L’industrie éolienne allemande pourrait imploser

Maintenant que l’énergie solaire allemande s’est effondrée et carbonisée, il semblerait que l’industrie éolienne soit en bonne place pour être la suivante, selon le Handelsblatt.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
kettering wind farm at day break by Keith Park(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’industrie éolienne allemande pourrait imploser

Publié le 12 août 2018
- A +

Par Pierre L. Gosselin.
Un article de NoTricksZone

Il y a environ une semaine, nous relations comment l’ancien « Temple du soleil » s’est pris en pleine figure la réalité et s’est transformé en Vallée de la mort. En effet, la grande majorité des fabricants de panneaux solaires ont fait faillite et ont laissé plusieurs dizaines de milliers de travailleurs sans emploi.

Et les médias, politiciens, militants de se demander pourquoi l’AfD se développe aussi rapidement. Peut-être que les gens en ont marre de toutes les promesses bidon qu’on leur fait tous les jours.

L’industrie éolienne emportée par la tempête

Maintenant que l’énergie solaire allemande s’est effondrée et carbonisée, il semblerait que l’industrie éolienne soit en bonne place pour être la suivante, selon le Handelsblatt.

Le journal nous raconte que l’industrie allemande des éoliennes fait actuellement face à une sérieuse crise et où de nombreux postes sont menacés.

Pour un pays qui prétend être déterminé et dévoué à remplir les objectifs de l’Accord de Paris, il est assez surprenant qu’un des secteurs industriels, répondant aux enjeux de l’accord, soit en train de s’effondrer.

Les prix de l’électricité éolienne se sont effondrés

Une des raisons que cite Handelsblatt est la baisse des prix de l’électricité éolienne. Le journal ajoute : « L’état d’esprit dans le secteur est à son plus bas » et maintenant « le marché de l’éolien est menacé d’exploser ».

Des licenciements massifs se mettent en place

Le quotidien expose que des entreprises réputées comme Enercon réduisent massivement les emplois. Enercon prévoit de licencier 835 travailleurs en Allemagne. Beaucoup d’autres entreprises ont fait des annonces de licenciements similaires.

Le journal blâme le manque de commandes du marché intérieur, en raison d’une chute dramatique des prix de l’électricité éolienne. Il est clair que sans les subventions massives, l’énergie éolienne se flétrit presque instantanément.

Le Handelsblatt explique également comment les mesures prises par le gouvernement pour réformer les règles de rachat de l’énergie éolienne ont eu l’effet inverse : « L’objectif du gouvernement fédéral était d’accélérer l’expansion. Au lieu de cela, il l’a ralenti. »

Des milliers de travailleurs vont perdre leur emploi et cela risque de renforcer la défiance vis-à-vis des principaux partis politiques. Actuellement, les partis phare de l’Allemagne, la CDU et le SPD, se situent à des creux historiques dans les sondages d’opinion.

143 000 emplois à risque

La situation est inquiétante, le quotidien ajoute que les conséquences « pourraient être fatales pour la branche éolienne » qui fournit quelque 143 000 emplois dans toute l’Allemagne.

Le Handelsblatt explique comment les fournisseurs seront également durement touchés par la perte de milliers d’emplois et la fermeture d’usines. Un grand nombre de sociétés éoliennes est situé dans le nord de l’Allemagne, une région économiquement fragile. La situation est sur le point d’exploser.

La température monte chez les travailleurs

Les syndicalistes sont furieux et exigent des plans sociaux et des formations pour aider à la reconversion dans de nouveaux emplois. Ils reprochent au gouvernement de ne pas en faire assez.

Hans-Dieter Kettwig, directeur d’Enercon, insiste pour que l’Allemagne respecte ses engagements envers l’Accord de Paris et ainsi maintenir l’industrie éolienne à flots.
Cependant, les investisseurs fuient l’éolien ; 600 collectifs citoyens répartis sur toute l’Allemagne ont envoyé un message clair et précis : « nous ne voulons pas de la pollution visuelle des affreuses et illusoires éoliennes« .

Pas de marché pour l’énergie éolienne intermittente

Le Handelsblatt conclut que même si le gouvernement intervenait et redynamisait l’industrie éolienne en faillite, cela ne serait pas suffisant pour atteindre les objectifs environnementaux qu’il s’est fixé pour 2030.

L’Allemagne est prise entre deux feux. Si elle ne fait rien, des dizaines de milliers d’emplois disparaîtront et viendront s’ajouter à ceux de la Vallée de la mort, l’ancien Eldorado de l’énergie solaire. L’Allemagne pourra alors enterrer tout espoir d’atteindre ses objectifs de l’Accord de Paris. Mais si le gouvernement relance les subventions pour redonner vie à l’industrie éolienne, l’infrastructure du réseau électrique n’est pas calibrée pour connecter de nouveaux parcs éoliens.

Un quart des parcs éoliens risque d’être déconnectés

Le Handelsblatt précise également que d’ici 2020, de nombreux parcs éoliens vont voir leur durée de vie expirer, ainsi jusqu’à un quart de la capacité éolienne allemande (14 GW) risque d’être mis hors ligne. L’équation pour le respect des Accords de Paris s’en trouve complexifiée.

L’industrie automobile en a également assez

Non seulement la branche éolienne est confrontée à la tourmente, mais aussi la puissante industrie automobile.

La Global Warming Policy Foundation (GWPF), basée à Londres, rapporte que le puissant ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, est sur le point de mettre un terme à l’élévation des normes d’émission de CO2 pour les voitures. (Ndt : la ministre de l’environnement Svenja Schulze désirait réduire de 50% les émissions de CO2 du parc automobile allemand d’ici 2030 en mettant en place au niveau européen des normes plus strictes, mais suite au lobbying de l’industrie automobile et de l’infaisabilité technique, Olaf Scholz a pour le moment réussi à écarter ce projet).

Les travailleurs sont fatigués des contraintes écolo-socialistes

Le SPD de Scholtz est tombé à des plus bas historiques – aux alentours de 18% – une chute énorme par rapport à son niveau de 40% qu’il avait atteint lors des élections de 1998 et l’élection de Gerhard Schroder. Scholz et le SPD sont peut-être en train de trouver leur place au regard de leurs idées politiques hors d’âge.

Traduction Charles Boyer

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • le vent en poupe des éoliennes sudventionné pour quel résultat économique ?

  • Elles ont fait leur job , créer des emplois, les industriels ont fait des profits ,les banques ont fait des prêts…bon , elles n’ont pas vraiment produit de l’énergie mais est ce vraiment le but ?
    Elles ont permis de vendre la fermeture des centrales nucléaires ,consommer du charbon et permettre de nouveaux gazoducs pour alimenter les futures centrales a gaz……

    • @ reactitude
      Non, la sortie décidée du nucléaire est la décision première: c’est en ça que le « couple franco-allemand » est en délicatesse. Mais A.Merkel n’est pas obtuse et elle est très capable d’adapter sa politique selon les données nouvelles!

      Maintenant, la « transition énergétique » a tout de même changé les choses en RFA, comme vous pourrez le voir sur ce lien:

      https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lectricit%C3%A9_en_Allemagne

      Une simple comparaison des changements en % des origines électriques vous convaincra des changements obtenus, même au prix plus cher du kWh!

  • Que voulez vous ?
    Quand on s’appelle Enercon…

  • Le marché est en train de s’imposer face à l’Etat et ses constructions subventionnées, et c’est une bonne chose. Encore un effort et les Allemands se diront que l’énergie nucléaire, abondante et bon marché, avait des avantages.

    • Ils ne se diront pas ça car ce n’est pas vrai aujourd’hui ni demain , le gaz , l’avenir , c’est le gaz…ils ont besoin d’importer pour exporter !

      • @ reactitude
        Oui, bon! La décision est la sortie du nucléaire, même avec une transition pour le lignite et le charbon ou le gaz naturel. Ne pas acheter d’électricité nucléaire est sans doute le pas suivant (l’Allemagne exporte!).

  • Une autre raison de la baisse des éoliennes en Allemagne est que tous les sites avec un peu de vent ont été pourvus (d’éoliennes). Il ne reste plus que des sites fort peu ventés pour lesquels les subventions sont indispensables, malgré les progrès des éoliennes récentes (pales plus grandes, mâts plus hauts, etc.).

  • VIVE LE NUCLEAIRE

  • et le pire c’est que nos gouvernants français vont balayer ça d’une main en faisant la même chose avec les mêmes résultats décevants par la suite….

    • Ce qui distingue les idiots est leur incapacité à tirer leçon des échecs de leurs voisins! Et nous sommes particulièrement gâtés en France, comme le prouve notre chômage de masse depuis 40 ans!

  • Les Allemands peuvent encore compter sur une dizaine de centrales en fonctionnement ou arrêtées récemment, pour environ 12 GW de puissance installée.

    Sur les sites des centrales les plus anciennes, ils pourront déployer sans problème des EPR modernes et performants pour suppléer les éoliennes et le PV notoirement improductifs et promis à la faillite. Une centrale nucléaire remplace avantageusement environ 7 fois la puissance installée en PV et 4 fois la puissance installée en éoliennes, pour un coût de construction du GW au pire équivalent et même inférieur.

    Dans l’équation, il ne faut pas oublier que l’EPR a été créé dans le cadre d’une coopération franco-allemande. Son surcoût de développement est en grande partie la conséquence de règles de sécurité exigées par les Verts allemands dans l’espoir de faire échouer le programme et pourtant mises en œuvre avec succès par les Français. Certaines de ces règles ont été quelque peu allégées par les Chinois qui, pragmatiques, ont ainsi pu démarrer leurs premières tranches récemment, en avance sur les tranches européennes et pour un coût nettement réduit, témoignage hic et nunc de la pertinence du programme EPR, en attendant les centrales de quatrième génération qui ne seront pas disponibles avant plusieurs décennies.

    Malgré les surcoûts artificiels imposés par l’idéologie verdâtre, la facture d’un EPR est largement compensée par le potentiel de production de plus 600 TWh sur la durée de vie d’une seule centrale (plus que la production française d’une année). C’est la démonstration de l’efficience de la filière nucléaire de troisième génération, sans concurrence actuellement pour produire l’essentiel des besoins en électricité d’un pays à coût réduit, que même les plus vicieux per-Verts ne peuvent entamer.

    • @ Cavaignac
      Vous êtes partisan: c’est évident. Objectif, ce l’est beaucoup moins! Et crédible ???

      • Partisan de produire au moindre coût, loin des délires hors de prix des escologistes, oui, c’est évident.

        • @ Cavaignac
          Oui, bof! Croire que le nucléaire français n’a pas été copieusement subventionné et qu’il n’a rien à voir avec votre bombinette ou vos sous-marins est un peu naïf! Et vous avez payé pour tout ça aussi, évidemment.
          Et votre indépendance nationale vis-à-vis des sources d’uranium n’est pas top: c’est un euphémisme.
          Je passe sur le coût de démantèlement sous-provisionné comme le traitement des déchets radioactifs: votre électricité bon marché se payera sur l’avenir!
          Et avec 2/3 des centrales à l’arrêt (chiffres 2017), vous n’êtes pas sorti de l’auberge et l’intermittence n’est pas là où on l’attendait.

          Mais je n’en attendais pas moins de la supériorité française, à peine chauvine, qui vous habite congénitalement!

          • Tant mieux si le nucléaire civil a aussi servi à faire des bombes et des sous-marins à moindre coût ou, à l’inverse, si les progrès réalisés dans le domaine militaire ont permis des avancées dans le domaine civil. J’avoue avoir du mal à cerner en quoi ce serait un problème.

            Sinon oui, on aimerait vivre dans le monde des rêves roses (verts pour certains), doux et joyeux, sans bombes ni sous-marins. Mais voilà, patatras, chaque matin on se réveille dans la méchante réalité. Pas de chance, tout de même !

            • Ce que vous dites ne change rien au fait que (comme tout – hors pétrole) le nucléaire (a été) est (sera) massivement subventionné.

              Toute la technologie MOX (l’expertise d’AREVA) n’est pas rentable pour deux sous.

              • Je crois que dans ces discussions, on confond allègrement subvention et investissement. Dans les deux cas , on avance de l’argent, mais quand c’est pour une production rentable, on appelle ceci un investissement et ce me semble être le cas du nucléaire civil, au contraire de l’éolien que l’on « subventionne » car non rentable sur le marché.

              • Bonjour J Shit
                Le nucléaire civile (EDF) n’a pas été subventionné, encore une légende répétée jusqu’à la nausée par les écologistes.
                J’attends tjs des références sur ces subventions. La dernière fois le troll s’est tu.

                • EDF, entreprise publique, n’a pas été subventionnée. MDR. Quelles stupidités il ne faut pas lire …

                  Payer ses employés avec le pognon de l’Etat, vous appelez cela comment ?

                  • Vous n’avez donc pas de références.

                    • EDF est subventionne a mort, je pense pas qu il soit necessaire de detailler ce point. Areva (ceux qui construisent les centrales) ont ete sauve de la faillite il y a quelques annees par une recapitalisation de son actionnaire : l Etat francais… Bruler son capital et se faire un injection d argent du contribuable c est pas une subvention au sens strict mais ca y ressemble quand meme pas mal non ?

                    • Bonjour cdg
                      J’attends tjs des références et pas des affirmations gratuites (EDF est subventionnés à mort).
                      A première vu, c’est plutôt le consommateur d’EDF qui est taxé à mort (merci les ENR).
                      Quant à Areva, on est en plein capitalisme de copinage.

                    • Quand on sait lire, si. Je viens de vous dire que les employés d’EDF étaient jadis des fonctionnaires donc payés par l’Etat.

                      On peut rajouter une bonne partie des budgets qui ont été accordés au CEA (réacteurs expérimentaux).

                      Il faut être de très mauvaise foi pour ne pas reconnaître que la filière nucléaire a joui et continuer à jouir (sauvetage d’AREVA) de subventions énormes.

                    • Vous confondez subvention et paye des salariés d’une entreprise d’état (EPIC). je rappelle qu’une subvention est une aide financière accordée à une entreprise. Une entreprise d’état peut être en équilibre et donc non subventionné (EDF benefices 3Miard €).
                      Vous êtes dans le déni. Trouvez autre chose.

                    • Donc, pour gillib, une entreprise dont :
                      – les employés ont été payés par l’Etat via un statut de fonctionnaire,
                      – la R&D (au moins une partie) a été payé par l’Etat via le CEA,
                      – l’outil de travail (les centrales) ont été payés avec des prêts garanties par l’Etat,
                      n’est pas une entreprise subventionnée !

                      Circulez, il n’y a pas de problèmes ! EDF, c’est le parangon du capitalisme libéral !

                  • EDF paye ses employés avec l’argent de nos factures.
                    EDF paye aussi de confortables dividendes à son actionnaire principal, l’Etat. C’est exactement le contraire d’une subvention.

                    • http://www.cnrtl.fr/definition/subvention

                      Encore un qui ne parle pas le français …

                      Que la subvention rapporte, dans un second temps, de l’argent ne change strictement rien au fait que c’est une subvention.

                      Votre argument facétieux mène tout droit à l’idiotie de « l’Etat stratège » (comprendre « un imbécile crame le pognon du contribuable dans ses marottes et, la loi des grands nombres fait que quelques fois cela s’avère payant ») et à ses dérives insupportables.

                      Vous croyez dans le nucléaire civile ? Investissez votre propre argent.
                      Vous croyez dans l’éolien ? Investissez votre propre argent.
                      Vous croyez dans le gaz ? Investissez votre propre argent.
                      Vous croyez dans le solaire ? Investissez votre propre argent.

                    • Mon dieu mon dieu!

                    • Oui, mon Dieu, mon cher gillib.

                      Devoir rappeler les fondamentaux libéraux à chaque « article » (je suis gentil) de M. GAY sur un site libéral, comme vous dites : « mon Dieu ».

                      La seule énergie a ne pas avoir été massivement subventionnée depuis longtemps est le pétrole. C’est la réalité. Toute la filière nucléaire française n’a pu voir le jour (et se maintenir à flot) qu’avec l’aide des milliards (de francs et d’euros) étatiques. Voilà la réalité.

              • Ah bon, il faudrait donc subventionner toutes les nouvelles âneries à la mode ❓

                Et si on laissait faire le marché, une fois ❓

                • Cela fait maintenant de nombreuses années que je vous enjoins à aller apprendre à lire. Même si cela est sans doute vain, je ne vais pas déroger à la règle :

                  « Apprenez à lire ! »

                  • « Apprenez à lire ! » Un peu maigre comme argumentaire.

                    Quand l’Etat accorde des subventions, c’est inscrit dans le budget (de l’Etat et d’EDF). On attends donc vos références.
                    Qu’EDF et l’Etat vous énervent, on peut le comprendre. Pour l’instant, c’est EDF qui paye des dividendes à l’Etat…
                    Les employés d’EDF ont peut-être un statut similaire par certains coté à celui des fonctionnaires (sécurité emploi par ex), ils ne sont néanmoins pas payés directement par l’Etat mais par EDF et l’argent des factures envoyés aux consommateurs.

          • Mais je n’en attendais pas moins de la supériorité française, à peine chauvine, qui vous habite congénitalement!

            Vous aimez bien les attaques sous la ceinture ❓

            • @ MichelC
              Non, c’est le résultat de plusieurs années d’observations sur places! De conversations avec certains de vos compatriotes aussi, observateurs et ironiques qui m’ont initié au décodage et à ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas!
              Ce n’est pas « sous la ceinture », ce qui pourrait d’ailleurs faire l’objet d’un autre chapitre croquignolet!

          • @Mikylux
            Le nucléaire français a été, techniquement et économiquement, une formidable réponse au choc pétrolier de 73-74 dont plus personne ne semble mesurer l’ampleur ni même se souvenir de l’existence. Cette réponse donnait à la France un avantage compétitif extraordinaire grâce à une énergie à bas coût, avantage que les politiciens se sont empressés de faire disparaître à coups de taxes, de propagande anti-nucléaire et de règlements idiots, en particulier avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en 81.

            • @ MichelO
              Si, je me souviens très bien du premier « choc pétrolier » avec les dimanches sans voiture, évidemment. L’ambiance était lourde (l’énergie est toujours un éventuel casus belli!).
              Mais j’avoue ne pas avoir fait le rapprochement, merci.
              Et il y avait déjà une centrale nucléaire dans mon pays aussi.

              • D’un autre côté, les dimanches sans voitures ont fait drastiquement baisser la mortalité routière, alors il vaut mieux ne pas rappeler la chose à nos politiciens…

  • POURQUOI SORTIR DU RENOUVELABLE ! Les Français sont à deux doigts de constater que la croissance promise par le capitaliste Macron est totalement inconciliable avec la décroissance promise par l’écologiste Macron, et que la fin de la conception du bonheur énergétique jupitéro-machiavéliste est arrivée. Les ultimes sursauts publicitaires gouvernementaux en France se heurtent au constat du chômage généralisé frappant le solaire faisant scandale en Allemagne. Cette gangrène gagne l’énorme éolien dont le bilan officiel montre un cout pécuniaire et écologique inacceptable, sans aucune diminution du CO2 émis! .L’échec total. La preuve indiscutable en est fournie par les statistiques officielles qui montrent que la puissance installée en production polluante n’a pas diminué du tout, à cause de la biomasse, du gaz, du lignite et du charbon remplaçant le nucléaire supprimé…et le vent pour 90% de l’année ! Quand bien même la puissance installée en renouvelable moins polluant a plus que doublé l’ancienne puissance totale installée, en entrainant avec elle un doublement du prix de l’électricité pour les foyers !!.Conclusion: il faut sortir du renouvelable prouvé NUISIBLE, quand le nucléaire mondial fait des progrès considérables… sans la France ! Bilan du renouvelable en France : il fournit 1/% de la consommation pour 50 milliards de dépenses. La Cour des Comptes est horrifiée. Aurait-on l’idée de se fournir d’eau en masse en ramassant en été la rosée avec une petite cuillère sur les feuilles d’herbes le matin. Ce serait pourtant très écologique et poétique…quitte à faire crever l’herbe. Jamais les politiciens menteurs ne remplaceront les scientifiques, et il est juste temps de s’en convaincre

  • Les éoliennes c’est ringard !
    Désormais la roue écologique a pris la relève
    http://animal-vs-humain.skyrock.com/2172152599-Roue-d-hamster.html
    Cette roue uniquement actionnée par des écologistes produira de l’énergie durable dont nous avons besoins.

    Plusieurs millions seront installées près de chez vous, Garantie 0%de CO2, car seuls les méchants capitalistes produisent du CO2.
    Manger, Bouger c’est bon pour les électro-socialistes…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Claude Rémondet et Michel Gay.

Avec la catastrophe énergétique et sociale annoncée, les fautes des politiques énergétiques menées par nos gouvernants depuis plus d’une vingtaine d’années apparaissent au grand jour. La guerre en Ukraine n’est qu’un révélateur de leur impéritie.

 

Un aveuglement coupable

L’erreur stratégique a été d’investir des dizaines de milliards d’euros dans les ruineuses énergies renouvelables intermittentes (EnRI) au détriment nucléaire depuis 20 ans.

De plus, les lois 2011-835 e... Poursuivre la lecture

Écologisme
12
Sauvegarder cet article

Le silence épais des écolos

Tiens, voilà qui est remarquable : alors que tous les feux sont au vert pour les écolos, on ne les entend point. Oui oui, regardez la situation : elle devrait leur être favorable et on devrait les voir monter sur leurs ergots à chaque page de journal, sur chaque plateau télé, sur tous les réseaux sociaux...

Après tout, voilà qu'on crame du charbon comme jamais : 45 % de l'électricité allemande provient des centrales à charbon dont certaines ont été réouvertes récemment. En France, elles n'ont pas redémarré mais les lois qui les y autor... Poursuivre la lecture

Par Greg Elis.

Les nuisances reprochées à l'éolien sont essentiellement de deux ordres : pollution visuelle des paysages et pollution sonore de l'environnement proche. On y ajoute de temps à autre le massacre d'oiseaux ou des troubles psychologiques dus à d'immatérielles ondes.

En fait, l'insistance sur ces nuisances en cache d'autres majeures : l'éolien n'apporte rien aux réductions d'émission des gaz à effet de serre, utilise des composants polluants et coûte très cher aux contribuables.

Les arguments de madame Pompili

... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles