Pression fiscale sur les particuliers, pression politique sur Macron

La pression fiscale augmente discrètement sur les particuliers, malgré les grandes déclarations du gouvernement qui disent le contraire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pression fiscale sur les particuliers, pression politique sur Macron

Publié le 22 août 2018
- A +

Par Éric Verhaeghe. 

La pression fiscale sur les particuliers risque de devenir un puissant talon d’Achille pour Emmanuel Macron. Elle ne cesse en effet d’augmenter, comme si les individus avaient désormais vocation à financer l’essentiel des nouvelles politiques publiques. Pendant ce temps, les recettes fiscales issues des entreprises s’effondrent.

Forte hausse de la pression fiscale sur les particuliers

Les derniers chiffres de la situation mensuelle du budget de l’État sont particulièrement évocateurs sur le sujet. On en trouvera ci-dessus une belle synthèse, au 30 juin, dressée par Bercy. Une rapide lecture des mouvements enregistrés sur les recettes comparés au 30 juin 2017 souligne toute la difficulté des discussions budgétaires qui auront lieu à l’automne sur le budget 2019.

En un an, les recettes fiscales nettes ont baissé de 3,5 milliards d’euros, c’est-à-dire de 2,4 %. Mais le produit de l’impôt sur le revenu a augmenté de 1,5 milliards d’euros. Le produit de la taxe sur les carburants a augmenté de 500 milliards d’euros (environ 10 %). Le produit de la TVA a augmenté de 2 milliards d’euros (soit 4 % de hausse).

Autrement dit, en un an, les particuliers ont vu leur pression fiscale augmenter de 4 milliards d’euros ! Un chiffre qui annihile la baisse des cotisations sociales. Dans la pratique, chaque Français a versé 60 € nouveaux à l’État en un an.

La pression fiscale frappe durement les classes moyennes

On retirera quelques évidences de cette accumulation de chiffres.

Si l’on se souvient que seuls 50 % des ménages acquittent un impôt sur le revenu positif, on comprendra que la vigueur de la hausse de l’impôt sur le revenu (3,3 %) touche d’abord les classes moyennes, grands perdants de l’exercice budgétaire 2018, et probables grands perdants de l’exercice 2019, sauf à ce qu’Emmanuel Macron n’annonce pour eux une mesure compensatoire (ce dont on doute). Une fois de plus, donc, les classes moyennes portent l’essentiel de l’effort collectif.

Mais l’augmentation du produit de la taxe sur les carburants d’environ 10 % constitue une mesure générale qui frappe pour le coup encore plus durement les ménages périphériques : ceux qui vivent loin des métropoles et qui ont besoin de la voiture pour vivre au jour le jour.

Quant à l’envolée de 4 % de la TVA, on voit bien qu’elle frappe d’abord les classes moyennes, mais qu’elle n’épargne pas les plus petits. Seuls ceux qui ont une capacité d’épargne importante échappent à ses dégâts.

Impôt juste et baisse des dépenses publiques

En matière de justice des recettes, le gouvernement dispose de très peu de marges. Il pourrait en effet décider de relever la fiscalité des entreprises, mais cela contreviendrait aux engagements déjà pris sur la baisse de l’impôt sur les sociétés, qui doit être ramené dans la moyenne européenne. Une telle option plomberait donc la compétitivité des entreprises françaises et compromettrait la croissance.

La seule solution consiste à baisser les dépenses publiques, notamment en taillant dans la trop forte hausse de la masse salariale des fonctionnaires. Pour Emmanuel Macron, c’est la seule façon d’expliquer que les efforts des uns sont parallèles aux efforts des autres.

Président des riches ou président des fonctionnaires ?

En reposant le dilemme macronien d’une autre façon, on peut donc soutenir que si Macron est perçu comme le président des riches, c’est largement parce qu’il demande beaucoup aux classes moyennes… pour ménager sa base électorale de fonctionnaires. En ce sens, président des riches rime avec président des fonctionnaires.

Si Emmanuel Macron veut se « déporter » sur sa gauche, et perdre son étiquette de président des riches, il devient urgent pour lui de tailler dans les dépenses publiques qui imposent une pression fiscale trop importante.

Toute la question est de savoir si, après l’affaire Benalla, il dispose encore de l’autorité et de la légitimité nécessaires pour parvenir à réformer la dépense publique. La difficulté du gouvernement à tirer des conclusions opérationnelles du projet CAP 2022, projet de réduction des dépenses publiques, soulève, sur ce sujet, de vraies questions…

Sur le web

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • Il a complètement manqué le coche en début de mandat qui consistait à profiter de la torpeur générale provoquée par son élection et le raz de marée législatif. pour faire des coupes franches. Aussi fallait-il en avoir la réelle volonté.
    Au lieu de cela, nous avons un Hollande 2.0.

    • En plus, il fallait autre chose qu’il n’a pas !

    • Hollande 2.0 oui. Difficile de comprendre la lobotomisation des électeurs français qui l’ont élu, sachant parfaitement que ce type était un socialiste qui plus est conseiller spécial d’hollande pendant 2 ans et ensuite 2 ans son ministre de l’économie…

      • Je croyais que 2.0 signifiait une interaction accrue avec l’utilisateur ?

      • facile à comprendre au contraire : il y avait quoi comme choix en face ? Marine ? Méluche ?

        • Il y avait aussi Pêche à la Ligne et Bulletin blanc comme candidats. C’est quoi ce raisonnement stupide consistant à devoir exclusivement choisir entre le sandwich à la merde et la poire à lavement ?

      • bah vous comptez les fonctionnaires et les classes supérieures et voilà c’est pas compliqué..

  •  » ménager sa base électorale « ….il est là le problème ; il suffirait à macron de décider de ne pas se représenter en 2022 , il pourrait alors engager les réformes nécessaires pour notre pays sans arrière pensée ;

  • vous vous attendez à quoi ? ne pas oublier qu’il a servi sous Hollande !!! ce n’est pas avec la com et des mots que l’on dirige un pays !!! une politique autrement avec les mêmes dérive et les mêmes personnes ,dont certains ont retourné leur veste pour avoir une part du gâteau !!! et qui au fond, dans la continuité !!! on ne change pas la fondation en changeant la couleur !! mais les faits sont là ,jusqu’à quand l’imposture ?

  • C est bien beau de dire qu il faut tailler dans les effectifs de fonctionnaires, mais il faut etre plus precis et dire ou et surtout quels service va t on supprimer ou serieusement degrader.

    Sinon reste evidement le probleme de la garantie d emploi. Vous ne pouvez pas reduire le nombre puisqu ils ne peuvent etre licencies. tout ce que vous pouvez faire c est arreter les recrutement. mais la comment faire dans les secteurs ou vous avez des besoins ?

    • Mobilité ! Les fonctionnaires surnuméraires doivent se former et aller là où il y a des besoins. Certes, nombre d’entre eux sont justement devenus fonctionnaires pour fuir ce genre d’opération, mais peut-être justement certains de ceux-là quitteront-ils alors d’eux-mêmes la fonction publique.

      • Et en plus, ils nous chantent qu’ils ont brillamment réussi les concours d’admission. Puisqu’ils sont si brillants et intelligents, nos petits génies seront capables de s’adapter sans faillir à leurs nouvelle missions.

        • C’est sûr qu’être reçu au CAPES ou à l’agrégation avec 6/20 ou 7/20 comme cela arrive très souvent, c’est brillant. Très brillant

    • On peut pas faire une loi qui dit que maintenant les fonctionnaires peuvent être licenciés ? C’est la constitution qui l’impose ?

      • Très bonne question.

        Il y a un autre élément qui s’y oppose : licenciez les fonctionnaires, et ils descendront tous dans la rue…

      • Techniquement, ça serait possible de le faire. Mais en pratique, ça reviendrait à réaliser une modification plus que significative du contrat de travail. Avec aucune obligation pour le salarié de signer.
        Vous connaissez beaucoup de fonctionnaires qui seraient d’accord pour signer ça ?

      • Si cela concerne le droit des contrats, cela ne peut il pas être considéré comme une clause abusive ?

      • Je suppose que vous voulez dire qu’il faudrait faire une loi qui impose que, à partir de maintenant, il n’y aurait plus de recrutements de nouveaux fonctionnaires protégé par le statut de la fonction publique, mais seulement des recrutements de contractuels susceptibles d’être licenciés.

        • Non je veux comprendre quel mécanisme juridique empêche de révoquer ce statut pour tous les fonctionnaires immédiatement par une loi. Y a-t-il un principe juridique que je méconnais ? Après tout je n’écoutais pas grand chose en Droit…

          • Les Suisses ont bien supprimé le statut de fonctionnaire suite à une votation et à la demande des syndicats s’il vous plaît.

  • ‘ IMPÔT JUSTE ET BAISSE DES DÉPENSES PUBLIQUES ‘

    Quand je lis le mot ‘juste’ ou ‘justice’ associés au discours politique, j’ai mon Opinel qui s’ouvre tout seul dans la poche…

    • impot juste = flat tax (revenu ou TVA)

      • La TVA, avec ses taux multiples et le fait qu’elle s’applique sur des sommes qui, lorsqu’on les dépense, ont déjà subi l’impôt sur le revenu, n’est pas un impôt juste.

        • * Le « ou » était exclusif. On est pas en maths.

        • merci de le dire, je croyais être le seul à penser ça..quand j’entends ces débiles qui disent « faut augmenter la TVA » , y’a pas plus injuste comme taxe.

          • Oui, mais c’est tout ce qu’on a trouvé pour faire contribuer les communistes à la dépense publique dont ils réclament l’augmentation illimitée en toute irresponsabilité. Comme ça, ils sont les arroseurs arrosés et ce n’est que justice.

          • Je ne vois pas en quoi la TVA est nécessairement injuste. Pour chaque € de VA créé vous payez un même pourcentage d’impôt. Si on admet qu’il est impossible de déterminer quel € de VA créé est davantage dû à la dépense publique, il est effectivement JUSTE de les taxer avec le même taux. La TVA en France est injuste, mais en France tous les impôts sont injustes car ils ont pour but d’être redistributifs.

            • En unifiant les taux, et en supprimant l’impôt sur le revenu, la TVA pourrait être considérée comme juste dans son application. Encore que la valeur est quelque chose de subjectif, et que la TVA est en fait une taxe sur le prix trop facile à dévoyer, comme le montre la TVA sur les taxes dans la facture d’électricité…

  • Un commentaire capté par un journaliste de BFM sur le pourquoi d’une relative désaffection des touristes en France par un professionnel du tourisme: taxes sur les carburants, traque des automobilistes et plus généralement, perte de pouvoir d’achat, les français préfèrent la péninsule ibérique, nettement meilleur rapport qualité prix.

  • « Le jupiterien » est un « yuppie-terrien » ! il sait ce que veut dire finance entrante (impôts) mais pour ce qui est de la finance sortante, c’est un dilemme !
    Il nous refait du Hollande et dit qu’il fait l’inverse, s’en prend à tout ce qui ne peut « sortir des frontières » : l’immobilier, les retraites, les taxes sur les carburants, clopes . . .
    Il ne comprend pas qu’à un moment, on finit pas s’impatienter ! son programme est flou et sa communication est une foutaise car plus personne ne le croit !

  • Les ruses du « yuppie-terrien » issu de la banque se vient désormais en gros (merci à Benalla – mais il n’a pas fait exprès – d’avoir montré que le Mac est un embobineur !) .
    Ne s’en prendre qu’aux faibles, ceux qui restent en France avec leur immobilier, les retraités, les classes moyennes, c’est faire du u Hollande et le jeunot continue !

  • Il faut se rendre à l’évidence, E. MACRON est un Étatiste pur et dure qui représente avant tout le pouvoir prédominant de l’Énarchie inefficace et outrageusement budgétivore.
    Il ne faut donc rien attendre du pouvoir présidentiel pour infléchir la politique actuelle vers une orientation libérale qui aurait alors pour effet de limiter le pouvoir des fonctionnaires et de leurs nombreux représentants occupant divers fonctions électives.

  • Macaron ne dirige pas seul. Aucun des transfuges socialistes-marxistes ou socialistes -« droitistes » qui lui servent de sbires ne le soutiendraient dans une action radicale de dégraissage de la masse salariale d’Etat.
    Accessoirement il faudrait faire face à une fronde des fonctionnaires. Imaginez, le RSA et les allocs bloqués pendant un mois, les doux innocents des banlieues exprimant timidement leur mécontentement citoyen et festif…
    Je pense que ce genre d’option ne sera possible que dans un scénario « à la grecque ». Macaron semble avoir été missionné par la noblesse d’état pour retarder ce scénario.

  • Ma crainte est que la solution ne puisse venir que de l’Europe, via la pression des partenaires inquiets de l’état de la France. tant qu’ils fermeront les yeux, la situation empirera.

  • faire croire qu’en supprimant 50000 fonctionnaires cela va réduire la dépense publique va baisser est une escroquerie morale…la réalité il supprime des fonctionnaires pour les remplacer par des vacataires !!! Comme un temps à fait la Poste …c’est la création du travail précaire …
    le rêve du libéral plus de contrat de travail ,asservir les gens !!!alors ne vous étonner pas de la violence sociale et sur l’insécurité qui n’engendra que la violence gratuite ,nous y arrivons voir les faits divers
    journalier…

    • Tous les salariés du privé y sont sujets alors pourquoi pas les fonctionnaires! Le terme égalité que la gauche invoque sans cesse ne s’appliquerait pas à eux? En fait ce sont des Privilèges, bannis en août 1789!

  • Il n’a AUCUNE intention de réduire les dépenses de l’état et les prélèvements. Pourtant la « cagnotte » Jospin avait démontré aux socialistes que la croissance amenait davantage d’argent dans les caisses de l’état. Mais ils sont trop bêtes!

  • Bonjour Virgile ,vous avez raison Jospin en tant que 1er ministre et de DSK en tant que ministre des Finances a cette époque le taux d’inflation 1,5% et depuis ce temps là depense publique prend le large ,les taxes et contributions s’envolent et le PIB suit bien entendu !!! le Chômage fait le yoyo suivant les radiations,les formations et ceux exemptés de recherche de travail bref la totale …qui prendra la tête d’un mouvement du peuple avec comme Slogan : RESISTANCE !!! et cela commence des la prochaine campagne ÉLECTORALE !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Surprise, surprise ! L’inflation - auparavant cantonnée aux produits financiers et à l’immobilier - leste maintenant le panier de la ménagère :

« On va vers des hausses qu'on n'a pas connu depuis près de 40 ans", a prévenu […] Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) […]. Notre prévision actuelle, c'est entre 7 et 10 %, de manière assez rapide", a assuré le dirigeant de la FCD, organisation professionnelle qui regroupe la plupart des enseignes de la grande distribution ».

L’origi... Poursuivre la lecture

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles