Présidentielle : laissons sa chance à Macron

Emmanuel Macron sera le nouveau président français. Avec quels impacts pour chacun d’entre nous ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel_Macron_(27_août_2014) by Gouvernement français(CC BY-SA 3.0 FR)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle : laissons sa chance à Macron

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 mai 2017
- A +

Par Alexis Vintray.

Sans surprise, les électeurs ont placé Emmanuel Macron assez largement en tête du second tour de la présidentielle française de ce dimanche. Battant Marine Le Pen, il sera le prochain président de la République. Qu’en attendre pour la France ?

Emmanuel Macron, un certain libéralisme…

Emmanuel Macron représente assurément une nette amélioration sur le fond par rapport à Marine Le Pen et François Hollande. Son programme contient des éléments qui réjouissent les libéraux et, plus largement, les personnes raisonnables.

Citons par exemple la simplification du code du travail, un début de baisse des dépenses publiques (-60 milliards €), la baisse du taux de l’impôt sur les sociétés de 33% à 25%, un discours très critique sur l’économie de rente pendant son passage à Bercy, des propos positifs sur l’ubérisation et globalement la compréhension de l’économie de demain.

S’y ajoutent aussi des promesses de réforme des retraite vers un système à points plus juste, une plus grande transparence de la vie politique ou la négociation des accords sociaux au niveau de l’entreprise et non des branches ou du pays tout entier.

Des mesures indiscutablement intéressantes et qui témoignent d’un certain libéralisme, apprécié par beaucoup d’auteurs sur Contrepoints, comme Jérôme Dubus, Patrick Aulnas, Emmanuel Bourgerie, Benjamin Boscher ou Guillaume Nicoulaud.

Mais pas un libéralisme certain…

Pourtant, ces mesures sont aussi accompagnées de nombreuses mesures qui soit sont à l’opposé complet des idées de liberté soit soulignent le manque de volonté de véritables réformes.

Citons pour la première catégorie la multiplication des dépenses clientélistes non financées sur l’éducation (maximum de 12 élèves par classe, Pass Culture, 80 000 logements étudiants, etc.) et les prestations sociales (remboursement à 100% des lunettes ou prothèses auditives, AAH, minimum vieillesse, etc.), la fiscalité des particuliers avec la suppression clientéliste de la taxe d’habitation pour les plus pauvres, des plans d’investissement publics à foison (agriculture, environnement, formation, industrie, innovation, etc.), un renforcement de la technocratie bruxelloise ou encore la lutte contre le chiffrement des données (dénoncée non sans ironie par Marc Rees).

Enfin, le manque de volonté dans les réformes, déjà visible dans les réformes inabouties qu’auront été la Loi Macron ou la Loi Travail, transparaît dans le programme : citons par exemple la réforme des retraites, « qui ne concernera pas les retraités actuels et ne modifiera pas l’âge de départ », ou la baisse du nombre de fonctionnaires ou des dépenses publiques, jamais détaillée. Celle-ci, sans laquelle rien ne pourra être accompli en France, est ainsi discrètement évoquée en dernière page du programme1. Surtout, plus grave, c’est une fausse baisse et une vraie hausse, une moindre hausse (60 milliards de moins que la trajectoire « naturelle » de hausse des dépenses).

Finalement Emmanuel Macron incarne bien plus une social-démocratie moderne qu’un libéralisme authentique, ou même qu’un libéralisme de gauche. La nette amélioration que cela représente face à une gauche ancrée dans le marxisme ne doit pas le faire oublier.

… et trois gros risques

Cette instabilité sur le fond se double de trois ambiguïtés ou risques :

  • Emmanuel Macron se présente comme un réformateur en profondeur alors que c’est plutôt le candidat de la technocratie. Super Techno en quelque sorte. D’où les ajustements étranges pour diminuer des cotisations d’un côté pour les passer en CSG de l’autre. Pourra-t-on « révolutionner »2 la France avec des recettes d’énarques ?
  • Emmanuel Macron a une volonté farouche de convaincre et de rassembler. Cela peut être une excellente chose, aussi un élément de paralysie si c’est un homme pour marquer le cap qu’il faut pour réformer réellement la France.

Laissons sa chance au produit Macron

Pour réaliser le cœur de son programme et non pas uniquement les mesures faciles de dépenses supplémentaires, Emmanuel Macron devra donc dépasser ces risques, être un véritable réformateur structurel et pas un simple énarque technocrate, fixer un cap ambitieux malgré les turbulences et parler à tous les Français.

Il y a du bon et du moins bon chez Macron et, avec aussi peu d’expérience politique et donc de bilan, il nous faudra juger aux actes durant son quinquennat. Les promesses sont intéressantes pour le libéral que je suis, voyons où la réalité du pouvoir mènera la France avec Emmanuel Macron.

Aujourd’hui nous choisissons donc de lui laisser sa chance, avec une bienveillance attentive et critique, et de juger sur les actes, en promettant à nos lecteurs la même indépendance qui a toujours été la nôtre. Nous continuerons sur notre ligne : encourager tout ce qui va dans le bon sens pour les libertés et dénoncer les mesures qui au contraire entravent nos libertés, peu importe le parti. Et tant mieux si Emmanuel Macron peut cocher le maximum de cases dans cette première catégorie.

Sources : sur le programme d’Emmanuel Macron, cet article est basé sur le programme en 32 pages et le tract de campagne distribué par les militants d’En Marche entre les deux tours, ainsi que sur la propagande électorale du deuxième tour.

  1. Page 30 de la version distribuée vendredi à Paris.
  2. En référence au titre de son ouvrage.
Voir les commentaires (52)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (52)
  • C’est parfait, merci pour ce texte et tout ce qu’il propose.

  • On va enfin voir si la France est réformable.

    • Comme si Macron avait l’intention de réformer! Lisez son livre avant de dire n’importe quoi!

      • Oui, lisez son livre et ne continuons pas à rêver! Macron est un moindre mal par rapport au FN, il n’en demeure pas moins un pur technocrate; son apparition , sa « trahison », sa non-participation à la primaire, c’est de la pure stratégie (Hollandaise?). Et ça a parfaitement marché. Sans majorité, au mieux, on aura 5 années de fausses réformes, au pire, une belle pagaille.

  • Excellent article; Merci.
    De mon point de vue, le plus important sera de réformer énergiquement, tout en rassemblant le pays fracturé, ce qui demandera des résultats rapides.

    • @RICA
      Bonjour,
      Comment voulez-vous qu’il « rassemble le pays fracturé », alors qu’il n’a obtenu que 38,7% de voix des français ? https://www.contrepoints.org/2017/05/08/288911-resultats-de-presidentielle-1-francais-3-na-vote.
      Au mieux, il a obtenu 43.55% des voix des inscrits. 47,5 millions d’inscrits – (25% d’abstention + 8% de votes blancs ou nuls) = 47,5M – (11,875M + 3,8M)= 31,825M de suffrages exprimés sur lesquels il a eu 65% soit 20,686M de voix ce qui fait 43.55%.
      L’élection présidentielle est une vaste mascarade, dont le Président « élu » est un sinistre clown !

  • laissons lui sa chance….et dieu sait s’il va en avoir besoin ; les votes le pen ajouté à l’abstention , votes blanc et nul représente 27297000 électeurs , soit bien au dessus des votes macron qui a été élu avec 20703694 de voix ; président élu par défaut , il va lui falloir prouver son amour de la france et des français dans leur ensemble ; un vrai travail de titan qui l’attend ; on ne peut que lui souhaiter bon courage ;

  • Laissons lui une chance…ce fut le cas pour ses prédécesseurs, mais doit on laisser le hasard gouverner la France, jusqu’à présent la France a toujours eu le mauvais oeil !
    Et peut on croire quelqu’un promettant une baisse de 60 milliards alors que cette baisse doit être de plus de 200 milliards et que l’on promet de nombreuses dépenses supplémentaires ?

  • Remarquez bien que si vous ne lui laissiez pas sa chance ( de quoi?) ça ne changerait pas grand chose.
    SI j’ai bien compris , l’alternative est une critique acide….Je vois.
    Sinon…il y a le programme…et il y a ce qui sera fait.
    A l’évidence pour macron, il y a aussi les législative et la possibilité d’avoir un président qui cohabite.. rappelons le , le président a peu de pouvoir.

  • Je vois qu’on est en plein rêve… C’est dommage, plus dure sera la chute.

  • Il a réussi, ce n’est pas donné à tout le monde. Il faut espérer qu’il arrive à avoir une majorité afin de mettre des réformes en place, et que l’opposition se montrera intelligente.
    En attendant, la dette augmente, et j’entends le tic-tac lancinant de la bombe a retardement :
    100-102-104-106-108 ou pire 100-103-106-109-112 % du PIB.
    A quelle vitesse continuera-ton de mentir ❓
    S’il arrive a freiner le train fou, tant mieux, sinon il n’aura été que le président le plus jeune du pays. RDV dans 5 ans.

    • Il n’a réussi qu’avec l’aide du torpillage de Fillon.

      • C’est la politique. Des coups tordus, rien d’autre. C’est clair qu’avec Fillon, il aurait eu un problème. N’empêche qu’il a été audacieux et juste dans son timing, il faut le lui reconnaître.
        Fillon était peut-être trop en avance sur son temps. Attaqué par les MERDIAS.
        Qui a souligné les permanences des députés que ceux-ci achetaient avec les fonds de l’enveloppe ❓ Avec plus-value à la clef ❗ Personne n’a trouvé cela immoral. Pas un mot. Par contre le costard de Fillon, on a eu droit à toute la bave de la presse.

        Moscovici, a un poste important à l’UE, se fait offrir un costume par un ami. Mais puisque c’est un bon ami, rien à redire ❗ Et pourtant quelle différence ❓

  • Son parcours personnel est assez incroyable. Il a eu de la chance, certes, mais il a aussi forcé le destin avec un culot rare.
    Je suis dubitative sur son compte, mais aussi admirative.
    Souhaitons que ses mesures populistes n aient servies qu’à rassurer et draguer les électeurs, mais ne soient pas mises en oeuvres telles qu’elles. Et que son programme libéral soit bien appliqué.

    • Apparemment vous ignorez l’existence » du Club de la Rotonde et des Gracques », ainsi que le rôle clé de Jouyet, après feu Hermand et Attali.

      C’est uniquement son score du premier tour qui exprime la représentativité et la légitimité réelle de la marionnette qui a obtenu environ 18 % des électeurs inscrits parmi lesquels il y avait déjà des voix – politiquement cultivées ou non – avant tout anti-Mélenchon, anti-Fillon, anti-Le Pen.

    • Programme libéral? Savez vous ce que libéralisme veut dire? Macron est socialiste pas libéral. C’est un obsédé du rôle de l’état, comme son livre le dévoile!

      • @ Virgile,

        Je vous trouve un peu sévère avec l’auteur de l’article. Il n’a pas dit que Macron était un libéral authentique. Il juste souligné que certaine de ses propositions dans son programme étaient libérales.

        L’auteur précise aussi en disant cela.  » Pourtant, ces mesures sont aussi accompagnées de nombreuses mesures qui soit sont à l’opposé complet des idées de liberté « 

        • @Le nouveau
          Bonjour,
          « Virgile » répondait au post de « claire » laquelle a écrit : « Et que son programme libéral soit bien appliqué. »

  • bouh bouh méchante protection sociale
    laissons crever ces pauvres!
    tocard

    • La protection sociale française coûte plus cher que chez nos voisins et est moins avantageuse! Faut se renseigner avant de sortir des âneries quand on est ignorant. Et surtout elle ne va pas aux pauvres, mais aux affidés des partis et syndicats!

    •  » bouh bouh méchante protection sociale
      laissons crever ces pauvres!
      tocard  »

      En Suisse les dépenses sociales sont à 24% du PiB contre 31% en France. Et pourtant en Suisse on ne laisse pas crever les pauvres.

      • Mesures libérales? Lesquelles? Moi je ne les vois pas. Les français sont complètement dépourvus de mémoire! Rappelez vous, il y a peu il a dit que l’ISF et les 35 heures étaient des idioties, et maintenant il n’en est plus question dans son programme. Cessez donc de rêver et prenez la réalité à pleins bras!

        •  » Mesures libérales? Lesquelles? Moi je ne les vois pas. Les français sont complètement dépourvus de mémoire!  »

          Ce n’est pas de ça que je parlais en réponse à votre commentaire. Je disais juste que l’auteur n’a jamais dit que Macron était un libéral authentique contrairement à ce que vous avez insinuez mais que l’auteur de l’article a juste relevé dans le programme de Macron quelques points qui sont des mesures  » dites libérales « . Maintenant que vous n’y croyez pas à ces mesures
           » dites libérales  » je ne vais pas vous contre-dire. Je vous donnerais plutôt raison. Le pays est très difficile à réformer ( voir impossible pour pas mal de domaine ) et les promesses électorales surtout en France n’engagent que ceux qui y croient.

        • @ Virgile,

          Je viens de lire le commentaire de STF qui explique que vous avez répondu à claire. Si c’est le cas, ignorez mes commentaires vous concernant en vous priant de m’excuser

      • Idem en Allemagne et ils sont mieux traités!

    • alors critiquer le monstre bureaucratique qu’est la « sécurité sociale sans parler de la redistribution qui s’insinue partout est équivalent à laisser crever les pauvres..sans blague? le fait est que la politique sociale est une des raisons de l’appauvrissement du pays en démotivant les gens de bosser…
      quant au qualificatif de tocard..si vous voulez…moi je vous accuse de complicité avec des politiques ,au final, liberticides , inhumaines et protototalitaires..

    • Avec -10, vous gagnez le Spountz d’or de contrepoints 😉

    • Becurious: bouh bouh méchante protection sociale
      laissons crever ces pauvres!

      C’est exactement ce que vous, les socialauds, fonts et ont toujours fait : multiplier les pauvres et piller l’argent du social.


      Les faits ne mentent pas : les Français représentent 1% de la population et les « dépenses sociales » de l’état français 15% du total mondial. Il dépense même 7 points de PIB de plus que la Suède (!!!).


      Pour ce prix ahurissant plus un endettement hors de contrôle, les prestations sociales en France sont minables comparativement: pauvres, chômeurs, retraités touchent des clopinettes et combles de l’horreur, les SDF sont même nourris et logés par la charité privée. (Resto du cœur, secours catholique)


      L’argent « social » est en fait pillé à tous les niveaux, mais tout particulièrement par les corporations d’état majoritairement socialiste qui usent et abusent du chantage « au pauvre » et instrumentalisent même les écoliers pour tirer encore plus de fric… qui finit dans leurs poches.

  • laissons ca chance faudrait pas non plus exagérer.

    On parle d années de travail d’une vie d’une dette sur nos enfants et petits enfants.
    Il n y a pas de chance juste une réalité d une élection présidentielle qui a tenu ces promesses. D un pays riches qui a oublié son histoire et refais ces erreurs telle un enfant gâté.

  • « Nous continuerons sur notre ligne : encourager tout ce qui va dans le bon sens pour les libertés »
    comme lutter activement pour l’importation de millions de personnes aux principes anti-libéraux.

  • L’auteur ferait mieux de se remémorer les postes précédents de Macron. Conseiller économique de hollande, puis ministre. Donc responsable du 1,1% de croissance en 2016 et du million de chômeurs supplémentaires. Ce n’est pas un inconnu. De plus la lecture de son livre révèle un socialiste pur jus, obsédé par l’état.

  • Bonjour Alexis, Bonjour à toutes et à tous,
    Tout cela est vrai …
    Disons que ce qui semble le plus inquiétant c’est le discours de notre nouveau président : il ressemble à un mélange de Hollande et de Royal !
    Plus précisément, il a le contenu volontairement vide et amphibologique du discours de François Hollande. Venant de ces individus intellectuellement brillants, c’est manifestement très travaillé et voulu. La seule différence est l’absence dans le discours de Macron des « marqueurs idéologiques de gauche » de Hollande (du genre « faire payer les riches » ou « mon ennemi c’est la finance » …).
    Le discours de Macron tient de Royal son côté se voulant christique « tout le monde il est beau tout le monde il est gentil ». Le résultat n’arrive en fait qu’à être mièvre, sur le thème « j’aimerais que tout le monde m’aime parce que j’aime tout le monde » …
    L’heure de vérité sera les législatives, dont tout ou n’importe quoi peut sortir. Chirac en 2002 avait obtenu les voix de 62 % des inscrits et une majorité de 358 (!) sièges UMP. Il en avait brillamment sorti … 5 ans d’immobilisme.
    Macron part avec moins de 42% des inscrits, dans une situation comparable (adversaire le FN) mais dans un pays très affaibli depuis 15 ans. En 2002, le FN avait eu 5 500 000 voix et il en a aujourd’hui 10 900 000 avec un leader, Marine Le Pen, objectivement beaucoup plus terne que son père !
    Disons que la vrai place de Macron serait sans doute celle d’un président de cohabitation, chargé d’inaugurer les chrysanthèmes pendant qu’un premier ministre (lequel ?) conduirait un programme « Fillon amélioré » avec une majorité ad hoc. C’est un scénario peu probable mais sans doute ce qui pourrait arriver de mieux à la France …
    Amitiés,
    Pierre

    • Plutôt un scénario Fillon édulcoré, car sur certains sujets Fillon était ambitieux!

    • Re-,
      En rejoignant Virgile, ajoutons qu’on n’a jamais vu Macron pendant son action « aux affaires » proposer ni réaliser la moindre chose pour diminuer la dépense publique. Ses seules actions ont consisté à « libéraliser » le secteur privé ou semi-privé (les notaires par exemple) et encore « à la marge » – voir le cas des autocars. Sa « loi Macron » n’a d’ailleurs rien apporté de réellement visible dans le fonctionnement du pays.
      Il est donc à craindre que l’action politique de Macron, s’il en a les moyens, se résume à « business as usual » depuis 35 ans : toujours plus de dépense publique, d’impôt et de dette, l’individu n’ayant montré aucune capacité à raisonner ou agir autrement …
      Amitiés,
      Pierre

  • Comme si on avait le moindre choix…

  • Bon article. Et souhaitons nous beaucoup de chance. Cela ne devrait pas nous faire de mal au vu du programme…

  • Toutes les réformes vitales sous Hollande ont échoué pour les mêmes causes : les réformes des régions, CICE, loi travail, maîtrise des dépenses se sont heurtées à la mauvaise volonté des hauts fonctionnaires inamovibles, des élus, l’hostilité de 80% des médias et de toutes les corporations d’état avec force manifestations et blocages violents.


    Rien n’a été fait sauf de l’enfumage, c’est encore pire qu’avant et les mêmes forces seront à l’œuvre contre les « réformes » de Macron qui iraient dans le bon sens ce qui n’est pas gagné. Pour l’instant c’est la fête et la grande distribution de « cadeaux » alors qu’il dispose de la conjoncture favorable des débuts de mandant.


    C’est beau de rêver.

  • J’ai vu Macron ce matin à la cérémonie du 8 Mai, et pour la première fois depuis des années je ressens de l’optimisme
    J’en suis le premier étonné d’ailleurs..
    Celui la n’aucune intention de passer 5 ans a inaugurer les chrysanthèmes.

    • Qu’est ce qui vous fait dire cela? Cessez donc de spéculer! Vous oubliez qu’il fut le conseiller et ministre de Hollande et qu’il n’a guère manifester la moindre intention de réformer les maux qui pourrissent la France et son économie. D’ailleurs énarque il n’a AUCUNE notion sur l’économie!

  • Il me semble qu’on n’a tout simplement plus le choix.
    Mais aux législatives, il faudra voter à droite. Pas la droite du « Front Républicain », du Camp du Bien. Mais pour les représentants (?) d’une droite libérale, ouverte, prête à regarder en face l’envahissement multiculturel, la désintégration sociétale de la France, et le danger totalitaire : pas l’extrême droite fantasmée, mais l’Islam politique et les violences de l’extrême gauche. Celle qui défilait déjà aujourd’hui, dans le calme nous dit le Figaro, au cris de « insurrection ! mort aux patrons ! ».
    Le Fillonisme aura-t-il survécu aux vicissitudes du premier tour ?

  • Ca commence bien pour le renouvellement…
    Il pioche à gauche, à droite pour les législatives.
    Il appelle Trump
    Il va légiférer par ordonnances !

    Ca va être merveilleux !!

  • Ce n’est pas la taxe d’habitation, qu’il faut supprimer: il s’agit de la rémunération d’un service rendu.
    Par contre, l’impôt foncier est une punition infligée au sale con de riche.

  • On lui a offert déjà 2 jours de chance , il en a fait quoi ?
    rien…si une petite commémoration avec son papa blagueur….en fait il a déjà fini son quinquenat avant de l’avoir officiellement commencé !

  • Il a déjà eu sa chance. Lisez son livre au lieu de spéculer!

  • De toute façon, on n’a plus le choix! Les jeux sont faits.

    • En étant un peu cynique, mais réaliste, on peut se demander si vous avez eu le choix même avant l’élection ?

      Une fois de plus, l’aristocratie bureaucratique à tout fait pour protéger ses intérêts et son pouvoir et elle a encore beaucoup de flèches dans son carquois pour flinguer toute réforme dangereuse pour elle.

  • MODÉRATION CONTREPOINTS :

    Commentaire supprimé et commentateur banni pour propos xénophobes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles