Lettre ouverte à mes amis libéraux sur Emmanuel Macron

Ma ligne de conduite sera celle de Frédéric Bastiat en son temps : peu importe qu’une politique soit labellisée de gauche ou de droite ; je soutiendrai les bonnes et m’opposerai aux mauvaises.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lettre ouverte à mes amis libéraux sur Emmanuel Macron

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 avril 2017
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu.

Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc1 — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.

Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains2.

Fillon et le « système »

Seulement voilà : non seulement son discours s’est nettement normalisé dès sa désignation mais le flux incessant d’affaires le concernant3 n’a que trop rappelé aux électeurs ce « système » dont, justement, ils ne veulent plus.

Alors oui, sans doute y a-t-il dans la candidature d’Emmanuel Macron une dimension opportuniste : il a senti l’air du temps, il a tenté sa chance et ça a marché.

Vous pouvez le lui reprocher mais n’oubliez pas, toutefois, que c’est exactement ce qu’a fait François Fillon aux primaires de la droite, que Jean-Luc Mélenchon a suivi exactement le même plan d’action4 et que Marine Le Pen, en bonne héritière du business paternel, n’a pas eu à se donner cette peine. C’est ainsi : la politique est une affaire de marketing et il faut être d’une naïveté confondante pour y voir l’expression des convictions sincères des candidats.

La fin d’une ère ?

S’il ne faut pas, dit l’adage, vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, on est tout de même tenté de parier sur une fin prochaine des grands appareils politiques du XXème siècle — la SFIO et le RPF.

Si ce dernier pourrait encore se relever de la défaite de François Fillon au prix d’un aggiornamento spectaculaire — en clair : en renouvelant ses têtes de files et en cessant, une bonne fois pour toutes, de faire le grand écart entre son centre gaulliste et ses ailes conservatrices et nationalistes — le futur du Parti dit Socialiste semble bien sombre.

Beaucoup de commentateurs — souvent à droite — ont vu dans l’émergence d’En marche une stratégie géniale orchestrée par les éléphants du PS ou par François Hollande lui-même.

Macron un nouveau Hollande ?

L’idée, en substance, est que l’aile centriste du PS aurait délibérément abandonné le parti aux « frondeurs » pour mieux renaître, blancs comme neige, dans la formation d’Emmanuel Macron tandis que Benoît Hamon se partagerait le vote de la gauche de la gauche avec Mélenchon et quelques autres comiques troupiers. Je suis pour le moins dubitatif. De fait, personne n’a abandonné quoi que ce soit : Benoît Hamon a simplement remporté la primaire de gauche face à Manuel Valls.

Devinant probablement ce qu’il adviendrait de la candidature de Benoît Hamon, Emmanuel Macron s’est engouffré dans la brèche ; récupérant ainsi les suffrages de l’aile modéré du PS, d’une bonne partie du centre et même du centre-droit.

On peut bien sûr imaginer que les éléphants et même François Hollande l’aient encouragé en ce sens mais de là à présenter Macron comme un simple pion il y a un gouffre. À titre personnel, je pense que le fondateur d’En marche a réussi une OPA magistrale sur tout le centre gauche et que c’est une grave erreur de le sous-estimer.

Or, si j’ai raison, c’est une excellente nouvelle. Ça signifie que le paysage est désormais entièrement recomposé : les scories de la vielle aile gauche marxisante — principalement Mélenchon et ce qui reste du PS — font désormais leurs vies seules dans leur coin et qu’une gauche moderne et potentiellement libérale est en train de voir le jour en France.

Enfin ! Avec un peu de chance et encore une fois si je ne me trompe pas En marche pourrait devenir notre New Labour et Macron, un véritable Tony Blair à la française. En soi c’est un motif de réjouissances.

La stratégie de l’immobilisme

J’ai entendu plusieurs fois, depuis hier soir, des déçus du clan Fillon déclarer qu’ils voteraient le Pen au second tour. Leur stratégie, en substance, semble se fonder sur l’idée selon laquelle l’héritière de Saint Cloud n’aura aucune majorité parlementaire sur laquelle s’appuyer ce qui, selon eux, la forcera à l’immobilisme pendant 5 ans. C’est, à mon sens, de la folie pure et simple.

Qu’Emmanuel Macron ne soit pas un grand libéral, j’en conviens volontiers. Reste qu’il l’est nettement plus que le Parti Socialiste et même que les Républicains. J’entends bien vos commentaires sur le programme de Fillon que vous jugez meilleur mais, d’une part, j’ai quelques doutes sur la conversion tardive de votre candidat favori5 et, par ailleurs, il est désormais éliminé.

Un candidat de centre-gauche raisonnable

Le choix qui s’offre à nous, aujourd’hui, c’est un candidat de centre-gauche somme toute tout à fait raisonnable et une Marine Le Pen qui non seulement pourrait bien trouver suffisamment de soutiens pour mettre une partie de son programme délirant à exécution mais dont la seule élection suffirait à mettre le pays à feu et à sang.

Ne jouez pas, je vous en conjure, avec le feu et ce d’autant plus que les scores de Marine le Pen et de Jean-Luc Mélenchon ne sont pas, contrairement à ce que j’ai lu, le produit de la seule présidence de François Hollande mais celui de quatre décennies d’immobilisme, de reproduction endogame de l’élite politique et de compromis clientélistes.

De gauche, comme de droite. Une cohabitation — à supposer qu’elle ait lieu — avec Marine le Pen à la présidence, c’est la dernière chose dont nous ayons besoin : des deux candidats en lice, le seul à être capable de rassembler au-delà de son parti et de faire, comme on dit, bouger les lignes, c’est Macron.

Je vais donc voter pour Emmanuel Macron sans la moindre hésitation. Je vais le faire non pas parce que je crois en lui6 mais parce que dans l’alternative qui nous est offerte, c’est — et de très loin — la meilleure option.

Une chance, fût-elle infime, c’est toujours mieux qu’aucun espoir. Partant, ma ligne de conduite sera celle de Frédéric Bastiat en son temps : peu importe qu’une politique soit labellisée de gauche ou de droite ; je soutiendrai les bonnes et m’opposerai aux mauvaises.

Sur le web

  1. De fait, il est jeune puisqu’il est plus jeune que moi.
  2. L’ADN des Républicains, si vous me permettez ce raccourcis, reste celui du RPF de Charles de Gaulle ; c’est-à-dire une ligne à la fois conservatrice et sociale.
  3. Blague de campagne : « Breaking : aucune nouvelle affaire Fillon depuis 24 heures. » Une bonne partie de la presse s’est acharnée ? Sans doute. Peu importe maintenant : ce qui est fait est fait.
  4. Une formation politique ad’hoc — la « France Insoumise » — construite autour de son seul candidat et une campagne de communication décentralisée à l’américaine.
  5. Et je dis ça d’autant plus librement que j’ai voté pour lui au premier tour pour tenter d’éliminer Le Pen et Mélenchon — Caramba ! Encore raté !
  6. Ce qui ne m’est, d’ailleurs, jamais arrivé.
Voir les commentaires (119)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (119)
  • Y’ a pas de mal à se faire peut-être du bien. Je ne vois aucune raison d’ aller voter pour quelqu’ un qui va nous la jouer à l’ envers, ça suffit ce petit manège. Je m’ abstiendrai dans la mesure où personne ne sait de quoi sera fait son gouvernement.

    • Idem pour moi. Sans.compter que ce brave Macron est la pure représentation du capitalisme de connivence à la française. Et qu’un certain Drahi l’a largement remercié via les médias qu’il possède.

    • Pour savoir de quoi sera fait son gouvernement, il faut attendre les législatives…
      … ou mieux, voter aux législatives.

  • Je partage l’avis de l’auteur. Je vote Macron parce que de tout les candidats je lui trouvais plus de qualités que de défauts. (Et aussi que je pouvais m’étiquetter comme « social-libéral »).
    Macron est une alternative un peu fraîche au système sans rejet de celui-ci. Je ne veux ni révolution, ni immobilisme mais des réformes…
    Macron n’est pas un Libéral « pur », mais il n’est pas un anti-libéral, il ne s’oppose pas à l’économie de marché pour autant. Il était l’un des rares candidats qui savaient qu’à défaut de vérité en économie, il y avait bien un fait certain, ce sont les entreprises qui créent de l’emploi…. Essentiellement, à défaut d’être un ami sincère, Macron n’est pas un ennemi de la Liberté… Je ne crois pas en un monde parfait, mais je veux bien parier qu’il sera quand même meilleur…

    • Qu’en savez vous? Macron est un SOCIALISTE qui s’est aperçu, après que Hollande soit disqualifié qu’en faisant semblant de ne pas l’être il avait une chance de se faire élire. Mais il est bien de gauche, il suffit d’écouter ce qu’il dit. Il est aussi hypocrite que son mentor, je ne crois pas une seconde en ce qu’il dit.

      • … quand il y a qqchose à comprendre dans ce qu’il dit !
        Bien trop souvent il s’agit de belles phrases creuses dans lesquelles tout le monde peut se retrouver. Ce qui est confirmé par le trio Madelin/Bayrou/Hue qui soutient Macron bec et ongles.

        • C’est certain qu’il est bien plus facile de comprendre les propos simplistes de MLP…
          Etre centriste, c’est toujours etre à la recherche d’un équilibre… bien plus compliqué à expliquer à des citoyens habitués à des idées aussi simplistes que démagogiques…
          PS : je ne suis pas du tout un fan de Macron, aussi étatiste que les autres

  • En accord avec l’ensemble de ce texte, notamment sur l’estimation du niveau de libéralisme à comparer avec celui de LR.
    De plus, il faut au moins lui reconnaître le mérite d’avoir fait bouger les mentalités et l’orientation du débat en très peu de temps, bien plus que nos 2 partis historiques en 40 ans.
    Autant par prudence (dans le doute, il est bien naturel de ne laisser aucune chance de se retrouver plus tard roulé dans la farine) un vote Fillon pouvait se comprendre, autant maintenant ce choix s’impose sans aucune rancoeur, et aucun regret non plus car encore plus que d’habitude la droite n’aurait pu gouverner qu’au prix de cet immobilisme qu’on lui a déjà tant reproché.

  • J’entends l’analyse et je comprends que l’on puisse raisonner de la sorte, mais pour ma part, Macron reste trop éloigné de la liberté, d’un désengagement massif de l’intervention de l’état dans nos vies pour que j’aille jusqu’à voter pour lui.

    Entre MLP et lui, oui c’est le moins pire, mais tout ce que je vois avec Macron au pouvoir c’est 5 ans d’immobilisme à venir. La situation va stagner voire empirer en France et quand l’heure du bilan aura sonnée, on dira que si ça n’a pas marché avec Macron c’est bien que c’est le libéralisme qui est la cause du problème.

    Car oui, Macron sera très vite catalogué comme le représentant du libéralisme débridé, alors même qu’il en est tout l’opposé.

    Tant que les français ne sauront pas faire la différence entre le capitalisme de connivence nourri par un état fort et le libéralisme qui au contraire recherche à limiter les pouvoirs centraux, on continuera à nourrir les extrêmes.

    A mes yeux c’est ce qu’est Macron : du pain béni pour les extrêmes en 2022.

    Bref, le 7 mai, je m’abstiendrai.

    • Je partage malheureusement votre opinion et je pense que nous sommes voué à voir les extrêmes continuer à monter jusqu’à l’explosion de ce pays qui se fera encore une fois dans la douleur.
      Je continue à penser que cette élection nous a été volée, que MACRON est un pur produit médiatique et politique et je reste encore attérré de voir que nous avons pu le placé au second tour sans réel programme, sans majorité et avec des allers retours incessants sur ses positions. Plus que de l’immobilisme, j’y vois une poursuite de notre dégradation perpétuelle et ce quelque soit les domaines (politique bien sur, mais aussi et surtout économique, identitaire, éducatif, social, judiciaire etc…) Bref la fin d’un pays qui fut pourtant un grand pays porteur de valeur, culture et d’une influence internationale qu’il n’est pas prêt de retourver.

      • Je suis en tous points d’accord avec vous. Nous nous dirigeons tout droit vers la catastrophe. Et le seul moyen de réduire le risque est de donner le moins de pouvoir possible au conducteur. Abstention, ou même un vote Le Pen, car elle ne sera de toute façon pas élue.
        Essayer de corriger le tir, autant que possible, aux législatives, même si je reste très sceptique.
        Et prier. Beaucoup.

        • Abstention, ou même un vote Le Pen, car elle ne sera de toute façon pas élue.

          C’est ce qui s’appelle jouer avec le feu…

          • Parce que pour ce qui se passe déjà ne l’est pas, peut-être? Parce que MLP serait pire que Macron au poste? En sachant avec certitude que MLP n’aura pas de majorité au parlement, ce qui n’est pas garanti pour Macron? Vous y croyez, vous, aux discours sur « la bête immonde » etc.?

        • Totalement d’accord avec vous. Je ne peux pas voter pour le socialisme, quand bien même serait-il moins sectaire et libéral.

    • Vous dîtes: « Entre MLP et lui, oui c’est le moins pire ».
      Je ne comprends pas comment vous arrivez à la conclusion que vous vous abstiendrez (étant donné que l’abstention comme les votes nuls ne sont pas considérés dans le résultat final). Pourquoi ne pas voter pour le « moins pire »?

      • Pourquoi?
        Enjeu électoral? Non. Macron sera élu.
        Quel est l’enjeu? C’est son score. Plus il est élevé, plus il sera renforcé pour les législatives. C’est aussi de savoir si l’on pense qu’il sera un bon président, dans ce qu’il impulserait et dans ce qu’il incarnerait.
        L’incarnation sera le pire. J’ai regardé ces meetings, écouté ces discours. Il est aussi le parfait homme de réseaux (Attali, Jouyet, Drahi…). Son programme, c’est beaucoup de redistributions sur qui paie et sui touchent, et pour certains, un travail toujours moins récompensé. Son libéralisme ne vise qu’à maximiser les revenus de l’État.
        Il n’ a pas besoin de mon vote pour gagner, et je ne suis pas convaincu par son flot de promesses. Donc : Sans moi!

      • Pourquoi? Je crois avoir répondu dans mon commentaire :

        « Macron reste trop éloigné de la liberté, d’un désengagement massif de l’intervention de l’état dans nos vies pour que j’aille jusqu’à voter pour lui. »

        « quand l’heure du bilan aura sonnée, on dira que si ça n’a pas marché avec Macron c’est bien que c’est le libéralisme qui est la cause du problème »

        Tout ça fait que je n’ai aucun intérêt à voter Macron car au final c’est tirer une balle à la défense de la liberté, pourtant seul remède à la situation de la France.

    • @Zozo, @YL, @durru

      Si je comprends bien, vous voulez lutter pour la liberté (ce qui est tout à votre honneur), en … ne faisant rien, en vous abstenant ?
      Et en priant pour que dans 5 ans tout soit détruit par les extremes ????

      Sérieusement ?
      Si ça vous tient vraiment à coeur : militez. Voire présentez vous.
      Formez votre parti ou rejoingnez en un qui vous convienne.

      Mais cessez de vous plaindre tout en annonçant ne rien faire d’autre.

      • 1. J’ai voté, ça n’a pas été suffisant. J’aimerais savoir en quoi voter Macron serait utile. Trublion a très bien expliqué pourquoi certains (dont moi) pensent que l’abstention, dans ce cas précis, est un « vote utile ».
        2. Le vote aux législatives, ça compte, non?
        3. La prière… je me suis permis de l’évoquer parce que, justement, je ne suis pas croyant. A méditer.
        4. Un parti? Désolé, je n’ai pas un Drahi, ni un Bergé derrière. Mais j’y pense, ne vous inquiétez pas. Et, avec mes faibles moyens, j’y travaille…

      • Je ne me plains pas, je constate. Et je crois avoir étayé qu’un Macron au pouvoir allait nuire au libéralisme puisque celui-ci serait accusé à tort quand Macron aura échoué. Si on défend la liberté, il n’y a vraiment aucun intérêt à voter Macron.

        C’est très simple, la France va dans le mur. Avec Macron ça sera à feu doux, avec MLP on accélère la situation. La finalité n’en reste pas moins un impact violent.

        Entre peste et choléra, si j’ai le choix de n’en choisir aucun, c’est ce que je ferai.

  • la presse met en garde macron contre tout triomphalisme ; certe il est en avance sur MLP , mais il a bigrement interet à ne pas faire le moindre mauvais pas , le FN et nombre d’électeur sont à l’affut ; qu’il aille feter son élection au 1er tour , c’est normal , mais à sa place , je l’aurai fait de manière discrete ; cela n’a pas été le cas ; et bien sur les réseaux sociaux s’en sont donné à coeur joie en critiquant macron qui vend la peau de l’ours avant de l’avoir tué ; le succés lui monte à la tête éffacant toute prudence de son esprit ; en ce qui me concerne j’ai du mal à lui faire confiance ;

    • Grande tradition française que de haïr les gagnants, de se complaire dans la détestation et le dénigrement… Dès que ça marche, il faut à tout pris trouver un prétexte pour le détruire, l’interdire, le taxer ?

      Et pourtant nous n’avons pas toujours été comme ça.
      Je me souviens de l’euphorie de juillet 98 où la France entière était fière et en fête.
      J’ai pu voir de nombreux reportages sur les réussites techniques des projets français du passé : Concorde, TGV, Ariane…
      La France sait aussi créer, inventer, construire, proposer, être optimiste… aimer la vie.
      Est-ce qu’on ne pourrait pas tout simplement aprécier que tout puisse aller mieux, une bonne fois pour toute ?

      • Cela c’était avant. Depuis c’est augmentation du chômage, des impôts et des taxes, marasme économique et attentats islamistes!

      • Grande tradition dont il faut tenir compte! On peut constater sans approuver.

      • Vous voyez quelque chose de concret qui « marche »? Faites-nous savoir, moi personnellement je n’ai strictement rien vu, à part les « cars Macron ». Cela ne vous aurait pas échappé, j’espère, que ledit Macron a été trois ans le conseiller spécial du Président sur les questions économiques, pour ensuite occuper le poste de ministre de l’économie, auteur de l’ombre de la fameuse loi El Khomri?
        « La France » sait encore créer, inventer, construire, etc. Mais pas les hologrammes, ni les illusions.
        Pensez qui s’est occupé ces dernières années à « détruire » (ex. la TVA « sociale »), « interdire » (ex. loi « renseignement », loi « contre la propagande anti-IVG »), « taxer » (exemples à foison).
        Il faut commencer par se poser les bonnes questions.

        • Ouhla, vous allez très vite en besogne là.
          A vous entendre, l’ensemble deS gouvernements de Hollande, ses ministres, secrétaires d’état, et aussi tous les députés et sénateurs qui ont voté et transformé toutes ces lois n’y sont pour rien, il y a qu’un seul ennemi : Macron.

          ….. vous délirez là !

          • Petit rappel: Hollande, Valls, Le Drian, Le Guen, etc, etc, soutiennent Macron, pour la plupart de manière visible, dès le premier tour. On parle là d’une fine équipe, pas d’un individu.

  • enfin un article positif et éclairé certes rien n’est parfait, mais la candidature de Macron que je soutiens depuis 1 an est avant tout la promesse d’une nouvelle donne politique en France loin des vieux partis de gouvernement qui ont monopolisé le pouvoir depuis 40 ans.

    • Macron c’est surtout le transfert du pouvoir décisionnel du champ politique vers le champ économico-financier. C’était déjà largement le cas avec le capitalisme de connivence que tout le monde nous envie, cela sera désormais la norme.
      La fameuse phrase de Churchill après Munich ne cesse de me hanter…

      • Moi en ce moment c’est plutôt celle-ci :
        « Une des grandes erreurs consiste à juger les politiques et les programmes à l’aune de leurs intentions plutôt qu’en fonction de leurs résultats » (Milton Friedmann)

        • @ cachou42
          + 1000
          Il n’y a pas besoin de citation! C’est du simple bon sens!

          L’abstention, c’est donner son droit de vote aux électeurs qui voteront, en renforçant la majorité: c’est mathématique! (de plus, c’est incivique!)

          Avec un carré de candidats à +/- 5% l’un de l’autre: ça fait au moins +/- 60% d’électeurs « significatifs » qui n’ont pas ou n’auront pas leur candidat comme président!

          Ne pas s’exprimer au second tour, c’est en partie donner sa voix au FN! Or E.Macron et M.Le Pen, ce n’est pas équivalent.

          Comme personne ne connait l’avenir et que le passé est derrière nous, de deux maux, il faut choisir le moindre et voter contre le FN.

          C’est clair comme de l’eau de roche!

          La « liberté libérale » concerne aussi ceux qui ne pensent pas comme vous!

          • « L’abstention, c’est donner son droit de vote aux électeurs qui voteront, en renforçant la majorité: c’est mathématique ! (de plus, c’est incivique!) »
            Vous auriez dû voter Mélenchon qui voulait rendre le vote obligatoire !
            Le droit de vote est un droit et non un devoir. Le devoir civique d’un votant est de voter pour celui qui le représente le plus possible, et de s’informer des programmes. Celui qui ne vote pas ne fait le jeu de personne ! Ceux qui votent F.N font le jeu du F.N, que ce soit au premier ou aux deuxième tour. De plus, vu que le vote blanc est considéré comme « nul » l’abstention est le seul moyen de montrer son désaccord avec la Politique actuelle, qui, sur le vote blanc, s’est bien arrangée ses affaires. J’irai à la pêche car je ne participe pas à un jeu de dupes truqué et leur donner ma voix équivaudrait à cautionner cette entourloupe.
            « de deux maux, il faut choisir le moindre »
            Quand on est là, c’est qu’on touche le fond et qu’on n’est pas près de remonter !

            Le Pen nous mènerait au chaos, Macron nous mènera à la misère, il veut « fixer le juste prix de l’alimentation » dès le mois de juillet. (cf l’article de NathalieMP https://www.contrepoints.org/2017/04/24/287636-sera-macron-pen-prevu-helas)

            • En fait, le vote blanc a été récemment séparé du nul.

              • @Letaupin
                « Le gouvernement avait donné un avis favorable à la proposition de loi l’article L-66 du Code électoral, mais à la condition que les votes blancs ne soient pas comptabilisés dans les suffrages exprimés. »
                « On connaitra donc désormais trois données à l’issue du vote : la proportion de suffrages exprimés, la proportion de vote blancs et la proportion de bulletins nuls, sans que cela ait une incidence sur les règles de calcul de la majorité absolue. » (http://www.europe1.fr/politique/le-vote-blanc-desormais-reconnu-1321207)
                Est-ce de cette séparation que vous parlez ?

                • Edit
                  L’article date de novembre 2012. Le texte de loi a été voté à l’unanimité des 90 députés présents sur 577.

          • La « liberté libérale » est limité à ce qui n’empiète pas sur vos propres liberté pour tout le reste les libéraux ont toute légitimité à s’y opposer.

          • « Comme personne ne connait l’avenir et que le passé est derrière nous, de deux maux, il faut choisir le moindre et voter contre le FN. »
            Vous en avez des certitudes, vous. Je vais vous faire part aussi d’une certitude.
            La France aujourd’hui est fracturée en deux: les gagnants de la mondialisation et les perdants. Macron est la caricature même de la première catégorie, qui n’a rien à faire de la deuxième et qui ne se soucie pas du tout d’elle.
            Rappelez vous ses sorties sur les « illettrées », les « alcoolos », les « costards » qu’on peut se payer si on bosse. Et je ne vous parle même pas de « la culture française n’existe pas » (bien sûr, il est citoyen du monde, pour lui la France n’existe plus – on se demande d’ailleurs pourquoi il veut en devenir le Président). Ni de ses « crimes contre l’humanité » (qui se sont transformés le lendemain en… « crimes contre l’humain », à mourir de rire).
            Et vous avez confiance qu’un tel énergumène sera un moindre mal? C’est une blague, une vaste blague!
            Jusqu’à preuve du contraire, ce pays est un. Si on veut s’en occuper, il faut le faire pour TOUT le pays, pas seulement pour la partie qui nous arrange. Vous devriez regarder les discours de Macron et de ses soutiens, pleins de mépris pour tous ceux qui ne pensent pas comme eux, pleins de suffisance et de la certitude de leur supériorité. Les autres n’existent simplement pas, leur opinions et leurs problèmes non plus. Ils n’ont qu’à s’adapter ou à crever, pour eux c’est aussi simple que ça.

    • Vous vous moquez du monde! Une nouvelle donne politique avec le clone de Hollande? Et vu les résultats du conseiller et ministre: 1,1% de croissance et 1 million de chômeurs supplémentaires, son incompétence est notoire, puisqu’il n’a aucune notion d’économie, comme tous les énarques!

  • C’est passer trop vite (l’âge et l’ancienneté politique) sur le fait que le programme de Fillon incarne le plus la voie libérale d’où son slogan de la liberté. Suivre le désir d la population pour réussir en politique (se faire élire) ne permet pas de citer Bastiat. Les prpositions de Macron semblent prendre le chemin du Hollandisme, étatisme socialiste avec des saupoudrages libérales en pensant ainsi réussir les réformes profondes pour une France sclérosée par presque 50 ans d’idéologie dominante socialo-marxiste de Sartre à Mélenchon…

  • Ne pas voter Macron ou voter blanc, c’est voter Lepen et ceux qui vont le faire alors qu’ils n’ont pas voté Lepen au 1er tour sont totalement incohérents… ou bien c’est qu’ils avaient besoin de cet alibi pour justifier leur penchant naturel.

    • « ceux qui vont le faire alors qu’ils n’ont pas voté Lepen au 1er tour sont totalement incohérents…  »
      A ce compte ceux qui vont voter Macron au second alors qu’ils ne l’ont pas fait sont incohérents ? Mais vous demandez aux autres cette incohérence – parce qu’elle sera en faveur de son candidat ?

      Ce n’est pas comme cela que fonctionne un scrutin à deux tours : au second on fait un choix qui dépend de ce qui reste (y compris blanc/abstention d’ailleurs, ça reste un choix).
      On peut trouver non moins incohérent de voter Macron au 2e quand on l’a rejeté de toutes ses forces au premier malgré les quelques éléments (saupoudrage de liberté à condition qu’elle soit dans le cadre agréé par la République Parisienne Jacobine, euh, pardon, française) pouvant paraître « moins pire » que le socialisme pur.
      Pour moi, voter Macron c’est cautionner l’oligarchie financiaro-médiatique qui l’a fabriqué. Cela me paraît diamétralement opposé au libéralisme.

      • On a le choix entre Macron (la mort lente) ou Le Pen (la mort rapide).

      • Sauf que le vote blanc français compte pour du beurre et qu’il ne vient justement pas compenser la masse critique concurrente, ce qui revient dans la mécanique des votes à la cautionner.

        • Il n’y aucune logique à dire que le vote blanc cautionne Marine Le Pen car vous ne savez pas si la personne qui vote blanc aurait voté Macon ou Le Pen.

    • Cette incohérence est assez bien expliquée par BRP dans cet article :
      https://www.challenges.fr/election-presidentielle-2017/presidentielle-2017-la-mort-du-front-republicain-contre-le-pen-enclenche-la-mutation-de-la-droite_469183
      Où il est question des composantes de la droite filloniste, mais aussi de celles de la gauche … sans citer les dernières disputes entre les syndicats CGT et CFDT, qui relèvent du même changement d’axe du débat politique.

  • Que d’illusions! Que de noms célèbres n’entend-t-on pas depuis hier: Kennedy, Blair, etc.!
    Ne vous en déplaise, ami libéral, Macron est un parfait mirage dont la réalité ne dessine qu’un Golden-Boy jouant dans les jupes de maman avec un jouet dont il ne comprendra pas le fonctionnement et qu’il détruira dans une colère d’enfant gâté. Ses résultats lamentables en tant que responsable de Bercy montre avec éclat l’immaturité d’un personnage qui se vendra au dernier et plus disant enchérisseur afin d’empocher sa « com » — qu’il s’empressera d’aller flamber (on appelle ça l’effet « Rotonde »).
    Quant à la serinette du visage nouveau, pardonnez-moi, mais avec des Bayrou, des Bergé, des Niel, des Drahi, quelle brochette de traits rafraichissants!
    Donc, moi libéral, je ne voterai pas pour l’irresponsable que d’aucuns, en espérant tirer les marrons du feu et continuer à vivre avec l’argent des autres (hum, les bonnes subventions aux médias…), ont porté au pinacle.
    Sortez vos parapluies, les taxes vont pleuvoir.

  • Personnellement, je voterai blanc car je n’ai aucune confiance dans ce que je considère comme un « Hollande Reboot », un type qui tentera de faire la synthèse mais sans doute un peu plus largement que ne le faisait notre Savamieux. Et j’estime aussi que tout va se décider non pas d’ici deux semaines, mais bien aux législatives.

    • @ Waren
      Vos prévisions personnelles ne sont qu’un risque, non une certitude prouvée, E.Macron fut ministre mais a démissionné! Nul ne peut avoir maintenant ce qu’il ferait dans 15 jours!

      Si jamais victoire du FN, il y a, même si les électeurs du FN se sont enrichis de déçus des autres partis, la victoire de M.Le Pen qui sera un encouragement à lui donner des députés!

      Il n’est pas contradictoire de voter et pour le second tour et pour les législatives.

      Vos arguments ne justifient donc pas votre abstention. cqfd.

      (Étranger, je ne voterai pas. Mais la chienlit française a assez duré et voir un président français FN, j’ai pas envie!)

    • marine le pen n’a pas que des défauts, avec de la chance on aurait une cohabitation melenchon le pen et comme compromis eu égard à la detesttation pour l’une des etrangers et lautre des riches, on pourrait s’attaquer aux étrangers riches, il y a des petits pays autour de nous riches et faciles à envahir .

  • Un sondage se contente de 1000 personnes pour connaître l’opinion de 50millions.. ne pas participer à cette mascarade démocratique est la seule solution d’un honnête homme..Ne cherchez pas de fausses excuses pour avoir de faux espoir,le système ne changera pas si vous lui apportez votre caution.

    • Savez-vous ce qu’est un échantillon représentatif ? 1000 personnes, si la manière dont l’échantillon est constitué et rigoureuse, c’est fiable pour connaître l’opinion de millions de personnes avec une marge d’erreur faible.

      Je crois que si vous étudiez les stats, c’est abordé dans les premiers cours les plus basiques.

      • en fait non..un sondage ne vous donne pas l’opinion des personnes, il vous donne les déclarations d’opinions des personnes avec une marge d’erreur faible.. SONDAGE DECLARATIF. pas sondage d’opinion. combien de fois faut il répeter ça…

  • + 1 on ne doit pas cautionner le vote contre
    ca fait 40 ans et hop ca empire chaque fois .

    Donc c étais la dernière fois que je votais pour le moins pire en espérant un fillon macron au second tour pour avoir un semblant de débat.
    Je me suis encore fait avoir donc c est finis. Bastiat ?

  • Je suis parfaitement d’accord avec cet article. Merci à Guillaume Nicoulaud.

    Macron n’est certainement pas parfait, mais nous avons à faire un choix décisif entre deux candidats et deux seulement. Entre deux maux je choisis le moindre.

    Nos institutions sont comme elles sont, c’est à dire pas parfaites non plus. Refuser de voter ou voter blanc ne les fera pas changer.

    • Entre deux maux vous choisissez celui qui *vous paraît* le moindre, nuance. J’aimerais savoir selon quels critères. Mais ne venez pas, de grâce, nous parlez du retour des HLPSDNH.

      • Les projets de EM et de MLP sont en opposition totale sur quasiment tous les sujets. Les comparateurs de programmes ne manquent pas sur Internet. Allez-y et faites vous votre propre choix…

        • Mais nous sommes tout à fait d’accord sur votre première phrase, en considérant que ce qu’on trouve ci ou là puisse s’appeler « programme ».
          Cependant, vous ne répondez pas du tout à ma question. Moi, je sais très bien quel est mon choix, et pourquoi.

  • Jouer avec le feu en plein naufrage.
    On ne prend pas bcp de risque à voter Le Pen et je pense faire de même.

  • Jolie tentative d’essayer de draguer les libéraux qui déjà au 1° tour avaient déjà du se faire violence pour choisir entre voter pour le moins pire et aller à la pêche.

    Là, entre une étatiste nationaliste au programme économique bolchévique et un social démocrate utopiste qui a le capitalisme de connivence comme ADN, le choix ne se pose même pas.

    • @ Stéphane Boulots
      Rien n’empêche plus la création d’un « parti libéral » afin de confronter les belles idées (que j’approuve) avec la réalité quotidienne, moins exaltante.

      Critiquer les autres ne suffira pas à convaincre que le libéralisme peut fonctionner, en France.

      Droite et gauche sont en déliquescence: il y a une opportunité à « faire son marché »!

      Pour remplacer le clivage « droite-gauche » en « libéral-socialiste », c’est sans doute le bon moment.

      Peaufiner la théorie libérale, comme trop souvent, sur Contrepoints, demande, après la théorie, une application concrète, sous risque de rester inutile. Or les exemples viennent de l’étranger.

      Il est temps, sans doute, de voir si il y a une place pour le « libéralisme français » sur l’échiquier politique en déroute.

      • Je crois qu’on est bien trop optimiste en déclarant morte la droite et la gauche (française). Si il y a une chose que montre ces élection c’est que plus que jamais elles sont plus un jeu de dupes qu’autre chose. Si la gauche avait eu un candidats unique et si la droite avait eu un candidats sans casseroles alors nous aurions eu un traditionnelle gauche/droite au deuxième tour. Fillon à quand même fait plus de 20% malgré une tempête médiatique qui aurait du le reléguer à faire de la figuration et Mélanchon + hamon = 27 % soit plus qu’il n’en faut pour remporter les élections au final. Le clivage droite gauche est toujours bien présent. macron est bien à gauche sans le moindre doute le soutient de Bayrou est là pour en attester…

        • La gauche version union de la gauche congrès d’Epinay est morte, comme est morte la droite : Mélanchon et Le Pen resterons là le temps que « le reste au centre (les partis de gouvernements) » ne se recompose.

          C’est déjà fait pour les sociaux démocrates avec Macron, par contre pour les libéraux conservateurs, ça va prendre un peu plus de temps : Fillon a voulu aller trop vite, il a fallut 15 ans à Hollande pour faire exploser le PS.

          Même si les électeurs de droite se reconnaissent clairement dans un spectre qui va du Tea-party de Sarah Palin (sens commun) au Démocrates du GOP de John Kasich (Juppé) ils ne se reconnaissent pas dans LR qui crève de l’héritage du CNR et de notre « modèle social que le monde entier nous envie » à base de laïcité, de sécu, de retraites par répartition, d’école publique laïque obligatoire et universelle, de centralisme jacobin : tant que ce tabou ne sera pas tombé, le libéralisme est condamné à rester un mouvement d’agitation et d’opposition.

          Ce ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire 🙂 Juste que les éditorialistes de CP et les commentateurs font bien plus pour l’instant que ce que ferait le maire d’un micro-parti libéral.

      • @mikylux

        le libéralisme n’existe pas dans l’esprit français. Proposer du libéralisme en France, provoquerait grèves, manifestations, blocages d’autoroute, chantage au pouvoir, et même, peut-être, des séismes ou des raz de marées.

  • De mon côté, je suis d’accord avec Zozo (4eme commentaire) quand il dit que Macron donnera lieu à 5 ans d’immobilisme. Non pas parce que je suis déçu de l’élimination de Fillon, mais simplement parce que j’ai lu le programme de Macron qui n’est pas libéral pour un sou, dans le sens où il ne compte aucunement intervenir pour accroître la liberté des individus mais s’entête à poursuivre voire renforcer l’interventionnisme de l’état (35h, etc..). Suggestion pour Macron : un bon programme mettant en valeur le contrôle de l’immigration (type canadien) couperait l’herbe sous le pied de MLP et casserai la « fracture sociale » qui s’est accrue comme jamais depuis 5 ans 🙂

    • justement: il ne veut pas contrôler l’immigration; il veut l’encourager…Souvenez vous qu’il a félicité Angela Merkel d’avoir ouvert ses frontières à des milliers de migrants!!!!

  • J’ai déjà posé la question à Guillaume, comment espérer que Macron fera des vrais réformes avec des conseillers comme Alain Minc, Attali, Pisani-Ferry ? J’ai du mal à y croire. La France va sombrer et comme à dit quelqu’un sur ce fil, tout le monde va blâmer « l’ultra libéralisme » de Macron, et puis ce sera « après moi la déluge ».

  • C’est la mort dans l’âme que je voterai MLP. J’ai voté Fillon autant pour son programme économique que pour sa fermeté sur les questions d’immigration et de sécurité. Macron c’est le multiculturalisme à gogo. Le Pen n’obtiendra jamais de majorité pour appliquer son programme. Donc oui, je préfère l’immobilisme à la négation de la culture française.

    • L’essentiel est que Macron est une marionette. Celle de ceux qui le financent (avec quoi a-t-il fait campagne?) et avec qui le capitalisme de connivence, ce cancer qui gangrène notre société, va propspérer de plus belle. Macron est, en réalité un danger pour la France et surout pas une chance, comme veulent s’en convaincre certains, pour ne pas sombrer dans le désespoir.

  • @ çasuffit
    Ne votez pas pour E.Macron, votez contre M.Le Pen!

    Le vote est secret! Ne cautionnez pas; freinez le FN!

    • @mikylux
      Sincèrement, et même avec un « nettoyage drastique du paysage politique, du parti communiste au front national, ce serait avant tout une refonte totale du système qui serait à faire. Trop de parasites, anonymes, profitent en profondeur du détournement des ressources des citoyens. Si ce système était vertueux, nous ne serions pas là pour débattre de la légitimité des candidats. Mais le système n’est pas vertueux. Il s’agit juste d’un asservissement non consenti, dont la plupart ne comprennent pas l’origine, avec tacite reconduction et non dénonçable par le scrutin. Vous voulez continuer à cautionner ce fonctionnement et nous disons que vous avez tort. Dans cinq ans, nous en serons toujours au même débat quant aux empêcheurs de voter en rond et le fond du problème n’aura toujours pas été compris par la multitude.

    • @mikylux
      « Ne votez pas pour E.Macron, votez contre M.Le Pen ! »
      Ce qui au final revient à mettre un bulletin de vote « E.M » dans l’urne.
      Si j’avais le choix malheureux de devoir choisir entre mon index droit ou mon index gauche écrasé au marteau, étant droitier, je serais contre l’écrasement de mon index droit, mais je finirais avec un doigt écrasé.

    • Vous avez décroché le Spountz de contrepoint 🙂

  • Je m’etais juré de ne plus intervenir sur ces forums, et pourtant à la lecture de tous ces commentaires je me sens obligé de m’exprimer, bien sûr il y a ceux qui, étrangers, se permettent de faire des commentaires alors qu’ils doivent bénéficier des avantages sans les inconvénients, et les donneurs de leçon. N’oubliez quand même pas que le FN représente 7M500000 FRANCAIS , qui en ont assez de subir des discréminations dans leur propre pays , ainsi que le racisme antifrancais. Mis à part cela Mr Macron n’offre que peu de garantie avec un programme plat et qui ne propose rien pour endiguer la dette exorbitante.
    Jouer le confiance ne correspond t il pas à 2012?

  • Je pense que vous avez tort. L’offre la plus libérale était celle de Fillon. Mais rien n’est perdu:

    Soyons pragmatiques: Le français est en train de se demander qui choisir comme président. CECI N’A AUCUNE IMPORTANCE! Ce qui compte, c’est le troisième tour: les législatives

    Oubliez les médias et les spins doctors des candidats, revenons aux bases: la constitution.
    Le 1er ministre né de la majorité à l’assemblée nationale gouvernera. Notre pays est au bord de l’abîme et à besoin d’être remis sur les rails. Aucuns des deux ne va avoir de majorité parlementaire. Dans le cas de Macron, il devra s’en créer une de la gauche vers le centre droit, résultats: pas de majorité stable et aucunes décisions vitales pour le pays ne pourront être prises, bref la IVeme au 21eme siècle, soit Hollande bis.
    Même chose pour MLP.
    La solution: voter en masse pour MLP, et pour LR aux législatives. Elle va inaugurer las chrysanthèmes pendant 5 ans et il y aura un 1er ministre à peu près décent pour essayer de redresser ce pays. Ce ne sera pas possible si Macron passe car les français feront, comme d’habitude un choix de centristes mous. Nous sommes à un point où c’est la mort lente par un cancer métastasé sur 5 ou 10 ans (Macron), la mort quasi instantanée avec MLP et le FN seul, ou la chimiothérapie avec une chance de succès. Et quitte à crever autant que ce soit rapide… A vous de voir…

    • Là pour le coup, vous avez parfaitement raison – sauf sur le fait de voter MLP.
      Le président a comme rôle important d’être le VRP de la France à l’étranger.
      Et c’est peut etre là qu’il a le plus à jouer, sans contre pouvoir.

      Vous imaginez réellement MLP nous représenter à l’étranger et faire briller la France ?????

      • En cas de cohabitation, vous savez très bien que le premier ministre (celui qui décide) accompagne le(la) président partout. Donc ce rôle de VRP que vous voulez donner au président est une illusion.

  • Évoquer seulement la dimension économique et sociale et faire l’impasse sur la submersion migratoire, le communautarisme islamique totalitaire, la menace qui pèse sur notre civilisation faut le faire ! Nous paierons très cher notre déni des faits, si nous oublions que notre 1er des droits imprescriptibles : c’est la Liberté !

    • Vous voulez sans doute parler de la Liberté de fermer les frontières ?

    • D’ailleurs il semblerait que depuis les résultats du premier tour, le taux de musulmans en France aurait bondi de 147% pour atteindre 4895M pratiquants, et que désormais la charia était obligatoire dans les cantines scolaires.

  • D’accord avec vous STF sur la seconde partie.
    Cependant, même si le vote est un droit constitutionnel, c’est aussi le devoir de chaque citoyen. Je vous rejoins néanmoins sur le fait que l’abstention est aujourd’hui reconnue au contraire du vote blanc, qui pourtant le devrait notamment dans cette période où l’électorat une forte volonté de renouveler ses représentants politiques. En attendant que cela change, vos avez raison de vous abstenir plutôt que de voter blanc.

    • @FBo
      Bonjour,
      « même si le vote est un droit constitutionnel, c’est aussi le devoir de chaque citoyen. »
      C’est justement parce que c’est un Droit qu’il n’est pas obligatoire, comme tous les droits d’ailleurs, et qu’il s’oppose donc à un Devoir. Normalement ils sont liés, on dit : « Qui dit droit, dit devoir !  »
      Vous avez le droit de rouler à 130 sur l’autoroute, mais vous pouvez aussi aller moins vite, sachant qu’il y a une limite minimale fixée à 90 km/h, mais comme la plupart des automobilistes vous vous arrêterez s’il y a un bouchon, et vous serez alors à 0 km/h ou au pas. Votre devoir ici consistera à ne pas percuter autrui.

      Le vote blanc est considéré comme nul depuis au moins l’élection de N. Sarkozy. J’ajoute que le vote ne devra en aucun cas être rendu obligatoire et surtout pas soumis à sanction.

  • Personnellement je fais parti de ceux qui ne croient absolument pas en Macron et qui s’abstiendront de voter. Au delà du programme et du fait que Macron est très loin d’être libéral, vous nous dîtes que ce dernier n’est pas absolument pas téléguidé par Hollande alors qu’il a passé plusieurs années au gouvernement du pire président de la 5ème. Vous nous dîtes qu’il n’y a eu aucun biais en faveur de Macron dans les médias, aucun sondage qui aurait largement orienté le vote en faveur de Macron, il faut être naïf ou aveugle pour ne pas voir que Macron est curieusement le candidat idéal pour les O.D.S. comme aime le rappeler Charles Gave.

    Macron va continuer exactement dans la lignée de Hollande, le pays aura de nouveau perdu 5 ans d’immobilisme, de non-réforme, etc. Si cela vous chante de voter pour François Macron a.k.a. Emmanuel Hollande, allez-y, on rigolera de vous comme on a rigolé de ceux qui ont regretté leur vote en 2012.

    Cela dit, je tenais à vous dire qu’appréciais particulièrement vos articles de manière général, Guillaume Nicoulaud.

  • Vous êtes tous naïfs……Macron va détruire la France, car, d’une part il va appliquer bien sagement les directives de l’Union Européenne, que ça vous plaise ou non; deuxio : il va faire entrer un nombre énorme de migrants, et nous aurons bien plus de chaos que vous ne le prédisez avec Marine LePen…A bon entendeur salut….La messe est dite…

  • Perso je voterai blanc même si cela ne compte pas dans les élections.
    Tout d’abord il y a des gens qui n’ont pas cette chance dans le monde.
    Ensuite je ne suis ni pour ni contre MLP ou Mâcon.

    Je dis même si MLP ne ferait pas un meilleur taff en mettant en faillite la France beaucoup plus rapidement.

    Peut être que les français ont besoin d’être au pied du mur pour rebondir.
    Bref, je ne voterai jamais « utile » car celui donne son vote ne peut pas critiquer ce candidat, connaissant le programme

  • Une nouvelle tête? Il suffit de voir son parcours: Science Po, ENA, inspection des finances, Rotschild, mais aussi membre du PS! Bref le parfait fonctionnaire socialiste!

    • Et jamais élu, pas un seul mandat pendant lequel il aurait pu piocher dans la caisse.
      Il a gagné son argent en travaillant pour le privé.

      Sérieusement, parmis les 11 candidats du premier tour, lesquels vous ne connaissiez pas il y a 4 ans ?

      Un seul : Macron.

      • Comme vous y allez!
        Et quand un ministre de Bercy favorise le rachat de SFR qui permet aux heureux bénéficiaires de l’opération d’empocher un bon paquet de millions en échange des frais d’une petite campagne (qui sera ensuite remboursée par le contribuable), vous appelez ça comment?

        • Le financement de campagne est plafonné à 7500€ par personne.
          Et c’est controlé strictement : demandez à votre ami Sarko ce qu’il en pense.

          Et malgré ça, rien ne prouvre que Macron ne sera qu’une marionette de SFR une fois élu !

          • Vous croyez que les dizaines d’articles à son sujet on été financés par ses fonds de campagne, avant même qu’il ne se présente? Ou les campagnes de presse pour descendre ses adversaires?
            Vous croyez que ses visites à l’étranger, organisées par nos ambassades, l’ont été?

    • C’est tellement un argument bidon… le parcours…

      Regardez Pepe Mujica (marxiste), Roger Douglas (travailliste)… ce sont des types qui ont plus travaillé en faveur du capitalisme libéral que bien d’autres qui s’en revendiquaient!

  • Je ne dois pas beaucoup comprendre le sens des mots car pour faire une vraie majorité il faut 50% + 1 voix avec une forte adhésion. Or à ce jeu, macron ne représente que 24% des voix du 1er tour qui pourrait être sa base (et encore sur ces 24% combien ont voté pour lui suite à la cabale Fillon). Maintenant le 2ème tour sera gagné malheureusement par macron qui n’est ni un homme politique, ni un homme sérieux, c’est juste un « bon » produit markété, ni plus, ni moins. On le vérifiera tout au long de quinquénat.
    On met en face un épouvantail qui n’a pas les capacités à fédérer les anti-macrons car on opposera comme d’habitude le front républicain, vaste fumisterie!

    Macron a brûlé les étapes qui permettent à certains politiques de « bien » vieillir, il a fait ses armes en restant très peu de temps (13 ans d’un parcours professionnelle atypique) ainsi 3 ans à l’IGF, puis 1 an à la commission Attali, puis 3 1/2 banquier d’affaires, puis 2 ans secrétaire de la présidence, puis 2 ans ministre de l’Economie. A moins d’avoir une intelligence hors norme et une capacité à apprendre, je trouve son parcours non-linéaire fait d’opportunisme sans réelle colonne vertébrale. Il aurait dû rester comme banquier d’affaires car le reste n’a pas marqué les esprit.
    Donc après ce parcours professionnel, il va tenter de diriger la 5eme ou 6eme économie mondiale sans avoir fait un parcours de besogneux, il va faire comme Icare et malheureusement il nous entrainera dans sa chute.
    Mon vote ne sera pas pour cet homme!

  • « Alors oui, sans doute y a-t-il dans la candidature d’Emmanuel Macron une dimension opportuniste : il a senti l’air du temps, il a tenté sa chance et ça a marché. » Tout le contraire d’une opportunité, mais une planification : Macron s’est occupé de sa campagne lorsqu’il était à Bercy et raflait 80% des frais de bouche à lui seul, pendant les heures de travail, parfait avec 2 cocktails d’affilés en dragant les faiseurs d’opinion…

    « la gauche de la gauche ». Je vous renvoie à Bourdieu : la gauche de gauche !

    « En marche pourrait devenir notre New Labour et Macron, un véritable Tony Blair à la française ». Bonne référence pour ce criminel parti continué ailleurs (Proche-Orient aux dernières vieilles nouvelles) ses méfaits avec sa moitié.

    « le futur du Parti dit Socialiste semble bien sombre. » Mais j’espère bien, car il n’avait de socialiste que le copinage avec les idées de droite depuis longtemps.

    « le fondateur d’En marche a réussi une OPA magistrale sur tout le centre gauche et que c’est une grave erreur de le sous-estimer. »
    Bien sûr Rothschild, le pdf de Nestlé, Minc (et l’histoire de la reprise du Monde), Drahi-Mourd frêres, mais aussi les milliardaires de la presse, les Jouyet et autres Hermand sont des centre-gauche…

    Ce n’est pas lui qui avait directement la main sur le PNF et la HATVP notamment. Mais le résultat est le même : malgré ses innombrables bassines, il n’est même pas mis en examen lui.

    Gestion de patrimoine, déclaration et emprunts loufoques et incomplète à la HATVP qui ne dit mot (comme le PNF) : ou c’est un voleur ou c’est un incapable en gestion de bonne famille.

    « gauche moderne et potentiellement libérale ». Eh bien voilà ! N’aurait-il pas mieux valut commencer par là ?

    « Frédéric Bastiat … je soutiendrai les bonnes et m’opposerai aux mauvaises. » Bonne pour qui ?
    Personne n’a lu son programme… même si on l’avait voulu : il n’en a pas réellement !

    Macron ? un petit caractériel,très influençable pour ne pas dire manipulable incapable de prendre décision, instable psychologiquement, hystérique parfois et aimant -trop- largement l’argent. Quant à la maturité, l’expérience, la profondeur (l’intérêt et la compréhension) de ses discours et de l’individu très fragile… au point où il est impossible de lui faire confiance…

    Le vote blanc comptabilisé, ce qui est censé être le b.a.ba de la démocratie permettrait qu’aucun des 2 candidats n’ait sans doute la majorité.
    Mais il faudrait la démocratie pour cela…

  • Petit rappel historique : Macron depuis son apparition sur les radars politiques a été instrumentalisé par Hollande pour nuire aux ambitions de Valls (ce petit coup bien monté est entre autre l’œuvre de Jouyet). A l’époque FH entendait encore se présenter et il fallait à tout prix qu’il rogne les ailes de Valls d’autant que celui-ci incarnait la réforme du PS vers la Social-Démocratie. Très habillement, pour ce casting un personnage plus jeune était nécessaire pour filer un coup de vieux à Valls et plus progressiste pour le couper des jeunes électeurs plus sensibles à la forme qu’au fond, mais surtout il fallait un énarque. Une fois le pion Macron positionné plus quelques coups tordus et bien vachards de FH pour créer de la tension entre les deux prétendants, il (FH) n’avait plus qu’à reprendre les commandes et incarner la synthèse. Patatras, FH n’a pas réussi à faire renoncer le PS aux primaires, il n’avait donc plus aucune chance. Que faire alors de Macon ? Eh bien, dans l’esprit retord de FH autant encourager la créature Macron à jouer les électrons libres pour faire payer au PS son obstination à vouloir des primaires et aux frondeurs leur déloyauté. Pour l’aider il fallait déblayer un peu le paysage politique, facile, quelques fuites de Bercy, quelques renvois d’ascenseur de magistrats idéologiquement complaisants, quelques saloperies de la presse de connivence et voilà Fillon éliminé (normal il n’est pas du sérail). Car le plus important ce n’est pas l’intérêt de la Nation ou la qualité de vie des Français, non l’essentiel, c’est de laisser le véritable pouvoir aux énarques, aux hauts fonctionnaires des ministères, c’est de préserver le biotope de la technostructure, de favoriser son expansion endogène. Une pincée de Libéralisme, un zeste de social-démocratie, une larme d’ouverture au centre et le tour est joué. Si Paris vaut bien une messe, la préservation des privilèges des aristocrates de la République s’accommodera d’un Macron. Il saura, le moment venu, agir de même et remettre à son corps d’origine les leviers de commande. A Macron le côté cosmétique de la fonction, les dorures et les paillettes, à l’Enarchie le destin du pays et ses prébendes… ad vitam æternam…

  • Il faut ouvrir les yeux messieurs les thuriféraires de Macron: ce Golden-Boy n’est que le pion de tous les vieux profiteurs du bon vieux capitalisme de connivence.
    Et vous gobez tout cru les oracles estampillés Attali, Minc et consorts, soutenus par tout ce qui tourne à plein gaz sur un axe de girouettes?
    Et vous espérez qu’avec un tel attelage les choses vont s’améliorer et que l’étau de l’État (sic) va se relâcher?
    Manquer autant de clairvoyance est affligeant! Car Macron n’aura aucune majorité solide et virevoltera au grès des vents, à l’instar de celui qui lui transmettra le flambeau destiné à illuminer M. Drahi et ses affidés. Lesquels se frottent plus que jamais les mains: une petite dizaine de millions pour payer la campagne du petit banquier qui leur avait fait empocher plusieurs centaines de millions de valorisation lors du rachat de SFR grâce au très désintéressé Ministre de Bercy, le « deal » a été juteux…
    Et les gogos de s’esbaudir et d’applaudir!

  • D’après un sondage, 66% des Français sont mécontents du résultat.
    Quoi qu’il arrive au second tour, le vainqueur aura eu moins d’un quart des voix au premier tour.
    Moins d’un quart des 70% qui ont voté.
    Cela veut dire que le président sera celui d’environ 18% des Français.
    De plus, il n’aura vraisemblablement pas le soutien de l’Assemblée nationale.

  • @monaco Phil. tout à fait d’accord avec vous :
    Fillon peut encore être 1er ministre !!!!! il y aurait un voté caché qui resterait encore inexploité. (Désolé, je viens de passer par le Gorafi).
    mais quand même, ce sont bien les législatives qui peuvent faire la différence. si la droite n’est pas forte en s’alignant sur le programme de Fillon, ce sera la rue qui gouvernera. Le privé sera ultralibéralisé (plutôt sauce uberisation avec concurrence déloyale en veux tu en voilà) et le publique gardera ses acquis et sa corpulence car facilement mobilisable.
    La présidentielle on s’en fout maintenant, laissons les parisiens affronter les campagnes déshérités.
    Ce sont les législatives qui peuvent faire la différence. Macron pourra toujours faire son RSIcare.

  • Pfff certains libéraux pétrifiés dans leurs principes sont comme l’extrême gauche : plutôt rien que faire des concessions. Libre à eux de venir pleurnicher à longueur d’articles sur contrepoints en attendant leur messie qui ne viendra jamais. Je ne vote pas, je ne suis pas macroniste non plus mais je constate que chez les français de l’étranger y compris dans les pays réputés libéraux macron le rouge tagada est toujours très largement en tête (>50% aux US et UK par exemple). Vous me direz oui c’est normal c’est l’ADN français on n’y peut rien ! Dans mon entourage j’ai convaincu certains de ne pas voter Hamon ou Mélanchon leur suggérant Fillon mais ils ont préféré voter Macron. C’est déjà un pas, insuffisant mais qui va dans le bons sens.

    • Tout cela ne prouve qu’une chose: la propagande médiatique a été plus efficace à l’étranger qu’ici. Regardez les résultats du référendum en Turquie, c’est pareil. Cela devrait vous faire réfléchir.

      • Si la propagande médiatique avait une réalité alors elle n’est absolument pas efficace. Les électeurs ne se définissent pas sur les médias ni sur les consignes de vote. Les médias américains étaient contre Trump on a vu le résultat. Tout ça c’est du complotisme de bas étage.

        • Allez expliquer par « du complotisme de bas étage » le refus de certains électeurs, prêts à voter Fillon lors de la primaire de la droite, de prendre en compte même l’hypothèse d’un vote Fillon suite aux « affaires ». Le matraquage a été tel, que le programme de Fillon est devenu inaudible. La différence avec Trump étant que le programme de Fillon, aussi imparfait soit-il, ne tenait pas en quelques slogans.
          C’est également amusant que vous ne lisez même pas mon message jusqu’à la fin…

          • Et pourtant il n’était pas long ❗

          • Je pense que vous surestimez le pouvoir des médias sur le comportement des gens. En 2005 le référendum sur le traité établissant une constitution européenne récueille presque 55% de « non » alors que les partisans du « oui » avaient eu 71% d’antenne dans les médias. Fillon s’est gauffré de lui-même en grande partie avec une défense petits bras. Quant au référendum en Turquie, Erdogan représente une majorité au sein de la population, média interposé ou non. Enfin aujourd’hui avec les réseaux sociaux, internet , etc il est plus difficile de vérouiller l’information dans un sens. Non désolé la propagande médiatique je n’y crois pas.

            • Vous êtes d’accord, j’espère, qu’il y a certains problèmes démocratiques en Turquie actuellement, et que la presse en pâtit. Vous devez être également d’accord avec le fait que le gouvernement turc a moins d’emprise sur les médias étrangers que sur ceux nationaux.
              Et pourtant, le score d’Erdogan dans tous les pays ouest-européens à population turque notable a été largement supérieur à celui obtenu en Turquie.
              Comment expliquez vous tout cela?
              Comme ça, c’est plus clair?

              • Ah non c’est pas vraiment plus clair au contraire. En effet la diasporama turque a voté plus largement en faveur de Erdogan qu’en Turquie même, par exemple 65% (non officiel) en Allemagne. Qu’est ce que ça veut dire ?
                Que ces électeurs malgré l’accès à des médias pluriels ont surtout choisi Erdogan comme les français de l’étranger ont choisi Macron. Et pire encore pour votre raisonnement car si les médias turcs étaient muselés par le pouvoir on peut douter de leur influence compte tenu du résultat en Turquie (petit majorité). Selon votre théorie c’est l’inverse qui aurait dû se produire.

                Comment expliquer le score de Macron chez les français de l’étranger ? En regardant l’électorat de Fillon qui est le plus âgé de tous les candidats donc pas vraiment le profil des expatriés. Certes les affaires de Fillon ont joué en sa défaveur par l’effet de suspicions sur le candidat bien plus que le matraquage médiatique. Les Blakany se sont fait élire je ne sais combien de fois malgré l’archanement médiatique (à juste titre ).

                • Vous ne comprenez pas? C’est parce que vous n’êtes pas expatrié.
                  Quelqu’un qui vit en France (ou en Turquie, pour un Turc) ne se limite pas à l’information relayée par les médias pour se renseigner, il voit des choses en direct. Celui qui est à l’étranger va se fier bien plus aux informations présentes dans les médias de son pays d’origine, car le pays d’accueil ne va présenter que les informations qui font le plus le buzz, et de la manière dont on les traite habituellement, tout en hyperboles.
                  Les seuls épargnés (en partie) par ce biais sont ceux qui ont gardé des liens forts avec le pays d’origine, mais même eux vont être biaisés par les « yeux » avec lesquels ils voient les évènements locaux.
                  Conclusion, le vote des expatriés montre bien le biais induit par les médias dans le jugement collectif (il y a certes des exceptions, mais elles ne s’appliquent pas pour nos exemples).
                  Quant à votre réfutation de l’importance du matraquage médiatique au sujet des affaires Fillon, permettez moi de rire. Même suite à des meetings plutôt réussis, la seule chose qu’on pouvait lire se limitait à la douzaine d’allumés d’extrême gauche qui l’avaient reçu avec des bruits de casseroles. Les indécis n’ont rien entendu d’autre au sujet de Fillon ces trois derniers mois à part les « affaires », c’est un fait.

                  • Mouais enfin en 2012 les expatriés ont voté majoritairement Sarkozy pas vraiment épargné par les médias.
                    Bon il y a certainement un effet comme vous dites mais j’ai des doutes sur le dosage.
                    Au plaisir,

    • Je suis exactement sur cette ligne. Macron n’est pas le candidat libéral rêvé mais déjà il a un discourt qui va dans le bon sens.
      Je ne comprend pas qu’un libéral puisse hésiter entre Le Pen et Macron.
      C’est vrai nous sommes en France, pays de raleurs même chez les libéraux.

      • Vous êtes trompé par un libéralisme de façade, derrière lequel se cache la même oligarchie accro au capitalisme de connivence.
        Même son discours ne va pas dans le bon sens: « illettrées », « alcoolos », « travailler » pour « se payer un costard », tout cela révèle un mépris supérieur de toute une partie de la population française. Discours qui fait écho à tout ce qu’on peut entendre de la part de ses soutiens depuis bien longtemps (Attali, pour ne citer que lui).
        Ses louanges à Merkel pour l’accueil des migrants, pile au moment où en Allemagne même on commence à changer d’attitude sur le sujet, corroborées avec « la culture française n’existe pas », ou avec les « crimes contre l’humanité », dénotent un mépris et une méconnaissance de ce que la France représente qui le disqualifient totalement en tant que futur Président de la République.
        Et les exemples peuvent continuer…
        Je vous pose la même question qu’à fm06, suite à son poste du 25 avr. 10h54: en quoi Macron serait-il un moindre mal que Le Pen, d’un point de vue libéral?

  • euh il faut remplacer « articles » par « commentaires »..

  • Je ne me plains pas, je constate. Et je crois avoir étayé qu’un Macron au pouvoir allait nuire au libéralisme puisque celui-ci serait accusé à tort quand Macron aura échoué. Si on défend la liberté, il n’y a vraiment aucun intérêt à voter Macron.

    C’est très simple, la France va dans le mur. Avec Macron ça sera à feu doux, avec MLP on accélère la situation. La finalité n’en reste pas moins un impact violent.

    Entre peste et choléra, si j’ai le choix de n’en choisir aucun, c’est ce que je ferai.

    • Oups, mauvaise manip, cette réponse était destinée à AxS.

    • Si on prend votre point de vue catastrophiste, il vous reste un 3e choix : partir, quitter la France.

      … si LePen venait à finalement être élue, la question se posera vraiment.
      Je me la poserai.

  • Mettre dans le même sac les échecs PS et LR relève d’une exégèse hâtive et superficielle de la situation politique du pays.
    Le candidat LR chute sur manipulation politique assez évidente, tant par son contenu que par son timing. Sans oublier que notre Président n’en est pas à son coup d’essai en matière de manipulation de l’opinion pour décrédibiliser l’opposition.

    • Il chute avant tout par sa propre faute : il a fait campagne sur des valeurs qu’il n’incarnait pas. Il a menti et trahi ses électeurs.

      S’il avait un tant soit peu de conscience politique, il se serait écarté ET aurait travaillé dix fois plus pour faire gagner son successeur. – et ainsi racheter ses fautes, au moins moralement.

      Au lieu de ça, il a précipité son parti dans sa chute.

  • Je pense ne plus perdre mon temps, trajet + poireau en file d’attente, pour aller voter pour choisir la belle et la bête (immondeeuh). Surtout que la belle peut se transformer en bête d’un coup de baguette magique… Voter pour des escrocs, qu’ils soient de droite, de gauche, du centre ou qu’ils se prétendent « ni ni », c’est équivalent.

    Dans ce cas de figure, il me semble important de soutenir la partie qui ne sera pas à la tête de l’éxécutif, quel que soit son costard que les merdias lui auront taillé. Autant que les experts du Moonwalk aient à faire des compromis. S’ils les font avec le parti de Méluche, tant pis pour la France : le pays l’aura voulu en son âme et conscience. Ce ne sera pas la faute des groupies fillonistes comme j’en ai été insulté sur CP.

    Avec un peu de décence, vous auriez pu tranformer votre propos en questionnement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La publication d’une partie d’un entretien entre Macron et Poutine n’a pas plu à Moscou. Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russes, a évoqué un manquement à l’étiquette diplomatique. Cet incident diplomatique met en lumière un problème dans la stratégie des dirigeants européens lors du conflit Ukraine-Russie : le remplacement de la diplomatie par la communication publique.

Une tendance qui est problématique dans la bonne conduite stratégique.

 

De la diplomatie entre dirigeants à la communication au grand ... Poursuivre la lecture

Pendant la pandémie, l’État français aura détérioré son économie encore davantage. La dette publique est passée de 98 % du PIB fin 2019 à 118 % en mars 2021, alors qu’il a fallu presque 15 ans pour passer à un endettement de 80 % à 100 % du PIB. Il est donc impératif de revenir sur un sujet qui est toujours d’actualité depuis plusieurs décennies : réformer la France.

 

Le besoin criant de réformes en France

Étant donné le contexte, il est ahurissant que le président Macron, le premier protagoniste politique dans ce pays, ai... Poursuivre la lecture

Par Michael Miller[1. Michael Matheson Miller est chercheur et directeur des médias à l'Acton Institute. Ses films comprennent Poverty Cure, The Good Society, et Poverty, Inc., qui a reçu de nombreux prix cinématographiques.].

L’entrepreneuriat suscite un grand enthousiasme de nos jours. Il existe des entrepreneurs sociaux, intellectuels, éducatifs, et même des « intrapreneurs » (des entrepreneurs au sein de leurs propres entreprises).

Des entrepreneurs tels que Steve Jobs et Bill Gates ont été érigés en citoyens modèles. Des ma... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles