Comment joue-t-on au Brexit ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: eclesh - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment joue-t-on au Brexit ?

Publié le 4 avril 2019
- A +

Par Karl Eychenne. 

« Les Anglais n’ont pas d’amis ou d’ennemis permanents, ils ont juste des intérêts permanents » (Lord Palmerston, Premier ministre du Royaume-Uni 1855 – 1858)

Bruxelles était donc prévenu. Le pragmatisme à l’anglaise n’allait pas laisser le Royaume-Uni se perdre dans les rêveries européennes. Ainsi naquit le mot Brexit, dont la définition exacte évolue tous les jours. Nouvelle ruse de l’histoire nous annonçant un Royaume-Uni 2.0 ? Ou bien nostalgie d’une britishness perdue ?

Pour l’instant, le Brexit ressemble davantage à l’un de ces jeux interminables aux règles impénétrables. Alors oublions les dates de votes volantes, les nombres de voix insuffisants, pour nous concentrer sur l’essentiel : comment joue-t-on au Brexit ?

Deux joueurs un peu aigris

Le Royaume-Uni et Bruxelles sont donc nos deux joueurs, un peu aigris par l’ère du temps : effets pervers de la globalisation (Stolper & Samuelson), réflexe identitaire et culturel, rejet de l’élite et besoin de sang neuf. Voilà pour les racines du mal. Il y a aussi l’engrais : de nouvelles plateformes de l’information accessibles à tous, et plus seulement à l’autorité politique ou économique (Martin Gurri).

  • Du côté Britannique, on se dit que l’entrée dans l’Europe s’est finalement faite trop tard, au plus mauvais moment (1973), et qu’il est encore temps d’en sortir ; que faire d’une Europe quand on avait l’empire…
  • Du côté de Bruxelles, on colmate les brèches, comme un ballon de baudruche troué à la trajectoire imprévisible. Et l’on entend de plus en plus ici et là : « Si grand que soit le verre que l’on nous tend, nous préférons boire le nôtre, tout en trinquant aux alentours » (Charles de Gaulle)

La victoire

Dans un jeu classique, le gagnant sait ce qu’il remporte à la fin : soit la cagnotte, soit le respect de son adversaire. Mais dans le cas du Brexit, la notion de victoire est plus vague :

  • Si la victoire consiste à faire respecter la volonté des peuples, alors elle doit se traduire par un Brexit effectif en temps et en heure. Après tout, quoi de plus normal que de suivre l’avis des peuples dans des démocraties. L’ambiguïté est alors de définir qui est le vrai vainqueur : tout dépendra en fait des conditions dans lesquelles le Brexit se fait : hard ou soft.
  • Si la victoire consiste à ne pas suivre la volonté des peuples, alors elle doit se traduire par un rejet du Brexit. Mais de quel droit ? Le peuple n’aurait pas réalisé les conséquences de son vote ? Dans ce cas, un autre référendum ! Problème : les sondages ne semblent pas montrer de réelle inflexion depuis le vote de 2015. Pourtant, voyez tous ces gens dans les rues contre le Brexit ! Certes, mais il y a une différence entre « ne pas savoir » et « savoir que pas » : quand seuls défilent les mécontents, on ne doit pas en déduire que les autres n’ont pas d’avis.

Tous les coups sont permis

Mensonges, trahisons, injures, même à l’intérieur de son propre camp. Après tout pourquoi pas : la tentation du bien justifierait que tous les moyens soient employés pour parvenir à ses fins. Parmi toutes ces ruses, le mensonge a quand même la préférence des joueurs. Il faut dire que le terrain s’y prête, puisque les faits sont maudits et refusent de trancher : par exemple, depuis le vote de 2015, qui peut affirmer que l’économie britannique a réellement souffert de la perspective d’une sortie ?

En vérité, seule la devise a subi une décote, d’ailleurs modérée face à la tempête annoncée. Mais le reste a été plutôt sage : PIB, consommation, emploi, même l’investissement (la variable critique) n’a pas subi plus de dommages que ses homologues européens. Et quand parfois, un chiffre ose pencher d’un côté ou de l’autre, il faut s’attendre à un vent de relativisme pour faire dire aux chiffres ce qu’ils pourraient dire autrement.

« Je sais que tu sais que je sais… »

Si j’ai 100 euros à droite et 1 euro à gauche, je choisis la droite évidemment. Cette évidence repose sur la pierre angulaire de la macro-finance : nous sommes rationnels, plus ou moins. Nous supposerons donc que le Royaume-Uni et Bruxelles sont rationnels, au sens où ils souhaitent le meilleur pour leur peuple. Vivant dans l’incertain, nos deux joueurs se livrent alors à la fameuse expérience de pensée de John Rawls (voile de l’ignorance) : « si vous ne saviez pas ce que vous allez devenir, quelle option choisiriez-vous ? maximiser vos gains ? ou minimiser vos pertes ? ». En fait, un peu des deux : cela s’appelle le minimax : on minimise la perte maximale que l’on pourrait subir.

Nos deux joueurs étant aussi rationnels l’un que l’autre, ils réalisent que l’un et l’autre appliquent la même stratégie. Ainsi commence alors le célèbre « je sais que tu sais que je sais que… », définissant la feuille de route de l’homo strategicus. Remarquons que cette hypothèse de rationalité est très forte, voire dangereuse dans certains cas comme la fameuse énigme des cocus de Bagdad : chaque mari doit deviner si sa femme est infidèle, et déduit du silence des autres maris que c’est lui le cocu. Mais il suffit que l’un des maris soit irrationnel, et l’autre mari en conclura à tort que sa femme est infidèle. Déduire de l’autre est toujours une hypothèse forte.

Qui joue en premier ?

Le Royaume-Uni a le choix des armes. Parfois, jouer en premier apporte un avantage décisif, comme le tireur de penalty, parfois non comme à la roulette russe. Mais dans notre cas, il se passe quelque chose d’un peu curieux puisque c’est le Royaume-Uni qui tire en premier, mais Bruxelles a la possibilité de dévier le tir après coup ! En effet, le Royaume-Uni peut très bien voter pour un Brexit sous certaines conditions, puis Bruxelles valider ce Brexit mais sous d’autres conditions.

Dans tous les cas, le fait de jouer à tour de rôle et non pas en même temps a donc son importance. Surtout si le nombre de coups est limité, ce qui semble être notre cas puisqu’une date butoir est fixée. Oui, mais qui est vraiment certain que cette date ne sera pas repoussée ? On ne peut plus rien exclure après tout ce qui s’est déjà passé. On pourrait même imaginer un jeu infini, où les deux finiraient par coopérer, après s’être testé sous forme de stratégie « bâton/carotte ».

Qui gagne à la fin ?

Quelques indices :

  • Le gagnant aura moins que ce qu’il désirait au départ. En effet, il ne semble pas qu’un joueur dispose de stratégie gagnante, ce qui correspondrait à un genre d’échec et mat qui protège vos gains contre n’importe lequel des choix de votre adversaire. Pour cela, il faudrait imaginer que le Royaume-Uni parvienne à imposer son vote et ses conditions à Bruxelles, ou l’inverse. Difficile d’imaginer un tel scénario.
  • Le gagnant ne saura qu’il est réellement gagnant que dans quelques années. En effet, les conséquences d’un Brexit soft ou hard ou d’un no-Brexit ne produiront probablement des effets tangibles que dans quelques années. On pense à un affaiblissement structurel de l’investissement qui pèserait sur la croissance potentiel, ou pas.
  • Le gagnant ne saura peut-être pas : en effet, il est possible qu’aucun des deux joueurs ne finisse par s’entendre, comme un programme informatique ne terminant jamais sa boucle. De vote en vote, les deux camps prolongeraient l’indécision sur le Brexit. Seule échappatoire, une date butoir, ce qui correspondrait au doigt du programmeur appuyant sur escape.
  • S’il y a un vainqueur, il y aura de toute façon laissé des plumes, au vu des échanges tendus entre les deux camps, mais également au sein des deux camps. Dans le même genre, on peut penser au fameux dilemme du prisonnier de la théorie des jeux où l’absence de communication entre les deux participants les incite à choisir une option qui n’est pas la meilleure : ils auraient dû coopérer.

Mettons fin au suspense, le jeu du Brexit est bien plus tordu qu’un simple dilemme du prisonnier. En fait, il ressemble davantage à un billard à 3 bandes :

  • 1ère bande : les 2 joueurs sont pro-brexit, ou pas
  • 2ème bande : ils se mettent d’accord pour un soft brexit, ou pas
  • 3ème bande : 1 an plus tard, tout va mieux c’est le good brexit, ou pas

Or la science est sans ambiguïté sur le sujet : il est impossible de prévoir l’issue d’un tel jeu… En effet, frappez une boule du billard plus ou moins différemment, et les conséquences seront radicalement différentes sur les autres boules : une fameuse illustration de la théorie du chaos et de la sensibilité aux conditions initiales.

Autrement dit, s’il existe un gagnant au jeu du Brexit, il est impossible à prévoir. Rideau.

Brexit : les versions étrangères du jeu

Comme tous les jeux dans l’ère du temps, le Brexit peut se décliner dans toutes les démocraties en péril, les règles s’adaptant au tempérament des joueurs locaux :

  • Le jeu du Gilet jaune
  • Le jeu du Salvini
  • Le jeu du Trump
  • Le jeu du Orban & Kaczynski
  • Le jeu du Bolsonaro

 

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • D’où l’expression populaire « une sortie à l’anglaise ». On ne refait pas une culture. Je suis pour eux quoi qu’il arrive. L’EU est un blob mou inutile qui ruine nos cultures et nos richesses au profit d’une technocratie qui s’est autoproclamée chef. L’EU et l’Euro sont une abomination contre le droit et la liberté. Il ne faut plus voter. Ni en France, ni pour l’EU.

    • claude henry de chasne
      4 avril 2019 at 7 h 52 min

      plus voter , c’est laisser les autres décider a sa place et donc renoncer a se plaindre apres des résultats.. non?

      • Donc, selon cette logique, si je choisis la peste contre le choléra, et que la peste gagne, je peux me plaindre … de mon propre choix !

        • Le vote aux Européennes n’est pas un vote intérieur national. Quoi que vous votiez dans ce dernier cas, à la fin il y aura toujours la France (laquelle, ça on ne sait pas). Mais aux Européennes, vous pouvez voter pour ou contre l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui organisée, et même pour ceux qui veulent en sortir. Ne pas voter, c’est effectivement laisser le choix aux autres.

      • Mais je ne choisis pas, je ne peux pas me plaindre !

        • claude henry de chasne
          4 avril 2019 at 8 h 39 min

          voila une des limites de la democratie, le pouvoir choisi par une majorité vous sera imposé , que vous le vouliez ou pas;
          en votant vous pouvez au moins participer

          • Oui, mais il faut aussi admettre la liberté de ne pas participer, et de se plaindre ( je ne parle pas pour moi puisque je vote). La démocratie n’est pas un régime parfait, mais c’est la moins mauvaise des solutions (sauf en temps de crise, mais c’est un autre sujet).

    • Itou, les Anglais ont inventé la révolution industrielle, la démocratie parlementaire, l’Europe continental la révolution, le marxisme et le nazisme.

  • J’aime la chûte !!

  • claude henry de chasne
    4 avril 2019 at 7 h 50 min

    Depuis henry 8 , l’Angleterre joue avec ou contre le continent au gré de ses intérêts du moment..
    chaque fois que le continent europeen se trouve constitué en empire , ou alliance elle s’y oppose…
    Là elle veut ne pas subir les règlements et normes européennes et avoir accès au marché unique..
    qu’ils aillent se faire voir!

    • Parce que les puissances continentales ne jouaient pas au gré de leurs intérêts du moment …

      • claude henry de chasne
        4 avril 2019 at 8 h 40 min

        bien sur , les intérêts des anglais restent les leurs.. si ils ne veulent pas de l’europe qu’ils la quittent mais a nos conditions

        • J’espère que votre femme ne demande pas le divorce, sinon ce sera uniquement à vos conditions ?
          Ce n’est pas un drame que le Royaume uni veuille quitter l’Europe, sauf pour ceux qui en vivent : les fonctionnaires de l’Europe et ceux qui veulent harmoniser un continent à leur sauce alors que tous ne mangent pas la même chose.
          L’Europe de Macron serait un cauchemar, mieux vaut avoir des alternatives pas loin pour ceux qui ne rêvent pas d’un continent socialiste.

        • En gros, l’Europe c’est un cerfa avec une case oui et une case non.
          Ce sont des Anglo-Saxons qui ont inventé le post-it, vous savez ce petit papier enquiquinant que vous coller sur le formulaire afin d’expliquer pourquoi vous n’avez pas rempli les cases !

    • Oui, les anglais veulent qu’on leur inventent un statu spécial sans payer pour comme la suisse ou la norvège… C’est hard brexit et puis c’est tout, faut arrêter de tourner autour du pot.

  • Pour l’instant, la perte de valeur de la livre est d’environ 15 %, sans effet sur les exportations de la GB – une dévaluation sans aucun effet positif. Au point de vue politique, explosion des partis – tories à couteaux tirés et labour girouette : les prochaines élections seront, elles aussi, imprévisibles. Fracture de la G.B., avec L’Irlande du nord l’Ecosse et Londres vs L’Angleterre et le pays de Galles. Fracture sociale entre éduqués et non-, entre jeunes et vieux, entre villes et campagnes. Quelque soit le résultat des discussions sur le Brexit, il faudra des décennies pour réparer ça – si ça se répare

  • C’est tres rigolo ce jeu , vivement que la corse y participe.
    quand on est une ile les besoins sont tout autres que ceux d’un continent …..

  • « le Brexit peut se décliner dans toutes les démocraties en péril … »

    La scission indépendantiste est quand même d’un ordre de magnitude supérieur à l’alternance indésirable [pour le camp du bien ?].

    Par ailleurs, les cassures laissent un vide qui ne demande qu’à être comblé. Les perdants sont les négociateurs et pas forcément le système.

  • @alan, oui. Le marché doit pouvoir être libre et les prix doivent refléter la réalité. L’EU, l’Euro cassent le jeu du marché. Cela va avoir de grosses conséquences mondiale. L’Allemagne va souffrir énormément. Plus vite on sort de cette abomination, moins les dégâts seront importants. Curieusement l’on nous demande beaucoup pour l’écologie et la planète. L’on doit être moralement et physiquement irréprochables. Et pendant ce temps la BCE manipule et triche comme jamais. Va t’on enfin retrouver le prix des vraies choses ? Va t’on retrouver le sens de la vie ? L’immortalité financière est une abnormality, elle légitime un système pervers où le vice gagne alors que celui qui respecte les règles perd. Cela doit cesser.

  • Ce jeu est très moderne, il donne plus d’importance au montant qu’on peut faire perdre à l’adversaire qu’à ce qu’on pourrait éventuellement gagner soi-même. Ca n’a rien de surprenant du côté européen, ça l’est beaucoup plus du côté anglais, sauf si l’on imagine que ces Anglais évaluent leurs pertes réelles bien en deçà de ce que nous serinent les médias et l’UE. En tout cas, ces évaluations sont tellement floues, masquées derrière des sondages et des micros-trottoir, qu’il est difficile de se faire une opinion.

  • Le jeu s’appelle ‘ le cul de chouette’
    Demandez à Perceval de vous expliquer les règles…

  • « Si la victoire consiste à faire respecter la volonté des peuples, alors elle doit se traduire par un Brexit effectif en temps et en heure. »

    Mais non; si la victoire consiste à faire respecter la volonté des peuples , alors elle doit se traduire par un Brexit pour 52% des britanniques et pas de Brexit pour 48% des britanniques.

    C’est un pays totalement divisé; n’oublions pas les 48% lorsque on parle des ‘britanniques’.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles