Et si la démocratie n’était qu’un vote de protestation ?

Les gens utilisent la démocratie comme vote de protestation au lieu de voter pour la politique qu’ils préféreraient voir appliquée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si la démocratie n’était qu’un vote de protestation ?

Publié le 2 août 2017
- A +

Par Nick Hubble.

Seule la croissance de la productivité fait augmenter le PIB par habitant. Les lois limitent la productivité.

Cela signifie que sur le long terme, les électeurs seront toujours déçus par ceux qu’ils ont porté au pouvoir. Peu importe la politique promise, elle coûtera plus que ce qu’elle ne rapportera.

Dans l’agitation politique qu’est une démocratie moderne, chaque groupe d’intérêt tente de sécuriser sa part aux dépens des autres. Au final, le coût total éclipse tout bénéfice supposé.

Le droit aux soins de santé empiète sur le droit des médecins. Le droit aux aides sociales retire de l’argent à ceux qui travaillent. Les subventions aux agriculteurs prennent de l’argent aux autres industries. Les systèmes d’accréditation augmentent les prix et réduisent la qualité. Et il faut payer un salaire à tous les fonctionnaires des ministères pour mettre en oeuvre toutes ces catastrophes.

Naturellement, le gouvernement se contente généralement d’emprunter l’argent à quelqu’un. La dette publique augmente régulièrement, puisque c’est le seul moyen pour les responsables politiques d’offrir un semblant de repas gratuit. Cela dure un certain temps. Lorsque la dette atteint un trop haut niveau et que le chèque en blanc est en danger, les gens s’énervent et votent « mal ». Peu importe à présent ce qu’ils votent s’il n’y a plus de financement possible. Voter devient donc une forme de protestation.

Peut-être ce phénomène explique-t-il les surprises politiques que le monde a connues ces derniers temps. Les gens utilisent la démocratie comme vote de protestation au lieu de voter pour la politique qu’ils préféreraient voir appliquée.

Peu de gens ont compris le Brexit, mais beaucoup ont voté Pour. Peu de gens se rendent compte de ce que ferait la politique de Jeremy Corbyn à la Grande-Bretagne. Mais les médias ont résumé celle de Theresa May, et elle n’a pas recueilli l’adhésion. Par conséquent, les élections ont été anti-May et non pro-Corbyn.

Ceci est un phénomène international. En Grèce nous avons eu Syriza. L’Amérique d’Hillary Clinton restait plus ou moins à l’identique tandis qu’une victoire de Donald Trump l’humiliait elle et ses amis. Mais le vent a rapidement tourné : aujourd’hui, 60% des Américains désapprouvent la politique de Trump, un record historique. En France, Emmanuel Macron et son parti sont tout neufs, il s’agit également d’un vote de protestation. Les Pays-Bas possèdent déjà une longue liste de partis politiques bizarres, parmi lesquels celui de Geert Wilders. Seule l’Italie semble aller contre la tendance : dernièrement, des nouveaux venus y ont perdu les élections locales.

Démocratie : les gens ne protestent pas uniquement par leurs votes

Lors d’une enquête, 25% des Américains ont déclaré qu’ils boycotteraient les entreprises et les produits selon leurs opinions politiques et en fonction de l’apparente collusion des entreprises avec des politiques. Advertising Age a rapporté ces intéressants résultats :

Près de 34% des républicains, par exemple, ont déclaré boycotter Nordstrom, contre seulement 12% des démocrates. L’étude a été menée en février 2017, au moment où la décision du détaillant d’abandonner la ligne de vêtements d’Ivanka Trump faisait la une des journaux.

L’étude a également été menée juste au moment où Uber décidait de réduire ses prix durant une grève des taxis de l’aéroport ; les lois anti-immigration de Trump ayant déclenché une campagne #DeleteUber. Environ 32% des démocrates interrogés ont déclaré qu’ils boycottaient Uber, comparé à 13% des républicains.

Selon moi, ce sont d’excellentes nouvelles. Les entreprises devraient être tenues responsables de leurs agissements. Le résultat financier est le meilleur moyen de le faire.

Le problème est que les responsables politiques dirigent un pays, pas une entreprise. Un vote de protestation est très bien s’il empêche un homme stupide et dangereux d’accéder au pouvoir. Mais si le remplaçant est pire ? Les protestataires n’en tiennent jamais compte.

Bien sûr, en démocratie, il n’y a pas de bon choix de leaders. Il est rare que les électeurs votent pour une personne ; ils votent pour appartenir à un groupe, pour en contrarier un autre ou pour protester contre ce qui arrive à leur pays.

Cela augure mal pour la démocratie et pour nos pays. Mais on n’a pas fini de s’amuser.

« Brexit dur » contre « Brexit doux »

May a transformé les négociations du Brexit en un phénomène similaire à la démocratie elle-même. Le côté le moins catastrophique sortira gagnant.

Très tôt, il a été clair que l’UE était une catastrophe. À présent le Royaume-Uni l’est aussi.

May a perdu deux ministres du Brexit et son parti complote pour encourager un Brexit « doux ». C’est très déroutant. La position de May selon laquelle aucun accord vaut mieux qu’un mauvais accord ne signifie pas qu’elle veut un Brexit dur. Elle est certainement en faveur d’un accord.

Les seules personnes qui ne veulent pas d’un Brexit négocié sont celles qui veulent être justifiées dans leur prédiction qu’un Brexit dur ne serait pas du tout une catastrophe. C’est mon cas.

Les définitions de Brexit « dur » et « doux » semblent avoir changé du tout au tout. Avant, un Brexit dur signifiait l’échec d’aboutir à un accord avec l’UE avant le délai imparti, ce qui aurait laissé la Grande-Bretagne sortir de l’Union. Un Brexit doux représentait toute sorte d’accord sur lequel se seraient entendues la Grande-Bretagne et l’UE avant cette échéance.

Aujourd’hui, ces mêmes mots désignent le genre d’accord qui pourrait être atteint. Un Brexit doux pourrait inclure la liberté de mouvement et de résidence dans l’union douanière tandis qu’un Brexit dur ne le permettrai pas.

Modifier le sens d’un mot est une manière admirable de modifier le débat. Si un Brexit dur n’est qu’une version d’un Brexit doux, alors un Brexit doux n’est plus du tout un Brexit. Mais il semble encore respecter le referendum.

Mais quel est l’intérêt d’un Brexit si les Britanniques n’échappent pas aux mauvais côtés de l’UE, telles ses restrictions sur le commerce avec le reste du monde ?

La bonne nouvelle est que Steve Baker, le nouveau numéro 3 en charge du Brexit, a bien compris cela. Il a déclaré sur Twitter :

Le terme de Brexit ‘dur’ ou ‘doux’ est fallacieux. Nous avons besoin d’une sortie correcte, d’une sortie propre, qui minimise les perturbations et maximise les opportunités.

Il continue :

En d’autres termes, nous avons besoin de la sortie la plus ‘douce’ en sortant réellement et en reprenant le contrôle de nos lois, de notre monnaie, de nos frontières et du commerce. Cela signifie mettre en oeuvre le contenu du Livre blanc afin que les [ministres] puissent continuer à faciliter le commerce en Grande-Bretagne et avec le monde.

Des vaches laitières au Qatar

Lorsque les gouvernements échouent, l’économie de marché renaît. C’est pourquoi la concurrence est vilipendée par les gouvernements, tout comme le marché noir, la contrebande et la thésaurisation. La liberté met en exergue les défauts de l’interventionnisme qui nécessitent d’être cachés.

Un exemple récent ? La mise au ban du Qatar. Un certain nombre de nations islamiques se sont regroupées pour sanctionner le Qatar pour ses méthodes dévoyées de sponsoring du terrorisme ou d’exportation du gaz, ou les deux – cela dépend à qui vous le demandez.

Dans les faits, les Qataris travaillent à contourner les blocus. Selon Bloomberg, l’homme d’affaires Moutaz Al Khayyat a acheté 4 000 vaches en Australie et aux États-Unis et les a fait venir par avion au Qatar pour lancer une toute nouvelle industrie laitière locale. D’ici le mois prochain, il espère satisfaire un tiers de la demande locale de produits laitiers grâce à ces vaches. L’acheminement lui a coûté 8 M$.

Auparavant, le Qatar dépendait des importations de l’Arabie Saoudite. Le capitalisme a rapidement résolu ce problème.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Une élection à l’échelle de la nation est effectivement toujours protestataire. Sortons les sortants! Et le choix des remplaçants repose sur leurs capacités de séduction.
    Par contre les élections locales ne sont jamais aussi radicales, car elles sanctionnent une politique très peu visible, et très peu investie. Les élus locaux, par contre, pâtissent du revirement de l’opinion sur la politique nationale. C’est le vote sanction, qui ne sanctionne pas les actions locales.

  • En meme temps, on ne se retrouve pas toujours chez les candidats. Si on ne parle que de programme, Fillon etait celui qui me plaisait le plus… mais j’ai bien du mal a croire en sa revelation liberale soudaine. Au final, le vote est aussi un choix du moindre mal. Ou « on prend le moins pire ».

  • Démocratie, démocratie ? C’est quoi çà ?
    Qu’on ait ou non entendu parler des théorèmes de Condorcet, Arrow et Gibbard-Satterthwaite, c’est plus ou moins manquer de sens critique élémentaire que de considérer comme rationnel et louable notre culte de ce qu’il est abusivement convenu d’appeler « la démocratie », le concept en lui-même – dont l’historicité est très mal connue – déjà et a fortiori son application quotidienne dans les « meilleurs » états considérés comme « démocratiques ». Nos médias sont pourtant quotidiennement emplis des tristes , voire horribles conséquences de ce culte grégaire.

    On aura beau dire, on aura beau faire « Dès que nous disons le mot « démocratie » pour nommer notre mode de gouvernement qu’il soit américain, allemand ou français, nous mentons. La démocratie ne peut jamais être qu’une idée régulatrice, une belle idée dont nous baptisons promptement des pratiques très diverses. Nous en sommes loin, mais encore faut-il le savoir et le dire »(A.E)  

    « Nous sommes victimes d’un abus de mots. Notre système (les « démocraties » occidentales) ne peut s’appeler « démocratique » et le qualifier ainsi est grave, car ceci empêche la réalisation de la vraie démocratie tout en lui volant son nom. »  (S-C.K)
    « La démocratie, c’est le nom volé d’une idée violée » (J-P.M).
    « L’erreur ne devient pas  vérité parce qu’elle est approuvée par beaucoup » (M.G)
    « Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont forcément raison » (M.C)
    «  Ceux qui regardent le vote universel comme une garantie de la bonté des choix se font une illusion complète. » (A.T)
    « Qui trouve globalement rationnelles et louables nos organisations et pratiques sociétales, en particulier sur le plan politique et économique et a fortiori environnemental, ne l’est guère » (I.I)  

    Alors ne rien faire ? Certainement pas. Mais plutôt que d’être peu ou prou obsédé par l’avoir, s’efforcer sereinement chaque jour de davantage être,    donc d’ Aimer – en commençant par autour de soi  –  malgré tout. Ce qui devrait faciliter l’adoption de certaines mesures de fonctionnement des institutions, type mandat unique non renouvelable.

  • Tant que vous n’aurez pas lu (étudié) Bertrand de Jouvenel (« Du Pouvoir », Genève, Constant Bourquin, 1945), Ludwig von Mises (« The Ultimate Fondation for Economic Science », Foundation for Economic Education, 1996), Murray Newton Rothbard (« The Ethics of Liberty », New-York University, 1998) et surtout Hans-Hermann Hope (« La Grande Fiction, l’Etat cet imposteur », Editions Le Drapeau Blanc, 2016), vous tournerez autour du pot. Car ce n’est pas la démocratie qui est en cause, c’est plus fondamentalement être convaincu que l’Etat est : utile, indispensable, bienfaisant, juste, etc. alors qu’il ne sert que les ambitieux et les puissants au détriment de la grande majorité des citoyens ! Vous pouvez aussi relire Tocqueville…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Dans une première partie, nous avions vu ce qui caractérisait une société de méfiance, à savoir :

centralisation administrative excessive, bureaucratie omnipotente, affaiblissement des initiatives, décharge de la responsabilité.

 

Dans cette seconde partie, il conviendra d’insister à la fois sur l’absence de responsabilité et sur les carences institutionnelles.

 

Une société de défiance caractérisée par une décharge de responsabilité

C’est le propre des systèmes centralisés où l’État oscille : trop faib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles