L’impression monétaire a détruit l’Argentine et peut détruire d’autres pays

La grande erreur des politiciens argentins est de croire que l’inflation est multicausale et que tout se résout avec des doses croissantes d’interventionnisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
dollars-401(K)2012(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’impression monétaire a détruit l’Argentine et peut détruire d’autres pays

Publié le 24 juin 2022
- A +

Par Daniel Lacalle.

Les mots les plus dangereux en matière de politique monétaire et d’économie sont « cette fois-ci est différente ». La grande erreur des politiciens argentins est de croire que l’inflation est multicausale et que tout se résout avec des doses croissantes d’interventionnisme.

L’indice des prix à la consommation en Argentine a connu une hausse de 58 % en glissement annuel en avril 2022, soit 2,9 points de pourcentage de plus que la variation enregistrée en mars dernier. Une véritable catastrophe. L’inflation en Argentine est plus de six fois supérieure à celle de l’Uruguay, cinq fois supérieure à celle du Chili, et quatre fois supérieure à celle du Brésil et du Paraguay, pays voisins exposés aux mêmes problèmes mondiaux.

 

Politique monétaire incontrôlable

Non, l’inflation en Argentine n’est pas multicausale, elle n’a qu’une seule cause : une politique monétaire extractive et confiscatoire, l’impression de pesos sans contrôle et sans demande. L’Argentine gonfle sa base monétaire pour financer des dépenses publiques excessives, gonflées et destructrices.

Depuis le début de l’année, la base monétaire a augmenté de 43,83 %, ce qui est une folie totale. L’inflation des prix est de 58,2 %.

Au cours des trois dernières années, la base monétaire a augmenté de 179,73 % et, en dix ans, de plus de 1543,8 %. Il s’agit d’une aberration économique, et non d’une « politique monétaire inclusive », comme l’a appelée Axel Kicillof, gouverneur de Buenos Aires.

Au cours des dix dernières années, le peso argentin a perdu 99 % de sa valeur par rapport au dollar. Il s’agit d’une expropriation de la richesse du pays par l’impression de pesos inutiles.

De nombreux péronistes argentins disent que les États-Unis augmentent aussi massivement leur masse monétaire et n’ont pas d’inflation. L’argument ne tient pas. La base monétaire des États-Unis augmente à un taux de 9,9 %, soit six fois moins que celle de l’Argentine, et, en outre, les États-Unis souffrent également d’une inflation de 8,5 %. Au plus fort de la surabondance monétaire américaine, la base monétaire a augmenté de 26,9 %. Au cours de la même période, celle de l’Argentine a été multipliée par trois, avec une diminution de la demande de pesos, tandis que la demande mondiale et locale de dollars américains augmentait.

En termes agrégés, la masse monétaire, y compris toute la monnaie en circulation, a augmenté en Argentine de 2 328,09 % en dix ans, tandis qu’elle a doublé aux États-Unis. En d’autres termes, la masse monétaire globale en Argentine au cours de la dernière décennie a augmenté à un rythme plus de onze fois supérieur à celui des États-Unis. Seul le Venezuela a mené une telle folie.

Il n’y a pas que les étrangers qui ne demandent pas de pesos ou ne les acceptent pas dans les transactions internationales, c’est une réalité. Les citoyens argentins n’acceptent pas leur propre monnaie comme réserve de valeur, unité de mesure et méthode de paiement la plupart du temps.

Le plus triste est que beaucoup disent que l’Argentine a déjà été dollarisée auparavant et que cela n’a pas marché. En Argentine, il n’y a pas eu de dollarisation : il y a eu une tromperie dans laquelle il a été déclaré qu’un peso était égal à un dollar. Comme les monnaies stables qui s’écrasent sur le marché aujourd’hui, la soi-disant dollarisation n’était qu’un leurre, et lorsque la bulle a éclaté, les responsables politiques ont continué à détruire encore plus le pouvoir d’achat de la monnaie.

 

Les États-Unis n’ont pas ce problème… pour l’instant

La confiance dans le dollar américain n’est pas encore en baisse ; elle est en hausse, et c’est pourquoi il se renforce globalement par rapport à la plupart des grandes monnaies du monde. La principale raison de cette force relative est que la Réserve fédérale surveille la demande mondiale de dollars américains et est considérée comme prenant des mesures décisives contre l’inflation. Cependant, le sophisme souvent répété selon lequel l’impression monétaire massive ne provoque pas d’inflation a pris fin brusquement avec la catastrophe commise en 2020. Les États-Unis, la zone euro et la plupart des économies mondiales ont décidé de répondre à un choc d’offre par des politiques massives axées sur la demande, en finançant l’augmentation sans précédent des dépenses publiques par de la monnaie nouvellement créée, et l’inflation a grimpé en flèche.

Le dollar américain ne souffre pas parce que les alternatives sont pires. D’autres nations impriment leur monnaie de manière encore plus agressive ou bien elles ont également des contrôles de capitaux et manquent de sécurité pour les investisseurs et la justice. Cependant, la Réserve fédérale ne doit pas se reposer sur ses lauriers. La confiance dans une monnaie en tant que réserve de valeur, unité de mesure et moyen de paiement peut disparaître plus vite que ne l’imaginent les décideurs. Le système actuel de freins et de contrepoids de l’économie américaine et l’ouverture du système financier permettent au dollar américain de rester la monnaie de réserve mondiale, mais les nuages s’amoncellent.

D’une part, les politiciens américains défendent de plus en plus la poursuite de politiques monétaires encore plus agressives pour financer un budget public inabordable et en hausse.

D’autre part, certains pays commencent à chercher des alternatives au dollar américain pour vendre des matières premières.

 

Une réelle menace

Ces menaces sont encore lointaines, mais elles ne doivent pas être ignorées. Le lecteur peut penser que l’Argentine est un exemple fou à comparer avec les États-Unis, mais l’exagération est délibérée.

Il suffit de se pencher sur l’histoire des gouvernements qui poussent à augmenter massivement le budget et à le financer avec une monnaie de plus en plus impopulaire, et les risques pour l’euro ou le dollar deviennent plus évidents. Le lecteur dira peut-être que les citoyens des économies développées ne permettraient jamais qu’une telle chose se produise dans leur pays, mais l’Argentine était également une économie riche et prospère il y a plusieurs décennies. Elle était l’une des économies les plus riches et les plus importantes du monde au début du XXee siècle. Une combinaison de protectionnisme, de politiques interventionnistes populistes et de décisions monétaires insensées a détruit l’économie, et elle ne s’en est jamais remise.

Toutes les décisions insensées des gouvernements argentins mentionnées ci-dessus sont maintenant défendues par les politiciens de tous les États-Unis et de l’Europe : « Cela ne nous arrivera pas » et « Cette fois-ci, c’est différent. » Ce n’est pas différent.

Les empires tombent toujours parce qu’ils commencent à détruire le pouvoir d’achat de leur monnaie et parce que leur position dans le monde s’effondre à mesure que le protectionnisme et l’interventionnisme érodent la confiance dans le gouvernement et ses institutions. Une fois que la destruction commence, ce n’est qu’une question de temps avant que les citoyens ne commencent à épargner en or ou dans d’autres réserves de valeur réelles. Il y a une leçon à tirer pour tous ceux qui défendent le fait de repousser constamment les limites de la politique monétaire et des mesures isolationnistes. Une fois que vous avez poussé trop loin, il n’y a pas de retour en arrière possible.

J.P. Morgan avait l’habitude de dire que l’or est l’argent et que tout le reste est du crédit. Le crédit, c’est la confiance. Une fois la confiance perdue, la monnaie se dissout. C’est une leçon pour tout le monde.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • C Q F D
    Et nos dirigeants suivent le même chemin de la « facilité », par manque de courage politique.

  • Il n’y a pas que les dirigeants politiques, tous les franchouillards populistes ( toutes mes excuses pour ce truisme) demandent exactement la même chose continuer avec l argent magique du quoi qu il en coute soit Nuppes + RN avec pres de 70% des votes a la présidentielle d avri 2022.
    L irresponsabilité des franchouilles ne fait que croitre et embellir…..😄😄😄

  • Avatar
    jacques lemiere
    30 juin 2022 at 7 h 10 min

    imprimer de la monnaie est le choix politique de détruire l’investissemt « intelligent »..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les discours des responsables des banques centrales ont toujours été prétentieux, pompeux et jargonneux. Depuis peu, ils deviennent incohérents.

Ainsi, dire que la hausse des taux courts est un moyen de lutter contre l’inflation revient à admettre l’inverse : la baisse des taux courts est un moyen de créer l’inflation. C’est donc avouer que les précédentes baisses de taux étaient inflationnistes. Par conséquent l’inflation ne peut être transitoire comme l’ont prétendu nos éminences financières. Simplement, comme toujours, elle a mis du... Poursuivre la lecture

5
Sauvegarder cet article

C'est bientôt les vacances estivales et la rentrée semble encore fort lointaine et, à s'en tenir tant aux médias qu'aux conversations de machine à café, tout le monde s'en fiche : septembre n'est dans la tête d'à peu près personne... Pourtant, de nombreux signes pointent vers une rentrée pas banale : le dernier quadruplet de mois à la fin de 2022 promet du sport.

Bien sûr et en préambule de ce billet, soulignons que l'exercice qui consiste à deviner ce qui va se passer est voué à l'échec : la réalité est systématiquement plus riche que... Poursuivre la lecture

Par Dan Sanchez.

Il semble que l'économie américaine en difficulté va mettre un frein aux célébrations du 4 juillet cette année.

Le Wall Street Journal a rapporté jeudi dernier :

"Dans toute l'Amérique, les feux d'artifice du 4 juillet ne seront pas tirés le 4 juillet. »

Certaines villes et communes reprogramment leurs spectacles pyrotechniques de la fête de l'Indépendance en raison d'une pénurie de feux d'artifice ou de travailleurs.

Et comme le révèlent de nombreux médias, les repas seront beaucoup plus ch... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles