Grand retour de l’inflation : rappels élémentaires à l’usage des politiciens

Deux questions majeures se posent à propos de l’inflation ; est-ce un mal et d’où vient-elle ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Inflation Déflation (Crédits : CC0 pixabay, image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grand retour de l’inflation : rappels élémentaires à l’usage des politiciens

Publié le 20 septembre 2022
- A +

En cette rentrée, l’un des sujets économiques majeurs est le retour de l’inflation.

Il faut dire qu’on l’avait bien oubliée. Depuis des années en France, nous étions autour de 1 % par an de hausse des prix ; il faut remonter aux années antérieures à 1984 pour trouver des chiffres comparables à ceux d’aujourd’hui, supérieurs à 5 % ! Cela fait presque 40 ans, ce qui fait qu’une personne de moins de 50 ans n’a pratiquement jamais connu l’inflation. D’où la stupéfaction de beaucoup, quand ils voient ce qui se passe aujourd’hui. Il faut avoir plus de 50 ans pour savoir ce qu’est une inflation à deux chiffres ou des taux d’intérêt supérieurs à 10 %. Et les premiers surpris semblent être les hommes politiques… alors que ce sont eux, avec les banques centrales, qui ont créé cette inflation. Il faut donc rappeler à tous et surtout aux politiciens quelques élements basiques.

Deux questions majeures se posent à propos de l’inflation : est-ce un mal et d’où vient-elle ?

 

L’inflation est toujours un mal

L’inflation, c’est la hausse du niveau général des prix, c’est-à-dire de la moyenne des prix.

C’est toujours un mal économique et social. Elle mine le pouvoir d’achat dès lors que les prix augmentent plus vite que les revenus. Elle constitue une sorte d’impôt, non voté par le Parlement, puisqu’elle entraîne un prélèvement sur les encaisses monétaires. Celui qui a 1000 euros, en espèces ou en banque, confronté à une inflation de 10 %, a perdu 10 % de la valeur de cette somme en un an : en termes de pouvoir d’achat, c’est comme s’il ne lui restait que 900 euros. Presque tout le monde est perdant, surtout ceux qui ne peuvent faire évoluer aussi vite leurs revenus.

Et une course infernale se poursuit alors, la hausse des prix entrainant une hausse des salaires et autres revenus, pour « préserver le pouvoir d’achat » et ainsi de suite. Les seuls gagnants sont ceux qui sont endettés, puisqu’ils rembourseront en monnaie de singe ; voilà pourquoi les États aiment bien l’inflation, lorsqu’ils sont surendettés : elle allège le remboursement de la dette. Mais même là, c’est un calcul à courte vue, car l’inflation s’accompagne en général de taux d’intérêt plus élevés et ce que l’État gagne sur le remboursement du capital, il le perd en paiement d’intérêts plus lourds.

Souvent, l’inflation a tendance à s’accélérer et on peut tomber dans l’hyperinflation.

Même en France, à la Libération, les prix montaient de plus de 50 % par an. Dans certains cas, le phénomène devient totalement hors de contrôle, comme dans l’hyperinflation de la République de Weimar en 1923 : la monnaie n’a plus aucune valeur et la moindre chose, un pain, un timbre, vaut plusieurs milliards de marks. On préfère recevoir un bien réel et être payé en nature, plutôt qu’en monnaie. Comme le faisait remarquer Stefan Zweig dans Souvenirs d’un Européen, le moindre objet, même un poisson rouge, est préféré à la monnaie.

Mais le mal de l’inflation est plus subtil.

Dans une économie de marché, le prix indique les raretés et il est donc normal que les prix évoluent sans cesse. Un prix qui monte signifie un excès de demande ou une insuffisance d’offre et incite les producteurs à produire plus et les clients à acheter moins, rétablissant l’équilibre. De même en sens inverse, un prix qui baisse montre un excès d’offre et une insuffisance de demande, et attire les acheteurs, tout en décourageant les producteurs.

