LR : ce que le départ de Renaud Muselier dit de la droite

Comme le montre le départ de Muselier, si la droite ne se remet pas en cause, elle sera vouée à devenir une force d’appoint nationale pour encore plusieurs décennies malgré ses victoires locales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Renaud Muselier by UMP photos(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

LR : ce que le départ de Renaud Muselier dit de la droite

Publié le 26 novembre 2021
- A +

Par Jonathan Frickert.

Le président LR de la région PACA Renaud Muselier a apporté ce mardi son soutien à Xavier Bertrand dans la course à la candidature de son parti pour la présidentielle de 2022.

Un soutien qui fut toutefois loin d’être du goût de l’intéressé. Déjà accusé par Éric Zemmour d’être candidat à Matignon en cas de réélection d’Emmanuel Macron, le président des Hauts-de-France a sèchement refusé ce soutien, arguant d’une démarche de rassemblement et des prises de position du président de la deuxième région de France contre David Lisnard et Éric Ciotti.

Pour rappel, lors de l’élection à la présidence de l’AMF le 17 novembre dernier, Renaud Muselier avait en effet soutenu l’UDI Philippe Laurent et candidat de la macronie face au maire de Cannes et candidat officiel de LR, finalement élu à la succession de François Baroin.

Renaud Muselier n’avait pas hésité à qualifier le député des Alpes-Maritimes et candidat à l’investiture de son parti pour la présidentielle de « faux-nez » de l’extrême droite. Ambiance…

Humilié par le refus de soutien de Xavier Bertrand, le président de la région PACA a décidé le lendemain de quitter une famille politique dont il était à la marge depuis déjà plusieurs années.

Muselier : un habitué de ce genre de coup

Dauphin d’un Christian Estrosi déjà au fait de la main tendue vers une macronie dont les embryons lui ont permis de l’emporter de justesse en 2015 face à Marion Maréchal Le Pen, Renaud Muselier est fait du même bois.

Élu en 2017 à la tête de la région après la démission du maire de Nice, il n’a pas fallu un an pour que l’ancien secrétaire d’État de Jean-Pierre Raffarin ne sorte les couteaux, estimant par exemple que le maire LR de Marseille Jean-Claude Gaudin, dont il fut premier adjoint durant deux mandats consécutifs, avait fait « deux mandats de trop ».

Deux ans plus tard, il approuve l’appel de Christian Estrosi à un soutien des Républicains à la réélection d’Emmanuel Macron.

En 2021, deux mois avant l’élection régionale et alors que les listes n’avaient pas encore été déposées, Renaud Muselier tend la main à la liste du parti présidentiel, arguant de la menace de la liste RN menée par Thierry Mariani, dont Renaud Muselier fut pourtant tête de liste départementale 11 ans plus tôt lors des élections régionales de 2010.

Comme partout dans l’Hexagone, cette menace sera largement tempérée par le flop des listes RN et en particulier dans le Sud Est, région jugée quasi imperdable pour le parti mariniste.

À la suite d’un psychodrame impliquant la commission d’investiture du principal parti de droite et Matignon, Renaud Muselier perd puis récupère son investiture en moins de 24 heures, alors que le parti présidentiel renonce à présenter une liste.

À la suite de la réélection du président de région, Renaud Muselier nomme plusieurs proches du président de la République à des postes-clefs de l’exécutif régional. Les compétences des transports et des lycées, compétences fondamentales de la région, sont ainsi gérées par deux vice-présidents respectivement LREM et Modem.

La droite en proie à la lutte des classes

Le cas Muselier en dit beaucoup sur l’état de la droite depuis plusieurs années.

Depuis 2017, la droite est tiraillée entre un soutien des ex-UDF à la présidence d’Emmanuel Macron, un appel du pied de son électorat au Rassemblement national et un Éric Zemmour qui a décomplexé le tabou de l’union des droites auprès de figures nationales telles qu’Éric Ciotti, 8 ans après que François Fillon ait estimé qu’un candidat FN pouvait être moins sectaire qu’un candidat socialiste.

En vérité, le principal problème de la droite française est la lutte des classes qui se joue à l’intérieur de son électorat. D’un côté, l’électorat de droite classique, représenté par LR, composé essentiellement de retraités et de CSP+ de province, et d’un autre côté l’électorat ouvrier et agraire incarné par le RN.

Avec le basculement du parti populiste d’une ligne poujadiste et atlantiste incarnée par Jean-Marie Le Pen dans les années 1980 à une ligne anticapitaliste portée par sa benjamine à compter des années 2010, cette lutte de classe s’est largement crispée autour de la question de l’épargne.

La structure sociologique de l’électorat de droite classique la rend particulièrement sensible à la question que l’obsession anti-euro du RN, en particulier lorsqu’on entend le duo mortel que les partisans de la liberté connaissent bien : dévaluation-inflation.

Il n’est donc guère étonnant qu’un Éric Zemmour évoque la question identitaire, considérant qu’elle permettrait de transcender ce problème économique.

Se faisant, le RN bloque depuis bientôt 15 ans près d’un tiers de l’électorat dans une impasse politique.

La seule option pour la droite française de s’en sortir est donc de se focaliser sur l’implosion du bloc mariniste en 2022 afin de reconstruire cet espace. Pour cela, la droite – au sens large, hors parti – doit accepter la réélection d’Emmanuel Macron. La chose est admise à demi-mot par beaucoup au sein même des LR. Elle doit toutefois être acceptée, non comme option souhaitable, mais comme fait rendu acquis par l’absence de véritable travail de stratégie électorale sortant du cadre des partis actuels.

Cela exigerait toutefois que les cadres de la droite française, essentiellement LR, songent au combat culturel avant le combat électoraliste, à la prochaine génération plutôt que de garder le nez dans le guidon de la prochaine élection.

Un problème structurel

Le drame de l’élection présidentielle tient dans le fait que la présidence de la République est une fonction d’incarnation. Or, 99 % des candidats à ce poste sont dans un ethos primoministériel, évoquant des questions dignes d’un chef de gouvernement et non d’un président de la République.

Ils s’écharpent sur des questions techniques sur la hausse de tel ou tel minima social, la baisse de telle ou telle cotisation ou encore sur le quotient familial. Ils confondent l’Élysée et Matignon, l’incarnation et la gouvernance du pays. En cause : l’hyperprésidentialisation mais également un État vu comme une assistante sociale pour une bonne part de l’électorat.

Ce problème structurel de la présidence de la République française rend sans fin l’accroissement des prérogatives étatiques à mesure que les promesses faites à tel ou tel segment de l’électorat renforcent un peu plus l’instabilité des lois, restreignant de facto les libertés individuelles comme l’avait analysé Friedrich Hayek en son temps.

De par le foisonnement intellectuel dont elle fait l’objet, la droite française est aujourd’hui largement en capacité de se défaire de ce fléau et de préparer le coup d’après en incarnant une authentique rupture institutionnelle fondée sur la décentralisation des pouvoirs au profit des individus et des territoires, à la manière de son homologue d’outre-Manche, où le parti conservateur s’est constitué au XIXe siècle à partir de l’union d’élus et d’associations locales.

Reste à savoir s’il existe, encore aujourd’hui, des hommes et des femmes politiques capables de prendre la mesure de l’enjeu. Dans le cas contraire, la droite française aura beau se targuer de ses victoires locales, elle sera vouée à devenir une force d’appoint nationale pour encore plusieurs décennies. Une situation d’autant plus problématique dans un pays aussi centralisé que la France.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • La droite est déjà une force d’appoint. Il me semble que les girouettes qui en sont membres sont leur propre bourreau.

    Tant que les batailles d’égo régneront, rien ne changera. M. Muselier est une coquille aussi vide que ses rivaux.

  • En quoi les « pensées profondes » de muselier grand serviteur de macron ont un lien avec le libéralisme ?

    Ce personnage est l’archétype même de l’étatiste près à tout pour rester en place .

    • En France, ils sont tous atteints par la même pathologie: « Lanapoléonite ».
      Les dernières études scientifiques tendraient à prouver qu’il s’agit, ni plus ni moins, d’un variant de « laconnerie »….

    • Désolé
      Merci de lire: « l’étatiste prêt à tout ».

  • « Un politicien pense à la prochaine élection. L’homme d’Etat, à la prochaine génération. »
    James Freeman Clarke
    (Abraham Lincoln a dit également qqchose de très proche)

  • Incarnation parfaite de cette classe déconsidérée de politiciens arrivistes, qui a mené le pays dans le mur sur le plan économique, qui a consenti à son asservissement dans la tyrannie sanitaire et qui n’a plus rien à proposer que clientélisme et démagogie. Estrosi, Muselier, Bertrand, Pécresse et consorts, ce n’est pas seulement la droite la plus bête du monde: c’est le pétainisme à la sauce papy-boomers, raclé au plus profond de la poubelle politicarde.

  • Très bon article qui dit l’essentiel, Macron 1er ayant absorbé les deux flancs droite/gauche modérés ne laissant que des miettes entre les deux extrêmes.

  • LR n’a rien pour se démarquer des autres partis.
    -Je suis contre l’immigration -> Je vote RN/Zemmour
    -Je suis pour l’Europe et anti extrêmes -> Je vote Macron
    -Je suis pour les aides sociales -> Je vote FI
    Si je suis contre l’immigration mais pas trop, et pour l’UE mais pas trop non plus, alors ce sera LR. Mais comme ils n’ont aucune chance « tout le monde le sait », alors je dois faire un choix raisonnable. Avant LR et PS justifiaient leur existence par la lutte contre l’autre camp. Maintenant qu’ils ont quasi disparu, cela devient difficile…

  • Pratiquement 40 ans au pouvoir à pantoufler et à ne rien faire pour le pays. Ça finit par se voir. Alors, qui va voter pour les rois fainéants ?
    Il leur reste un petit espoir : que les autres soient pires. Alors, comme depuis 40 ans, personne ne votera pour les LR mais tout le monde votera contre les autres….

  • La droite LR a les mêmes problèmes que la gauche PS :
    – que des seconds couteaux (des lilliputiens ?)
    – des recettes politiques vieilles de 30 ans »
    – pour l’électeur, un air de « on a déjà donné ».
    De fait, Macron, Le Pen et Zemmour marchent en tête car leur offre est novatrice. Ils donnent l’impression d’avoir encore la gnak, les autres d’être usés.
    Macron a cassé la fracture (sic) gauche/droite, Le Pen fait de l’extrême-droite sociale, Zemmour du souverainisme libéral. Chacun à sa manière a fait bouger les lignes. Si l’un deux gagne, et c’est probable, cela signifie qu’ils ont pris la bonne température du pays. On ne saurait en dire autant de LR, du PS ou de LFI.

  • LR c’est EM. Et pour Muselier, l’adage « Le père construit, le fils consolide, le petit-fils dilapide » s’applique entièrement. Son grand-père et son père doivent se retourner dans leurs tombes.

  • Vouloir établir un bilan voire un critique de LR via une personnalité aussi politiquement ambigue et volatile que Renaud Musselier est un énorme biais d’analyse. Pourquoi pas aussi récolter l’avis des autres de la bande : Estrosi, Coppé, Sarkozy ? Toute cette bande fait tout pour empêcher l’émergence de nouveaux leaders à LR ! Quand on voit que Muselier est contre le libéral réformateur dynamique LIsnard, on a confirmation qu’il y a autre chose de bien plus prosaïque qui motive cette bande !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est à croire que l’histoire est sinon cyclique, du moins ironique. Autant de dynamiques socio-économiques persistantes qui constituent des clés de lecture essentielles pour analyser le présent. Le retour du tragique, cher à Raymond Aron, avec la guerre en Ukraine, une colère sourde contre les élites et les technocrates, une archipellisation croissante de notre communauté nationale qui n’a plus de société que le nom.

L’élection présidentielle de 2022 faisait figure d'îlot de continuité, croyait-on, avec la réélection du président sort... Poursuivre la lecture

« Dans les gares et dans les trains, merci de porter un masque. »

Cette phrase, les Français l'ont entendue pendant deux ans, à chaque fois qu'ils empruntaient les transports en commun. Mais depuis le 16 mai dernier, à la faveur de conditions sanitaires favorables, le précédent gouvernement avait décidé de lever cette obligation, recommandant simplement de se protéger le nez et la bouche dans les transports bondés.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a annoncé ce mercredi matin le retour de l'obligation du port du masque dans l... Poursuivre la lecture

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transpor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles