Rupture entre l’Ukraine et l’Occident ?

Nous pouvons observer ces jours-ci que certains pays de l’Occident et certains leaders de grands pays, y compris le nôtre, semblent démotivés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
war in ukraine source https://unsplash.com/photos/G9Cd4bwdLeo

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Rupture entre l’Ukraine et l’Occident ?

Publié le 26 novembre 2022
- A +

Un article de rédaction de la Nouvelle Lettre

Les deux dernières semaines ont été riches en joutes et jeux diplomatiques. Il y a eu d’abord le G20 à Bali (Indonésie) lundi et mardi derniers, puis la COP27 à Sharm El Sheick en Égypte, qui a pris fin avant-hier dimanche. La France était brillamment représentée à ces deux réunions par son président et plusieurs ministres.

On s’est longtemps demandé si Vladimir Poutine allait y participer au G20. Il a préféré rester au Kremlin. En revanche Xi Jinping était bien là et Emmanuel Macron qui parle souvent au nom de l’Union européenne se devait de le rencontrer chaleureusement. Il est vrai que le chancelier allemand Olaf Scholtz s’était rendu à Pékin au début du mois sans en avertir quiconque – ce qui fait un peu bande à part et désordre. Les deux réunions de la semaine dernière ont été largement occupées à discuter du changement climatique – ce qui est inhabituel pour le G20 dont la vocation est traditionnellement économique.

Mais les organisations internationales se doivent de contribuer à sauver la planète en gérant la transition énergétique, ce qui pose des problèmes à beaucoup de pays moins développés, notamment africains, qui aimeraient bien exploiter leurs ressources pétrolières et attendent une compensation financière massive.

 

L’Ukraine à l’ordre du jour

Mais venons-en au problème ukrainien très officiellement à l’ordre du jour du G20 mais qui s’est également invité à la COP27.

Il a d’abord été question de la menace céréalière : Poutine va-t-il reconduire son accord pour laisser passer les céréales ukrainiennes par la mer Noire ? Mais il y a eu pire : la menace de Poutine de recourir à l’arme nucléaire. Est-ce cette menace (insensée), ou plutôt les bombardements massifs des Russes pour priver les Ukrainiens de toute énergie le jour-même où la ville de Kherson était reconquise par l’armée ukrainienne ? Toujours est-il que la tendance générale était à calmer le jeu entre les belligérants. Certes, Poutine a toujours été dénoncé pour avoir violé le territoire ukrainien et permis des crimes contre l’humanité, notamment à travers ses sous-traitants mercenaires du groupe Wagner. Pour la première fois au G20 aucun participant ne s’est rangé aux côtés de la Russie, tous ont appelé l’intervention des Nations Unies (mais la Russie exerce naturellement son veto au sein du Conseil de sécurité).

Le résultat est que les discours du président Zelenski qui veut reprendre la Crimée envahie en 2014 contre toute règle du droit international passent pour des provocations inutiles chez certains Européens et maintenant aux États-Unis, pourtant en tête de l’aide militaire et financière aux Ukrainiens.

 

Les pacifistes et les faucons

Au niveau européen, les divisions se creusent de plus en plus entre les « pacifistes » partisans de négociations à tout prix et les « faucons ».

Ces derniers sont les voisins immédiats de la Russie : Pologne, pays baltes, Finlande, Suède. Ils ne sont pas rassurés par une perspective de négociations qui passeraient à coup sûr pour une victoire de Poutine, assuré de conserver la Crimée et peut-être même les enclaves du Donbass.

Les pacifistes sont ceux qui sont agités par la crainte d’un conflit mondial et d’une panne généralisée d’électricité dans les tout prochains mois. Une nouvelle peur vient de les assaillir : les habitants des villes et des régions sans électricité commencent à quitter leurs maisons et veulent émigrer le plus vite possible. Des millions de réfugiés pourraient ainsi chercher à trouver un havre hivernal dans des pays d’Europe. Qui pourra les accueillir et comment ? Les voisins immédiats comme la Moldavie, la Roumanie, la Pologne, les pays baltes, ont déjà accueilli beaucoup d’immigrés. Certains commentateurs ont même soutenu que les Ukrainiens faisaient un « chantage aux réfugiés » pour accélérer et amplifier l’aide à l’Ukraine.

Toujours est-il que les Européens sont divisés, que Joe Biden ne veut pas soutenir les espoirs ukrainiens sur la Crimée. Y a-t-il réellement « fracture », comme on le dit facilement ? La division n’est pas tant entre Ukrainiens et Occidentaux mais au cœur du camp occidental. Théoriquement l’OTAN devrait être le lieu de concertation et de soutien permanent d’un peuple qui défend sa liberté contre une dictature barbare.

Nous reconnaissons ne pas pouvoir avancer le moindre diagnostic à cette heure. Mais nous pouvons observer ces jours-ci que certains pays de l’Occident et certains leaders de grands pays, y compris le nôtre, semblent démotivés, hostiles au « va-t’en guerre » et préfèrent des négociations au lieu de défendre le droit international et la liberté de millions d’êtres humains. On déclame se réarmer pour l’avenir lointain mais aujourd’hui armes et munitions n’arrivent toujours pas assez vite en Ukraine.

Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Le pacifisme vu comme de la peur et de la lâcheté. J’y avais toujours entendu au contraire la voix courageuse de la raison et de l’humanisme, je dois être un aliéné…

    • Les mêmes qui expliquent que la guerre au Vietnam, Afghanistan ou Irak c’était pas bien… 🙂 Des Pacifistes seulement lorsque ça les arrange.

    • Je dois être aussi une aliénée car je suis d’accord avec vous.

    • il ne s’agit pas de pacifisme…

      de toutes façons, c’est une farce..sauf effondrement total russe, Zelenski a besoin des armes occidentales..pour reprendre les territoires..

      Tout le monde fait croire qu’il souhaite la paix..alors que la paix entant que tell n’est jamais le sujet mais..les conditions de l’arret des hostilités;.

  • Le droit international à bon dos, est-ce que les coups d’état sont également un droit ? A moins que ce droit soit une invention américaine pour justifier toutes ces….. Manœuvres d’asservissement des pays.

    -1
  • « Mais il y a eu pire : la menace de Poutine de recourir à l’arme nucléaire. »
    C’est faux . Poutine a répondu à des menaces de l’OTAN, notamment de Le Drian. La Russie , ni personne, n’a intérêt à l’arme nucléaire qui en plus n’est pas nécessaire.
    « Certes, Poutine a toujours été dénoncé pour avoir …. permis des crimes contre l’humanité,  »
    Il n’y a pas de preuves formelles. En revanche les videos de meurtres de dizaines de soldats russes prisonniers ont été authentifiées
    Cet article est à charge et donc n’a pas d’intérêt, surtout s’il faut chercher une issue constructive à cette guerre

    • En revanche les videos de meurtres de dizaines de soldats russes prisonniers ont été authentifiées. Faux, un mensonge de plus.

    • Oui, je suis les infos sur RT pour avoir l’autre « son de cloche », et je n’ai jamais entendu dans les discours de Poutine la menace d’arme ‘nucléaire’ mais toujours d’autres termes plus vagues. On entend repeter partout et repetitivement cette menace de notre côté, mais pour moi c’est une ‘fake news’ rendue possible par la censure des communiqués et discours russes. Un article objectif ne devrait pas reprendre ce ‘mantra’ de propagande, ou alors préciser et donner accés à la source.

  • L’Europe et les États Unis pensent que la Crimée pourrait être la monnaie d’échange pour la déclaration paix entre la Russie et l’Ukraine. Malheureusement, l’histoire leur donne tort. Cette verrue restera toujours une raison de conflit. Il suffit de prendre pour exemple l’Alsace Lorraine qui a été Source de plusieurs guerres entre la France et l’Allemagne. Et il y a plein d’autres exemples de ce type dans le monde.

    • La Crimée a été Ukrainienne de 1954 a 1990. A la Dissolution de l’URSS, En 1990 La crimée SEULE, parmi les tous premiers etats, a proclamé son independance !!! ; Le reste de l’Ulraine ne l’a pcroclamé que plusieurs mois plus tard. Lorsque la crimée a pronoce seule son autonomie, personne ne l’a contesté !!! Les Ukrainiens n’ont rien trouvé a redire. c’est ensuite la Crimée qui se trouvant « Isolée » est revennue vers l’Ukraine, sous conditions particuliére. Le coup d’etat des USA en 2014 a rayé tout ça. La Crimée est Russe !

    • Il me semble que le problème de l’Alsace-Lorraine est résolu, non? A moins que cette région n’ait des velléités de rejoindre l’Allemagne, ce qui serai son droit, non?

  • « hostiles au va-t’en guerre et préfèrent des négociations au lieu de défendre le droit international et la liberté de millions d’êtres humains ». Défendre le droit international, ha bon ? Les Russes ne sont pas moins criminels que les États-Unis à leurs heures. Afghanistan, Libye Irak, Syrie, yougoslavie etc…. Ils se sont pas vraiment soucié ni des crimes, ni du droit international. Tous ces « precieux » qui se posent en sectateurs me font doucement rigoler. Moi ce qui me gonfle c’est que je sois à écrire bien au chaud ce commentaire tout en imaginant le désastre d’ukrainiens à la merci de fous tel ce Zelinsky, plus habitué des ovations et biftons que de s’asseoir à la table des négociations pour faire cesser la guerre contre sa population.

    -1
  • « En revanche les videos de meurtres de dizaines de soldats russes prisonniers ont été authentifiées » Faux, il est prouvé que ceci est un montage. Donc un mensonge.

  • Emmanuel Macron qui parle souvent au nom de l’UE; trop drôle, il prétend le faire au nom de l’UE mais il n’a jamais rien demandé à personne. Et sa supplique à Xi pour demander à poutine d’arrêter la guerre est vraiment pathétique.
    D’autres peuples se battent pour leur liberté comme le Yemen ou les Kurdes mais là les occidentaux sont nettement moins émus (malgré que les Kurdes sont des « alliés ». Quand aux Ukrainiens russophones, ils n’ont visiblement pas la liberté de pouvoir vivre hors des griffes des nazis et oligarques ukrainiens (pour la plupart en occident – avec prédilection pour la Côte d’Azur – et volant les aides occidentales pendant que le pauvre citoyen ukrainiens se fait trouer la peau
    On est nettement plus critique pour le groupe russe Wagner que pour le groupe américain Blackwater dont l’accumulation de crimes en Irak et en Afghanistan l’a obligé de changer de nom en Academi

  • Il n’y a aucune raison que cette guerre se termine. Cela annihilerait la politique des USA depuis 80 ans pour accaparer les matières premières russes. Une fois (heureusement) éliminé le danger de l’unification de l’Europe-continent par l’Allemagne nazie, ils se sont (ré-)attaqué à l’authentique ennemi, russe : et ce furent Hiroshima et Nagasaki pour impressionner Staline à Postdam, la non-dissolution de l’OTAN après la chute de l’URSS (ce qui était son unique objet), et surtout, à partir du vote du Sénat US d’avril 98, l’avancée de ses bases pour un endiguement agressif. L’Ukraine n’est qu’un outil qui n’est pas prêt d’être délaissé vu son utilité pour séparer l’Europe occidentale de son allié naturel russe, surtout l’Allemagne (encore elle!) devenue économiquement bien trop puissante.

    -2
  • Il manque un peu de substance ici. parce que il parait, peut etre … ca fait la personne qui ne sait rien et qui tire des plans sur la comete.
    Actuellement aucun belligerant ne veut arreter. Les ukrainiens car ils reprennent du terrain et Poutine car il espere un essoufflement occidental pour reprendre le dessus. Sans compter qu un arret des hostilités le forcerait a repondre a des questions desagreables (genre combien de pertes ? pourquoi l armee russe a ete si mediocre ? voire pourquoi avoir envahi un pays frere…)
    En ce qui concerne les pays europeens, les voisins de la russie ne se font pas d illusion: une victoire russe les mettrait en danger car ils seront les prochains. donc pologne ou baltes n ont pas le choix: ils doivent soutenir les ukainiens aujourd hui pour eviter d etre la proie de Vladimir demain.
    Pour les pays comme la france l auteur parle de la menace des refugiés. A mon avis completement a tort. deja peu semble quitter leur pays, et ceux qui le vont beneficient d une sympathie. Ce n a pas integre Zemmour par ex quand il avait annoncé lors des presidentielles qu il refusait d accueillir des ukrainiens. Les francais sont contre l importation de racaille mais pas de femme et d enfants fuyant la guerre. d ou le rejet de l ocean viking mais en aucun cas d un eventuel bateau ukrainien

    En ce qui concerne les cereales, ca ne concerne que les pays du tiers monde, qui pour la plupart renvoyaient russie et ukraine dos a dos. Meme un basculement cote russe ne changera rien, vu qu ils ne peuvent fournir aucune techno aux russes

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme en 1917 ou en 1944, les populations européennes communient à nouveau autour de l’envoi de chars lourds sur le front, en leur prêtant des vertus de vecteur de paix, prélude à une victoire finale rêvée dans cette guerre d’Ukraine que nous menons par procuration.

Foin de l’escalade du conflit ou de la provocation de l’ours russe aux dents atomiques : tout se passe en effet comme si la formation de nouveaux Schwehre Panzer Abteilungen (bataillons de chars lourds, notamment autour des Leopard allemands) sur le front de l’Est allait re... Poursuivre la lecture

Par Cyrille Bret et Florent Parmentier.

Près d’un an après le déclenchement de l’opération militaire russe contre l’Ukraine, le 24 février 2022, quelles sont les évolutions possibles du conflit dans les mois qui viennent ? La difficulté de la prospective est particulièrement marquée pour ce conflit car les « surprises » militaires, diplomatiques et stratégiques ont été nombreuses.

D’un côté, la combativité des forces ukrainiennes, le soutien de l’UE et des États-Unis à Kiev, les difficultés logistiques et tactiques des forces ar... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Le premier tour de l’élection présidentielle de la République tchèque a eu lieu le 13 et 14 janvier 2023. Si les pouvoirs du président de la République sont faibles dans ce pays, cette élection met en évidence des divisions. D’un côté se trouve Andrej Babis, l’ancien Premier ministre centriste considéré comme populiste, de l’autre Petr Pavel, l’ancien chef des armées de la République tchèque et ancien président du comité militaire de l’OTAN. Second tour à la fin du mois.

Ainsi, en matière de politique étra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles