Tesla veut rendre son titre en bourse plus accessible

Une entreprise peut tout à fait rémunérer ses employés en actions, sauf que cette opération appelle deux questions : pourquoi un split ? Et pourquoi maintenant ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Milan Csizmadia on Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Tesla veut rendre son titre en bourse plus accessible

Publié le 22 juin 2022
- A +

Le fabricant de véhicules électriques Tesla a indiqué vouloir réaliser une division du nominal de son action (stock split) de 3 pour 1. La résolution sera proposée lors de l’assemblée générale des actionnaires du 4 août.

Dans le document remis à la SEC le 10 juin, on peut lire que :

  1. Le succès de Tesla dépend de sa capacité à attirer et retenir des talents grâce à un système de rémunération attractif.
  2. À la différence de ses concurrents, Tesla offre la possibilité à ses salariés de percevoir des actions.
  3. Depuis le dernier split de l’action en août 2020, celle-ci s’est appréciée de 43,5 % au 6 juin 2022.
  4. Le split de l’action permettra de réinitialiser le cours de bourse afin de permettre aux employés d’avoir plus de flexibilité dans la gestion du titre.
  5. L’accessibilité pour les investisseurs particuliers (dont l’intérêt pour l’action est élevé) sera renforcée.

 

En somme, rien de bien choquant. Une entreprise peut tout à fait rémunérer ses employés en actions, sauf que cette opération appelle deux questions : pourquoi un split ? Et pourquoi maintenant ?

En août 2020, l’action Tesla cotait 2200 dollars (440 dollars après le split). Elle cote aujourd’hui 650 dollars. L’intérêt d’effectuer un split au cours actuel paraît donc moins évident qu’il y a deux ans. Et si c’était tout simplement la croyance que l’annonce d’un split est perçue comme un signal haussier qui aurait motivé en partie la décision d’Elon Musk, pensant bénéficier d’un effet d’aubaine ? En effet, l’annonce du split en août 2020 (5 pour 1) avait engendré une hausse de 13 % du cours de bourse.

Un peu de carburant dont Tesla aurait besoin afin de retrouver un peu de hauteur en bourse, le titre accusant une baisse de -45 % depuis le début de l’année.

L’action est sous pression avec :

  1. La hausse des taux d’intérêt entraînant une compression des multiples de valorisation.
  2. Des soucis de production en Chine suite aux confinements à répétition.
  3. Le raid d’Elon Musk sur Twitter (et la question de son financement).

 

Cependant, la situation actuelle est différente de celle d’août 2020. À l’époque, le marché attribuait une valeur boursière plus importante aux sociétés effectuant des splits. Ce qui ne fait aucun sens car, que vous découpiez une pizza en deux ou en six parts, sa taille restera identique. Il en est de même pour la valeur d’une société en bourse.

L’annonce du nouveau split a engendré une hausse du titre Tesla de seulement 1 %. Serait-ce le signe d’un retour à une certaine normalité ? Dans ce cas, il en faudra davantage à Elon Musk (pourtant orfèvre en matière de storytelling) pour convaincre les investisseurs de s’intéresser à l’action Tesla.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Le point 4. ne serait-il pas :
    Le split permettra de rendre difficiles les comparaisons historiques avec la période où le titre valait presque le double d’aujourd’hui ? Parce que s’il s’agissait de rendre la gestion plus facile, il faudrait un split par 20, et que ça n’est pas la même chose que par 3…

    • Non, les cours historiques chez tous les prestataires sérieux, même gratuits et grand public, sont rebasés pour tenir compte de ce split.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Alors que la France se prépare à accueillir prochainement les épreuves des Jeux Olympiques en distribuant de plus en plus largement l’argent gratuit des autres, notamment à ceux qui lui font des clés de bras, on apprend que Total, le groupe pétrolier français, envisage de déplacer sa cotation principale de la Bourse de Paris à celle de Wall Street, à New York.

Il apparaît en effet que Patrick Pouyanné, l’actuel patron du groupe, a récemment confié à Bloomberg que la question d’un changement du lieu principal de la cotation était légiti... Poursuivre la lecture

En février 2023, je publiais l’étude « Méga-usines : 5 grandes implantations industrielles que la France ne doit pas rater en 2023 ». Alors que la France avait vu de gros projets industriels lui passer sous le nez au cours des années précédentes (Tesla, Intel), je souhaitais montrer que de nouvelles grandes implantations industrielles étaient à l’étude en Europe, et que la France ne devait pas rater cette séance de rattrapage.

Notre pays a aujourd’hui d’autant plus besoin d’accueillir les prochaines méga-usines prévues en Europe qu’ell... Poursuivre la lecture

Voilà maintenant quatre ans que le Royaume-Uni a officiellement quitté l'Union européenne. Depuis le Brexit, la Grande-Bretagne a connu trois Premiers ministres, et d'innombrables crises gouvernementales. Néanmoins, malgré le chaos de Westminster, nous pouvons déjà constater à quel point les régulateurs du Royaume-Uni et de l'Union européenne perçoivent différemment l'industrie technologique. Le Royaume-Uni est un pays mitigé, avec quelques signes encourageants qui émergent pour les amateurs de liberté et d'innovation. L'Union européenne, qua... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles