Dans l’État de New York, les fous contrôlent l’asile

Les politiciens de New York font tout pour que les citoyens quittent la ville.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Luca Bravo on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans l’État de New York, les fous contrôlent l’asile

Publié le 13 juillet 2022
- A +

La ville de New York fut jadis l’orgueil de son pays et une influence sans pareille – dans certains pays, dire qu’on vient de NY veut simplement dire qu’on vit aux États-Unis.

Mais comme trop d’États à tendance démocrate, l’Empire State a connu un fort déclin et n’est plus que l’ombre de lui-même. En fait, c’est l’un des endroits ayant franchi le cap de « l’inversion ultime » d’Ayn Rand : le gouvernement fait ce qu’il veut et les citoyens doivent implorer sa permission.

Ça a crevé les yeux lors d’une récente décision de la Cour suprême fédérale au sujet du droit au port d’arme. Dans une décision six contre trois, la haute cour a jugé anticonstitutionnelles les mesures de New York imposant la justification du permis de port d’arme. « Le Second amendement n’est pas un droit de seconde classe », citait la décision.

La gouverneure Kathy Hochul s’en est scandalisée, affirmant qu’il revient aux États de réglementer comme bon leur semble les armes à feu. Je me demande son opinion sur les limites à un procès juste et équitable ou la liberté de presse…

À cette fin, Hochul a légiféré sur le port d’arme comme si la Cour suprême n’avait rien énoncé. Entre autres, les postulants pour un permis devront remettre l’historique de leurs médias sociaux afin que les officiels jugent de son caractère. Ils devront également donner quatre références et subir un interro… heu, passer une entrevue. Aussi la loi bannit-elle les armes à feu virtuellement partout, y compris à Times Square – des endroits « à risque », selon elle. Finalement, Hochul a même eu l’audace de dire sans sourciller qu’elle se fiche de savoir si les détenteurs de permis de port d’arme commettent plus de crimes que les autres personnes.

L’Ordre des shérifs de l’État questionne déjà cette loi, affirmant qu’il n’aurait pas les moyens de mener ces enquêtes et doutant de sa constitutionalité à cause d’une invasion de la vie privée.

 

Impossible de se défendre

Mais même si Hochul avait simplement accepté l’évidence que le port d’arme est un droit individuel, ses procureurs régionaux se seraient occupés de jeter un froid sur quiconque voulant défendre sa personne.

Il y a quelques jours à peine, le propriétaire d’une bodega de Harlem a été confronté au copain enragé d’une femme dont la carte gouvernementale avait été refusée. Acculé littéralement au pied du mur, le vieil homme s’est défendu avec un couteau, frappant mortellement son assaillant.

Naturellement, une fois sur les lieux, la police a… arrêté l’homme qui a fait face à des accusations de meurtre au second degré. Sa caution fut initialement fixée à 250 000 dollars, mais grâce à un tollé public elle fut réduite à « seulement » 50 000 dollars.

Heureusement que les propriétaires de bodega se sont unis pour secourir l’un des leurs. Les sites de sociofinancement avait promptement stoppé une levée de fonds sur leurs sites parce qu’ils prétendent interdire « l’aide aux personnes accusées de crimes violents ».  Sauf si lesdits accusés ont l’immunité démocrate et sont associés aux émeutes de Black Lives Matter ou à des meurtres contre des blancs…

C’est à se demander si le procureur régional ne fait pas preuve d’un double standard flagrant. Depuis son entrée au pouvoir (il est élu) en janvier, il s’est vanté de réduire le nombre de crimes/leur gravité comme trop de ses collègues wokes dans d’autres grandes villes à majorité démocrate. Plusieurs criminels n’ont guère eu plus qu’une tape sur les doigts pour des crimes qui, jadis, laissaient les coupables derrière les barreaux pour une longue période.

Mais quand vient le temps de se défendre contre des assaillants – la copine du poignardé a frappé le propriétaire au bras – il semble qu’il faille laisser la main de Dieu agir et prier que n’augmentent pas les statistiques de meurtres, à la hausse depuis le début de la pandémie.

Bref, les récentes actions des politiciens de New York montrent pourquoi l’État a perdu autant de sa population. De l’envoi de gens infectés dans les hospices à une attitude permissive envers les criminels récidivistes, ils montrent qu’ils ont un souci minime de la vie de leurs concitoyens.

Ils se demandent ensuite pourquoi la confiance envers les politiciens est en chute libre…

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jacob Sullum.

L'arme improvisée qu'un assassin a utilisée pour tuer l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe vendredi dernier suggère à la fois l'impact et les limites des lois strictes sur les armes à feu qui en rendent la possession légale quasi impossible. S'il était plus facile d'acheter une arme à feu au Japon, le tueur n'aurait sans doute pas eu recours à un dispositif artisanal, bricolé, composé de deux tubes métalliques reliés par du ruban électrique. En même temps, l'incident démontre qu'aucune législation ne peut emp... Poursuivre la lecture

Par Hannah Cox.

Cette semaine, le Sénat américain a commencé à débattre sur le contrôle des armes à feu que ses partisans ont qualifié de projet de loi de compromis.

Au début du mois, les démocrates ont annoncé qu'ils avaient obtenu suffisamment de soutien républicain pour que le projet de loi soit adopté par le Sénat (bien que la Chambre des représentants dispose d'une large majorité démocrate, une grande partie du programme de la gauche a été bloquée sous la présidence de Joe Biden en raison d'une majorité très mince au Sénat qui néc... Poursuivre la lecture

On viole les droits constitutionnels des gens au nom de leur sécurité.

Les fusillades sont une triste réalité qui semble unique aux États-Unis. Et à chaque fois qu’elles se produisent, les sirènes (généralement démocrates) implorent le Congrès de « faire quelque chose ». Même si cela implique de violer les droits fondamentaux des individus.

Généralement, les républicains résistent au charme. Mais pas cette fois-ci.

Plusieurs sénateurs du parti de Trump se sont rangés du côté du parti de Biden pour imposer des restrictions... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles