La guerre idiote des dividendes

Comment se répartit la richesse créée par les entreprises ? Les dividendes sont-ils pris sur le dos des salariés ? Une récente étude de l’institut Molinari donne des indices.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre idiote des dividendes

Publié le 1 septembre 2018
- A +

Par Simone Wapler. 

Fin août, les medias relayaient un rapport de la société de gestion Janus Henderson qui montrait que les dividendes avaient progressé partout dans le monde.

Source : Janus Henderson

Les actionnaires ont reçu près de 497,4 Md$ au cours du deuxième trimestre, les entreprises du secteur de la technologie se montrant les plus généreuses. Notons cependant que Nestlé et Daimler restent les premiers payeurs au monde.

Voici les conclusions de ce rapport qui intéressent tout investisseur :

« Nous avons donc revu nos prévisions de croissance (des dividendes NDLR) sous-jacente à la hausse, de 6 % à 7,4 %. Le retour du dollar US devrait toutefois affecter la valeur convertie des dividendes payés à travers le monde et, en supposant que le dollar se maintienne à son niveau actuel face à ses concurrents internationaux, l’année 2018 devrait générer 1,358 Md$ de dividendes, ce qui reste identique à nos estimations précédentes. Cela représente une croissance globale de 8,6 %.

À plus long terme, l’impact sur le commerce international de l’intensification de la guerre commerciale avec les États-Unis pourrait avoir une incidence négative sur la rentabilité des sociétés, bien que son ampleur soit largement incertaine à l’heure actuelle. Nous restons néanmoins optimistes quant à la poursuite de la croissance globale des bénéfices des sociétés l’an prochain. Les dividendes sont, dans tous les cas, moins volatils que les bénéfices, et nous sommes confiants quant à la poursuite de l’augmentation des dividendes sous-jacents à l’échelle internationale en 2019. La trajectoire du dollar pourrait affecter le taux de croissance globale l’an prochain, mais l’indice Janus Henderson Global Dividend montre qu’à long terme les effets de change sur les dividendes sont minimes. »

Certains commentateurs ont alors exhumé le rapport de l’ONG Oxfam sur le CAC 40 publié au printemps, s’indignant que les profits des entreprises du CAC 40 soient essentiellement versés… aux actionnaires !

Comme si les entreprises distribuaient des dividendes avant de payer leurs salariés ou qu’un salarié ne pouvait pas être actionnaire.

Du coup, l’Institut Molinari y est allé de son étude : comment se répartit réellement la richesse créée par les entreprises ?

La richesse est définie par l’institut Molinari comme l’addition des salaires, primes, charges salariales, impôts et dividendes.

Ensuite, voyons les résultats.

Il est normal de récompenser le risque de l’actionnaire, lorsqu’il reste de l’argent dans la caisse. Mais ce que l’Oxfam oublie, c’est que l’État se sert car les entreprises paient des impôts. Et en France, il a la main lourde !

L’État se taille donc la part du lion, ensuite viennent les actionnaires puis les salariés intéressés aux résultats de leur entreprise. C’est bien normal puisque cette catégorie prend aussi un risque, même s’il est moindre que celui de l’actionnaire.

Ce classement fait immanquablement penser à l’économiste Frédéric Bastiat :

« L’État n’est pas manchot et ne peut l’être. Il a deux mains, l’une pour recevoir et l’autre pour donner, autrement dit, la main rude et la main douce. L’activité de la seconde est nécessairement subordonnée à l’activité de la première.

À la rigueur, l’État peut prendre et ne pas rendre. Cela s’est vu et s’explique par la nature poreuse et absorbante de ses mains, qui retiennent toujours une partie et quelquefois la totalité de ce qu’elles touchent. Mais ce qui ne s’est jamais vu, ce qui ne se verra jamais et ne se peut même concevoir, c’est que l’État rende au public plus qu’il ne lui a pris. »

Si en lisant, l’expression « bandit-manchot » vous est venue à l’esprit, sachez que la police de la pensée veille et que vous êtes pris en flagrant délit de mal-pensance…

Une détestable politique de dividendes

Maintenant, pour nous autres investisseurs, qu’est-ce qu’une bonne politique de dividendes ? L’entreprise doit-elle être généreuse ou au contraire réinvestir ses profits ? Chacun a sa petite idée là-dessus.

J’ai tendance à penser qu’une entreprise mature doit redistribuer des dividendes. C’est une marque de respect pour son actionnaire et cela lui donne le choix. Ensuite, soit cet actionnaire réinvestit ses dividendes dans l’entreprise en question, soit il a une autre idée qui lui semble meilleure au vu de son analyse, de son expérience, de ce qu’il constate sur le terrain. Le marché, l’agrégation de ces choix individuels libres, atteint ainsi un maximum d’efficacité.

En revanche, une entreprise jeune et en croissance a besoin de taper dans ses profits pour investir et peut se montrer moins généreuse. Mais il faut que la croissance soit bien au rendez-vous et que la direction prouve à l’actionnaire qu’elle a eu une meilleure idée que celle qu’il aurait pu avoir.

Dans les deux cas, la seule politique qui me semble à éviter est celle qui consiste à payer des dividendes en profitant des taux d’intérêt maintenus artificiellement bas par la création monétaire. Cet usage du crédit frelaté est une insulte au capitalisme.

La dette est un aspect que l’institut Molinari n’a pas traité. C’est la limite de ce genre d’études qui brasse déjà des quantités de données considérables mais qui a le mérite de remettre les pendules à l’heure. En tant qu’actionnaire, c’est à vous de faire le travail, ce que Warren Buffett appelait « ses devoirs ».

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • il y a une ormeta sur les retraites chapeaux !!!
    certaines entreprises doivent approvisionner jusqu’à 6millions d’euros voir plus !!!
    le sujet est tellement délicat .qu’il est pratiquement impossible de savoir quelles entreprises…qui peux donner plus de renseignements et d’avis ? merci

    • Que voilà un commentaire qui sent bon l’envie hargneuse et la jalousie ! La rémunération d’un dirigeant, retraite chapeau comprise, est à la seule appréciation des propriétaires de l’entreprise. Si ces derniers estiment qu’il le vaut bien, comme ce ne sont pas plus des imbéciles que vous ou moi, pourquoi irions-nous remettre en cause leur décision ?

    • Il n’y a pas d’omerta puisque les ent. de plus de 300 salariés doivent rendre un bilan social. Les retraites chapeaux sont donc déclarées. Remerciez les cadres qui en bénéficient car en général ils abandonnent AGIRC ARRCO et bien évidemment la CNAV. En contrepartie ils s’expatrient sous des cieux plus cléments.

    • Quand j’étais jeune, je commandais via un magasine économique les rapports annuels publiés par les grandes entreprises. Aucune n’a jamais refusé de m’en envoyer un et en plus c’était à leurs frais.

  • L’état peut donner plus qu’il ne reçoit en s’endettant à notre insu jusqu’à ce qu’il reprenne, au moins l’intérêt, par une hausse de l’impôt. Il joue aussi sur les mots : contribution, taxe pour notre bonheur etc.
    L’état devait s’endetter sous Bastiat, serait-il pris en léger défaut sur ce coup ?

  • Éclairez moi :

    Dans l’appellation ‘ bandits-manchots ‘, la police de la bien-pensance interviendra t’elle pour le mot ‘Bandit’, pour injure à détenteur de l’autorité, ou ‘manchot’ pour discrimination envers les handicapés ?

  • On oublie que lorsqu’on met de l’Argent en Bourse en prend des risques. Et le risque se paie. Mais surtout, et particulièrement en France celui qui gagne le plus c’est l’État. Ce qu’il donne d’une main (et très peu) il en reprend (et beaucoup) de l’autre. C’est ce que Bastiat appelle ‘la spoliation légale ».

  • MichelO ,dans mon commentaire ,il n’y a pas de jalousie.et bien puisque c’est normal !! supprimons la caisse de retraite et c’est l’entreprise qui payera «  » la retraite de ces ouvriers ,cadres,ect…la richesse d’une entreprise ,c’est ‘sont personnels aussi …et vous trouver normal lorsqu’ une entreprise ne donne pas d’augmentation à son personnels et vous voyer des dividents en augmentation…
    et ce n’est pas le pigeon avec c’est 50 actions qui s’enrichit.. et je je n’appartiens à aucun mouvement politique ,droite gauche et les extrêmes. le Jupiter devrait faire une taxe de 50 % sur les retraites CHAPEAU..

    • Est-ce que vous trouvez normal que quand les dividendes sont en diminution, voire supprimés, les salaires soient maintenus ?
      Le principe d’une entreprise, c’est que celui qui risque son capital au service de l’entreprise et celui qui apporte ses 35 heures en échange d’un salaire ne reçoivent pas la même rémunération. Mais si cela vous déplait, montez donc une entreprise selon vos principes, et faites-la fonctionner. Vous verrez que même dans une SCOP, capital et travail ne sont pas interchangeables…
      Et accessoirement, à part l’envie et la jalousie, quelles sont vos motivations pour demander une taxe supplémentaire ? Qu’est-ce qui fonctionnerait mieux parce que l’état confisquerait une partie de la retraite des collaborateurs les plus brillants ?

    • Hum, c’est déjà taxé pas très loin de ce que vous réclamez.

    • @Lou 17
      Bonjour,
      « et ce n’est pas le pigeon avec ses 50 actions qui s’enrichit.. »
      Dès que son investissement lui rapporte plus que ce qu’il a mis au départ, il s’enrichit. 50 ou 50.000 actions, c’est pareil sur le fond.

    • Arrêtez de nourrir ce troll svp ..

      • Le troll crache sur les retraites chapeau mais voudrait bien en croquer un morceau. Ni de droite ni de gauche, mais profondément envieux et jaloux.

  • L’Etat se gave sur les chiffres d’affaire des entreprises, même quand elles sont en difficulté ou en faillite, demander à gratter sur les dividendes ou chipoter sur leur montant aux actionnaires, c’est avoir de grosses oeillères socialistes.

  • Je ne comprends pas bien la notion de « crédit frelaté » utilisé dans l’article. Tout bilan se conclut par 0 dans les 2 colonnes, théoriquement. Emprunter ou émettre des obligations et des actions, ce n’est qu’un outil économique et comptable. Donc un « crédit frelaté » ne peut-être que celui créé qui, dès sa création, ne sera pas remboursé (Ponzi)!

  • pour vous faire rire jaune ,les impôts foncier augmente :minimum 10%…maintenant un advenant pour interdire l’augmentation des loyers …suppression des impôts locaux .il faut bien trouver la compensation !!! la gestion des finances à la petite semaine…

  • à theo31,bonjour ,Pas du tout envieux est jaloux,en réalité je m’en fou et je suis très heureux dans ma vie…j’ai demandé des explications au lieu de ça, j’ai eu des réponses que je n’aurai pas imaginé…donc pour moi ,je tourne la page..et pour finir ..je n’ai pas besoin de m’exiler pour avoir une vie meilleure a la retraite..tiens une bonne idée, une taxe sur les retraites pour ceux qui partent du pays pour optimiser leur fiscaliter..
    courage ..fuyons ..bonne journée !!!

    • Pas envieux ? Vos commentaires suent la haine. Si vous voulez trouver des gens qui pensent comme vous, faut vous inscrire au parti de Melenchiasse.

      La taxe sur les expatriés existe déjà, elle a été mise en place par ce socialiste honteux qu’est Sarkozy.

  • à theo 31 ,vous saver la différence entre un américain qui s’exile et un français ..un américain, si les impôts sont moins élevé en France ou ailleurs il paie la différence au fisc americain ,c’est tout Simple …en France vous donner des leçon de civisme ,quand ça vous arrange..chacun pour sa gueule, mort aux cons !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Entreprise crise actionnaires se gavent
2
Sauvegarder cet article

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe.

Les entreprises du CAC 40 ont commencé à publier leurs résultats pour l’exercice 2021. Les premières annonces laissent croire que pour la première fois, les profits des 40 premières entreprises françaises vont dépasser, en cumul, les 100 milliards d’euros nets, un chiffre qui avait été frôlé en 2018. 

Le 10 février 2002, TotalEnergies a annoncé un résultat net de 13,5 milliards d'euros (multiplié par 4,4 par rapport à 2020) ; ArcelorMittal, plus de 13 milliards (contre plus de 64... Poursuivre la lecture

Par Christophe Bonnet. Un article de The Conversation

Une petite musique revient souvent dans les médias : les actionnaires exigent 15 % de rentabilité, c’est beaucoup trop. Curieusement, cette croyance n’a jamais fait l’objet d’un examen par la communauté académique.

C’est ce que nous avons entrepris avec Michel Albouy dans un article récemment paru dans la revue Finance Contrôle Stratégie. Poser la question des objectifs des actionnaires est légitime, en particulier dans une période où les enjeux environnementaux sont cruciaux... Poursuivre la lecture

Par Philippe Charlez.

Historique et revendications

Le 17 décembre 2018, en pleine crise des Gilets jaunes, quatre ONG environnementalistes (Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l'Homme, Greenpeace France et Oxfam France) envoient une missive au gouvernement. Elles y accusent l’État d’être défaillant en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Pour appuyer leur démarche, les quatre ONG lancent une pétition en ligne le 18 décembre 2018. En 36 heures le nombre de signataires atteint le million puis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles