États-Unis : un Républicain veut interdire la pornographie

Un projet de loi récent du sénateur Mike Lee, veut pour ainsi dire bannir la pornographie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
databending porn by wheresaddie (CC BY-NC-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

États-Unis : un Républicain veut interdire la pornographie

Publié le 29 décembre 2022
- A +

Plusieurs personnes me questionnent souvent pour savoir pourquoi je suis libertarien. Aux États-Unis, la réponse est simple : les politiciens sont tous pourris et antilibéraux. Les Démocrates ne s’en cachent pas; leurs politiques visent toujours à augmenter la taille du gouvernement.

Du côté républicain, en théorie on affirme vouloir moins de gouvernement. Mais en pratique, c’est tout autrement. C’est très évident avec un projet de loi récent du sénateur Mike Lee, qui veut pour ainsi dire bannir la pornographie.

Une telle action ne devrait surprendre personne. Lee vient de l’Utah, la Mecque des Mormons  généralement très conservateurs. L’État voisin de l’Idaho, aussi très mormon, autorise les bars qui vendent de l’alcool, les bars de striptease mais pas une combinaison des deux. Bref, pas de tétons et de bière au même endroit.

En 2016, au niveau local, l’Utah avait déclaré une crise de santé publique au sujet de la pornographie. Quatre ans après, il semble que rien n’ait vraiment changé. Toutefois, cette idée est allée plus loin avec la mise au ban de plusieurs livres jugés « inappropriés » pour les enfants plus tôt cette année.

Une telle loi pourrait être justifiée pour Gender Queer, qui montre des images très explicites pour le public cible. Mais The Bluest Eyes pourrait être approprié pour un public plus mature – on y parle de viol. L’auteure Toni Morrisson ne fait pas dans la dentelle mais ses livres valent le coup d’œil si vous êtes assez vieux. Ils ne sont pas du tout pornographiques.

 

Contrôles inutiles et onéreux

Revenons au projet du sénateur Lee.

Il vise à redéfinir la pornographie comme étant obscène, via un test en trois parties créé par la Cour suprême en 1973. Ainsi, une image/vidéo est obscène si

  1. L’individu lambda dans les standards du moment y voit un appel à la lascivité
  2. Elle montre d’une façon évidemment offensante un acte sexuel tel que défini par la loi
  3. Elle n’a aucun mérite artistique, scientifique, artistique ou politique

 

Selon ce triple standard, tout libéral s’opposerait aux vidéos de viol, pédophilie, d’inceste et tout autre pratique de la sexualité sans consentement. Pour le reste, « ce qui se passe entre adultes consentants n’est pas l’affaire du gouvernement, » avait plus ou moins dit Pierre Trudeau (père de Justin) jadis. Même si c’est sur vidéo/dans un magazine.

Malheureusement, le puritanisme américain n’est jamais très loin quand les conservateurs veulent réglementer la vie des gens. Lee veut changer le second point ainsi :

« Elle montre, décrit ou représente des actes sexuels réels ou simulés dans le but d’exciter, titiller ou gratifier les désirs sexuels d’autrui. » Il veut également omettre « les standards du moment » du premier point.

En d’autres termes, la pornographie ne serait plus protégée par le Premier amendement de la Constitution relatif à la liberté d’expression. Un avocat doute que les cours inférieures maintiennent la loi si elle est contestée en justice. Mais avec la Cour suprême actuelle, le sort de la décision de 1973 est incertain.

Au moins, malgré son puritanisme, la loi ne laisse pas la place au doute, contrairement à une autre récente en Floride « pour le bien des enfants. »

Bref, les Républicains se tirent une fois de plus dans le pied en s’attardant sur des peccadilles sans importance. Certes, la pornographie ne devrait pas être consommée par des mineurs. Mais comme je l’ai souvent dit, c’est aux parents d’aborder le sujet avec leurs enfants.

Peut-être Lee et ses confrères utahiens devraient considérer les sages paroles du controversé Larry Flynt, qui se demande s’ils n’ont « rien de mieux à faire ». Car si l’on prend en compte les résultats de cette même interdiction en Turquie on observera le même phénomène aux États-Unis : la consommation de porno ne diminuera pas.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Dans certains états américains, (dont l’Utah), même la position de l’acte sexuel est codifiée. Et on risque une peine de prison en cas de non respect. On a vu ainsi, il y a quelques années, un adolescent et une adolescente passer en jugement pour une fellation qui a été dénoncée.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’UE prépare à présent des directives et missions au-delà des frontières de la zone.

Le groupe répand ses bienfaits jusqu’au cœur de l’Afrique.

Rapporte Politico :

« Les projets-phare du Global Gateway de l’Europe visent à offrir aux pays en développement une alternative à la générosité stratégique du programme Belt and Road de la Chine, à travers lequel Beijing projette son autorité sur des voies commerciales, via le développement de ports, des projets dans l’énergie, et des réseaux de télécoms.

Les premiers proje... Poursuivre la lecture

maltsev donnant un cours
1
Sauvegarder cet article

Par David Gordon.

 

Je suis désolé de devoir annoncer le décès de Yuri Maltsev. Il était professeur d'économie au Carthage College dans le Wisconsin. Il a occupé divers postes au gouvernement et dans la recherche à Moscou, en Russie. Avant de faire défection aux États-Unis en 1989, il était membre d'une équipe économique de haut niveau qui a travaillé sur le paquet de réformes du président Mikhail Gorbachev, la perestroïka. Avant de s'installer dans le Midwest, il a été chercheur principal à l'Institut de la paix des États-... Poursuivre la lecture

école
3
Sauvegarder cet article

Jamais le choix scolaire n’aura été si important.

Ce n’est un secret pour personne : l’école publique moderne est basée sur le modèle prussien du XIXe siècle. Elle avait pour but de former en masse des citoyens dociles. C’est d’ailleurs de là que vient l’expression anglo-saxonne Toe the line : c’était tellement strict que les écoliers devaient placer leurs orteils derrière une ligne.

Néanmoins, le libéralisme a permis de réformer cette aberration en introduisant des programmes spéciaux pour captiver les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles