L’homme politique français, dernier rempart contre l’égoïsme

Publié Par Baptiste Créteur, le dans Politique

Les Français sont des égoïstes, et les Français qui partent sont à la fois des collabos et des déserteurs. Merci, monsieur Dupont-Aignan, de nous rappeler que nous devons tous allégeance à ceux qui veulent nous gouverner, modèles d’intégrité et d’altruisme.

Par Baptiste Créteur.

Après avoir comparé les expatriés aux collabos de 1940, puis à des déserteurs manquant de patriotisme, Nicolas Dupont-Aignan souhaite qu’on déploie tout l’arsenal fiscal et législatif possible pour empêcher les Français de partir, notamment un impôt sur la nationalité, une harmonisation fiscale et la déchéance de la nationalité pour ceux qui quittent le pays qui les a vu naître et grandir et qu’ils ont vu sombrer et dépérir. Pour le président de Debout La République, on ne déserte pas son pays.

Le président de Debout la République (DLR), Nicolas Dupont-Aignan, a déploré mercredi sur RTL le départ annoncé de Gérard Depardieu pour la Belgique pour des raisons fiscales, fustigeant l’«égoïsme généralisé» qui prévaut actuellement selon lui. «On ne déserte pas son pays, surtout lorsqu’on est favorisé par le talent. Quand on est aimé des Français, eh bien, on lutte à l’intérieur», a-t-il dit.

Quitter son pays serait faire preuve d’égoïsme. Être favorisé par le talent donnerait des responsabilités vis-à-vis du pays, ou vis-à-vis des Français, ou vis-à-vis de l’État français, puisque c’est in fine de cela qu’il s’agit : en choisissant de vivre ailleurs et, donc, de ne plus payer ses impôts en France, on n’offre plus à l’État français la possibilité de nous spolier d’une partie des fruits de notre travail qu’il estime mériter pour des services qu’il rend gratuitement, sans en laisser le choix, et – comme le révèlent les déclarations des hommes politiques ces derniers temps – en contrepartie d’un servage ad vitam aeternam.

Pourtant, il semblerait que ceux qui partent déplorent, justement, que leur talent ne soit pas apprécié. Gérard Depardieu, élu à l’unanimité plus gros égoïste du moment par une classe politique en mal de boucs émissaires pour expliquer ses échecs, a écrit, dans sa lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault :

Je n’ai malheureusement plus rien à faire ici, mais je continuerai à aimer les Français et le public avec lequel j’ai partagé tant d’émotion ! Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent, en fait, la différence, doivent être sanctionnés.

A priori, il aime les Français, et les Français sont plutôt d’accord avec lui. Les hommes politiques ont en réalité deux choix possibles : fustiger le départ de tant de ressources pour le pays et pour un budget de l’État désespérément déséquilibré ; ou s’interroger sur les raisons de leur départ, reconnaître qu’on a le droit de préférer que les fruits de notre travail nous reviennent en premier lieu et remettre en question le modèle de société qu’on nous impose.

Ils ont choisi. Il faudrait, pour Nicolas Dupont-Aignan, que les Français soient moins égoïstes :

«Que Gérard Depardieu vienne lutter avec nous (…) Le problème du pays, c’est cet égoïsme généralisé, c’est chacun pour soi. Quand un pays vit (pour le) chacun pour soi, on ne s’en sort pas», a-t-il poursuivi en se déclarant «tout à fait» d’accord pour que l’acteur perde sa nationalité française s’il ne paie plus ses impôts en France.

Il semble impossible de faire comprendre à notre classe politique que la défense de ses intérêts personnels est pour l’individu le moteur de la création. Eux n’ont jamais réellement créé de richesse, tout au plus ont-ils un certain talent pour se l’approprier. C’est donc tout naturellement qu’ils placent toujours le bien-être des Français avant le leur, certains qu’ils sont de toucher leurs rémunérations et indemnités à la fin du mois. Citons par exemple le député Yann Galut, qui n’hésite pas à allouer les ressources des contribuables à de belles et justes causes comme l’Amicale des Conseillers Généraux du Cher – dont il connaît bien les problématiques pour être lui-même conseiller général. Les conseillers généraux sont français, c’est donc dans un élan de générosité désintéressée qu’un conseiller général approuve de telles subventions (95 460 euros en 2010). L’utilisation que les Français auraient pu faire de cet argent, qui fut à un moment le leur, leur aurait sans nul doute été moins bénéfique.

Il est donc tout naturel que les contribuables français versent une partie, voire la majorité, des fruits de leur travail à l’État : comment pourraient-ils mettre de côté leur égoïsme, alors qu’ils vivent dans un climat économique toujours plus incertain, et ignorent sans doute que le climat monétaire l’est au moins autant ? En cette période de fêtes, on le voit bien : les Français dépensent de moins en moins pour faire plaisir à leur entourage. Les ministres, eux, ne lésinent pas sur la dépense. On peut donc compter sur eux pour nous ôter de l’esprit toute velléité d’égoïsme, tout élan d’individualisme, toute pensée qui ne serait pas avant tout tournée vers autrui.

Mieux vaut donc que les Français demeurent la propriété de l’État français, et non l’inverse : ils pourraient être tentés de vivre une vie heureuse et prospère, laissant sur le bas-côté de la route de la liberté nombre d’hommes et de femmes politiques obligés de gagner leur vie par leur propre travail. Ce serait indigne de leur condition, eux qui ont toujours refusé l’égoïsme et ont tant fait pour la France sans rien attendre en retour que de maigres indemnités.

Laisser un commentaire

  1. Au lieu de critiquer, vous feriez mieux de montrer l’exemple vous et vos confreres, en vous mettant au meme obligations sociale que les francais. Après cela vous pourrez ouvrir votre bouche sur les déserteur et autres…

  2. Baptiste, votre post est comme tous les autres, emprunt d’une extraordinaire vérité, qui fait mal à ceux à qui elle est destinée car « la vérité rend libre ». Liberté et vérité sont les deux mamelles de toute organisation pérenne. La France vit depuis 1981 et bien depuis avant dans le mensonge d’Etat, dans le mensonge d’ENA. Et l’on voit bien par ce discours culpabilisateur à front renversé des énarques de gauche comme de droite, comme vous le démontrez bien ici, comment ceux-ci arrivent par la magie du verbe universitaire à produire des mensonges éhontés de toute bonne foi.

    L’énarchais (dans le sens de langue) est une novlangue, une langue ou l’impétrant apprend à maîtriser les métaphores positives à l’usage des minorités qui les soutiennent, le leurre pour détourner l’attention de la réalité des choses, les oxymores pour dire l’inverse de ce qu’il faudrait constater. Ces bretteurs sont uniquement des rhétoriciens, c’est leur seule et unique qualité. Ils savent parler et se sortir de tout interrogatoire. Ils vendraient des carottes en plastique à des lapins.

    On savait depuis longtemps que l’ENA était le cénacle des grands fauves où ceux-ci apprenaient, s’il ne l’avait déjà intégré pour intégrer cette fumisterie d’école, la morgue, l’invective, l’intégralité des manuels de survie dans l’arène des jeux du cirque. Ne nous lassons plus à les pourfendre pour les mauvais services qu’ils rendent sempiternellement à la France, par leur seule présence au cœur et au sommet de l’Etat. Prenons les énarques pour ce qu’ils sont, des médiocres à l’origine de la médiocratie française.

    Quand on a appris par cœur le petit bréviaire de la spoliation, du mensonge, de la manipulation des chiffres, des idées et des masses, on n’est ni plus ni moins qu’un camelot. C’est cela ! Les énarques sont des camelots ! Que ne les a-t-on pas utilisés dans les têtes de gondoles ou sur les foires ? Las, leurs capacités innombrables à faire fuir le chaland, comme celle de vider les caisses, les condamnent, à vie aux placards poussiéreux de la fonction publique dont ils ne pourront jamais sortir. Une prison dorée, bonne nourricière pour l’instant mais poussiéreuse, sans espoir de progrès pour eux et pour ceux qu’ils dirigent ou croient diriger…

    Car les français sont libres, parce que françois, mon prénom, en vieux « françois » signifiait tout d’abord « français » et était la traduction latine de « homme libre ». La France était, donc par extension, la patrie des hommes libres. Et voilà la faute majeure et historique de l’énarchie soviétiforme qui veut aliéner le peuple français en lui donnant, dans l’immense amour qu’elle lui porte, pour jour de libération fiscale (le premier jour de l’année à partir duquel les contribuables d’un pays arrêtent de travailler pour l’État et commence enfin à toucher les résultats de leur activité) le 210ème de l’année. Celui-ci est le 28 juillet en France et correspond aux 57% de prélèvement sur le PIB. Il permet de constater de facto uniquement par le langage des chiffres ce que le peuple français constate de plus en plus. Il est réellement sous la férule de cette implacable phalange : un peuple d’esclaves, un peuple moutonnier à qui l’on continue de donner à l’année de l’alibi de la pauvreté et de la solidarité pour mieux le tondre.

    C’est cette dernière erreur que les énarques paieront le plus cher, même après la dissolution de leur corps d’élite, le jour quand il faudra de toute honte et célérité effacer des listes sordides bakchichs à l’appui les noms des vrais collabos, ceux-là même qui ont trompé le peuple français au bénéfice d’une nomenklatura d’origine intellectuelle moscovite, quand il faudra effacer, pour les générations futures, la honte d’avoir appartenu à cette organisation fasciste d’état, quand il faudra libérer le peuple français et pour l’histoire d’un des symboles majeurs de son oppression. L’histoire et ses manuels (s’ils ne sont pas écrits par des scribouillards à la solde) seront sans pitié pour cette petite f(r)ange de la population qui a cru, le temps d’une période de 60 ans qui touche à sa fin, que tout lui était dû.

    1. Tant que tous ceux qui vivent à 70% sur nos impôts et à 30% sur la dette, c.a.d fonctionnaires, para-fonctinnaires, politicards etc. etc. ne réduiront pas leur budget général (saliares+avantages+ frais etc.) de 30% car il faut emprunter pour leur payer ces 30%, ils n’auront aucun droit de reprocher ou d’insulter celui qui en marre des les payer en excès.
      Ce sont tous des rentiers assités grâce à la dette et nos impôts, et ne veulent surtout diminuer leur train de vie sur notre dos.
      Tous ceux qui partent ont raison de partir, il faut affamer la bête, elle va crever d’elle même à cause d’eux mêmes.
      Le France de De Gaulle est morte, homme respectable qui respectait l’argent du peuple et qui a fait propérer le pays après une gouvernance de gauche avec Mitterand déplorable, il faut une révolution et vite, remonter les guillotines c’est urgent.

    2. Bravo pour votre commentaire si juste… malheureusement! Mais soyez sûr qu’ils vendront chèrement leur peau à nos dépens!
      Quant au troll qui nous enfonce des portes ouvertes à coups de libéralisme = lois de la jungle, qu’il retourne en des eaux plus favorables à son esprit limité et borné…

  3. La distinction entre le privé et le public devient impossible. Indépendamment de toutes ses fautes, n’importe quel individu (surtout s’il est riche) peut être sommé de réparer les fautes d’autres individus. On sous entend que ceux qui ne réussissent pas on été victimes d’injustices au même titre que ceux qui ont réussi doivent « tout » aux autres. Ce monde d’enchantements moraux va à sa perte. Car il conduit à pénaliser tout ce qui marche pour renflouer ce qui ne marche pas ! Et l’ampleur de ce qui ne marche pas dépasse de loin ce qui marche. Concevoir la société comme une société d’assurance multirisque au lieu d’être un lieu de sélection du  » vivant » avec ce que l’homme peut avoir de volonté, de persévérance, d’égoïsme et d’altruisme, pour un dépassement de sa nature, et la compréhension du tragique de notre condition, traduit une fuite dans l’imaginaire de la médiocrité. Relisez le meilleur des mondes d’Adlous Huxley !

  4. Cet article reflète parfaitement ce qu’est le véritable libéralisme économique : la loi de la jungle méprisant les plus faibles. Dupont Aignan a raison, quoi qu’en pense les lecteurs de ce site nauseabond.

    1. Et le Gentil Homme Politique est là pour rétablir l’Ordre et la Justice pour combattre la dure loi de la jungle.

      On dirait que les gens pensent que « Ordre » et « Justice » sont des notions communes à tous et objectives.
      Elles n’en sont pas. C’est de la philosophie de base… et croire qu’elles en sont est un manque de sagesse assez incroyable.

    2. Apparamment pas de vacances de Noël pour les trolls cette un année, une preuve de plus s’ il en fallait qu’ on vit bien dans l’ enfer néo-libéral.

    3. « Cet article reflète parfaitement ce qu’est le véritable libéralisme économique : la loi de la jungle méprisant les plus faibles. Dupont Aignan a raison, quoi qu’en pense les lecteurs de ce site nauseabond. »

      Et les élus de la République qui refusent de voir leurs privilèges fiscaux supprimés ? Qu’est-ce donc ? Ou encore pourquoi ne seraient-ils pas taxés à hauteur de leurs VRAIS revenus ( traitements + avantages, ce qui fait un bon minimum de 12k€ par mois) ? Pourquoi refusent-ils de déclarer leur patrimoine à leur valeur REELLE (voire la TOTALITE de leur patrimoine) ?

      Si tous ces refus ne vous indignent pas, alors que le libéralisme vous indispose, réjouissez-vous, vous avez votre place dans le système politique français. un(e) futur(e) commissaire du peuple.

    4. En fait d’odeur nauséabonde il y a celle des spécialistes du ISME. Depuis la nuit des temps le panthéisme, le catholicisme, le calvinisme, le protestantisme, l’athéisme, , le communisme, le socialisme, le libéralisme servent de défoulement à l’ignorance, à la prétention, aux donneurs de leçons en tout genre ! Ceux-là sont multitude. C’est leur seule force car le nombre fait l’opinion. Je suis surpris par le fait que ayant quitté l’école, chacun devient omniscient ! Il est vrai qu’il n’y a plus de notation. La première prétention du médiocre est souvent la bonté et la justice qui fait fi de tout son passé au profit de sa frénésie de partage. Beaucoup d’homme doivent tout à peu d’hommes et non l’inverse comme on l’entend. Il y a un panthéon mais on devrait construire un pan-crétinum. pour représenter l’humanité. les gens bons (j’allais dire les jambons) tant la pensée de certains mériterait de s’afficher au rayon charcuterie, sont malheureusement des gens qui souvent ne sont pas utiles. Quand aux gens utiles ils ne sont pas forcement bons. Pour ma part je préfère un très bon chirurgien pas bon, à un idiot gentil, encore que tant que je ne suis pas malade ! Ce n’est pas le libéralisme qui fait dépenser à un pays plus qu’il n’ a de recettes, mais la médiocrité humaine, ce n’est pas le libéralisme qui est responsable des 35 heures ayant pour corollaire une baisse de la richesse nationale ! Les ultra-libéraux s’ils pouvaient s’enrichir investiraient dans l’immobilier locatif ! Pourquoi ne le font-ils pas? Raisons fiscales ou pas? A vouloir être un rapiat ! La capacité à ne rien faire sinon pleurer et geindre en accusant les autres…toujours les autres…va toujours de pair avec l’irresponsabilité de l’individu. La bêtise est le fond de commerce du politique. Ayant vécu à l’étranger, je me sens de moins en moins français et de plus en plus étranger, Commencer par remercier les individus qui paient beaucoup plus d’impôts que les autres et depuis beaucoup plus d’année que vous ! Et méfiez-vous qu’un jour votre vie ne soit mise en pâture aux généreux esprits de notre belle société ! La frénésie des médiocres a crée un état prédateur de tout ce qui bouge pour élargir son électorat.Ce n’est pas le libéralisme qui a crée cette crise, mais la médiocrité humaine devenue sujet tabou. Nous embauchons des vigiles dans les services d’urgence, il n’y a pas de durée hebdomadaire maximum pour les médecins de campagne avec obligation s’ils sont joint de se déplacer….la collectivité prétend prendre 75% des revenus d’un individu, mais lui laisser la totale et exclusive propriété de ses dettes ! Et avec des leçons de morale! De surcroît! La prétention de bon nombre de français ( spécialité mondiale ), va réhabiliter le rôle moral de l’argent. Ce que vous prétendez avoir vous allez le payer avec le votre d’argent…ce qui évitera en particulier de limiter le nombre de visites à domicile des médecins (pour éviter que les patients se cassent le cul, et perdent leur temps). Mais il est vrai, que le temps des autres. Au final une société ne peut vivre en harmonie que sur l’exemplarité d’un très grand nombre de ses individus ! Et il n’y a pas de libéralisme là dedans, mais simplement une question à poser -les yeux dans les yeux – à chacun de nos concitoyens : qu’est que je vous dois? Et à quel titre? Commencer donc à baisser les yeux tous les créanciers !

      1. J’ajouterais pour compléter votre formidable analyse de quelqu’un qui a vécu autre chose que la réalité nombrilocentrée franco-française, j’en fais partie car je travaille depuis plus de dix ans avec des japonais, russes, américains, luxembourgeois, brésiliens… et plus du tout avec des français (la bêtise du comportement professionnel arrogant et suffisant m’a fait fuir), je voulais dire que l’argent n’est au fond pas un plus mauvais étalon de l’intelligence que les livres ou les idées. Il y a tant de livres remplis de conneries écrits par des cons et tant d’idées qui circulent qui ne peuvent être que des idées de cons ! Alors, l’argent, vaille que vaille aujourd’hui, quand on en a dans le commerce ou le service international et la mondialisation des services, c’est qu’on est bon… à quelque chose, c’est que l’on rend service à la communauté mondiale, même si l’on est tout petit. On ne pourrait pas en dire autant de nos politiciens français et les hauts fonctionnaires, qui ont été bons pendant leurs études et puis après…pfffffuiiiit ! Repos assuré jusqu’à la fin, on se demande même si la mise en bière n’est pas subventionnées. Et il y a une certitude aujourd’hui dans le libéralisme qui parcourt la planète entière et qui irrigue les 5 continents de ses bienfaits (sauf la France), vous ne trouverez jamais une personne qui réussit mondialement dans ses œuvres privées par incompétence. Toujours la roue de la fortune tourne vers celui qui rend les plus grands services aux autres, c’est une réalité mondiale formidablement prégnante quand on regarde les plus grands succès et les moins grands. L’Etat socialiste français fait tout le contraire. Puis il est puissant, plus il est nuisible. En quoi donc est-il encore utile à son peuple ? En rien en fait ! Le jour de sa disparition pourrait bien être fêté un jour comme celui d’Independance Day aux USA. Un nouveau 14 juillet ! Le jour où le peuple français enfin réuni a commencé à respirer après avoir mis à terre le monstre assoiffé de son sang.

        1. J’ajoute ce matin : si le socialisme était la voie idéale pour la richesse des Nations et le plein emploi, le capitalisme et le libéralisme auraient été rayés de la carte. Il y a une chose qui parcourt la planète entière, quel que soit l’endroit où l’on se trouve : chaque personne, chaque individu travaille pour maximiser son profit, personne ne dit « travaillons moins pour gagner plus d’argent ». Le capitaine chinois qui est à la tête de la moitié chinoise du port du Pirée qui est devenu un des plus grands ports d’Europe et a retrouvé la prospérité en terme de marchandise depuis que les Chinois l’ont repris (i.e. depuis que les gens sous commandement chinois ont recommencé à travailler, moins payés certes… l’autre moitié grecque étant toujours sous le joug des syndicats, des rackets, des mafias et ne travaille presque plus…) racontait récemment que l’Europe a tué son business car son objectif principal n’était plus le business mais les vacances, les RTT, les avantages de toutes sortes… Les Chinois ont toujours été les meilleurs commerçants du monde. Henry de Monfreid ayant trouvé un jour un chinois seul sur une île du détroit de Bab el Mandeb, racontait fort de son expérience « vous laissez un chinois seul sur une île déserte, en 10 ans il fait fortune». Cette phrase est évidemment à mettre en perspective de celle fort célèbre de Coluche, qui n’avait pas fait l’ENA mais qui avait créé une entreprise de solidarité nationale qui fait toujours honte à l’Etat, à ses insuffisances, à sa médiocrité politique, car elle est profitable et rend les plus grands services aux plus démunis depuis plus de 25 ans : «Un énarque, c’est un gars que tu lui donnes le Sahara à gérer, au bout de quelques mois il faut qu’il achète du sable !» L’intelligence française voudrait en toute logique que l’on supprime l’ENA et les énarques, qu’on les mette au chômage pour incompétence, c’est suffisamment avéré maintenant. Non, la France et les Français aiment et continuent à leur faire confiance… On dirait que les Français ont un compte en banque ouvert et que des voleurs piochent dedans à volonté et que les Français adorent… remettent le plat, en redemandent… Ils n’ont après tout que ce qu’ils méritent ! Ceux qui partent sont donc bien les plus intelligents et indiquent le chemin aux autres. Nous seront donc de nombreux français (ou ex) dorénavant sur les chemins du monde. Comme il y a eu une énorme diaspora russe après 1917 et juive avant 1939 (malheureusement seuls ceux qui sont partis avant 1939 se sont sauvés) autour du monde. Le commissaire politique Dupont-Aignan peut tirer à vue, il en touchera quelques-uns. La plupart partiront, peu reviendront. La bêtise socialiste est maintenant fortement ancrée dans l’esprit du peuple et a gangrené toute son attitude pour plus d’une dizaine d’année (25 ans pour remettre le navire à flot selon les experts, cela a mis 75 ans en Angleterre, 70 en Russie). Il faudrait que le commissaire politique mette des barbelés à la France, c’est d’ailleurs au fond de son esprit quand il veut supprimer l’Europe et son ouverture si profitable à tous avec ses compères les commissaires politiques Montebourg et Mélenchon.

    5. Quand le pseudo est Louise Michel on signe son appartenance idéologique!
      L’URSS celà vous dit? Certainement, et pour ma part nauséabond!
      Le reste: idem!
      Quand on s’appelle Louise Michel: il ne vous reste qu’à rejoindre les poubelles de l’Histoire! Les poubelles nauséabondes peuplées de millions de morts de votre idéologie mortifère! DEHORS !

    6. Le lecteur du site « nauséabond » (terminologie gauche-caviar-entre-nous-solférino-germanopratine) préfère la prose réaliste sans grande signature aux lignes de désespoir qui remplissaient sa vue quand il naviguait (autrefois) sur les pages bien pensantes de Libération, journal « informé » de gauche sur les faits économiques, s’il en est. De même, la plupart des lecteurs de journaux de droite (si l’on peut utiliser la terminologie ci-dessus) sont lus par des gens de droite et de gauche. Vous trouverez rarement une personne de droite en train de lire les proses insipides, démagogiques et affreusement politisées des torchons de gauche, sauf par soudain intérêt anthropologique. A ce sujet, de gauche comme de droite, les lecteurs sont tous d’accords, la meilleure information et la plus crédible, en terme de média, est donnée par les journaux de droite. A l’assemblée Nationale, sur les bancs de la gauche comme de la droite, LePoint et LeFigaro sont les références. Les gens de la gauche caviar n’oublient jamais non plus de mettre leurs petites annonces pour la vente de leurs grands appartements sur le Figaro, car ils sont sûr d’y trouver l’argent et la clientèle qu’ils réclament pour leurs m2 particulièrement bien placés. Ils sont de gauche pour les idées et de droite pour le porte-monnaie… Des libéraux en somme qui pratiquent l’ultra libéralisme le plus pointu concernant la mise à prix de leurs biens. Mettre une annonce d’un appart’ Boulevard Saint-Germain sur Libé, c’est comme de pisser dans un violon. En plus on aurait des sales casseurs de gauche qui viendraient abîmer ! Mais je ne vous apprends rien. Le candidat du Front de gauche aux Présidentielles 2012 ne paye-t-il pas l’ISF, lui qui déteste tant les riches ? Enfin, il n’y a plus un seul «connard de libéral nauséabond», un troll quoi, (j’en fais partie) qui va perdre son temps sur les journaux de gauche ou leurs forums, qui ne sont pas nauséabonds du tout. On demanderait juste qu’ils soient intéressants et décrivent la vérité, c’est tout, c‘est le rôle de la presse, non ! C’est pour cela que personne ne les lit plus et qu’ils ont besoin des subventions de l’Etat pour survivre, le lectorat les fuit. La chute de ventes de Libé est là pour confirmer la médiocrité du contenu alors que LeFigaro se porte comme un charme et engrange les lecteurs. Ce n’est pas une question de gauche ou de droite ou d’injustice de classe, la presse de gauche est simplement merdique, mal informée, idéologique et dogmatique, et c’est de notoriété publique… mondiale. C’est aussi amusant à lire que La Pravda (quand on sait lire le Russe). C’est à encadrer chez soi pour dire «tiens, ça a existé», comme relique d’un temps révolu, c’est tout.

    7. Peut être Louise Michel pourrait-elle nous indiquer à quel endroit il lui semble que le libéralisme c’est la loi de la jungle méprisant les plus faibles. Des sources, des articles, des écrits de libéraux, des exemples, peut être . Non ?
      Par ce que sinon, votre commentaire, ce n’est pas autre chose que des relents d’estomac

    1. Non, mais c’est ce que nos hommes politiques voudrait qu’elle soit et peut être vont-ils œuvrer pour qu’elle le devienne. D’ailleurs cela a déjà commencé subrepticement.

  5. N’est-ce pas les pays totalitaires qui empêchent leurs ressortissants de partir comme l’Ex-Urss, Coree du nord ? En France les totalitaires deviennent fort nombreux !

    1. Hélas oui ! Vous avez d’autant plus raison qu’un sondage de la semaine dernière révélait que les « jeunes » de 30-45 ans souhaitaient quitter la France compte tenu de la mentalité anti entrepreneuriale et socialisante…

  6. Impot sur la nationalité: on peut changer de nationalité ;Déchéance de nationalité:pas si pour éffet de rendre appatride;Confiscation générale des biens: anticonstitutionnel;Visa de sortie: illégal au regard du pacte relatif aux droits civils et politiques ratifié en 1980;Peine de mort pour les émigré  » traitres -déserteurs »: je n’ose meme pas panser au ridicule de cette proposition;Je continue Mr Ducon-Geignant?

    1. A Ducon-Geignant: alors là, vous faites fort! Et en plus j’apprécie!
      Bravo pour le jeu de mot! Sans oublier que ce Monsieur, pour ma part, s’est complètement déconsidéré!
      J’ai apprécié, en son temps, son souverainisme, mais avec « l’affaire Depardieu » , non. Ses commentaires étaient inaceptables ! Debout la République ne me verra plus!

    1. Assez lamentable comme intervention monsieur … il me semble que vous ne comprenez rien à rien et surtout plus grave que vous n’essayez même pas .. ça ressemble à une bonne réflexion trollesque in fine et je ne comprend pas moi même pourquoi je vous répond , mon bon coeur me perdra ..

    2. Et qu’est qu’un baratineur sinon un baratineur ! Il n’y a qu’une seule façon de sortir du baratinage généralisé pour remettre un semblant de politesse entre les individus : les faire payer ! Et donc ne pas payer à leur place par l’impôt ou la cotisation. Ainsi, par exemple Mr Montbourg sans gesticuler, en se taisant se porte actionnaire de Florange avec 6 millions de ses concitoyens. Mise de fond 200 euros par individus soit un capital apporté de 1,2 milliard d’euros ! Grace à cela les ouvriers vont garder leurs jobs; ils seront mieux payés; vous actionnaires de gauche allez vous enrichir et paierez plus d’impôts ce qui va vous faire plaisir, et moi je voterais front de gauche aux prochaines élections ! C’est aussi simple que ça d’être libéral. Je vous encourage à faire cela… Allo, je vous écoute…Plus personne en ligne !!? Oui, c’est ça le libéralisme ! C’est qui fait taire les prétentieux…Devenez actionnaire Mr Montbourg avec vos amis, ne cherchez pas à enrichir les français, enrichissez-vous vous même et payez de l’impôt pour la France ! Le reste du libéralisme vous y autorise et prenez Pfff avec vous. Mais taisez -vous et cessez de présenter la facture au peuple. Enrichissez-vous! Enrichissez Pfff….pour qu’il paye ce cochon de payeur

    3. Appel à la vertu ! Sauf le peuple de gauche : il l’est par nature.
      Premier critère : nombre de jours d’arrêt maladie/an
      Fonction publique d’état :13 j/an
      Fonction publique territoriale : 19 j/an
      Salarié privé : 10 j/an (toutes les activités dangereuses BTP sont incluses dans cette catégorie)
      Commerçant ? Eh oui !
      Artisans ? Eh oui ?
      Nombre de jours croissants selon la latitude: Sud; plus malade que le Nord.
      Une caisse régionale de SS équilibrée: Alsace (ils sont de droite ça doit les guérir)…
      La France aux fripons! Appel aux moralisateurs !
      Le libéralisme c’est l’inverse du droit au n’importe quoi ! C’est le DEVOIR de rigueur, et non pas la porte ouverte à la chienlit étatique.

  7. Et voilà le front de gauche et la troupe socialiste qui rappliquent dans toute leur vulgarité et leur grossièreté pour soutenir sans vergogne et dans le cynisme le plus débridé le « patriotisme » économique, eux qui vomissent la nation par tous leurs orifices!
    Il faut donc résumer ce militantisme vieillissant mais encore fort efficace par « permettre par tous les moyens aux parasites habituels fort bien représentés et choyés par ce gouvernement de continuer à vivre et à engraisser de la rente, due par la masse corvéable qui n’en bénéficiera que fort peu ou jamais, aux élus, aux fonctionnaires, aux syndicats, aux associations militantes subventionnées et à tous les immenses privilégiés des régimes spéciaux sous couvert (sans rire!) de « protéger les plus faibles ».
    Vit-on jamais esprits plus obscènes?

      1. Vulgaire ne veut pas dire blessant.
        Vous êtes au niveau zéro de la réflexion économique. tenir compte de votre avis sur la question revient à écouter l’avis de Lindsay Lohan pour réparer son couple.

      2. « En même temps, qu’est ce qu’un libéral si ce n’est un fraudeur fiscal ??? »
        Un riche, généralement juif, qui n’a pour seule volonté que de nuire aux gentils prolétaires qui meurent dans les mines au nom de la patrie. Résumer l’horreur libérale à la simple fraude fiscale me parait plus qu’outrancier, surtout au vu des nombreux génocides commis au nom de cette idéologie. Avouez donc votre stratégie de décrédibilisation de l’étatisme par émission de messages plus stupides les uns que les autres, vous êtes démasqué. Le goulag vous fera le plus grand bien, vous verrez.

  8. N’en déplaise aux fâcheux qui s’acharnent contre le libéralisme ou la liberté en somme, ce qu’ils déplorent, elle est inscrite dans tous ses paramètres (croyances, choix de la nationalité, lutte contre l’oppression, choix de la profession, liberté d’installation, d’entreprendre et de réussir…) dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948, Charte de l’ONU. Ce qui déplaît aux hommes et femmes non libres en fait, c’est que certains veuillent profiter de cette liberté alors qu’eux-mêmes en sont incapables. Ils honnissent la liberté, non pour ce qu’elle représente mais parce que certains la revendiquent et l’obtiennent. On a connu cette réaction dans les camps de prisonniers et dans les prisons. Tout le monde veut s’échapper. Quelques-uns réussissent mais le groupe vomit ceux qui y arrivent, vilipendent et frappent d’ostracisme ceux qui se font reprendre. Quelques phrases résument bien cette problématique qu’auront bien observé les psychanalystes au cours des siècles dans des circonstances dramatiques par l’opposition entre les tenants de la servitude volontaire et les tenants de la liberté à tout prix, même si la liberté est comme chacun sait, non une totale liberté mais une liberté de choix. Il faut entendre cette explication dans ces phrases suivantes historiques :

    «Le degré de sévérité de l’esclavage se mesure. La question essentielle c’est combien de temps doit-on travailler pour autrui, combien de temps peut-on travailler pour soi-même. Ce ratio mesure le degré de servitude, peu importe que le maître soit une personne physique ou une collectivité. »
    Herbert Spencer

    « Quelques-uns sont tenus en servitude, un plus grand nombre y tiennent. »
    Sénèque

    « Liberté implique responsabilité. C’est là pourquoi la plupart des hommes la redoutent. »
    George Bernard Shaw

  9. « L’utilisation que les Français auraient pu faire de cet argent, qui fut à un moment le leur, leur aurait sans nul doute été moins bénéfique »

    Le soucis étant qu’il n’a jamais été le leur « avant » justement dans ce modèle monétaire non choisi.

    Car il est émis sous forme de DETTE sans demander l’accord de personne si ce n’est celui entre le système politique et le système bancaire, de CETTE monnaie particulière, émise selon CE CODE monétaire particulier.

    Pour que la monnaie eût été « dans les mains » des citoyens AVANT toute chose, il eût fallu un système monétaire qui soit cohérent avec cette assertion.

    Ici, dans ce système monétaire là, il n’est en réalité nul besoin de prendre l’argent de personne pour choisir qui est arbitrairement choisi pour en bénéficier en premier. L’arbitraire est le point central de reconnaissance de la cause de toute injustice depuis la nuit des temps.

  10. Question, mon cher Nico:

    Nous avons envoyé 3 fois notre peuple aux poubelles de l’histoire car nous savions que les allemands ne passeraient pas ou ne re-passeraient pas par les Ardennes

    Nous avons re-fossilisé ce pays dans les corporatismes dès 1945

    Nous avons surfé pour nous gaver sur les 30 glorieuses et nous avons depuis suicidé l’avenir économique du pays

    Nous avons étendu notre mentalité merdique d’irresponsabilité morbide à l’Europe -presque- entière

    Nous accusons systématiquement les entrepreneurs et les financiers des catastrophes que nous créons avec nos gaspillages bureaucratyiques sans fins

    Nous sommes aussi nombreux que les élus des USA

    Nous sommes?

    Nous sommes?

    L’élite enarcho-polytechnicienne française, bien sûr!!

    1. En même temps, vu votre commentaire, il est certains que vous n’êtes pas aussi intelligent que « L’élite enarcho-polytechnicienne » que vous haïssez tant. Vous nous faites juste une grosse crise de jalousie, car vous êtes un médiocre.

      1. @ Pfff: un peu d’humour que diable, et des critiques plutôt que des insultes cher ami, vous qui semblait si largement planer au dessus de la médiocrité de vos semblables!

      2. A pfff & louise michel & consort.
        N’oublions pas que tous ces malheureux trolls sont sans exception des FONCTIONNAIRES.
        Donc les profiteurs du système « qui s’écroule » et comme ceux qui sont au pouvoir (ump, ps, front de gauche et fn), ils ont peur pour leur petits privilèges.
        Il y a encore 2 ou 3 ans, les fonctionnaires, et leurs porte flingues, les politiques ont continué à demander plus comme avant 1789, et tout cela avait un nom, « la réaction nobiliaire », mais comme à l’époque il n’y a plus d’argent dans les caisses.
        Alors il ne sert à rien de disserter avec ces individus car leur seul leimotiv, continuons à mettre le privé en esclavage.Alors bien sûr le discours est basé sur le partage et la générosité, mais ne nous trompons pas, l’objectif est unique, garder notre pouvoir et donc nos rentes…

        1. mmm… gardons nous de toutes généralités! Ce n’est pas parce qu’on est fonctionnaire qu’on pense d’une certaine façon. Je suis sûr qu’il y a des gens qui peuvent être libéral et fonctionnaire. Être dans un Système ne veut pas dire qu’on y adhère complétement et qu’on ne veut pas le changer! Après, l’inertie d’un Système est toujours plus moins forte :)

      3. Un libéral n’est pas un fraudeur fiscal.
        Un fraudeur EST fraudeur par nature ou par nécessité. Le libéralisme économique n’a rien à voir avec ce phénomène qu’est la fraude même fiscale.
        Même dans la société soviétique les fraudeurs existaient…certains s’appelaient refuzniks…
        Quant à l’élite énarcho-polytechnicienne: peut être en faite vous partie. Pouvez vous m’expliquer comment une telle « élite », aussi intelligente qu’elle soit, et elle l’est! peut-elle être aussi incompétente au niveau de notre Etat? Comment peut-elle être aussi inefficace compte tenu de son coefficient cortical élevé ?

  11. Excellent article auquel il manque tout de même une question importante qu’il élude. Dans la mesure où les deux tiers des dépenses publiques vont aux familles, aux retraités, aux malades et aux écoles, à quel groupe doit-on retirer de l’argent pour payer ces exils fiscaux de nos chers amis ?

      1. Excellente remarque M. Léonard qui résume bien l’absurdité de la politique fiscale du gouvernement.

        En voulant confisquer les bien des gens par idéologie l’état ce retrouve avec rien et la société avec d’importants contributeurs en moins: création de richesses, emplois, dépenses pour d’autres entreprises.

        Ces emplois et cette consommation qui manquent augmente d’autant les besoins sociaux, chômeurs etc. etc.

        C’est le double effet ‘youpie’ socialiste.

        Quand on veut des pommes on soigne ses pommiers, on ne les coupe pas mais c’est certainement trop complexe pour leurs petit cerveaux.

  12. J’insiste: nous les élus de la République avons été trompés! On nous avait promis que l’argent des autres était une réserve inépuisable, et maintenant on nous demande de rembourser!! Etant élu depuis mes 16 ans, dans la JOC, puis les jeunesses socialistes, puis assistant parlementaire, puis maire adjoint-conseiller général-conseiller régional- trésorier régional. C’est ainsi pour le bien des citoyens que je n’ai jamais eut le temps d’apprendre à faire ce truc des fourmis que je dois diriger, le trat-vaille (est-ce ainsi qu’il convient de l’orthographier?). Et maintenant on me refuse un impôt sur les portes et fenêtres, et on me dit que mes obligations en emprunt grec ne valent plus rien, alors que je dois financer le 11ème jumelage de notre commune avec la ville péruvienne de Dinero del cielo… C’est un scandale de plus à porter au crédit de ces immondes vampires libérales, qui arriveront à nous empêcher d’avoir notre 34ème gymnase, pour une ville comptant tout de même plus de 3 000 électeurs. Morts aux banques, aux financiers requins, aux patrons et à tous ces voleurs du privé, rendez nous l’argent que nous vous devons!

  13. Ces gens là devraient être démis de leurs fonctions pour proférer de telles conneries … ils ont finalement tous les droits en plus de la tribune médiatique , désespérant !

  14. Le problème des gaullistes , c’est qu’ils se voient tous comme l’homme providentiel. Edicter de bonnes lois , se soucier de l’argent des contribuable est malheureusement une réflexion secondaire.

  15. mais les lâches expatriés de 40 sont ceux qui sont partis à Londres, Moscou et à Washington, alors que Pétain est resté pour ne pas abandonner les Français et résister pied à pied avec les moyens du bord.

    1. Euh oui c’est une vision très discutable des choses. Pétain a signé un ordre de déportation de milliers de français. Il est à classer parmi les bourreaux de l’histoire à mon avis.