Une hausse ou une baisse des prix n’est donc pas un mal en soi et c’est même indispensable. Il y a pathologie lorsque la majorité des prix monte. Or cela perturbe tout le système économique puisqu’on ne sait pas si telle hausse est le signe d’une pénurie, d’une rareté, ou d’une inflation générale : les prix jouent moins bien leur rôle, l’économie s’adapte mal et peut entraîner une récession, ce qui donne la stagflation (stagnation économique plus inflation). Cela signifie que ceux qui proposent de bloquer les prix n’ont rien compris au fonctionnement de l’économie de marché, qui implique une liberté des prix, pour faire apparaitre pénuries ou excédents et pour inciter entreprises et clients à réagir. Le blocage des prix est une mesure démagogique qui paralyse toute l’économie.

L’inflation est donc un mal, qui perturbe tout le mécanisme économique, redistribue artificiellement les revenus et entraîne des problèmes de pouvoir d’achat et des tensions sociales.

 

D’où vient l’inflation et comment la combattre ?

Mais d’où vient l’inflation ?

En général on se contente d’explications simplistes, celles dont les hommes politiques raffolent : il y a inflation parce que les prix du pétrole ou des matières premières montent, entraînant les autres, ou parce qu’avec la guerre en Ukraine certaines pénuries se produisent et font monter les prix alimentaires ou industriels.

Mais cela n’explique rien, puisqu’on donne comme cause à l’inflation, c’est-à-dire à la hausse des prix, d’autres hausses de prix. Il est vrai que certains prix progressent brutalement, souvent pour des raisons étatiques (cartel de l’OPEP, guerres, embargos, etc.). Mais si les Français paient plus cher leur essence ou leurs fruits et continuent à en consommer autant, à revenu inchangé, il faut bien qu’ils réduisent leur consommation ailleurs, et cette baisse de demande fait baisser les prix d’autres produits : tel prix monte, mais du coup tel autre diminue. Il ne peut y avoir inflation que si le revenu ou la quantité de monnaie augmentent artificiellement, faisant monter la demande et donc les prix si la production ne peut pas suivre.

Cette hausse artificielle des revenus, sans qu’il n’y ait eu d’effort productif nouveau, peut venir de l’État, qui augmente ses dépenses sans recettes équivalentes, entraînant un déficit public accru et un accroissement de la dette publique. Le « quoi qu’il en coûte » en est un bon exemple. Mais plus largement, c’est à la source première qu’il faut remonter, à savoir la création de monnaie. Celle-ci devrait correspondre à la création de richesses réelles ; mais depuis longtemps et surtout aujourd’hui, les banques centrales créent des quantités de monnaie sans rapport avec les réalités économiques. Elles en créent notamment en rachetant des titres de la dette publique, incitant les États à dépenser sans compter et sans rigueur. Les chiffres de la création monétaire donnent le vertige : une telle création monétaire ne pouvait un jour ou l’autre que se traduire par une inflation, puisque, selon l’expression du prix Nobel Milton Friedman, « l’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire ».

On ne s’est pas méfié immédiatement, voyant qu’en dépit de la création monétaire incontrôlée et irréaliste, les prix montaient peu ; mais déjà cela provoquait des bulles spéculatives, en bourse, sur l’immobilier ou dans certains pays du tiers-monde. Désormais, ce sont tous les pays qui sont atteints : « ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés ». Dans certains pays, comme la Turquie, la hausse annuelle des prix dépasse les 70 %.

Les États et les banques centrales ont joué avec le feu, distribuant ou mettant en circulation un argent qui ne correspondait à rien, avec une conception magique de la monnaie, reproduisant l’erreur mercantiliste, croyant que la richesse consistait dans la monnaie. Or la richesse ne vient que de la production de biens et services que le client juge utiles et auxquels il donne de la valeur. Tout le reste est illusion dangereuse, nous le voyons aujourd’hui.

Il nous faut donc revenir au monde réel : on augmente le pouvoir d’achat en travaillant et produisant davantage, pas en créant de la monnaie qui s’engouffre dans le vide et ne fait que monter les prix.

Est-il trop tard ? Cette erreur s’est produite souvent dans le passé et a nécessité de la rigueur, une maîtrise de la création monétaire et des dépenses publiques, mais ce n’est pas simple. Il faut donc dire la vérité aux citoyens : on ne peut distribuer que des richesses existantes et consommer que ce qui est produit. Sinon, c’est tout le système économique qui se dérègle.

Cela, Lénine l’avait parfaitement compris, en affirmant que « le plus sûr moyen de détruire le capitalisme était de détruire sa monnaie ».

C’est ce qu’ont fait les apprentis sorciers des banques centrales et du monde politique, et maintenant qu’ils en voient les conséquences et réalisent leur erreur, ils font machine arrière à toute vitesse. Mais ils découvrent qu’il est plus facile de faire sortir le dentifrice du tube que de l’y faire rentrer ensuite ! Le préventif vaut toujours mieux que le curatif.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Avatar
    The Real Franky Bee
    20 septembre 2022 at 9 h 01 min

    Deux décennies de gabgie budgétaire, de crédit facile à tout va dans toutes les sphères, et enfin d’absence criante de leadership économique. Le résultat ? Des distorsions monstrueuses trop bien installées dans notre système, que seule une vraie crise permettrait de faire disparaitre. Spoiler : c’est bien nous, et pas nos petits-enfants, qui allons payer cet addition (cela a déjà commencé en réalité).

    Quel était l’intérêt d’investir dans des entreprises qui produisent des choses tangibles et utiles, quand la valeur des maisons ne cessait de s’envoler grâce à la solvabilisation à l’infini de ménages pourtant pas plus riches ? Quel intérêt de se farcir des actions d’une entreprise industrielle quand vous aviez la perspective d’un gain facile via la dernière action technologique à la mode et sans chiffre d’affaires, ou la dernière crypto vantée par TikTok ? Quand on détruit la notion du coût du capital en écrasant sans cesse les taux d’intérêt, on incite les agents à se détourner de certains pans de l’économie, s’exposant ainsi à un retour de bâton des plus impitoyables.

    C’est une opinion impopulaire, mais seule la Chine semble avoir compris ce qu’il se passait sur le plan économique. Et ils semblent d’ailleurs bien décidés à ne plus allimenter cette farce occidentale.

    • Avatar
      The Real Franky Bee
      20 septembre 2022 at 14 h 43 min

      « The 15 years of Disneyland has destroyed the economic structure. » Nassim Taleb dit grosso modo la même chose il y a quelques jours sur CNBC.

  • Ne rêvons pas et cessons de croire que les politiciens ne savaient pas. Et surtout Macron avec son bagage financier. Tous, y compris Lagarde savaient ce qui allait se passer avec le quantitativising à grande échelle : « l’inflation ne va pas durer ». Et en plus, ils ont eu de la chance, Poutine leur à servi sur un plateau une raison pour se justifier : « c’est pas moi, c’est lui ».
    Pathétique !

  • l’inflation est la perte de valeur de la monnaie, c’est donc différent de la hausse des prix qui résulte d’un ajustement de l’offre et de la demande.

  • L’inflation détruit la caisse des PME qui du coup ne peuvent plus investir.

  • Très bonne petite remise à plat autour de l’inflation mais j’ai bien l’impression que le bon sens a déserté ce coté-ci d’là planète. Le retour de bâton va être rude pour un continent qui n’était déjà pas en très bonne forme, si on rajoute à ça le problème énergétique tout aussi absent de bon sens (et oui une économie, peut importe son niveau de développement, a besoin d’énergie pour fonctionner, nos politiques ayant l’air de redécouvrir le fil à couper le beurre), la descente ne va être que plus importante…

  • Il est effarant de voir à quel

  • Il est effarant de voir à quel point les gouvernants occidentaux peuvent se laisser berner durablement par les plus grossiers canulars, en l’occurrence celui de la MMT (Théorie Monétaire Moderne).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La succession de crises majeures bouscule les économistes, stimule la concurrence des récits proposés, et invite à prendre position sur certains sujets clivants.

Cet article retient trois questions majeures qui divisent les plus grands penseurs, mais qui pourraient être éclairées à la lumière des évènements récents : quelle est la nature de la croissance économique à long terme ? Quelles politiques nos gouvernants doivent-ils mener ? Quel monde idéal ?

 

Quelle est la nature de la croissance économique à long terme ? Poursuivre la lecture

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles