Quand le quotidien est source de changement

Les grandes innovations ne naissent pas de volonté politique mais par des changements d’état d’esprit dans la population.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Quand le quotidien est source de changement

Publié le 9 juillet 2023
- A +

Le monde change profondément, rapidement et dans toutes ses dimensions. Mais d’où vient ce changement ? Quelle en est la cause ?

Pour beaucoup, la réponse est simple : le monde change grâce à l’action politique. De grands leaders se saisissent d’une question et agissent pour la résoudre.

Pourtant, quand on examine l’Histoire et l’évolution du monde, une autre réalité émerge, celle d’un changement qui prend sa source dans le quotidien. Un changement qui n’est pas voulu et organisé par le politique, mais souvent seulement consacré – ou freiné – par lui.

Ouvrez un livre d’Histoire d’une classe de collège, et regardez les grandes dates de l’Histoire de France. Que voyez-vous ? Le baptême de Clovis, 1515, 1789, 1848, 1958, 1981. Les héros de cette Histoire ? Les rois, quelques reines, les dirigeants politiques.

Nous avons tendance à considérer l’Histoire comme une succession d’événements politiques, des réformes ou des révolutions, mais aussi et surtout des batailles et des guerres. Un modèle mental sous-jacent ? Celui selon lequel l’identité d’un pays est forgée par son développement politique au cours des siècles. Pour ce qui est de la France, son Histoire est présentée comme celle d’une création de l’identité nationale au travers de la nécessaire affirmation de l’État centralisé, qui triomphe avec Louis XIV et Napoléon.

Nous avons fini par trouver évident que la source du changement est dans l’action politique. Assez logiquement, dès lors, c’est en elle que nous plaçons nos espoirs de changement. Corollaire de ce modèle mental : nous croyons que le quotidien n’est que répétition et exécution, que les gens vaquent à leurs occupations de façon immuable et qu’ils ne sont que récipiendaires d’un changement décidé par le politique.
 

Ce qu’on voit, ce qu’on ne voit pas

Mais cette croyance selon laquelle la source du changement réside dans le politique n’est pas corroborée par les faits.

Nous voyons les grands événements politiques, les batailles épiques, les faits des rois et des princes, les explosions et les mouvements fervents de la foule. Ce que nous ne voyons pas, ce sont les changements profonds au sein de la société. Et ce n’est pas nécessairement ce que nous voyons facilement qui importe vraiment.

L’historien Frank Gavin illustre ce point avec l’exemple intéressant des États-Unis dans les années 1970.

C’est une période très sombre. L’engagement au Vietnam, qui a coûté une fortune et profondément divisé le pays, s’est achevé par un retrait peu glorieux. Il a fait la Une des journaux pendant des mois.

Les grandes industries traditionnelles, automobile, métallurgie, périclitent et les fermetures d’usines se succèdent alors que les Américains assistent, médusés, aux succès commerciaux des Japonais qu’ils avaient pourtant battu trente ans plus tôt, et à la marche du Japon vers le statut de première puissance économique mondiale.

Côté politique, l’URSS semble progresser inexorablement et remettre définitivement en question la domination américaine. Le sentiment de déclin et d’impuissance politique est très fort.

Et pourtant, ces années 1970 sont aussi des années de ferment économique.

Alors que le climat est à la déprime et aux lamentations politiques, de jeunes entrepreneurs préparent les révolutions à venir : informatique, électronique, biologique, qui vont moins de dix ans plus tard propulser l’Amérique au premier rang de ces nouvelles industries et laisser le Japon dans la poussière. L’incroyable puissance industrielle actuelle du pays, qui est en tête de chacune de ces nouvelles révolutions, naît à cette époque. Personne ne l’a vu venir, et elle ne résulte pas d’une volonté politique.

Gavin cite trois exemples, selon lui significatifs de cette période :

  1. La naissance d’Apple en 1976, qui marque l’invention du micro-ordinateur
  2. L’émergence de la Napa Valley dont un des vins fut reconnu meilleur du monde au fameux Jugement de Paris, également en 1976
  3. Le lancement de Star Wars en 1977

 

Tous les trois sont des preuves d’innovation et d’excellence qui vont à l’encontre de l’idée communément admise d’une Amérique en déclin et nivelée par le bas.

Apple, Napa Valley et Star Wars ne sont que des exemples, mais ils donnent néanmoins un sens de ce que beaucoup d’événements importants ne sont pas le produit de décisions politiques, bien que tous les trois ont et continuent à avoir des conséquences considérables en la matière encore aujourd’hui.

Autrement dit, beaucoup de ce qui est important et significatif en termes de conséquences n’est pas politique, et beaucoup de ce qui est politique n’est pas si important en termes de conséquences, même si cela occupe une grande partie de l’attention.

Les grandes révolutions naissent dans le quotidien, loin des projecteurs, et fermentent longtemps en silence avant d’exploser.

 

Insignifiance politique

Un exemple typique est celui de la plus grande d’entre elles, la révolution industrielle.

Elle non plus n’est pas née d’une volonté politique. On peut même dire que le politique a probablement tout fait pour y résister.

Elle naît d’un changement très progressif de l’état d’esprit des gens sur une période qui s’étale, en gros, du XVe siècle au XVIIIe siècle. Au cours de cette période, le modèle mental médiéval selon lequel la dignité d’un être humain dépendait de sa naissance évolue. Celle-ci repose de plus en plus sur son talent et son travail. Un homme n’est plus jugé sur sa naissance, mais sur ce qu’il a accompli. Cela signifie qu’un marchand ou un valet peuvent avoir autant de dignité qu’un marquis, et que n’importe qui peut s’élever dans la société pour y être reconnu. Si cela nous semble évident aujourd’hui, il ne faut pas oublier que c’était inconcevable pour un esprit du Moyen Âge.

Ce changement de modèle mental, encore une fois très progressif, aura évidemment des conséquences considérables : il permettra l’émergence d’une classe bourgeoise puissante qui se fera une place entre la classe paysanne et l’aristocratie et le clergé, avant d’éliminer ces deux dernières.

Il permettra aussi de rendre évidente l’idée de droits universels. Ces 300 années de révolution d’état d’esprit ne doivent strictement rien à l’initiative politique. Au mieux, le politique n’a fait qu’entériner ces changements dans des lois, quand il n’essayait pas de les bloquer. La Révolution française ne fait que les consacrer.

C’est aussi valable dans l’Histoire contemporaine.

Par exemple, la loi sur la légalisation de l’avortement est souvent présentée comme l’exemple type d’un changement sociétal impulsé par le politique. Rien n’est plus faux cependant. Lorsqu’elle prend la parole devant les députés en novembre 1974, Simone Veil commence en effet par préciser que si elle peut leur présenter son projet de loi, c’est parce que depuis des années, la société a évolué sur le sujet grâce au travail de militants et d’avocats. Sans nier le courage de la ministre, la loi ne fait qu’entériner un changement largement réalisé dans la société, sur lequel le politique est en retard. On pourra par ailleurs ajouter que s’il a été nécessaire de voter une loi de légalisation de l’avortement, c’est parce qu’il existait une loi qui l’interdisait.

 

Lâcher prise

Ainsi donc, l’idée selon laquelle c’est le politique qui change la société ne résiste pas à l’examen de l’Histoire.

C’est d’autant moins vrai dans une société de plus en plus complexe, rétive à l’action directe, dans laquelle les citoyens sont de plus en plus éduqués, informés et autonomes. Penser que le changement ne peut être que politique, ce qui en France signifie d’en haut et du centre, ne peut que mener à un blocage.

La maîtrise et l’initiative politiques du changement ne sont qu’une illusion, brutalement mise en lumière par les émeutes actuelles, alors que la société évolue énormément d’elle-même. Il est temps de mettre à jour notre modèle mental du changement et de considérer que, de plus en plus, celui-ci ne pourra venir que du quotidien des acteurs intelligents du terrain, et que le rôle du politique est simplement de ne pas l’empêcher, avant de le consacrer.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • J’applaudis cet article des mains et des pieds. Je n’avais jamais fait attention au fait que l’histoire est en effet présentée comme une suite d’événements politiques, ou liés au pouvoir et à l’état. Un filtre, un biais de perception enseigné par l’éducation nationale vient de tomber.

    • L’Histoire est racontée par les puissants mais dictée par les idées. Selon qu’on aime l’histoire ou la philosophie, on contemple l’écume ou on perçoit le courant sagittal.

  • Pourtant c’est équivalent aux penseurs des Lumières, ils ne sont pas directement à l’origine de l’air du temps mais ne sont pas étrangers à cet air du temps.
    En fait dans l’histoire humaine personne ne décide si ce n’est « les circonstances ». L’histoire des manuels étant écrite par des humains, ces derniers et particulièrement certains d’entre eux jouent les 1er rôles.

    • « …mais ne sont pas étrangers à cet air du temps. »
      Disons que si l’air du temps n’avait pas été en train de changer, ils n’auraient pas existé. Ou du moins, ils auraient été moins nombreux et leurs écrits n’auraient pas eu le même retentissement. Jusqu’au jour où…
      Pendant le siècle qui a précédé la période dite « des Lumières », il y a eu des penseurs « précurseurs des Lumières » ou qui « annonçaient Les Lumières »…etc L’écho de leur productions était restreint, réservé à quelques cercles intellectuels.
      Une alouette ne fait pas le printemps mais c’est l’arrivée du printemps qui permet aux alouettes de se multiplier.

  • J’aimerais lire l’opinion de Philippe Silberzahn sur le virage imposé à l’industrie automobile vers le tout électrique, en particulier pour les grosses voitures avec lesquelles la publicité nous montre qu’on peut partir en vacances à l’autre bout du pays voire de l’Europe.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il y a quelques semaines, l'immense champion de tennis Roger Federer était invité à la cérémonie de remise des diplômes de l’université américaine de Dartmouth. Son discours sur les notions de travail, d’échec et de gestion de la défaite fait désormais le tour du monde.

https://www.youtube.com/watch?v=pqWUuYTcG-o

 

Je retiens pour ma part cette statistique incroyable : « même les joueurs les mieux classés gagnent à peine plus de la moitié des points qu'ils jouent » !

Plus que jamais, nous sommes friands de ces... Poursuivre la lecture

Le monde du management est noyé sous les mots-valises, les expressions à la mode et les concepts creux. C’est un problème parce que mal nommer un phénomène, c’est s’empêcher de pouvoir l’appréhender correctement, et donc de pouvoir le gérer.

Un bon exemple est celui de l’expression technologie de rupture, très trompeur.

Je discutais récemment avec le responsable innovation d’une grande institution, qui me confiait : « La grande difficulté que nous avons est d’identifier parmi toutes les technologies nouvelles celles qui sont vra... Poursuivre la lecture

L’attaque surprise est la plus vieille tactique militaire de l’humanité. Elle repose sur l’idée que la stratégie est un paradoxe, c’est-à-dire qu’il peut être payant de faire quelque chose qui va sembler totalement illogique à l’adversaire. Elle repose aussi sur l’idée de tromperie, qui nécessite une fine compréhension de l’adversaire et de ses croyances. Ce sont ces croyances qui rendent la surprise possible.

Regardons-le sur un exemple tragique, celui des attaques terroristes toutes récentes du Hamas contre Israël le 7 octobre dernie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles