Gilets jaunes v. État français, quand l’opinion internationale s’en mêle

Mardi 26 février 2019, le conseil de l’Europe a rendu public un mémorandum appelant la France à mieux respecter les Droits de l’Homme suite aux événements liés aux Gilets jaunes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Yellow Vests - Act 8 By: Christophe LEUNG - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets jaunes v. État français, quand l’opinion internationale s’en mêle

Publié le 2 mars 2019
- A +

Par Sabine Lula.

Voilà maintenant près de quatre mois que le mouvement Gilets jaunes défraie la chronique. D’un petit regroupement spontané sur les routes françaises pour protester contre la hausse du prix du carburant, il est aujourd’hui un mouvement multiforme, parfois incohérent (en demandant par exemple une baisse des taxes simultanément à davantage de services publics). Ce qui n’empêche pas les syndicats et certains partis politiques de chercher à le récupérer.

Si le fond initial de la révolte, à savoir le ras-le-bol fiscal des premiers Gilets jaunes, semble désormais passer au second plan face aux demandes sociales, la forme, elle, demeure la même : voilà depuis l’Acte III que la capitale et les métropoles régionales sont chaque week-end le lieu principal des heurts entre les manifestants et les forces de l’ordre.

Le droit à la liberté de réunion pacifique nié par la France, selon le Conseil de l’Europe

Les médias et organismes internationaux semblent assez intéressés par l’affaire des Yellow Vest Protesters, et s’inquiètent également d’une certaine dérive autoritaire d’Emmanuel Ier. La Commissaire européenne des Droits de l’Homme dénonçait dès le 30 janvier 2019 les violences des répressions de l’État français à l’encontre de ses manifestants. À tel point que le mardi 26 février 2019, le conseil de l’Europe a rendu public un mémorandum appelant la France à mieux respecter les Droits de l’Homme.

La plupart des manifestations des Gilets jaunes s’avèrent pacifiques. Certes polluées par la venue inopinée de casseurs, il n’en demeure pas moins que la réaction des forces de l’ordre peut être disproportionnée. Le LBD est au centre des revendications : responsables de pas moins de dix-sept éborgnements et autres blessures lourdes pendant ces dernières semaines, ils représenteraient la principale menace au droit de manifester pacifiquement. Les grenades de dispersions sont elles aussi pointées du doigt, avec quatre mains arrachées chez les manifestants, cinq si l’on compte celle du gendarme réunionnais lors d’un incident au mois de novembre.

Le système judiciaire, autre atteinte à la liberté de réunion et de parole

Pour les Gilets jaunes plus chanceux que ceux finissant lourdement handicapés, mais moins que ceux qui ne sont pas appréhendés, il existe un risque, celui de la comparution immédiate, également dénoncé dans le mémorandum de la Commissaire. Si dans certains cas, le tribunal condamne des multirécidivistes de la violence, la plupart du temps, les personnes jugées n’ont rien de dangereux leaders, ni de terroristes en croisade contre l’État central français.

Le système judiciaire s’est particulièrement illustré en arrêtant de nombreuses personnes, parfois pour des motifs presque dérisoires, comme la simple possession d’une arme contondante, sans aucune preuve que le manifestant allait s’en servir. Ceux qui échappent à la comparution immédiate se retrouvent sous contrôle judiciaire, alors que certains des casseurs les plus virulents échappent à toute condamnation.

Le fait que le Conseil de l’Europe s’immisce dans la politique intérieure française témoigne bien d’une certaine situation d’urgence. Si la question du non-respect des Droits de l’Homme se doit d’être posée, la question du respect de la liberté individuelle serait peut-être plus urgente, à une époque où elle semble disparaître un peu plus chaque jour de nos vies quotidiennes.

Voir les commentaires (69)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (69)
  • ben oui socialisme==> spoliation==>faillite==>> révolte==> répression==>privation de liberté==> fin de la democratie

    • celui qui a été élu par erreur avec 12% des électeurs en âge de voter, finit par commettre des erreurs, car il n’a pas gagné les élections à la force d’un parti politique , il se croit invincible et ne peut accepter la contradiction

      • C’est sûr que quand on est porté par un parti politique, on ne risque plus de commettre d’erreur ?.

  • C’est cette incapacité des manifestants « pacifiques » à controler l’arrivée « inopinée » des casseurs (dont certains sont des gilets jaunes …) qui est à l’origine des incidents et des blessures quelquefois graves qui se sont produites. Il ne faut pas inverser les roles, les agresseurs ce ne sont pas les forces de l’ordre.
    Et c’est bizarre je n’ai pas vu beaucoup de réactions internationales aux restrictions des libertés de circuler qui ont été imposés par certains groupes de gilets jaunes sur les rond points. Je l’ai vécu personnellement et j’avais pourtant quelques sympathies pour ce mouvement.

    • Vous pouvez préciser, dans votre esprit, qui donne un laisser-passer à qui, et ce qui devrait se passer sans « manipulations » ?

      • ben voyons poser une question pour préciser la signification d’un accusation c’est moins un.
        les gilets jaunes…sont collectivement ..des brutes.navré…

        • Oh ! Mon pauvre chou, mais quel hooorreeeur ! Tous ces gros méchants qui sortent de leurs brousses sont ooodieeeux ! Abattez les touous ! J’espère que vous avez une porte blindée;

      • Il y a des témoignages indiquant que les policiers ont laissé entrer des casseurs identifiés sur le lieu de la manifestation, alors qu’ils auraient pu être arrêtés. Cela s’est produit notamment lors de l’épisode près de l’Assemblée Nationale.
        Autre exemple des ordres reçus par les policiers de manière à provoquer la violence: lors des premières manifestations, des CRS demandaient aux GJ d’évacuer le haut des Champs Elysées, tandis que d’autres forces de l’ordre avaient eu l’ordre de barrer les rues adjacentes. Les Gj se sont retrouvés gazés pour n’avoir pas obéi aux sommations.
        Et pendant ce temps, les reporters de BFM étaient en haut de l’immeuble Publicis à filmer, tandis que le reste des Champs Elysées, inondé de GJ, était parfaitement calme.
        Le tout a été filmé par Vincent Lapierre, arrêté samedi dernier…

        • et ces témoignages sont ils le reflet de la vérité?
          en premier ça veut dire quoi un casseur identifié avent qu’il casse?
          vous voulez dire des gens ayant des antécédents de casse? appartenant à un mouvement qui pratique la casse?

          pourriez vous être plus circonstanciel ?
          comment d’ailleurs un policier peut il provoquer la violence?
          il n’y a rien de plus dommageable pour un gouvernement que de montrer des policiers taper sur une foule pacifique…vous trouverez moults témoignage à visage découvert de personnes qui se définissent comme gilets jaunes disant on va casser pour être entendus.

          il est incroyable qu’on puisse défendre un mouvement qui ne porte aucune revendication sinon la colère. On peu comprendre ..voir éprouver une certaine sympathie… mais certainement pas pour le mouvement tout entier qui est indéfini…c’est du niveau de je suis charly..surtout restons ambigus pour rester soudés…

          tant qu’un gilet jaune pourra tenir un discours en contradiction avec son voisin gilet jaune…je considérerai les gilets jaunes comme sans interets…

          Et je me fous de tout cela..c’est la faillite pas l’expression démocratique qui met fin au socialisme. quand il y a plus de sous… à recuperer.

          • marre de voir des commerçants devoir continuer à sourire aux gilets jaunes car ils savent que sinon ils s’en prendront plein la gueule…je trouve ça dégueulasse.

            • et en plus…d’une certaine façon , j’ai un respect certes dérisoire pour des casseurs qui ne dont pas l’effort d’enfiler un gilet jaune!!! moins que pour le boxeur de gendarmes..mais réel..
              ils ont le « courage » de leur conviction et refuse la facilité ..
              une question qui détermine qui est un vrai gilet jaune?

              portez des idées bordel pas une chasuble!!!
              sinon entant que véritable gilet jaune je nie votre droit de l’enfiler…

              • ok donc un ( porteur de) gilet jaune c’est quelqu’un’ qui dit qu’il est un vrai gilet jaune et que d’enfiler un gilet jaune ne fait pas de lui un gilet jaune;..

          • Un certain nombre de casseurs sont parfaitement connus des services de police.

          • @jacques « ces témoignages sont ils le reflet de la vérité » vous avez raison de vous interroger. Mais si vous voulez une réponse il faut aller sur le terrain. Perso ayant été sur le terrain à l’occasion d’autres manifs (lmpt) je n’ai aucun doute sur : -la volonté d interpeller des gens comme vous et moi pour les décourager, – provoquer pour mieux gazer (j’étais en haut des champs quand ils ont gazé les petits vieux et les enfants, empêchant les vieux de quitter l’endroit. ) . Donc bon : allez y et faites vous votre opinion. Vous nous raconterez.

        • Qu’entendez-vous par « casseurs identifiés » ? Soit la personne est coupable de quelque chose, et elle doit être arrêtée, jugée et dissuadée de récidiver. Soit elle est suspecte de mauvaises intentions, mais seulement suspecte, et vous seriez le premier à protester, avec raison, si on l’arrêtait pour ses intentions supposées.
          La protection des rues adjacentes par la police est une autre question où j’aimerais que vous développiez la stratégie que vous voudriez voir employer… Celle que je propose est que les GJ se retournent contre les casseurs qui les infiltrent et les neutralisent. Ca peut se faire sans filmer, sans clamer de dénonciations, entre personnes responsables soucieuses de voir leurs revendications aboutir. Pour ceux qui refusent la violence, je rappelle la tactique footballistique du hors-jeu : l’équipe se retire et laisse les adversaires isolés dans leur attaque au milieu de nulle part, à la merci de l’arbitre.

          • Des black blocs habillés comme des black blocs, comme par exemple lors de l’entrée en force chez Griveaux ?

            • je vois aussi dans la fameuse chaine impartiale, celle qui n’interviewe que des gilets jaunes, pas de flics pas de personnes victimes des gilets jaunes ( faux bien sur) des gilets jaunes sans gilets jaunes et habillé en…noir…

              en outre ..un black block qui n’a rien cassé n’est pas un casseur…je ne connais pas d’ailleurs leur idéologie je n’entends parler que de leur casse…

              • Non, mais je vous donne un exemple concret et vous venez encore avec des conditionnels ? Vous lisez au moins ce à quoi vous répondez, ou c’est juste pour le plaisir d’écrire ?

                • je parlais d’une vidéo navrante sur les gilets jaunes…donnée plus haut…alors grive aux … on peut être black bloc et gilet jaune non? encore une vidéo…mais vous voyez à quel niveau on se situe…

                  que veulent les gilets jaunes?

          • @Michel O idem que pour ma remarque à Jacques : allez sur le terrain. Je crois que vous n’avez aucune idée de la manière dont ça se passe .

            • Je ne pense pas que ça ait évolué depuis ma jeunesse où je suis allé sur le terrain, en tout cas je ne vois dans les rapports d’aujourd’hui aucune contradiction avec cette expérience lointaine. Je ne crois pas que se mettre dans la tranchée soit une bonne méthode pour juger des stratégies, ni même des tactiques. J’ai retenu de ma jeunesse que rien ne ressemble autant à un manifestant calme et innocent au milieu des autres qu’un casseur jusqu’à deux secondes avant qu’il ne se lance dans la violence, et que c’est sa tactique favorite. Je me suis interrogé sur la manière dont les forces de l’ordre pourraient contrer cette tactique, et je dois reconnaître que rien de ce que j’ai pu imaginer ne présentait moins de risques que ce qu’elles font. Vous avez peut-être de meilleures idées, mais jusqu’ici chaque fois que j’en demande ici, les interlocuteurs détournent la conversation.
              Alors bien sûr, quand je vois notre ministre de l’intérieur raconter ses salades au micro en conduisant sa voiture de l’autre main, je grimpe aux rideaux, sans doute comme vous. Mais ça n’est pas lui qui manoeuvre sur le terrain, et quand on n’a pas de meilleure manière de défendre l’ordre et les propriétés privées à proposer, on devrait s’occuper d’autre chose, par exemple de faire décroître la fiscalité et la réglementation idiote, plutôt que de s’inscrire dans la lignée historique de décennies de dénonciations de violences policières en réponse aux violences des manifestants, pendant que fiscalité et normes croissent en paix.

            • vous déconnez ? pourquoi aller manifester?

          • « l’equipe se retire ». Sauf que les FDO barrent les issues. Ca s’appelle le nassage. Après c’est l’ouverture du tir au pigeon…

      • Il y a eu même des images en direct avec, d’un côté, les blindés qui chassaient les GJ dans les petites rues, et de l’autre des « djeun’s » qui avaient un peu de mal à ouvrir les grillages des magasins place de la République (par exemple) avec les forces de l’ordre juste à quelques pas d’eux, mais complètement immobiles. Et ce, dès décembre.
        Y’a pas pire aveugle…

        • On a quand même à chaque fois les mêmes commentaires de sympathisants GJ, incapables de virer les casseurs de leurs manifs, mais donneurs de leçons sur la manière dont les forces de l’ordre devraient, elles, gérer ces manifs. Qu’en pense l’opinion internationale, d’après vous ?

          • @Michel vous croyez que c’est facile quand on est un français moyen pacifique de virer un casseur chevronné ? Les GJ sont un mouvement spontané , ils n’ont pas les sous des LMPT pour embaucher le service d’ordre de la CGT pour éviter que des incongrus s’invitent à la fête.

            • Non, je ne crois pas que ce soit facile de virer un casseur chevronné, je crois en revanche que c’est facile de s’abstenir de donner des leçons à ceux dont c’est la mission.

              • La mission théorique, ou la mission pratique ?

                • Comment faites-vous la différence, vous qui savez tout mieux que personne ? Vous pouvez aussi, dans votre explication, préciser la différence entre l’objectif théorique des GJ et leur objectif pratique, ça vous permettra de sortir, dans mon esprit, de la catégorie de ceux qui sont en tout et pour tout pour ce qui est contre et contre ce qui est pour.

                  • Il y a, par exemple, des policiers qui ont rompu avec le devoir de réserve, ce qui permet de comprendre que les missions réelles confiées aux forces de l’ordre ne sont pas exactement ce qu’on veut nous faire croire.
                    Mais j’oubliais, les faits ne sont à prendre en compte que s’ils valident votre interprétation.

                  • Tenez, cadeau : une interview de Charles Gave, cet horrible constructiviste communautariste anti-libéral, donnée deux ans avant les GJ, où il parle de « référendum d’initiative populaire » et de la non-prise de risques des politiques français (entre autres, et par rapport à cet article).

                  • « Il y a » n’est pas une réponse à « Comment faites-vous la différence ». Je suis prêt à écouter des arguments sur la base de définitions claires et d’analyses des faits, à la lumière d’hypothèses contradictoires pour arriver à ce que certaines de ces hypothèses deviennent bien plus probables que les autres.
                    Pour le moment, mes hypothèses triomphantes sont :
                    – La manière dont les forces de l’ordre réagissent aux manifestations est la pire à l’exception de toutes les autres. Ca vous serait facile de me faire changer d’avis, il vous suffirait de décrire une stratégie plus efficace pour protéger la propriété privée et la liberté des personnes non-impliquées.
                    – Les violences policières sont, depuis toujours, l’argument de ceux qui ont pris goût à la manif pour la manif. Elles servent essentiellement à faire oublier quelles étaient les demandes initiales de ceux au nom desquels les manifestants affirment agir. De ce que j’entends autour de moi, les demandes sont de pouvoir aller faire des achats dans les magasins des centres-villes le samedi, d’une part grâce à l’argent que l’état aurait cessé de piquer dans leurs poches, d’autre part parce que le calme et l’ordre y seraient propices. Là encore, la technique du hors-jeu, où les manifestants cesseraient leurs actions, est la moins pire des solutions. A vous d’en détailler une meilleure, si vous en avez une, je l’écouterai avec attention et intérêt.
                    Enfin, un petit conseil si je puis me permettre, évitez de penser à la place des autres (ou de laisser penser que vous le faites) ! Des phrases comme « Mais j’oubliais, les faits ne sont à prendre en compte que s’ils valident votre interprétation. », c’est l’hôpital qui se moque de la charité, de la provocation insultante, un refus de débattre, et, en ce qui me concerne, un à priori de discrédit sur tout argument que vous pourriez avancer ensuite. J’ai beau lutter contre mes préjugés, ma patience a des limites, je viens ici pour discuter et non pour me faire gratuitement insulter.

                  • Vous venez ici pour discuter, mais dès qu’il s’agit des GJ, vous oubliez tout ça et vous ne faites qu’insulter. C’est un constat. Malheureux.
                    La demande d’origine était de pouvoir aller faire les courses le samedi ??? A partir de là, qu’est-ce que vous attendez comme retour ?

          • En plus de ce que dit Val, je vous signale que moi j’évoque deux évènements complètement séparés dans l’espace. Ce que vous demandez c’est du grand n’importe quoi.
            Par ailleurs, la flamme à l’Arc de Triomphe a été clairement protégée par les manifestants GJ contre les casseurs (et quelques CRS égarés également, au passage). Pour ce qui est de « donneurs de leçons ».

    • Exact et c’est bien le but, qui marche puisque les gogos croient que les GJ sont les auteurs! Alors que tout trahi les gauchistes masqués et vêtu de noirs!

    • n’importe qui peut enfiler un gilet jaune

    • Tout d’accord avec vous Lesuisse

  • j’aime bien les résumés démontrant la déliquescence de notre démocratie en France

  • tout manifestant innocent blessé par la police me révolte et tout casseur éborgné me laisse froid…le cas de ceux qui font la révolution car ils estiment que la forme même de gouvernement est illégitime me pose quelques questions reste que, ben , c’est le prix à payer quand on choisit la violence.

    traitement individuel..un simple décompte des éborgnage est une illusion.
    en france l’autorisation administrative de manifester est la premiere atteinte aux droits de l’homme.
    Mais on a supporté avec parfois de la tendresse durant des lustres des pseudo manifestations qui étaient des simulacres de révolution ..
    il y a l’idée sous jacente notamment chez les journalistes que la violence d’extrême gauche et désormais écolo est quelque part légitime…
    casser une banque ça se comprend
    dans l’anecdote ,je me souviens de commentateurs , je crois bien lucet, parlant avec tendresse et compréhension de crétins dégonflant les pneus des suv en ville …car écologie pollution toussa…

  • Le problème est l’arrogance et la stupidité de Macron et des Randonneurs : persuadés que le mouvement ne durerait pas, et que ceux qui contestent ses décisions sont des imbéciles, Macron a laissé pourrir la situation. Maintenant, l’odeur incommode jusqu’à Bruxelles.

    Mais il y a sans aucun doute un gros problème en France pour élire 2 nombrilistes et une baudruche avec une large minorité dans les 3 dernières élections …

  • L’opinion internationale….ils ont la frousse que cela s’étende et cela s’étendra avant les élections qui menerons tout ce linge sale a la décharge …,quant a la commission aux droits de l’homme ,ouais je n’en dirais pas plus , c’est une commission comme d’autres ,navrante.

    • L’opinion internationale, vous saurez ce qu’elle pense quand on fera à la fin de l’année le bilan de l’année touristique, des installations d’entreprises en France, etc. Quant à la peur que cela s’étende, c’est sans doute une conséquence de la popularité croissante du mouvement ?

  • Ce pourrait être comique !
    La France qui laisse des racailles saccager les commerces, piller des magasins , détruire en partie des monuments comme l’arc de Triomphe, incendier des centaines de bagnoles etc. etc. , ne respecterait pas les droits de l’homme ! ? De quels droits parlent-on ? De celui d’exprimer et manifester un mécontentement ou de celui de détruire les biens d’autrui et de la collectivité ?
    D’ici peu la France pourrait se trouver accuser de crimes contre l’humanité comme l’a si bien raconté Macron en Algérie pour se faire élire par la clientèle de ses choix.

    • On sait que l’état laisse faire depuis des décennies les casseurs gauchistes, ce n’est pas nouveaux et sur ce coup il est trop content qu’ils viennent discréditer un mouvement trop embarrassant pour lui.

      • on dissout toujours les groupuscules d’extrême-droite et on ne touche surtout pas aux antifas.

        On laisse des casseurs ravager le centre de Nantes et de Rennes et on arrête le gilet jaune avant la manif parce qu’il a un gilet jaune dans sa voiture…

    • N’est-ce pas délicieux de voir ces polytocards pris à leurs propres pièges ❓

  • le mouvement des gilets jaunes ets peut être justifié. Ce qui ne l’est pas c’est l’irresponsabilité des organisateurs qui appellent à manifester sans s’occuper de l’ordre qu’ils doivent maintenir dans et autour de leurs manifestations.
    Aujourd’hui, ceux qui attentent au respect des droits de l’homme, ce sont ces irresponsables et non les agents des services d’ordre qui font remarquablement leur travail sans entraîner de morts pendant les manifestations.
    Et si l’on utilise des grenades assourdissante, ou des moyens c’est pour que les forces de l’ordre puissent se désengager des encerclements qui eux seraient mortels. Voir les jets de pierre sur les voitures de gendarmes loin du coeur de la manifestation;
    Il faut ici remarquer non les atteintes supposées aux droits de l’homme en provenance de pays qui ne seraient pas capables de gérer de tels conflits, sans heurts trop grave. Et encore moins d’organisation communautaires qui n’ont pas su mettre en place une europe des droits sociaux ou une europe de justice fiscale. ce sont ces manquements qui sont aussi à l’origine des colères des giltets jaunes.
    Il convient aussi de relever la patience des riverains commerçants et autres dont la liberté de circuler, de commercer, de simplement vivre dans leur quartier n’est pas respectée par ces incessantes manifestations. L’exaspération de ces victimes pourrait un jour exploser. er nul ne sait où cela mènerait. Et cette évolution sera inévitable si la protection des biens et des personnes n’est plus assurée.

  • Je trouve ce commentaire tout à fait digne d’un étudiant de Sciences PO. Tout d’abord on peut être contre le président mais rien n’oblige à caricaturer « Emmanuel 1er ». Ensuite les problèmes rencontrés par les gilets jaunes sur le plan de la répression me paraissent être la résultante de comportements déplacés sur le plan violence. La violence est générée par les manifestants, les dégradations, le non respect de la propriété privée, l’empêchement de circuler sont le fruit des gilets jaunes. Les empêcher de nuire est pour le citoyen lambda qui ne participe pas de cette kermesse que justice. On ne peut laisser impunément des gens qui n’ont plus que la haine pour moteur agir sans rien faire. Ils doivent accepter la responsabilité ce qui en résulte. Si rien n’est fait pour les cadrer on entre dans la chienlit la plus totale. Les autres aussi ont le droit de vivre. Quand à Miss Science Po. qu’elle termine sa période de rébellion adolescente et regarde la vraie vie en face. On l’attend au tournant dans sa future vie professionnelle.

    • Je crois que vous faites confusion entre l’évolution du mouvement à partir de janvier et l’attitude du pouvoir dès les premiers week-ends.
      Au tout début, les manifestations étaient largement pacifiques et les débordements n’arrivaient qu’en soirée, lorsque la population des manifestants était remplacée par les casseurs professionnels (bien identifiables à leur couleur noire) et les représentants des banlieues venus faire leur approvisionnement pour les fêtes.
      Et ne venez pas expliquer que les LBD et autres grenades, utilisées dès le début et qui ont clairement radicalisé le mouvement, étaient absolument nécessaires. Des experts au-dessus de tout soupçon (comme Alain Bauer) ont déjà largement démontré le contraire. En fait si, elles étaient nécessaires exactement pour ça : pour radicaliser les opposants.
      La violence n’a pas été cherchée par les manifestants, mais par le pouvoir. Qui a bien obtenu ce qu’il cherchait : la chienlit.

    • Même des dizaines de milliers de GJ n’auront jamais un centième de la capacité de nuisance de l’ogre étatique !
      Ne vous trompez pas d’ennemi…
      A moins que ce soit volontaire ?

      • Certes, mais ça ne serait pas mal de sortir un peu de ce concours de la plus grosse capacité de nuisance et de revenir à un concours de la meilleure protection contre les nuisances, d’où qu’elles viennent !

        • C’est un peu lassant et répétitif et ne mène nulle part, mais la capacité, la volonté et la ténacité de nuisance sont surement autant à géométrie variable que les revendications.

          Maintenant que la boite de Pandore est ouverte, Macron n’a plus qu’à courir dans tous les sens pour rattraper un à un tous les maux qui s’en sont échappé.

        • Vous avez peut être raison, mais mon bilan est que les GJ m’ont fait économiser quelques centimes sur le litre d’essence depuis janvier, sans plus, alors que l’état m’a déjà soulagé d’un ‘pognon de dingue’ depuis.
          Ben oui, je paye la CSG et l’IR sur l’ensemble de mes revenus, alors que je claque 30’000 euros par an pour une personne très dépendante en ehpad (avec 1’500 euros/an de ‘cadeau fiscal’ sous forme d’un généreux crédit d’impôt).
          En Allemagne par ex., vous pouvez déduire la différence entre le coût généré par l’ehpad et celui de la vie normale a domicile de vos revenus.
          1000/mois a domicile, 2500 à l’ehpad, surcout 18’000/an déduis des revenus, carrément une tranche en moins…
          Mais c’est pas en f-rance.

          • Je m’étais peut-être mal exprimé, mais je suis tout-à-fait d’accord avec vous sur ce point, et c’est bien ce que je voulais dire.

          • Non Leipreachan, en France, le seul montant qui compte, c’est celui de vos revenus. Vos dépenses, même contraintes comme vous l’indiquez et même si l’Etat fait des économies grâce à vous, l’Etat s’en tape !
            La prime « pouvoir d’achat » toute récente l’illustre : elle ne concerne pas les revenus supérieurs à 3x le smic, même si ce 3x est obtenu avec des heures supp. Donc, à salaire horaire égal, celui qui dépasse le plafond parce qu’il fait des heures supp est pénalisé par rapport à celui qui n’en fait pas, beau message !

      • Je ne me trompe pas d’ennemi, la violence est intolérable et désormais ces gens là n’ont aucune crédibilité pour aligner de façon inepte toute forme de revendications sans mesurer un seul instant les tenants et aboutissants de leurs demandes.

  • Le premier droit de l’homme devrait être celui de défendre les fruits de ses efforts contre la spoliation par les pilleurs, casseurs privés ou représentants d’une fiscalité étatique excessive. Le conseil de l’Europe n’est qu’un minuscule machin qui veut se faire aussi gros que l’ONU, et qui ferait mieux de s’occuper de ce premier droit que de s’égosiller à propos des incidents périphériques. Il faut être pragmatique, certaines libertés sont plus importantes que d’autres, à commencer par pouvoir vivre sa vie chez soi avant d’aller faire le zouave sur la voie publique. Et au final, quand on discute caractère proportionné des réponses violentes à la violence des manifestants, on fait le jeu de la violence fiscale qui échappe, elle, à la discussion et à toute mesure en France aujourd’hui.

    • en france les « manifestations » qui se limitent à un juste usage de sa liberté d’expression sont rares..c’est plutot toujours une epreuve de force…d’ailleurs on se compte et recompte comme si 100 000 personnes ou 1 000 000 ne pouvaient pas se fourvoyer dans les grandes largeurs…

      pour compter les cons on a les élections.

    • Il y a une image que H16 avait pour habitude de mettre dans ses articles, avec l’Etat qui prend (vole) 10k€ et ensuite rend 10€ au pékin, qui fond en larmes.
      Tout le reste, ce n’est que détail. En plus, fortement manipulé (plus ou moins directement) par le même Léviathan.
      Se concentrer sur la violence des manifestants pour oublier la violence (fiscale, physique, etc) de l’Etat c’est le but même des escrocs qui nous gouvernent.

  • Sabine Lula est une « jeune journaliste ». On s’en serait douté, car il faut être jeune pour écrire : « un mouvement parfois incohérent demandant une baisse de taxes simultanément à plus de services publics.  » Eh bien non, cette revendication n’est pas incohérente puisqu’il fut un temps pas si lointain où les villages bénéficiaient de services publics conséquents (bureaux de poste, écoles…) sans que les Français croulent sous les taxes et les impôts (le record en Europe). Et quand la politique du logement a rendu absolument indispensable la possession d’une voiture, il est parfaitement légitime de se révolter contre une augmentation du prix des carburants.

  • il y a un vrai problème de maintien de l’ordre dans ces manifs :

    1) pourquoi y a-t-il des éborgnés alors que le LDB ne doit jamais viser la tête ???

    2) pourquoi voit-on des BAC faire du maintien de l’ordre dans ces manifs ? Ce n’est pas leur métier !

    3) pourquoi fait-on passer une manifestation le long de la Seine ? En cas de panique, il y a un vrai risque de noyade !!!

    Bref, plein de poins montrent que ce maintien de l’ordre semble particulièrement mal géré… Mais c’est sans doute la gestion de la police qui est à revoir, avec des patrons issus surtout des cabinets ministériels et non du terrain.

    Enfin, le boulot des forces de l’ordre est aussi d’assurer la sécurité des manifestants : on ne peut pas dire vu le nombre de blessures parmi eux que ce soit une réussite !

    • 2) Les 1ers concernés par la sécurité des manifestants sont les manifestants eux-mêmes, qui doivent prévoir leur propre service d’ordre. Les 2 seules manif à en avoir eu un, à Paris, se sont bien passées, ce sont les seules. Ils ont même sorti des casseurs qui les rejoignaient. Net, efficace, mais non reconduit, dommage, on se demande pourquoi.
      3) Les zones dangereuse sont interdites de défilé, en effet. Vous ne vous souvenez pas d’une certaine passerelle fréquentée par un boxeur ? Passerelle interdite de défilé, car dangereuse pour la raison que vous dites. Ben ça n’a pas plu aux manifestants, qui veulent pouvoir aller où ils veulent, d’où la boxon.
      1) les éborgnés : LBD ou grenades ? Le LBD n’est absolument pas fiable niveau trajectoire. Ne vous inquiétez pas, il y a des enquêtes IGPN et croyez-moi, elles sont autrement plus sévères envers les forces de l’ordre que la justice envers les gj qui matraquent les policiers.
      Pour rappel, parce que beaucoup l’oublie : il n’y a pas de tirs sans sommations préalables, et pas de sommations sans, d’abord, ordre de se disperser (parce que la manifestation est gangrenée par des casseurs, hein, pas combattue). Ceux qui restent…
      Oui le maintien de l’ordre est un échec, si les forces de l’ordre avaient le droit de boxer un boxeur, si les casseurs connus étaient sous les verrous, si les rassemblements faits dans des zones interdites ou non-déclarées étaient dispersées dès le début, ce serait déjà un grand pas vers la sécurité de tous.

      • « il y a des enquêtes IGPN et croyez-moi, elles sont autrement plus sévères envers les forces de l’ordre que la justice envers les gj qui matraquent les policiers »
        Vous avez des exemples concrets de ce que vous avancez ?
        Je connais la sévérité de la hiérarchie contre ceux qui se sont exprimés publiquement de manière critique à son encontre (voir par exemple un suicide assez récent, relayé par ici), mais pas de ce que vous affirmez. Des sources ?

  • Navrant ! La majorité des commentaires est navrante !
    En résumé, je lis que c’est normal que les GJ ne soient responsables de rien, et tous les autres responsables de tout. Les organisateurs des manifestations (qui font bien attention à laisser planer le risque des débordements lorsque qu’ils annoncent un nouvel « acte ») organisent quoi ? Sinon le risque de débordements !
    Une des grandes forces des irresponsables est de prétendre que tous les autres (FDO, gouvernement, opposants aux manifs des GJ) sont responsables. Relisez, c’est clair. Nous les GJ – vous disent-ils – nous ne sommes pas responsables ni coupables, regardez de l’autre côté (on a même les vidéos !).
    Prenez donc vos responsabilités, messieurs ; virez à coup de pieds au cul les indésirables qui transforment ce que vous prétendez être des manifestations « pacifiques » (revoyez aussi la définition) en champs de bataille. Ou alors cessez de leur offrir la possibilité de nuire en toute impunité. Mais cessez de dire « ceux qui sont au milieu de nous (que l’on compte dans les chiffres des manifestants, quand-même) ne sont pas des nôtres ». C’est trop facile, trop lâche, trop … irresponsable (merde j’ai oublié que vous l’avez déclaré dès le début).

    • Merci Dominodouble7. J’ajoute qu’il est surprenant de lire régulièrement que les gj actuels ne sont plus du tout les mêmes qu’au début, que les revendications sont devenues du n’importe quoi, mais que, pourtant, les mêmes les défendent toujours. Enfin pourquoi n’entend-on plus du tout ces gj des premiers jours, s’ils ne se reconnaissent pas dans les petits nouveaux ? Ils ont bien réussi à se faire entendre au début ? Pourquoi ces menaces de mort des 1ers gj, lorsque des représentants sortaient du lot, elles venaient de qui, alors, au sein de ce mouvement pacifiste ?

    • Quand j’évoque des évènements ayant eu lieu à des endroits différents, ou à des moments différents de la journée, de quoi parle-t-on ? Comment voulez vous que les organisateurs de l’évènement présents sur place entre 14 et 18h puissent contrôler ce qui se passe après 19h ? Comment voulez-vous que les organisateurs présents sur les Champs contrôlent ce qui se passe Place de la République ? Par contre, les forces de l’ordre étaient bien présentes, elles (on a les vidéos ?)
      J’attends une réponse argumentée 🙂
      P.S. Je ne crois pas que le discours soit « les GJ ne sont ni responsables ni coupables ». C’est plutôt un effort de hiérarchiser les responsabilités, dont celle du gouvernement est tout en haut de la liste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

Un ami taquin me présente hier 5 mars une amie allemande qui travaille à la Commission européenne. Courtois, j’entame la conversation. Après deux phrases, madame Von Strumphflüdel (si j’ai bien compris) tient à m’informer du fait qu’elle se rendra bientôt en Inde en train, bien sûr.

— Of course. Êtes-vous peut-être écologiste ?

D’un air humble, les lèvres légèrement pincées, les yeux se baissent, le visage s’incline imperceptiblement, dans une posture nettement christique :

— Je ne suis pas parfaite, mais je tente de cont... Poursuivre la lecture

La présidente de la Commission européenne Ursula von der leyen vient de déclarer :

« La porte de l’Union européenne est ouverte à l’Ukraine [...] Ils sont des nôtres. »

Peut-être Ursula gagnerait-elle à consulter les traités européens qui fondent sa modeste légitimité non démocratique ?

Qui décide et supervise le processus d’adhésion d’un État à l’Union européenne ? Le Conseil.

Le Conseil — non la Commission — établit et supervise le processus d'élargissement de l'UE et les négociations d'adhésion.

Selon les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles