Elon Musk ou les vertus de la concurrence

Quand Elon Musk annonce qu’il va permettre la liberté d’expression sur Twitter, on peut avoir de l’espoir et Mark Zuckerberg peut avoir du souci à se faire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Elon Musk GTC 2015 by NVIDIA Corp (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elon Musk ou les vertus de la concurrence

Publié le 12 mai 2022
- A +

Cela fait pas mal d’années voire de décennies que la liberté d’expression passe un mauvais quart d’heure et subit des atteintes, des restrictions.

D’abord avec les lois qui instituent des délits d’opinion, comme la loi Pleven sur les propos discriminatoires à raison de la religion ou de la race, la loi Gayssot qui pénalise le stupide négationnisme des chambres à gaz donnant ainsi une tribune judiciaire à ses méchants adeptes, les lois mémorielles qui veulent écrire l’histoire, la loi Taubira sur la traite esclavagiste limitée au trafic européen et non pas africain, la loi qui institue un délit d’homophobie ou celle, toute récente (la fameuse loi Avia), qui prévoit un délit de haine sur les réseaux sociaux ou celle, plus ancienne, qui institue un délit d’incitation à la haine.

L’imagination des nouveaux censeurs est inépuisable.

Jusqu’à il y a peu ces attaques se limitaient au domaine législatif mais voici que sont apparues plus récemment d’autres types d’atteintes ayant pour objectif la censure de propos car, disent-ils, « les paroles peuvent blesser ». Le mouvement woke promeut en effet une nouvelle forme de puritanisme via le décolonialisme, qui veut abattre des statues ou changer des noms de rue, via la discrimination positive, qui veut empêcher la sélection au mérite, surtout via ce que l’on appelle la culture de l’effacement (cancel culture) qui veut interdire l’expression de certaines opinions dans certaines universités ou, pire, expulser certains professeurs en raison de leurs opinions.

Pour ces gens-là il ne faut pas débattre, discuter, argumenter, user de son esprit critique mais faire taire le contradicteur. Je renvoie au livre de Brice Couturier OK Millenials ou aux observations de Matthieu Bock-Côté dans les médias qui souligne l’aspect franchement ridicule de certaines de ces tentatives. Par exemple il ne faudrait plus dire « bonjour, monsieur » ou « bonjour, madame » car cela aurait une connotation sexiste.

Prendre au sérieux les attaques contre la liberté

Il faut néanmoins prendre ces tentatives au sérieux et voici pourquoi.

Les organisations des réseaux sociaux, qui observaient jusque-là une certaine neutralité, ont été peu à peu imprégnées de l’idéologie progressiste au point qu’elles ont fini par pratiquer une censure des opinions les plus conservatrices.

Et c’est ainsi que Facebook, sous l’impulsion de Mark Zuckerberg, son directeur, puis Twitter, ont décidé de supprimer le compte de certains penseurs, à commencer par celui de l’ancien président américain Donald Trump. Ce dernier s’exprime désormais par d’autres canaux mais il a eu son compte désactivé (comme bien d’autres moins connus, leur liste est assez longue).

Ainsi la censure progressiste anticonservatrice est apparue pour la première fois sur les réseaux sociaux comme si ces derniers étaient devenus des organes de presse d’opinion sélectionnant ceux qu’elle autorise à développer tel ou tel raisonnement et ceux qu’elle n’autorise pas.

C’est une funeste régression, un retour du puritanisme après plusieurs siècles de libération de la parole en Occident grâce au pluralisme de la presse, à la liberté de réunion et de manifestation (pensons au « speaker’s corner » de Hyde Park corner à Londres par exemple).

Mais la main invisible du marché réserve parfois de plaisantes surprises, d’agréables retournements (ce que certains appellent des mystères d’iniquité). Voici que Twitter vient d’être racheté par Elon Musk qui a annoncé qu’il allait rétablir la liberté d’expression. Qui est Elon Musk, pour ceux qui ne savent pas ? C’est le créateur de PayPal et de Tesla, les voitures électriques munies de batteries, de capteurs et d’intelligence artificielle plutôt que de moteurs thermiques.

L’innovateur Elon Musk

Lorsqu’il a eu l’idée de la première voiture électrique, personne n’y croyait vraiment et aujourd’hui tous les grands constructeurs automobiles s’y sont mis. Les projets d’Elon Musk ne se limitent pas aux voitures Tesla. Il y a le fameux SpaceX qui vise la colonisation de l’espace, par exemple sur Mars. Il y a le projet Tesla Bot qui consiste à fabriquer et à concevoir des robots humanoïdes semi-autonomes qui pourront aller dans l’espace ou qui pourront faire la guerre comme des soldats robotisés sans risque de mort car ils ne seront que de la matière.

Je sais que l’on a dit de ce milliardaire qu’il était loin d’avoir réalisé tous ses projets. Les toits solaires qu’il préconisait sont très peu nombreux. Il en est de même pour les robots-taxis mais il a stimulé l’innovation technologique et peut-être ce seront des concurrents qui réaliseront ces projets. Au début personne ne croit à l’innovation et puis peu à peu elle est adoptée et suivie.

Alors quand Elon Musk annonce qu’il va permettre la liberté d’expression sur Twitter, on peut avoir de l’espoir et Mark Zuckerberg peut avoir du souci à se faire. La concurrence trouve toujours la solution, à condition bien sûr que le législateur ne dresse pas des interdictions, des contraintes, des monopoles qui briment ou inhibent cette concurrence.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Avatar
    jacques lemiere
    12 mai 2022 at 7 h 49 min

    eh oui on aurait du réagir avant..

    et on aurait du au moins faire le constat que les loi contre l’antisémitisme n’ont pas fait diminuer les agressions dites antisémites.. pire qu’elles donnent un argument aux antisémites… « ‘ ils ont des privilèges »..

    le but de ses lois n’est donc pas la fin de l’antisémitisme…ou du racisme … c’est discriminer les gentils des méchants..et limiter les libertés des méchants…rétablir une société de privilèges..sinon uneforme d’ aristocratie..

  • LinkedIn faisait aussi de la censure, au début de la crise du Covid j’avais posté un certain nombre d’opinions qui n’étaient pas favorable à la politique du tout vaccin pour sauver la population française🤣 et mes posts ont été purement et simplement supprimés. Du coup j’ai fermé mon compte LinkedIn. Peut-être que je vais ouvrir un compte sur Twitter puisque il semblerait que la censure y disparaisse. En ce qui concerne la Covid on voit bien maintenant l’inefficacité de la politique du tout vaccin et on peut être sûr que beaucoup de vies aurait pu être sauvées si un traitement précoce qui est disponible avait été mis en œuvre. Je ne pensais pas que la puissance des médias pouvait annihiler tout esprit critique en France.

  • « des robots humanoïdes semi-autonomes […] qui pourront faire la guerre comme des soldats robotisés sans risque de mort »
    A la guerre, le risque de mort est bien plus pour les civils que pour les soldats. Le monde ne doit pas être confondu avec un jeu vidéo, pouvoir tuer des gens par robot interposé, c’est une honte.

  • Tiens donc !
    (Reuters) – Elon Musk a annoncé vendredi que son projet de rachat de Twitter pour 44 milliards de dollars était suspendu

  • La liberté d’expression préservée par Musk ? Il ne faut pas crier victoire trop vite … rien ne peut présager de l’avenir.
    Et bizarrement … il vient de faire marche arrière !!

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles