La zombification de l’économie européenne

Les bureaucrates européens ont créé un système hybride entre le capitalisme de connivence et le socialisme doux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 11

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La zombification de l’économie européenne

Publié le 26 octobre 2022
- A +

Cela a pris du temps, mais l’inflation a finalement été ajoutée au vocabulaire des fonctionnaires occidentaux. Durant la pandémie, alors que les banques centrales imprimaient de l’argent, finançaient les déficits publics, on nous disait qu’il n’y avait pas de risques inflationnistes. Ensuite, les politiciens et les « experts » ont assuré que ce serait transitoire. Quelques mois plus tard, alors que l’inflation devenait plus difficile à dissimuler, l’agression brutale de Vladimir Poutine en Ukraine devenait le seul coupable.

Si énoncer les véritables raisons de la flambée des prix semble être prohibé du côté des politiciens, une discussion devrait enfin avoir lieu sur le sujet avec de bonnes chances de s’attaquer aux véritables causes.

 

Quelques faits

Les commandes manufacturières sur le marché intérieur allemand ont chuté de 5 % en juillet. L’indice manufacturier de la zone euro est tombé à 49,6 en août, en dessous du niveau de 50 points, indiquant une contraction. Au deuxième trimestre, en Allemagne – souvent considérée comme l’économie la plus forte de la zone euro – les salaires réels ont chuté de 4,4 %, tandis que les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 16 % en glissement annuel.

Pendant ce temps, les mêmes politiques de gauche ont été suivies en Grande-Bretagne, même si le gouvernement est soi-disant conservateur. Le résultat est le plus haut niveau de faillites d’entreprises depuis 2008, l’inflation et le déficit budgétaire à des niveaux records et la livre à son plus bas niveau face au dollar depuis 1985.

Et ne parlons pas de l’Italie, dont le PIB au cours de la dernière décennie de régime technocratique a diminué de 1,4 %, tandis que le ratio dette/PIB est passé de 119 % à 150,8 % et que la pression budgétaire est passée de 41,3 % à 43,5 %. De même en France, le ratio dette/PIB est de 113 % en juin de cette année

 

Le dilemme des banquiers centraux

Le resserrement des politiques monétaires va-t-il se poursuivre en Occident pour freiner l’inflation ? Ou, à cause de la crise économique aux États-Unis et dans l’UE, les gouvernements vont-ils conduire des politiques expansionnistes pour éviter une récession attendue et une crise de la dette ? Les décideurs politiques occidentaux sont confrontés à ce dilemme – qu’ils ont eux-mêmes créé.

 

Les causes profondes de l’inflation

La bureaucratie bruxelloise, et récemment le gouvernement américain, sans le dire ouvertement, suivent les principes d’une théorie économique appelée la théorie monétaire moderne. C’est l’une des causes profondes de la hausse actuelle des prix des biens de base et de l’énergie. Fondamentalement, la théorie dit que la dette et les dépenses débridées n’ont aucun effet négatif, puisqu’un pays peut imprimer autant d’argent qu’il le souhaite – ce qui est une erreur. En général, les politiciens aiment cette théorie, car elle leur donne davantage de pouvoir, tandis que les contribuables sont ceux qui doivent en assumer les coûts.

Une mesure révélatrice des conséquences de cette théorie dans la zone euro est la perte cumulée de pouvoir d’achat de 74 % de 1991 à 2021.

Pour aggraver les choses, pendant la pandémie, les gouvernements ont fermé leurs économies respectives, réduisant fortement l’activité du côté de l’offre. En conséquence, la production a considérablement chuté, tandis que les banques centrales de l’UE et des États-Unis imprimaient de grandes quantités de monnaie et les injectaient sous forme de monnaie hélicoptère, dépensant des milliards de dollars en programmes d’aide – souvent inutilement. Alors que le dollar bénéficiait dans une certaine mesure de son statut de monnaie de réserve, l’euro et les autres monnaies n’avaient pas cet avantage, se nuisant à essayer de répliquer les politiques américaines.

Il ne faut pas oublier que l’argent n’a pas de valeur en soi, mais qu’il tire sa valeur de ce qui est produit dans une économie. Cette croissance de la masse monétaire, bien supérieure à la hausse de la demande, associée à des taux d’intérêt négatifs et couplée à une augmentation massive de la dette des États européens, à la répression financière, à des niveaux élevés d’interventions sur le marché et à des réglementations excessives, a conduit à un déclin économique continu, un changement dans les incitations économiques, un nombre élevé d’entreprises zombies, une baisse de la productivité et des impôts plus élevés.

Les bureaucrates européens ont ainsi créé un système hybride entre le capitalisme de connivence et le socialisme doux. L’Europe est désormais accro à la dette et à l’argent bon marché, à qui la cause de la maladie est présentée comme le seul remède.

 

Le cas de l’Argentine

L’Argentine est l’un des exemples les plus significatifs de ce phénomène. En avril 2022, l’inflation annuelle était de 58 %, soit six fois plus que l’Uruguay, cinq fois plus que le Chili, quatre fois plus que le Brésil ou le Paraguay, qui sont des pays voisins avec des problèmes et des contextes similaires.

Ce qui distingue l’Argentine, c’est la croissance de la base monétaire de 43,8 % pour cette seule année. Au cours des trois dernières années, la base monétaire a augmenté de 179,7 %, tandis qu’au cours de la dernière décennie la monnaie argentine a perdu 99 % de sa valeur par rapport au dollar.

 

Le cas de la Suisse

Pour voir l’absurdité des décisions de la zone euro, et les dangers pour les États-Unis s’ils continuent dans la même voie, il suffit de regarder la Suisse, après l’exemple argentin. L’inflation était de 3,4 % en juin, tandis que l’inflation de base était de 1,9 %. Même la Suisse ressent les conséquences de la guerre en Ukraine, elle aussi dépend des importations de gaz, d’autres actifs ou des chaînes d’approvisionnement. Mais ce que la Suisse n’a pas fait, c’est imprimer massivement de l’argent, empêchant ainsi la destruction sa monnaie et sauvant le pouvoir d’achat de ses citoyens.

 

Système européen insoutenable

L’agression brutale de Vladimir Poutine a montré que le système économique de l’Europe – basé sur une énergie bon marché en provenance de Russie, une dette élevée et les dépenses inutiles et improductives – est insoutenable et voué à l’effondrement.

Au mieux, les « experts » et les politiciens ont été complaisants, myopes et irresponsables, sacrifiant l’innovation, la production et la souveraineté économique et énergétique de l’Europe, tout en amplifiant la dépendance vis-à-vis des adversaires géopolitiques.

 

L’exemple du blé

La hausse des coûts de production, en particulier pour la nourriture, découlerait de la guerre en Ukraine. Comme l’a noté l’économiste Daniel Lacalle, les exportations de blé de l’Ukraine et de la Russie représentaient 7,3 % de la production mondiale en 2020.

Ensemble, en 2020, l’Ukraine et la Russie ont produit presque autant de blé que l’ensemble de l’Union européenne. Les agriculteurs européens ont produit à perte, avant et après la pandémie. Les principales raisons des coûts de production élevés sont les réglementations administratives et commerciales, les pressions écologistes et les lourdes charges fiscales.

Si l’Europe était compétitive et disposait de modèles économiques qui incitaient à la production, les crises d’approvisionnement en provenance de Russie ou d’ailleurs ne se feraient pas sentir. Ce n’est pas que le manque d’approvisionnement de l’Est soit sans précédent. En 2010, il y a eu une baisse de 6,3 % en raison d’une sécheresse en Russie qui a réduit la production de 20 millions de tonnes métriques. Il y a eu de telles baisses dans les années 1991, 1994, 2003 et 2018.

L’Union européenne n’a aucune raison de dépendre d’autres pays, encore moins de pays hostiles, alors qu’elle dispose de toutes les capacités de production. Cependant, la production a lieu là où il y a un marché libre, un non-interventionnisme, des impôts bas et un développement économique. Malheureusement, l’Europe a commencé depuis longtemps la zombification de sa propre économie.

 

Maîtriser l’inflation

De plus, si l’inflation était uniquement due à des problèmes de chaîne d’approvisionnement, et si la masse monétaire était peu modifiée, seuls les prix de certains produits augmenteraient. Or nous assistons à une augmentation de tous les prix. Les prix des produits ne peuvent monter en même temps que si la quantité de monnaie augmente plus vite que la demande. L’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire. Par conséquent, pour maîtriser l’inflation, il faudrait relever les taux d’intérêt, réduire la charge fiscale sur les salaires et les produits, mettre fin à l’expansion quantitative et aux dépenses publiques inconsidérées. Mais de telles mesures auront leurs propres conséquences, et révéleront des années de mauvaises décisions.

Malheureusement, les pays occidentaux n’ont pas la volonté politique de prendre ces mesures. La zone euro, avec ses États membres très endettés, ne relèvera jamais le taux d’intérêt de base aux niveaux nécessaires, car cela conduirait à une crise de la dette. Les actifs de la BCE par rapport au PIB restent élevés à plus de 70 %, contre 35 % aux États-Unis, alors que de nombreux pays de la zone euro ont des niveaux d’endettement supérieurs à 100 % du PIB (Italie, Pays-Bas ou France).

Encore une fois, les problèmes causés par l’intervention de l’État seront résolus par davantage d’interventions  de l’État, ce qui augmentra les déséquilibres structurels. Le mécontentement populaire dans les pays occidentaux obligera les États à présenter des plans de sauvetage qui augmenteront les dépenses, les subventions, la dette et finalement la masse monétaire, entraînant une augmentation de l’inflation, aggravant la crise.

 

L’unique voie de la croissance

Pour l’Europe et les États-Unis,  il n’y a qu’une seule voie vers la croissance et la prospérité : un changement complet de leur conception du fonctionnement d’une économie et de la relation entre la machine bureaucratique et les individus.

L’UE devrait se transformer en assemblée de nations autonomes coopérant les unes avec les autres, embrassant une véritable économie de marché libre, de concurrence et d’innovation, et rejetant la mentalité dirigiste et étatiste, dont il a été prouvé ad nauseam qu’elle n’apporte que souffrance et misère.

Les États-Unis ont longtemps défendu la liberté, l’entrepreneuriat et la libre recherche du bonheur. C’est pourquoi ils ont prospéré. Il n’est pas nécessaire de réinventer la roue pour y arriver. Nous n’avons qu’à suivre les modèles de réussites de personnes comme Thatcher ou Reagan. Sinon, l’Europe poursuivra son chemin vers le déclin géopolitique et économique, et les États-Unis suivront le mouvement, déplaçant l’équilibre des forces vers les adversaires de l’Occident.

Ceci a été traduit de la version italienne publiée sur le site nicolaporro.it et dans le magazine Atlantico Quotidiano.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « Encore une fois, les problèmes causés par l’intervention gouvernementale seront résolus par une intervention gouvernementale accrue, en augmentant les déséquilibres structurels. Le mécontentement populaire dans les pays occidentaux obligera les gouvernements à présenter des plans de sauvetage qui augmenteront les dépenses, les subventions, la dette et finalement la masse monétaire, entraînant une augmentation de l’inflation, aggravant la crise. »
    Bon résumé. La descente aux enfers continuera également dans ce domaine (parce qu’hélas ce n’est pas le seul).

  • L’Europe a réalisé ce vieux fantasme coluchien… Pas de travail ? Pas grave, puisque de l’argent suffit !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les trois moteurs de la saga des cryptomonnaies auront été des escrocs lunaires — souvent programmeurs — des idiots utiles et bien sûr ceux sans lesquels rien de tout ceci n’aurait été possible : des millions de victimes.

 

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie ?

La cryptomonnaie est une unité produite par un algorithme informatique qui, par des contraintes mathématiques et techniques, ne les produit qu’en nombre limité. Cette unité purement informatique et technique est baptisée « monnaie » par celui qui l’a produite. En vertu de... Poursuivre la lecture

Le 10 novembre 2022, le Parlement européen a voté une résolution sur les jeux vidéo et l’esport. Si celui-ci reconnaît le rôle positif de cette industrie et de ce loisir, certains éléments montrent une volonté d’utiliser ce secteur comme un outil d’influence politique et culturelle.

On ne peut pas nier que les jeux vidéo ont désormais une influence dans la culture. Ce que propose le Parlement existe donc déjà sans interventionnisme, lequel peut être rapidement à double tranchant.

 

Que contient la résolution ?

Certai... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF France

Nul doute que la guerre en Ukraine met à l’épreuve l’ambition des membres de la COP27 pour réduire leur impact carbone. En particulier celle de l’Union européenne (UE), qui dépend fortement des énergies fossiles. C’est ainsi que le projet de taxe carbone aux frontières a émergé au sein de la Commission européenne l’année dernière. Voté par le Parlement européen en juin, le texte est entré en phase de négociation.

Ce dispositif s’accompagne d’une suppression, en 2032, de la gratuité des quotas ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles