Comment détruire l’industrie (1)

La décennie écoulée a vu un coup plutôt audacieux d’ONG militantes visant à ostraciser la plupart des industries du dialogue sur les politiques publiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comment détruire l’industrie (1)

Publié le 8 décembre 2022
- A +

Ceci est la première partie d’une analyse sur la disqualification de l’industrie.

Je suis souvent perplexe devant la manière dont les acteurs de l’industrie se perçoivent. Ils se contentent souvent d’être le zèbre pas-tout-à-fait-le-plus-lent de la horde, qui continue de brouter joyeusement parce qu’aujourd’hui les lions se repaissent de la carcasse d’un autre.

Mais que feront ces zèbres demain, lorsque des militants anti-industrie reviendront dans la savane réclamer du sang ? Vont-ils radicalement changer d’attitude ? La horde va-t-elle s’unir pour former un front uni de défense ? Ou vont-ils attendre aveuglément, sans rien faire, en espérant que l’inévitable ne se produise pas ?

Hélas, ces zèbres pas-tout-à-fait-les-plus-lents ne font rien du tout. La plupart des lobbyistes de l’industrie semblent avoir baissé les bras face au processus réglementaire (tout en suivant le mouvement). Conscients que leur voix est censurée à Bruxelles, ils se battent juste pour conserver leur substance ou leur procédé sur le marché pour trois années supplémentaires. Ils ne peuvent pas lutter contre le rouleau compresseur du principe de précaution de l’UE, alors ils se tortillent pour obtenir des dérogations, fournissent des données industrielles que personne ne lit et font continuellement appel des décisions juridiques inévitables.

Mais rester sur le marché pour trois ans de plus n’est vraiment pas une stratégie.

Comment la chaîne de valeur devrait-elle réagir face à une telle absence de leadership, d’innovation et de position favorable ? Les utilisateurs en aval vont-ils garder dans la formulation de leur produits une substance visée par le principe de précaution s’ils peuvent trouver une alternative (même moins séduisante) qui n’est pas attaquée par la réglementation ? Certains zèbres plus agiles ont quitté la horde et contribuent à la débâcle du marché au nom d’un « opportunisme d’alternatives ».

Les entreprises ne tentent pas de changer la démarche réglementaire qui a été mise sens dessus dessous au cours des deux décennies écoulées et qui maintenant travaille contre elles (par exemple l’utilisation de l’approche basée sur le danger ou le principe de précaution appliqué comme un renversement de la charge de la preuve). Elles ne voient pas les ramifications – le fait que les assauts constants des médias, la destruction de la réputation et de la confiance ainsi que l’élimination politique de l’industrie, sont des menaces existentielles. Au lieu de cela, le zèbre pas-tout-à-fait-le-plus-lent se félicite pour ce qu’il n’est pas. Dans le secteur de la protection des cultures, il peut exprimer son soulagement que son entreprise est moins mal que Monsanto. Dans le secteur pétrolier, certains acteurs clament fièrement qu’ils ne sont pas comme ExxonMobil. Et alors qu’elles travaillent mollement pour accumuler des points ESG, toutes les industries s’exclament fièrement qu’elles ne sont pas comme celles du tabac ou de l’armement.

Mais aux yeux du grand public, elles sont tout comme.

Pendant ce temps, les militants des ONG à Bruxelles ont la vie plutôt facile.

Leur stratégie est simple :

  1. Trouver une industrie vulnérable.
  2. Apporter de l’incertitude.
  3. Créer un lien entre un produit ou un mode de vie et une forme de cancer ou de destruction de l’environnement.
  4. Mettre en avant les victimes potentielles pour susciter l’indignation du public.
  5. Souligner les profits des entreprises.
  6. Aller à la case départ et toucher 200 dollars.

 

On peut l’appliquer à presque toutes les hordes de zèbres. « Laver, rincer, recommencer ».

La décennie écoulée a vu un coup plutôt audacieux d’ONG militantes (ainsi que d’acteurs de la réglementation, en particulier à Bruxelles) visant à écarter du dialogue sur les politiques publiques la plupart des industries, à susciter le dégoût du public et à éliminer les entreprises en tant que parties prenantes et acteurs de la société.

Cette stratégie a réussi pendant la guerre contre le tabac et beaucoup de leurs moyens d’action sont à présent copiés-collés pour d’autres industries. Certains, en particulier dans l’industrie de la finance, se sont engagés dans les campagnes militantes et tentent d’obtenir les faveurs du public en envisageant une stratégie de décroissance ou une remise à zéro du capitalisme.

Mais pensent-ils vraiment qu’on ne voit pas leurs zébrures ?

 

Tabassage 1 : la réglementation par les tribunaux

J’ai beaucoup écrit sur une partie de la démarche de tabassage dans ma série SlimeGate, où des ONG travaillent ouvertement et sans vergogne avec des cabinets d’avocats américains spécialisés dans les dommages et intérêts ainsi qu’avec quelques scientifiques militants frustrés pour contourner la démarche de réglementation.

Pour l’essentiel, elles identifient une incertitude, créent des campagnes effrayantes, produisent quelques données scientifiques, composent un groupe de victimes, suscitent l’indignation envers des entreprises, puis déchainent un enfer de procès contre une société ou une industrie, jusqu’à ce que, acculées à la faillite, ces dernières se soumettent aux changements exigés ou abandonnent simplement un marché. Les militants ont un terme pour cette imposition plutôt indirecte d’une politique hors du processus démocratiques : la réglementation par les tribunaux.

J’ai rencontré le mot « tabassage » en lisant le rapport d’une conférence « Établir la responsabilité des dommages du changement climatique : les leçons de la maîtrise du tabac », supervisée par Naomi Oreskes, Union of Concerned Scientists, et le Climate Accountability Institute en 2012 à La Jolla, Californie. Cette réunion de juristes, de militants et de scientifiques avançait la thèse selon laquelle le lobby de l’industrie du tabac n’a pas capitulé avec l’accord-cadre sur le tabac en raison de la science, des contraintes réglementaires ou de l’indignation du public. Il a cédé à cause du coût financier insurmontable des procès en dommages et intérêts incessants qui menaçait de détruire totalement son industrie. Donc le petit manuel du plaignant de La Jolla consistait à appliquer la même stratégie à l’industrie du pétrole – à détruire la confiance du public puis à déchaîner sur les entreprises pétrolières un enfer de procès en dommages et intérêts en raison du changement climatique, jusqu’à ce qu’elles fassent faillite ou qu’elles changent leur modèle d’affaires.

Peu après le rapport de La Jolla, des acteurs de la conférence ont été impliqués dans des dossiers en relation avec la convocation d’ExxonMobil par le procureur de l’État de New-York qui a mené à des procès contre la compagnie (pour ne pas avoir révélé ce qu’ils savaient au sujet du changement climatique). Ce n’est que le début d’une longue liste de procès en dommages et intérêts visant l’industrie du pétrole.

Quelques années plus tard, lorsque le CIRC a conclu que l’herbicide nommé glyphosate était un cancérogène probable (c’est la seule agence scientifique ayant jamais atteint cette conclusion), des cabinets d’avocats américains spécialisés en dommages et intérêts, qui ont payé au moins quatre des scientifiques participant à ce comité d’évaluation du CIRC, ont déposé plus de 100 000 plaintes contre Monsanto. Pendant ce temps la compagnie a été absorbée par Bayer (qui a ensuite perdu la moitié de sa valeur en bourse). Nous voyons maintenant des scientifiques financés par ces mêmes cabinets d’avocats qui tentent de trouver des preuves reliant les tumeurs au cerveau et l’usage du téléphone mobile.

Je suis certain que ces zèbres vont nier qu’il y a une stratégie de tabassage à l’œuvre contre leur industrie.

 

Tabassage 2 : limiter la communication et interdire la publicité

Les militants jouent un rôle-clé dans ce mode d’emploi afin de susciter l’indignation du public envers les compagnies visées, non seulement pour s’assurer que les jurys seront influencés au maximum mais encore pour inciter les acteurs de la réglementation à imposer des règles encore plus dures.

Pour ce faire, ils ont besoin d’ostraciser la compagnie ou l’industrie et de lui retirer tout rôle en tant qu’acteur de la société. Elles doivent avoir le mauvais rôle. Pour y parvenir, les ONG ont repris la stratégie gagnante consistant à exclure l’industrie du tabac et à interdire la publicité pour le tabac.

Il ne faut donc pas s’étonner qu’un groupe d’ONG anti-industrie mené par Greenpeace ait lancé une initiative citoyenne européenne pour tenter d’interdire la publicité de l’industrie des combustibles fossiles. Elles n’essaient même plus de faire preuve de créativité.

Au cœur de la stratégie d’exclusion se trouve l’idée que les géants du pétrole ne sont pas des acteurs tolérables en société et qu’il faut ajouter leurs entreprises à une sorte de registre des agresseurs de l’environnement. Une organisation à laquelle il est interdit de communiquer vers ses consommateurs perd sa légitimité et son autorité (elle est sur liste noire alors que ses produits restent sur le marché).  Mais la société repose encore sur les combustibles fossiles et les consommateurs devraient pouvoir profiter des informations émises par tous. Réduire l’industrie du pétrole au silence entravera ses marques, limitera l’attrait pour ses innovations, lui retirera le moyen de répondre correctement aux campagnes et réduira ses parts de marché. C’est bien le but.

Le tabac est resté sur le marché uniquement en raison de la fiscalité rapportant aux États, fiscalité qui a été régulièrement augmentée. Attendez-vous à la même chose à la pompe lorsque la crise de l’énergie en cours sera passée. Qui va pleurer lorsque les taxes sur le carburant vont crever le plafond pendant que le lobby vert subventionnera les solutions alternatives moins efficientes ? Tu n’as que ce que tu mérites, abruti qui roule au diesel au lieu de laisser tomber (c’est-à-dire au lieu d’acheter une voiture électrique). Peu importe que les véhicules électriques ne soient pas tout à fait verts ou que la plupart des consommateurs n’aient pas les moyens de se les payer.

De plus, et on en a très peu parlé, la Commission européenne a maintenant interdit à tous ses représentants et fonctionnaires de parler directement à des employés d’entreprises en dehors des organisations professionnelles (alors que les lobbyistes de n’importe quelle ONG peuvent rencontrer facilement des représentants de l’UE). Cet honneur était autrefois réservé aux lobbyistes de l’industrie du tabac.

 

Tabassage 3 : l’indignation publique plus forte que la science poubelle

L’indignation publique contre les géants du tabac a fait que des travaux scientifiques de mauvaise qualité (sur les risques dus au tabagisme passif ou au vapotage) ont pu être examinés avec bien peu d’attention au cours de la démarche réglementaire.

Les gens ne pouvaient plus supporter l’industrie et voulaient simplement croire que les conclusions de ces recherches étaient justes. Nous voyons que des affirmations infondées similaires contre le glyphosate prennent de l’ampleur, principalement grâce à l’indignation contre Monsanto et à cause d’acteurs de la réglementation trop peureux pour défendre les agriculteurs. À partir de conclusions littéralement fabriquées par plusieurs scientifiques militants (très bien payés par des cabinets d’avocats américains spécialisés en dommages et intérêts pour produire une phrase utilisable pendant les procès contre Monsanto), le public est maintenant prêt à accepter l’interdiction de tous les pesticides (sauf, bien entendu, ceux qui sont produits pour l’agriculture bio).

Les fonctionnaires opportunistes qui veulent amadouer la foule des militants bruyants ont juste besoin de se saisir de l’épingle de sûreté du principe de précaution pour obtenir leur faveur sans le moindre risque que des données ou des preuves viennent interférer avec cette stratégie. Pour les acteurs de la réglementation, pas besoin de réfléchir pour jouer la carte de la précaution (exiger qu’une substance soit prouvée sûre à 100 % avant toute chose) plutôt que de heurter de front des groupes de militants en colère ayant des amis dans les médias. Quel acteur de la réglementation raisonnable voudrait se faire l’avocat des faits scientifiques et porter un badge « Je suis Monsanto » au revers de sa veste ?

Aujourd’hui nous voyons comment la « stratégie » de la Ferme à la Fourchette de la Commission européenne prévoit d’éliminer 50 % des pesticides utilisés actuellement et 20 % des engrais d’ici à 2030 sans la moindre base scientifique… Et personne ne semble avoir le courage de s’y opposer (en dehors de quelques agriculteurs et de l’industrie de la protection des plantes muselée et ostracisée). Le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans a même ignoré l’avis des scientifiques de la Commission européenne qui ont émis un avis négatif contre la stratégie de la Ferme à la Fourchette. Alors comment pourrait-on espérer que des données produites par l’industrie aient le moindre impact ?

Des politiques qui manquent clairement de données et de preuves scientifiques passent chaque jour au travers de la démarche réglementaire de l’UE sur un large éventail de sujets, tels que le renouvellement de l’autorisation de nombreux pesticides (dont le glyphosate) ; des minéraux comme le lithium ; des produits chimiques comme le formaldéhyde ; des nanomatériaux dans les produits cosmétiques et les déchets d’emballages en plastique.

Pendant ce temps, les acteurs de la réglementation font aveuglément la promotion d’alternatives vertes bien soutenues par des lobbys comme les énergies renouvelables, les véhicules électriques et des produits chimiques alternatifs sans données ou études suffisantes. Y a-t-il une seule organisation pan-industrielle ou pan-scientifique pour se lever et prendre la défense des politiques fondées sur la science ou lutter contre l’usage arbitraire du principe de précaution ? La science de l’industrie est réduite au silence ; ses données ont été dénigrées (tabassées).

Si la plupart des parties prenantes et le public sont perçus comme étant opposés aux intérêts de l’industrie et à son engagement, alors des décideurs non élus et ambitieux comme Frans Timmermans n’ont pas besoin d’encombrer leur idéologie avec la réalité scientifique. Bienvenue à Bruxelles.

 

Après le tabac, à qui le tour ?

Les victoires obtenues contre l’industrie du tabac ont été simplement copiées-collées dans des stratégies militantes contre d’autres industries (avec ce qui semble être des trajectoires semblables vers la victoire). Alors, après le tabac, à qui le tour ? Quel est le zèbre qui sera demain au menu des ONG militantes ?

La réponse à cette question dépend de vos intérêts.

Il n’y a aujourd’hui qu’un nombre limité de lions (avec des objectifs de collecte de fonds croissants).

Si vous êtes soucieux de la mondialisation, des conditions de travail dans les pays en développement et du commerce équitable, alors l’industrie du textile et de la mode bas de gamme est mûre pour une remise au pas forcée.

Si vous travaillez pour le lobby de l’industrie de la nourriture bio, alors vous avez intérêt à écrabouiller l’agriculture conventionnelle et l’industrie des pesticides.

Si vous êtes embarqué dans le mouvement pour le climat ou que vous avez des intérêts dans l’énergie renouvelable, alors les géants du pétrole sont en bonne posture pour être le prochain tabac.

Les avocats américains assoiffés de sang (le lubrifiant de la machinerie de tabassage) semblent saliver sur la 5G et les risques sanitaires du téléphone mobile (qui transformeraient des compagnies comme Apple et Samsung en pots de miel).

Quant aux géants de la pharmacie, choisissez votre poison : opioïdes, vaccins, dispositifs médicaux…

Chaque industrie semble mûre pour le tabassage et les conséquences prévisibles sont effrayantes. Le seul espoir est que des crises surviennent avant que l’industrie soit complètement délégitimée. Que se serait-il passé pendant la crise Covid-19 si l’indignation envers les plastiques avait persisté au niveau politique ?

La crise énergétique (après une stratégie de transition énergétique qui se passe de faits) a produit une recherche désespérée de tous les carburants fossiles disponibles dont nous n’étions pas encore désinvestis. Avec des pénuries et l’augmentation des prix de l’alimentation à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine, certains dirigeants comme Emmanuel Macron suggèrent que la stratégie de la Ferme à la Fourchette de la Commission européenne pourrait être mise en sourdine. Pour des idéologues comme Frans Timmermans, il ne s’agit que de pauses temporaires dans leur inlassable stratégie de désindustrialisation.

Que doit-il se produire pour que le public et l’industrie prennent conscience de cette absurdité ?

Tant que le milieu des affaires ne se protège pas et ne riposte pas contre des stratégies de tabassage creuses, toutes les industries sont vulnérables.

Il faut s’opposer collectivement à toutes les décisions politiques qui ignorent les preuves scientifiques ; il faut condamner énergiquement toutes les actions malhonnêtes ou opaques de groupes militants ; et il faut que toutes les parties prenantes s’unissent pour s’opposer à tous les opportunismes populistes des acteurs de la réglementation (c’est-à-dire refuser de participer à la démarche réglementaire).

Il ne devrait pas y avoir de discrimination ni de sélection parmi les industries à défendre.

Si l’industrie des pesticides lutte contre une démarche réglementaire qui fait fi des données scientifiques les plus claires, alors l’industrie des cosmétiques devrait aussi s’y opposer.

Si l’industrie du pétrole est exclue de la table des négociations, alors l’industrie pharmaceutique devrait se lever et sortir jusqu’à ce que toutes les parties prenantes soient entendues.

La communauté des ONG à Bruxelles a réussi car elle travaille ensemble d’une seule voix, exige des changements avec force et insiste pour être entendue. Elle ne se disperse pas comme des zèbres.

Les lions tournent autour de la horde tout entière. Ne faisons pas semblant de croire que certains zèbres sont en sûreté.

 

Les zèbres n’ont pas de dents

La horde doit se regrouper et riposter plutôt que s’éparpiller et courir.

Jusqu’à présent ses résultats ont été misérables et les terribles conséquences ont été, eh bien, comme prévu.

Lorsque Volkswagen a été trainé dans la boue par les médias et par les tribunaux pour le Dieselgate, pas un seul constructeur automobile ne s’est levé pour mettre en évidence les restrictions sur les émissions ridiculement faibles et inatteignables de la Californie (alors que la plupart de l’industrie utilisait la même technologie Bosch, ils sont restés en retrait et ont laissé VW payer pour tout le monde).

À présent le diesel est en voie de devenir un carburant du passé.

Trois décennies d’attaques de militants contre les retardateurs de flamme au brome et le PVC ont porté atteinte aux plus petits producteurs en chimie dans beaucoup de chaines d’approvisionnement OEM.  Les éléments scientifiques contre ces substances étaient faibles mais les petites entreprises sont restées seules pour se défendre contre le déchainement militant. Hélas, de nombreuses grandes entreprises ont fait la promotion de leurs alternatives moins durables et moins efficientes pendant que la confiance du public envers tous les produits chimiques s’évanouissait.

Aujourd’hui tous les plastiques de la chaine d’approvisionnement sont attaqués.

Des données faibles et de la science de mauvaise qualité ont été utilisées dans l’énergie, les pesticides, le tabac, la production de semences, les produits chimiques, la pharmacie, ce qui a miné la démarche réglementaire sans que le public ne le comprenne ni s’en indigne. Il y a eu autrefois un conseiller scientifique auprès du président de la Commission européenne, Anne Glover, chargée de défendre l’utilisation de la meilleure science disponible, mais des militants ont fait supprimer ce poste en raison de son attitude basée des preuves au sujet des OGM.

Aucun autre groupe industriel ne s’est soucié de protester et aujourd’hui nous avons une Commission européenne qui est au mieux scientifiquement inculte et dans la plupart des cas menée par des idéologues ambitieux qui ne s’intéressent ni aux faits ni aux données.

 

Il est temps de montrer les dents

Comment la horde peut-elle riposter ? Tout d’abord, le terrain de la savane est à l’avantage du lion.

Premièrement, l’industrie doit s’unir pour exiger un livre blanc qui formule une stratégie rationnelle concernant l’usage du principe de précaution au sein d’une démarche claire de gestion des risques (et abandonner toute démarche politique de l’UE qui ne le respecte pas). Il ne semble pas y avoir la moindre stratégie de gestion des risques à la Commission européenne (il n’y a qu’une stratégie naïve de risque zéro).  L’approche réglementaire basée sur le danger doit être dénoncée pour ce qu’elle est : irrationnelle.

Deuxièmement, les lions prétendent être des agneaux. Lorsque des ONG enfreignent les règles, agissent sans respecter de principes moraux (contrairement à l’industrie, très peu d’ONG ont une charte éthique pour guider leur comportement) et ignorent les preuves et les données dans leurs campagnes, on doit mettre davantage en lumière ces transgressions. Souvent, ces groupes sont financés par d’autres groupes d’intérêt (comme le lobby de l’industrie de l’alimentation bio). Franchement, le Risk-Monger ne devrait pas être le seul à Bruxelles à avoir le courage de mettre en évidence l’hypocrisie des militants.

De plus, les règles sur le lobbying doivent s’appliquer à tous. Les restrictions concernant les rencontres avec les représentants de l’UE doivent être les mêmes pour toutes les parties prenantes, industrie comme ONG. Il n’y a pas de raison d’exclure des pans entiers de ceux qui innovent, qui résolvent des problèmes et qui fournissent des emplois. Et si ces restrictions continuent, alors toutes les industries devraient se lever, protester et menacer d’abandonner la démarche réglementaire jusqu’à ce que les acteurs de la réglementation deviennent équitables et respectueux.

Enfin, l’industrie doit trier le bon grain de l’ivraie. Aux débuts du dialogue entre parties prenantes il y avait quelques ONG et autres organismes comme des groupes de protection de la nature, le WWF ou le Fonds de défense de l’environnement qui étaient prêts à travailler avec l’industrie pour promouvoir des technologies plus durables, alors que d’autres organisations plus radicales cherchaient à attaquer le droit de l’industrie de participer à la démarche réglementaire.

Ces derniers ont réussi et aujourd’hui beaucoup d’ONG (comme Corporate Europe Observatory, US Right to Know, Extinction Rebellion…) se sont définies elles-mêmes comme anti-industrie et attaquent arbitrairement toute politique qui pourrait être favorable au capitalisme. Lorsque ces trotskystes se comportent de manière détestable, les autres ONG gardent le silence. Ces militants ne représentent pourtant qu’une petite minorité de la population et lorsque le public est justement scandalisé, par exemple par des fanatiques qui souillent des œuvres d’art classiques, il devrait être tout autant scandalisés lorsqu’ils souillent injustement des employeurs, des innovateurs et des apporteurs de solutions.

—-

Les zèbres semblent en mauvaise posture alors que la peur domine la savane et qu’il n’y a aucune pression sur les acteurs de la réglementation pour qu’ils maîtrisent la sauvagerie. Alors que personne au sein de l’industrie ne semble prêt à défendre les autres lorsque leurs innovations sont attaquées par des militants, alors que la science de mauvaise qualité et l’indifférence réglementaire ont libre cours, c’est toute la horde qui va souffrir. Le petit manuel utilisé contre l’industrie du tabac est utilisé contre toute l’industrie impunément et dans l’indifférence générale. Laver, rincer, recommencer.

Ce soir le zèbre pas-tout-à-fait-le-plus-lent dormira sur ses deux oreilles. Mais demain il a intérêt à changer de stratégie… ou à courir plus vite.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • OUI la gauche anticapitaliste, s’est emparée de la protection de la planète comme idéologie pour détruire son ennemi héréditaire : l’industrie capitaliste. Les bisounours qui n’ont rien compris suivent comme des moutons (avec la peur du loup : le climat déréglé) espérant que l’herbe sera plus verte.

  • bah ce sont les gens qui sont idiots;.

    la tendance naturelle dans une démocratie est le populisme et la démagogie. « scientifiques » inclus.

    -1
  • Il n’y a aucune comparaison possible entre le glyphosate dont la toxicité est clairement tellement basse que très difficile à démontrer et qui ne pose aucun problème sanitaire et le tabac qui tue des millions de personnes avec un coût délirant pour la société.

    • hem…les morts par tabagisme je m’en fous….

      donc je veux qu’on me compte le morts du tabagisme passif SUBI….
      l’acool est pire…à mon opinion…

      une raison valable de règlementer le glyphosate serait des victimes involontaires!!! on est infoutu d’en voir!!! mais l’ignorace est devenue une raison d’agir pour des raisons qui me semblent obscures!!!!

      mais comme on sacralise l’nvironnement et diabolise la pollution sur le principe..on peut TOUT interdire..

      reste la cohérence des interdictions en vigueur… comme la cohérence vis à vis des drogues!! au passage…il n’y en a pas… c’est au gré des campagnes de propagande..

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

On se souvient de la grave crise grecque en 2009. L'endettement du pays était devenu considérable et l’agence de notation Fitch avait abaissé sa note en dessous de A. C’était la première fois qu’une telle dégradation survenait dans un pays européen.

Il s’ensuivit une panique en Europe. La zone euro fut jetée dans la tourmente et le FMI, la BCE et la Commission européenne durent intervenir à trois reprises. On imposa à la Grèce des mesures drastiques qui conduisirent au pouvoir en 2015 le parti anti austérité d'Alexis Tsipras. Après six... Poursuivre la lecture

vers de farine
4
Sauvegarder cet article

Sapristi, les habitudes culinaires européennes évoluent de plus en plus vite ! La nouvelle a fait quelques remous sur les réseaux sociaux : depuis quelques jours, l’Europe autorise l’utilisation de deux insectes dans l’alimentation humaine à savoir le ver de ténébrion (ver de farine) et le grillon domestique.

En pratique, cette introduction d’insectes dans le catalogue des substances autorisées dans la nourriture humaine n’est pas nouvelle puisqu’il y a deux ans, en janvier 2021, l’Europe avait déjà autorisé les larves de scarabée moli... Poursuivre la lecture

Par Baylen Linnekin.

Les éleveurs de bétail néerlandais sont de plus en plus indignés et désemparés par une décision de justice qui a commencé à contraindre des milliers d'entre eux à cesser leur activité - à dessein.

En 2019, le Haut Conseil des Pays-Bas, l'autorité judiciaire suprême du pays, a jugé qu'un système de 2015 consistant à autoriser de nouveaux projets émetteurs d'azote en exigeant des compensations d'azote ne respectait pas les limites d'émission convenues par tous les membres de l'Union européenne. La décision du ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles