États-Unis : les démocrates continuent leur travail de destruction

Les démocrates s’imaginent que dépenser plus d’argent diminue l’inflation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Joe_Biden_portrait_2021

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : les démocrates continuent leur travail de destruction

Publié le 23 août 2022
- A +

En règle générale, on peut connaitre l’idée globale d’une loi aux États-Unis à son titre.

Dans la (quasi) totalité des cas, il indique ce que la loi ne fera pas. Le Patriot Act, par exemple, était tout sauf patriotique, il a augmenté la main de fer de Big Brother comme jamais auparavant et a normalisé le harcèlement sexuel (et le voyeurisme) pour prendre l’avion.

Idem avec la loi récemment adoptée pour « combattre » l’inflation. Votre main à couper qu’elle fera tout sauf ça – même ses défenseurs sont incapables de défendre ce point.

Enfin, presque. Comme avec tout projet de dépense, on propose des moyens pour le payer. Selon la théorie macro-économique, augmenter les impôts permet de ralentir une économie qui surchauffe. Et ralentir l’économie, la Maison Blanche réussira. Notons :

  • Un impôt des sociétés minimal de 15 % pour toute entreprise générant un milliard de dollars en revenus (pas en profit). On pourra ainsi faire payer ces sales entreprises qui paient « peu ou pas » d’impôt fédéral. C’est constant avec cette volonté des gouvernements de l’OCDE de créer un cartel fiscal pour éviter les évasions de leur prison.
  • Une forte augmentation des employés à l’agence fiscale (IRS). Euphémiquement présenté comme « un investissement… pour aider les contribuables à obtenir réponses à leurs questions », c’est en fait une violation patente de la promesse de Biden de ne pas augmenter les impôts des ménages au revenu inférieur à 400 000 dollars. Car n’en déplaise à Biden et ses laquais des médias (qui ne font que régurgiter les points de leur maitre à penser), embaucher l’équivalent du double des percepteurs d’impôts, fût-ce sur 10 ans, signifie une augmentation des poursuites fiscales, et les moins riches n’ont généralement pas les moyens de se défendre quand le fardeau de la preuve est ainsi renversé. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’on s’attaque à Monsieur et Madame Tout-le-monde avec ces petites mesures.
  • Le retour en force du New Deal Vert avec une panoplie de nouvelles taxes aux producteurs d’énergies fossiles, ce qui augmentera assurément les prix et appauvrira encore plus les gens qu’on prétend aider.

 

Au bout du compte, tout le monde perdra au change sur 10 ans si les mesures fiscales ne changent pas.

 

Encore plus de dépenses inutiles

Mais même si ces nouvelles taxes génèrent effectivement de nouveaux revenus, ils seront nettement insuffisants pour couvrir toutes les nouvelles dépenses, qui atteindront quelque 400 milliards.

Le cœur de ces dépenses révèle le but avoué de ladite loi (cité plus haut) : un New Deal vert.

Joe Biden le répète sur les réseaux sociaux, et ses laquais des médias n’en ont que pour les provisions environnementales. Même Nancy Pelosi y va d’inepties tellement grossières au sujet de Mère Nature que si un républicain avait fait la même chose, il se serait fait coller l’étiquette pants on fire.

La loi contient notamment une extension du crédit d’impôt à l’achat d’un véhicule électrique. Ce sera futile, considérant que Ford et GM ont augmenté d’à peu près le montant dudit crédit le prix de leurs gros véhicules électriques. Aussi les prix risquent-ils d’augmenter « naturellement » à cause de prérequis avançant que 40 % des composants des batteries de ces véhicules soint fabriqués en Amérique du Nord. Considérant l’écrasante domination de la Chine dans ce domaine, et de sa forte hostilité envers plusieurs pays, la rupture de la chaine d’approvisionnement risque d’empirer.

Dans la même veine, on offre encore des crédits d’impôts à la production d’énergies dites propres.  Étonnamment, on inclut le nucléaire cette fois-ci. C’est louable, mais le montant idéal de crédit pour n’importe quelle source d’énergie est zéro. Si la production de CO2 était si problématique, alors les gens se tourneraient naturellement vers le nucléaire.

La vague woke environnementale n’a pas encore détruit le nucléaire en France, rendant les émissions du pays nettement plus vertes que l’Allemagne et plusieurs pays de l’UE. Par ailleurs, continuer de favoriser l’éolien et le solaire – ce qu’on entend généralement par énergie dite verte – ne fait qu’encourager l’effondrement des réseaux électriques, comme ça s’est passé au Texas et en Californie.

Finalement, question de montrer son dévouement à la cause woke, l’administration Biden va dédier plusieurs milliards à la « justice environnementale. » En d’autres termes, on s’imagine que le gouvernemaman peut améliorer le sort de communautés désavantagées dans les grandes villes et les réserves autochtones en leur fournissant des panneaux solaires et des éoliennes. On croit également qu’il y aura une amélioration nette de la vie urbaine en adoptant massivement des bus et véhicules lourds électriques pouvant prendre feu.

Bref, une fois de plus, les démocrates montrent qu’ils ne connaissent strictement rien à l’économie et font tout pour la détruire. Ce nouveau cocktail toxique de dépenses et de taxes est la dernière chose dont les États-Unis ont besoin.

C’est à se demander si le raid récent contre Donald Trump n’avait pas pour but de détourner l’attention des gens contre cette loi destructrice…

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Au moins, obliger 40% de fabrication américaine permet d’éviter de financer 100% de chine ou d’Europe ! L’argent finance des activités nationales.
    En France, c’est le contraire. Elle subventionne toujours ce qu’elle ne produit pas. Et surtout si c’est écolo ! Borloo avait subventionné les pompes à chaleur (100% coréennes ou chinoises) au lieu de créer une filière. Elle subventionne 100% des batteries chinoises ou américaines via les primes aux voitures….
    Même les Chinois imposaient de produire chez eux les produits importés sinon ils étaient matraqués de taxes.
    Mais la France qui veut réindustrialiser des puis 20 ans préfère subventionner des importations plutôt que des transferts d’activités et de compétences.

    • Pour rien industrialiser il suffit de supprimer l’URSSAF

    • les batteries pour les voitures électriques viennent essentiellement de chine, de Corée du sud, du japon……..même en Europe la fabrication de batteries se faite sous licences coréennes car ils ont investi ce marche prometteur depuis un bon moment
      c est trop tard pour les européens sauf si notre R/D est capable de découvrir une nouvelle génération de batteries plus économiques et plus durables
      pour réindustrialiser en France, nous devons baisser les charges, impôts taxes normes et la bureaucratie qui pèsent très lourdement sur notre pays

  • Joe Biden a raison, de détruire tout ce qu’a pu faire Trump, qu’il les laminent lui et ses amis, jusqu’au sang, Trump a tout pour abrogé l’Obamacare

  • Avatar
    The Real Franky Bee
    24 août 2022 at 1 h 19 min

    Très honnêtement, les Républicains ont également cédé depuis belle lurette aux sirènes de la planche à billets. C’est une constante du monde occidental depuis au moins 2008 : la fuite en avant via une dépense exponentielle censée réglér tous nos problèmes à coups de baguette magique. Trump, Biden, Macron, où est la différence d’un point de vue fiscal et monétaire ? Le désastre est à nos portes, mais nos élites ont appris à se défaire de toute responsabilité avec maestria. Le reste du monde l’a bien compris et se garde bien de voler à notre secours. Bonne inflation à tous !

    • En fait s’ils y vont avec autant d’entrain, c’est qu’ils savent maintenant que les dettes seront prochainement effacées. Laminées par l’inflation, nos monnaies fiduciaires vont perdre toute valeur. Ce sera le moment de mettre en service les monnaies numériques, en effaçant les dettes.
      Le dollar numérique est prévu pour 2024, pour éviter qu’un retour possible au pouvoir des républicains puisse l’empêcher.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors d’une récente entrevue, une ancienne secrétaire à la Maison Blanche a candidement avoué la stratégie des démocrates lors des élections du mois prochain : se concentrer sur « l’extrémisme » républicain. Car si ces mêmes élections sont un référendum sur les deux dernières années au pouvoir des démocrates, particulièrement au sujet de l’augmentation vertigineuse de la violence, il y aura effectivement un raz-de-marée rouge.

 

Les médias et les démocrates

Il semble que les alliés des démocrates dans les médias avaient comp... Poursuivre la lecture

Gustave Le Bon (1841-1931), souvent réduit de nos jours à l’auteur d’un seul livre, la Psychologie des foules (1895), fut aussi un observateur des phénomènes politiques et sociaux de son temps, de même qu’un penseur de la psychologie de l’être humain et des sociétés humaines que l’on peut rattacher au courant intellectuel de l’individualisme libéral.

Face à l’extraordinaire montée en puissance des États de par le monde depuis le début de la crise sanitaire, et devant la recrudescence d’un anticapitalisme et d’un antilibéralisme nourris... Poursuivre la lecture

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles