La lutte des classes, une idée à l’origine libérale (vidéo)

Le philosophe Damien Theillier dans sa nouvelle séquence pour l’École de la liberté nous rappelle que la lutte des classes est une invention de libéraux français, avant d’être repris par Marx et ses disciples.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
karl marx credits Eisbaarchen (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La lutte des classes, une idée à l’origine libérale (vidéo)

Publié le 4 novembre 2016
- A +

Par Ferghane Azihari.
Un cours de l’école de la Liberté

La lutte des classes est une théorie libérale avant d’être marxiste. C’est ce que nous rappelle Damien Theillier dans sa nouvelle séquence pour l’École de la liberté. Point de controverse jusque là puisque Marx lui-même admet s’être inspiré de ces deux penseurs libéraux que sont Charles Comte et Charles Dunoyer dans ses réflexions sur les rapports d’exploitation qui structurent la société. Cette théorie de la lutte des classes va également marquer Frédéric Bastiat en alimentant sa pensée politique.

Charles Comte et Charles Dunoyer sont deux intellectuels libéraux du XIXème siècle. Ils fondent en 1814 le magazine Le Censeur sous la Restauration afin de protester contre celle-ci tout en véhiculant les idées libérales.

Comte et Dunoyer analysent les rapports sociaux comme le résultat d’une lutte entre la classe productive qui compose la sphère marchande et la classe prédatrice qui compose la sphère gouvernementale.

La classe productive vit des richesses qu’elle produit tandis que l’État et ses agents vivent au contraire de la spoliation exercée via divers mécanismes comme l’impôt, les réglementations ainsi que les privilèges de monopole. En finir avec cette lutte des classes suppose donc de réduire les pouvoirs de la classe prédatrice.

La lutte des classes et Bastiat

Cette conception des rapports sociaux va durablement marquer Frédéric Bastiat en nourrissant ses réflexions sur le rôle du gouvernement dans la société. Cette influence apparaît très clairement dans son pamphlet le plus connu, la Loi.

Bastiat développe ainsi l’idée que la lutte des classes nait lorsque la loi sort de son juste rôle. Dans les cas où elle se contente de faire respecter les droits de chacun et de garantir « l’organisation collective du droit individuel de légitime défense », personne n’est dans la possibilité de l’instrumentaliser à son profit au détriment de tous, à tel point que la forme même du gouvernement devient une question secondaire.

Ce n’est que lorsque la loi sort de ses justes bornes que le législateur devient corruptible. Il s’ensuit alors une lutte acharnée entre divers intérêts catégoriels, tous soucieux de capturer l’appareil législatif en vue d’obtenir des privilèges par définition spoliateurs.

La lutte des classes est donc le résultat d’une crise institutionnelle qui survient lorsque le pouvoir politique échoue à sa mission de garantir les libertés individuelles en participant lui-même à l’exploitation des uns par les autres.

L’État devient alors selon les propos de Bastiat « la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde ».

 

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Et maintenant tous le monde connait Marx mais plus personne ne connait Bastiat.

  • Il existe plusieurs différences essentielles entre Bastiat et Marx au sujet de la lutte des classes.

    Bastiat dénonce la lutte des classes comme étant la conséquence malheureuse des lois injustes. Marx au contraire désire ardemment la lutte des classes. Dans son délire envieux et haineux, la lutte des classes est une finalité.

    Bastiat dénonce la prédation de l’Etat contre la population. Marx au contraire favorise la spoliation gouvernementale en divisant la population, dans un affrontement artificiel au prétexte d’intérêts opposés imaginaires.

    Bastiat annonce les harmonies. Marx prépare le chaos permanent pour mieux imposer le règne implacable et meurtrier de ses idées farfelues.

    L’un est un génie du bien, l’autre un génie du mal.

    • Le débat entre classe productive et improductive et bien antérieur à Bastiat: Quesnay, Turgot, St Simon traiter déjà cette aspect de long en large. Quand aux perceptions respectives de la lutte des classes de Marx et de Bastiat leur comparaison est sans intérêt sinon dans une visée moralisante entre « le bien » et « le mal ». Pour Bastiat la bureaucratie est l’appareil étatique est un ennemi de la société civil et de son épanouissement pour Marx la bureaucratie et l’appareil d’Etat est un allié du « patronat », donc à la limite les deux sont dans la critique de l’Etat mais pour des raisons totalement différentes. Bref la lutte des classe de Bastiat n’a absolument rien à avoir avec celle de Marx.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.  

Troisième partie de cette série ici.

Quatrième partie de cette série ici.

 

Un grand penseur et un grand passeur

Au total, les options politiques et les valeurs qu’il défend font de lui un libéral, mais un libéral d’une espèce un peu curieuse puisqu’on a pu dire de lui qu’il a passé sa vie à aller à gauche en tena... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

L'une des choses remarquables du Manifeste communiste est son honnêteté.

Karl Marx n'était peut-être pas un type très bien, mais il était d'une franchise rafraîchissante sur les objectifs du communisme. Cette franchise, pourrait-on dire, fait partie intégrante de la psyché communiste.

Il déclare dans son célèbre manifeste :

"Les communistes dédaignent de dissimuler leurs vues et leurs objectifs. Ils déclarent ouvertement que leurs fins ne peuvent être atteintes que par le renverseme... Poursuivre la lecture

Par Pierre Schweitzer.

Le deux poids deux mesures a encore de beaux jours devant lui en matière d'extrémisme politique, et malgré une barque plus que chargée Karl Marx bénéficie toujours d'une fascination de la part d'une partie de nos élites intellectuelles et politiques. À une époque où l'Union Européenne juge bon de "fêter" les 200 ans de Marx, il est toujours bon de relire Marx dans le texte. Les appels à l'élimination physique de ses cibles politiques ne sont même pas déguisés, et le Marx adepte de la dictature politique ne semble... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles