Communication : la stratégie de l’échec d’Emmanuel Macron

Celui qui prétendait ouvrir la France sur le monde actuel et rester maître de son agenda n’en fini pas de se prendre les pieds dans le tapis jaune.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
"En marche ou crève" Rue de la Roquette 2017 By: Urban Isthmus - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Communication : la stratégie de l’échec d’Emmanuel Macron

Publié le 29 novembre 2018
- A +

Par Olivier Maurice.

Lorsqu’il publia son livre programme intitulé Révolution, il y a peu de chance qu’Emmanuel Macron prévoyait que deux ans plus tard, jour pour jour, il se retrouverait dans les chaussures de Louis XVI avec lequel il partage à la fois la prestance du gendre idéal, la passion pour les horloges et la totale déconnexion avec le monde qui l’entoure. Il y a peu de chances qu’il pensait se retrouver un jour barricadé dans son palais avec la garde essayant par tous les moyens de maintenir la colère populaire à distance.

Celui qui prétendait ouvrir la France sur le monde actuel et rester maître de son agenda n’en finit pas de se prendre les pieds dans le tapis jaune. Et ce n’est pas sa récente annonce de convoquer dans l’urgence des États Généraux pour discuter de la transition écologique qui lui permettra de reprendre la main sur le cours des événements.

Depuis quelques mois, Emmanuel Macron erre dans son propre pays. Complètement perdu, il semble chercher désespérément une issue, tout comme Louis XVI qui demandait sa route dans une auberge.

Désastre rue de Varenne

Je tire mon chapeau au Premier ministre et aux ministres qui doivent essayer de s’y retrouver dans cette communication qui change de stratégie toutes les semaines. Je n’aimerais pas me retrouver non plus à la place de l’un de ces députés de la majorité, dont c’est d’ailleurs pour beaucoup le premier mandat, quand il doit essayer d’expliquer ce qui se passe dans sa permanence.

Car non content de n’avoir toujours pas compris ce que veulent les Français : des actes (et surtout des sous) et non des discours, des trajectoires, des aspirations, des itinérances mémorielles ou de l’agitation parlementaire, la communication gouvernementale navigue entre un film des Charlots et un épisode de Jackass, en termes de records du nombre de gaffes par seconde.

Où est donc passé la startup nation ? Est-ce cela le nouveau monde ?

On en deviendrait complotiste par dépit, las de chercher en vain où Emmanuel Macron veut en venir : on se demanderait si la démission de Gérard Collomb ne serait rien d’autre que la fuite devant l’étendue d’un désastre annoncé, désastre qu’en fin politique celui-ci aurait deviné comme étant inéluctable.

On se creuse le crâne pour essayer de saisir un sens à chaque coup de billard politique à 37 bandes au moins, tant la subtilité de la manœuvre semble nous échapper.

Stratégie n°1 : l’échec individuel et collectif

Première stratégie de défense : si le pays va mal, c’est de la faute des Français, de ces Gaulois râleurs qui se plaignent sans arrêt et ne font même pas l’effort minimal de traverser la rue pour trouver du travail.

Quelle matière donner à cette accusation ? Quel objectif poursuit ici le chef de l’État ? (autre que celui de rejeter la faute sur le manque de passages cloutés).

S’il y a une logique, ce n’est surement pas celle affichée à la première page de son livre : « Le pays, lui, dans son ensemble, n’a pas échoué. Il le sait confusément, il le sent. De là naît ce « divorce » entre le peuple et ses gouvernants. » Ou comment dire une chose et deux ans plus tard son exact contraire. Comment tomber le plus rapidement possible dans le travers que l’on dénonce.

Stratégie n°2 : le retour des années 30

À la veille de la commémoration de la fin de la Première guerre mondiale, Emmanuel Macron se lançait dans une diatribe sur la paix, la guerre et l’entre-deux guerres, se perdant lui-même au passage en mélangeant traité de Versailles et traité de Paris. Il y dressait un tableau apocalyptique d’une Europe « divisée par les peurs, le repli nationaliste, les conséquences de la crise économique ».

Comment comparer la dépression de 29 à la situation économique actuelle où la plupart des grandes puissances affichent avec insolence des indicateurs économiques record (un taux de chômage de 4 % aux États-Unis et en Angleterre, de 3,4 % en Allemagne, une croissance de 4 % aux USA, de 7 % en Chine et en Inde etc.) ?

Le président ignore-t-il Internet et pense-t-il que les Français soient incapables de comprendre que la « crise économique », qui a bon dos depuis 9 ans, est avant tout une exception française due à l’accumulation de taxes, d’inaction et d’incompétence ? Comment peut-on confondre ainsi la peur avec la colère et la frustration qui secouent le pays ?

Stratégie n°3 : la croisade verte

Après s’être mis à dos Nicolas Hulot, et tenté de convertir Donald Trump au bonheur de l’écologisme, il ne lui restait plus qu’à se fâcher avec Ségolène Royal. Ainsi le président aura fait le vide écologiste autour de lui et pourra se lancer tout seul, sans aucun appui, dans une croisade que l’on a vraiment du mal à voir autrement que comme une excuse de circonstance pour remplir les caisses désespérément vides de l’État.

Même les écologistes les plus convaincus, qui n’en sont pas à une entourloupe près (comme augmenter les bouchons et faire tourner les moteurs à l’arrêt pendant des heures pour faire augmenter la pollution), ont trouvé la ficelle trop grosse.

Emmanuel Macron a-t-il vraiment cru qu’il serait crédible en Don Quichotte sauvant la planète après s’être fait élire sur un programme où il prétendait sauver la France ?

Stratégie n°4 : la 5° colonne

Nouveau bouc émissaire, nouvelle leçon de stratégie morale et politique délivrée aux gilets jaunes : ceux-ci vont se faire manipuler, ils vont se faire récupérer.

Comme si Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon attendaient sagement l’autorisation du chef de l’État pour avoir leur avis et le crier haut et fort. Pendant toute une semaine, la question a donné lieu à une gigantesque tartufferie de la part des chaines d’info dont la première question à n’importe quel homme politique était invariablement : « allez-vous tenter de récupérer le mouvement des Gilets jaunes ? »

Au cas où Emmanuel Macron l’aurait oublié, la démocratie repose sur l’existence de partis politiques sensés agréger et porter (c’est-à-dire récupérer) les opinions des électeurs.

Stratégie n°5 : le putsch d’extrême-droite

Voyant sans doute que les explications précédentes n’avaient pas marché, voici que ressort la vieille ficelle usée jusqu’à la corde du danger de l’extrême-droite et de l’action violente de son bras armé rebaptisé pour l’occasion ultra-droite (serait-ce pour ne pas stigmatiser les 10 millions de personnes qui n’ont pas voté pour lui le 7 mai 2017 ?).

Heureusement que la « vraie » extrême-alt-ultra-droite (celle d’Anders Breivik – 77 morts et 151 blessés, de Barush Goldstein – 29 morts et 125 blessés, de David Copeland – 1 mort et 111 blessés, d’Alexandre Bissonnette – 6 morts et 8 blessés, du massacre de Bologne – 85 morts et 200 blessés, de Gundolf Köhler – 13 morts, 211 blessés, etc…) ne devait pas regarder la télé ce jour-là, ou tout du moins n’a-t-elle pas répondu à l’invitation.

Stratégie n° 6 : la pédagogie

Si les Français sont contre la politique d’Emmanuel Macron, c’est parce qu’il ne l’ont pas comprise. Il faut donc redoubler de pédagogie. Il faut donc que dorénavant les Français remplissent leur réservoir avec de la pédagogie…

Stratégie n° 271 : parler pour ne rien dire

Après avoir essayé de tourner autour du pot dans toutes les directions possibles, Emmanuel Macron a finalement dû renoncer au nouveau monde. Il a été contraint de reprendre la seule stratégie de communication que semblent maîtriser les présidents de la République depuis des années : celle qui consiste à noyer le poisson, à abreuver l’audience sous un flot de mots vides de sens et d’actes de contrition : « je vous ai entendus, je vous ai compris, je prends la mesure des événements… »

La France de Macron et la France

Le divorce entre le peuple et les gouvernants est consommé. Emmanuel Macron en a été l’ultime artisan. Le Frexit a eu lieu : la France des Gilets jaunes et la France des Vélibs ont fait sécession.

Le pays parle désormais deux langues différentes, celle d’Emmanuel Macron et celle de ceux qui en ont marre de payer des impôts pour moins de services publics, pour des fonctionnaires à l’autre bout du pays, pour un maquis de subventions et d’assistanat, marre du chômage et des prix qui ne font qu’augmenter, marre d’un pays à la traîne dans un monde en pleine croissance, marre qu’on leur promette la lune et que l’on fasse mine de les écouter sans jamais les comprendre, marre qu’on leur pose toujours la même question sans jamais écouter leurs réponses : « Mais qui est John Galt ? »

Voir les commentaires (55)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (55)
  •  » je vous ai entendu , je vous ai compris…. »; combien de fois avons nous entendu cette phrase de la part de dirigeants qui bien sur n’ont au final rien entendu et rien compris ? on dit les Français râleurs , mais il faut souligner qu’il y a de quoi quand on les prend pour des jambons depuis des décennies ; je les trouve bien patients moi les citoyens de ce pays et ils ont raison de s’assoir sur la com d’un macron qui use beaucoup de salive pour ne rien dire ;

    • Oui, mais les Français se sont fait lamentablement piéger avec l’affaire Fillon et leur dégagisme a occulté leurs facultés élémentaires: Macron avait bien dit qu’il placerait son quinquennat sous le signe de la lutte contre le réchauffement climatique et pour l’égalité homes-femmes.
      Voter pour un tel individu est totalement absurde.

      • @ La petite bête
        C’est bien le paradoxe français! (et celui de la Vième!)
        Le Français n’est responsable de rien! (Et E.Macron a déjà montré son désaccord avec cette population (collective, forcément souveraine et jamais responsable, donc toujours victime!)
        (Sa proposition à un chômeur de traverser la rue pour trouver un travail dans un bistrot ou un resto sans attendre « Popôle Emploi » était claire!)
        Je refuse d’élucubrer sur ce qu’aurait fait Fr.Fillon: on n’en saura jamais rien!
        Mais E.Macron n’est pas responsable de ce que la France est devenue depuis le 02/04/1974 (+ de G.Pompidou), bientôt 45ans!
        Alors, je ne sais pas si E.Macron est plus médiocre que ses prédécesseurs depuis ’74 mais il est bien considéré par la population comme le coupable, alors que tout le système étatique central, régional, départemental, municipal et international a été progressivement verrouillé pour que la moindre mesure puisse perturber l’ensemble de toute la machine politico-administrative en opposition frontale au conservatisme français et à son mythe de « Grand Pays » (actuellement sans le sou!).

        • même s’il focalise sur lui toute la haine des français il n’en reste pas moins coupable en suivant la voie de ses prédécesseurs..je ne vais surement pas lui trouver des circonstances atténuantes.

        • Pas responsable, mais coupable ! Eh oui… Il est coupable, parce qu’il ressort de vielles excuses ayant déjà servi cent fois, et surtout parce qu’il a été élu pour changer ça et qu’il se coule dans le moule. Si c’était un constat d’échec face à la machine politico-administrative, il n’aurait peut-être pas plus la sympathie des gilets jaunes, mais je n’en aurais pas un sur mon tableau de bord ! Là, c’est un constat d’échec à soumettre les citoyens à la machine dont il connaît tous les rouages et n’a pas entrepris la moindre remise en cause.
          Le problème n’est pas un prétendu « conservatisme français », il est un « record français d’imposition solidement accroché à nos épaules courbées ».

        • N’exagérez pas! La responsabilité de Macron est entière et il n’est pas arrivé à l’Elysée déposé par une hirondelle! Avant, il a traîné dans divers cabinets et a ensuite été ministre de Hollande, pas de la culture, des finances où il n’a pas brillé par certaines de ses décisions (Carlos Goshn entre autres). Alors l’exonérer et accuser les Français est un peu facile!

        • Pas responsable, mais alors que fait-il pour remettre l’économie sur rails ❓ A part le capitalisme de connivence ❓
          Irresponsable comme ses prédécesseurs.

    • « je les trouve bien patients moi les citoyens de ce pays ». Facile à expliquer, la France est un pays riche et même très riche comparé aux 95% de cette planète. Ils ont encore de la réserve, un patrimoine, des privilèges à protéger etc. Et tant qu’ils n’auront pas faim, le supplice de Tantale pourra continuer…

      • Sauf que c’est déjà seulement face à 90% de la planète contre 99 quand j’étais jeune, et que le jour où ce sera face à 50% n’est pas si loin.

  • ce pays ne fera pas l’économie d’un chaos annoncé.. les gesticulations des uns et des autres sont incapables de faire varier la trajectoire d’un degré..
    Tous ont essayé, tous ont échoué;
    La vérité c’est que l’administration gouverne , avec son statut , ses avantages , Comme clergé de la republique elle « concède » l’effet démocratique et l’élection d’un « Président » affublés du seul pouvoir d’attribuer des postes ..; dans l’administration..
    De députés avec le seul pouvoir de vote ou pas des textes qui seront soit amendés soit édulcorés par des décrets d’application élaborés dans les arrières cuisines de l’administration .. pour réorienter la democratie..

    L’administration omnipotente reflète l’impuissance des élus..
    çà me rappelle Sarkozy qui nous expliquait ..

    « Les français voient le bureau du president comme un immense tableau de bord avec pleins boutons servant a diriger le pays et appliquer un programme.. les boutons sont bien là..mais quand on appuie dessus il ne se passe rien… »

    Macron peut toujours essayer, il avait échoué avant d’avoir commencé, il n’y avait que lui et une poignée de néophytes pour le croire..
    c’est fini

    • @ claude henry de chasne
      Oui, sans doute! Et ce sera encore pire pour son successeur!
      Quand des élections ne changent rien, c’est le système qui déconne!

      • tout a fait ! le paradoxe c’est que la 5 eme republique a mis en place le confort royal du president.;
        quel sera le president qui va s’amputer lui meme? ben voila
        Donc c’est le peuple qui va devoir (encore une fois) casser la baraque, parce que si le « nouveau monde ‘ c’est ajouter un étage sur l’ancien a un moment on a un probleme de fondations

      • Vous avez entièrement raison. Ce système a été mis en place comme courroie de transmission entre l’électeur et le gouvernant. Avec le temps et les mauvaises habitudes, il s’est transformé en une machine à sélectionner les minables, incapables de réussir dans une autre profession et caractérisés par des manières de truands, avidité en exergue et obéissance absolue au chef de gang.

  • J’en ai un petit peu marre qu’on reproche à Macron…ce que ses prédécesseurs n’ont pas fait !
    Cependant, je reproche à Macron diverses choses ! Par exemple, il ne nous dit jamais la vérité : en l’ocurence, la hausse des taxes sur le carburant, ce n’est pas pour le réchauffement, c’est pour payer les dettes de la France !
    Et puis, j’en ai marre que Macron, et la plupart des français semblent croire que l’homme est à la base du soi disant réchauffement (que moi, je ne perçois pas !) qui de toute façons ne serait pas dû au CO2, lequel est un gaz excellent pour la terre ! Cette histoire de réchauffement est le plus beau « bourre le mou » de l’histoire pour récolter des taxes. Et les écolos sont des révolutionnaires d’extrême gauche qui veulent une fois pour toute la fin de l’expansion (alors même que la population croît !) !
    Quand aux gilets jaunes, je comprends tout à fait leur sentiment de perte rapide de pouvoir d’achat, essentiellement à cause des taxes, mais je leur reproche leur absence d’intérêt et de connaissance de la politique et de l’économie. Il est grand temps qu’on donne des cours d’économie de base à l’école !
    Bref, Macron devrait régionaliser et baisser les dépenses tous azimuts : comme la Nouvelle Zélande, le Canada, le Danemark, la Finlande : il y a plein d’exemples !

    • Au final c’est ce que je reproche à Macaron: d’être dans l’absolue continuité de ses prédécesseurs (la gauche PS et la gauche LR), tant en idéologie (« progressisme » = gauchisme 2.0) qu’en pratique (plus de taxes, plus de redistribution etc.)

      Chez Macaron c’est particulièrement frappant dans la mesure où les slogans et pseudo ‘analyses » de l’élection chantaient le « renouveau », le « mouvement sans précédent », la fin des « partis traditionnels » etc.

      Mais en fait, non.

      Je ne suis pas un grand spécialiste de la politique mais je vois cela comme la continuité d’une caste parasitaire soviétique. Macaron est son joker face au ras-le-bol de la population. Ces gens-là savent que leur système va vers l’explosion, mais pareils à des tiques, resteront accrochés jusqu’à ce que la bête s’écroule.

      Maintenant si l’on veut lui donner le bénéfice du doute: imaginons qu’un vrai libéral soit arrivé à l’Élysée à sa place… Le mouvement des Gj? Une brise légère par rapport à l’alliance fonctionnaires / banlieues / syndicats / merdias qui se serait levée.

    • pour faire çà il faut virer du fonctionnaire et vite

    • Macron s’est justement fait élire en disant qu’il ferait ce que ses prédécesseurs n’avaient pas fait… Par exemple, réformer la SNCF. Vous avez pris des TER récemment ?

  • Bon résumé… A ceci près que les écologistes restant à peu près les seuls en mesure d’apporter leur soutien à Macron l’an prochain, il multiplie les concessions en s’enferrant dans une transition énergétique absurde et en interdisant la vente de tous les pesticides au 1er janvier (ce dont personne ne parle…)

    • mais soyons réalistes , macron a deja perdu les européennes SURTOUT a cause des écologistes (allez interroger les gens).;
      il a perdu les municipales (allez discuter avec les élus locaux)
      il a perdu la prochaine présidentielle, de fait, il ne pourra meme plus se représenter..

  • Bref, notre président Monarc est un « Jockey full of bourbon »…

  • Communication ? Ou propagande plus fake news ?
    Nous pouvons faire et refaire le même constat pendant 10 ans ou 20 ans, l’Etat ne se réformera pas de lui même. La trajectoire de mettre les gens au tapis est déjà bien avancée. La 2 eme étape est de réfléchir à comment extraire les dernières goutes de sang du petit peuple.
    La 3 eme étape sera une guerre civile.
    La République ne pourra pas tolérer cette rébellion et écrabouillera les sans dents qui refusent ce beau système que personne ne copie dans le monde.
    Les optimistes diront que l’on peut encore réformer !
    Et bien non. Cela n’est plus possible. En retournant dans du libéralisme avec du vrai capitalisme il faudra compter sur la réalité et payer ses dettes. Ces dettes sont avant toutes choses, morales. Car notre France est une belle arnaque. @macron, je le redis, va te faire foutre. Tu n’aimes pas la France. Tu ne comprends rien à l’humain ni à l’économie. Tu es pathétique.

  • Je serai moins indulgent que l auteur a propos de notre premier ministre. C est un disciple de Juppe qui a conserve de celui ci le cote « droit dans mes bottes ». C est quand meme lui qui au debut du mouvement des gilets jaunes s est montré intransigeant. C est aussi lui qui a eut l idee brillante de limiter la vitesse a 80 et de ne pas reculer quand ca a commence a raler (histoire de montrer qui lui il avait des convictions ?)

    Pour le reste, Macron a en effet ete elu par une vague de degagisme et pas pour ses propositions. Il aurait du en tenir compte et montrer une politique de rupture et non une politique qu aurait pu mener Hollande ou Sarkozy : on augmnete les impots et ont fait quelques mesures cosmetiques pour montrer qu on est de gauche (PMA) ou de droite (loi inapplicable sur l occupation des halls d immeuble)

  • @Pangzi, oui.
    On pourrait comparer la France à un corps victime d’un cancer en phase terminal. Faire de la chimiothérapie pourrait prolonger sa vie mais avec des souffrances.
    Je souhaite que l’Italie puisse sortir de l’Euro le plus vite possible pour commencer la guérison. La France devrait être isolée et faire face à sa médiocrité. Curieusement il n’y a pas de pays (sauf les USA) qui s’inquiètent de la France. C’est terriblement effrayant. La France n’existe déjà plus….

    • Oui enfin j’aimerais avoir le temps de me barrer avant que ça ne pète. J’apprécierais moyennement une nationalisation de mon patrimoine.

    • @ golum
      Non, l’€ n’est pas le problème, ce n’est qu’une monnaie mais qui a empêché la France de dévaluer le FF tous les 6 mois (vécu)! Mais dévaluer, ce n’est pas gérer l’économie, c’est créer de l’inflation!

  • Qui est John Galt ?

    Il le dit lui même :

    « Je suis l’homme qui vous a privé de vos victimes », Mr le président…

  • Sérieux ? Vous voyez macron rester dans le titanic à la barre ?
    No way. Il se cassera avant et laissera les rats se bouffer entre eux. Il retournera chez Rothschild qui vient de retirer ses produits financiers du système. Probablement qu’il ira en Suisse dans un pays turbo libéral où il pourra afficher ses talents d’orateur (qui avale). Dans très peu de temps l’on va assister à un truc de ouf. Un bank run géant. Des banques fermées. Des comptes qui se font aspirer par l’Etat. Fin de l’histoire.
    Bon, y a plus qu’à traverser. Pas la rue, la frontière me semble plus sage.
    Et si vous doutez prenez les dernières lois. C’est déjà prêt !

    • Pas sûr. Macaron est intelligent, mais son immense orgueil pourrait le trahir. D’autant qu’à mon avis, il se verrait bien à la tête d’une future EU impériale.

    • Macron est quand même un minimum cultivé, il a lu les études montrant que si le Titanic avait foncé droit dans l’iceberg, seule la proue aurait été écrasée, il n’aurait pas coulé, grâce aux cloisons étanches, et le commandant aurait été acclamé en héros.

    • Micron sera obligé de se casser lorsque ses employeurs (ceux qui l’ont fait élire par leur campagne de presse et l’élimination autoritaire de ses concurrents) jugeront que le conserver à son poste aura plus d’inconvénients que d’avantages.
      Exactement comme pour Hollandouille.

  • Malheureusement, « les Républicains » semblent incapables de tirer parti de la situation en proposant des réformes claires. Il y a autant de bobos-écolos dans tous les partis et personne n’accepte de remettre en cause la « transition écologique ».

  • « Je tire mon chapeau au Premier ministre et aux ministres qui doivent essayer de s’y retrouver dans cette communication qui change de stratégie toutes les semaines. Je n’aimerais pas me retrouver non plus à la place de l’un de ces députés de la majorité, dont c’est d’ailleurs pour beaucoup le premier mandat, quand il doit essayer d’expliquer ce qui se passe dans sa permanence. »

    vu leurs privilèges, ils ne sont pas à plaindre (sinon, ils auraient démissionner depuis longtemps) !

  • @mikylux, bien sur l’inflation ! Celle qui oblige les Français à faire leurs courses en Allemagne, Belgique, Espagne. Même avec l’Euro la France y arrive !!!
    C’est dire dans la merde que l’on se trouve. Et oui, il faudra bien crever l’abcès. Ça va être moche. Ou attendre ? Couper les bras et les jambes ?

  • Petite réaction sur :
    « la « crise économique », qui a bon dos depuis 9 ans »
    En ce qui me concerne, né à la fin des années 70, j’ai entendu parler de la « crise économique » toute ma vie. Toujours, elle était là, en embuscade, jamais terminée. D’ailleurs, Hollande comptait sur les cycles de Kondratiev pour tenir sa promesse de baisse du chômage – forcément, depuis 30 ou 40 ans que ça dure, ça allait forcément finir par aller mieux. Las ! Ils n’ont pas compris que cette fameuse « crise économique » est intrinsèque au modèle et que c’est lui qu’il faudrait revoir pour en sortir enfin…

  • le jupiter désirer et argumenter de faire une nouvelle politique mais pour la faire , il devait faire un audit sur les dépenses du budget , à
    partir du moment qu’il ne l’a pas fait , il a fait une politique à vue !!! Comment peut -on supprimer la Taxe D’Habitation en sachant que les caisses sont vide ; incompréhensible !!! les dépenses ?
    qui peut les expliquer ? il y a t’il un audit détaillé ? …C’est vrai aussi que chaque Président et gouvernement sucessif, battu , on laissé une ardoise financière laissant le sucesseur se demerder !!!! A voir les dettes :
    SNCF.. EDF … le cumul + la dette du PIB ..
    si vous avez 1500 euros par mois vous ne depenser pas 3000 euros , vous serez vite a la rue …..

    • Si vous avez la mentalité qu’il faut, vous dépensez en fonction de ce qui risque de vous tomber dessus, pas en fonction de ce que vous gagnez.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles