Pour devenir riche, devenez conseiller ministériel !

Publié Par Thibault Doidy de Kerguelen, le dans Politique

Le salaire moyen d’un conseiller ministériel du gouvernement Ayrault dépasse les 10 000 € dans de nombreux cas, alors que François Hollande promettait une république exemplaire.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Vous vous souvenez certainement que Monsieur Hollande, à l’époque concubin de la candidate socialiste à l’Élysée, avait déclaré qu’il considérait que quelqu’un était riche à partir de 4000€ par mois. Eh bien que les mauvaises langues qui disent que les socialistes aiment tellement les pauvres qu’ils les multiplient ravalent leurs fiel, le gouvernement vient de communiquer au Parlement le « jaune budgétaire » présentant les effectifs des cabinets ministériels et les montants affectés aux rémunérations. Il n’y a que des double-riches !

  • Le salaire moyen d’un collaborateur de Manuel Valls, ministère de l’Intérieur, s’élève à près de 10 200 euros brut par mois. La délinquance ne rapporte visiblement pas qu’aux délinquants…
  • Chez Jérôme Cahuzac, au Budget, les 9 membres du cabinet bénéficient d’une rémunération moyenne de 10 153 euros par mois. Et tant pis s’il faut emprunter en fin d’année pour pouvoir les payer !
  • Qui a dit que le redressement productif d’Arnaud Montebourg était un fiasco ? Voici déjà 11 cas de redressement à 10 022€ pièce en moyenne. Seront ils « productifs » ?
  • Fidèle à sa politique de réinsertion,  Christiane Taubira offre 9 556 euros. Tout le monde sait que de bons revenus sont les meilleurs remparts contre la délinquance. Déjà 7 personnes profitent de ce programme inédit. Au dernier pointage, 67 154 attendent d’être à leur tour embauchés…
  • Matignon est chiche. « Seulement » 9 694 euros par mois et par personne... Que 7 fois le smic ! Mais, conformément à la politique de « partage du travail », c’est la bagatelle de 63 collaborateurs du Premier ministre qui profitent de cette rémunération de misère. Ce qui, tout de même, représente un « budget rémunérations » annuel de plus de 7 millions d’euros, en dépassement de 2 millions d’euros par rapport à la dotation annuelle autorisée !

Vive la normalitude !


Sur le web - Notre dossier République Exemplaire

Laisser un commentaire

  1. N’ont ils pas en plus un régime spécial mitonné aux oignons pour le chomage, la sécu et autres avantages en nature, indemnités diverses et autre argent de poche pour secretaire, chauffeur, etc … ?

  2. J’imagine que sous l’ancien régime Sarkosy, leur salaires avaient frôlés l’insolence, au minima, je pense même qu’ils ont payés une cotisation pour travailler… #foutagedegueule.

  3. Dans le milieu des hauts fonctionnaires dépositaires de l’intérêt général, tout le monde sait qu’à moins de 10000 par mois, on a raté sa vie. Mais attention, eux ne se considèrent pas « riches », car ils se sacrifient pour le service de l’Etat.

    1. Toucher un gros salaire ne signifie pas être capable de construire une fortune. Il n’y a qu’à voir comment ils salopent systématiquement tous les budgets qui passent entre leur main.

      Quant à les payer au SMIC, pourquoi pas ? On s’assurerait ainsi de leur dévouement au public.

  4. Conseiller ministériel dure en général moins que le temps d’un mandat. Ce, et fait gagner moitié moins qu’un trader (environ 20 000/mois en moyenne en France) pour un résultat pour la collectivité assez équivalent en terme de nullité, et un meme nombre d’heures de sommeil.

    => Je suis favorable à la division par 4 des revenus des traders et par 2 de celle des conseillers ministériels.

    1. Ton avis sur la rémunération du personnel public à une légitimité, parce que ces gens sont (officiellement) nos employés ; tu es donc employeur.
      Mais de quel droit crois tu pouvoir formuler un avis sur le travail et la rémunération des traders ? Quelle éducation as-tu donc reçu pour seulement imaginer que tu a le moindre droit en la matière ?

      1. bien dit , tout contribuable devrait avoir un droit de regard sur la sphère publique notamment les rèms , par contre le privé fait ce qu’il veut puisque c’est le privé !

        1. Non mais imaginez un Etat moderne avec une administration efficace (on peut rêver), il faut malgré tout bien payer les gens. Le bureau du premier ministre c’est juste le machin qui pilote la France (une partie du moins). Vu le niveau de responsabilité, il n’est pas interdit de vouloir prétendre à un bon niveau de rémunération.
          Bref le souci ce n’est pas le salaire mais plutôt la compétence…

  5. Le problème n’est pas tant le salaire que le fait que ces conseillers ministérielles sont le résultats de copinages dans tous les sens et n’ont strictement aucune expérience de travail demandé. Si leur nombre n’était pas limité et leur salaire dépendant des grilles de la fonction publique, ils seraient encore plus nombreux. C’est cela notre société clientéliste par excellence …

  6. Ah mais c’est que seule la richesse amassée par la société privée est haïssable, pas celle amassée en puisant dans l’argent public!
    Vous ne le saviez pas? Tous les socialistes savent ça dès leur plus tendre enfance.