L’escroquerie du dernier combat de François Hollande

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Hollande By: Jean-Marc Ayrault - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’escroquerie du dernier combat de François Hollande

Publié le 19 avril 2017
- A +

Par Nathalie MP.

Comme un peu toute la France, qui ne parle plus que de cela depuis une bonne semaine, il semblerait que François Hollande ait vu surgir des sondages un risque politique majeur : et si on avait un second tour Mélenchon/Le Pen ? Et si, dimanche soir prochain, il ne restait plus d’autre choix aux Français que les extrêmes ?

Il ne sera pas dit que François, presque pape en l’occasion, ne mettra pas tout son poids moral, toute sa personnalité irréprochable, toute sa force de conviction et toute l’excellence de son fantastique bilan dans la balance du débat électoral pour alerter les Français et leur éviter pareil désastre. 

Hollande sillonne la France

Aussi, après avoir beaucoup voyagé à l’étranger pendant les derniers mois de son quinquennat, le Président profite de ses ultimes jours à l’Élysée pour sillonner la France sans relâche. Il était à Niort, Besançon et Sochaux la semaine dernière, il doit se rendre en Saône-et-Loire aujourd’hui, puis en Seine-Saint-Denis, dans le Lot et en Bretagne les jours suivants.

Partout où il passe, il livre un dernier « combat » pour la France et met en garde contre les extrêmes. À son poste jusqu’au bout, et tellement proche des Français jusque dans l’épreuve du vote qui nous attend dimanche : quel dévouement exemplaire, quelle conscience remarquable !

Il est vrai que la présidentielle 2017 a pris une tournure assez curieuse. Après avoir vu émerger des candidats qui se voulaient tous anti-système – soit en se disant ni de droite ni de gauche, soit en voulant appliquer une thérapie libérale à la France, soit en préconisant un protectionnisme pointilleux, soit en nous faisant saliver récemment sur les saveurs du bolivarisme à la quinoa – nous sommes revenus à une structure idéologique assez classique : Marine Le Pen est la candidate de l’extrême-droite, François Fillon est le candidat de la droite, Emmanuel Macron est le candidat socialiste et Jean-Luc Mélenchon est le candidat communiste.

4 candidats dans un mouchoir de poche

Rien de bien nouveau, donc, si ce n’est qu’en 2012 ces quatre tendances, représentées par Le Pen, Sarkozy, Hollande et Mélenchon, faisaient la part belle aux « modérés » par rapport aux extrêmes :  Hollande et Sarkozy étaient à 27 / 28 % dans les sondages quand Marine Le Pen et Mélenchon décrochaient à 16 et 14 % respectivement. Pas d’ambiguïté sur l’issue du premier tour, même en tenant compte de la surévaluation de Mélenchon et de la sous évaluation de Le Pen dans certains sondages.

Or aujourd’hui, nos quatre candidats sont dans un mouchoir de poche autour de 20% pour les sondeurs comme pour l’analyse big data de Filteris, bien que l’ordre d’arrivée soit variable. La probabilité d’un second tour aux extrêmes n’est donc certainement pas nulle.

L’intérêt bien compris de François Hollande

Toujours est-il que François Hollande a bien vu tout l’intérêt qu’il pouvait tirer d’un peu de catastrophisme aigu d’ici le premier tour. Bien qu’ayant annoncé qu’il ne se prononcerait pas en faveur d’un candidat avant l’entre-deux tours, il multiplie les indices en creux pour faire ressortir Emmanuel Macron.

Il s’alarme de la dislocation de la gauche, il s’alarme de la montée de Jean-Luc Mélenchon, il alerte contre le Front national, il « fait confiance à l’intelligence des Français » et il « appelle au renouvellement ». Il demande à ses électeurs de 2012 « d’aller vers ceux qui sont plutôt dans la suite » de son mandat. Ça paraît clair.

Dans un entretien avec Franz-Olivier Giesbert paru la semaine dernière dans Le Point, il explique encore plus clairement :

Quand on est socialiste, on mène une politique sociale-démocrate.

On a du mal à croire qu’il puisse penser à Benoît Hamon, ancien frondeur et candidat socialiste officiel et naufragé. À son propos, il dit au contraire :

Quand on est au gouvernement, on veille à être solidaire. Sinon, on se tient en dehors du pouvoir, dans l’opposition, en attendant le grand soir…

Donc attention aux extrêmes ! Mélenchon « a des facilités qui quelquefois tombent dans le simplisme » tandis que Marine Le Pen, comme son père avant elle, « met en cause les valeurs de la République ».

Entre Le Pen et Mélenchon

Il est bien évident que ce dernier travers est mille fois pire que les pires simplismes de Mélenchon, comme nous le montre clairement le petit clip ci-dessous (36″) annonçant l’émission C Politique de dimanche dernier.

Il n’y est curieusement question que de Marine Le Pen. Il ne faudrait pas non plus trop insulter le futur proche. Imaginez par exemple un second tour Mélenchon / Fillon. On voit mal Hollande se déclarer pour ce dernier.

Comme c’est beau cette dernière mission que le Président s’assigne pour l’avenir de la France et des Français ! Et comme c’est mignon cette attitude qui consiste à feindre de croire que le quinquennat qui vient de s’écouler ne serait pour rien dans l’horrible éventualité qui le chagrine tant !

Hollande oublieux de sa propre campagne

François Hollande aurait-il tout d’abord oublié que pendant sa propre campagne de 2012, il ne pensait qu’à éradiquer la finance et mettre l’Europe au pas ? Aurait-il oublié qu’il avait lui-même proposé d’instaurer une tranche d’imposition à 75% ?

Ce n’était pas encore tout à fait les 100% prévus par notre candidat insoumis, mais l’esprit d’extrême-gauche régnait déjà dans ses meetings et on se demande vraiment si les Français ont fait preuve de « l’intelligence » anti-extrêmes qu’il leur demande aujourd’hui en lui accordant leurs suffrages il y a 5 ans.

François Hollande aurait-il oublié ensuite qu’il a rapidement mené une politique sociale-démocrate inspirée par Emmanuel Macron, déjà une sorte de ni ni sans relief et sans résultats qui ne pouvait satisfaire ni ses électeurs d’alors ni ses opposants ?

De l’huile sur le feu

Aurait-il oublié qu’il a donné la part belle aux réformes sociétales, avec le mariage pour tous accouché aux forceps, la contrainte pénale (plutôt que la prison) qui n’a rien fait contre la délinquance, et la lutte obsessionnelle contre le racisme et l’antisémitisme dans l’Éducation nationale plutôt que la revalorisation des contenus des programmes ?

Puis qu’il a foncé tête baissée dans tous les poncifs de l’extrême-droite pour lutter contre le terrorisme en proposant notamment la déchéance de la nationalité ?

Aurait-il oublié que le « choc de simplification » que la France entière appelle de ses vœux s’est traduit par toujours plus de contraintes et de réglementations et que s’il y a eu choc, c’est plutôt du côté de la fiscalité qu’il faut le chercher ?

Les entrepreneurs quittent la France

Ne s’est-il pas rendu compte que les jeunes diplômés ou les entrepreneurs sont de plus en plus nombreux à quitter la France tant le ras-le-bol de ne jamais rien pouvoir faire sans l’avis et la paperasse de l’administration est immense ?

Aurait-il oublié enfin que ni le chômage, ni la dette, ni les prélèvements obligatoires, ni la croissance, ni le déficit public ne sont rentrés dans les clous promis en 2012 alors que nous venons de bénéficier d’un « alignement des planètes » (dollar, taux d’intérêt et prix du pétrole bas) particulièrement favorable ?

Loin d’aboutir à une France apaisée, le quinquennat Hollande a profondément divisé le pays. Il le laisse sur un pic de chômage jamais vu auparavant et dans un creux de croissance impropre à le faire refluer.

Fausse sagesse du président sortant

Comment s’étonner dès lors qu’on observe confusion politique et montée aux extrêmes, tant du côté de ceux qui espèrent que Mélenchon tiendra les promesses de Hollande 2012 que de ceux qui s’accrochent à l’idée que Marine Le Pen va « remettre la France en ordre » ?

Monsieur Hollande, vous nous amusez en prétendant vous faire passer pour un Président noble et sage uniquement soucieux de l’avenir de la France et au-dessus des basses considérations de partis. Dévoilez vos intentions de vote dans une semaine si cela vous chante et faites semblant de croire que c’est un grand secret.

Ce que dira François Hollande

Mais voilà ce que vous nous direz :

  • Si Emmanuel Macron accède au second tour le 23 avril prochain (combinaisons Macron/Le Pen, Macron/Fillon ou Macron/Mélenchon), vous vous prononcerez en sa faveur.
  • Si c’est Mélenchon/Fillon, vous ferez un beau discours sur les valeurs de gauche et vous appellerez à battre la droite et sa brutalité.
  • Si c’est Fillon/Le Pen, vous appellerez du bout des lèvres à battre l’extrême-droite.

Et si par malheur c’est Mélenchon/Le Pen, vous ne contemplerez rien d’autre que le lamentable spectacle qu’offre la France à la fin de votre quinquennat. Penser que vous n’y avez aucune part est grotesque. Prétendre maintenant alerter les Français sur ce possible dilemme effroyable reflète l’hypocrisie et l’incompétence qui consacrent éternellement les petits Présidents.

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • heu , il a quand même reconnu qu’il était responsable de la montée spectaculaire du FN , mais il n’en a pas donné les raisons ; maintenant que lui et son parti ont bien foutu le bordel , il peut se reposer tranquillou le pépere ; aprés lui le déluge …..

  • Macron me fait plus penser à Bayrou, et ne peut en tout cas être taxé de socialiste. Celui qui est le plus proche du candidat Hollande de 2012 c’est… Hamon, le succès en moins!

    • Hamon ressemble à l’ancien candidat Hollande, Macron sera la continuité du président Hollande…
      Moi je vote Mélenchon

  • Si c’est Mélenchon/Le Pen, ce sera jouissif de le voir bouffer son chapeau en public. 🙂 🙂 🙂

    Le problème est que ces cr.t.ns ne comprennent jamais rien 🙁

    • Si c’est Mélenchon / Le Pen, nous risquons d’en souffrir beaucoup plus que ceux qu’on espérait virer de la vie politique en votant LP/Melenchon…

      • Bien entendu.

        Mais avec les clowns qui nous gouvernent, cela ne peut qu’aller dans le mur.
        Autant crever l’abcès le plus rapidement possible.
        Quand on ne parle que du costard de Fillon, alors qu’il n’a rien couté au pays, à la différence du costard de Macron,
        que ne parle que des 900000 Euros supposés, sans les mettre en parallèle avec les 21 millions d’une mesure récente du capitaine de pédalo,
        qui a consisté à nommer à des fonctions plus ou bidons, 3 personnages, dont 1 de la CGT, celui qui a refait son appartement au frais du syndicat, 1 de FO,
        à des fonctions plus ou moins bidons qui n’apportent rien au pays, que ces gens touchent des salaires nets de plus de 7000 Euros,
        eh bien Méluche ne sera pas peut-être pas pire.

  • Ce minuscule triste machin gris ne mérite plus un article. Un scooter. L’océan. Run François run.

  • Encore quelques jours et s’achèvera une période de 5 longues années, les plus longues de toute ma vie …

  • Hollande a certainement une part de responsabilité, certes. Néanmoins, il faut arrêter de systématiquement dédouaner le bon peuple français, dont une proportion toujours croissante se vautre dans l’imbécilité la plus crasse et la paresse intellectuelle. Les premiers responsables, c’est les français. C’est eux qui favorisent systématiquement les candidats aux promesses les plus folles, et se disent déçus après, alors que réfléchir avant de foutre son bulletin dans l’urne leur aurait certainement épargné ce désagrément. C’est comme ça depuis 50 ans. On est dans un état centralisé, sans liberté, ce qui nous laisse à la merci d’une grosse frange de la population qui se retrouve hélas avec le droit de voter, le droit de choisir pour les autres, alors qu’ils n’ont pas la moindre capacité de réflexion sur quelque sujet que ce soit.

    Je ne vois pas en quoi Hollande est plus coupable que les imbéciles qui ont voté pour lui et qui, en étant un peu moins paresseux, auraient parfaitement pu prévoir ce qui allait venir. Trop facile ensuite de rejeter la faute sur un seul type.

  • « Mettra tout son poids moral dans le débat… »

    C’est vraiment cruel.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Indépendamment des idées qu’ils défendent et des conditions évidentes d’âge et de droits civiques, les candidats à l’élection présidentielle française sont soumis à trois strates de réglementations pour mener à bien leur candidature : obtenir 500 parrainages auprès d’environ 42 000 élus (maires essentiellement) pour pouvoir se présenter, puis respecter les règles de financement de leur campagne et enfin obtenir un score final qui leur permettra d’accéder à un remboursement public plus ou moins important des frais engagés.

Interrogé jeu... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

L’IFOP vient de publier un sondage sur l’intention de vote de la jeunesse française pour les présidentielles 2022. Cette enquête a été effectuée sur les 18-30 ans. Force est de constater qu’elle ne vote pas comme le reste de la population.

Une jeunesse abstentionniste

Selon le sondage, 58 % des jeunes s’abstiendront de voter. Cette tendance est particulièrement élevée chez les personnes ayant une sensibilité politique proche de la France insoumise (62 % veulent s’abstenir). Ce phénomène est encore plus imp... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

Une volée d’articles s’est abattue sur la presse économique, dont le thème peut être résumé par « la France n’attire plus les cerveaux les plus qualifiés, et ça devient très grave ». On évoque même le succès de la Silicon Valley aux États-Unis, largement peuplée de cerveaux non-américains.

C’est une très saine réaction par rapport aux propos de plus en plus anti-immigration qui se multiplient. En particulier, les candidats à la candidature présidentielle du Parti Les Républicains surenchérissement l’un sur l’a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles