Être végétarien : mauvais pour la santé ?

Une étude scientifique montre qu’être végétarien rend plus souvent malade. À l’inverse les gros mangeurs de viande ont une vie plus saine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Être végétarien : mauvais pour la santé ?

Publié le 20 novembre 2021
- A +

Par Pierre Gosselin.

Ce n’est un secret pour personne : la plupart des végétariens sont souvent des écologistes radicaux et des alarmistes du climat particulièrement hystériques. Il est possible que l’université de Graz en Autriche ait découvert une raison à cela : leur régime alimentaire malsain.

Une nouvelle étude de l’université de Graz conclut que les végétariens sont plus souvent malades et ont une qualité de vie moindre que celle des personnes mangeant de la viande. Selon le communiqué de la presse allemande, les végétariens sont « plus souvent sujets aux cancers et aux problèmes cardiaques ». L’article déclare également qu’ils sont plus souvent atteints de troubles d’ordre psychologique. En conséquence, écrit le rapport, ils représentent une plus grande charge dans le système de sécurité sociale.

Selon le communiqué de presse, les scientifiques ont étudié des données de l’Austrian Health Interview Survey (AT-HIS), qui fait également partie d’une des enquêtes les plus importantes et reconnues de l’UE (European Health Interview Survey).

Les scientifiques ont utilisé un panel d’un total de 1320 personnes divisées en 4 groupes de 330 personnes chacun. Tous les groupes étaient comparables en termes de sexe, d’âge et de statut socio-économique. Cette étude prenait également en compte le tabagisme ainsi que l’activité physique. L’IMC (Indice de Masse Corporelle) se trouvait également dans la moyenne (22,9 – 24,9) pour les quatre groupes. La seule chose vraiment différente parmi ceux-ci était le régime alimentaire.

Les quatre groupes étaient :

  • végétariens
  • mangeurs de viande avec beaucoup de fruits et de légumes
  • mangeant très peu de viande
  • mangeant beaucoup de viande
  • plus de trois quarts des participants étaient des femmes (76,4 %)

Les végétariens davantage victimes de maladies chroniques

Le communiqué de presse indique que les résultats contredisent les clichés communs sur le fait que les régimes sans viande sont plus sains. Les végétariens ont deux fois plus d’allergies que le groupe mangeant beaucoup de viande (30,6 % contre 16,7 %) et ils sont soumis à un taux supérieur de 166 % de risque de cancer (4,8 % contre 1,8 %). De plus, les scientifiques ont découvert que les végétaliens avaient un taux de risque de cardiopathie supérieur de 150 % (1,5 % contre 0,6 %). Au total, ils ont étudié près de 18 maladies chroniques différentes. Comparés aux mangeurs de viande, les végétariens étaient davantage touchés pour 14 d’entre elles (78 %) y compris l’asthme, le diabète, les migraines et l’ostéoporose.

L’université de médecine de Graz confirme les découvertes faites par l’université d’Hildesheim : les troubles psychologiques sont plus fréquents chez les végétariens, déclare le communiqué de presse.

Aux racines de l’anxiété et de la dépression ?

Dans cette analyse, l’université de Graz remarque que les végétariens étaient deux fois plus sujets à l’anxiété et à la dépression que les gros mangeurs de viande (9,4 % contre 4,5 %). Ce résultat a été confirmé par l’université d’Hildesheim qui avait noté que les végétariens souffraient de façon plus significative de dépression, d’anxiété, de maux psychosomatiques et de troubles alimentaires. Les scientifiques de Graz révèlent également que les végétariens tombent plus souvent malades et se rendent plus souvent chez le médecin.

Les mangeurs de viande apparaissent également comme ayant une « qualité de vie bien meilleure toutes catégories confondues » comme le démontre l’étude. Les quatre catégories étudiées étaient : santé physique et psychologique, relations sociales et qualité de vie liée à l’environnement.

Une science qui doute

Une fois de plus, il ne s’agit pas de la première étude qui a récemment contredit l’idée que les végétariens vivaient plus sainement. L’étude la plus importante au monde concernant la nutrition (EPIC) indique qu’ils ont, au contraire, tendance à mourir plus jeunes.

Récemment, des experts ont démontré que les bénéfices sanitaires présumés liés à un régime végétarien tiennent plus du mythe et des légendes. Par exemple, selon le Professeur Ulrich Voderholzer, Directeur et Chef Médecin de la Schön Klinik Roseneck et expert en troubles alimentaires, les promesses faites par les associations végétariennes « ne sont pas scientifiquement prouvées. »

Le communiqué de presse de l’université de Graz déclare : « Il s’agit plus d’un message idéologique qui suggère de fausses promesses. » Avant d’ajouter : « Concernant la prévention des cancers grâce aux fruits et légumes, le Prof. Rudolf Kaaks du Centre de Recherche Allemand sur le Cancer DKFZ indiquait : « Il n’y a pas de relation ; 0,0 % ». »

Les écolos ne sont pas seulement crédules en matière de science climatique, mais nombreux sont ceux qui le sont aussi à propos des sciences nutritionnelles. Les mangeurs de barres de céréales et calineurs d’arbres bisounours semblent donc être les plus mal informés de la planète.

À lire aussi :


Sur le web. Traduction : Virginie Ngô.

Un article publié initialement le 4 avril 2014.

Voir les commentaires (568)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (568)
  • Les vegans que je connais sont surtout branchés « Je ne mange pas les bêbêtes qui souffrent sous le joug du méchant sapiens ». L’argument « santé » ne vient qu’en deuxième position. J’imagine que certains sont tout à fait prêts à choper des maladies, pourvu que Clara la vache et Joe le cochon mènent une vie paisible dans les prés.

    • Hello,

      je te conseille le livre « Faut-il manger les animaux ? » de Jonathan Safran Foer. C’est édifiant et loin des clichés basiques que tu cites.
      On peut penser qu’en France on traite peut etre mieux les bêtes qu’ailleurs néanmoins quand il décrit l’élévelage industriel pour un steak ca te donne guère envie d’en manger…

      • « On peut penser qu’en France on traite peut etre mieux les bêtes qu’ailleurs néanmoins quand il décrit l’élévelage industriel pour un steak ca te donne guère envie d’en manger… »

        Parce que la description de la préparation d’une bête pour la transformer en carcasse exploitable en boucherie passe mieux si la bête a été élevé de manière plus artisanale ?

        • le livre en parle bien mieux mais en substance il se penche sur la façon d’élever l’animal, la relation avec l’éleveur, au final il y a quand même beaucoup d’acte de cruauté en elevage industriel et dans l’abattoir du fait de cadence et rentabilité demandée.
          le coté artisanal rend l’acte moins « barbare », c’est de toute manière l’objectif de finir en boucherie après chacun voit ce qu’il veut dans un steak…

      • j’ai été élevé à la compagne..une des premieres étapes du passage à l’ége adulte et responsable fut de comprendre que vivre pouvait demander de tuer le petit lapin. pour le manger..

        je suis aussi un animal social et culturel, mes parents modestes, mangeant de la viande, n’etaient pas des monstres , la norme était de manger de la viande…autrement dit…

        manger de la viande, ça marche… pour une société.. qui n’a le ventre plein que récemment..

        proposer de faire « mieux » pourquoi pas…mais humblement modestement… en comprenant en outre que le ventre assuré plein, et peut être une exception historique..

        et il ya un problème avec la sentimentalité supérieure du végétarien du de végan..

        je connais des végétariens, ils ne sont pas plus empathiques que moi dès qu’il s’agit de l’humain…

        il y en a de très respectables et il y en a d’autres qui applaudissent à la mort d’autres êtres humains innocents selon ma métrique du crime..

        en somme soit végétarien… mais ne m’agresse pas pour que je le devienne.

    • Je pourrai vous renvoyer votre branchitude Humaniste.

      Vous avez déjà entendu parler de l’axiome de non agression ?

      Je suppose que vous considérez qu »il s’applique qu’a votre espèce, c’est tellement plus simple pour simplifier votre raisonnement éthique.

      Votre éthique libérale s’arrête à votre assiette !

      Si vous ne connaissez que des vegan branchés c’est probablement que vous ne fréquentez que des personnes branchées car il y a en dans toutes les catégorie de la population.

      • Prendre le droit comme une question de principes, c’est de toute façon faire une erreur fondamentale.

        Le droit vise la stabilité sociale, à permettre la cohabitation entre humains, compte tenu du fait que les humains sont mieux capables que n’importe quel autre organisme de se défendre lorsqu’ils se sentent agressés.

        Le jour où les cochons seront capables de se lever en masse pour se défendre contre nos agressions, on pourra envisager de changer notre comportement et de leur donner des « droits ». D’ici là, ça reste un cheptel qu’on peut gérer en fonction de notre seul et unique intérêt.

        Et si vous culpabilisez, c’est votre problème, à vous seule. Le reste du monde continuera à dormir paisiblement.

        • Je ne culpabilise en rien ! J’ai une éthique MOI et je m’y conforme. Je m’oppose pas à ce que d’autres mange de la viande. Je les y encourage pas c’est tout par contre je ne supporte pas qu’on critique les végétariens et véganistes en les faisant passer pour je ne sais quoi.

          Quelle étroitesse d’esprit et manque de pensée libérale. On a le droit de faire ce qu’on veut, y compris de manger déséquilibré (si c’est ce que vous pensez). On fait de mal à personne que je sache ! Mais de grace pas de leçon d’éthique par les fanboy de boucheries et d’abattoir !

          Et quand il y aura 10 milliard d’être humains on verra si le monde continuera à manger paisiblement car il en faut de l’eau, de l’énergie et des végétaux pour faire une protéine animale !

          • Les panthéistes ( les gaulois , les natives des actuels USA ) pensaient que les plantes , les sources , les montagnes … vivaient et les déifiaient !!! j’espère qu’Adéle n’est pas panthéiste !!!

          • « Quelle étroitesse d’esprit »

            Venant d’une prédicatrice à plein temps qui s’arroge le monopole de la morale, elle est bien bonne.

          • Adèle: « J’ai une éthique MOI »

            Précision donc, ton « éthique » s’appelle « moi ».
            Tu ne vois strictement rien à redire par exemple au déni des droits du groupe mâle de la population. En gros pour toi est « éthique » tout ce qui t’arranges.

            Tu es mignonne mais quand même un peu frappadingue, vu la violence anti-mâle de tes écrits en dichotomie totale avec ta pseudo-pensée libérale, voilà qui est bien de nature à conforter l’étude. :mrgreen:

            Adèle: « Et quand il y aura 10 milliard d’être humains on verra si le monde continuera à manger paisiblement car il en faut de l’eau, de l’énergie et des végétaux pour faire une protéine animale ! »

            Et l’éco-catastrophisme maintenant :facepalm:

            • @ilmryn

              Précision donc, ton « éthique » s’appelle « moi ».

              Scoop : je suis objectiviste.

              Mon éthique c’est donc mon intérêt propre pensé rationnellement.

              Oui je pense que chaque individu doit avoir SA propre éthique et non une éthique universelle débile.

            • Vous devriez vous réjouir qu’Adèle soit véganiste, imaginez qu’elle soit carnivore… vu son extrêmisme, elle basculerait vite dans le cannibalisme … je vous dis pas les steacks tartares qu’elle ingurgiterait.

            • Adèle: « Mon éthique c’est donc mon intérêt propre pensé rationnellement. »

              Collector ! :mrgreen:

            • « Tu es mignonne »

              Faut des photos. 🙂

            • « Mon éthique c’est donc mon intérêt propre pensé rationnellement. »

              Utiliser les mots de Rand ne vous mènera pas très loin si ne vous les comprenez pas. Jusqu’ici, vous n’avez pas vraiment montré une grande aptitude pour la pensée rationnelle, ni pour la cohérence, d’ailleurs.

          • Non, mais t’es surtout une casse-couilles qui a lu Rand, ce qui te rend deux fois casse-couilles. Ça ne va pas plus loin que ça, en fait. Comme tant et tant de lecteurs de Rand, sa lecture t’a rendue arrogante, aveugle et risible, et tu prends cette visibilité pour une éthique.

          • « Et quand il y aura 10 milliard d’être humains on verra si le monde continuera à manger paisiblement car il en faut de l’eau, de l’énergie et des végétaux pour faire une protéine animale ! »

            Tu prends quoi pour raconter autant de conneries en une seule phrase ?

          • Adèle : « par contre je ne supporte pas qu’on critique les végétariens et véganistes en les faisant passer pour je ne sais quoi. »
            ———-
            Vous êtes tout simplement des criminels pour traiter les végétaux, qui sont des êtres vivants au même titre que vous, comme de vulgaires aliments !
            Quelle cruauté envers la Vie !

          • Adèle, si vous voulez vraiment économiser les végétaux, bouffez du pétrole. Ca ne tue aucun organisme vivant, à la différence des végétariens génocideurs de brocolis. Si des bactéries arrivent à vivre en bouffant des hydrocarbures, vous devriez pouvoir le faire aussi, non ? A moins que l’humain ne soit fait pour manger de la viande (cuite), ce qui contredirait votre jolie théorie fumeuse…

          • Bah oui, une vache, ça boit de l’eau, ça mange des végétaux et on la transporte sur beaucoup de km avant qu’elle n’arrive dans ton assiette. Imagine que chaque personne mange l’équivalent de 15000 animaux par an, ça en fait de l’eau, des végétaux et de l’énergie gâchée.
            Une portion de viande et 10fois plus consommatrice qu’une portion de végétaux, le compte est vite fait. Sachant que beaucoup de gens meurent de faim, et que l’on consomme plus que ce que la Terre ne peut produire, alors ça te concerne aussi.

            Renseigne-toi avant de refuser catégoriquement ce qu’on te dit, sans même chercher à comprendre.

          • @Eléonore

            « Bah oui, une vache, ça boit de l’eau »

            Un arbre aussi, et beaucoup plus qu’une vache.

            « l’on consomme plus que ce que la Terre ne peut produire »

            Le surplus vient de l’espace ?

          • « J’ai une éthique MOI et je m’y conforme »

            Les truands ont aussi une éthique et s’y conforment.

          • @ Eléonore

            Aujourd’hui les gens ne meurent de faim que pour des raisons strictement politiques. Ce n’est donc pas notre consommation qui va y changer quoi que ce soit. Plutôt le fait de promouvoir la liberté… 

          • on s’en branle, quand il y aura 10milliard d’homme sur terre, on mangera autant de viande que maintenant peu ou prou.

            La démographie croissante est surtout du faite de gens qui ne mange pas de viande car en dehors des forteresses de sur-abondance.

            C’est d’ailleurs très rigolo de constater que des écolo-bobo-gauchos défendent le végétarien avec l’argument de ce que coute la viande à fabriquer avant d’arriver dans l’assiette.

            Pourquoi ne faite vous jamais cet exercice pour vos éoliennes, vos baraques en bois, les 12 voitures neuves que vous avez acheté dans votre vie, et vos panneaux solaire ??

            Dans l’attente de votre réponse, je vais me faire un magret au barbecue et le savourer en pensant à la misère intellectuelle de l’écologie ; qui se trouve affublé du complexe végétarien maintenant.

          • merci Adele, on est des déséquilibrés… bientôt on tuera des enfants, on volera les pains des autres… je trouve l’article juste drôle et les commentaires tellement haineux qu’on se demande qui sont les véritables anxieux et déséquilibrés à la science infuse !

        • FabriceM:

          Laisses tomber, ces gens sont des soit disant amoureux de la nature, mais ils n’acceptent même pas la leur. C’est de paire avec le refus de la réalité prégnant parmi la population. L’Homme a été créé ainsi, omnivore, ce qui l’oblige pour vivre décemment à manger des fruit, des légumes et de la viande. C’est ça qui est cruel avec la Nature, c’est qu’elle s’en fout de ce que l’on pense. Personne ne se pose la question « Pourquoi est ce que la femmes sont obligées de dépoter des marmots de 3.5kg au lieu de pondre un simple oeufs comme les piafs? ». Pourtant c’est injuste aussi.

          Mais c’est comme ça. On est comme on est, et c’est pas parce qu’on fera notre mauvaise tête qu’on arrivera a changer des millions d’années d’évolution.

          D’autant qu’au passage, il est prouvé aussi que la consommation de viande cuite fut l’une des causes principales de l’évolution de notre intelligence.
          Mais bon, après tout, s’ils ne supportent pas ce qu’ils sont et qu’ils ont envie de se rendre malade, je m’en fiche pas mal. C’est leur problème.

          • Non, l’Homme n’est pas crée pour manger de la viande.
            Sur quoi tu te bases à part ton conditionnement ?

            Nos ancêtres étaient avant tout des cueilleurs, qui n’ont commencé à manger de la viande que lorsqu’il n’avaient pas le choix.

            • Apparemment, les dents étaient sans caries chez Cro-Magnon et celles-ci sont apparues avec l’agriculture! Donc, nous sommes un animal omnivore avec une portion carnée assez significative.

            • « Sur quoi tu te bases à part ton conditionnement ? »

              La forme de nos dents est spécifiquement évoluée pour déchirer la viande:
              http://www.npr.org/2010/08/02/128849908/food-for-thought-meat-based-diet-made-us-smarter

              Nous avons besoin d’apport en carnitine et carnosine, qui ne se trouvent que dans la viande, pour être en bonne santé.

              Nous absorbons mal la plupart des vitamines lipo-solubles quand elles sont d’origine végétale.

              Les végétaux ne contiennent pas assez d’acides gras saturés et pas non plus suffisamment des acides gras essentiels qui sont nécessaires à notre bonne santé neurale et métabolique.

              Un régime exclusivement végétal est trop peu dense en nutriments pour nous maintenir en bonne santé:
              https://www.youtube.com/watch?v=qOuv4U7u1j0 -> L’expérience d’un régime végétalien cru menée à Cambrige est sans appel. Et sautez à 22 minutes pour constater l’adaptation claire et nette de nos dents à la viande.

              « Nos ancêtres étaient avant tout des cueilleurs, qui n’ont commencé à manger de la viande que lorsqu’il n’avaient pas le choix. »

              Pures foutaises !

              Au grand minimum cela fait 600 000 ans qu’ils chassent (âge de la plus vieille lance retrouvée), et la réalité est probablement beaucoup plus précoce encore (homo erectus était quasi certainement un chasseur, ou bien a minima un consommateur de carcasses même si c’est moins plausible: il y a 2 millions d’années ; et pour certains c’est aussi homo habilis qui consommait de la viande)

              Tous les primates chassent (les chimpanzés ont d’ailleurs des techniques très au point, et certains utilisent des lances), sauf peut-être le gorille – et encore ce serait plutôt une évolution récente de sa part, vu les canines qu’il se trimballe encore. Et tous les australopithèques végétariens ont disparu.

              • Enfin des faits scientifiques, et non des délires sentimentalo-idéologiques. Oui, l’Homme est un omnivore. Oui, les enfants ont besoin de calcium, qui se trouve essentiellement dans le lait et ses dérivés, pour développer leurs os. Et les végans purs et durs qui privent leurs enfants de lait savent-ils que TOUS les herbivores tètent le lait de leurs mères pendant plusieurs mois avant d’aller brouter dans les prés ?

          • Je t’arrête tout de suite, Mr le prétentieux.

            L’homme est une évolution de la nature, désolé pour ton côté « théologiste », quand on n’a pas un bon mental, on ne se l’imagine pas, c’est ton cas.

          • Et non , nous sommes quasi totalement carnivores, les études radio isotopiques le prouve sans l’ombre d’un doute, les humains ne devaient manger le reste que si la viande n’était pas disponible…

        • Pourquoi pas mais je ne pense pas que tu mesures vraiment la portée de tes paroles. As-tu déjà tué un cochon ou simplement assisté à sa mise à mort? fais-le, s’il te plaît, tu mettras un peu d’eau dans ton vin..
          Ensuite je ne vois pas le lien entre « se lever en masse pour se défendre » et donner des droits. quid des nourrissons, des porteurs de handicaps lourds, des personnes séniles?
          Tes arguments sont plutôt faibles..

      • Et demain, les tenants des « droits des animaux » commenceront à défendre ceux de la gazelle contre le lion ? ou bien ces droits ne vaudraient-ils que pour l’Homme, comme moyen d’asservissement et de culpabilisation de l’Homme envers l’animal. Après tout , lui aussi est un animal.

      • Ah, l’axiome de non-agression mal compris par Adèle… Si il ne s’applique pas qu’à notre espèce, alors je suppose que vous ne nettoyez jamais chez vous. Pas de massacre de bactéries, pas d’assassinat de moisissures, pas de tuerie d’acariens, puisque tous ces braves êtres vivants ont aussi des droits, pas vrai ?

    •  » pourvu que clara la vache et joe le cochon …  »

      sauf que s’il n’y avait pas d’elevage, clara et son copain ( comme cochon ) joe, ne serait mème pas venu au monde…

    • Les végétariens ne respectent ni leur corps ni leur esprit, normal qu’ils soient plus souvent malade. Et bien souvent ils ne se lavent pas, ou alors très peu !!!

    • Je vois bien que vous essayez de vous moquer, mais oui, c’est plus ou moins ça. Je suis prête à faire des petites concessions dans ma vie pour que d’autres êtres vivants puissent avoir de nets améliorations. Alors je donne au ONG, je ramasse les papiers dans les parcs, et je suis végétarienne. Pour moi c’est juste la moindre des choses. Je suis contente que vous ayez compris que le végétarisme est prioritairement à propos des animaux, et pas à propos des végétariens.

    • Suis tombé par hasard sur ce site, d’une bêtise inégalée. Doit-on tous être prétentieux et avoir ta photo comme avatar pour pouvoir répondre ?

      Bref, passons, ton air prétentieux et crétin.

      Explique moi pour commencer, pourquoi les asiatiques (qui ne sont pas végétariens) vivent plus longtemps alors que leur alimentation est pauvre en viande ? Ca c’est un fait, ce n’est pas une étude unique dirigée dans un but bien précis par un site destiné aux prétentieux égocentrique de ton genre (sérieusement… regarde ta photo de profil de nouveau, tu te sens pas con un instant ?). Je pourrais aussi niveler vers le haut, comme tu l’entends, à raconter des connerie du genre : en règle général un bouffeur de viande à un avatar aussi con que le tien.

      Le pauvre vegan que je suis qui a peur qu’on touche aux bêbêtes à une conscience. Et le mec sensible que je suis ne serais pas déranger de te voir être remis à ta juste place.

      Prétentieux, aucun charisme, provocateur ? Tu accumules les défauts, c’est un fait, mais les qualités ?

      Toi qui fait le malin, répond à cette question : Combien de personnes mangeant de la viande iraient tuer la bête qu’il souhaite manger ?

      Je te répond : très peu de monde.

      Et toi qui souhaite accéder à la sagesse et qui ne te satisfait que de ta propre opinion qui n’a jamais évoluée depuis ta naissance, sache qu’un article de « La Croix » traitait du mal-être psychologique des mecs qui bossent dans les abattoirs.

      Au fait, c’est pas ton problème, puisque le lâche que tu es, attends de se faire servir un animal mort. A ta place j’aurais honte !

      Et arrête de parler de vegans branchés, ton snobisme et ton immense bêtise me fatigue.

      Sort de ton égocentrisme et évite de pourrir l’intellect des autres intervenants, de ta bêtise insondable.

      • Les asiatiques japonais et principalement les femmes vivent plus vieux (mais leurs hommes non!), certes. Les populations vivant le plus longtemps sont ensuite les européens. Il doit y avoir un effet richesse qui doit jouer. Pour l’espérance de vie à partir et au delà de 65 ans, je vous signale que les champions hommes et femmes sont …. les Français (peut-être leurs alimentations diverses et variées, carnée, vegane, etc…; peut-être aussi la manière de vivre cette alimentation, le fameux « french paradox », le seul fait d’être le pays où on reste le plus « à table » plutôt que affalés dans le canapé devant la télé).

      • et pourquoi les landais overdosés de canard cirrhosés vivent si longtemps? connexion naturelle…

    • Comment ne pas être déprimé quand on lit des coms aussi débiles que celui de pascal ??? Eh oui monsieur l’égoïste qui ne pense qu’à se remplir la panse au détriment d’êtres vivants et sensibles, chez nous le coeur passe avant l’estomac, et nous pensons également à la planète et à ceux qui meurent de faim et qu’on pourrait nourrir si vous arrêtiez de vous gaver d’animaux…

    • Je suis vegan et personnellement je ne suis pas pour « Sauver les gentils petits animaux » mais pour des raisons beaucoup plus poussé et intelligente.

      Il est tout simplement aujourd’hui possible de vivre différemment, et comme tout progrès il est tout de suite rejeté car la nouveauté fait peur. L’écologie ne pose pas de problème aujourd’hui et le végétarisme si. Ce sont pourtant deux choses lié car un régime végétarien à l’échelle planétaire entraînerait un très gros changement écologique (l’industrie de la viande, bien que masqué derrière les abattoirs, est en grande partie de la pollution et tout autre problème type effet de serre, et oui 140 milliard d’animaux tuer par an faut pas s’étonner que tout l’industrie autour n’est pas très écologique).

      D’un point de vue santé, demande à n’importe quel végétarien qui gère correctement son alimentation (pas comme une minorité qui ne fait qu’arrêter la viande sans compenser point de vue nutritionnel en rééquilibrant leur alimentation) il le vit très bien, et même se sens en meilleur santé, c’est moi même mon cas. Je fais des choses que mon alimentation trop carnée m’empechait par le passé, j’ai moins de problème de diggestion (le corps humain n’est physiologiquement pas fait pour digérer de la viande, c’est pour ça qu’on détourne le problème en la cuisant, à tu déjà vu un animal se cuire un steak pour pouvoir le digeré ? Non. Etrangement l’homme ne digère pas la viande cru, cela le rend malade …) Je respire mieux, je dors mieux, je bouge mieux, je peux globalement faire plus de chose qu’avant …

      Avant de rejeter un concept car il est mineur et va à l’encontre des « standards » de la société, il faut te renseigner et te faire une véritable idée personnel qui n’est aucunement influencé par la société qui décrète ce qui est normal ou pas (personne n’a la science infuse, et les études scientifiques passés sont faites par des hommes, l’erreur est humaine, la science peut donc se tromper, Einstein à contredit les théories passés, d’autres l’ont contredit …)

      A une époque on se moquait, ou même on tuait, des gens qui trouvaient absurde que des personnes de couleur soit pris en esclavage, ou même parfois soit exposé dans des zoos.

      Il faut s’ouvrir à toute chose car causes mineurs sont ce qui fait évoluer et avancer l’humanité …

      • Personnellement je prends toute étude scientifique avec des pincettes, car une étude est faite pour prouver un fait, en l’occurrence le mal du végétarisme, elle est donc axer vers ce résultat et passe à coté de tout ce qui pourrait démontrer l’inverse, et science n’est que théorie, interprétation, mise en forme personnel limité à un cadre spécifique et à un nombre de paramètres définis (soit une infinité de paramètres négligés) … Il en va de même pour les théories qui cherche à prouver les bienfaits du végétalisme, personnellement l’analyse personnel, la déduction, la logique, l’évidence, sont les choses à l’origine de mon choix, pas une études scientifique … Ce n’est pas parce qu’un végétarien est malade qu’il l’est car il est végétarien, ce n’est pas parce qu’un végétarien est en bonne santé qu’il l’est parce qu’il est végétarien … Il en va de même pour les mangeur de viande qui surveille ou pas leur alimentation. (Je ne parle pas d’omnivore car ce mot n’a pas de sens quand on est obligé de cuire un aliment pour le digérer, et il suffit de regarder nos dents, notre intestin et de le comparé à un animal omnivore ou un végétarien pour voir que l’on est plus proche du végétatien, le singe qui est végétarien ou omnivore à forte tendance végétarienne, soit qui mange de la viande de façon opportuniste, pas chronique) Ensuite je vais éviter de partir dans des délires sur l’évolution mais je vous rappelle que la notre possède un chaînon manquant se situant au moment du changement brutal de notre intelligence (intelligence soudaine nous ayant appris à faire des outils pour chasser de plus grosse bête que celle que l’ont consommait occasionnellement, le goût de cette chasse nous à pousser à consommer d’avantage de viande.

        Ne prenez pour acquis et universelle ce que l’on sait (on plutôt ce que l’on nous apprend) ouvrez un peu votre esprit à aller plus loin que « la base scientifique », c’est ce qui fait évoluer l’humanité

      • si humain est fait pour digeré la viandes bien plus que les vegetaux et pour se qui de sauver la planet ou autres sait encore des tissue de mansonge veneant des vegetatien

      • @Jérémy pourquoi voyez vous ça comme un « progrès » ?

    • Ouai, je suis carrément prête à chopper des maladies et à mourir dans un an si je le fais pour « aider mon prochain ». (non je ne suis pas chrétienne, promis).
      De plus, mon argument « santé » : je suis sensible à la viande, c’est à dire que quand j’en mange, suite à une réaction allergique minime, ça peut me faire très mal au ventre, allant jusqu’aux vomissements, évanouissements, mais sans pour autant que je doive aller à l’hôpital. Ouai ça paraît bizarre, mais c’est véridique. Et tu sais quoi ? J’ai arrêté la viande depuis plusieurs mois et je n’en vis que mieux. Tous mes petits problèmes de ma vie de tous les jours se sont enfuis, problèmes que je rencontre depuis toujours, de mémoire d’Homme. Par exemple : mon cardio pourri. Envolés, les problèmes d’endurances. Envolées, les crampes à n’en plus finir. Libérée de mon hoquet chronique (c’est à dire un hoquet qui est là vraiment souvent, sans raison particulière (environ 2 à 3 fois par jour)). Envolées, mes douleurs articulaires. Et je n’ai même pas encore 20 ans !
      Je tiens à te dire que nous sommes omnivores. « Omnivore », c’est un terme qui signifie que nous pouvons nous nourrir de tout, et pas que nous DEVONS nous nourrir de tout. Je pense qu’à l’heure actuelle, avec toutes nos technologies hyper sophistiquées et tout ça, on a largement les moyens de vivre avec un régime végétarien, voire végétalien. Quel rapport entre les technologies sophistiquées et le régime alimentaire ? L’évolution. On est suffisamment évolués pour des télévisions à écran 3D et tout ce genre de choses, mais alors non, jamais de la vie on ne pourra survivre au végétarisme ! EH BIEN SI. Plus on s’y mettra, plus nous vivront bien comme ça. Je connais pleins de végétariens et de végétaliens et ils vivent très bien.

      Une dernière chose : Je ne suis pas écologiste parce que je suis végétarienne. Je suis écologiste depuis toujours, et végétarienne depuis quelques mois. Donc NON, désolé, ce n’est pas mon régime alimentaire malsain qui me fait tenir des propos hystériques à propos de l’écologie. Je ne tiens d’ailleurs pas de propos hystériques. Je débats, c’est tout.

      • Vous faites des confusions dangereuse pour votre crédibilité, on ne peut pas assimiler l’évolution technologique, basée sur un savoir, de la matière, et une technologie à l’alimentation humaine.
        Certes on a une meilleure connaissance de la nutrition, mais c’est pas pour ça que notre corps s’est adapté. Il faudra des dizaines de génération pour que Darwin fasse son oeuvre.

        Il y a un argument qui revient souvent dans la bouche des végétariens, c’est le bien etre.
        Je ne conteste pas, mais nuance un peu. Peut etre que lorsque vous mangiez de la viande, celle ci étaient purement industrielle avec hormones, antibio et toutes les autres merdes de l’agriculture intensive. accompagnées de sauces ou autre de pietre qualité, en global c’est le système immunitaire et les mécanisme de régulation qui trinquent.

        Quand on passe au mode végétarien, en général les nutriments sont de meilleure qualité, donc l’effet conjugué du bénéfice végétal, et la suppression des polluants, ça a du bon.

        • L’Homme peut parfaitement se passer de viande, il n’y a pas besoin d’attendre une évolution.
          L’espèce est opportuniste, et la seule raison pour laquelle la viande devient nécessaire pour l’Homme, c’est quand il n’a pas les moyens de se procurer autre chose.
          Or, dans notre société, nous avons le choix. Donc, parler des technologies dans ce cas est parfaitement adapté, puisqu’il ne s’agit pas d’adapter l’Homme à une alimentation végétarienne, mais d’utiliser nos atouts (appelés « technologies ») pour se procurer ce dont le corps a besoin sans passer par la mort d’un être vivant conscient.

          Pour finir, la plupart des personnes devenant végétariennes se soucient particulièrement de leur nourriture, que ce soit dans une approche santé et/ou d’un point de vue éthique.
          Bref, avant de devenir végétariens, beaucoup mangeaient déjà bio.
          Donc les bienfaits du végétarisme (pour le corps et le porte-monnaie) ne sont pas à prendre en compte que par rapport à la viande industrielle.

          • @Madara on peut se passer de plein de chose , mais s’en porte t on mieux ? Pour info nous sommes des omnivores , ce n’est pas une vue de l’esprit mais un fait concret.

        • Je précise que je n’ai jamais mangé que du bio.

    • Il y a des sportifs de très haut niveau, et même des champions de bodybuilding vegan, le truc c’est qu’il se nourrissent différemment et qu’ils savent ce qu’il faut faire, et oui c’est possible! Quand à « choper des maladies  » comme tu dit, ha je me marre! Les problèmes de diabète, d’obésité, de cholestérol, de tension artérielle, les AVC, le cancer du côlon, sont les maladies contemporaines uniquement due à la consommation excessive de graisse animales! Regarde pas que ton nombril et les pubs qui passent à la télé, et regarde un peu les habitudes alimentaires de chaque continents, et les maladies qu’il ont. Tu vas voir un médecin en Inde et tu lui dit que t’as une sclérose en plaques, il va te répondre : « une quoi? » Au USA 15% des femmes développent un cancer du sein, au Japon moins de 1%! Je pense que Clara la vache et Joe le cochon y sont peut être pour quelque chose, (je l’ai pas inventé). J’ai moi-même une sclérose en plaques, et je ne suis plus obligé de revoir mon neurologue depuis 3 ans, date à laquelle je suis devenu vegan!

      • « Au USA 15% des femmes développent un cancer du sein, »

        Ah oui et le dépistage c’est du poulet?

      • « es problèmes de diabète, d’obésité, de cholestérol, de tension artérielle, les AVC, le cancer du côlon, sont les maladies contemporaines uniquement due à la consommation excessive de graisse animales! »

        Du grand n’importe quoi, je mange 60-%70% de graisses animale, la resistance à l’insuline chute au zero absolu, la tension baisse d’une manière prononcée, les artères se décalcifient et se débouchent, et le cholesterol global monte oui, ce qui est une bonne chose actuellement.

  • D’après d’autres études que j’avais lu, ce n’est pas le fait que les végétariens ne mangent pas de viande qui soit néfaste pour eux mais de la remplacer par des céréales supplémentaires qui elles sont très acidifiantes et mauvaises pour la santé: gluten etc…
    Cette étude confond corrélation et causalité, attention.

    • Tout à fait ! Ce n’est pas par ce que je me lève le matin que le soleil se lève aussi. Beaucoup de « scientifiques » ne comprennent pas les corrélations dû à un manque de connaissances globales sur des sujets aussi variés et parfois « insignifiant » comme tu le soulignes sur les céréales. L’Homme n’est pas adapté pour manger des céréales, légumineux, etc. Certains tentent de revenir à un régime proche de nos ancêtres d’il y a 5000 ans à travers le régime paléo’. Ces personnes se disent que notre alimentation est le fruit de notre style de vie alors que notre génétique n’a été modifiée que de 0,02% depuis les chasseurs cueilleurs. L’équilibre pour notre régime alimentaire est très difficile à atteindre surtout que nos besoins peuvent considérablement varier de ceux de notre voisin en fonction de nos besoins.

      • « notre génétique n’a été modifiée que de 0,02% depuis les chasseurs cueilleurs »

        Comment peut-on connaitre la génétique des chasseurs cueilleurs?

        C’est n’importe quoi…

        • « Comment peut-on connaitre la génétique des chasseurs cueilleurs? »

          Il y’a des spécimens, il me semble qu’ils ont été séquencés.

          Mais de toute façon, notre ADN ne diffère de celui du Bonobo que de 0.01%. Ca parait peu, mais vu le nombre de paires dans la chaine d’ADN, même 0.01 ou 0.02%, ça fait un sacré paquet de gènes différents, sans compter qu’on ne connait pas encore bien les mécanismes de contrôle de leur expression.

          Ils utilisent ce chiffre parce qu’il parait ridiculement faible, mais la vérité c’est qu’on ne peut pas en conclure grand chose.

          • En dessous de 1 % c’est la même espèce comme le lion et le tigre, les chiens, loups et coyotes, tous se reproduisant entre eux et fertiles la plupart du temps. Avec les chimpanzés et bonobos, on est aux alentours de 2 %.

            • Exact, 1.3%, pour être précis. J’ai confondu avec le chimpanzé et le bonobo, qui est de 0.4%. Pourtant, chimpanzé et bonobos ne sont pas la même espèce.

          • Et encore plus de gènes communs avec le cochon je crois !

            • Des ressemblances importantes et intéressantes en physiologie digestive et intestinale (structure plutôt proches des insulines par exemple) mais pas au niveau de la génétique cependant. Quand au comportement de « cochon », c’est une mauvaise publicité pour cet animal, l’humain en étant bien le propriétaire quasi-exclusif.

    • Vous faites bien de le souligner. L’étude mentionnée dans l’article ici est une observation statistique, qui ne peut au mieux que suggérer que soit l’un des deux faits liés cause l’autre, soit qu’autre chose encore les cause tous les deux.

    • Cette étude est comme toutes les études nutritionnelles. Elles doivent faire sauter au plafond un statisticien compétent, elles confondent largement corrélation et causalité, elles cherchent à « vendre » un style de vie et elles incitent ceux qui y croient à faire n’importe quoi.

      Pour ma part, je parts d’un principe simple :
      – mon corps sait ce dont il a besoin mieux qu’un nutritioniste et le réclame par des envies
      – si mes envies s’éoignent de la norme, changent brusquement, deviennent extrêmes ou obsessionnelles, c’est que je suis malade physiquement ou mentalement

      Si on veut chercher une corrélation entre les pratiques nutritionnelles, la santé et l’écologie il n’est peut-être pas utile de chercher plus loin : obsession entraine dérèglement des comportements entraine dérèglement du corps !

      Et de toute façon la règle de base qui allie le bon sens et la reconnaissace des spécialistes est que le corps humain supporte très mal la sédentarité. Si on ne fait pas un minimum d’exercice physique, il est inutile de se préoccuper de ce que l’on mange : on aura de gros problêmes quoi qu’on fasse.

      • Tu fais bien de souligner les biais de causalité de l’étude…

        pragma: « mon corps sait ce dont il a besoin mieux qu’un nutritioniste et le réclame par des envies. Après tout , lui aussi est un animal. »

        Mais il semble au vu des problèmes d’obésité que nous ne soyons pas vraiment taillé pour faire les bons choix dans l’offre alimentaire occidentale, l’affirmation ci-dessus est très probablement fausse, on est plutôt taillé pour un environnement pauvre en protéine: bouffer tout ce qui passe pour accumuler des réserves, ce qui était un gage de survie.

        Tu as plus certainement une culture alimentaire plus saine que la moyenne.

        • Je reconnais être mal placé pour discuter des problêmes d’obésité : je suis maigre « naturellement » et mon estomac supporte mal les excès.

          Cependant je vois dans l’obésité :
          – un refus d’écouter son corps
          – une activité physique insuffisante
          – une compensation à d’autres problêmes comme le stress par une surconsommation

          Le premier problême est imputable au manque de bon sens. Ne pas croire la pub (c’est bon car il y a plein d’omega3, c’est bon car à base d’édulcorant), les nutritionistes (achetez mon livre), les donneurs de leçons (large choix), les « je sais tout » (encore plus large choix), les gens qui veulent notre bien avec d’autres idées en tête (rendements production viande par rapport aux céréales qui alimentent le bétail, méthane produits par les ruminants, huile de palme, etc …).

          Le second problême est imputable à un niveau de vie trop élevé et la recherche du moindre effort. Il est évident que notre nature animale nous pousse à faire des réserves quand la nature est généreuse. Mais aller contre notre nature est un travail sur soi. Il ne suffit pas de décrêter « manger trop c’est pas bien ». Il faut l’intégrer dans l’envie et non dans la contrainte. Le plus évident est que l’on doit dépenser les calories ingurgitées par l’exercice : détourner les plaisirs et la facilité en les compensants physiquement et mentalement par l’activité physique. Les nutritionistes honnêtes reconnaissent qu’un régime ne sert à rien sans activité physique et surtout changement d’habitudes à vie.

          Le troisième est spécifique à chacun mais peut-être le plus important : il ne faut pas s’attaquer aux effets mais aux causes. Si manger est le principal plaisir et facteur d’apaisement, une restriction ou un régime est une punition qui ne peut être acceptée et suivie de manière durable, quand bien même on sait que l’on met sa vie en danger. C’est l’habitude générale de nier les problêmes des autres. Mais soit on considère que c’est leur problême et on ne cherche pas à leur imposer une solution générale (attitude libertarienne), soit il faut prendre en considération chaque cas particulier et offrir des séances de psy au frais de la sécu avant tout régime.

          En ce qui concerne la consommation de viande, le besoin varie fortement en fonction de l’intensité de l’activité musculaire : les adeptes de la gonfflette se gavent de protéines pour compsenser leur destruction par l’effort et fournir les acides aminés nécessaires pour fabriquer du muscle. Les besoins d’un sédentaire sont évidemment plus réduits. Etablir des règles générales n’a aucun sens. Quand j’entends que l’on prétend imposer des règles de nutrition pour adultes sédentaires dans les cantines scolaires aux enfants en pleine croissance, je dis « au fou ». Tout le monde a probablement besoin de fruits et légumes, mais l’activité intellectuelle consomme des glucides et la croissance toute la gamme des nutriments. Le coprs étant bien fait, il dégrade en sucre les protéines ou les graisses en surplus tant que l’activité est suffisante.

          • Moi aussi j’étais maigre naturellement jusqu’à 40 ans environ. Je ne bougeais pas d’un gramme quoi que je mange. Maintenant je dois faire un peu attention sinon j’ai 4-7kg de trop.

            Tu as raison sur les trois points, cela dis mon objection portait sur le corps « qui sait ce qui est bon ». La bouffe c’est très culturel.

      • Nos repères biologiques sont établis par rapport à une vie humaine marquée par la faim depuis plusieurs centaines de milliers d’années avec donc des cellules ayant amplifié leurs capacités de stockage. La situation s’est totalement inversée il y a maintenant 50-60 ans donc le risque est de « profiter » de ces cellules hyperadaptées à une situation qui n’existe plus.

    • Voilà une réflexion pleine de bon sens.
      Enfin ! parce que certains commentaires me désolent…

    • Mais les protéines animales sont très acidifiantes aussi, je ne comprends pas vraiment comment ça pourrait changer quoi que ce soit. Ce sont surtout les légumes et les fruits, qui alcalinisent le corps.

    • Véridique c’est pour ça qu’un végétalien évite le gluten 🙂 merci pour cette clarification ^^

  • « les végétariens sont « plus souvent sujets aux cancers et aux problèmes cardiaques » » pourtant, j’ai un ami qui a un cancer à qui on a dit de diminuer fortement la viande!!!

  • Je pense surtout que le régime végétarien ne doit pas être fait n’importe comment. Oui c’est possible d’être végétarien et de vivre sainement, tout comme il est possible de manger de la viande et de développer des maladies à cause de cela. Il faut juste savoir ce que l’on fait et complémenter en conséquence.

    • +1
      si comme le cite en préambule l’auteur le végétarien type c’est « …souvent des écologistes radicaux et des alarmistes du climat obsédés et hystériques lorsque le sujet en vient au réchauffement de la planète. » l’ouverture d’esprit n’est pas de mise et le conduira vraisemblablement à des extrêmes et des carences.

      Perso ça ne me dérange pas de ne plus manger de viande rouge depuis 6 mois, j’ai quand même eu l’occasion de tester ce WE étant invité, boeuf: saveur passable, magret rosé: sans plus…, poulet élevé doré au four: goûteux. La seule chose qui relève au final c’est les sauces…assez amusant.

      • Honnêtement je n’es rencontré que très peu de végétariens modérés, alors cette phrase ne m’a pas choqué. Par contre j’ai également rencontré beaucoup de végétariens montrant des signes de carences et parmi ceux-là, très peu ont suffisamment d’ouverture d’esprit pour le reconnaitre et chercher à y palier. Au delà de ça, chacun fait comme il veut et c’est souvent là que ça coince.

        Personnellement j’aime bien la viande. Mais je ne mange plus n’importe laquelle. Le bœuf que je mange proviens d’une ferme ne les nourrissant qu’à l’herbe. La justification comme quoi le prix est super élevé est fausse. C’est en l’occurrence facturé 10€/kg et c’est une caissette de 15kg. La volaille non vaccinée provient d’une ferme auberge qui les a dehors tout le temps. Elles sont nourries avec une alimentation normale et adaptée. La viande de lapins est également produite de manière saine.

        • C’est parce qu’ils font n’importe quoi si ils sont carencés. On peut vivre en parfaite santé si on substitut les protéines animales à d’autres protéines végétale.

        • la viande produite à l’herbe ne doit pas etre plus chère, mais moins chère, car l’herbe est l’alimentation qui coute le moins pour des bovins !

          j’ai vendu recement une bète ( à corne… ) qui a fait 209 kg de carcasse ( soit environ 180 kg de viande ) 8 mois aprés sa naissance, et qui a mangé du lait, du foin, de l’herbe, des pommes ! un peu de tritical, à 10 euro du kg, la viande de cette age, elevé de cette façon est extrèmement gouteuse et facile à cuire car trés tendre. une bète plus vieille, peu facilement etre vendu 9 voir 8 euro du kg par des eleveurs, avec une bonne marge. c’est les controle et les normes qui font monter les prix …

        • Vous avez détecté des carences chez des gens qui refusent de les voir ? Puis-je connaître votre méthode ? Est-ce que vous êtes leur médecin traitant pour avoir ainsi accès à des analyses si précises ? Si non, je crois que vous allez devoir les croire sur parole quand ils vous disent ne pas avoir de carences, parce que toute autre conclusion serait une pure invention. je pourrais vous dire que je n’ai pas de carences, mais je me rend bien compte que le simple fait de dire cela est certainement une preuve d’une grave carence en b12 et en zinc, alors je préfère éviter.

    • Vener : « Oui c’est possible d’être végétarien et de vivre sainement, tout comme il est possible de manger de la viande et de développer des maladies à cause de cela.  »
      ————————————–
      C’est possible aussi d’être riche et beau tout comme il est possible d’être pauvre et moche.
      Mais on parle ici du cas général, sur le plan statistique. La lecture, c’est fondamental !

      • Visiblement tu en manques, sinon tu aurais compris qu’une réponse appropriée à cet article aurait peu tenir en un seul mot : BULLSHIT

    • L’article vient exactement de vous expliquer le contraire de ce que vous dites, le bienfait du végétarisme est apparemment un mythe, les végétariens sont plus malades que le autres, l’ensemble des végétariens qui font n’importe quoi + ceux qui ne font pas n’importe quoi sont plus malades que l’ensemble des carnivores qui font n’importe quoi + ceux qui ne font pas n’importe quoi.
      Comme quoi il n’est pas facile de comprendre quand on ne veut pas comprendre.

      • Les végétariens sont souvent arrogants et ignorants.

        Mais cette étude, c’est de la merde, ça ne démontre rien. Cf commentaire plus bas.

      • Oui, cet article nous cite une étude de trois fois 330 personnes, qui nous prouve… attendez, 330 personnes ? Sur les 330 personnes, combien ont développé un cancer ou une maladie cardio-vasculaire ? Quelqu’un a pensé au bruit de mesure ? Non, sérieusement, comment peut-on comparer une étude de 3 fois 330 personnes à plusieurs dizaines d’études plus vastes ? Je cherche à comprendre, hein, mais cette article n’étant pas nimbé d’une aura de vérité comme vous avez l’air de le penser, j’en serais réduite à penser que cette petite étude ridicule ne pourrait renvoyer que des résultats erronés, et ceci même si sa conclusion était que la terre tourne autour du soleil.

  • Vous avez au moins autant d’études (voire davantage) qui disent le contraire :
    – Journal of the American Medical Association (http://archinte.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1710093)
    – Loma Linda University in California, la plus grande étude du genre avec 73,000 personnes et non 1320 comme cet article (http://www.llu.edu/public-health/health/pubs.page?)
    – American Journal of Clinical Nutrition (http://ajcn.nutrition.org/content/78/3/526S.long)
    etc.

    Il manque une définition claire de ce qu’est un végétarien dans cet étude (vegan, pesco, ovo-lacto, rawfood…) et concernent seulement l’Autriche, où la population peut avoir des caractéristique spécifiques. Manger moins de viande a toujours été prouvé comme étant bénéfique pour la santé mais si c’est pour la remplacer par de la pizza au fromage et des patates au beurre nul doute que l’effet sera nul ou néfaste.

    Personnellement végétarien (poisson parfois lorsqu’invité en famille), je le suis devenu pour des raisons de santé et me sens beaucoup mieux dans mon corps (sans compter que mon cholestérol est maintenant excellent). C’est aussi un moyen de redécouvrir des légumes et fruits oubliés et une certaine forme de cuisine. Quand on se créé des contraintes tout en étant gourmand, cela force la créativité. De surcroit je n’ai aucun problème à manger à côté de quelqu’un qui a un régime différent du miens.

    Ce que je ne comprendrai jamais c’est pourquoi ceux qui ne sont pas végétariens aiment tant dénigrer et se moquer de ceux qui le sont. Si certains « activistes » bobos militent pour promouvoir ce régime, rien n’est cependant imposé. C’est d’autant plus étrange dans la communauté libérale.

    • Merci Romain !

      Enfin un commentaire sensé et constructif dans ce foutriqua.
      J’avais l’impression d’avoir été téléportée à la frontière israélo-palestinienne à la suite de la lecture de cet article quelque peu douteux ; je ne parle pas de l’étude dont je n’ai pas les compétences pour l’évaluer, mais il est évident que cet article manque complètement d’objectivité, voire de respect envers les personnes qu’il critique, ce qui à mes yeux est inacceptable. Je ne suis pas végétarienne, mais je trouve cet article limite insultant pour ceux qui le sont.
      L’étude m’intéresse fortement, mais présentée de la sorte, on dirait juste des guignols !
      Quant à la plupart des commentaires qui ont suivis jusqu’ici, qu’ils proviennent de végétariens ou de carnivores, je me dis que peut-être le régime alimentaire idéal des humains pour le développement d’une réflexion saine n’a pas été découvert… bref, je me sens un peu attristée par le comportement de mes semblables.

    • Romain, vous dites que votre cholestérol est devenu « excellent » depuis que vous êtes passé au végétarisme. Fort bien. De mon côté, triglycérides, rapport HDL/LDL et autres joyeusetés sont au beau fixe depuis que les seuls végétaux que je mange sont des légumes verts et des fruits à coque – mon alimentation étant pour l’essentiel basée sur les viandes, poissons, produits laitiers, et tout ça avec le plus possible de lipides. Chacun son truc !

  • Selon le Pr Théodore Monod (1902-2000) :

    « Le monde pourrait vivre sans tuer ni animal ni végétal. »
    http://www.dicocitations.com/auteur/3128/Theodore_Monod.php

    Finalement, si je comprends bien, il faudrait donc se contenter de vivre d’amour et d’eau fraîche ? 🙄

    • Reste la possibilité de ne manger que des fruits/fruits à coque.
      Comme feu Steeve Jobs et son cancer du pancréas.

      • Steve Jobs est mort en se soignant avec du charlatanisme alors que son cancer avait une forte probabilité d’être soigné par la médecine allopathique.
        Comme quoi, on peut être un génie du marketing tout en étant une andouille ailleurs.

        • Cancer du pancréas soigné par la médecine allopathique? Cancer qui est difficilement décelable à temps, donc en général trop tard, et pratiquement mortel dans tous les cas, et ce rapidement en six à douze/quinze mois.
          Expérience vécue dans mon entourage proche.

          • Dans son cas une détection précoce est parfaitement plausible.

            Steeve jobs avait largement les moyens de s’offrir un scanner ou une IRM corps entier sur une fréquence annuelle. Ca aurait même pu être une close de son contrat d’assurance médicale.

            A vérifier.

          •  » Steve Jobs a été diagnostiqué d’une forme rare du cancer du pancréas en octobre 2003. Cette forme appelée « tumeur neuroendocrine pancréatique des ilots de Langerhans » est curable avec un assez bon pronostic si l’intervention chirurgicale est réalisée précocement. En dépit de cela, il a préféré, pendant neuf mois, essayer un régime végétarien, de l’acupuncture, de la phytothérapie, et se confier à un médecin qui, dans sa clinique, conseille un jeûne à base de jus de fruits. Bien qu’une opération ait ensuite été effectuée, les métastases avaient déjà atteint le foie et, malgré une greffe, il est décédé en octobre 2011. Selon le chercheur à Harvard, Amri Ramzi, son choix de traitement alternatif « l’a conduit à une mort inutilement précoce. » »

            Texte trouvé sur le site de l’AFIS.

    • autre slogan: le monde peut trés bien vivre sans théodor Monod …

    • « Le monde pourrait vivre sans tuer ni animal ni végétal. »

      Le monde peut vivre et mourrir jeune en adoptant beaucoup de styles de vie. Je me demande si Monod était parfaitement honnête sur le coup …

      Cependant est-ce le souhait de la majorité de vivre 120 ans dont 30 ans à l’état de légume ou à peu près. Peut-on dire que l’on vit si on s’interdit les plaisirs, que l’on vit dans l’angoisse de la fin du monde, du réchauffement climatique et des milliers de maladies décrites dans un dictionnaire médical.

      Enfin, on peut renoncer à quelques années d’espérence de vie par conviction pour ne pas manger de viande.

      Tant qu’on ne cherche pas à nous imposer un comportement ou un autre par coercicion ou manipulation.

      Je trouve que tous ces braves gens prennent la santé et la vie des autres bien à la légère avec leurs conseils soit disant éclairés par leur titre de nutritioniste ou des études sanitaires douteuses qui contredisent les conseils tout aussi éclairés des autres.

      • On gagne au contraire de l’espérance de vie en étant végétarien, toutes les autres études que les études bidons de cet article le prouve (330 personnes ! Mais c’est n’importe quoi ! Vous n’y croiriez pas si c’était un crème minceur !). Mais même si je devais perdre quelques années d’espérance de vie, ça vaudrait largement le coup, eu égard à toutes les vies animales sauvées dans le processus.

        • Typy Zoberman, si vous voulez davantage que 330 personnes, vous pouvez consulter les statistiques sur la mortalité en Inde (un milliard de personnes, ça vous ira ?). Certaines religions font de leurs croyants des végétariens, d’autres leur permettent de consommer de la viande. Et en moyenne, les végétariens meurent deux à trois ans plus tôt que les consommateurs de viande. C’est un fait.

          Sinon, mourez plus tôt si ça vous amuse ; de mon côté, je considère qu’aucune vie animale ne vaut une vie humaine. Ca s’appelle l’humanisme.

          • vois les japonnais et leur record de longévité, qui limitent la viande.

          • Benjamin Guyot, je m’abstiendrai de relever le ridicule de votre rapprochement entre la mortalité en Inde et une religion impliquant le végétarisme. Je ne sais absolument pas d’où vous tirez vos chiffres sur la longévité réduite des végétariens d’ailleurs, je ne vous conseillerai qu’un rapport scientifique, celui des plus éminents chercheurs en diététique Américains :
            http://www.unjoursansviande.be/pdf/position-AAD.pdf (bonne lecture)

            Si vous considérez qu’aucune vie animale ne vaut une vie humaine, désolée de vous décevoir, cela ne tient que de la croyance. La Déclaration de Cambridge de 2012, en Neurosciences, a prouvé l’existence des substrats neurologiques de la conscience chez les animaux non-humains, détruisant ainsi le cliché égocentrique selon lequel un animal n’est pas capable de penser et que l’Homme leur est supérieur ;

            Dans le cas de votre réflexion, passant outre toutes les erreurs scientifiques qu’elle incombe… : déconsidérer une vie animale pour un simple plaisir alimentaire ne relève pas de l’humanisme, je suis désolée. Simplement du spécisme.

  • « De plus, les scientifiques ont découvert que les végétaliens avaient un taux de risque de problème cardiaque supérieur de 150% (1,5% contre 0,6%). »

    Il va falloir se mettre d’accord à un moment ! Entre les études qui prouvent le contraire et celle-ci : qui croire ? Celle qui nous arrange ?

    • Ah oui ? Alors montre nous une étude qui trouve que les végétaliens ont 2x moins de problème cardiaque que les mangeurs de viande.
      Je sais, tu vas la sortir du chapeau, comme dab…

      • Bah alors miniTAX, que vous arrive-t-il ?

        Je vous invite donc à consulter les publications au sujet du régime végétarien de :
        European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition
        American Dietetic Association
        Harvard School of Public Health

        • @Lamarse,
          Les arguments politiquement-correct de l’establishment scientifique pour du végétalisme sont tous basés sur de la diabolisation des graisses, donc c’est rien d’autre que du charlatanisme.

          Or la pseudo-science autour des graisses est maintenant à la rue (il n’y a qu’à voir les nouvelles recommandations de l’autorité sanitaire suédoise qui encourage la consommation de graisses pour combattre l’obésité), donc tout le château de carte pseudo-scientifique du végétalisme & végétarisme s’effondre.

          Et on attend toujours une étude qui montre 2x moins moins de risque cardiaque chez les végétaliens. Mais bon, je crois qu’on attendra jusqu’à la St Glinglin.

          • Si vous collez systématiquement une grosse étiquette « pseudo-science » sur tout ce que je vous propose, vous risquez effectivement d’attendre longtemps… Et honnêtement, est ce que cela vaut vraiment la peine de se fatiguer pour vous ? Non ! 😉

            • brrr!! , il vaut mieux être d’accord avec Lamarse , qui , un jour , ayant lu une étude X , a fait sa religion , Lmarse , maintenant , sait !!! Fermez le ban !!!

            • Pas pour moi, non, pour les autres, pour qu’ils voient ce que sont ces soit-disant « études qui disent le contraires » .
              Mais vu que tu as que dalle à part des affirmations gratuites, je comprends que tu sortes tes prétextes pathétiques pour te défiler.
              Merci quand même pour l’enfumage, troll.

            • Je suis pas végétarien, j’ai aucune cause à défendre ici. Par contre je trouve ça absurde ces études scientifiques qui disent A puis B, puis A, etc… J’ai pas vocation à vous convaincre !

              Et pour les autres : j’ai déjà fourni des exemples, libre à eux de se faire leur propre avis sur la question. Faites vous plaisir miniTAX.

    • 1,5 de 330, ça fait 5 personnes, contre 3 personnes. Vous vous rendez compte que le bruit statistique est énorme ? on ne peut pas corriger ce genre de chiffre minuscule avec d’autres facteurs, comme la génétique, ou le milieu social. On ne peut tirer aucune conclusion d’une étude de 330 personnes. ^^

  • Les carottes c’est bon pour les yeux, démonstration :

    Les lapins mangent des carottes. Y a pas de lapin portant des lunettes.

    • J’ai arrêté de manger de la viandes il y a environ 5 ans et je suis en parfaite santé, je ne suis pas un bobo écologiste et je n’ai pas de problèmes psychologique (pour preuve je suis n’y socialiste/écologiste).

      Ce qui ne m’empêche pas pour autant de me préoccuper des conditions dans lesquels les animaux sont abattus… Après, je ne cherche pas à ce que les autres fasses comme moi car chacun fait comme il veut, en sont âme et conscience.

      Si seulement on arrêter de vouloir mettre absolument les gens dans des cases…

    • si, le lapin qui fait la pub pour Cassegrain a des lunettes.
      il a même des lunettes noires, de là à en conclure qu’il est aveugle… (pardon, non voyant)…

  • D’abord végétarienne puis véganiste parce que antispéciste (http://fr.wikipedia.org/wiki/Antisp%C3%A9cisme) je peux vous dire de façon assez certaine que ne pas manger de viande permet une hygiène de vie plus saine mais aussi d’avoir un minimum d’éthique libérale.

    L’humanisme carnassier est une forme de discrimination envers les animaux et une domination injuste car basée sur la force et l’agression.

    De mon point de vue, c’est totalement contraire à l’axiome de non agression libertarien que de manger de la viande.

    Seul les libéraux antispécies respectent l’axiome de non agression. Car rien ni personne n’a le droit de conclure que cet axiome doit être interprété de façon humaniste. Je voudrai citer ici Alice Walker militante anti-raciste et anti-spéciste : « Les animaux existent pour leurs propres raisons. Ils n’ont pas été créés pour les humains, pas plus que les noirs n’existent pour les blancs ou les femmes pour les hommes. » .

    Je regrette que cet article n’aborde pas cet aspect éthique qui fait que certaines personnes ne mangent pas de viande car d’un point de vue libéral il peut y avoir débat.

    Je pense que ce qu’il y a dans l’assiette doit être conforme à ce qu’il y a dans la tête. Assiette saine = tête saine dans un corps sain !

    • @Adèle
      Il faut discuter de deux choses différentes, de l’hygiène de vie (choix personnel) et de l’éthique (choix métaphysique).
      Pour l’hygiène de vie, il est possible, que les végétariens font plus attention que la moyenne mais rien ne prouve qu’il n’y a pas autant, voire bien plus de mangeurs équilibrés qui une aussi bonne hygiène de vie. Donc l’argument hygiéniste est intenable, d’autant plus qu’on a la preuve que les végétariens ont une case en moins, pas étonnant quand on décide de volontairement se priver de quelque chose d’utile pour sa propre survie.
      Pour l’éthique, je pense que le végétarisme a déjà été longuement débattu dans le cadre du libéralisme, pas la peine de refaire un exposé de philosophie. Outre que le fait que la doctrine de non-agression est inapplicable à une relation homme-animal (sinon, pourquoi ne pas l’appliquer à celle homme-végétaux), il ne faut pas oublier un fait irréfutable bien très contre-intuitif : plus on mange de cochons, plus il y a de cochons, et non moins !
      Si vous aimez une espèce, laissez les hommes la manger, c’est une excellent façon pour qu’elle prolifère. C’est parce qu’on mange les vaches qu’il y a des milliers de races de vaches dans le monde, si c’est ça une agression, c’est que les mots ne veulent plus rien dire.

      • Les végétaux n’ont pas de conscience voilà la différence !

        Pour le reste « Révisez vos prémisses » comme dirait Ayn Rand.

        • « Les végétaux n’ont pas de conscience voilà la différence ».
          C’est bien connu, une huître a de la conscience. Warfff. Et quand bien même, qui décrète que le critère de non-agression devrait se baser sur l’existence de conscience ? Pouvez-vous raser les arbres de votre voisin, sous prétexte que ces arbres n’ont pas de conscience ?

          Pour « le reste », je conclus que vous tout ce que vous avez comme contre-argument, c’est un effet de manche.

          • 1) Une huitre n’est pas un végétal. L’appellation fruits de mer vous a probablement trompé.

            2) C’est l’axiome en lui même qui impose cette conclusion. Un végétal n’a pas de subjectivité donc ne peut avoir de droits subjectifs à ne pas se faire agresser ou prendre sa propriété.

            Si vous détruisez le nid d’un oiseau vous violez sa propriété.
            Si vous prenez l’oeuf d’une poule ou la mangez vous agressez la poule.

            Une salade non. Elle ne sait pas qu’elle est une salade.

            Au secours !

            • Et les animaux tués par leur changement de biotope lié à la culture des céréales qui nourrissent les végétariens ? On s’en fout de ceux-là.

              Dans mon coin, partout où il n’y a plus de haie, de forêt, c’est toute la faune sauvage qui disparait (sans être mangé par l’homme certes) mais qui disparait qu’en même.

              L’agriculture céréalière qu’il faudrait pour nourrir une humanité de végétariens tuerait au moins autant d’animaux que les omnivores que nous sommes, sinon plus.

              • Je me permet de corriger cette affirmation : une grande majorité des terres cultivables sur terre sont utilisées pour nourrir les 60 milliards d’animaux tués par an dans le monde.
                Alors non, les végétariens et autres ‘bouffeurs de graine’ ne sont pas responsables de la disparition des forêts et des espèces animales.

                Prenons un exemple concret :
                – Pour produire 1kg de viande, il faut 15 kg de végétaux (pour nourrir l’animal).
                Je ne suis peut être pas Prix Nobel de Mathématiques, mais je crois que le calcul est rapidement fait, que si on stoppait l’industrie de la mort animale pour consacrer l’agriculture à la consommation directe… On aurait besoin de beaucoup moins de terres pour nourrir plus d’humaines.

            • La question n’est pas de savoir si les animaux ont une conscience, mais s’ils ont des droits.

              En l’absence de réciprocité, il n’en ont pas, fin de l’histoire. (A moins que vous puissiez nous prouver que les animaux sont capables de reconnaître nos droits).

              De plus, si les animaux ont des droits, alors ils sont universels (comme les droits de l’homme). Par conséquent, si vous estimez que l’homme (qui est un animal particulier) n’a pas le droit de se nourrir de viande, alors les animaux non plus, et ceux qui le font doivent être poursuivis et condamnés. Absurde. Si ce n’est pas le cas, ces droits ne sont pas universalisables, et on est donc en présence de faux droits.

              Dans les deux cas, votre position est intenable.

              Du reste, vous semblez bien prompte à vouloir accorder aux animaux des droits que vous refusez aux hommes…

              Je crois que vous n’avez de libéral que le nom.

              • Ok. Donc les handicapés mentaux, puisqu’ils ne peuvent pas participer au processus de délibération des lois, n’ont pas de droits. Les très jeunes enfants n’ont pas de droits non plus. Allons-nous faire un barbecue de viande d’humaine (ceux qui ne peuvent manifester la réciprocité dans l’exercice de leurs droits bien sûr).

                Belle vision du libéralisme 🙂

            • @Moi

              Vous êtes aussi « débile » que Kant (en toute amitié et sans méchanceté) et son universalisme qui a détruit la pensée libérale.

            • Adèle: Vous êtes aussi « débile » que Kant (en toute amitié et sans méchanceté) et son universalisme qui a détruit la pensée libérale. »

              Je trouve le message de « moi » logique, juste et imparable.
              La preuve: tu n’as aucun arguments à lui opposer.

            • @Ilmryn

              a) Quand il dit « De plus, si les animaux ont des droits, alors ils sont universels (comme les droits de l’homme). » ce qui me pose problème c’est le « alors ils sont ».

              D’où sa sort ce « alors ils sont » ? devinez de Kant (impératifs catégoriques) de sa loi universelle. Mais ça n’existe pas cette loi ! pas plus que le droit naturel. Si oui montrez la moi ?

              b) j’ai jamais dit que vous avez pas le droit de manger des animaux. Je dis que si vous respectez l’axiome de non agression vous restez cohérent en l’appliquant aux animaux.

              Donc je ne vais pas débattre sur une chose qui n’existe pas (universalisme) puis sur une chose que je n’ai pas dite (vous avez pas le droit de manger de viande). Désolée mais on me la fait pas aussi facilement.

              Maintenant pour ne pas être fuyante.

              Les animaux ne sont pas doués de raison leur permettant d’élaborer une éthique. Donc je ne leur en veut pas de violer l’axiome de non-agression. De même qu’un fou qui tue je ne le lui en veut pas.

              L’homme à le choix. Il a le choix de faire le bien ou le mal. Il est doué de raison. Votre chat si il tue une souris pour jouer il ne se pose pas de question éthique il ne le peut pas.

              Moi je pense qu’élever des poules dans des boites c’est mal. D’hamessoner un poisson et le laisser agoniser sans sa besace c’est mal. De tuer une mouche c’est mal.

              Quand on la choix de faire le bien ou le mal on a le droit de choisir de ne pas faire le mal non ?

              Et ça n’enlève rien à mon amour pour la liberté que de souhaiter la leur aux animaux ?

              Maintenant si vous pensez que je ne suis pas libérale parce que je ne désirene pas violer l’axiome de non agression et ne peut faire de mal aux animaux, je vous laisse libre de le penser.

            • @ Adèle

              Vous n’êtes pas libérale, parce que vous rejetez le droit naturel et le principe de non-agression. Vous avez développé votre propre idéologie, avec un « axiome de non-agression » qui n’a rien à voir avec le libéralisme, et dont vous ne reprenez que les idées qui confortent vos intérêts.

              Votre « axiome de non-agression » s’oppose au « principe de non-agression » libéral puisqu’il stipule qu’un animal ou un fou peut tuer légitimement, ce qui est l’opposé complet du principe de non-agression.

            • @aloygah

              Non je dis pas que c’est légitime, je dis juste que je lui en veut pas. La nuance est fondamentale.

              Quand au droit naturel on a en a déjà débattu ;).

            • @ Adèle

              Si après que je vous ai démontré que le libéralisme est basé sur le droit naturel, vous persistez à rejeter le droit naturel, ne venez pas vous plaindre que l’on ne vous considère ni comme une libérale, ni comme une libertarienne.

              Et que vous n’en vouliez pas à un animal et à un fou ne dit pas si vous le laissez agir ou pas. Soit vous les laissez agir, et cela revient à rejeter le principe de non-agression, soit vous ne les laissez pas agir et cela revient à condamner à mort les prédateurs.

              Votre idéologie, comme toutes les idéologies opposées au libéralisme, se contredit d’elle-même.

            • Le fou je ne le laisse pas agir. L’animal je ne le laisse par agir si il tue par jeu ou pour dominer. Cohérence.

              Si après que je vous ai démontré que le libéralisme est basé sur l’axiome de non agression (voir ma démonstration plus bas sur pourquoi il ne peut être que l’axiome premier), vous persistez à rejeter cet axiome ne venez pas vous plaindre que je ne vous considère ni comme un libéral, ni comme un libertarien (humour)

            • Aloygah a Adèle: « Vous avez développé votre propre idéologie, avec un « axiome de non-agression » qui n’a rien à voir avec le libéralisme, et dont vous ne reprenez que les idées qui confortent vos intérêts. »

              Elle l’a dit plus haut d’ailleurs, pour elle « l’éthique » c’est « son intérêt personnel » :mrgreen:

            • Adèle: « L’animal je ne le laisse par agir si il tue par jeu »

              MUAHAHAHAHAHA… là on atteint des sommets….

              Je vois bien Adèle se baladant en forêt frappant tous les carnivores qui s’amusent avec leur proies (Ils le font quasi tous, le jeux fait partie de l’entrainement), sans parler du reste du biotope qui s’entretue plus ou moins gratuitement. A ce stade il n’y a guère que le napalm pour calmer tous le monde.

            • Adèle : « L’animal je ne le laisse par agir si il tue par jeu ou pour dominer. Cohérence. »
              ———————————
              Ca vaut presqu’un Darwin award ça !
              Si vous suiviez votre cohérence, vous devriez quasiment tuer tous les prédateurs. N’importe quel renard dans un poulailler ne tue pas pour manger mais tue par frénésie meurtrière. N’importe quel loup dans un troupeau de moutons en égorge tant qu’il peut et bien plus qu’il ne pourra jamais en manger, les orques jouent à la baballe avec les phoques (« avec » dans le sens phoque=baballe) avant de les achever, etc…
              Et tant qu’on y est, quasiment toutes les espèces sont conçues pour dominer les autres dès qu’elles peuvent, sinon elles disparaissent, c’est AXIOMATIQUE de la vie, ça s’appelle l’évolution.
              Bref, votre « cohérence » 0, la réalité 1.

            • @ Adèle

              Au nom de quoi allez-vous déterminer que l’animal tue par jeu, pour dominer ou pour se nourrir? Beaucoup de prédateurs prennent le temps de mettre à mort leur victime, est-ce par jeu, par domination, ou pour des buts culinaires, afin que la viande soit peut-être plus tendre selon leur perception?

              Et oui, je persiste à rejeter votre « axiome de non-agression » qui ne correspond même pas au final à l’article que vous avez donné en lien, puisque vous l’érigez en sorte de dogme religieux incohérent, alors que l’article l’utilisait sous forme de synonyme à « principe ».

              Quant à ma qualité de libérale, elle n’a pas encore été contestée sur ce site, contrairement à vous…

              @ Ilmryn

              « Elle l’a dit plus haut d’ailleurs, pour elle « l’éthique » c’est « son intérêt personnel » »

              J’avais noté… Mais cela transpire dans tous ses propos, le libéralisme ne l’intéresse que dans la mesure où il va dans le sens de ses intérêts personnels, raison pour laquelle elle tente de faire passer tout et son contraire pour libéral à grand coup d’Ayn Rand et d’autres wiki…

              Mais bon, cela m’aura au moins permis de creuser un peu plus en profondeur les fondements du jusnaturalisme… 

            • @aloygah
              @minitax

              Soyez fair et faite pas de généralités de mes propos. Si je vois un animal s’acharner sur un autre oui j’avoue je vais avoir pitié et je vais intervenir. Même à la télé les documentaires animaliers me sont insoutenables alors dans la vrai vie.

              J’ai jamais dit qu’il fallait de l’interventionnisme tout azimut dans la nature et supprimer les prédateurs.

              Moi je laisserai pas un chien bouffer un chat sous mes yeux c’est tout.

            • Votre raisonnement Adèle est intéressant mais pas plus cohérent concernant l’axiome de non-agression. La réciprocité des droits viens gifler violemment votre prétendu cohérence. Si l’on accorde des droits aux animaux, ils doivent nous devoir ces mêmes droits, or ils en sont incapables.

              De plus, ils se doivent ces droits entres animaux, dur pour un Lion de devoir devenir végé.

            • @ Adèle

              Ce n’est pas une question d’être fair, c’est une question de cohérence. Invoquer le principe libéral de non-agression revient à invoquer un droit (naturel de surcroit) et à demander que l’Etat intervienne si ce droit est enfreint.

              Si donc vous invoquez le principe libéral de non-agression pour un animal, vous invoquez un droit naturel pour l’animal et vous invoquez que l’Etat intervienne pour le défendre.

              Enfin, pas besoin d’être libéral ou végétarien pour sauver à titre personnel un chat des griffes d’un chien.

            • Avec tout le respect, vous avez un comportement assez religieux concernant l’axiome de non-agression, vous lui faites dire ce qu’il ne dit pas et vous interpréter de votre propre raisonnement ce qu’il désigne. Or il n’en ai rien.

              Les libertariens et libéraux ne suivent pas moins bien ou plus mal l’axiome de non-agression, c’est votre interprétation et son étendu au monde animal qui fait que vous avez l’impression d’être plus cohérente.

            • @sentinel

              intéressant ce que vous dites également. Je pense qu’on doit pouvoir admettre cependant que l’éthique n’implique pas la réciprocité. Le droit « oui » pas l’éthique.

              Ce n’est pas parce que je me refuse à agresser un animal ne se priverai pas de le faire si il le pouvait que je me sens du coup autorisée à le faire. Je vous invite à y réfléchir.

              Nous sommes au coeur du coeur de l’éthique libérale.

            • @ Adele mais l’éthique est quelque chose de personnel, et si vous êtes liberal ce qui importe au dessus de votre éthique c’est le droit. Vos choix moraux ne regardent que vous, ils peuvent vous paraître plus cohérent que les choix des autres grand bien vous en fasse, mais en réalité ils sont cohérent uniquement pour vous et vous seul.

              Vouloir tenter de convaincre qu’il le sont pour tout le monde est vain car vous n’avez ni tort ni raison, ce qui importe c’est qu’il soit en accord avec vous même.

            • @Adele

              Je respecte totalement votre engagement et vous conseille de vous convertir au boudhisme. Je n’exclue pas de faire moi-même pareil un jour …

              Cependant avez vous pensé au millions d’insectes détruits par les pesticides pour faire pousser les légumes. Et aux millions d’humain qui mourraient si les rendements baissaient pour cause de non utilisation de pesticides. Avez-vous pensé à la destruction massive que représente tout aménagement chez les inscetes ou les vers de terre avant de faire bâtir une maison.

              La morale n’existe pas. Le bien et le mal non plus. Seulement des règles consenties (ce qui exclue les animaux) pour ne pas hypothéquer la survie de chacun. Et la difficulté pour chacun de s’arranger avec sa propre conscience. L’altruisme est une richesse et un fardeau, surtout quand il s’étend (ou se reporte !) sur les animaux.

            • « « Elle l’a dit plus haut d’ailleurs, pour elle « l’éthique » c’est « son intérêt personnel » »

              J’avais noté… Mais cela transpire dans tous ses propos, le libéralisme ne l’intéresse que dans la mesure où il va dans le sens de ses intérêts personnels »

              « Qui cherche dans la liberté autre chose qu’elle-même est fait pour servir »

            • @ moi

              Oui, je cherche plus à servir, qu’à me servir…

        • Les prémisses des végétariens et des végétaliens sont moraux. En terme de santé, de physiologie humaine (et de science de manière générale), les prémisses moraux mènent à l’erreur et aux dogmes. C’est une attitude stupide.

          Que les végétariens ne mangent pas de viande, soit…mais qu’ils arrêtent leur prosélytisme religieux basé sur des prémisses moraux plus que discutables.

      • Si égorger un être vivant sensible n’est pas une agression, en effet les mots ne veulent plus rien dire.

        Ps : Si je fais naitre des bébés pour les torturer, suis-je un ami de l’humanité ? Non sérieusement, votre raisonnement est complètement loufoque. Faire naitre un être vivant pour le faire souffrir n’est pas un service rendu, loin de là.

        • Typy Zoberman, j’ai du mal à voir en quoi le fait d’abattre un animal qui m’appartient pour me nourrir ou pour vendre sa viande pourrait être une agression répréhensible. Ou alors j’agresse mon fauteuil de bureau quand je m’assois dessus un peu brusquement, et que j’entends ses articulations gémir.

      • On s’est adapté à manger de la viande et non à ne pas en manger. Faudrait être con pour manger qq chose dont on a pas besoin, ta culture fait défaut.

        Japonnais -> record de longévité -> peu de viande

        Tu comprends ou te manque t-il une case ??

        miniTAX, on va faire un jeu facile car ta logique peine… Mais là ce n’est plus une case…

        Un végétarien aime les animaux donc souhaite voir proliférer une espèce ?

        Combien de gens aiment les chiens ?

        Tu penses que les gens achètent des chien ds un élevage en souhaitant les voir « proliférer ». Sérieusement, ta connerie tu la sors d’où ? Te rend tu seulement compte ? Et tu n’as pas honte ?

        Il s’agit de souffrance avant tout. Explique moi, pourquoi ne pas manger de chien ou de chat, ce sont aussi des animaux, non ?! « Car ils sont mignons » répondrait n’importe quel âne.

        C’est un choix qui est fait de faire souffrir et tuer un animal bien précis et pas un autre alors que le chien est aussi bon à manger, sinon les chinois n’en mangeraient pas 🙂

        Vois tu le rapport homme -> animal et le rapport homme -> végétal ?

        Oui ou non ? Et c’est aux végétariens qui manquent une case ? Sérieusement…

    • L’humanisme végétarien est une forme de discrimination envers les légumes et une domination injuste car basée sur la force et l’agression.
      Les légumes existent pour leurs propres raisons. Ils n’ont pas été créés pour les humains, pas plus que les noirs n’existent pour les blancs ou les femmes pour les hommes.
      or vous coupez une salade à la racine avant qu’elle ait eu le temps de faire ses graines, et ceci dans l’unique but de la dévorer. de même vous arrachez avec violence les carottes de leur terre nourricière, en profitant lâchement du fait qu’elles ne peuvent fuir ni se cacher ailleurs.

      • On est d’accord , mais une fois que l’on a dit cela , que mange t’on ?

        • On peut manger tout ce qui n’a pas de conscience d’exister. C’est pourtant pas compliqué.

          • « On peut manger tout ce qui n’a pas de conscience d’exister. »

            Comment on fait quand cette conscience s’exprime sur un mode que nous ne pouvons pas comprendre avec nos sens limités ? Quelle preuve concrète avez-vous que les plantes n’ont pas de conscience ?

            Si vous me répondez « elles n’ont pas de cerveaux », reportez-vous à ma première interrogation.

            • D’accord, imaginons que les légumes souffrent. Alors devenez végétarien, malgré cela. Pourquoi ? Mais parce que les animaux mangent nettement plus que les humains. Il faut 20 fois plus de soja que de viande pour obtenir un steak. Bon, moi je m’en fiche un peu, des plantes, mais je m’intéresse aux populations pauvres d’Afrique et d’Asie, qui vivent du soja, et qui ont faim, quand les cours augmentent. Alors je préfère largement qu’on soit 20 à manger du tofu, qu’être toute seule à manger mon steak.

            • Typy Zoberman, voilà un argumentaire battu et rebattu. Sans doute avez-vous voulu dire qu’il faut 20 fois *moins* de soja que de viande pour faire un steak (sinon, autant manger de la viande, c’est plus rapide). Je ne mettrai pas cette erreur sur le compte d’un handicap cognitif causé par le végétarisme, je pense que vous avez juste écrit sous le coup de l’émotion.

              Bref, êtes-vous certaine du chiffre que vous mentionnez ? Il y a quinze ans, on me disait « 7 fois moins » ; il y a dix ans, on me disait « 10 fois moins ». Et aujourd’hui, 20 fois moins ? Soit l’inflation fait des ravages, soit le soja contient de moins en moins de nutriments (c’est précisément ce que votre chiffre veut dire ; et vous voudriez me nourrir avec du soja qui ne nourrit déjà pas correctement les bestiaux ?), soit ce chiffre est donné sans le moindre rapport avec les faits. Quoiqu’il en soit, au lieu de donner des chiffres fantaisistes, je vous propose d’aller jeter un coup d’oeil à ce que font des gens comme Allan Savory. Retenez bien ce nom : Allan Savory.

            • @Typy Zoberman : au delà de vos étranges chiffres, ce qui vous me proposez, c’est de l’utilitarisme. Il serait plus économique de manger des légumes que de la viande. Oui, je sais. Mais je suis disposé à payer le prix de la viande. Ce qui permettra à son producteur de produire plus de viande et de faire baisser son prix pour que mes 19 voisins puissent eux aussi en consommer.
              Quant aux populations d’Asie et d’Afrique, si elles vivent du soja comme vous dites, elles doivent bénir les amateurs de viande qui font grimper les prix : c’est plus d’argent dans leur poche. Lors de la crise de 2008, ce ne sont pas ces populations là qui avaient faim, c’était celles du Maghreb et du Moyen-Orient, qui elles, ne vivent pas du soja.

          • les asticots qui vous grignoteront le feront-ils en conscience ?

          • rika zarai sort de ce corps …

          • « On peut manger tout ce qui n’a pas de conscience d’exister. »

            Je peux vous affirmer sans crainte que tout ce qui se trouve dans mon frigo n’a aucune conscience d’exister.
            🙂

          • @adèle rien ne prouve que la salade n’a pas conscience d’exister .
            Par ailleurs les animaux se mangent les uns les autres . Alors que fait
            on ? ce qui est admissible pour eux ne le serait pas pour nous ? Ou bien on interdit (merci de préciser au nom de quoi ) aux animaux de se manger les uns les autres ? que choisissez vous ?

    • L’homme est un animal comme les autres. Et comme nombre d’animaux, il est omnivore. C’est sa nature et c’est tout. Vous vivez contre nature en ne voulant vous nourrir que de végétaux.

      Libre à vous, mais perso, ça ne m’intéresse pas.

      • P’tit suisse dans ce cas allez chasser comme les autres animaux et devorez les crus
        l’homme a perdu le contact avec la nature ,il engraissent des animaux dans des batteries ou ils vivent une vie miserable Autant je respecte les peuples premiers qui vivent de cueillettes et de chasse autant les autres qui devorent des animaux qui par leur faute ont vécu l’enfer ceux là me font pitié !!

        • enkeli: « l’homme a perdu le contact avec la nature »

          La douce brise des famines récurrentes, cette communion avec les épidémies, ces carences bienfaitrices.

          enkeli: Autant je respecte les peuples premiers qui vivent de cueillettes et de chasse »

          L’image véhiculée dans « Oui Oui » est très attirante c’est vrai. Le mythe du bon sauvage date de deux siècle mais il est toujours vivace. Ceux qui ont vécu longuement avec ont une image bien plus nuancée et si ils les aiment ce n’est VRAIMENT pas pour cet espèce de merdier idéologique.

        • @Enkeli vous soulevez un problème : élevage indigne et voulez le résoudre de manière détournée : erradiquer les animaux d’élevage. Ne serait il pas plus juste et modéré de ne manger que les animaux élevés de manière digne ? Création de nouveaux labels etc . ?

    • @ Adèle

      Vous êtes de nouveau en train de faire passer vos fantasmes pour du libéralisme.

      La non-agression n’est pas un « axiome » du libéralisme (ou libertarianisme), car le libéralisme n’est pas une idéologie qui repose sur des vues arbitraires (contrairement au socialisme ou au féminisme). Le libérailsme ne pose pas d' »axiome », mais il observe le fonctionnement de la nature et en déduit des droits et de ces droits, des principes.

      Par exemple: le libéralisme observe que la nature a donné à l’être humain la capacité de revendiquer la liberté individuelle, et c’est cette observation qui permet de déduire le droit naturel qui s’appliquera à l’être humain, et de ce droit naturel, que l’on déduit le principe de non-agression. Pas question d’axiome.

      Ce principe de non-agression ne provient que de la capacité naturelle à revendiquer la liberté individuelle, c’est la raison pour laquelle il ne s’applique pas aux animaux. Et c’est heureux, car c’est une évidence biologique que si vous vouliez empêcher les animaux de s’entre-dévorer entre eux au nom d’un « axiome » de non-agression sorti de vos fantasmes, vous condamneriez de facto à mort tous les prédateurs et vous menaceriez tout l’équilibre naturel, l’être humain y compris.

      Si cet article n’évoque pas les raisons éthiques à ne pas manger de viande, c’est exprès, c’est parce qu’il veut se contenter d’aborder la question d’un point de vu strictement médical. Et à ce niveau, le constat est clair: il est médicalement plus sain pour l’être humain de manger de la viande que de ne pas en manger.

      Maintenant, au nom de la liberté individuelle, le libéralisme laisse chacun libre d’avoir ses conceptions morales, et au nom de ses conceptions, de manger ce que bon lui semble, que ce soit végétarien ou macdo.

      • http://www.wikiberal.org/wiki/Axiome_de_non-agression

        Grand débat. Non agression premier principe ou non violence premier principe ? Grande grande question. Je crois qu’on ne peut pas définir la liberté sans recourir au principe de non agression :

        « La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui » dit-on.

        Donc donc donc 😉 révisez vos prémisses c’est bien l’axiome premier sinon vous ne pouvez pas définir la liberté 😉 . Essayez vous verrez 😉 vous aurez un résultat non conforme au libéralisme.

        Je suis antispéciste et pas vous c’est tout. Votre éthique s’arrête à votre assiette pas moi 😉 .

        PS : Lisez ce que j’ai écrit sur les animaux qui se mangent entre eux plus haut. Je vais pas faire un bis repetita.

        Très beau post cependant.

        • @ Adèle

          L’article de votre lien utilise axiome et principe comme synonymes, ce qui est très regrettable, car un axiome est arbitraire et cet arbitraire n’est pas nécessaire ni souhaitable dans la formulation du libéralisme.

          La liberté, c’est par définition: « Le pouvoir d’exercer sa volonté, en agissant ou n’agissant pas. »

          Le principe de non-agression découle de la liberté et non l’inverse. Nous sommes d’abord libres, seulement après se pose la question de l’agression.

          Vous ne connaissez pas grand chose de mon éthique, ni même de ma manière de traiter et considérer les animaux.

          Quant à ce que vous avez écrit, il y a tellement d’inepties que je n’ai pas le temps de toute reprendre point par point.

          • Définition exacte mais non conforme au libéralisme ou libertarisme car avec cette définition on peut faire ce qu’on veut y compris agresser.

            Je suis d’accord sur le fait qu’axiome n’est pas forcément le bon terme. Je pense que les libéraux veulent insister sur le fait que le libéralisme est entièrement assis sur cette éthique. J’admets le terme principe originel.

          • @aloygah

            « L’axiome de non-agression est au fondement du libertarisme. Il dénonce comme illicite l’emploi initial de la violence (ou la menace d’employer la violence) contre une personne ou contre sa propriété légitime. Murray Rothbard le caractérise comme le « fil à plomb » du libertarisme : il suffit de suivre ce principe pour en déduire la position libertarienne sur n’importe quel sujet sans exception. »
            — Walter Block

            « Celui qui part de l’idée préconçue que la notion du droit doit être positive, et qui ensuite entreprend de la définir, n’aboutira à rien ; il veut saisir une ombre, poursuit un spectre, entreprend la recherche d’une chose qui n’existe pas. La notion du droit, comme celle de la liberté, est négative ; son contenu est une pure négation. C’est la notion du tort qui est positive ; elle a la même signification que nuisance – læsio – dans le sens le plus large. Cette nuisance peut concerner ou la personne, ou la propriété, ou l’honneur. Il s’ensuit de là que les droits de l’homme sont faciles à définir : chacun a le droit de faire tout ce qui ne nuit pas à un autre. »
            Arthur Schopenhauer, Parerga et Paralipomena

          • @ Adèle

            Ce n’est pas le libéralisme qui définit le mot liberté! Le mot liberté existe avant le libéralisme. Le libéralisme ne fait que poser un cadre pour favoriser la liberté.

            L’article parle d’axiome à cause de ceux qui ne veulent pas faire la gymnastique intellectuelle complexe de remonter au fondement de ce principe, qui est le droit naturel, lui-même découlant de l’observation. L’axiome permet de s’affranchir de toutes ces réflexions en adoptant directement le résultat.

            Et cela n’a aucun sens que vous me citiez des auteurs libéraux, qui se basent tous sur le droit naturel, et qui sont par conséquent fondamentalement en désaccord avec ce que vous écrivez.

      • Juste un commentaire de simple d’esprit que je suis car je n’ai pas le niveau intellectuel à pouvoir débattre avec vous :
        Vous soulignez être catégorique sur le fait que manger de la viande serait plus sain que celui qui réussit à sans passer…
        Pourtant, avec une alimentation alternative et équilibrée, c’est possible.
        Plein de nutritionnistes et diététiciens vous proposerons des menus et méthodes pour y parvenir.
        De plus, il en est ressorti divers consensus scientifiques concluant que l’Homme pourrait se dispenser sérieusement d’une consommation de viande régulière, qui pourrait prolonger son espérance de vie si sa diète alimentaire est équilibrée bien entendu.
        Amicalement.

        • @ Djoni

          Je ne crois pas que l’on nie la possibilité de vivre vieux, en bonne santé et végétarien.

          Mais disons que cet article a le mérite de montrer que le végétarisme ne garantit pas non plus à lui seul de vivre vieux et en bonne santé, peut-être même qu’il demande plus de rigueur pour y arriver que lorsque l’on mange de tout… 

          En tout cas, à partir du moment où l’on peut également vivre vieux et en bonne santé en mangeant de la viande, et que l’on estime que l’animal a une autre perception par rapport à la vie, la mort et la souffrance que l’être humain, je ne vois pour intérêt d’être végétarien qu’une question gustative… 

    • d’où le risque de réfléchir avec un petit pois!

  • « Moreover, since the vegetarian group was the smallest, we decided to match each of the vegetarians (1) with an individual of each other dietary habit group (carnivorous diet rich in fruits and vegetables (2), carnivorous diet less rich in meat (3) and a carnivorous rich in meat (4)). »

    Au niveau méthodologique, chaque végé a donc été mis en concurrence avec des challengers choisis à la main dans des groupes plus large. On a donc un potentiel de cherry picking assez hallucinant.

    Le tout sur la base d’une étude autrichienne conduite par des non-médecins (free lancers) formés UNE journée et basée sur de l’auto-déclaration par les « étudiés » où 1/3 des gens ont refusé de répondre au questionnaire. Et les auteurs de cette étude ont arbitrairement fusionné tous les types de végétariens dans une seule catégorie, contre 3 à la base.

    Je ne suis pas végétarien, ni même aspirant végétarien, mais cette étude c’est vraiment de la merde en barre.

    • Effectivement… Cet article mériterait bien un : « PIGNOUFERIES DE PRESSE »…

    • Vous êtes un peu catégorique et excessif, il faut lire la fin de la publication, les auteurs sont modérés dans leurs conclusions et insistent sur la nécessité de faire une étude plus complète pour vérifier si les éléments qu’ils trouvent se confirmerons.
      Je ne crois pas que cela soit des débutants, l’étude provient de « Institute of Social Medicine and Epidemiology, Medical University Graz, Graz, Austria, » Les études statistiques c’est un peu le B-A BA d’un institut d’épidémiologie.

      • Les auteurs du papier initial ont couvert leurs arrière avec soin, mais le ton n’est pas clairement pas modéré.

        • Non, ils défendent sincèrement les chiffres qu’ils ont trouvés (comme tous les scientifiques) après une étude où ils pensent avoir éliminé les biais, ils sont conscients qu’une étude plus poussée et plus générale pourrait apporter plus de certitudes ou des infirmations, ils ont souligné les imperfections méthodologiques, vous voulez quoi en plus ?

          On peut dire aussi qu’une étude sur le végétarisme en Autriche (faite par questionnaire) conduit toujours à un biais anti-hitlérien : Je suis végétarien, comme le plus négativement illustre de mes compatriotes, j’en souffre secrètement et je somatise ou je réponds à coté des questionnaires car je repense à ces photos de camps aux prisonniers affamés où visiblement la question du végétarisme ne se posait pas.

          •  » vous voulez quoi en plus »

            Au lieu de réunir les imperfections majeurs de l’étude dans un coin à la fin, tout en minorant leur portée alors que la liste est interminable, les répertorier au fur et à mesure et justifier les choix qui ont été faits.

            + supprimer la dernière phrase de l’abstract et les éventuelles autres du même type (sur la santé publique)

    • Fabuleux.. ! 🙂

      J’adore la conclusion.

  • Des gens mal intentionnés veulent me faire abandonner mon entrecôte au bleu , mon poisson en papillotes , mon bourguignon et mon mouton au curry pour du végétal !!! nein , danke !!!

  • « …que les végétaliens avaient… » ne pas confondre avec les végétariens. Les premiers ne mangent que des fruits, légumes, céréales, légumineuses. Les deuxièmes, en plus : des oeufs, du lait, du fromage, des yogourths, de la crème, du beurre. Cela dit, que chacun fasse comme il veut.

  • Un article fondé sur un raisonnement fallacieux tellement vieux qu’il porte encore son nom latin : « Cum hoc ergo propter hoc ».

    Ce n’est pas d’être végétarien qui est mauvais pour la santé, mais plutôt le fait que l’équilibre nutritionnel est plus difficile à trouver quand on se prive de sources abondantes de macronutriments, en l’occurrence les proteines. On peut aussi citer le fait que l’état de santé des individus qui passent au végétarisme/végétalisme est généralement plus faible, et c’est la raison pour laquelle ils changent d’habitude alimentaire.

    J’ai été sportif, avec un très bon niveau dans un sport purement physique. Si j’écoutais les libéraux français me dicter mes habitudes alimentaires, j’en serai mort depuis longtemps.

    • Volaille vous expliquez que « ce n’est pas d’être végétarien » qui est mauvais pour la santé mais de ne pas avoir « d’équilibre nutritionnel » puisque « on se prive de sources abondantes de macronutriments » .
      Vous faites plus fort que l’étude car vous donnez les causes qui expliquent pourquoi les végétariens sont plus malades, bravo.

      Votre deuxième explication est plus plausible, c’est en effet le biais le plus évident qui vient à l’esprit, je suppose que cette étude en a tenu compte. Car cela reviendrait à conclure que les hôpitaux rendent malade puisque la proportion de personnes atteintes par une maladie grave est plus importante chez les gens qui ont fait un séjour à l’hôpital dans le mois précédent que ceux qui n’y sont pas allé.

      • Vous croyez que je découvre la nutrition ???

        Deux choses très simples :

        – Croyez-vous qu’il est aussi facile pour un végétarien d’avoir un équilibre nutritionnel?

        Je peux vous montrer non pas une pauvre petite études, mais plusieurs études qui montrent que les végétariens ont globalement plus de carences.

        – Croyez-vous qu’un déséquilibre nutritionnel peut causer des maladies?
        C’est une belle lapalissade…

        -La conclusion s’impose.

        Vous m’accusez de prétendre « les causes qui expliquent pourquoi les végétariens sont plus malades ». Vous croyez que le but d’une étude scientifique est de ne donner qu’une corrélation?

        Comment pouvez-vous « supposer » que le deuxième biais a été pris en compte dans l’étude? Avez-vous lu l’étude?

        • Je ne vous comprends pas Volaille.

          Vous dénoncez l’article (« Un article fondé sur un raisonnement fallacieux ») qui reprend une étude qui conclue que les végétariens sont plus malades que les autres et vous fournissez des raisons qui expliqueraient pourquoi les V. sont plus malades (« mais plutôt le fait que l’équilibre nutritionnel est plus difficile à trouver quand on se prive de sources abondantes de macronutriments »)

          Vous êtes pour ou contre l’article et les conclusions de l’étude ?

          Oui je suis en train de la lire (7 pages seulement).
          Je pense oui que le biais a été pris en compte dans l’étude car ce n’est même pas un biais c’est une blague de potache chez les épidémiologistes de première année 🙂

  • Il faut aussi se souvenir du grand nombre de morts causé par une ferme paradoxalement BIO !

  • « Les végétariens étaient deux fois plus sujets à l’anxiété et à la dépression que les gros mangeurs de viande  »

    De part mon expérience (certes limitée n’étant ni médecin, ni boucher, ni maraîcher, ni statisticien), je n’en doute pas un instant.

    Simplement, à mon avis, il y a le problème classique : est-ce le régime végétarien qui fait les individus comme plus sujets à l’anxiété et à la dépression, ou au contraire, les individus sujets à l’anxiété et à la dépression sont-ils plus nombreux à choisir de manger végétarien ?

    Quand on est plutôt angoissé et que la doxa vous raconte que c’est mieux de manger végétarien, n’est-il pas illogique de suivre cette recommandation ?

    De même, et pour être certains de bien fausser toutes les études de ce genre, ceux qui mangent de la viande… font comme leurs parents, et avant eux leurs grand-parents ont fait. Ils n’ont donc rien fait de spécial. Et souvent ne font rien de spécial. A l’inverse, choisir le régime de végétarien démontre souvent un certain intérêt pour un style de vie plus sain (donc vont avoir tendance – que ceci soit ou pas un bien fait réel – à faire du sport, à préférer les produits bio, à éviter la proximité de polluants, à se protéger du soleil, etc…). Donc végétariens et mangeurs de viande sont de toute façon deux populations difficiles à comparer en termes de santé.

    Par contre, je pense que d’ici 1 ou 2 décennies, – on commence d’ailleurs déjà à l’entendre – on mettra en cause une sur-consommation de glucides, et un régime trop pauvre en protéines comme cause de l’épidémie d’obésité dans les pays les plus avancés. Tout l’inverse du végétarisme, d’où le régime « paléolithique », faisant la part belle à la viande, qui commence à venir à la mode. Et les bons résultats des mangeurs de viande dans cette étude 🙂

    D’ailleurs quand on étudie les recommandations alimentaires « officielles », on voit qu’elles changent souvent selon les lobbys forts du moment. Ainsi en France, l’Etat a fait la promotion des produits laitiers dans les écoles dans les années 50. S’agissait-il de trouver des débouchés à la surproduction de lait ou de santé publique ? Aujourd’hui on sait que l’allergie au lactose est tout de même fort répandue, et qu’il n’y a pas de lien entre consommation de produits laitiers et ostéoporose. Autrement dit que le lait n’a pas toutes les vertues qu’on a voulu lui donner. Je serais pas étonné que le lobby céréalier US (et végétarien) ait fortement influencé dans ce que certains nomment un régime « équilibré ».

    • « D’ailleurs quand on étudie les recommandations alimentaires « officielles », on voit qu’elles changent souvent selon les lobbys forts du moment. Ainsi en France, l’Etat a fait la promotion des produits laitiers dans les écoles dans les années 50.

      Et du bœuf au début des années 1960 !

      « En 1961 François Missoffe, remplaçant au Commerce intérieur Joseph Fontanet, lance la campagne « Suivez le bœuf » censée faire baisser les prix de la viande de boucherie et pousser les français à en consommer davantage. »
      [Extrait du lien : http://www.centerblog.net/societe/204113-6579612-je-me-souviens-de-la-campagne-suivez-le-b-uf- ]

    • Juste une petite précision sur ce régime ‘paléolithique’, qui n’est pas le régime Dunkan…
      Il ne prône pas une consommation de viande excessive, simplement un mode de vie particulier encourageant l’exercice physique entre autres, rapprochement facile que de considérer que l’Homme qui cueille et chasse lui même son repas n’est en bonne santé que parce qu’il mange de la barbaque.

  • ouf un penseur libéral.

  • « Faic ce que vouldras »
    François Rabelais

  • « Il vaut mieux faire le boucher que le veau »
    Dicton populaire

    • Ce n’est pas mieux que d’être la « vache ».

      En argot du goulag, c’est un déporté des camps sibériens qui est invité à s’évader par de vieux briscards (des « droit-commun » généralement) et qui sera sacrifié et mangé par ces derniers au cours de leur errance… 😥

    • j’avais un copain qui estoit boucher, il a vendu son magazin ( l’attrait des 34 heures ).

      maintenant, il est déboucher …

  • -« Encore de la langouste ? »
    (les pensionnaires de la maman Crolet)
    -« Encore de la langouste ! »
    (la maman Crolet)

  • « Tant qu’ils n’obligent pas les non-végétariens à se priver de viande »

    Mais c’est que justement, ils cherchent à le faire.

    • ceux de gauche uniquement. On ne mange pas de viande chez moi. Les autres font ce qu’ils veulent. Si on m’invite et qu’il y en a je mange autre chose dès lors que c’est sans gluten. Sinon je mange pas.

      •  » on ne mange pas de viande chez moi  »

        et qu’est ce qu’on fait chez toi , à part regarder arte ?

      • « Sinon je mange pas ». Ca nous ferait du bien à tous si tu pouvais faire ça à chaque repas dorénavant. Et dans deux mois, allez disons trois pour être sur, on viendra prendre de tes nouvelles promis.

      • @adele que faites vous quand vous êtes invitée à manger chez quelqu’un ?

  • Un article fait de vent non écrit par Bénédicte C 🙂
    Moi je mange, enfin j’essaie le plus possible en vain sainement donc peu de viande, après si vous avez envie d’une salade au petit déj, ça me va, tant qd vous me laissez boire mon p´tit lait.
    Je suis nulle concernant la cuisson de viande ( a part pour les cuissons très lente ou à la vapeur) à partir de là et de plusieurs essais, oui j’avoue que je ne mange quasi pas de viande. Après j’aime surtout apprendre et connaître ce dont j’ai besoin, alors je fais en fonction, le mieux c’est d’apprendre à écouter son corps et de prendre du temps pour connaître nos sources alimentaires!

    • « sainement donc peu de viande »

      Vous êtes mal renseigné(e). Les produits d’origine animale ont de très loin la plus grande densité nutritionnelle, s’en priver est un moyen presque sûr de mal se nourrir et développer des carences – surtout quand on n’a pas un doctorat et/ou un budget suffisant pour savoir et pouvoir quoi acheter.

      • On trouve quand même des sacrées saloperies dans les rayons boucherie des grandes surface.

        La graisse des animaux de batterie, élevés virtuellement à 100% avec des céréales, est loin d’être saine, et bien souvent les produits carnés sont « enrichis » avec cette graisse et des protéines végétales. Mieux vaut éviter ce genre de mélanges … ou même certains morceaux non transformés comme le foie.

        • Je suis dans la partie et le moins que l’on puisse dire , c’est que vous parlez de choses que vous ne connaissez pas.
          En France, les graisses d’origine animale sont interdites d’utilisation en alimentation animale. (sauf, huile de poisson, en aquaculture). Dans les autres pays européens, non.
          Le couplet, « animaux de batterie », idem: seules les poules pondeuses sont élevées en batterie, et encore, pas toutes. De plus, avec 100% de céréales , vous n’irez pas loin car trop carencé en protéines (un peu comme si vous oubliiez de mettre de l’huile dans votre moteur…).
          Bref, les poncifs habituels.

          • Je parlais des produits « finis » pas de l alimentation animale.
            Et pour le 100 % cereales … il fallait comprendre « grains » , désolé pour l abus de langage.

      • Mais j’ai dit peu et non pas pas… Si je sais d’où vient la viande et si elle est bien cuite, c’est sans souci. J’ai la chance d’avoir accès à des lapins/ cochons/ vaches à la campagne, je connais les éleveurs, et même si ce n’est pas parfaitement sain, ça me va. Nous les transformons et hop je me régale! Je me fournis en fromage, lait fermenté, crème aussi et les poules font les œufs 😉 si je ne peux pas, alors il n y a pas que les produits animaliers qui ont des fortes densités nutritionnelles il y a certaines céréales aussi!

      • Étudiante pas particulièrement riche, végan et non diplomée d’un institut de diététique, je vous remercie de vous inquiéter pour moi ; je vais parfaitement bien.

  • À l’heure où les négociations transatlantiques se poursuivent et dont les conclusions ne sont filtrent même pas sur ce site (!), et où il est question d’importer le modèle américain des fermes géantes, oui cet article est justifié : mangez le plus possible de viande nourrie aux hormones, aux médicaments, aux farines animales et j’en passe, et vous aurez une vie plus saine, ayez confiance !
    Sinon, pour les femmes qui cherchent des solutions, et les hommes qui en ont marre de la mal-bouffe, consultez ce site : vivrecru.org et soyez ouverts d’esprit (ensuite vous aurez envie de militer pour la fermeture des McDonald’s en France, ce qui serait un réel progrès social !)

    • Gavroche: « et soyez ouverts d’esprit »

      Il ne faut pas confondre ouverture d’esprit et fracture du crane. Si vous avez envie de manger cru pas de problème pour moi.

      Gavroche: « (ensuite vous aurez envie de militer pour la fermeture des McDonald’s en France, ce qui serait un réel progrès social !) »

      Forcer les autres à adhérer à ses propres choix à coup de matraques est un « progrès social » ?
      Ça doit être cela votre fameuse « ouverture d’esprit » :mrgreen:

      • « Forcer les autres à adhérer à ses propres choix à coup de matraques est un « progrès social » ?
        Ça doit être cela votre fameuse « ouverture d’esprit » :mrgreen »

        C’est ça, il parle d’ouverture d’esprit au sens propre.

    • Me concernant je précise que je ne milite pas pour la fermeture des MacDonald’s car cela répond à une demande et il n’y a pas de raison d’imposer ma morale à d’autres personnes.

      Sinon dans la vie de tous les jours j’ai tendance à ne pas mettre en avant que je suis végétarien, à part quand je suis invité dans la mesure ou les personnes cherches à me convaincre que c’est contre nature, pas normal etc etc… Alors qu’encore une fois je ne cherche à convaincre personnes

    • Il faut croire que le consommateur est bête et est incapable de savoir ce qui est bon pour lui… Si les gens ne veulent pas de poulet à la javel et de viandes aux hormones, ils n’en achèteront pas.

      Après la lutte des classes entre travailleurs et capitalistes, la théorie de la lutte des classes entre les capitalistes et les consommateurs…

    • « marre de la mal-bouffe »

      Qu’entendez-vous pas mal-bouffe ??

    • « ce qui serait un réel progrès social  »

      Depuis quand mettre des milliers de gens au chômage pour faire plaisir à des ayatollahs du bon goût est un progrès ?

  • « En l’absence de réciprocité, il n’en ont pas, fin de l’histoire. (A moins que vous puissiez nous prouver que les animaux sont capables de reconnaître nos droits) »

    Un peu comme les bébés humain ? Ils sont incapables de reconnaître leurs droits et en l’absence de réciprocité, ils n’en ont pas.

    Donc on peut faire ce qu’on veut des bébés humains (les bouffer, les torturer, …)

    • Des études ont révélés toutefois la forte teneur en toxine des bébés communiste. :mrgreen:

      • Faut dire aussi que c’est une étude « scientifique » qui se base sur des statistiques (probablement sur une très courte durée) : des rapports d’études comme on en voit des milliers sur le net et dans les magazines.

        Ca a dû leur prendre une journée pour rédiger ça.

        Mais bon, l’ADA (organisation de plus de 75.000 charlatans) ainsi que son pendant Australien doivent surement raconter des conneries quand elles reconnaissent le végétalisme bon pour la santé.

        Vaut mieux faire confiance à des statisticiens en blouse blanche.

        Et Lukah, tu peux aussi ajouter les handicapés mentaux dans ta liste.

    • Ouais. Doucement quand même sur les viandes rouges.

      • Pierre, vous irez dire ça aux Masaï et aux Eskimos. Étonnamment, c’est quand ils mangent moins de viande rouge qu’ils commencent à avoir des problèmes de santé.

        • Répét. Tu diras ca aux japonnais. C’est étonnant, c’est lorsque les asiat mangent moins de viande rouge qu’ils ont une meilleure santé.

          Ca n’enlève rien à la cruauté qui est l’élément principal, bien avant la question d’équilibre alimentaire.

          Manger végétarien ou végétalien sans faire gaffe à ses apports, c’est comme aller bouffer au MCDo (sponsorisé par les obèses américains). Dans un cas comme dans l’autre, faut être sévèrement demeuré

        • J’imagine que vous connaissez un grand nombre de Masaï et d’Esquimaux, et que vous avez le même mode de vie qu’eux… Sinon comment se permettre de faire des raccourcis si faciles ?

  • A vous lire, quelque soit l’article que vous commentez, VOUS avez la bonne vision du monde, lecteurs de Contrepoints. Vous affichez une telle condescendance, certains plus que d’autres, quand vous n’êtes pas simplement agressifs.
    Mais qu’est-ce que ça peut vous foutre que des gens soient végétariens ? Je ne vous vois pas critiquer les musulmans parce qu’ils ne mangent pas de porc ou ne consomment pas d’alcool, alors pourquoi vous moquer des végétariens qui ont de l’empathie pour les animaux ?

    Puis le type qui a rédigé cet article… Rien que la phrase d’intro est à gerber. Même pas un semblant d’objectivité, puis on balance une étude à la con qui ne signifie pas grand chose.
    Démonter les arguments des végétariens quand ils sont faux, bien sûr, c’est normal, on ne va pas laisser des gens faire de la désinformation, mais là vous partez carrément en croisade contre eux.

    • BadOmen : « alors pourquoi vous moquer des végétariens qui ont de l’empathie pour les animaux ? »

      Parce que beaucoup font du prosélytisme plutôt violent et que ça finit par énerver ?
      https://www.google.fr/search?q=viande+meutrier

      BadOmen : « VOUS avez la bonne vision du monde, lecteurs de Contrepoints. »

      Rien ni personne n’a la vérité absolue, c’est bien pour cela que les libéraux dénient à quiconque le droit d’imposer aux autres ses propres choix. Personne, ni les mangeurs de viande ni les végétariens n’ont le droit d’imposer aux autres, par la force, leur propre choix.

      C’est une vision de non-agression qui résout à peu prêt tous les problèmes des sociétés humaines ET qui est en plus confortée par les données. Les pays qui vont le mieux et de loin sont les plus libéraux:

      http://www.heritage.org/index/

      Si cette vision n’est pas bonne, merci d’argumenter.

      • Ca énerve, et ? Vous avez le droit d’être énervé, bien évidement, et même de manifester votre mécontentement. Mais vous, vous n’êtes qu’un commentateur. Quand Contrepoints pond de tels articles c’est différent. Est-c-e que Contrepoints publie des contre-arguments en directions des religieux qui disent aux non croyants qu’ils iront en enfer ?
        Non, il y a un acharnement contre ce qui se rapproche de près ou de loin à l’écologisme, en mettant tout dans des petites cases pour que ce soit plus facile à critiquer.

        Rien ni personne n’a la vérité absolue non. Sauf les lecteurs de Contrepoints, qui postent en bombant le torse leur avis et font des raccourcis ridicules, puis dévient rapidement à l’ad hominem, puisque comme ils sont libéraux alors ils ne se basent que sur des faits, et leur vision est donc bonne, il n’y a pas d’autre vision possible. On se croirait sur un forum d’ados intolérants.

        Enfin, je ne critiquais pas le libéralisme, ni les libéraux,je parlais des lecteurs de ce site, qui même s’ils sont libéraux sont, pour la grande majorité, très intolérants, puérils et malhonnêtes, et ç’en devient fatiguant de voir des articles bousillés par des commentaires qui partent en branlette d’ego, attaques personnelles et convictions personnelles. Donc si les rédacteurs se mettent également à faire dans la malhonnêteté, qu’ils critiquent pourtant, je me demande combien de temps ce site restera libéral.

        • BadOMen: « Non, il y a un acharnement contre ce qui se rapproche de près ou de loin à l’écologisme »

          Les écolos et autres secte gaïa-compatible sont quand même dans le top 3 des gentils messie qui veulent faire pleuvoir les contraintes législative et fiscale pour obliger tout le monde à vivre comme eux le veulent.
          Et régulièrement il est démontré que ce ne sont que des conneries sectaires. (cf: bilan écologique de la très verte Allemagne)

          BadOMen: « même s’ils sont libéraux sont, pour la grande majorité, très intolérants, puérils et malhonnêtes »

          Très amusant… « Les ennemis sont très cons parce qu’ils croient que c’est nous les cons…  » Moi je vois pleins de libéraux qui critiquent aussi l’étude et je vois aussi pleins de trolls qui insultent et démolissent en vrac sans autre arguments que leurs sectarisme. (cf: votre copaing Gavroche plus bas, un modèle de tolérance et de maturité LOL :mrgreen: )

          Un peu de lucidité aussi. « nous/gentil/vous/méchant », pitié quoi !

    • Mais qu’est-ce que ça peut vous foutre que des gens soient végétariens ?

      Cela ne me gêne pas ❗

    • Non merci ça ira, j’ai assez donné dans ce genre de faux combat.

    • Égalité et réconciliation….Sérieux? Le gourou Alain Soral a encore des adeptes?

    • @Bad que se passe t il quand vous êtes invité chez des gens ?

  • Les joies de la vulgarisation biaisée…

    Si on lit le papier d’origine :
    – les auteurs n’ont pas trouvé de lien de cause à effet mais une association. Ils précisent bien qu’ils ne savent pas si les sujets de l’étude sont malades car végétariens ou sont végétariens car souffrant d’une maladie
    – les auteurs précisent en introduction que certaines habitudes alimentaires des végétariens (peu de graisses saturées, beaucoup de fruits et légumes) sont reconnues comme bonnes pour la santé.

    D’autre part l’étude EPIC ne montre pas que les végé meurent plus jeunes que les autres. Je ne sais pas où P. Gosselin a été chercher ça… L’étude EPIC montre au contraire que les participants, végé comme omni, sont en meilleure santé que la moyenne britannique.

    À supposer que P. Gosselin n’ait lu que le communiqué de presse, et ni le papier d’origine, ni l’étude EPIC, le communiqué de presse précise bien :
    – qu’on ignore le sens du lien de cause à effet (si cause à effet il y a)
    – rappelle noir sur blanc que l’étude EPIC a trouvé que végé et omni de l’étude avaient la même espérance de vie : « Vegetarier haben ein etwa 30% niedrigeres Risiko, an Herzkreislauf-Erkrankungen zu sterben– doch die Gesamtsterblichkeit unterscheidet sich nicht von den Alles-Essern. »
    – Explique aussi que le régime végétarien peut être utilisé avec succès pour traiter certaines maladies de civilisation: « Vegetarische Kostformen haben das Potenzial, die meisten dieser Zivilisationskrankheiten zu verhindern »

    Par contre le communiqué de presse dit effectivement (et à juste titre) que les allégations santé de certaines assos végé sont souvent folkloriques. À mon avis, le végétarisme est justifiée principalement par les arguments éthiques.

  • Le tout dernier paragraphe dit tout et décrédibilise l’auteur

    Il est payé par quel abattoir ?

  • Ecrire un article est une chose, se contenter de le traduire et de le diffuser en est une autre.
    Je ne dis pas que lé végétariens vivent plus longtemps, mais dire que « les gros mangeurs de viande ont une vie plus saine » me paraît…un peu gros!
    Soyons clairs, pour une étude de ce genre, 10 penchent en faveur du végétarisme.
    Notre anatomie, tube digestif etc…favorise les végétaux dans l’alimentation.
    Ce qui n’empêche pas à Pascal de manger Joe le cochon de temps en temps si ça lui fait plaisir.
    (joe est dans un box étroit et défèque sur une grille en métal, il est rarement dans un pré.)

  • Encore une étude bullshit.
    Assez clairement les gens ne deviennent pas végies par hasard, et tout aussi clairement le fait d’avoir à la base des problèmes de santé ou des troubles psychologiques est un facteur qui incite à changer de régime et, pourquoi pas, en exclure la viande.

    • A mesure que l’on prend se l’âge, notre vision du monde change, on prend conscience de chose qui ne nous atteignaient pas avant. S’interroger sur son alimentation et donc sur sa santé en fait partie. Pas besoin de « troubles psychologiques ». Que chacun mange se qu’il veut, du moment que sa conscience s’en accommode.
      Que ce soit par respect de l’animal ou/et pour sa propre santé, on sait que beaucoup de viande est malsain.
      Cet article est une ânerie.

      • @edk oui chacun peut manger ce qu’il veut c’est tout à fait souhaitable. Maintenant nous sommes des êtres vivant en communauté et le repas est un moment éminement social. Comment se comporte un végétarien dans ce cas ? Pour ma part je n’ai aucun problème à manger un repas vegan . Et inversement ? Qui est celui qui ne fait pas le pas vers l’autre ? ….

  • merci pour cet article intéressant 🙂

  • je me trompe peut-être, mais je crois que la majorité des végétariens sont en Asie et en Inde, et le sont pour des raisons religieuses. Mais je doute que ces gens aient été inclus dans l’étude, ce qui est dommage, dans la mesure où contrairement aux bobos écolos locaux qui le sont pour se donner bonne conscience vis à vis de nos amies les bêtes, eux ont une vraie culture alimentaire , construite par des siècles d’expériences…

    • Un végétarien ou végétalien n’est pas nécessairement écolo, merci bobo 🙂

      On peut aussi retourner à l’âge de pierre pr réapprendre à vivre, tu as raison.

      LA bonne conscience serait que ta famille égorge chaque bête qu’elle bouffe, fait gaffe aux termes que tu emploies, lorsque tu ne connais pas leurs définitions.

      Comme beaucoup, tu veux avoir la bonne parole, mais tu n’assumes pas 🙂

  • Le débat n’est pas près de se terminer..

    Pour ma part : le financement de l’étude n’est pas précisé et l’échantillonage de l’étude ne me semble pas optimal (critères de sélection des personnes (% de végétariens, niveau de diversification de leur régime et date de début..), prise en compte des compléments alimentaires, ..)
    De plus cet article ne cite pas le positif dans l’étude source PLOS : « vegetarians have a lower body mass index, a higher socioeconomic status, and better health behavior, i.e. they are more physically active, drink less alcohol, and smoke less »

    Bien entendu, il faut différencier la consommation de viande intensive (contenant souffrances animales, hormones, OGM & antibiotiques) et viande bio avec bonnes pratiques…

    guillaume, flexitarien heureux de l’être (majorité fruits&légumes comme la longueur de nos intestins nous l’exprime et consommation faible de bonne viande)
    Sans oublier l’importance de l’activité physique et l’hygiène de vie globale bien sûr..

    PS : un des haltérophiles (Libanais) les plus forts du monde est végétarien (donc pour le côté protéines…)

    PPS : de manière plus générale, le monisme tend à rapprocher conceptions cartésiennes et intelligence émotionelle/sensibilité. Science et sensibilité doivent donc se rapprocher plutôt que de se combattre

    • Des catcheurs comme Daniel Bryan (la viande le rend justement malade) et Austin Aries sont végétaliens. Ca ne les empêche pas d’être en forme et d’enchaîner les combats.

  • le vegetarisme lisme et veganisme prenant de l’ampleur il est normal que des sois disant scientifiques emettent des contre vérités
    imaginons un monde sans carnivore plus d’elevages,plus d’abattage de foréts pour planter du soja pour nourrir les betes plus d’abattoirs perte de transport ,de médicaments pour les animaux (les labos se font leur beurre ),moins de malades humains ,alors nos chercheurs qui torturent des animaux dans leurs labos se retrouvent au chomage idem pour les traficants, les eleveurs les fourreurs, bref un bel age d’or pour les animaux et comme l’homme blanc a toujours eté attiré par l’or ,et dont il a exporté vers d’autres continent et bien on continue a maltraiter ,exploiter et tuer les animaux pour le fric

    • enkeli : « imaginons un monde sans carnivore »

      Et en plus chaque famille aurait un poney gratuit et toutes les espèces vivantes s’embrasseraient dans une énorme communion fraternelle.

      Tu m’as convaincu !

    • « imaginons un monde sans carnivore »

      Faudra émiminer la quasi totalité (crocodiles, chats, chiens, rapaces) des animaux pour y arriver.

    • @enkeli « imaginons un monde sans carnivore » : merci pour le respect des libertés des autres humains … Après cela ouvre le chapitre sur la liberté des animaux et de leurs droits , quel est votre point sur ce sujet ? L’homme est il un animal parmi tant d’autres , l’homme a une place « spéciale » dans le royaume du vivant ? merci de méclairer .

  • petite j’etais maladive j’ai été hyper medicalisée j’aimais les animaux et aussi les devorer
    à 16ans j’ai refusé tout traitement allopatique à 18ans j’ai vu tuer une poule et j’ai arrété de manger des animaux
    à 21 ans mon fils est né et est Végetarien de naissance Moi ma santé s’est ameliorée et lui à une superbe santé

    et ce n’est pas moi qui creuse le trou de la Sécu alors oui on se porte mieux quand l’on ne devoré pas les animaux mais ce n’est pas pour cette raison que j’ai arreté de les devorer et de participer à leur exploitation, ah bien sur je suis depuis devenue vegan .A ceux qui disent que se sont les bobos qui sont bios c’est faux, pas beaucoup de bobos sont vegés ,les bobos mangent bios ,et même du foie gras bio non les vegés et vegans sont dans tous les milieux et partout Attention Big brother vegan vous surveille
    j’ajoute j’ai arrété de manger les animaux en 1968!!!

  • quelle drôle d’idée de vouloir aborder une religion sur le plan scientifique.
    Comme si la sciences essayait de prouver l’existence de Dieu.

    Un religieux ,ou un adepte d’une secte,est toujours un élu, porteur de la vérité, et généralement promis à imposer, quelques soient les procédés, sa vérité
    aucun argument fut-il scientifique ne pourra ébranler leur foi

    http://www.theresilientearth.com/?q=content/vegetarian-cavemen-died-out-meat-eaters-thrived

    comme je suis créationniste, cette étude n’a évidemment aucune valeur….

  • Contre la cancer y a le cannabis.
    Ca c’est du nivellement par le haut.

  • Hum, qu’ils étaient délicieux les rognons de veaux à midi :mrgreen:

    Enfin, ce n’est pas tous les jours…

  • « végétarien » célèbre mot inventé avant le néolithique pour dire plus communément « mauvais chasseur ».

  • Diététicienne, je vous suggère d’aller voir la plus grande base de données mondiale d’études médicales sur le végétarisme/végétalisme, regroupées sur la MEDLINE : la très très large majorité est sans appel : le régime végétarien fait baisser le taux de morbidité/mortalité dans les groupes étudiés, à niveaux de vie (sport, tabac, etc.) égaux. Après, si une étude vous conforte dans vos choix carnassiers, délétères pour l’environnement (ça, personne ne peut le nier, c’est officiellement reconnu), tant pis pour vous. Mais au prochain scandale de E.Coli, de tremblante du mouton, de H1N1 ou autres virus, bactéries provenant des conditions merdiques des élevages intensifs (on confine la « viande sur patte » parce qu’il y a une si forte demande de bidoche !) ne venez surtout pas vous plaindre qu’on vous fait manger de la merde, on fait ses propres choix, n’est-ce pas…

    • Diététicien, c’est un diplôme bac+2.
      N’importe quel profane peut atteindre un niveau de connaissance équivalent moyennant un travail régulier. Surtout avec des bases scientifiques, étant donné que les études en nutrition sont souvent des études statistiques.

      Donc l’argument d’autorité => poubelle.

      Et quant au cherry picking de maladies … c’est juste honteux de balancer ce genre de conneries. N’importe qui peut sortir des grands mots qui font peur, genre : Mycotoxines, Escherichia coli entéro-hémorragique, …

      Si vous avez des arguments précis et sérieux à donner, allez y, mais épargnez nous ce genre de trucs svp.

      • La MEDLINE ne vient pas de moi mais des plus grand médecins et scientifiques depuis des décennies !!! Je connais cette base de données parce que je suis dans le milieu et je vous invite non pas à me croire sur parole mais à regarder cette base de données. Donc l’argument d’autorité merci, mauvaise foi bonjour.

    •  » aprés, si une étude vous conforte dans vos choix délétères pour l’environnement …  »

      une réchauffiste … niquecarla hulot va faire retraite, il désespère de l’espèce humaine … qui ne voit pas, qui ne comprends pas, qui ne sait pas, qu’ elle est en train de détruire l’environnement, la planète, les animaux de monde… tout ces gens sont si stupides, il faut un nouveau grenelle, mieux, un gros nelle, une grosse quenelle … sauver willy , sauvez son pognon, sa voiture ( un 4×4 ) , la mer monte, le achun nénun va décimer la planète… c’est l’apocalypse, falco l’avait prédit , nostradamus et paco rabane aussi , dieu des crétins , st matieux priez pour notre ane qui va se faire manger par un loup qui n’est pas végétarien… haaaa ! je me meurs …

      • Et bien merci pour le jugement : « tous ces gens sont si stupides », ça va les chevilles ? Allez vous informer sur viande.info ou d’autres sites avant de vous sentir supérieur mais les œillères tiennent bien en place à ce que je vois…

        • et qu’est ce que tu veut que j’aille foutre sur viande.info ? moi, de la viande, j’en produit, et celle la, tu est surement pas prete d’en manger…

          essaies donc dèja de comprendre le sens des commentaires avant de critiquer.

    • Stéphanie Jeanne : « Mais au prochain scandale de E.Coli, de tremblante du mouton, de H1N1 ou autres virus, bactéries provenant des conditions merdiques des élevages intensifs (on confine la « viande sur patte » parce qu’il y a une si forte demande de bidoche !)
      ———————————-
      C’est très con comme argument, parce que la tremblante du mouton et H1N1 ou autre virus viennent justement de conditions d’élevage PAS intensif : la tremblante du mouton a existé depuis des millénaires et vient surtout du Maghreb, les virus de la grippe (dont H1N1) viennent systématiquement de l’Asie où les canards vivent au milieu des gens, jamais d’élevage intensif ! C’est d’autant plus con que depuis qu’on mange de l’intensif, l’espérance de vie ne cesse de s’allonger.
      Visiblement, avec un diplôme de diététicien, le raisonnement logique est en option.

      Soit dit en passant, si vous voulez moins d’intensif (on ne peut qu’être d’accord), il y a une solution très simple et immédiate : demandez de l’Etat une baisse des charges et la suppression de l’immense majorité des contraintes bureaucratiques et réglementaires qui étranglent les agriculteurs. S’ils ne sont pas obligés de produire à cadence industrielle pour payer tous les parasites qui les ponctionnent (une révision obligatoire de la sulfateuse, ça coûte) sans même pouvoir se payer un smic, ils feront de l’extensif.

      • « C’est très con » : encore un jugement carniste ?! Pourquoi est-ce très con ? N’importe quelle personne comprendra que, même si ces bactéries/virus sont apparues avant, elles se développent à vitesse grand V dans les élevages intensifs à cause de… la promiscuité des animaux, de l’environnement et l’usage massif d’antibiotiques et de médicaments car les germes deviennent résistants… Et qu’on ne peut pas à l’heure actuelle revenir aux élevages traditionnels parce qu’il y a trop de gros consommateurs de viande et pas assez de place, c’est aussi simple que ça. Les animaux d’élevage représentent 10 fois la population humaine, vous comptez donc les faire brouter tranquillement comme avant ? Mais avant les années 50, les gens étaient raisonnables, la viande n’était consommée que le dimanche ou les jours de fête et elle était de bonne qualité… Voilà comment on en est venu à ces élevages intensifs qui polluent, oui oui et qui sont responsables de la destruction d’une bonne partie de l’amazonie entre autres, la liste est trop longue ! Pour vous informer un peu : http://www.viande.info/

        • « ces bactéries/virus () se développent à vitesse grand V dans les élevages intensifs à cause de () l’usage massif d’antibiotiques et de médicaments »

          J’ai bien lu?

            • L’usage massif d’antibiotiques et de médicaments aide ces bactéries/virus à se « développer à vitesse grand V dans les élevages intensifs »?

            • Alors, ce n’est plus du poulet que l’on élève, mais des bactéries ❗
              Miam, c’est l’avenir … 🙄

          • En fait, plus on utilise d’antibiotiques et de médicaments en prophylaxie, plus le risque de développer des germes mutants et résistants est grand. C’est bien l’élevage intensif qui pose problème à cause des conditions impensables et de la promiscuité. Et on en revient toujours au même : moins de demande en viande = moins d’élevages de ce type. Si les consommateurs (de plus en plus nombreux à cause de la démographie) en mangeaient une ou deux fois par semaine et choisissaient de la bonne qualité (animaux élevés en plein air, etc.) on aurait moins de problèmes mais avec l’idée qu’on veut en manger tous les jours et au prix le plus abordable, on aura ce genre de dérives… qui présente des risques pour la santé publique (les algues vertes en Bretagne sont mortelles et sont une des conséquences directes de l’élevage intensif porcin…)

            • @ Stéphanie Jeanne

              Vous êtes donc bien d’accord que ce n’est pas une demande moindre en viande qui va supprimer ce genre d’élevages, mais seulement en réduire le nombre. Ce n’est donc pas la meilleure solution.

              Si au contraire, au lieu de promouvoir le végétarisme, on promouvait de meilleurs conditions pour les animaux, avec au final un produit clairement meilleur et plus sain, les gens seraient certainement prêts à payer plus cher pour une meilleure qualité et réduiraient d’eux-mêmes leur consommation, préférant un bon morceau de viande une fois de temps en temps, qu’un morceau infecte et dangereux pour leur santé tous les jours… 

              Mais au final, la position libérale est de dire de laisser faire le marché, tant qu’il n’y aura pas d’évidence flagrante que le végétarisme est plus sain que manger de la viande, ou inversement, le marché favorisera les deux modes de vie…

    • Tremblante du mouton, il n’y a pas de scandale sanitaire connu actuellement!

  • Votre article (est-ce votre traduction ou l’article d’origine ?) confond allègrement végétariens et végétaliens. Les végétaliens considèrent qu’l vaut encore mieux manger de la viande que de suivre le régime végétarien, bourré de céréales, oeufs, fromages et autres produits « délétères » !

    • les végétaliens ne mangent aucune protéines animales …. et se portent très bien , merci de vous en soucier .

  • Je n’ai jamais lu des choses aussi stupides … combien les lobbies du lait , de la viande et des médicaments ont ils payés pour sortir de telles inepties ? C’est absolument scandaleux …. Mais parfait, continuez à vous empiffrer de ces saloperies si vous estimez être en meilleure santé … la santé de votre conscience sans doute que vous cherchez à rassurer . Pitoyable !

    • toi aussi tu végètes , tu végètes… tu végètes à lien ! pascale stop tortue…

      raconte nous comment tu arrète les tortues … avec une planche ? une cloture electrique , non ! ça c’est méchant , si la tortue se prend la décharge , elle pourrait voter pour le front national… avec un fossé ? une douve ? j’ai trouvé !! tu les arrètes avec un lien ! c’est pour ça que tu végètes à lien ! et si la tortue elle s’étrangle avec le lien ? ou est ta conscience ? dans une salade batavia que tu donne à manger à la tortue … et si y a une limace , dans la salade , la tortue elle devient carnassière non ? comme marine le pen ? ha lalalalalaa…

  • Comme ne pas manger de viande rend dépressif et atone, au final on est content qu’Adèle n’en mange pas. J’ose pas imaginer dans quel état elle serait si elle mangeait un steak tous les jours.

  • Toutes les études scientifiques n’ont pas le meme niveau de qualité. En gros il y a trois niveaux:

    0 – la méta-analyse, c.a.d. une compilation de résultats existants, et la sélection des résultats est souvent biaisée. Pour moi c’est le sous-sol, le niveau zéro de qualité scientifique. Ce genre d’étude ne crée pas d’information mais plutot de la désinformation.

    1 – l’étude de population (étude épidémiologique) c.a.d. on donne un questionnaire a des milliers de gens et sur la base des données obtenues on tire des associations du genre ‘les gens qui consomment de la viande rouge ont un taux de cancer plus élevé’. C’est déja plus intéressant mais les conclusions sont souvent discutables, puisque ces études ne peuvent pas identifier les causes, les conséquences et les facteurs indirects (et elles ne peuvent pas non plus ‘prendre en compte’ les biais les plus évidents). Des résultats contradictoires sont souvent obtenus et les chercheurs n’essaient pas d’expliquer les contradictions de leurs résultats avec les études passées.

    2 – l’étude en double-aveugle, c.a.d. on prend deux groupes choisis aléatoirement, on les met dans les memes conditions (meme alimentation, meme style de vie) et on donne le produit étudié a l’un des deux groupes et pas a l’autre. C’est le seul type d’étude qui permette réellement de tirer des conclusions. Mais les conclusions sont souvent fragiles puisque des résultats différents peuvent parfois etre obtenus selon la durée étudiée, la quantité consommée, la qualité du produit, l’age des participants, etc. Et la encore, les chercheurs n’essaient pas d’expliquer les contradictions de leurs résultats avec les études passées.

    Tout ca pour dire qu’il vaut mieux s’abstenir de faire des déclarations catégoriques sur la base d’une seule étude, surtout si cette étude n’est qu’une étude de population (comme dans le cas présent), qui de plus n’essaie meme pas d’expliquer la contradiction avec les études associant la viande rouge au cancer, ou celles associant les légumes verts a une réduction du risque de maladie du coeur. Si on en s’en tenait a cette seule étude, on ne mangerait plus aucun fruit et légume.

    • @Vouszici
      Les études statistiques ne sont pas forcément basées sur des questionnaires. Elles peuvent traiter des données provenant de registres plus ou moins bien tenus (mortalité, homicides, fréquence d’accidents), et dans ce cas être de meilleure qualité que les études basées sur des déclarations.

      Vouszici : « qui de plus n’essaie meme pas d’expliquer la contradiction avec les études associant la viande rouge au cancer, ou celles associant les légumes verts a une réduction du risque de maladie du coeur. »
      ———————-
      C’est parce qu’il n’y a PAS de contradiction. On peut manger de la viande (ou plein d’autres protéines animales) sans forcer sur la viande rouge ou en consommant beaucoup de légume verts. Le régime Atkins est basé sur la viande et les légumes & fruit en excluant les céréales. De même que le régime paléolitique recommandé par les autorités de santé suédoises. Manger beaucoup de viande rouge pourrait (c’est bien du conditionnel, vu toutes les causes possibles et imaginables qu’on a attribué au cancer) causer le cancer ne signifie pas que la viande rouge à dose modérée serait nocive, sinon, ça voudrait dire que l’aspirine à haute dose tue => l’aspirine à petite dose est nocif.

      Soit dit en passant, une étude peut être bonne en soit sans avoir besoin « d’expliquer » sa contradiction avec les autres études. Ca s’appelle une controverse scientifique et c’est les faits qui tranchent et non pas une « explication » du chercheur.

      « Si on en s’en tenait a cette seule étude, on ne mangerait plus aucun fruit et légume. »
      ——————————
      Bah non, la conclusion est exactement l’inverse : qu’il ne faut pas exclure une catégorie entière d’aliments par préjugé et par ignorance.

      • Notons tout de même que des peuples se nourissant pour ainsi dire exclusivement de viande rouge, par exemple Masaï et Inuit, sont pour ainsi dire exempts de cancers. Quand ils commencent à manger autre chose, paf.

        • J’ai entendu récemment à la radio (France inter) un homme de cirque Rom, Alexandre Romanès, affirmer qu’il n’y a quasiment pas de cancers du sein chez les femmes Roms parce qu’elles ne consomment pas de lait de vache. Légende ? réalité ? Il serait intéressant de creuser le sujet…

          • Sur le net on doit pouvoir trouver facilement un bon millier de théories « originale » sur les cancers. L’alimentation est un sujet qui rend les études scientifique très difficile: innombrable causalités, facteurs impossible à isoler, pas d’étude possible in vivo, très longue durée de vie des sujets/générations.

            Quand les réponses de la sciences sont aussi floue et changeantes (au fur et à mesure des avancées/retrait) ça laisse la porte ouverte à tous les jacques-a-dit.

            Sur les ROM:
            -Peut-être totalement faux. « J’ai constaté »=poubelle.
            -Ils sont peu et mal suivi médicalement. Diagnostique non effectué, maladie cachée, non prise en compte de cette mortalité etc. etc.
            -Facteur héréditaire ?
            -Mode de vie, lieu de vie, rythme de vie ?
            -Autre facteur alimentaire ?

        • Qui est un peuple très dépressif stp ?

          Qui se pend en masse ?

          Les inuits 🙂

          Mais, parle donc des japonais et leur longévité, comme je le répète. Vois leur rapport à la viande et leur longévité.

          => on recommence, manger de la viande réduit l’espérance, (on ne va tout de même pas aller jusqu’à dire que ca déprime les inuits lol).

          Ton intervention était inutile, si je peux me permettre.

        • Notons également que leur mode de vie différe… Très largement du nôtre.

  • Our results have shown that vegetarians report chronic conditions and poorer subjective health more frequently. This might indicate that the vegetarians in our study consume this form of diet as a consequence of their disorders, since a vegetarian diet is often recommended as a method to manage weight [10] and health [46]

    Ce texte est issue de la conclusion de l’article original et dit clairement que l’alimentation végé est conseillée, que si les végé de l’étude sont en mauvaise santé c’est une des causes de leur choix pour le végétarisme en vue d’être en meilleure santé.

    Bon oui fallait juste lire l’article original pour voir ça.

    • N1C0LAS : « Bon oui fallait juste lire l’article original pour voir ça. »
      ——————————
      Il ne suffit pas de lire, il faut aussi comprendre.
      Car la conclusion ne dit absolument pas que l’alimentation végé est conseillée, vous délirez !
      Elle dit que le fait que les végétariens soient plus souvent en mauvaise santé POURRAIT venir du fait qu’ils soient déjà initialement en mauvais santé avant d’adopter le végétarisme vu que c’est « un régime souvent recommandé comme méthode pour gérer son poids et sa santé », ce qui ne signifie en aucun cas qu’il s’agit de recommandations raisonnables ou cautionnées par les auteurs.

      Du reste, en supposant que cette hypothèse sur la causalité du constat végétarisme = mauvaise santé soit vraie, ça voudrait clairement dire que le végétarisme ne permet en aucun cas d’améliorer la santé des gens malades. Tu parles d’un argument !

  • Eh bien dites donc…204 commentaires au moment ou je tapote celui-ci ! En à peine une journée !
    N’est ce pas un record ? Au fait c’était quoi le sujet ?
    Le sujet c’était ça :
    « la plupart des végétariens sont souvent des écologistes radicaux et des alarmistes du climat obsédés et hystériques… ».
    Prochain article : « Le vélo (ou la marche, au choix), c’est très mauvais pour la santé ».
    Pourquoi ? Parce que parmi les adeptes de ces activités grotesques, il y a beaucoup d’écologistes radicaux et d’alarmistes du climat obsédés et hystériques.
    Compris ?

  • @FabriceM

    « D’autant qu’au passage, il est prouvé aussi que la consommation de viande cuite fut l’une des causes principales de l’évolution de notre intelligence. »

    Vous avez des sources ça m’intéresse, heu je suppose que vous êtes végétarien ? 🙂

    Merci

    • Des sources Peet ? 😀

    • C’est desproges54 qui a dit ça.

      Mais je soutiens. Ce sont des études sur le métabolisme qui l’on montré (la manière dont le corps consomme de l’énergie). Grâce à la modification de régime alimentaire, dDe la puissance qui était initialement consommée par les intestins pour digérer les végétaux a été rendue disponible pour le cerveau.

      Après, pour les sources exactes ….j’ai la flemme.

      • Mr veut des infos concrètes, mais n’est pas capable d’en donner.

        On peut te zapper sans problème. Ce sont tes artères bouchées qui t’empêchent de faire l’effort ?

  • UNE étude scientifique: vous faites comme tous les autres médias, qui croient qu’une hirondelle fait le printemps. On peut vou sortir des dizaines d’études qui « prouvent » le contraire. Soyez pas cons…

  • Je n’ai pas d’apriori sur la question, mais il ne faut pas confondre correlation et causalite.
    Je pense qu’une bonne partie des gens qui deviennent vegetariens le font parce qu’ils ont des maladies chroniques….eczema psoriasis, allergies diverses, insuffisance renale…et ils veulent essayer quelque-chose.
    Du coup cela fausse les statistiques.

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous. Que les scientifiques qui ont pondu cette étude n’aient pas pensé à ça, montre toute la nullité de leur recherche.

      Je ne parle même pas de l’esprit critique de l’auteur de cet article, qui a trouvé là un bon moyen pour déverser toute sa haine.

  • Plus de 200 commentaires reçu ici dont beaucoup mettent en cause la validité de l’étude formelle ?
    ça nous renseigne-t-il sur le « taux d’obsédés » qui se trouvent dérangés dans leurs marottes vertes par la teneur de l’article ? Oui les médias à-la-con leur ayant bourré le crâne ont atteint leur objectif : installer le mythe du bienfait végétarien… Il n’est pas que les adeptes de GAÏA pour s’en réjouir !!!

    • C’est sûr qu’on est dérangés, à se faire insultés comme vous le faites pour tenter de montrer votre supériorité de carnassiers. Et de voir que vous êtes de mauvaise foi en sautant sur une étude tirée du chapeau pour vous conforter dans vos choix. Grand bien vous en fasse mais n’insultez pas les autres d’idiots, qui par leur mode de vie ne vous dérangent pas en somme, sauf peut-être de vous interroger sur la légitimité de vos propres choix. Mais bon, le loup mange l’agneau et le lion la gazelle, hein ? Et comme on fait de même en allant acheter la bidoche toute prête sous vide en supermarché (parce que la très large majorité des gens ne supporterait pas de tuer l’animal eux-mêmes), ben on est un peu comme le lion et le loup, hein ? Allez, débat stérile, je m’en vais à des occupations plus utiles et vous laissent à votre bon steak. Et je rappelle au passage la plus grande base de données scientifiques depuis des décennies sur le sujet : La MEDLINE.

      • @ Stéphanie Jeanne

        Il n’y a pas besoin d’une étude, pour constater autour de nous que beaucoup de mangeurs de viande ont vécu vieux et rassasiés de jours. Cet article ne fait que conforter l’impression générale, voir même soulever l’hypothèse que le fait d’être végétarien ne serait pas nécessairement si avantageux d’un point de vu médical que ce que la propagande des médias essaie toujours unilatéralement de faire croire.

        Enfin, tout le monde ne vous a pas insulté, mais il y a eu des végétariens qui ont tenu des propos violents et qui ont reçu en retour des propos violents… Lorsque vous dites que « la très large majorité des gens ne supporterait pas de tuer l’animal eux-mêmes », vous accusez indirectement quasiment tout le monde d’être hypocrite, ce que je trouve bien plus violent qu’une bête insulte gratuite.

        Pour ma part, je pense au contraire, que la plupart des mangeurs de viande, en se trouvant face soit au choix de tuer un animal, soit de ne plus manger de viande, choisira de tuer l’animal, mais tant que ce n’est pas une obligation, comme toute corvée pénible, on préfère éviter…

        • aloygah : « choisira de tuer l’animal, mais tant que ce n’est pas une obligation, comme toute corvée pénible, on préfère éviter… »

          Les enfants des voisins paysan salivent quand leur papa retourne la peau d’un lapin. Juste une question d’habitude, l’homme est extrêmement adaptable.

    • Chacun fait dire aux médias dominants ce qu’il a envie, étant donné qu’une étude approfondie sur le sujet, c’est pas facile, hein?

      • @ gregre

        Vu le nombre de réactions sur ce fil, cela paraît évident que l’article s’est attaqué à un sujet qui n’est habituellement pas discuté… C’est d’ailleurs tout l’intérêt de Contrepoints.

        @ llmryn

        Oui, c’est aussi une question d’habitude, mais même habitué, on préfère toujours s’éviter une corvée pénible…

  • Je viens de lire une étude qui constate que la connerie ça tue à trop forte dose.
    Une étude, c’est bon pour faire parler et entamer un sujet de conversation. Leur validité est souvent sujette à caution.
    Personnellement, je n’apprécie que celles qui me conviennent: je trouve donc cette étude particulièrement juste.

  • Bonjour ,

    Cet article me fait bien rire , car j’ai grandis dans une famille qui mangeait de tout , j’avais de gros soucis ORL en permanence …

    J’ai cessé la viande il y a maintenant 11 ans et le poisson ainsi que le lait il y a bientôt 3 ans , et depuis , plus de soucis ORL , et étrangement , moi qui était devenue une grande allergique et asthmatique , qui ne pouvait plus me passer de mes comprimés quotidiens , à l’heure d’aujourd’hui je m’en passe et tout a disparu …

    Donc c’est quand même peu crédible comme article , allez à la rencontre de végétaliens et vous verrez ce que beaucoup diront … Ils se portent beaucoup mieux sans produits carnés !

    Ne manger aucun produit d’origine animale , c’est protéger sa santé , respecter la nature ainsi que les animaux , et les humains par la même occasion (n’oublions pas que tous ces céréales que nous donnons à manger aux animaux destinés à la consommation humaine , auraient pu nourrir directement des humains qui n’ont rien ! ) !

    Donc …. !

    GOOOOOOOOOOOOOOO VEGAN !!!

    PEACE <3

    • Allez à la rencontre des anorexiques et vous verrez ce que beaucoup diront … Ils(elles) se trouvent trop gro(se)s.

      Vous imaginez nourrir plus d’humains grâce aux céréales !! En bons décroissants et malthusiens ce n’est pas très logiques.

      Je ne vois pourquoi tous ces gens sont si fiers de manger des organes sexuels de végétaux.

      Si c’est votre choix et que c’est bon pour vous (ou pas d’ailleurs) allez-y et pas la peine de nous sortir des arguments à deux balles.

      PEACE 2

      • organes sexuels végétaux ? ca c’est de l’argument de valeur. On ferme sa gueule quand on ne sait pas défendre une opinion.

        Je ne suis pas décroissant, je suis personnellement pour l’évolution.

        Par contre, tu es pour la stagnation, sans élever ta pensée, tu t’es trompé de site, Gulli t’aurait mieux convenu.

        C’est quand la dernière fois que tu as tué le veau que tu as mangé ?

        lol tu me fais presque honte 🙂

    • Il se peut que vous soyez simplement allergique au lactose par exemple. Mais bon, si votre régime vous convient tant mieux!

    • priscilla : « J’ai cessé la viande il y a maintenant 11 ans et le poisson ainsi que le lait il y a bientôt 3 ans , et depuis , plus de soucis ORL »

      Des millions de gens sont prêt à jurer que c’est leur [incantation/patte de lapin/bave de crapaud] qui les a guéri. Dans votre cas effectivement vous êtes éventuellement juste allergique au lactose… Ou pas, ça peut être un simple effet placebo, le changement de mode de vie annexe ou un tournant psychologique que vous avez pris.

      Quoi qu’il en soit validité de votre remède=zéro.

  • dites donc, voilà un sujet qui marche?
    demain un article sur la scientologie, ça va faire un carton

  • Je suis végétalienne et je ne suis ni activiste ni surexcitée quand il s’agit d’écologie désolée de ne pas rentrer dans votre charmant cliché… Je ne me suis jamais sentie aussi sereine et pacifique que depuis que j’ai changé mon mode d’alimentation, et la plupart des vegan et végétariens que je connais ne sont pas non plus des activistes radicaux. Et ils ne se permettent pas eux, de critiquer ce que font les autres même s’ils n’en pensent pas moins. Caricaturer les personnes qui décident de faire autrement en se basant sur une soi-disant étude (d’ailleurs elle sort d’où? On peut y avoir accès?) montre la petitesse d’esprit dont l’auteur fait part.
    Et pour ce qui est de la santé, ma mère n’a plus de problème d’arthrite, de cholestérol, ni de surpoid depuis qu’elle a supprimé le lait et la viande de son alimentation. Après chacun (suit) pense ce qu’il veut.

    • mais en aucun cas nous ne critiquons votre mode de vie.

      seulement voilà, comme souvent des gens qui adoptent un mode de vie différent, se croient obligés de faire du prosélytisme , comme par exemple en Allemagne où cette mouvance a voulu imposer un jour vegan dans les écoles.
      Toutes les raisons invoquées pour faire changer le mode d’alimentation vers une alimentation sans viande ne reposent sur que des slogans, des légendes.
      Voilà un article qui examine les avantages éventuels de ce mode de vie et qui n’en trouve pas, que du contraire,et qui voit une avalanche rare de réactions, plutôt violentes.
      Or que je sache, il n’est pas question d’interdire le végétarisme, juste un essai de démontrer les absurdités de certaines affirmations.
      Et cela est vrai sur tous les aspects:par exemple que supprimer la viande aurait un quelconque avantage sur nos capacités à alimenter le monde, ou que cela épargnerait le milieu, etc.
      Et comme généralement, les végétariens sont aussi des décroissants, et autres fadaises, cela énerve.
      Mangez vos salades, et épargnez les carootes, qui ne font de mal à personne non?

    • alex: « Je ne me suis jamais sentie aussi sereine et pacifique que depuis que j’ai changé mon mode d’alimentation »

      C’est le cas de la plupart des gens qui ce sentent mal et décident de tourner une page de leur vie. Sport, nouvelle religion, rite, alimentation, cercle d’ami, astrologie, métier, pays, régime (quel qu’il soit).

      Des témoignage comme le votre on en trouve à propos d’une multitude de solutions. L’important c’est le tournant psychologique et la croyance ferme dans ce nouveau mode de vie.

      alex: « En se basant sur une soi-disant étude (d’ailleurs elle sort d’où? On peut y avoir accès?) »

      Oh… vous ne lisez pas les articles avant de critiquer ? Pas bien ça.

      alex: « Et ils ne se permettent pas eux, de critiquer ce que font les autres »

      viande+meurtre c’est 700’000 résultats sur google, une bonne partie sont des articles et des vidéos extrêmement violentes. D’ailleurs contrepoint explose tous les records de commentaires avec cet article.

  • Je me fiche que quelqu’un soit végétarien ou non du moment qu’il m’empêche pas de manger de la viande. Je connais des végétariens qui font chier personne et d’autres qui sont casse-couilles comme pas deux. Et inversement, des gars comme moi qui bouffent de la viande et qui poussent les végétariens à en manger.
    Chacun fait ce qu’il veut du moment qu’il ferme sa gueule.

  • Je n’ai pas lu les commentaires, du moins pas en totalité.

    Toute fois je note que cette étude (bien que menée de manière scientifique) présente déjà une énorme faille qui la discrédite entièrement à mes yeux: en effet, les 4 catégories dans lesquelles on place les gens sont:

    – personnes qui mangent de la viande + beaucoup de fruits et légumes
    – personnes qui mangent un peu moins de viande (par rapport à quoi à qui et qu’est-ce qu’il mange donc à part ça on ne sait pas..)
    – personnes qui mangent beaucoup de viande (pareil, mangeraient ils exclusivement de la viande?)
    – et les végétariens: sauf qu’on ne sait pas ce qu’on met là dedans non plus, sachant qu’un végétarien ne mange certes pas du tout de viande, mais il peut bien se nourrir exclusivement de frites bien grasses par exemple, ou bien manger très varié… mais rien n’est précisé! Donc végétarien est un gros fourre tout.

    Ces catégories n’ont aucune espèce d’intérêts à mes yeux.

  • Tout d’abord, je pense qu’un débat nécessite le respect de l’opinion de l’autre qu’on la comprenne ou non, qu’on y adhère ou non. Les insultes ne sont pas tolérables, comme les généralisations à la noix (quelque soit « votre » camp).

    Perso, je suis carnivore. De manger de la viande une à deux fois par semaine est recommandé par pas mal de nutritionnistes. Donc dire « manger de la viande, c’est bien ». Ce n’est pas un scoop.
    Mais je connais des végétariens qui vivent très bien sans viande, comme je connais des carnivores qui vivent très bien avec.

    Ce que je critique un peu chez certains végétariens, c’est de dire :  » Tuer des Animaux, c’est mal. Ce sont des etres vivants » (en gros). Or en mangeant les végétaux , ils tuent ou meurtris aussi des etres vivants.
    De plus, les Animaux se mangent entre eux. Pourquoi pas nous ?

    Par contre, dénoncez les conditions d’élevage est autre chose. Et c’est vrai que c’est scandaleux. J’essaye de pas trop acheter de la viande à cause de cela.

    • le pire, c’est que le simple bon sens commande a penser que si on ne consomme plus de viande, les animaux d’élevage ne seront pas sauvés, mais n’auront tout simplement jamais existé…
      les végétaliens veulent-ils prendre en pension sur leur pelouse les 30 vaches qui broutent à leur actuelle dans mes prés, et qui auront perdu toute valeur si plus personne ne veut manger de viande ? surement pas !!

      le pire c’est que quand la lèpre écologistes dénoncent les condition d’élevage, il faut savoir que c’est eux qui ont favorisé l’élevage intensif type hors sol, en obligeant les éleveurs à se mettre aux normes environnementales : ce type de loi à favorisé les regroupements de fermes avec des structures hors sol à la clé, seul façon pour la profession agricole d’ amortir les fosses à lisier hors de prix que cela à entrainé. à contrario, dans les zones de plaine, cela à favorisé le retournement des prairies pour y faire de la céréaliculture intensive…

      on ne crachera jamais assez sur la tombe à mittand et à lalonde…

      • On ne peut pas mettre l’atrocité des conditions d’élevage que sur le dos des écologistes. L’appat de gain et la volonté « d’efficacité le plus rapide possible » en sont maintenant les principales causes. De plus, il n’y a pas que les écolos qui dénoncent les conditions d’élevage. Je me considère par exemple pas comme un écolo. J’adore les muscles car, prendre des bains,etc. Et oui, les paradoxes de l’etre humain 😉 Pour revenir à votre premier point, c’est plus le traitement des animaux en soi qui pose problème, pas qu’ils ont « le droit à la vie ou non » pour beaucoup.

        •  » l’appat de gain et la volonté d’efficassité le plus rapide sont la cause des mauvais traitements des animaux  »

          ton age d’or n’est qu’un rève, et n’ a jamais existé :

          1812 : 60.000 cheveaux sont mort pendant la campagne de russie en 6 mois…

          de tout temps, il y a eu des éleveurs respectueux de leurs bètes, et d’autre non, comme certains sont respectueux de leur femme, et d’autre non …

          les écologistes les plus haineux voudraient supprimer l’elevage en france, et grace à leur accointrance avec les partis bien représenté au parlement, ils y sont en parti parvenu. s’ils y parvenaient totalement, cela ferai encore 500.000 à 800.000 chomeurs de plus ! pas sur que la nation puisse ce permettre ça dans l’état ou elle est déja. enfin, avec valls, cette lèpre mensongère est déja moins visible au gouvernement…

          • Pas faux. Sauf que ces raisons sont bien réelles. Et qu’on pourrait peut etre envisager d’autres solutions. Changer certaines pratiques tout en étant moins cruels envers les animaux.

    • Rectification alors de ce que les « végétariens » disent: les animaux sont des êtres sentients, qui ressentent la douleur, la peur, bref des émotions, et qui ont des intérêts subjectifs (de la manière que nous animaux humains avons des intérêts) dans lesquels se faire tuer pour être manger ne fait pas partie.
      Je demande des sources si vous osez avancer qu’un végétal possède de telles capacités.
      On est loin de vouloir donner le droit de vote aux poules et aux cochons, mais simplement leur donner des droits dénués de spécisme et d’anthropocentrisme.

      • Ava: « mais simplement leur donner des droits dénués de spécisme et d’anthropocentrisme. »

        Dénué d’anthropocentrisme c’est parfait.
        Nous sommes aussi des animaux, à ce titre nous avons les mêmes droits que les renards.

      • Qui nous dit que les plantes ne ressentent pas la douleur et n’ont pas d’émotions ? C’est une possibilité. Non? Nos connaissances scientifiques en général ne sont pas si évoluées que cela. On a tant de choses à découvrir. Et lisez ce que je dis : je dénonce les conditions d’élevage.

        • @ NicoleT

          Contrairement à l’homme et à tout les animaux les plantes n’ont pas de cerveau pour ressentir des émotions ou ressentir la douleur. Ce qui peut peut-être répond à votre question.

          Pour le sujet du billet; il existe deux sortes de végétariens il y en a deux sortes. Ceux pour des raisons d’hygiène de vie personnel et ceux qui le font par militantisme. Ces derniers sont des parasites qui nous emmerdent à longueurs d’années à essayer de nous dicter notre ligne de conduite. On retrouve ces mêmes militants qui aimeraient que l’on se nourrisse d’insectes au lieu de la viandes pour le dogme du  » sauver la planète « .

          D.J

          • « Contrairement à l’homme et à tout les animaux les plantes n’ont pas de cerveau pour ressentir des émotions ou ressentir la douleur. Ce qui peut peut-être répond à votre question. »

            Non. Les plantes ressentent les agressions, c’est prouvé. Aller voir cet arbre en Afrique qui est capable de prévenir ses copains que les girafes sont en train de le brouter pour qu’ils préparent leur défense (aka : empoisonnement des feuilles).
            Les plantes ne « ressentent » pas comme nous, mais elles ressentent. Vous faites preuve d’une sacrée dose d’anthropomorphisme pour rejeter ces faits.

  • Encore une étude dirigée par les lobbys de la viande!!!!!!!!!!!

  • Je suis pas sûr que de manger 5 kg de bœuf bien gras par semaine soit également bon pour la santé . L’alimentation est une question d’équilibre.

    • Remiloi : « Je suis pas sûr que de manger 5 kg de bœuf bien gras par semaine soit également bon pour la santé .  »

      Manger 40kg de végétaux non plus si on part dans l’absurde. Paracelse: c’est la dose qui fait le poison.

      • Oui c’est bien ce que je dis, manger sans excès parait être ce qui convient le mieux à notre corps. Je n’ai rien contre les végétariens, ce que je déteste ce sont ceux qui passent leur temps à faire la moral. Ça me fait penser à l’autre imbécile d’Aymeric Caron et du torchon qu’il a écrit.

  • C’est une mauvaise blague haineuse ?
    Vous êtes en retard sur le poisson d’avril.

    Si vous pensez que la viande est un super-aliment qui vous apporte tous ce dont vous avez besoin…il serait nécessaire que vous fassiez quelques études de nutrition ! 😉 Mais en attendant, ne montrez pas trop votre ignorance fasciste.

    • « L’ignorance fasciste » MUAHAHAHAHA :mrgreen:

      Le record absolu de délicieux commentaires du genre semble bien confirmer un des aspect de l’article en tout cas.

      • Désolé de casser ton tripe, mais je ne suis pas végétarienne.

        Fasciste convient parfaitement. Ce mot qualifie un groupe qui s’appuie sur un pouvoir imposé par la force au service d’une classe dominante, notamment en usant de persécution à l’égard d’une classe ennemie chargée de tous les maux. La violence n’est heureusement pas encore physique, mais morale.

        Il faut vraiment se mettre des œillères pour ne pas voir cette dimension là dans l’article. En plus, il traduit mal la recherche d’origine. Un peu d’instrumentalisation « scientifique » pour faire passer ses idées, ça ne vous dit rien ? Bien vu, c’est un outil privilégié du fascisme.

        En toute honnêteté, quand j’ai lu cet article, j’ai cru que Contrepoints était un site « d’infaux », comme le Gorafi, tellement ce qui y est écrit est aberrant.

        • sunev: « Il faut vraiment se mettre des œillères pour ne pas voir cette dimension là dans l’article »

          Manqué, le libéralisme s’oppose justement à toute force de coercition pour imposer le choix de quelques-uns. C’est même le fondement du libéralisme et donc exactement à 180° de ce que tu déclares. (Contrepoint est un site libéral)

          De fait les écolos prétendent au nom de l’hygienisme et de la sauvegarde de la planète changer par la force le mode de vie de tout le monde à coup de taxes et de lois. On peu constater les merveilleux résultats dans la très verte Allemagne d’ailleurs, énergie beaucoup plus chère et pollution trois fois plus élevée.

          Et en passant, sache, petit ignorant, que le mot « totalitarisme » a été inventé par un libéral italien pour décrire le régime fasciste de Mussolini (Il l’a aimé et adopté par la suite). Les libéraux ont été contre tous les totalitarismes et les premières victimes de tout temps,

          Nous c’est:
          -Un état garant des droits fondamentaux des gens et qui ne s’occupe que des tâches régalienne. Point FINAL !
          -La liberté

          • Whaouuuu !

            Attend, dit-moi que ton commentaire est une blague ? J’attend que ton armée de libéraux vienne me chercher, j’ai peur !

            1.La liberté de manger ce que l’on veut sans être jugé fait parti des droits fondamentaux.
            2.Tu me rabaisses, « petit ignorant » pourrait même être pris pour une insulte.

            Ainsi, tu viens juste de montrer que les libéraux qui suivent ce site prônent le non-respect. Et qu’ils mélangent tout…quel est le rapport entre écolo et végétarien ? Il n’y en a pas.

            Bon courage, ça doit être difficile de vivre dans ce délire. 😉

            • sunev: « Tu me rabaisses, « petit ignorant » pourrait même être pris pour une insulte.  »

              Non, c’est un diagnostique.

              sunev: « La liberté de manger ce que l’on veut sans être jugé fait parti des droits fondamentaux. »

              La liberté de manger ce qu’on veut très certainement oui, ne pas être critiqué par contre n’est pas un « droit », tu connais la liberté d’expression où c’est aussi une notion qui t’échappe ?

              sunev: « Bon courage, ça doit être difficile de vivre dans ce délire. 😉 »

              Les pays les plus libéraux sont justes ceux ou les humains vivent le mieux, tu tombes de quelle planète ? 😉
              http://www.heritage.org/index/ranking

              Avec cette connaissance supplémentaire, ça t’en fait au moins une. Profite en, c’est gratuit… :mrgreen:

    • Que vient faire le fascisme dans ce débat??

    • Mais en attendant, ne montrez pas trop votre ignorance fasciste.

      Manger peu de viande, mais quand même, il en faut, surtout avec l’âge.
      Faites ce que vous voulez, mais ne nous faites pas chier

  • Il faut vraiment avoir reçu un gros chèque pour affirmer des bêtises pareilles …

    • Il faut vraiment être bête pour confirmer par une phrase aussi idiote que la votre une des assertions de l’article.

  • Quand on voit ce que donnent à manger les communistes nord-coréens à leurs cochons, ça fait effectivement hésiter!

  • Staline mangeait de la viande.
    Et ta soeur? ben aussi…
    ça prouve que dalle, et l’étude en question non plus, d’ailleurs, et faut vraiment avoir rien à foutre pour participer à cette discussion.
    Bon, j’ai du tofu sur le feu, moi.
    A plus les con.ne.s.
    Et oubliez pas de bien niquer pour vider toute cette frustration.

  • Sur ce sujet je conseille la lecture du livre ‘La viande voit rouge’. Celui-ci remet en cause le politiquement correct véhiculée par les médias et les écolos. Par exemple, il est difficile de faire un régime équilibré en ne consommant aucune protéine animale. Les végétariens consomment souvent des protéines animales sous forme de lait ou d’œufs. Or si réfléchit un peu, la production du lait nécessite aussi l’élevage d’animaux, et c’est donc du gâchis si on ne veut pas consommer la viande produit par l’élevage. Le livre prend l’exemple de l’Inde. On prend souvent l’exemple de ce pays, car on y trouve beaucoup de végétariens. Mais ce qu’on oublie de dire c’est qu’ils sont de très grands consommateurs de lait, cela leur permet de compenser en partie leur manque de viande dans leur alimentation, et qu’ils ont un des cheptels d’animaux parmi les plus grands au monde et qu’ils sont des très grands exportateurs !

    • C’est pour cette raison que le végétalisme est un régime beaucoup plus difficile voir dangereux. (aucune protéine animale inclut lait, œuf etc)

      •  » C’est pour cette raison que le végétalisme est un régime beaucoup plus difficile voir dangereux. (aucune protéine animale inclut lait, œuf etc)  »

        J’espère qu’ils stérilisent tous ce qu’ils bouffent histoire de ne pas absorber des organismes du règne animal microscopiques ( virus, bactéries, insectes invisibles de type acarien etc… )

        D.J

  • @ Laurent,

     » Encore une étude dirigée par les lobbys de la viande!!!!!!!!!!!  »

    C’est aussi connu que les études qui disent que ne pas manger de viande est bon pour la santé se sont des études dirigés par les lobbys des fruits et légumes.

    D.J

  • Moi j’ai un respect total pour la vie. Je ne bouffe que des cailloux

    D.J

  • C’est n’importe quoi cette étude. Ce n’est pas sérieux. Elle a sûrement été commandée par le lobby de la viande…

    • Les critiques les plus argumentées et les plus scientifiques de l’étude viennent pour la plupart des libéraux de contrepoint, un comble.

      A force de commentaires du genre vous allez finir par valider l’article qui vous dépeints comme étant des abrutis sectaire.

  • Ce texte est du pipeau idéologique, du même ordre que faire croire que les vaccinés sont moins souvent malades que les non-vaccinés, que les fumeurs sont moins dépressifs ou que les abstinents sexuels n’auront pas de problème de prostate. Pour préserver la planète des impacts irréfutables de la production carnée, pour ma santé et pour les animaux (et aussi, au départ, par curiosité), je suis végétarien depuis 18 ans, je fais du VTT et du badminton et je n’ai pas consommé un seul médicament depuis tout ce temps. Hasard ou causalité ?

    J’oubliais, je ne suis pas vacciné non plus (depuis 1986). Je vis donc très bien et je n’ai pas l’intention de faire un débat avec les carnistes. Et n’oubliez pas que les plus grands fléaux sont la peur et l’ignorance (le refus de savoir, plutôt).

    • soleil vert: « J’oubliais, je ne suis pas vacciné non plus (depuis 1986). Je vis donc très bien »

      Aaah cet empirisme qui nous a donnés les meilleurs heure de la connaissance humaine. 250’000 ans pour domestiquer le feu, 70 pour passer de l’aéroplane à l’alunissage. Science, what else ?

      soleil vert: « Et n’oubliez pas que les plus grands fléaux sont […] l’ignorance (le refus de savoir, plutôt).

      Dixit le type qui est visiblement fier de n’avoir rien appris en science depuis le CM2 :mrgreen:

    • irréfutable?
      vraiment?

      lisez ceci
      http://wattsupwiththat.com/2010/09/11/animal-vegetable-or-e-o-wilson/
      http://wattsupwiththat.com/2010/10/20/vegans-are-not-from-vegas/
      http://wattsupwiththat.com/2010/09/08/i-am-so-tired-of-malthus/

      voyez-vous, que vous mangiez des légumes, des insectes, n’importe quoi, sauf des bébés communistes bien entendu ,on s’en fout.
      Mais que vous tentiez de nous enrôler dans votre clique, sous des prétextes fallacieux, au nom de je ne sais quelle force morale, faut pas pousser.
      Et votre « coming out » est symptomatique d’une attitude de refus.
      vous ne vous faites pas vacciner? Belle mentalité.Le jour où vous crèverez de Tetanos, ou que votre gosse choppera une bonne variole(que l’on avait éradiqué grâce aux vaccins)ou une autre gentille petite saloperie « gaia kasher « on en repartlera,mais c’est très tendance dans ces milieux.
      Vous acceptez la transfusion?
      car cela participe de la même logique non?

  • Il y aurait une question préliminaire qui est de savoir si il est possible de déterminer une diète particulière capable d’optimiser la santé de toute une population…Il me semble qu’elle est importante non?

    Il y en aurait une autre qui serait de savoir si…connaissant individuellement le régime alimentaire parfait pour sa santé…on accepterait de le suivre, je cois savoir que en ce qui concerne l’alimentation la santé n’est pas le seul critère de choix…

    Les questions sur les régimes alimentaires optimums devraient donc être l’objet d’austères débats scientifiques ardus..hors ce n’est pas le cas..tout ici est question de morale et donc d’imposer à d’autre ce qui est bon non pas pour leur santé mais pour leur salut…

    Quand on regarde l’histoire des préconisations alimentaires…ça devrait, comme pour les capacités prédictives pour des systèmes complexes, nous faire prendre les choses avec beaucoup de distance.

    L’argument à opposer aux végétariens idéologiques prosélytes n’est pas scientifique, il est : je mange encore ce que je veux et je t’…..

  • Et sinon, il vous arrive de penser par vous-même ?
    Allez faire vos recherches, acceptez la discussion plutôt que de suivre un conditionnement comme des moutons ça vous rendra plus aimable et moins bornés.
    On mange des animaux pour rien, on n’en n’a pas besoin et vous trouverez n’importe quel prétexte pour vous déculpabiliser.

    Où est l’extrêmisme dans le fait de prendre conscience de ce que des multinationales veulent bien nous mettre dans la bouche. Et si vous preniez vos responsabilités en prenant la peine d’aller vous renseigner ?

    Après vous pourrez argumenter de manière constructive 🙂

    • N’étant coupable de RIEN, je n’ai besoin de me « déculpabiliser », lol.

    • @ Eléonore

      L’extrémisme est de poser comme dogme que c’est plus sain d’être végétarien, alors qu’il n’y a même pas de consensus médical sur ce point et que certaines études (comme celle de l’article) peuvent laisser entendre le contraire.

      L’extrémisme est d’affirmer que ce sont les multinationales qui font de nous des mangeurs de viandes, alors que celles-ci se contentent de vendre ce que nous avons choisi de manger. Si tout le monde devient végétarien, les multinationales arrêteront de vendre de la viande. Si tout le monde veut des conditions meilleures pour les animaux, les multinationales créeront un label « équitable » pour les animaux, etc.

      L’extrémisme est de croire que ceux qui ne pensent pas comme vous sont « conditionnés » et ne se sont pas renseignés sur le sujet.

      Mais bonne nouvelle: les libéraux acceptent l’extrémisme, tant que celui-ci ne s’en prend pas à la liberté individuelle. Voilà pourquoi, on défendra autant les droits des végétariens que des mangeurs de viande de choisir le mode d’alimentation qui leur conviendra.

  • Les conclusions que tirent cet article de l’étude qui a été réalisée, sont absolument absurdes.

    Tout d’abord, beaucoup de personnes deviennent végétariennes parce qu’elles ont des problèmes de santé et que leur médecin le leur a fortement conseillé. Donc si vous observez un échantillon de végétariens, évidemment qu’il contiendra plus de malades qu’un échantillon de non-végétariens !!
    C’est majoritairement parce que des personnes sont malades qu’elles deviennent végétariennes, et non parce qu’elles sont végétariennes qu’elles deviennent malades.

    Ensuite, le panel est évidemment trop faible (1 320 personnes, seulement 330 végétariens) pour obtenir des statistiques exploitables.

  • Au vu de tous les petits nouveaux, pour un sujet inhabituel sur Contrepoints, comment sont-ils arrivés ici? quel est le cheminement? Par ailleurs, nous vous invitons à explorer le reste du site et les autres articles…

  • Me concernant, c’est la première fois que je poste un commentaire ici, mais je lis contrepoints quotidiennement, depuis des années. Etant végétarienne et libérale, j’ai eu envie de m’exprimer cette fois-ci.

    Je suis vraiment déçue par le niveau des échanges dans les commentaires. Je suis végétarienne par choix éthique concernant les animaux, mais je ne suis ni écolo, ni alarmiste, ni hystérique… étant libérale, je suis contre l’idée de donner des droits aux animaux. Je pense qu’au niveau légal, dans une société libérale, les animaux devraient être considérés comme des biens de propriété, rien de plus.

    Certes, je souhaiterais que tout le monde choisisse de devenir végétarien (ou vegan), que les animaux soient mieux considérés, etc… mais la loi (l’Etat) n’a pas à se mêler de ça, c’est un choix personnel.

    Adèle, j’étais de ton avis lorsque j’étais plus jeune, et comme toi, je ne voulais pas comprendre les arguments des libéraux, pourtant ils sont valables. Les animaux ne peuvent pas avoir de droit.

    Je reste convaincue que dans une société libérale, il y aurait plus de végétariens et que les animaux seraient mieux traités, pour la simple raison que les individus seraient plus responsables, qu’ils auraient appris à penser par eux-mêmes, plutôt qu’à se dire que si l’Etat dit que c’est « ok », ben c’est bon, pas besoin de réfléchir, de se faire sa propre opinion.

    • Effectivement, il n’est pas évident de « penser par soi-même » car notre réflexion est constamment alimentée par des traditions, véhiculées par nos parents, les habitants du même pays, du terroir, par des choses apprises d’autres gens que l’on considère plus informés que nous, pleins d’expérience, etc. Et heureusement, car sinon, on ferait n’importe quoi.
      Il y a des leaders d’opinion, des gourous, des personnages plus ou moins prophétiques qui donnent des indications à leurs ouailles et ceux-ci appliquent leurs principes avec plus ou moins de docilité. Les obligations rituelles et les interdits alimentaires ont existé de tout temps et ont donné une cohésion à tous les groupes humains. Les juifs avaient beaucoup d’interdits que le Christianisme a abolis. Le fait de manger de tout, y compris de tous les animaux auparavant protégés, est décrit dans les Textes Fondateurs. Je cite :
      Actes 10:9-13 «Le lendemain, comme ils étaient en route, et qu’ils approchaient de la ville, Pierre monta sur le toit, vers la sixième heure, pour prier. Il eut faim, et il voulut manger. Pendant qu’on lui préparait à manger, il tomba en extase. Il vit le ciel ouvert, et un objet semblable à une grande nappe attachée par les quatre coins, qui descendait et s’abaissait vers la terre, et où se trouvaient tous les quadrupèdes et les reptiles de la terre et les oiseaux du ciel. Et une voix lui dit: Lève-toi, Pierre, tue et mange. »

      • la plupart des gourous, prophètes … ne s’applique pas à eux-mème les préceptes qu’ils voudrait que les autres suivent :

        c’est faites ce que je dit mais pas ce que je fait …

      • « Effectivement, il n’est pas évident de « penser par soi-même » car notre réflexion est constamment alimentée par des traditions, véhiculées par nos parents, les habitants du même pays, du terroir, par des choses apprises d’autres gens que l’on considère plus informés que nous, pleins d’expérience, etc. Et heureusement, car sinon, on ferait n’importe quoi. »

        Oui, et on a un certain degré de libre arbitre pour prendre nos décisions. Je trouve juste dommage qu’autant de gens estiment que l’Etat sait mieux que quiconque ce qui est « bien » ou « mal », et n’acceptent aucune remise en cause de ces « vérités ».

  • il y a une espèce de présupposé dans la diététique qui dit qu’on peut déterministe pour une population un régime alimentaire disons optimum pour la santé humaine, ce qui ne va pas de soi….
    sans aller bien loin qui peut croire que des populations avec des peaux claires ou foncés ont « besoin » de la même alimentation?
    et la peu c’est ce qu’on voit…
    on a aussi la flore bactérienne intestinale, les historiques alimentaires et immunitaires qui font que quand on observe un résultat moyen sur une population…on ne sait pas trop quoi en penser pour une autre..

    L’alimentation comme la santé ça reste un problème individuel,
    ça vous ferait une belle jambe de savoir que le pantalon optimun des autrichiens mâle adulte est de taille 44…

    On arrive dans de tels niveaux de nuance que mieux vaut veiller à sa santé que d’adopter une stratégie basés sur des optimum moyen…

    ce n’est pas que ces études soient bidons mais…elles sont assez peu tranchantes dans leur généralité…qui peut croire que des gens auront suffisamment d’argent à mettre en l’air pour déterminer avec précision quelle diète est bonne pour VOUS compte tenu des multiples paramètres imaginables tant sur le plan de la variabilité des individus, de leurs modes de vie que des composants d’une diète???? ça restera du grosso modo…encore heureux quand on voit un truc dont on peu à peu près être certain!

    Il ne faut pas se raconter d’histoires les végétariens le sont rarement pour de pures raisons de santé, ils le sont pour des raisons idéologiques et morales…
    Il faut vraiment être borné pour continuer à nourrir son gosse sans viande ou produit laitier quand on le voit anémique, avec des dents qui se déchaussent ou avec une croissance ralentie…ce qui arrive!
    D’un autre coté quand on prend du poids, qu’on se sent fatigué…faut aussi se poser des questions…

    Faut il vraiment avoir un argument rationnel chiffré de santé à opposer à une personne qui veut vous convaincre de manger ceci ou cela car c’est bon pour la santé?

    Savoir que vote risque de diabète est accru de quelque pour cents change le comportement des gens???

    Ce genre d’études devrait être destiné …aux assureurs (et financés par eux, tiens), voire aux responsables de santé publique, soit à des gens qui se demandent combien de verres de vin vous buvez par jour pour calculer vos primes..et déterminer le risque…

    On peut rappeler qu’il y a peu on nous a sorti que les gens qui n’avaient pas un poids « optimum » vivaient plus vieux… et personne ne semble s’être posé la question de savoir comment le poids « optimum » avait été défini…si c’etait en fonction de la durée de vie il y a un os dans le paté ..(.ou les populations ont changé)…

    Je crois enfin et c’est ce qui ‘m’énerve le plus c’est que ce genre d’étude..eh ben nous atteint un peu..on a beau se dire que c’est du flan…on se dit tiens je devrais manger moins de viande pour ma santé ou des trucs comme ça….or. il semble au vu des la mode des régime et des femmes brindilles que les tentatives de contrôler son régime alimentaire sont une façon…de provoquer des dérèglements alimentaires…

  • je suis pliée. je viens d’apprendre que je suis donc une extremiste et une écologiste radicale.
    et que je suis atteinte également de problèmes psychologiques. eh bin, une chose est sure, je n’enverrai jamais ma fille faire ses études dans cette université. je serais curieuse quand meme de verifier de mes propres yeux cette etude bidon. alors je n’ai qu’une seule question: regardez dans les asiles et les prisons de grands criminels et trouvez moi un seul végétarien ou vegetalien. (vous ne voyez pas le rapport? moi si)
    et si vraiment je dois vivre moins longtemps que quelqu’un qui mange de la viande, eh bin j’aurai au moins le merite de mourir avec la conscience tranquille et sans etre responsable d’un genocide purement egoiste.

    • Allons donc, ne savez-vous donc pas qu’Hitler était végétarien ?

      • Toutafe Lenine et Staline itou.
        Tandis que nous les libéraux on mangent les p’tits nenfants et les p’tits chatons.

      • @de Rouvex
        Charles Manson, criminel notoire, est végétalien et grand défenseur des animaux. Et comme par hasard, il est aussi un escrologiste (cf sa fameuse tirade : « votre eau est morte, vos arbres sont morts, vos animaux sont enfermés dans des zoos, vous vivez dans un zoo »).

        Faut pas oublier la dimension religieuse du bouzin : les végétariens croient qu’en bouffant que des légumes, ils vont sauver la planète, protéger le climat (!), préserver les baleines et ours blancs et autres foutaises escrolo dans l’air du temps.
        Parler de faits et de logique avec eux, c’est comme pisser dans un violon.

        Trouvez moi un seul grand criminel végétarien ou vegetalien, qu’elle dit, wouahhh. ROFLMAO.

        • miniTAX je ne crois pas sauver la planète et ce ne serait certainement pas pour sauver ta connerie, tu t’en doute.

          Réponds crétin :

          Pour toi :

          Qu’est ce qui fait qu’on a plus le droit de tuer un veau qu’un chien ?
          Qu’est ce qui fait qu’on a plus le droit de tuer un chien qu’un être humain ?

          Sachant que les origines sont communes, que la souffrance psy et phy sont toutes 2 présentes chez chacun d’eux, que chacun respire, s’adapte, mange, ont la notion de sentiments….

          Au fait, si tu veux éviter d’être un légume, mange du Seitan. Puisqu’on a souvent tendance à parler de forme physique, de force, d’être ou non mou, sache que le seitan pour un poids équivalent à la viande contient plus de protéine que la viande.

          Mais je peux t’assurer que je ressens ton manque d’énergie, de motivation, de raisonnement, de logique, d’empathie, de conscience, de sensibilité, d’intelligence, d’ouverture dans ton argumentation de viandard.

          Désolé de t’avoir parlé de faits et de logique, j’ai cru comprendre que ce n’était pas vraiment ton domaine. Charles Manson est un individu à qui tu t’intéresses sur les 6 milliards de probabilité, c’est ton délire. Moi par contre, j’avance mon raisonnement propre, désolé d’être logique/raisonné.

          • ta jamais tué un animal domestique, petit rigolo ? moi ça m’est arrivé de nombreuses fois : pour abrèger leurs souffrances … on appele ça etre adulte , et etre responsable.

            certaines autres choses, on y appelle serpillère …

            • Je précise pour celui qui ne veut pas voir.

              Il y a abréger les souffrances d’un animal qui souffre ET tuer pour se nourrir.

              Je parle du second cas bien évidemment.

              Pour vite en revenir à ce que tu disais, un animal qui souffre doit être abattu s’il ne lui reste que cette option.

              Je répète, d’après toi, combien seraient prêt à tuer les bêtes qu’ils mangent ?

      • Tu devrais éviter de t’humilier. Enfin, moi je dis ca….

        Voila ce qu’on dit (court extrait) sur le rapport d’Hitler à l’animal

        Ian Kershaw écrivit-il : “avec ses chiens, comme avec tout être avec qui il entrait en contact, toute relation était fondée à la subordination au maître qu’il était”

        Le rapport n’est pas le même d’un Hitler végétarien à un végétarien qui ne souhaite aucun mal pour l’animal.

        •  » avec ses chiens , comme tout etre avec qui il entrait en contact, toute relation était fondée à la subordination au maitre qu’il était  »

          garde tes arguments de foirefouille pour toi :

          primo, jamais entendu dire qu’on avait vu quelqu’un subordonné à son chien …

          deuxio , pendant la première guerre mondiale, tout hitler qu’il était, il fermait sa gueule quand l’adjudant ouvrait la sienne…

    • @ manu

      Il faut être extrémiste pour balancer des raisonnements de ce genre:

      « regardez dans les asiles et les prisons de grands criminels et trouvez moi un seul végétarien ou vegetalien. »

      Parce que vous êtes allée vérifier par vous-même ce que mangeaient effectivement tous les grands criminels de la planète avant leur arrestation? C’est d’ailleurs du même acabit que toute la polémique que font certains végétariens autour du végétarisme d’Hitler.

      Et parler de génocide pour des animaux, c’est méprisant tant pour les êtres humains qui ont connus cette horreur, que pour les animaux eux-mêmes, puisque les insectes en font partie et que vous en avez probablement massacré inconsciemment un grand nombre durant toute votre vie. A moins que vous soyez recluse dans un appartement aseptisé.

      • Est-ce la même chose de tuer inconsciemment sans le vouloir et souhaiter la mort d’un animal qui souffre bien plus qu’un insecte et qui est beaucoup plus proche de l’être humain ?

        Exemple1 : Un chat traverse la route (je me crois au CP mais bon, j’ai un peu de temps) tu le heurtes et le tue.
        Un chat reste sur la bas côté, tu te diriges vers lui pour l’écraser.

        Vois-tu une différence ?

        Exemple2 : Un enfant balance le ballon sur la route. Il déboule de derrière un véhicule, tu le heurtes et le tue.
        Tu montes sur le trottoir chopper sur ton capot un gamin qui attendait que sa maman lui ramène son ballon. Tu repasses en marche arrière pour le finir.

        Vois-tu une différence ?

        Exemple 3 : Je marche, j’écrase un moustique sans faire gaffe
        Je demande à mon boucher de me ramener un morceau de viande d’une bête qu’il aura tuée pour moi (bien évidemment, puisque c’est moi qui le paye pour me ramener un morceau de carcasse

        Vois-tu une différence ?

        Exemple 4 : Je tombe ds les escaliers, m’accroche par réflexe à un ami qui chute à son tour et fini paraplégique
        Je suis parrain de la mafia et demande à qqn de tuer un individu pour que je n’ai pas à le faire (pas de soucis par bonne conscience, je paye le criminel)

        Vois-tu une différence ?

        • @ Robert

          Pour celui qui se fait tuer, peu importe l’intention de celui qui tue ou la manière, c’est strictement pareil.

          Ensuite, rien ne permet de supposer qu’un insecte souffre moins qu’un autre animal. Par c