Grande sécu : il existe une alternative pour notre système de soins (2)

La réforme de notre système de soins et de la sécu ouvrirait bien des portes et donnera de nombreuses opportunités de changement pour notre pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
SOS Hopital Public by Jeanne Menjoulet(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grande sécu : il existe une alternative pour notre système de soins (2)

Publié le 18 novembre 2021
- A +

Par Patrick de Casanove.

Première partie de l’article ici.

Cette réforme offrirait en effet aux Français plusieurs milliards d’euros d’économies sur leurs cotisations (les montants exacts seront dévoilés le 18 novembre), grâce à la suppression des frais de gestion des assureurs et des mutuelles. Elle assurerait aussi une couverture de bonne qualité à l’ensemble de la population, tout en réduisant les renoncements financiers aux soins. L’Express du 9 novembre 2021

Le projet Grande sécu n’aborde le problème de la santé que de manière comptable. C’est une habitude en France. Il a fait l’objet d’un article très fouillé de l’iFRAP sur le plan économique.

Dans le domaine de la santé individuelle, tout n’est pas qu’une question d’argent.

Le remboursement est une chose, l’existence du soin en est une autre

À sa création la sécu reposait sur  « un contrat implicite qui lie tous les citoyens : chacun y contribue selon ses moyens et en bénéficie selon ses besoins ».

Ce contrat n’a pas été respecté. L’État prétend protéger les individus qui n’ont donc plus besoin de s’occuper de leur prévoyance. Malheureusement, au bout du compte l’État ne protège pas, et il est nocif.

Il est incapable d’assurer les prestations qu’il s’est engagé à fournir, il rationne les soins malgré la fuite dans le déficit et l’endettement, il s’immisce de plus en plus profondément dans la vie des Français.

C’est bien le politique qui commande uniquement pour faire des économies, pas pour mieux soigner les gens. La loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS), créée par la révision de la Constitution du 22 février 1996  « vise à maîtriser les dépenses sociales et de santé. » Cet objectif comptable étatique a des conséquences dramatiques sur l’offre de soins en France : pénurie et rationnement.

Certains d’entre eux peuvent être dits gratuits c’est-à-dire pris en charge, remboursés… sur le papier, mais dans la vraie vie ils sont inexistants. C’est le cas des déserts médicaux où l’offre de soins peut être inexistante et rester remboursable. Ce remboursement ne la fabrique pas, et le désert persiste.

L’inverse peut se produire. Par exemple lors de la covid, les soins précoces existent, mais ne sont ni reconnus, ni remboursés :

  • Au prétexte d’inefficacité et de dangerosité. Mais le Remdesivir à la toxicité et à l’inefficacité avérées a été acheté et mis à disposition des professionnels gratuitement.
  • Au prétexte du manque d’étude fiable. Mais le Molnupiravir a été acheté à 50 000 doses sur la foi d’un communiqué de presse du laboratoire.

Certains croient toujours que ce n’est pas de la politique mais de la science.

De manière plus générale quand on regarde la façon dont le gouvernement a géré la covid, surtout la première, on constate :

Que les Français ont prépayé des soins (cotisations sociales, contributions et taxes diverses) mais que lorsqu’ils en ont eu besoin, ils n’ont pas pu en bénéficier (limitation très strictes de l’accès à la consultation médicale, report des soins dits non urgents,etc.) En résumé, les Français n’ont pas pu bénéficier de soins certes gratuits, mais rendus inaccessibles.

Que le manque de matériel, de lits d’hôpitaux, de lits de réanimation a été le fil rouge et le justificatif des mesures gouvernementales, absolument pas médicales, de coercition sociales. Le gouvernement a pris soin de ne pas corriger ce manque mais de l’accentuer, d’abord en continuant les fermetures de lits, puis en excluant du circuit de soins les soignants non vaccinés.

Le remboursement est une chose, la qualité de la prestation de soins en est une autre

Par exemple en ce qui concerne les covid, en particulier la première épidémie, on lit à propos des soins hospitaliers on lit :

En tous cas une conclusion s’impose : les écarts de mortalité sont trop importants pour qu’on puisse affirmer que les malades atteints de covid-19 ont tous été traités de la même manière dans les principaux hôpitaux français.

En médecine de ville la consultation d’un spécialiste ou d’un généraliste sera remboursée de façon identique, quelle que soit sa qualité. « Bonjour, comment allez vous ? Bien ? Tant mieux ! Imprimer » sera remboursée comme une consultation qui mobilise des compétences professionnelles, intellectuelles et techniques, avec entretien, écoute, examen, réflexion, conclusion. Les ROSP créées en 2011 n’ont rien changé à la qualité des prestations.

Le remboursement est une chose, la culture de soin en est une autre

La grande Sécu ne se préoccupe pas non plus de la « culture de soin ». Celle-ci va bien au-delà de prestations purement médicales.

Elle concerne le soin, l’attention que chacun peut apporter à sa personne, considérée au sens complet physique et psychique. En effet, soins médicaux gratuits ou non, certaines personnes ne se feront que peu ou pas soigner, et de manière plus générale ne prendront que peu, ou mal, soin de leur personne. Elles négligeront leur santé définie comme « un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. »

C’est la défaillance de la prévention. Aujourd’hui la Sécu intervient essentiellement quand la santé est altérée.

Coup de pied dans la fourmilière : chiche !

La Sécurité sociale confond et mélange « l’aide sociale » qui est assistance à son prochain et le remboursement de soins qui est prévoyance et assurance.

La première question à laquelle répondre est de savoir qui fait quoi, quel rôle pour la personne, les assurances, la solidarité nationale ?

L’objectif est que chaque Français puisse bénéficier des meilleurs soins, en toute circonstance, tout le temps et qu’il prenne soin de sa personne pour éviter les accidents, les maladies et qu’il soit bien dans sa peau. Il ne suffit pas que personne ne soit laissé sur le carreau ou conduit à renoncer à des soins pour des raisons financières.

La liberté de choix implique de faire confiance aux individus. Juste retour des choses puisque de plus en plus nombreux sont ceux qui ne font plus confiance en l’État qui, bien que constitué d’hommes et de femmes, n’a jamais fait confiance aux hommes et aux femmes de ce pays.

Le moyen est de rendre sa liberté de choix et par conséquent sa responsabilité à chacun. Certes la responsabilité fait peur. Cela dit, si les personnes ne s’impliquent pas dans leur santé cela ne fonctionne pas. D’où l’intérêt du compte épargne santé et du libre choix de l’assurance santé.

L’intégralité des revenus

Pour être cohérente, cette vraie réforme nécessite que chacun puisse disposer de la quasi intégralité de ses revenus pour avoir les moyens de choisir librement :

  • Pour un salarié c’est le salaire complet, c’est-à-dire le salaire net additionné des charges dites salariales et dites patronales, sans oublier tous les prélèvements salariaux qui grèvent la rémunération des travailleurs.
  • Pour un non salarié c’est l’intégralité du chiffre d’affaires diminué des frais nécessaires à l’exercice de sa profession.
  • Pour les pensionnés c’est l’intégralité des pensions.
  • Pour les rentiers l’intégralité des rentes.

Intégralité des revenus et responsabilité personnelle ne s’accommodent pas du prélèvement à la source. Ce dernier n’arrange ni la compréhension, ni la connaissance de l’impôt, et encore moins le consentement à l’impôt complètement détruit dans notre société puisque qu’aujourd’hui l’État exige d’être informé de la totalité des revenus de chaque Français afin de calculer la quantité maximale d’argent qu’il peut lui confisquer, si possible sans le mettre sur la paille. Une fois l’argent confisqué l’État en fait ce qu’il veut.

Intégralité des revenus entraîne prévoyance et intérêt à préserver sa santé.

Le compte épargne santé

La libre disposition des fonds implique un compte épargne santé.

Il sera individuel, ouvert à tous, tout le monde pourra l’abonder, même les grands-parents, les parrains, les amis etc. Il sera possible de créer un compte épargne santé pour un tiers. Il couvrira les dépenses de santé de la personne ou de sa famille, jusqu’à un certain niveau. Au-delà c’est l’assurance santé qui interviendra.

À partir du moment où une personne possède un compte épargne santé, elle a une motivation importante à prendre soin d’elle-même.

L’interlocuteur unique

La grande Sécu ne supprime pas le double interlocuteur, Sécu et mutuelles. Elle répartit différemment les rôles. Cela fait longtemps déjà que les libéraux préconisent que chaque Français n’ait qu’un seul interlocuteur pour sa protection santé. Grâce au libre usage de la quasi intégralité des revenus chacun choisira librement cet interlocuteur et en changera à son gré.

Il ne s’agit pas de supprimer la Sécu qui a maintenant plus de 75 ans d’expérience et qui dispose d’un réseau, d’un savoir-faire et d’une image favorable. Il s’agit de la sortir du domaine politique et de la concentrer sur son véritable métier qui est l’assurance maladie au sens large.

Elle sera en concurrence dans ce domaine avec des assurances et des mutuelles qui auront elles aussi délégation pour la prise en charge de l’ensemble des dépenses de santé. Toutes auront le même panier de soins à rembourser. Chacune pourra aller au-delà mais jamais en deçà. Aucune condition de santé ne sera exigée pour souscrire. 

À partir du moment où quelqu’un choisit son assurance, il est très fortement motivé à prendre soin de lui-même.

Aujourd’hui l’adhésion est obligatoire mais les prestations de la Sécu ne sont garanties par aucun contrat explicite avec les assujettis. Les remboursements sont soumis aux caprices des politiciens et les Français, prisonnier du monopole public, ne peuvent rien faire. Passer un contrat avec une assurance change la donne. Il doit être respecté et ne peut être modifié unilatéralement. Bien entendu ce seront des contrats individuels et non pas collectifs.

La solidarité nationale

L’aide sociale qui est assistance à son prochain redevient indépendante de « l’assurance maladie qui est prévoyance et assurance.

L’aide sociale consiste à venir en aide à autrui quand celui-ci est démuni quelle qu’en soit la raison, et ne peut subvenir à ses besoins. En ce qui concerne notre propos, il s’agit des besoins concernant sa santé, prévention, traitement, culture de soin, estime de soi. La santé ne se limite pas au matériel. L’accès à la santé n’est pas limité au médical. Cette solidarité prendra la forme d’un chèque assurance santé grâce auquel les plus démunis pourront choisir leur prestataire. Le fait d’être pauvre n’implique pas d’être incapable de choisir. Être libre et pouvoir choisir fait partie de la dignité de l’Homme.

Le système de santé de Singapour est comparable à ce qui vient d’être décrit.

Conclusion

On ne compte plus les réformes paramétriques du système de santé. Si l’on veut vraiment un système de santé performant il ne faut pas se contenter d’une nouvelle mesure de ce genre.

La réforme de notre système de soins décrite dans cet article ouvrirait bien des portes et donnera de nombreuses opportunités de changement pour notre pays.

C’est une réforme fondamentale digne d’une présidentielle.

Pour en savoir davantage :

 

 

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Beau projet :-). Quel candidat à la présidentielle est prêt à le porter?

  • Belle démonstration que lorsque l’on veut laisser à chacun l’autonomie de ses choix, mais qu’en même temps on ne renonce pas à la solidarité nationale, on débouche nécessairement sur une forme d’assistance sans contrepartie et donc inconditionnelle, quelles que soient les modalités de cette assistance (chèque santé ici, ou sinon RSA, impôt négatif, revenu universel, …).

    • et nos voisins? ils ont tous des assurances santé, donc souscrire chez l’un d’entre eux !

    • la solidarité c’est d’aider les autres..mais non pas par humanisme mais par interet…

      comme une « assurance »..

      c’est à dire quand on encourt les mêmes risques.. quand on est quasi certain de recevoir soi même en cas de problème;.. pourquoi croyez vous qu’il faille taxer les fumeurs ou les alcools???? on force les gens à encourir les mêmes risques!!! pour que les gen ne râlent pas trop..

      et la solidarité impliquerait de ne pas aider un infirme de naissance..

      non il ya bien sur la solidarité les assurances en sont une mise en forme..
      et il faut d’autres mécanismes pour les nécessiteux ..qui ne se valent pas tous!!!! la charité..
      assurance pour les risques lourds et rares.. plus mécanisme de charité..

    • @ zelectron & jacques lemiere
      Je ne comprends pas vos commentaires.
      Je voulais montrer ici que des concepts si différemment appréciés par les libéraux (ici promotion du « chèque santé », ailleurs critiques du mal nommé « revenu universel ») sont en fait strictement identiques dans leurs principes.

  • je sais pas comment ca se passe a segapour mais en suisse il y a un systeme similaire
    ca pose quand meme quelques problemes :
    – quid des mauvais payeurs (vous recuperez votre salaire complet, vous avez l obligation de vous assurer mais vous ne payez pas les primes). Dansle canton de St Gall iles avaient fait une liste noire des mauvais payeurs (9000 personnes tout de meme) qui vient d etre supprimee car vous ne pouvez pas refuser les soins a quelqu un …
    – comment definir ce qui est obligatoire et ce qui ne l est pas (par ex en uisse le dentiste n est pa scouvert pas l asusrance obligatoire)
    – la concurrence n apporte pas forcement une baisse des couts. il faut payer plusieurs bureaucraties, les campagnes de pub et les dirigeants ont tendance a s entendre plutot qu a se concurrencer
    – il faut assumer que tout le monde ne paie pas pareil. en suisse par ex vous allez payer + ou moins selon votre lieu de residence. et bien sur en fonction de votre age (a 80 ans vous paierez plus qu a 20)

    • Je suis toujours étonné que dès que l’on parle du domaine de la santé on fait abstraction des grands principes moraux quelqu’un qui ne paie pas n’a pas à recevoir une prestation quelle que soit sa nature

      • Allez laisser mourrir quelqu un car il n a pas payé … l effet sera devastateur. Les suisses ont jeté l eponge ( a ma connaissance sans mort)

        PS: comment vous gerez le cas ou la personne n a tout simplement pas d argent ou le systeme marque prime non payées par erreur ?

        • Mais votre type qui n’a pas d’argent, il fait comment pour se loger, pour s’habiller, pour manger, pour se chauffer, pour se laver?
          Il n’a qu’à bosser.
          PS Je suis prêt à aider qqu’un qui a eu des accidents de la vie. Je l’ai fait de nbreuses fois, contrairement à des collectivistes qui ne pensent qu’a vivre sur le dos des autres.

    • De la même façon une concurrence dans laquelle il existe des entente entre concurrents n’est pas justement la concurrence

    • Et enfin oui il est parfaitement logique que l’on paye plus cher lorsque l’on est vieux ou en mauvaise santé, de la même façon que quand on est mauvais conducteur on paie plus cher aussi. Ce principe de responsabilité est important car il encourage les gens à prendre soin de leur santé et donc à diminuer globalement pour tout un pays les dépenses de santé. Le compte épargne santé sert d’ailleurs à couvrir les dépenses de santé de fin de vie dont on estime qu’elle représente 80 % dans les 6 derniers mois de la vie malheureusement c’est ainsi

      • @Philippe
        Personnellement je suis d accord avec vous. Mais en France vous avez un systeme qui ne fonctionne pas comme ca. Donc si vous basculez vous allez alleger les primes des jeunes (qui votent peu) pour augmenter celle des vieux (qui s abstienennent peu et votent LREM ou LR). Inutile de dire que c est suicidaire pour un politicien
        D ou vient a votre avis l idee de grande securite sociale ? des gens qui paient cher de mutuelle et qui demandent que d autres paient a leur place !

    • C’est toujours l’argumentaire des socialistes; Ils prétextent que le marché n’est pas parfait (jamais un libéral n’a prétendu ce genre de bêtise) pour imposer un système qui viole les droits de l’homme et que se révèle avoir, au final, des résultats catastrophiques.

      Les oeufs cassés.. et l’omelette invisible 😉

      • La Sécu est peut-être en dehors du marché, mais pas du capital.
        Sauf erreur, elle est financée avec de l’argent.
        Et pas qu’un peu.

  • Il faut en effet séparer la solidarité (handicap , faibles revenus, enfants, dépendance…) qui doit etre financée par l’impot et role de l’etat , et l’assirance maladie « normale » , qui dioit etre couverte par une assurance obligatoire auprès des assureurs, qui sont mis en concurrence régulée.
    Voir mon article sur le site de IRDEME-EPLF

    • Exact le social n’a pas à être financé par une assurance maladie mais par l’impôt. Mais devant cette manne d’argent que gère la sécurité sociale, nos politiques se disent qu’ils peuvent y piocher pour faire du social et se faire réélire.
      Et après, ils nous pleurent qu’il y a un déficit.
      Et cela s’applique à la branche maladie et à la branche vieillesse.

    • je ne mettrait pas ça dans la case solidarité…mais humanisme..

  • Bonjour Patrick le parallèle avec Singapour est intéressant car c’est le constat que fait lee kuan yew dans ses mémoires où il explique qu’il faut un système le plus libéral possible pour que les riches s’enrichissent et tirent toute la société vers le haut mais il faut également prévoir un filet de redistribution car sinon ce sont les meilleurs qui empochent absolument tous les gains et cela peut créer des tensions énormes au sein de la société. Donc lui-même le reconnaissait, une redistribution minimale est indispensable car la nature ne nous donne pas malheureusement tous les mêmes facultés à réussir. C’est le constat qui m’a le plus surpris chez ce libéral pur jus. En revanche, il ne faut pas attendre des politiciens professionnels qu’ils libèrent le système car c’est eux même qui l’ont mis en place pour asservir la population et la contrôler comme l’avait imaginé Bismarck qui est à l’origine de l’État-providence en Europe.
    C’est là où je trouve que la candidature d’un Zemmour est intéressante car lui n’est pas un politicien professionnel et n’est donc pas lié par sa réélection à tout prix.

  • Si pour réformer la Sécu, on doit commencer par supprimer les charges pesant sur les revenus, supprimer le PALS, et créer un compte épargne santé… inutile de se poser de questions : rien ne se passera jamais !
    Cela a beau être séduisant sur le papier, cela impose bien trop de conditions pour avoir la moindre chance d’aboutir.
    Je propose bien plus modeste pour démarrer : supprimer le cofinancement des soins. A la Sécu la gestion des interventions lourdes (opérations, traitement des ALD, etc), aux mutuelles le reste (dentaire, optique, analyses de sang, etc.)… Déjà ce chantier, simple en apparence, recontrera de sacrées resistances.

    • Lapurée a contracté le virus de l’effectuation ! Bon en fait c’est pas grave et il n’y a pas besoin de soins.

    • Euh, vu ce que rembourse la secu dans les lunettes (et autres), votre proposition est déjà réalisée.

      • @Koris
        Loin de la la secu finance des cures, des operations de chirurgie esthetique (si si, j ai ete moi meme surpris d apprendre ca au moment du scandale des protheses PIP)

        Apres c est pas toujours evident de faire la distinction. Si vous faites une analyse, c est pour la mutuelle (ou votre poche). mais si vous avez une ALD (diabete par ex) c est la secu ?

        Je pense qu outre le recentrage de la secu, il faut aussi supprimer l obligation d avoir une mutuelle faite par sarkozy (ou faire comme en suisse et pouvoir choisir une franchise de 2500 CHF). sinon vous avez une clientele captive

  • Tel Gorbatchev qui voulait réformer l’URSS en lançant la perestroika, cela ne fit qu’hâter l’effrondrement de la structure. Si la SECU a des compétences, c’est qu’il y a des gens compétents. Ces personnes quitteront en premier le navire si la concurrence est légale.
    Au vu de leur salaire complet et du cout de la SECU, des millions d’affiliés partiraient immédiatement, la SECU s’effondrerait immédiatement. J’ai fait un test, la plupart des fonctionnaires autour de moi ne savent même pas qu’ils payent une mutuelle, combien, et ce qu’elle rembourse.
    Le truc ne tient que par offuscation, et l’auteur voudrait l’éclaircir!

  • Grande Sécu, grande CSG.

  • la sécu repose sur l’idée que votre santé ne vous appartient pas.. on se demande comment on a encore le droit de refuser un « soin »..

    et que vous devez accepter de payer les soins du violeur de votre fille ou de la simple racaille qui vous pourrit la vie sinon vous empêche de bosser.

    par ailleurs elle implique en pratique qu’un médecin doit recevoir le tampon de l’etat..

    un médecin peut voir les problèmes liés au controle étatique de l’education..mais….

    et encore si médecins vous entendiez ce que disent les gens des médecins..il suffira de vous faire TOUS fonctionnaires..pour vous affecter « rationnellement en vertu de l’ égalité sociale et territoriale….

    en on vous enverra dans des zsp … « zones de soins prioritaires… »

    non ce ne sont pas des « dérives » de la sécu…

    c’est où penche la sécu si les médecins ne pensaient pas d’abord encore et dieu merci à soigner leur patients.. ce sont les individus qui nous sauvent de l’évolution collectiviste naturelle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

C’est bientôt Noël. Mais cette année, après plusieurs décennies, voire quelques siècles mêmes de longue tradition, les États providences occidentaux ont décidé de changer de costume. Plutôt que d’enfiler le long manteau rouge et blanc, d’arborer la barbe blanche et l’embonpoint généreux, les distributeurs de cadeaux payés avec l’argent des autres ont cette année décidé de se transformer en Père Fouettard.

Sacré coronavirus !

Et sacrés citoyens ! Jamais capables de respecter les consignes qu’on leur do... Poursuivre la lecture

Macron retraités décideurs troisième voie
4
Sauvegarder cet article

L’époque est à la panique certifiée, aux pythies labélisées « science » et aux prédictions hasardeuses érigées au rang de vérités… Santé, démographie, climat, comme le craignait Aider, l’homme s’est soumis à la technologie, comme il le fit, antan, au Créateur Divin. L’avenir tout tracé, lui, peine à se conformer aux modélisations… Nos prodiges de dirigeants se sont engouffrés dans la brèche : fonder leurs décisions sur un avenir scientifiquement validé relève de la providence.

Ignares ? Oui, sans conteste mais avant tout opportunistes.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles