Réforme des retraites : drame au sein de LR

Quand est-ce que la droite française arrêtera de faire et de promouvoir une politique de gauche ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
Eric Ciotti crédits UMP photos (CC BY-NC-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Réforme des retraites : drame au sein de LR

Publié le 13 janvier 2023
- A +

À droite on suit le chef. C’est comme ça. Ça a toujours été comme ça.

Et quand le chef dit une bêtise, on répète la même bêtise. Quand le chef fonce droit dans le mur, on fonce tous droit dans le mur.

Bon, ne soyons pas trop dur. Le ralliement des Républicains au projet de la majorité sur le sujet des retraites n’est peut-être pas encore l’achat de billets de dernière minute pour la traversée inaugurale du Titanic ou l’enrôlement dans la légion le jour du dernier parachutage sur Diên Biên Phu, mais c’est quand même a minima une magnifique occasion ratée, un peu comme si Mbappé se retrouvait plein centre seul devant les buts alors que le gardien adverse tombait en se tordant la cheville et que Mbappé envoyait le ballon en touche.

 

La droite la plus… au monde

Ce revirement, d’opposition constructive à lèche-bottes, est très décevant.

Décevant, mais pas inattendu. Rappelons-nous qu’il y a tout juste un mois, la droite la plus bête du monde a voté en chœur pour l’élaboration d’une nouvelle version de la machine à perdre.

Déjà que déclarer sa candidature pour les présidentielles un an avant l’échéance n’est en général pas très malin mais déclarer sa candidature pour les présidentielles quatre ans avant sans avoir coalisé autour de soi, sans projet, avec une force militante en pleine pagaille, après avoir subi des revers, sans dynamique, sans le soutien des cadres les plus influents, et en plus le faire par procuration, ça frise le manque d’adjectifs qualificatifs.

Le couple Laurent Wauquiez – C’est moi le calife et vous allez voir ce que vous allez voir – Éric Ciotti – C’est moi le calife… euh, en fait non, je ne suis le vizir du grand calife – aura réussi son coup : supprimer toute velléité d’introspection sur les erreurs passées et foncer bille en tête dans ce qui fait perdre systématiquement la droite depuis la mort de Georges Pompidou et même depuis bien bien plus longtemps que cela, si on exclut les épisodes réponses à appel « SOS, au secours on coule ! » de Charles de Gaulle.

 

La droiche

Quand est-ce que la droite française arrêtera de faire et de promouvoir une politique de gauche ?

Le système de retraite par répartition et par régime universel obligatoire géré par l’État est une idée de gauche, totalement et profondément de gauche, radicalement à l’opposé de tous les principes de droite.

Supporter, vouloir sauver ce pachyderme agonisant c’est comme si LR avait décidé d’organiser une collecte pour envoyer des fonds au gouvernement de Corée du Nord, de Cuba ou du Venezuela.

Le principe de base de la droite, en France et partout ailleurs, le dogme fondamental de la pensée conservatrice dans tous les pays, c’est la propriété. Pourquoi la droite française y ferait exception ? Quelle raison serait suffisante pour tourner le dos à ce principe ?

La seule raison compréhensible, bien que difficilement acceptable, serait qu’il n’y ait pas d’autre choix que celui de composer avec la situation.

C’était le cas en octobre 1945, quand la droite tout juste démobilisée pensait à autre chose et que le Parti communiste et les quelques socialistes qui avaient réussi à s’affranchir ou faire oublier leur rôle pendant l’Occupation menaçaient de replonger le pays dans le chaos.

C’était aussi le cas en 1993, quand la droite était certes aux affaires mais sous cohabitation de François Mitterrand qui avait mis dans son sac à promesses l’avancement l’âge de départ à 60 ans pour son élection de 1981.

 

Le précédent

La réforme Balladur de 1993 n’est pas une réforme de droite : c’est une réforme de cohabitation rendue à la fois possible et nécessaire par la situation.

Même si elle fut menée à bien (ce qui en la matière frôle quasiment l’exploit), ce n’est certainement pas une raison pour faire du « report de l’âge de la retraite » un hymne de droite. Ce fût une réforme technique dont les contours étaient très clairement établis par le président de la République de l’époque, François Mitterrand, qui, rappelons-le parce que cela semble nécessaire, était un homme de gauche.

Pourquoi aujourd’hui, la droite s’évertue-t-elle une nouvelle fois à sauver un totem de gauche ?

Que le gouvernement et la majorité actuelle veuille sauver cette machine à créer de la dépendance, de la pauvreté et des dettes, on peut le comprendre : elle est toute ou partie de gauche et fondamentalement attachée à préserver la baleine administrative. Que l’extrême gauche et les syndicats jouent la surenchère, on le comprend aussi aisément : ils essayent d’apparaître encore plus de gauche que la majorité actuelle afin d’exister. Que l’extrême droite joue également la surenchère, on le comprend tout aussi facilement : leur programme économique et social est en compétition avec celui de l’extrême gauche et tout aussi collectiviste.

Mais la droite !

 

L’occasion ratée

Surtout que la droite sans chef (celle d’avant le 11 décembre) avait commencé à trouver sa place, qu’elle avait commencé à aborder le vrai sujet, à formaliser, à présenter, à discuter. D’accord, il aurait fallu sans doute des années voire peut être des décennies pour que l’on s’oriente enfin vers un vrai système de retraite qui permette à la fois d’aider les plus défavorisés ET qui s’évertue à ne laisser personne sur le côté de la route ET qui permette de passer de charge structurellement déficitaire à atout économique ET qui permette de faire marche arrière sur la collectivisation et les atteintes à la propriété, ET…

Cette solution a bien été évoquée par quelques responsables de LR comme David Lisnard ou dans diverses discussions et commençait à se mettre en forme : une retraite « filet » par répartition mais minimum et substituable, assortie d’une libéralisation des solutions de retraite par capitalisation, le tout soumis à une obligation de cotisation minimale afin d’éviter les passagers clandestins qui viendraient profiter du système de solidarité.

Mais non. Badaboum !

Le chef a décidé qu’il fallait faire « responsable et cohérent », qu’il fallait faire présentable et pas se mêler au joli bazar qui s’annonce. Alors tout le monde s’est tu. Sauf peut-être Xavier Bertrand, qui lui, trouve que le projet gouvernemental n’est pas assez social, pas assez de gauche en somme.

Est-ce que l’aile libérale-conservatrice de LR y a toujours sa place ?

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Exact. Lisnard est le seul à avoir sorti la tête de l’eau. Il y a de très bonnes choses, chez ce garçon. Espérons qu’il montera dans le prochain train vers le pouvoir.

  • Les LR sont complètement cuits ou du moins ils le pensent. Ils ne croient même plus en eux mêmes.

    Ils ont pactisé avec LREM pour avoir une chance d’exister encore aux prochaines élections. Ils préfèrent ça que devoir se mettre à réfléchir sur un programme et la France de demain. Dommage pour eux. Il y a pourtant de la place.

    • C’était soit ça. Soit passer pour des c.ns. Vu que la réforme Macron est un copier-coller de la proposition LR sur la réforme des retraite, depuis au moins Fillon 2017.
      Fillon, ce dangereux gauchiste qui a tout fait depuis 2003 pour sauver la retraite par répartition.
      Mais ne le dites pas à Mr Maurice ; il croit encore que Fillon est un conservateur libéral.

      • Et depuis 2017, les LR perdent la présidentielle, les dernières législatives, sont obligés de s’allier pour les régionales,…

        A un moment, ils devraient se rendre compte que leurs propositions sont mauvaises et qu’ils ne sont pas crédibles. Le RN a changé et ça lui réussit. Pourquoi pas eux ?

        • La lassitude. RPR/UMP/LR ont été aux manettes depuis des décennies, en alternance avec le PS.
          Et les preuves manquent pour qualifier chacun de leur mandat de réel succès.
          Alors, comme pour le sexe, le Français moyen aspire à un peu de nouveauté.

  • M’enfin ! Mr Maurice n’a pas compris que tout le monde est de gauche dans ce pays… La droite, l’extrême-droite, le centre. Même la gauche est de gauche, malgré des signes montrant qu’elle s’est réfugiée dans le conservatisme le plus débridé avec l’islamo-gauchisme.

    • Exactement. Nous sommes un pays géré comme Cuba. Sauf qu’on nous prête encore de l’argent, ce qui fait que la France n’a pas encore atteint le même niveau de pauvreté. Mais cela ne saurait tarder.

  • Le problème est que les français, même de droite, même prétendument d’extrême-droite, sont presque tous des collectivistes confits de jalousie et de parasitisme et n’accepteront jamais l’indispensable refondation de ce système mort-né fondé sur le pillage la redistribution.
    Je pense que Ciotti le comprend parfaitement et préfère une pseudo-réforme comptable permettant de gagner un peu de temps à une explosion de combats de rues.

  • La majorité du peuple gauche et droite confondues est imprégnée de la culture socialo-humaniste qui déresponsabilise l’individu et conduit le pays à la faillite financière et intéllectuelle et morale .
    Les caisses sont vides mais aussi les cerveaux .

  • il n’y a même pas d’ouverture d’une possible capitalisation : cela aurait intéressant de voir si les français y adhéraient en s’y mettant.

  • le probleme c est que le peu d electeurs LR qui reste sont … des retraités. Et qu annoncer un passage a la capitalisation ne peut se faire qu en rabotant sensiblement les pensions (sinon il faudra expliquer aux actifs qu ils devront payer autant de cotisations et qu en plus ils devront epargner pour eux).

    LR est de toute facon cuit: ils n ont pas d idees, pas de projets, juste pleins d ambitieux qui esperent etre elu grace a un malentendu, a la facon de Hollande. C est pas pour rien que Sarkozy ou Woerth sont allé a la gamelle chez Macron

  • Malgré mes efforts, je n’ai jamais vraiment compris comment la retraite pouvait être un problème national. N’est-ce pas un acte de simple gestion ? Ceux qui pensent trop à leur retraite démontrent qu’en réalité ils ne travaillent pas assez et ne songent pas à le faire.

    • Donc laisser des politiciens qui n’ont probablement jamais lu la moindre page d’un rapport du COR vous laisse indifférent?

      Ça n’a rien à voir avec un acte de gestion financière alors que ça le devrait. Bien au contraire, les politiciens n’hésitent pas à récupérer les milliards de caisse de retraites excédentaires pour remplir celles d’autres caisses vides comme la leur. Les règles sont modifiées à chaque gouvernement.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Évidemment, en France, ce titre risque d'être considéré comme une provocation. C’est un peu comme si on ouvrait un parapluie à l’intérieur d'un logement, ou si on proférait des injures à l’égard d’un défunt dans la chambre mortuaire.

 

La répartition est injuste

Aussi, dois-je m’efforcer de présenter immédiatement, non pas les excuses que certains lecteurs attendent peut-être, mais des arguments sur ce que j’avance.

Les voici :

Le système de retraite par répartition consiste à payer les retraites des pensionné... Poursuivre la lecture

retraités
6
Sauvegarder cet article

Un article de la Nouvelle Lettre

 

Ce qu'a dit mardi madame le Premier ministre n’a aucune importance, le texte qui sera soumis au Parlement n’aura aucune importance puisque le débat sur les retraites continue à tourner autour d’une idée stupide : sauver le système de répartition.

 

Vanité des réformes paramétriques

Depuis des décennies je ne cesse de dénoncer la vanité des réformes paramétriques. On bricole la répartition alors que la seule solution est une réforme systémique : passer le plus vite possib... Poursuivre la lecture

pascal salin
6
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

La détermination du montant de sa retraite est évidemment fondamentale pour tout individu puisqu’elle conditionne son niveau de vie une fois ses activités productives terminées.

C’est pourquoi on peut comprendre que le projet de réforme du système des retraites élaboré par le gouvernement français retienne considérablement l’attention de l’opinion publique et suscite même des grèves très importantes. Il serait certes fondamental que les réformes envisagées contribuent à une amélioration du système des retraites... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles