Omicron : foncer dans les murs et accélérer toutes sirènes hurlantes (2)

L’Etat a su utiliser l’Omicron pour étendre son pouvoir de manière inquiétante.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Photo by Vladimir Fedotov on Unsplash https://unsplash.com/photos/IJ4WYjq1EaI

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Omicron : foncer dans les murs et accélérer toutes sirènes hurlantes (2)

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 décembre 2021
- A +

Première partie ici.

Dérive totalitaire

Quand, début 2020, l’État s’est emparé de la gestion de la covid, au détriment des professionnels de santé de terrain, il a proprement créé la crise de la covid et a transformé une épidémie en affaire politique et en désastre sanitaire, social, humain et économique. Sa nullité dangereuse a très vite sauté aux yeux. Il a fait la quasi unanimité contre lui. Il faut reconnaître que, par la suite, tout en restant aussi mauvais, il a parfaitement su rebondir et retourner l’opinion à son profit par une immense manipulation. Il s’est servi de la catastrophe qu’il a engendré pour faire croire à une épidémie médicalement grave, et se présenter comme le seul sauveur.

Depuis des décennies les gouvernements successifs n’ont eu de cesse d’accroître le pouvoir de l’État sur la société. Ils ont entamé une destruction systématique et indolore des libertés individuelles. Le gouvernement actuel ne fait pas exception. Il sait parfaitement où il va. Il a un but très précis. Ce qui le différencie de ses prédécesseurs c’est que la covid lui a donné l’occasion inespérée, lui a fourni un outil  redoutable pour parvenir à une emprise totale sur les Français. Il en a usé et a abusé en mettant un formidable coup d’accélérateur à sa politique liberticide.

Avec minutie et persévérance la France est devenue totalitaire. Il n’y a pas de différence de fond, mais seulement de degré, avec les modèles chinois ou nord-coréen. Modèle chinois dont nous nous rapprochons tout doucement.

Le pass vaccinal ressemble de plus en plus au crédit social. Certains sont désignés pour contrôler les autres en vérifiant pass vaccinal et identité, ce qui au demeurant est un nouveau viol du secret médical, mais le gouvernement n’en est plus là. Il a passé la vitesse supérieure. Avec la délation cela fait partie de l’arsenal d’autocontrôle de la population. Il y a toujours des personnes pour s’en réjouir. Le nec plus ultra du totalitarisme est quand la population demande sa soumission et se surveille elle-même.

Cacophonie en trompe-l’œil 

La cacophonie qui semble régner au gouvernement face à la covid ne doit pas nous abuser. Si nous regardons l’écume nous ne voyons qu’incohérence et amateurisme. Les intervenants, Véran, Castex, Macron peuvent donner l’impression de se contredire, de faire deux pas en avant et un arrière. Il faut être conscient que cette stratégie, mentir/démentir, est utilisée depuis le début de la covid.

Ils procèdent par coups de sonde pour habituer les gens à une mauvaise nouvelle à venir. Les Français l’intègrent, les médias la vantent, des seconds couteaux entrent en scène pour la caution dite scientifique, tel Delfraissy et sa quatrième dose de vaccin pour faire passer la troisième en attendant la cinquième. Le gouvernement scrute les réactions. En résumé, chaque instrumentiste joue sa partition, le temps que l’orchestre se synchronise et que le chef d’orchestre le mette en marche.

Autre avantage, les injonctions contradictoires, les incohérences brisent tout esprit critique des populations, toute velléité de penser de manière autonome. Elles se soumettent à l’État qui lui seul sait, veut leur bonheur et les rassure.

Boucs émissaires 

Le moins que l’on puisse dire est que la gestion gouvernementale des covid est une catastrophe. Les covid vivent leur vie, les coronavirus mutent et se répandent, les libertés sont détruites, la société est fracturée, divisée en communautés ennemies, l’économie est à terre perfusée à la fausse monnaie, le système de santé est en ruines, les mesures sociales coercitives inutiles persistent et ne sont pas prêtes d’être levées, l’arbitraire règne.

Mais on ne change pas une équipe qui perd. On ne modifie pas une politique qui a failli. On trouve des boucs émissaires.

Il faut savoir que les techniques de manipulation des foules sont telles qu’il est possible de faire gober n’importe quoi à n’importe qui et de modifier les comportements dans le sens souhaité par l’autorité. D’autant que les gens ne peuvent imaginer que l’autorité centrale (ou un laboratoire pharmaceutique ) ne leur veut pas du bien, voire pourrait leur faire du mal.

Par un tour de passe passe l’État a réussi à faire croire que cette situation lamentable est de la responsabilité des mauvais Français qui ne respectent pas les gestes barrières et/ou qui ne sont pas vaccinés.

Les non-vaccinés ne sont que des boucs émissaires. Il s’agit de les culpabiliser en les rendant responsables de toute la misère du monde.

Le gouvernement et les bien-pensants leur font porter le poids des conséquences de la faillite de la politique sanitaire contre la covid, et de la faillite du système de santé. Ce système exsangue est le résultat d’une politique très ancienne. (Cf partie 1)

Ces nouveaux boucs émissaires de la société politiquement correcte sont victimes de la politique ségrégationniste gouvernementale et de l’ostracisme de leurs compatriotes. Certains les verraient très bien vaccinés de force entre deux policiers, parqués quelque part ou confinés à leur domicile.

Les mesures de coercition avec pass vaccinal obligatoire, y compris pour aller au travail, sont politiques et font supporter à toute la population, et plus seulement aux non-vaccinés, le poids de l’échec du gouvernement, avec peut-être l’espoir que la population fera pression sur les parias.

Les dispositions discriminatoires, en vigueur et à venir, n’ont pas vraiment pour but d’éviter les contaminations. Il n’est plus contesté aujourd’hui que le dit vaccin n’empêche ni la contamination du vacciné, ni la transmission de l’infection. Donc il ne confère pas d’immunité suffisante. Ce qui va à l’encontre de la définition même d’un vaccin. La vaccination de masse ne désengorgera pas les hôpitaux.

Donc le droit de contaminer existe. Il faut simplement que la contamination soit faite réglementairement. Ainsi, en France, avec un pass vaccinal valide, vous pouvez légalement infecter quelqu’un au SARS-coV2. Mais un non-vacciné, même testé négatif, est un paria, bien qu’il ne puisse contaminer personne. C’est un asocial qui doit être exclu par la communauté pour éviter que les vaccinés insuffisamment immunisés ne soient contaminés. Le monde à l’envers.

Normalement, lors d’une épidémie les personnes immunisées d’une manière ou d’une autre sont protégées et protègent les non-immunisées. C’est la première fois où il est reconnu qu’un vaccin ne protège pas les vaccinés et qu’il faut vacciner des non-vaccinés pour protéger des vaccinés. À moins que ce ne soit pour protéger les non-vaccinés des vaccinés, et ce avec des vaccins qui n’évitent ni la contamination, ni la transmission.

Il faudrait maintenant vacciner les enfants pour protéger des personnes à risque, âgées par exemple, alors que la plupart sont vaccinées deux fois, voire trois, sans grand effet protecteur puisqu’on voit des triples vaccinés contaminés, dont certains hospitalisés. Ce qui sera un prétexte pour une quatrième puis énième dose.

La vérité est que plus personne ne comprend. La vaccination obligatoire n’est que la gesticulation politique.

Les personnes non-vaccinées ne sont pas celles qui meurent, elles ne contaminent pas les autres davantage que les vaccinés, et ne les envoient pas à la mort. Croire le contraire est un délire. La contamination n’est jamais systématique, la transmission non plus. La gravité n’est jamais certaine, le décès encore moins. Ils le sont d’autant moins que la maladie est correctement prise en charge. Or la prise en charge correcte d’une épidémie, connue depuis le XIXe siècle, que le germe en cause soit nouveau ou non, a été systématiquement écartée. Il faut diagnostiquer, traiter précocement le malade, l’isoler et rompre la chaîne de contamination.

Les non-vaccinés non à risques « n’encombreront », ni ne « submergeront » (on appréciera les termes) jamais les hôpitaux. Parce qu’ils ne font pas, sauf exception, d’infection grave et que ce sont les personnes qui développent des infections graves qui sont hospitalisées. Bien au contraire, ils peuvent développer sans risque leur immunité naturelle et protéger la population à risques. Dans ce type d’épidémie, ce n’est donc pas la contamination qu’il faut éviter de manière systématique. C’est la maladie et l’aggravation, d’où l’importance d’une prévention ciblée incluant la vaccination et d’un traitement précoce.

En prime, vaccinés et non-vaccinés peuvent transmette n’importe quelle maladie infectieuse. Le gouvernement s’en moque comme de sa première mesure liberticide. Il ne gère le pays qu’au travers d’un seul paramètre : la covid.

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Très bon article.
    La dérive autoritaire est évidente et il faut être fou pour la nier.
    Vous pointez également la mise en scène du gouvernement, dont certains se laissent abuser, comme Martin Blachier ou Pascal Praud qui pensent que Macron et Véran s’opposent sur la conduite à tenir.
    C’est évidemment faux, comment peut-on penser qu’un seul des ministres de Macron aurait la moindre liberté de mouvement ?
    Castex ou Véran n’ont été choisis que pour servir leur maître et n’ont d’ailleurs aucune légitimité.
    Mais il y a encore plus grave, c’est l’attitude de Valérie Pécresse, qui chasse sur les mêmes terres que Macron et qui ne trouve rien à redire à tout ce que les Français ont enduré depuis 2 ans.
    Pendant ce temps là, tout va bien, le bateau coule « normalement » et on ne parle pas de la gabegie de nos politiques énergétiques, des plans tout électrique puis tout hydrogène, qui vont nous plomber pour des décennies.
    Il ne faut surtout pas se tromper en avril prochain, l’alternative Macron-Pécresse n’en est pas une. Il n’y a pas une virgule qui distingue leur projet.

    •  » l’alternative Macron-Pécresse n’en est pas une »
      Si Macron est réélu, il se sentira des ailes et ira encore plus loin, puisqu’il a l’onction du peuple.
      Si c’est Pécresse,
      -Un c’est une baffe à Macron, et voir sa tête le soir de sa défaite est un plaisir sans limite.
      -Deux, Pécresse n’aura pas toutes les manettes comme le socialiste Macron (justice, média, les hauts fonctionnaires), elle est de Droite.

      • Pécresse n’est pas meilleure que les autres.
        Je l’ai vue de près lorsqu’elle soutenait le maire de Vélizy dans sa campagne.
        Une fois au pouvoir, ce sera comme avec Macron.
        Pour un vrai changement il faut arrêter de voter pour tous ces candidats à l’ancienne.
        Mais bon, le français votera toujours pour la traditionnelle droite ou gauche car ça le rassure.
        Le changement ça fait peur.

    • V. Pécresse n’est pas aux  »commandes  » que je sache le sujet est : le gouvernement  »utilise des techniques de manipulation des foules sont telles qu’il est possible de faire gober n’importe quoi à n’importe qui et de modifier les comportements dans le sens souhaité par l’autorité »…
      Il est a souhaiter que V. Pécresse vire E. Macron cet amateur fier de l’être !

    • Bonjour Jean-Paul, bonjour à tous,
      Je ne vais pas vous contre-dire, j’approuve.
      Je vais juste tentez de vous indiquer une approche différente de votre alarmiste et stigmatisation, certes usuelle depuis plusieurs décennies de nos visions tristement binaires (blanc/ noir ; bien/mal ; pour/contre,…).
      Je prône la vision multidimensionnelle (Abott/Flatland) difficile à admettre et pourtant tellement rassurante et éclairante….
      Partant que tout organisme vivant quel qu’il soit, naturel (animaux, essaim, troupeaux,..) ou artificiel (État, organisation, établissement, association,…) a pour unique et primordiale fonction de maintenir son ‘homéostasie’, son équilibre et donc son existence, il est simplement ‘normal’ que chaque élément (ministère, parti ou président) se comporte de leurs façons.
      Penser une ‘dérive’, exprimer que l’on est ‘abusé’ ou bien que le bateau ‘coule’ sont tout bonnement des inepties qui vous trompent vous-même et corrompent votre discours.
      La survie du ‘groupe’ est fonction de sa capacité à l’autonomie, chaque entité tend vers cet objectif. Comme exemple, un vendeur se fout complètement de ce que vous ferez de l’objet qu’il vous a vendu. il a simplement obtenu ce qu’il recherchait. Cela se transpose à tout les ‘organismes’. Le meilleur job est merveilleusement celui de président : Ils vous vendent des projets, vous signez et l’heureux élu(e) est gagnant(e) dès le premier jour suivant le vote !!! Le boulanger, lui, se lève la nuit, pétrie laborieusement pour ‘espérer’ vendre toute sa production en récoltant méthodiquement nos petits deniers !

      Pour l’individu, le ‘dérapage’ est appréhendé dans la notion d’addiction ou de dépendance. Il en est donc de même pour toutes gouvernances. Voyez-vous ?

      En avril prochain, vous nous incitez à ne pas se ‘tromper’, désolé vous aurez le même résultat avec tous les candidats….
      Vous avez seulement trois issues selon, entre autres, Laborit ( https://www.carrefour-du-futur.com/articles/henri-laborit-de-la-cybern%C3%A9tique-%C3%A0-la-syst%C3%A9mique/ ) :
      la lutte, l’abandon ou la fuite :
      A) l’abandon est très actuel : c’est l’abstention, la résignation, le psychosomatique, le suicide des jeunes,…
      B) la fuite est universelle depuis très longtemps (exode, réfugiés de toutes raisons,…)
      C) quant à la lutte, elle provoque une ‘régulation’ par la sélection naturelle chère à certains penseurs ou par l’élimination chère à certains dictateurs…
      Allez je vous met sur la piste : l’Information, la Connaissance est la nouvelle issue pour peu qu’Elle vivent, circulent, s’échangent, se partagent…
      C’est justement leur outil puissant que les GAFAM ont développé : Ils ont corrompus les médias pour une mauvaise circulation de l’Information en diffusion, ils ont ‘orienté’ les moteurs de recherche et ils ont installé les plus efficaces outils pour obtenir la Connaissance directement aux sources, clairement, sans aucune ‘déformation’ (box, enceinte connectée, cookies, cartes de fidélité ou bancaires…). Voyez-vous ?
      Qu’avons-nous à leur opposer : le DarkNet ? le billet de banque en monnaie papier ? le rond-point marqué de jaune ?

      Nous pouvons juste chuchoter sous le manteau, des commentaires que vous lisez tous ici ou ailleurs… si encore vous passiez la censure… Quelques essais se développent comme les Change.org, BonSens.org, les plaintes collectives, le RIC, etc… Mais cela restent des ‘activités’ qui s’agitent hors des murs d’enceinte des Châteaux Royaux. Un peu de brouhaha au-delà des créneaux et merlons qui ne gène en rien le sommeille repus de nos élus (élus : encore un biais cognitif)
      Allez : Espoir ! ya une piste aussi dans La Boétie…
      Bien à vous tous ! Restez curieux et vivants

  • Je suis d’accord ….Cet article souligne , car je suppose que vous n’êtes nullement vacciné , ce qui est votre droit , de manière clair et limpide qu’il ne sert strictement à rien de se battre contre des moulins à vent…car le refus de la vaccination est avant tout politique…et revendication d’une liberté qui cache en fait un refus de tout ordre quel qu’il soit…Alors protégez vous pendant ces fêtes et sachez qu’au cas où vous seriez infecté, l’hopital vous accueillera car c’est sa mission..

    -10
    • « le refus de la vaccination est avant tout politique »
      N’inverser pas les choses, c’est la vaccination par la contrainte qui est politique. La vaccination est un acte médicale qui demande le consentement éclairé et libre du patient. Le refus de traitement peut-être idiot, mais c’est le choix du malade.
      Depuis le début, Macron inverse les choses, parle une novlangue; Le pass, c’est la liberté, la vaccination ou l’enfermement ect..
      Le discours de Macron (car c’est lui qui décide de tout) est profondément vicié.

      10
    • Je suis vacciné, mais je pense exactement la même chose que l’auteur.
      Rien n’indique que l’auteur, docteur en médecine, n’est pas vacciné.
      Et quand bien même il ne le serait pas, cela n’enlève en rien la véracité de ses propos.
      Autour de moi, les seuls contaminés sont des doubles ou triples vaccinés qui se contaminent entre eux.

    • Bravo, vous n’avez absolument rien compris à cet article !

      « car le refus de la vaccination est avant tout politique…et revendication d’une liberté qui cache en fait un refus de tout ordre quel qu’il soit »
      Et vous n’avez pas peur du sophisme…

    • Le refus de la « vaccination » avec les thérapies géniques actuelle ne constitue nullement un acte politique, mais un acte de raison.

      Ces thérapies sont expérimentales et ont un très grand nombre d’effets secondaires, à tel point que certains secteurs à qui il avait été demandé de se faire picouser en sont désormais à demander aux Etats de revenir en arrière…l’exemple du secteur aérien étant particulièrement criant…on ne compte plus le nombre de pilotes ou de personnels naviguant ayant eu des problèmes suite à la vaccination…même chose pour les sportifs de haut niveau à qui – outre-manche – on demande de ne plus s’entrainer pendant un mois après injection, de peur de complication.

      Par ailleurs, on savait déjà que de nombreux symptômes induits par le SRAS-CoV-II sont dû à la protéine spike…ce qui est nouveau c’est que plusieurs études publiées très (très) récemment semblent indiquer que les thérapies géniques qualifiées de vaccins, en plus d’être inefficaces se montrent particulièrement dangereuses du fait de la production incontrôlée de cette même protéine spike et que cette dernière est responsable d’un grand nombre d’effets secondaires attribués à la vaccination.

      Après, tout vacciné étant un non vacciné qui s’ignore, ce que je constate c’est que certaines personnes ayant eu des problèmes grave (style Guillain-Barré ou myocardites) suite à leur deuxième ou troisième dose vont être obligés de se faire picouser tous les 3 mois pour conserver leur passe sanitaire et qu’il n’existe aucune exception dans la loi…enfin si…mais les professionnels habilités à faire des dérogations (pour les personnes qui comme moi qui ont fait par le passé un choc anaphylactique ayant mené à un arrêt cardiaque) ont plus d’un an et demi d’attente…

      • Quatre milliards de vaccinés et qqs cas de Guillain Barré…Une protéine messager ça n’a jamais changé un génome..ARN et ADN faut relire un peu d’immunologie..c’est pas compliqué…Et l’expérimental…et bin non ZICA..ARNm…par exemple..ouvrez vous à la science ..la vraie…

        -1
        • « Quelques cas de Guillain-Barré »…j’en connais désormais 3 dans mon entourage (distance = 1 poignée de main max)…ces statistiques vous remercient.

          Concernant les pilotes, je me permet d’apporter un correctif. Après avoir recherché la source initiale de l’information, certains médias nord-américains semblent s’être emballés sur les chiffres publiés par l’association professionnelle des pilotes de ligne américains (l’ALPA). Les chiffres communiqués par cette association indiquent 1 décès en 2019, 6 en 2020 et 111 en 2021. Dans l’absolu le pourcentage d’augmentation est juste, mais la cause des décès n’est pas précisée (au vu de la conjoncture économique dans le secteur de l’aviation, je pense qu’il s’agit d’une augmentation des suicides, mais la cause n’est pas précisée, il s’agit de supputations de ma part sur le sujet).

          Concernant le problème de production de protéine spike incontrôlée, certaines études semblent montrer que ce qui pose problème est que certains anticorps mimiquent (en positif ou en négatif) la protéine spike à leur surface. Pour la science, sur le sujet, je vous renvoie à:
          – Antibodies mimicking the virus may explain long haul COVID-19, rare vaccine side effects: https://health.ucdavis.edu/newsroom/news/headlines/antibodies-mimicking-the-virus-may-explain-long-haul-covid-19-rare-vaccine-side-effects/2021/11
          – A Possible Role for Anti-idiotype Antibodies in SARS-CoV-2 Infection and Vaccination: https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMcibr2113694 &
          – Niels K. Jerne – The Generative Grammar of the Immune System: https://www.nobelprize.org/prizes/medicine/1984/jerne/lecture/
          – César Milstein – From the Structure of Antibodies to the Diversification of the Immune Response: https://www.nobelprize.org/prizes/medicine/1984/milstein/lecture/

          En ce qui concerne qui est de l’intégration de matériel génétique tiers, je ne serais pas aussi catégorique que vous car à ce jour les mécanismes d’intégration de matériel génétique tiers ne sont pas bien connus, que l’on parle de microchimérisme foetal ou d’autres formes d’intégrations.

          Enfin, pour le côté expérimental des substances actuellement inoculées en masse, relisez les documents que la FDA a publié début septembre 2021 sur le sujet. Aucun candidat vaccin (qu’ils soient à ARNm ou pas) ne peut être totalement approuvé avant fin 2027 pour ceux qui ont été les plus rapides à sortir quelque chose (BioNTech / Pfizer), raison pour laquelle on vous demande de signer des papiers de décharge dans de nombreux pays.

        • Avant la chute du mur, j’écoutais Radio Moscou International : tout y étais scientifique. Les titres des locuteurs étaient écrasants de notoriété, et les fausses nouvelles victoires économiques du régime étaient cautionnées par les plus grands spécialistes de la science, la vraie.

  • Triste fin d’année !
    Question aux sachants:
    On bat des records de contaminations, 180,000.mais il n’est pas dit si il s’agit de vaccinés ou non.. Je pencherais pour les vaccinés… Les autres paient. Et puis une loi inique va être votée par nos godillots, faut les motiver, est-ce que tout cela est réel ?

    • D’après les statistiques des autres pays (anglaises et américaines en particulier), le variant omicron touche effectivement plus les vaccinés que les non vaccinés, sans que l’on sache trop pourquoi. Ensuite, toutes les données indiquent que ce variant bien que plus contagieux que ses prédécesseurs est bien moins grave. Si l’on essaie d’appliquer une politique 0 SRAS-CoV-II, nous ne sommes pas sortis de l’auberge, car jusqu’à preuve du contraire, l’un des coronavirus humain les plus répandus – responsable en son temps (circa 1889-1890) de plusieurs millions de morts – circule toujours, bien qu’il ne provoque plus que des rhumes pour le commun des mortels (entre 15 et 25% des rhumes selon les années).

      • Il me semble qu’on sait très bien pourquoi, au contraire : il y a bien plus de vaccinés que de non-vaccinés.

        • Affirmation partiellement vraie. Le soucis c’est que les médias indiquent que ce sont les non-vaccinés qui sont majoritairement touchés, ce qui n’est pas le cas. Il serait bien que les autorités communiquent des chiffres plus précis, en prenant en compte la date de la dernière dose, les vaccins utilisés, l’age des personnes, les facteurs de comorbidité, etc. Cela permettrait par exemple d’avoir une idée plus précise de l’efficacité de tel ou tel vaccin, entre autres choses.

  • Oui, mais on doit rappeler que avec la sécurité sociale est posé le principe que la santé n’est pas un marché et que le jugement subjectif sur ses besoins de santé est remplacé par l’avis d’une « autorité »… conjointe scientifique et politique..

    On DOIT rappeler que la médecine basée sur la preuve rencontre le collectivisme quand la pertinence d’un traitement pour un individu est jugée acceptable quand elle l’a été pour une population… c’est malheureux, mais c’est efficace si on regarde la santé globale d’unepopulation : « ça marche »..

    ce système dérive nécessairement vers le « ferme ta gueule ton opinion n’est pas pertinent. ». tu donnes ton pognon et tu te soignes comme on te le dit..

    ce système penche naturellement vers l’autoristarisme et le collectivisme…

    un autre(?) problèmes est la situation bancale des soignants .. avec un système ou le patient ne paie pas directement voire une système où existe l’illusion del a gratuité, un soignant n’est jamais en état de refuser un patient qui ne peut pas payer.. il a un statut de « gentil ».. le méchant est la « bureaucratie »..
    le soignant peut se plaindre de la bureaucratie, mais le soignant se débarrasse des contingences matérielles sur cette bureaucratie… la bureaucratie prospère donc… c’est les cheminots qui se plaignent de la sncf..

    Et tous les médecins qui veulent la liberté de prescrire ET la sécu…donc de faire payer les autres…NON… dans vos rêves..le beurre et l’argent du beurre..
    A la rigueur ces médecins ne peuvent que promouvoir une médecine hors cadre..payée par le patient ou des assurances privés supplémentaires..

    Maintenant..on ne peut pas intégrer un crise de nature aléatoire dans un système « planifié rigide »…
    ou on ne peut pas assurer un truc donc on ne connait pas la probabilité… la belle affaire que de savoir que c’est « possible » .. c’ets aussi idiot que le principe de précaution on ne peut pas prendre des mesures pour prévenir un risque inconnu sans arbitraire..
    le système collectiviste aspire à la rationalisation et l’economie à l’extreme TOUJOURS au détriment des libertés individuelles..
    ce qui fait sourire est que le système deviennent « fou » pour une épidémie somme toute modeste. au regard de l’histoire des épidémies.
    le système après la crise sera donc « réformé » , durant un temps, il consacrera des ressources à avoir une reserve stratégique..de ce qui a manqué durant cette crise..on sera prêts..à affronter un nouveau covid..

    quelques riches eux se paieront une salle de réa privée avec un infirmière..

    discuter de la sécu en finir avec la « médecine gratuite »..

  • Tout à fait d’accord avec l’auteur, mais je n’en dirai pas plus, vu que deux de mes commentaires ont « disparu » après avoir pourtant été normalement publiés. Dans un monde vraiment libéral, on ne censure pas les avis avec lesquels on n’est éventuellement pas d’accord : on les conteste avec des arguments.

  • Démonstration logique et imparable, bravo… mais qui est prêt à l’entendre, à réaliser sa justesse, et même à lutter contre la marée de l’ignorance assumée ? Comment résister à cette alternative : vaccinez vous sinon votre vie sera rendue infernale par la LOI et par vos proches (et surtout non-proches, d’ailleurs). Dramatique, et, comme dit un chroniqueur connu, CPEF !

  • Jean-François recevez de ma part le soutient pour recevoir la médaille de l’Ordre Vaccinal. Pourtant, en vous lisant bien, « les moulins à vent » semblent bien attribués à la politique vaccinale en cours et je crains que cette phrase à double sens ne vous place sur une liste rouge.

  • ATI
    Le Covid et la crise sanitaire ont été mis en place pour réduire nos libertés et préparer le gouvernement-institution a ceux qui va suivre, une faillite généralisée des banques européennes.
    C’est cadeau, je suis de bonne humeur ce soir.

    Bien à vous.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

L'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a annoncé la semaine dernière que les enfants de moins de 12 ans ne se verront plus proposer les vaccins Covid-19, à moins d'être estimés à haut risque.

La décision semble avoir irrité The Guardian, qui a cité plusieurs médecins l'ayant critiqué.

Tout en soulignant que les décès dus aux injections de vaccin covid sont rares, le professeur Christina Pagel, de l'University College London a déclaré au journal :

"Quand on sait qu'il existe un... Poursuivre la lecture

soupçon
2
Sauvegarder cet article

La politique du soupçon

Le gouvernant a toujours été présomptueux, par nécessité. Il faut toujours présumer de ses forces si l’on a pour ambition de réaliser l’impossible : le bien vivre ensemble. Présomptueux, mais pas impétueux, le gouvernant n’avancera que s’il est fourbi de certitudes. Son allant sera donc conditionné à la conviction qu’il administre la bonne politique, ce que l’on peut aussi appeler la tentation du bien.

 

Le fantasme du risque maitrisable

Mais le gouvernant n’est pas complètement débile non plus.

Il suffit de quelques... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles