ou, en ce moment, la 5G.

Même s’ils y vont régulièrement, tous les voyageurs de mes connaissances qui en reviennent sont à chaque fois impressionnés par la vitesse du changement qui s’y opère.

Tout ceci, elle le réalise sans avoir mis en place d’ouvertures permettant d’accroître l’expression de la contestation des gens, et donc pas davantage de consentement. En effet, qui ne peut contester ne peut consentir. Cela est possible grâce à un État policier si bien organisé qu’il a pu garder le contrôle, même à une époque de si grands bouleversements. On sait que la montée des classes moyennes est souvent accompagnée de revendications plus franchement formulées. Dans ce cas, non.

On peut sentir assez facilement que dans le reste du monde certains régimes y trouvent une source d’inspiration et se verraient bien accomplir un tel authentique progrès économique, mais sans ouverture politique, tournant ainsi le dos au modèle proposé par l’Occident. On peut penser au Général Sissi en Égypte, qui met le paquet sur les infrastructures, l’industrialisation, le développement économique, mais pas du tout sur la liberté d’expression ou les libertés individuelles, bien au contraire.

Tentation autoritaire

Le jeune Prince Mohammed Ben Salmane semble aussi fort tenté par cette approche. Un certain Erdogan aussi, même si la démocratie dans son pays se révélera un peu trop enracinée pour lui en laisser la chance. Des hommes forts qui misent sur une accélération économique dans un silence de mort politique font le choix du pari chinois.

Mais la Chine elle-même, en ces temps où mondialement le contrôle de l’information devient de plus en plus difficile pour les autorités, comment compte-t-elle, ou plutôt son parti communiste au pouvoir, préserver cette absence de tout débat et de tout mécontentement audible ? Eh bien, elle y travaille, et elle a inventé une parade, qu’elle espère infaillible : cela s’appelle la note de crédit social. De quoi s’agit-il ? C’est la presse chinoise elle-même qui en parle le mieux :

Pour accéder à la vidéo, cliquez sur l’image

Il s’agit d’un système de bon point (pour ceux qui ont connu ça à l’école), mais appliqué à toute la population et tous les aspects de la vie, et accompagné surtout par son opposé, un système de mauvais point si vous faites quelque chose qui déplaît au pouvoir ; ou bien, si vous préférez, un système de permis à points, mais pour l’intégralité de votre vie, pas seulement pour la circulation routière.

Le plan a été lancé en 2014 avec comme devise de laisser celui digne de foi circuler librement mais de rendre au discrédité le moindre pas difficile. Rassurant, non ? Environ 35 villes en Chine mènent des essais dans ce domaine. L’épine dorsale du système est une série de listes noires. Vos bons ou mauvais points peuvent vous être attribués par des tribunaux, des administrations, ou des entreprises privées ; mieux encore, des observateurs de voisinage, ce que l’on nommait des chefs d’îlot au temps du socialisme national-allemand.

Dictature de la réputation

Cela ouvre la porte à de charmantes perspectives : imaginez par exemple un voisin qui ne vous apprécie pas, un juge véreux, un fonctionnaire souhaitant vous soutirer quelque chose, ou des erreurs informatiques d’une administration. Et hop, votre vie se dégrade, et vous ne savez même pas forcément pourquoi.

Exemples de mauvais point : un retard de remboursement, une infraction au Code de la route.

Si vous êtes créditeur, vous pouvez obtenir des crédits moins chers, des bilans médicaux gratuits, des rabais sur le prix du chauffage et de l’eau ; en d’autres termes, le niveau de vie des autres en sera inévitablement réduit, le financement de ces récompenses proviendra bien de quelque part.

Si vous êtes débiteur, vous ne pouvez pas acheter de billet d’avion ou de TGV ; cela est déjà arrivé à 22 millions de personnes en 2018.

Le système sera généralisé à l’ensemble du pays prochainement.

Comme nous n’en sommes qu’au début, tout ceci promet de réjouissantes perspectives.

Mais ce n’est pas tout. Il se trouve que dans le même temps, la Chine joue aussi à améliorer les individus par des modifications génétiques. Elle produit déjà des bébés modifiés, semble-t-il pour augmenter leur intelligence. Encore mieux : elle implante des gènes humains dans des cerveaux de singes. Toujours pour les rendre plus intelligents.

Cela soulève deux questions :

  • Les personnes les plus intelligentes n’étant pas forcément les plus dociles, un tel pays voulant contrôler tout le monde par un système de crédit social ne préférera-t-il pas créer des individus un peu plus intelligents peut-être, mais surtout plus obéissants ? Voilà un axe de recherche captivant.
  • La Chine ne serait-elle pas en train d’approcher cette douce notion de crédit social par les deux bouts ? D’un côté, elle met en place le système lui-même, de l’autre, elle crée de toutes pièces des êtres nouveaux qui auront plus de chance de s’y conformer sans faire d’histoires ?

Quitte à partir de primates ?

 

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Les chinois aurait donc trouve le morceau d’adn rendant intelligent…trop fort les mecs ….sans doute poir le retirer et rendre docile les chinois…il va falloir combien de siecles pour remplacer un milliard de chinois par des chintoqués ?

  • Bon là on est dans la science-fiction et comme les choses ne se passent jamais comme on le voudrait :

    https://digital-society-forum.orange.com/fr/les-actus/1187-et-si-le-credit-social-navait-finalement-rien-de-chinois

  • Oui créer des castes génétiquement parfaites. Des super athlètes, des chercheurs plus performants, des politiciens plus machiavéliques. L’humain n’est-il pas un singe intelligent ? A t’on besoin d’être augmenté pour être heureux ? Comme pour l’argent cela ne donne pas forcément la liberté. C’est à nous de choisir. Il faudra toutefois se mettre à l’écart chez les sauvages pour conserver son intégrité physique et mental. A quoi bon être intelligent sans bonheur ni liberté. Pas mieux qu’un poisson rouge qui gobe des graines jusqu’à exploser. Le gene évolue à nos besoins. Forcer le gene c’est forcer un besoin. L’on risque de perdre les deux à la fois. Pauvres singes, pauvres chinois.

    • On n’a pas besoin d’être intelligent pour être heureux, mais ça aide quand même que les gens parmi lesquels on vit ne soient pas trop abrutis… 🙂

  • moi , j’appelle ça jouer à l’apprenti sorcier ……et quand l’homme s’y adonne , ce n’est pas souvent une réussite ;

  • la mise en route de la planète des singes.

  • N’est-ce pas cela au final la véritable « méritocratie » ?

  • L’adaptation génétique de la population chinoise au régime de dictature des Han a déjà débuté il y a plusieurs siècles et le communisme a lui aussi provoqué une mutation des grands équilibres génétiques de la population.

    En Europe la seconde guerre mondiale causait aussi des mutations génétiques qui ne sont toujours pas étudiées.. nous avons par exemple perdu toute l’aristocratie britannique dès les débuts de la premières guerre mondiale, puisque les aristocrates étaient les chefs de bataillons sur le terrain de guerre et cette aristocratie éclairée, légitime, intelligente, qui était destinée à briguer les mandats politiques, fut remplacée jusqu’à aujourd’hui par l’ineptie..

    Les peuples sont donc déjà de bien des manières génétiquement le produit de leurs biotopes et de leurs histoires respectives.

    Il ne fait donc aucun doute que la chine va à la catastrophe et qu’elle tente par ses idées-virus d’entraîner le monde avec elle..

    L’Europe prend le même chemin que la chine.. mais par le marxisme culturel, les LGBT, le mariage homosexuel.. les caméras de reconnaissance faciale, les radars automatiques sur les routes.. tout cela est une militarisation de l’espace public, autant qu’une rupture de la filiation.

    L’Occident brise la filiation par les « droits » LGBT et la Chine brise la frontière entre les espèces par la destruction du biotope ainsi que par la dictature.. tout cela se complète, n’est plus de la science fiction et la finalité de toutes ces politiques ne peut être que l’interdiction de la reproduction sexuée (eugénisme) ou l’impossibilité physique de la reproduction sexuée (à cause de la dégradation du biotope et de la stérilité)..

    Donc, je vois moi une nécessité à aller faire sauter les radars automatiques sur les routes et à briser les caméras de vidéo surveillance.. car accepter cette militarisation de l’espace public aujourd’hui, c’est presque déjà nous contraindre aujourd’hui à l’interdiction de la reproduction sexuée.

    Mais qui parmi vous fait autre chose que parler ?

    La servitude est toujours volontaire.

    Moi je préférerais la mort et c’est peut-être justement parce que mon patrimoine génétique n’est plus souhaité dans ce monde..

    • @toupie WW2 a causé des mutations? wot? Au pire des cas les guerres pourraient susciter des adaptations via sélection. Ce qui a peut-être été le cas en Chine via 1.5 siècles de guerres, famines et délires politiques (a minima les vieux Chinois sont des gens chanceux et solides.)
      Pour la comparaison Chine-Europe je la trouve bizarre. La Chine est ascendante, l’Europe en pleine décadence. Une tyrannie compétente et assurant des conditions de vie décentes au plus grand nombre de familles? C’est l’essence même du « pacte social » de l’empire chinois, et tant qu’il n’est pas brisé, la dynastie régnante se perpétue (qu’elle arbore un drapeau rouge ou autre.) Quant à la rupture de filiation, si elle est présente dans les délires postmodernistes occidentaux, les familles chinoises ne se sentiront pas concernées. En fait les Chinois sont amusés et révulsés par nos révolutionnaires intersectionnels qui prônent le chaos et l’inversion des valeurs.
      Si je devais résumer mon propos: combattons la dégénérescence et la montée de la tyrannie en Occident et foutons la paix aux Chinois, qui sauront gérer leurs propres affaires.
      Le fameux « crédit social » représente une version numérique des comités de quartier, ce n’est pas une bien grande invention et cela ne réinventera pas l’eau chaude.
      Perso cela m’intéresserait davantage de lire une analyse sur le capitalisme de connivence des champions numériques chinois (Taobao etc.) mais les données sont assez rares à trouver.

  • @toupie, oui je suis d’accord pour la reproduction et les gènes. Nous voyons bien que les familles explosent. Que le sexe devient un jeu comme dans 1984. La drogue et la propagande. Les caméras et les radars. Les helicos qui épluchent nos vies et nos vitesses. Bercy qui épluche nos traces. Maintenant a t’on une chance contre ce système ultra-centralisé qui n’a qu’un seul but: nous contraindre avec notre argent ?! Il n’y a qu’une seule chose à faire: couper l’argent. La violence sera retournée contre vous. Plus il y aura de violence plus ils utiliseront de notre argent pour nous asservir. C’est un piège.

  • Cet article m’amène quelques commentaires :
    -Je ne sais pas si les statistiques sont truquées en Chine, sans doute…
    Mais en matière de statistiques truquées en France, de part mon ancienne fonction, je peux vous dire que j’en connais un rayon.
    En fait pour truquer les statistiques, c’est très simple, on change les critères d’entrée des chiffres au fil des ans, dans le sens que l’on souhaite.
    -Sommes nous en démocratie en France ? La démocratie signifie que nous élisons des représentants pour faire appliquer des politiques que nous souhaitons.
    Mais que font nos élus, une fois au pouvoir, ils suivent non pas le programme promis mais se plient aux diktats d’associations et de courants d’opinions fortement relayés médiatiquement et au besoin cassant tout dans la rue, même si ces gens représentent des pourcentages dérisoires de la population du pays.
    -Quel est la justice et la validité d’un système démocratique dans lequel seulement 43% des citoyens paient l’impôt direct, qui plus est un impôt parfaitement injuste car il est progressif donc lèse scandaleusement ceux qui travaillent le plus ?
    Je conteste personnellement le droit à décider de l’argent public pour tout ceux qui ne contribuent pas aux finances de l’Etat par l’impôt direct. Et je conteste également le droit de décider de l’usage de l’argent public pour tous les détenus, et pour les anciens détenus lourdement condamnés.
    -En quoi sommes nous libres en France ? Je ne parle pas de la liberté d’expression, réduite à sa portion congrue au fur et à mesure que s’étend la terreur « bien pensante ».
    Je parle du droit de tout citoyen à circuler librement et sereinement dans la rue, que cela soit à pied ou en voiture, à prendre les transports en commun sans crainte.
    Quelle liberté reste t-il quand l’explosion de la délinquance est telle qu’il faut éviter certaines rues, certaines heures, ne plus sortir le soir dans certains endroits, etc…
    Quel est ce monde où il faut escorter un enfant à l’école jusque 13-14 ans pour le préserver des prédateurs comme des voyous de son âge.
    Ne sommes nous pas, nous citoyens honnêtes, en prison dans nos voitures, qui se verrouillent désormais automatiquement au démarrage, sécurité oblige.
    Les voyous sont dehors et sans aucun doute « libres », mais nous, honnêtes citoyens, ne sommes nous pas en prison dans nos maisons et appartements avec les sociétés d’assurance imposant (encore une fois explosion de la délinquance oblige) barreaux au rez de chaussée ou volets répondant aux normes, serrures 3 points, vitrage anti effraction, alarmes, etc…

    Et ne me dites pas qu’il y a toujours eu de l’insécurité et que l’on en parlait pas, il faut arrêter avec ces mensonges.
    Je suis une petite fille des années 60, une ado des années 70, j’ai connu cette époque dorée où on ne bouclait pas les portes des maisons, où on posait son vélo contre un mur sans antivol et où enfant, y compris, petite fille, on jouait dehors toute la journée, parfois loin de la maison sans une once de crainte.
    Cela a vraiment existé !
    Effectivement le virage commença au milieu des années 70, mais en tant que femme, je situerais la fin de ma liberté de déplacement vers le début des années 90.
    Vous avez dit Liberté ? Mais quelle liberté aujourd’hui en France ?

    • Question statistiques, si j’ai bien compris, la différence entre la Chine et la France est que le bureau chinois applique une correction insuffisante aux données largement exagérées qu’il reçoit des villes et des provinces. La procédure reste stable dans le temps, et permet donc d’utiliser ces statistiques qui bien que biaisées sont cohérentes entre elles. En France, c’est quasiment le contraire : les données collectées sont sincères, mais les synthèses qui en sont faites visent à faire passer des messages au détriment de la cohérence temporelle. Rien n’est comparable d’une année sur l’autre, chaque message fait apparaître un nouvel indicateur, et c’est intentionnel.

      • Les données collectées sont sincères… Oui, jusqu’à un certain point…
        Quand les chiffres deviennent « critiques », dans les Directions concernées, on réfléchi aux critères d’entrée de ses chiffres et on modifie les critères de sorte à obtenir le résultat souhaité. Par période de quelques années, les critères peuvent être modifiés plusieurs fois.
        C’est également la raison pour laquelle il est difficile de faire des comparaisons objectives entre les pays.
        Prenez des actes de délinquance, un viol peut être défini très différemment à la fois sur un plan juridique pur comme sur les critères d’entrées statistiques d’un pays à l’autre.
        Il m’est arrivée de voir des comparaisons journalistiques entre le nombre de viols en Suède et le nombre de viols en Afrique du Sud, histoire de dire, bien pensance oblige, que finalement en Afrique du Sud, la délinquance n’est pas si épouvantable.
        C’est tout simplement grotesque.

  • « 1984 » et « Le Meilleur des mondes » qui étaient des fictions sont en passe d’être complètement ringardisés par ce que fait la Chine.
    Mais le problème est que ce que l’on appelle des démocraties suivent avec du retard rien de plus, rien de moins. La France avec ses multiples lois liberticides votées par Pignouf 1er et Macron nous y amènent tout droit.

    Ne cherchez pas s’il existe un pays qui

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a un an, j’exposais dans un article les données de l’invasion possible de Taïwan par la Chine, ce qui a malheureusement été confirmé par l’actualité récente.

En effet, le voyage de Nancy Pelosi, troisième personnalité politique des États-Unis, après le président et la vice-présidente, a été considéré comme une insulte par Pékin et a déclenché des manœuvres militaires ainsi que d’autres représailles.

Commençons par exposer les fondements de cette situation telle qu’elle se présentait dans un calme relatif il y a un an dans c... Poursuivre la lecture

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

Taïwan
0
Sauvegarder cet article

La Chine répète de plus en plus fortement qu’elle est décidée à « réunifier » le pays en annexant Taïwan. Et tout le monde remarque que le terme « pacifiquement » a disparu. Comme il semble que Taïwan ne puisse pas se défendre sans les États-Unis, une guerre à grande échelle est tout à fait possible si ce soutien se matérialise.

Cela me rappelle des souvenirs historiques désagréables.

 

De nombreux précédents de mauvais augure

L’argument « c’est le même peuple, et il doit donc être rassemblé sous notre autorité », a ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles