L’écologisme absurde : l’exemple de la BMW X1 hybride pluggable

BMW BY Vincent Horn(CC BY-NC 2.0) — Vincent Horn, CC-BY

Rien à redire quant au confort et aux performances. Mais question consommation et efficacité énergétique, autant le dire sans détour nous avons été abasourdis.

Par Philippe Charlez.

Le SUV (Sport Utility Vehicle) est aujourd’hui largement plébiscité par de nombreux Français. En 2019 ces familiales représentaient près de 20 % du parc automobile soit environ 7 millions de véhicules.

On ne peut pourtant pas vraiment parler de voiture écologique dans la mesure où la faiblesse de leur aérodynamisme (coefficient de résistance à l’air) est synonyme de croissance de la consommation de carburant notamment à grande vitesse sur autoroute.

BMW est reconnu comme l’un des meilleurs constructeurs automobiles de SUV. Plus petit modèle de sa série, la X1 est aujourd’hui le best-seller du motoriste bavarois.

Concentrant le meilleur de la technologie (en particulier une boîte automatique exceptionnelle), du confort (silence et souplesse) et du pratique (notamment la capacité du coffre) le modèle diesel est associé à des consommations (entre 5 et 6 litres/100 km sur grandes distances) et des émissions de CO2 (150 gCO2/100km) raisonnables.

La sortie de la X1 hybride pluggable s’inscrit dans la politique commerciale de la plupart des constructeurs mondiaux : continuer de satisfaire les consommateurs tout en donnant des gages écologiques.

La destination d’un SUV étant surtout les grandes distances et non la ville, BMW pouvait difficilement sortir une X1 purement électrique dont l’autonomie et le temps de charge auraient effrayé la plupart des acheteurs potentiels. Aussi, BMW a choisi l’hybridation d’un moteur à essence et d’un moteur électrique pluggable.

Rien à redire quant au confort et aux performances : il s’agit bien d’un véhicule allemand haut de gamme. Signalons toutefois que la double motorisation thermique/électrique réduit la capacité du coffre de 10 % (elle passe de 505 litres sur la X1 classique à 450 litres sur l’hybride pluggable). Le prix est à hauteur de la qualité : si vous ajoutez quelques options il vous en coûtera pas loin de 50 000 euros !

Mais c’est surtout à la consommation et à l’efficacité énergétique que nous nous sommes intéressés. Et là autant le dire sans détour nous avons été abasourdis.

Consommation et efficacité énergétique de la BMW X1 hybride pluggable

Alors que la plupart des petites voitures électriques urbaines sont équipées de batteries d’une capacité de 20 KWh leur conférant une autonomie de 150 km, la X1 hybride pluggable dispose d’une batterie de 10 KWh lui conférant une autonomie de 40 km. La consommation électrique (25 kWh/100 km) apparaît largement supérieure à la plupart des électriques pures qui consomment entre 15 et 20 kWh/100 km.

Pour vous faciliter la tâche, la batterie peut certes être chargée sur une prise 220 V classique. Toutefois, pour la charger intégralement et parcourir les 40 km annoncés, il vous faudra près de six heures.

Cette capacité électrique assez ridicule ne vous permettra jamais de rouler avec la seule électricité. Même en ville, vous devrez rapidement coupler le thermique et l’électrique avec certes un effet bénéfique sur votre consommation : dans l’abominable circulation parisienne là où une X1 thermique classique consommera entre 8 et 10 litres/100 km, l’hybride pluggable se contentera de 4,6 l/100 km.

Mais dès que vous transformez votre X1 en routière (qui est sa première destination) le cauchemar va croissant. Sur un parcours routier tranquille, vous consommerez environ 6 litres/100 km (soit l’équivalent de la thermique classique).

Mais dès que vous vous engagerez sur l’autoroute à 130 km/h, l’excès de poids dû à la double motorisation va affoler la consommation. Elle approchera 9 litres/100 km soit 50 % de plus que le X1 diesel. La double motorisation a aussi imposé au constructeur de réduire significativement la capacité du réservoir à essence passé de 51 litres à seulement 36 litres. Sur autoroute vous devrez ainsi ravitailler tous les 400 km, contre 850 km en moyenne pour la thermique classique.

Emissions de CO2 : catastrophe confirmée

Le cauchemar se confirme quand on calcule les émissions. Dans son catalogue, BMW annonce en « motorisation mixte » des émissions de CO2 comprises entre 40 et 50 gCO2/km ; soit des valeurs correspondant à des trajets quotidiens de quelques dizaines de km.

Mais dès que vous vous engagerez sur l’autoroute pour la traditionnelle « transhumance de juillet », vous émettrez 200 gCO2/km soit 25 % de plus de que votre X1 diesel ; et ce d’autant que les émissions en motorisation mixtes ont été calculées sur base d’une électricité totalement décarbonée.

Si tel est le cas en France grâce au nucléaire et à l’hydro-électricité, en Allemagne où 40 % de l’électricité est toujours d’origine charbonnière, ce sont 150 gCO2/km et non 50 gCO2/km que vous émettrez.

Vouloir répondre à la fois aux sirènes écologiques du marché tout en satisfaisant les aspirations de la clientèle SUV conduit donc la X1 pluggable à émettre davantage que sa consœur thermique. Bienvenue en Absurdistan !

 

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.