Marine Le Pen ou l’opposante sans qualité

Il s’est confirmé lors du débat de mercredi que Marine Le Pen serait non seulement une opposante du prochain gouvernement, mais une opposante sans qualité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marine Le Pen à Sciences Po en 2012 (Crédits Rémi Noyon licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marine Le Pen ou l’opposante sans qualité

Publié le 5 mai 2017
- A +

Par Nathalie MP.

Emmanuel Macron est une pomme de discorde au sein des cercles libéraux. Pour certains, il représente un renouveau, un espoir bienvenu de modernité et d’adaptation à notre monde en vive évolution technologique, économique et géopolitique.

Pour d’autres, il n’est que la forme renouvelée du socialisme qui se cherche dans une vaine deuxième voie depuis l’échec des expériences communistes du XXème siècle. 

• Pour ma part, j’appartiens plutôt à la seconde catégorie. Le programme d’Emmanuel Macron me laisse sceptique, car s’il est question de gérer efficacement l’existant, s’il est question de libéraliser ici ou là, s’il est question de donner plus d’autonomie aux particuliers et aux entreprises – « combiner un État bien dirigé avec un secteur privé dynamique » pour reprendre les mots de Renaud Dutreil, tout ceci reste contraint dans la vision immuable d’une France étroitement encadrée par l’État et dans l’illusion de politiques « volontaristes » pour imposer le changement.

Pas de remise en cause fondamentale

Nulle part n’apparaît la remise en cause fondamentale du monopole de l’État sur les choix des individus, notamment en matière de Sécurité sociale et d’éducation. Pire, en quelques endroits apparaissent des contraintes supplémentaires, je pense à cette récente idée aberrante de fixer le « prix juste » des produits alimentaires via des états généraux de l’alimentation.

La preuve formelle de ce non changement nous est apportée par les 60 milliards d’euros de baisses des dépenses publiques qu’Emmanuel Macron compte réaliser au cours de son quinquennat.

D’une part ces baisses ne se réaliseront qu’en « tendance », ce qui veut dire très concrètement (comme j’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer à propos des budgets Sapin Hollande) que les dépenses continueront à augmenter, mais si possible moins vite qu’avant.

Recettes anciennes qui ne marchent pas

Et d’autre part ceci est assorti d’un plan d’investissement public de 50 milliards d’euros. Une relance, en d’autres termes. La bonne vieille recette keynésienne qui a si bien marché depuis toujours, à tel point que notre dette frôle maintenant les 100 % du PIB.

D’après moi, et j’ai déjà eu l’occasion d’en parler dans ce blog, notre déclassement économique, symbolisé par un chômage accroché depuis des mois à 10 %, pèse très lourd dans nos angoisses sur l’avenir de la France comme civilisation.

Comment être optimiste si l’on craint pour son emploi et si l’on redoute que nos enfants n’atteindront même pas le niveau de vie qui est le nôtre aujourd’hui ? Comment ne pas voir le reste du monde comme une menace, si l’on est toujours du côté des perdants ?

Changer le paradigme

Seul un changement complet de paradigme peut répondre à cela. Ce qu’on a fait depuis 20, 30 ou 40 ans, c’est la théorie du « il faut plus de moyens », c’est-à-dire dépenses publiques, impôts et dette. Ce qu’on n’a jamais essayé, ce qu’il faudrait mettre en oeuvre enfin, c’est  : baisse des dépenses, baisse des impôts, libéralisation du marché du travail, choc de simplification.

Le programme d’Emmanuel Macron, malgré de bonnes idées ponctuelles (la possibilité de négocier le travail au niveau de l’entreprise, par exemple) en est très loin. Seule une belle période de croissance mondiale dont on capterait les retombées pourrait masquer un temps les insuffisances de nos réformes de structure. C’est du reste ce que François Hollande espérait pour son quinquennat, mais ça n’a pas eu lieu.

Deux candidats aussi nuls l’un que l’autre ?

• Est-ce une raison pour considérer que si le débat d’entre-deux tours de mercredi soir dernier (vidéo complète en fin d’article) a été lamentable, minable, affligeant, navrant, et tout ce que vous voulez – je ne trouverai jamais assez de sombres adjectifs pour caractériser l’impression de descente incontrôlée dans la petitesse qu’il m’a laissé de la première à la dernière minute – est-ce une raison pour considérer que la faute en revient à deux candidats uniformément nuls et sans intérêt selon le verdict indifférencié du « pas un pour rattraper l’autre » ?

Selon moi, cette posture de renvoi dos à dos a tout d’une tentative de la dernière chance de noyer le naufrage personnel de Marine Le Pen dans un prétendu naufrage plus large englobant Emmanuel Macron au premier plan et toute notre vie politique au second plan.

Lamentable Marine Le Pen

Ce n’est pas ma lecture des choses.

D’entrée de jeu, Marine Le Pen s’est collé sur les lèvres le sourire aussi large que figé qu’elle arbore toujours lors des circonstances médiatiques d’importance. Comme je l’indiquais déjà dans un précédent article, faute de maîtriser un tant soit peu les sujets dont elle parle, notamment tout le volet économique – et le débat en aura offert une preuve supplémentaire – elle a utilisé de bout en bout son argument télévisuel choc : le petit sourire ironique plein de sous-entendu méprisant qu’elle adopte mécaniquement pour terrasser ses contradicteurs sans avoir à s’expliquer elle-même outre-mesure.

Et dès la première intervention, qui lui revenait par tirage au sort, elle a attaqué, en lisant ses « éléments de langage » sans grande discrétion :

M. Macron est le candidat de la mondialisation sauvage, de l’uberisation, de la précarité, de la brutalité sociale, de la guerre de tous contre tous, du saccage économique de nos grands groupes, du dépeçage de la France par les grands intérêts économiques, du communautarisme ; et tout cela piloté par M. Hollande.

L’ultra-libéral Macron ?

Manifestement acquise au précepte pédagogique qui enjoint de dire qu’on va dire, dire qu’on dit et dire qu’on a dit, elle nous a rejoué la scène avec quelques variantes et moult rictus pendant tout le débat.

Thème principal : Emmanuel Macron est un ultra-libéral piloté depuis l’Élysée par un socialiste, et il nous livrera en vrac aux puissances d’argent mondialisées, au communautarisme islamiste, à Bruxelles et à Madame Merkel.

Quel homme, ce Macron ! Socialiste et ultra-libéral à la fois ! Thèmes périphériques : banquier au cœur froid, insinuation sur un compte non déclaré aux Bahamas et gracieuse attaque concernant Madame Macron.

Incapable de se tenir, alors que M. Macron avait la parole pour conclure et disait « c’est cela que je veux pour la France, c’est cela que je mènerai », elle a tenu à confirmer son statut de mégère trois étoiles de la politique française en coupant le journaliste qui prenait congé des téléspectateurs pour lancer une dernière pique à son adversaire : « Avec François Hollande ? »

Pas d’esprit de finesse

Alors oui, Emmanuel Macron n’a pas mis longtemps à répliquer : « Vous avez démontré que vous n’êtes pas la candidate de l’esprit de finesse ». Et  il ne s’est pas privé non plus de rappeler qu’il y a un ou une Le Pen candidat à l’élection présidentielle française depuis plus de quarante ans. Ce n’est pas une attaque ad hominem, c’est la réalité du parti dirigé par le clan Le Pen & fille.

J’ai du mal à lui en vouloir. Je trouve au contraire qu’il a montré une belle résilience et une patience exemplaire face à cette femme qui cherchait à le faire sortir de ses gonds tout en se montrant elle-même d’une nullité navrante dès qu’on en venait aux sujets concrets.

Et je le crédite du fait d’avoir répondu aux questions prévues – sur l’éducation, sur le terrorisme etc… – de façon concise sans faire le cinéma invraisemblable de son opposante.

L’esprit de défaite de Marine Le Pen

Plus fondamentalement, il lui a fait reproche de promouvoir un esprit de défaite plutôt qu’un esprit de conquête. Quelles que soient les insuffisances que l’on peut reprocher à juste titre à Emmanuel Macron sur nombre de sujets, je trouve que cette vision de Marine Le Pen et des propositions du Front national est particulièrement juste  :

Vous portez l’esprit de défaite. Vous expliquez à nos concitoyens : ‘C’est trop dur la mondialisation pour nous, c’est trop dur l’Europe, donc on va se replier, on va fermer les frontières, on va sortir de l’Euro, sortir de l’Europe. Les autres y arrivent mais pas nous.’

Marine Le Pen avait si peu à proposer qu’elle a préféré consacrer sa « carte blanche », c’est-à-dire un dernier thème laissé au choix des candidats pour un sujet particulier qui leur tient à coeur, à la relance de son crin-crin anti-Macron :

« Je n’ai pas de thème choisi, c’est une philosophie générale, M. Macron. La France que vous défendez, c’est pas la France, c’est une salle de marchés … »

L’obsession anti-libérale de Marine Le Pen

Il y a une semaine, juste après les résultats du premier tour, je souhaitais que le score de Madame Le Pen le 7 mai prochain soit le plus bas possible afin de ne pas lui laisser tout le champ d’une opposition désespérément anti-libérale au futur gouvernement. Il s’est confirmé lors du débat de mercredi que Marine Le Pen serait non seulement une opposante, mais une opposante sans qualité.

Les législatives de juin seront donc absolument cruciales pour notre future vie politique et pour restaurer à notre débat public un peu du niveau qui s’est complètement effondré mercredi sous les « éléments de langage » perpétuellement ressassés pendant deux heures et demi par Madame Le Pen.

La majorité de Macron

La bonne nouvelle, c’est que les projections en sièges commencent à sortir. D’après une étude publiée par Les Échos, Macron ne serait pas loin de former une majorité, la droite et le centre, sans atteindre la cohabitation (idée folle) vantée par Baroin, garderaient une puissance d’opposition non négligeable, le FN aurait du mal à dépasser les 25 / 30 députés et le PS canal historique comme l’extrême-gauche seraient réduits à leur plus simple expression.

Questions en suspens : qu’est-ce que l’opposition ainsi constituée va faire de son pouvoir d’opposition ? Où et comment les libéraux vont-ils pouvoir peser sur les choix de la France ?

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Pour que l’opposition de droite soit de bonne qualité, il faudrait que LR fasse comme le PS son travail de clarification de sa ligne politique.
    Les représentants LR de la droite conservatrice et europhobe auraient parfaitement leur place au sein de la « tendance libérale » du FN, celle qui monte …

    • Cessez de raconter n’importe quoi! La droite n’est ni conservatrice, puisqu’en l’occurrence c’est la gauche qui ne veut pas réformer mais conserver ses acquis qui s’évaporent avec le temps, car avec la faillite de l’économie, qui les finance, ne le permet plus. Elle n’est pas non plus europhobe puisque c’est elle qui a voter pour! Lorsqu’on est ignorant on se tait au lieu de se ridiculiser!

  • Je souscris à 100 % à cet excellent article avec les mêmes réserves libérales concernant le programme du très probable nouveau président. Acceptons toutefois de reconnaître qu’on ne passe pas de 70 ans de culture et pratiques étatiques françaises ayant marqué viscéralement nos concitoyens abonnés dés leur naissance à l’Etat providence, son organisation et ses institutions envahissantes, vers un système libéral réhabilitant l’initiative individuelle, la prise de risque et la responsabilisation personnelle dans un système administratif réduit à ses fonctions essentielles. La jeunesse de Macron donc sa compréhension du monde, son intelligence reconnue, son énergie et sa pédagogie peuvent favoriser cette prise de conscience préalable des français indispensable à la mise en oeuvre des réformes que nous n’avons pas faites, y compris sous Fillon plusieurs fois ministre. Cette étape est certes décevante pour des libéraux ayant déjà accompli le chemin, mais peut-on objectivement y échapper ?

    • Disons que s’il est libéral et veut changer les choses, sa méthode est probablement la meilleure: être élu est le premier pas indispensable ! Fingers crossed.

    • Les antécédents et le bilan, en tant que conseiller et ministre de Hollande, ne plaident pas pour le scénario que vous présentez!

  • Je me pose une question: Marine Le Pen se serait-elle suicidée volontairement lors du débat? Peut-être ne tient-elle pas à être élue Présidente, car la tâche qui attend le mal(heureux) élu est ardue. Redresser la France relève de l’impossible, étant donné l’addiction à l’Etat providence des français . Peut-être préfère-t-elle être dans l’opposition pour pouvoir dire au fil du quinquennat: vous voyez je vous l’avais bien dit. Et prendre sa revanche en 2022. Cette hypothèse m’a traversé l’esprit car je la crois moins bête que cela, même si totalement ignorante sur certains sujets dont l’économie.

    • c’est trés possible en effet ,elle est rusée et calculatrice ;

    • Elle n’est pas stupide au point d’ignorer qu’elle n’a pas de réserve de voix suffisante pour gagner! Au FN ils considèrent que 40% serait une victoire pour le parti !

    • L’impression désastreuse qu’elle a laissée durera bien plus longtemps que cette présidentielle, me faisant douter de l’existence d’une stratégie derrière.
      Je pense plutôt qu’on a assisté à un vrai pétage de plombs en direct.
      MLP est finie en tant que politique, la curée commencera dimanche soir.
      C’est la vraie surprise de cette élection pour moi, loin d’en profiter le FN va être balayé comme les autres partis.

    • gaston79: Je me pose une question: Marine Le Pen se serait-elle suicidée volontairement lors du débat? Peut-être ne tient-elle pas à être élue Présidente

      Je me suis posé exactement la même.

      Soit elle est effectivement bête et grossière et croit vraiment à toutes les âneries qu’elle débite, soi au contraire elle est très intelligente et après avoir bien surfé sur de la démagogie pure pour gagner de l’influence elle s’est rendu compte que sa vie allait être impossible en tant que présidente, acculée par tous ses mensonges et toutes les oppositions possibles. Une position beaucoup moins confortable que la simple démagogie irresponsable.

      Je penche quand même pour la première hypothèse, les chats ne font pas des chiens, on n’est pas connu pour la finesse intellectuelle chez les Le Pen.

  • elle est beaucoup critiquée suite à ce débat , critiques justifiées à ce qu’il parait ; elle doit être complêtement à plat , car il ne doit pas être facile de gérer des stress aussi importants : celui d’avoir réussi à se maintenir au 2 em tour , et celui de devoir se battre continuellement contre tous ; elle est coriace , et ça on ne peut pas lui enlever ;

  • Je partage cette analyse.
    Tout le comportement non verbal (sourire figé, épaules en avant, mouvements de tête) de Marine Le Pen appuyait ses attaques démagogiques. Elle était d’emblée et en totalité dans la position du destructeur : je détruis, j’invective mais je ne propose rien.
    De plus ses fiches posées devant elle la mettaient dans la position de l’élève face au professeur créant ainsi un effet paradoxal avec son comportement : l’élève qui injurie le prof. Selon un « indiscret » publié par RTL le vendredi 5 mai, les cadres du FN ont été « déçus » par leur candidate. « Un « naufrage », « indigne », « pas présidentiel », « un suicide politique », « Elle a été écrasée. Elle a mis à bas cinq ans de boulot de crédibilisation et de dédiabolisation » : les termes, rapportés par le média précité, sont forts. Marine Le Pen n’étant pas suicidaire ni idiote deux possibilités :
    – vouloir à tout prix « briser » son adversaire version guerre totale pour le faire « craquer » (mais cela veut dire quoi ? Lui faire dire « oui je suis pour la mondialisation sauvage », « je suis un ultra libéral vendu aux élites cosmopolites » etc.) ce qui s’appuie sur une vision de « l’aveu ». Votre adversaire a des convictions et des intérêts cachés (obscurs) et en le mettant sous tension on peut le faire avouer ….(tout cela renvoie à une sorte de vision policière et/ou conspirationniste de la politique et de l’histoire)
    – soit, se poser en future opposante la plus déterminée (virulente) dans l’optique de recueillir une partie significative de la France Insoumise…au fond sachant bien que le FN n’est pas prêt à assumer le pouvoir (mais au fond je ne suis pas persuadé qu’elle veuille vraiment du pouvoir -au contraire d’une ligne de « compromis historiques » visant à y parvenir cf. Philippot- , l’opposition est bien plus lucrative et reposante …)
    Pour ma part je penche pour la deuxième option.

  • Ce que l’on constate c’est le manque absolu de mémoire et de capacité d’analyse des français, complètement abrutis.
    La Réalité est que Macron fut conseiller économique de Hollande, puis son ministre, et que le RESULTAT est 1,1% de croissance en 2016, malgré la baisse de l’euro, des taux et du pétrole, et 1 million de chômeurs supplémentaires! Alors comment Macron pourrait avoir les capacités de représenter un renouveau, un espoir bienvenu de modernité et d’adaptation à notre monde en vive évolution technologique, économique et géopolitique?
    Ce n’est qu’un énarque de plus, ancien de Science Po, donc sans aucune notion sur l’économie. Et son passage dans une banque n’est pas une expérience dans le monde des affaires!

  • Emmanuel Macron est une pomme de discorde au sein des cercles libéraux. Pour certains, il représente un renouveau, un espoir bienvenu de modernité et d’adaptation à notre monde

    .

    Je ne comprends pas comment ils peuvent méconnaître à ce point les pouvoirs à l’œuvre en France, surtout après tant d’échecs de toutes les réformes depuis 30 ans.


    L’appareil d’état est fort de 7 millions de salariés d’état et amis répartis à tous les étages : corporations d’état, élus, partis, entreprises d’État, PPP, médias à 86% de gauche et 100% étatiste et des innombrables officines, associations, écoles et administration qui n’ont absolument aucune intention de réduire leur train de vie ni leur influence et qui disposent de tous les pouvoirs et contre-pouvoir y compris et non des moindres celui de la « rue » très fortement relayé par les médias !


    Le « pur » privé qui ne représente déjà qu’un emploi sur trois et encore moins si on enlève le capitalisme de connivence et les « bénéficiaires contents » de l’argent public n’a aucun accès politique à l’élaboration des lois de la fiscalité, de la contestation ouverte et très peu à celui de l’opinion ou de l’information.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles