Retraites par répartition : le double hold-up

Dans notre magnifique système social qui mise tout sur la répartition, chacun est tour à tour la victime, puis le bénéficiaire de deux hold-up séparés, mais successifs, perpétrés le plus légalement du monde à quelques décennies de distance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Retraites par répartition : le double hold-up

Publié le 10 septembre 2017
- A +

Par Thierry Benne.
Un article de l’Iref-Europe

Contrairement à toutes les vertus dont on le pare, notamment quant à la solidarité intergénérationnelle qu’il favoriserait et malgré son indéniable succès, le système de retraite par répartition est un système intrinsèquement pervers, car il repose en réalité sur un double hold-up social, masqué sans doute par des soucis de convenance, mais qui n’en demeure pas moins réel :

Le premier hold-up consiste à dépouiller chaque année les cotisants du produit des cotisations salariales et patronales levées sur leurs salaires d’actifs, pour les détourner sans scrupule au profit du financement des pensions des retraités versées au titre de la même année. Résultat le plus clair : privés des ressources de leurs cotisations versées à d’autres, les actifs n’ont – en dehors d’un vague assignat résultant des principes de la Constitution – plus strictement aucun droit propre lorsqu’ils arrivent eux-mêmes à la retraite.

Là, et comme par un coup de baguette magique : nouveau hold-up où les victimes du premier deviennent les bénéficiaires du second. C’est ainsi que les actifs qui se présentent financièrement sans droits à la retraite, puisqu’on l’a vu leurs cotisations ont été dépensées au fur et à mesure dans la retraite des autres, vont s’en voir opportunément pourvus, car désormais et du jour de leur cessation d’activité, ce sont les cotisations des autres actifs qui vont financer leurs propres pensions.

À la fois tous victimes et tous bénéficiaires

Ainsi dans notre magnifique et lumineux système social qui mise pratiquement tout sur la répartition, chacun est tour à tour la victime, puis le bénéficiaire de deux hold-up séparés, mais successifs, perpétrés le plus légalement du monde à quelques décennies de distance.

Déjà vous trouvez sans doute ce système un peu tiré par les cheveux, alors qu’à votre sens (et aussi au mien d’ailleurs), il serait plus simple que chacun verse tout au long de son activité les cotisations qu’il récupère ensuite en rente (pensions) lorsqu’il prend sa retraite.

Mais le problème est bien entendu que dans ce cas, il faut avoir constitué par les cotisations accumulées durant la phase d’épargne le capital suffisant pour pouvoir gager lors de la phase de consommation ou de tirage toutes les pensions nécessaires au service de la retraite.

Or chez nous, après que les organismes de retraite par capitalisation eurent été épuisés par la guerre et l’inflation, l’État les a confisqués pour contribuer à son nouveau système de répartition permettant de donner une retraite à ceux qui n’avaient pas cotisé.

C’est ainsi que le Conseil National de la Résistance (CNR) a ancré notre régime de retraite sur la répartition. Après quoi dans les décennies suivantes, les robinets ont été ouverts sans précaution en faveur de pensions dopées par une démographie très favorable.

Attribuant aux retraités d’alors des droits de tirage dont on s’aperçoit aujourd’hui qu’ils étaient excessifs, on a négligé de préserver l’avenir : si on avait par exemple modéré la progression échevelée de la valeur du point et institué une part de capitalisation qui aurait à coup sûr utilement renforcé la solidité de notre système de retraite.

Les origines d’une analyse tronquée

Mais les choses étant ce qu’elles sont et leur origine étant ainsi posée, il faut dès à présent faire justice d’un discours absolument inadmissible que les médias diffusent à loisir et même parfois sous des plumes qu’on aurait crues plus perspicaces.

En effet actuellement, aucune occasion n’est trop bonne pour dénoncer la part excessive du PIB1 qu’absorbent les pensions de retraites, comme si nos retraités actuels étaient de véritables parasites qui se gavent abusivement du sang de la Nation, au point d’accaparer des fonds qui seraient bien plus utiles pour la jeunesse.

Non, non, contrairement à ce que vous croyez, ce discours n’est nullement inventé et pour vous en convaincre, il vous suffit d’aller consulter le site de France Stratégie, celui de Terra Nova ou bien encore les élucubrations de Thomas Piketty et de quelques autres, où vous le trouverez sans peine développé et argumenté à l’envi.

Or en réalité, toutes ces belles plumes oublient tout simplement une chose : que ces pensions ont nécessairement et en quelque sorte « par construction » une contrepartie logique :

  • si on raisonne économiquement, ce sont les cotisations antérieurement versées par les retraités et dont ils ont été injustement dépouillés ;
  • si, au contraire, on s’en tient au raisonnement juridique de la répartition, ce sont alors les cotisations versées par les actifs et qui alimentent les pensions des retraités.

Rétablir la réalité

Mais on n’a pas le droit de considérer les pensions comme une charge, si l’on n’en rapproche pas dans le même temps le produit des cotisations (passées ou actuelles) qui en est inséparable. Et c’est uniquement après que la compensation a été dûment opérée entre les cotisations et les pensions, que seule la charge nette résultante (ou le produit net résultant) prend économiquement son sens.

Il s’agit là certes d’un raisonnement « en partie double » (en toute chose on retient à la fois la cause et l’effet ou l’origine et la destination) familier à tous ces comptables besogneux que nos élites raillent à si bon compte, mais qui leur éviterait bien des erreurs si elles voulaient -ne serait-ce qu’un instant- se plier à cette discipline intellectuelle et multiséculaire faite de rigueur, de logique et de bon sens.

Car les gens, qui ne voient dans les retraites qu’une sorte de rançonnement abusif extorqué par les vieux aux actifs, sont tout simplement des boutefeux sociaux dont il importe de dénoncer vigoureusement la supercherie, avant qu’ils ne parviennent à dresser les générations les unes contre les autres.

En effet, les jeunes en tant que tels n’ont rien à voir, strictement rien à voir, dans la comparaison respective d’une charge : les pensions que perçoivent les retraités et d’un produit ; les cotisations, que versent tous les actifs quel que soit leur âge, à l’intérieur d’un système de retraite qui concerne uniquement les liens qui unissent ceux qui travaillent (ou qui ont travaillé) et ceux qui, l’âge venu, ont cessé de le faire.

Et comment ne pas souligner qu’il est intellectuellement tout aussi vain de vouloir traiter les problèmes des jeunes à partir des retraites, que de vouloir résoudre les problèmes des retraites à partir des jeunes, alors qu’au surplus, tous nos jeteurs d’huile sur le feu minimisent systématiquement sur le plan de l’intergénérationnel l’importance de l’entraide familiale, car il n’y a pas encore – Dieu merci !- besoin de loi pour que les parents aident leurs enfants et même leurs petits-enfants à chaque fois qu’ils le peuvent.

On remarquera pour conclure que, malgré tous les défauts dont l’accablent la plupart de nos syndicats et la Gauche dans son ensemble, malgré aussi les risques qu’il comporte s’il n’est pas correctement encadré, le système de la capitalisation est infiniment plus simple à comprendre pour tous, puisqu’il ne comporte que deux phases successives et parfaitement distinctes :

1- les cotisations pour constituer un capital durant la période d’épargne,
2- les pensions issues de la conversion en rente de ce capital, durant la période de tirage, dans lesquelles, à l’inverse de la répartition, ni le législateur, ni d’autres tiers ne peuvent interférer à tout bout de champ pour changer et fausser la règle du jeu. Nous conclurons donc sur un dernier paradoxe.

Contrairement aux apparences et aux enseignements qui courent ici et là, si elle fonctionne sainement (et certains pays, comme les Pays-Bas, y parviennent sans trop de peine), la capitalisation qui réserve en toute transparence à chacun son dû est socialement plus conforme à une bonne entente entre les générations, que le système opaque et conflictuel de la répartition.

En effet dans la première, chacun est individuellement rempli de tous ses droits selon un contrat et un barème clairs, connus et aisément vérifiables ; alors que l’opacité, la complexité et les aléas de la seconde font que chacun, abusivement frustré de ses droits directs et confronté à un avenir incertain, ne cesse de loucher sur l’assiette de l’autre en dénonçant, au choix, soit les charges indues qui pèsent sur les actifs, soit les avantages excessifs des retraités, soit encore, car on n’en est pas à une contradiction près, en arguant conjointement des deux propositions qui précèdent.

Sur le web

  1. entre 13 et 15% environ selon les sources – jusqu’à 15,2% pour Eurostat in Tableaux de l’Économie Française – Édition 2017 publiés par l’INSEE p.67.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • et la pénalisation des entreprises des retraites chapeaux réserver à quelques cadres …pour de bons résultats. .dont le personnel a enrichi l’entreprise rien pour eux !!!
    qui doit être alimenter ..voir quelques millions d’euros…tres rentable…..
    un pdg qui gagne entre 5 ou 15 millions d’euros .en a t-il besoin….!!!
    il faudra bien qu’un jour voir la robotisation qui suprime de l’emploi et des recettes SS Caisse de retraite…
    ex: les autoroutes suppression de 35%du personnels des automates à leur place des bénéfices à deux chiffres…
    Et vu la rentabilité n’a pas pour autant diminuer le prix du péage. ..
    Je ne critique pas les retraites de fonctionnaire..juste une remarque:
    la caisse de leur retraite payé par le budget de l’état.. .
    qui veux dire : retraite de fonctionnaire….
    DETTE PUBLIQUE DE L’ÉTAT.. .

  • il manqué une précision. .
    Je ne critique pas les fonctionnaires. .
    mais leurs retraites est payé par le budget DE L’ÉTAT. ..
    qui veux dire comme interpretatation ..
    DETTE PUBLIQUE DE L’ÉTAT.. LA SOMME REÇU

  • L’auteur note quand même que les retraites versées représentent moins de 15% du PIB. Ce n’est pas rien mais ce n’est surement pas ce qui explique les difficultés actuelles de la France. Il n’y a pas de problèmes insolubles à 15%. Même avec une croissance anémique 15% c’est la croissance du PIB en 10 ans. Plutôt que de s’acharner sur des retraités qui ont quand même construit la France d’aujourd’hui, il vaudrait mieux libérer les énergies des actifs d’aujourd’hui. Beaucoup ne demandent que cela (et un peu de fermeté vis à vis des passagers clandestins ne ferait pas de mal non plus).
    Un mix répartition capitalisation pourrait s’envisager mais il ne faut pas aller trop loin dans la capitalisation car son pendant est de donner tous les pouvoirs aux propriétaires. Je préfère de loin laisser le pouvoir aux actifs que le donner à des personnes âgées ayant forcément une autre vision de l’avenir.
    Il faut aussi se poser la question du capital total disponible qui est largement insuffisant pour représenter de quoi faire vivre un retraité pendant 30 ans.

    • 15 % du pib , c’est 10 ans de croissance du pib ? oui, peut être, pourquoi pas.
      mais trouver chaque année 10 ans de croissance du pib, c’est facilement réalisable ?
      tous les pouvoirs aux propriétaires ? pourquoi pas si chacun peut devenir propriétaire ?
      vous préférez laisser le pouvoir aux actifs plutôt qu’aux âgés ? mais pourquoi ne pas laisser à chacun son pouvoir ?
      chacun est d’abord actif : laissez lui son pouvoir.
      chacun devient âgé : laissez lui son pouvoir.

    • Le pouvoir dont en tant qu’actif vous disposez, dans cette histoire de deux hold-up, c’est de libérer les victimes du second, vos descendants qui devront payer pour vous, de cette obligation en vous tournant vers la capitalisation. En tant que propriétaire ensuite d’une partie des investissements dans l’économie, vous pourrez orienter ceux-ci en fonction de votre expérience plutôt que laisser la génération suivante inexpérimentée céder à des enthousiasmes juvéniles et risqués. Ca ne me paraît pas un mode de fonctionnement délirant, et de toute façon ce sera celui des Américains, des Chinois, et de pas mal d’autres, alors attention à la concurrence !

      • – il existe aussi l’évolution démographique dont vous ne parlez pas assez ici, en + des avantages et inconvénients des 2 systèmes # capitalisation/répartition . Regardez l’Allemagne en ce moment ; prospère et qui risque de se retrouver en difficulté + tard à cause d’1 population vieillissante et qui essaie de compenser – en vain – par l’introduction de flux migratoires à problèmes dans l’UE ! Regardez u les USA où des fonds de pension ont été « rincés » après le krak de 2008, obligeant des vieux à travailler au-delà d’1 âge raisonnable ! En Allemagne ou en France, la pauvreté pousse certains à travailler + tard pour survivre. Je constate qu’il n’y a plus de sécurité aussi quand l’Argent dévalue avec le QE.. J’aurais 1 penchant pour le système par répartition bine que je n’en sois pas sûr !

  • ce n’est pas le CNR, mais le régime de Vichy qui a ancré la répartition.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jeudi dernier, le gouvernement annonçait triomphalement que le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) avait enregistré en France une nouvelle forte baisse de 5 % au premier trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent. 169 100 personnes en moins se sont inscrites à Pôle Emploi, ce qui porte le nombre de chômeurs en catégorie A (celle sur laquelle communique le ministère du Travail) en France à 3,193 millions.

Si on regarde de manière plus granulaire les chiffres, en incluant les catégories B et C, la baisse n’est plus que... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture

Évidemment, en France, ce titre risque d'être considéré comme une provocation. C’est un peu comme si on ouvrait un parapluie à l’intérieur d'un logement, ou si on proférait des injures à l’égard d’un défunt dans la chambre mortuaire.

La répartition est injuste

Aussi, dois-je m’efforcer de présenter immédiatement, non pas les excuses que certains lecteurs attendent peut-être, mais des arguments sur ce que j’avance.

Les voici :

Le système de retraite par répartition consiste à payer les retraites des pensionnés en prélevant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles