Macron est de moins en moins populaire

Les décisions et choix passés de Macron risquent d’affecter sa popularité et ses chances d’être réélu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Macron capture d'écran youtube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron est de moins en moins populaire

Publié le 15 novembre 2021
- A +

Par Claude Robert.

Les Français commenceraient-ils à se lasser des allocutions d’Emmanuel Macron ? s’est demandé BFM au lendemain de son intervention de mardi soir, suivie par seulement 20,9 millions de téléspectateurs, son plus mauvais score depuis le début de la pandémie.

Que cette question soit posée par un média comme BFM est assez révélateur du changement qui s’opère dans notre pays. Plusieurs indices concordants laissent supposer que le château de cartes macronien commence à s’effondrer.

On peut certes s’étonner que le début de l’éclipse ait été si tardif, le premier vrai signal n’étant apparu qu’en avril de cette année lorsqu’un sondage BVA du 23 mai 2021 affichait quelque chose qui était jusqu’alors inimaginable : 61% des Français soutenaient ne pas vouloir voter Macron au premier tour.

Mais beaucoup d’évènements se sont produits depuis et semblent avoir décuplé le ras-le-bol populaire pour un président à qui on reproche à présent :

  • d’avoir tourné sa veste sur des sujets de société importants,
  • de ne même pas dissimuler son mépris pour les citoyens,
  • d’avoir vidé un peu plus les caisses de l’État sans grand résultat.

Un président qui a tourné sa veste à l’approche des élections 

Rappelons-nous, au moment de la programmation pluriannuelle de l’énergie, fin 2018, Macron annonçait avec enthousiasme la fermeture de 14 réacteurs d’ici 2035 (dont la fermeture de Fessenheim en 2020), et confirmait sa volonté de ramener la part du nucléaire à 50 % de la production d’électricité d’ici 2035.

Trois ans plus tard, après des investissements particulièrement controversés dans les éoliennes et des importations d’électricité de moins en moins rares, ce qui est tout de même le comble pour un pays leader mondial de l’énergie atomique, Macron découvre subitement l’intérêt des « petites centrales nucléaires ».

De même qu’après des promesses de réductions d’impôts des entreprises, réductions mises en place très progressivement et dont le but était de ramener la pression fiscale dans la moyenne européenne, plus de quatre ans plus tard, la France reste toujours parmi les pays d’Europe qui imposent le plus leurs entreprises. Ce qui n’empêche pas Macron de déplorer tout d’un coup la désindustrialisation dont souffre le pays et d’annoncer des mesures en ce sens pour les six mois restants de son mandat.

Le revirement le plus scandaleux est toutefois celui concernant l’immigration. L’activisme aussi symbolique que politique du président sur le sujet a causé, entre autres conséquences, une évidente ouverture des frontières. Et puis face au succès d’un polémiste qui s’est approprié le sujet, ce qui a délié les langues de plusieurs candidats à l’élection, le président se met subitement à évoquer les « limites en matière de taux d’acceptation de l’immigration ». 

Il fut une époque où le cynisme se cachait, afin de maintenir un minimum de dignité chez les politiciens, et de semblant de respect du peuple. Avec Macron, point n’est besoin de précautions. Le discours est orienté dans la direction souhaitée, en fonction de l’objectif du moment, indépendamment de toute autre considération.

Un président qui ne cache même pas son mépris des électeurs 

La violence des réactions du gouvernement contre les Gilets jaunes, pourtant véritables thermomètres du climat social hexagonal, tout comme le détournement du folklorique grand débat vers des objectifs à l’inverse des récriminations de la rue sont des preuves tangibles du peu de considération du président pour un peuple au service duquel il a pourtant été élu.

L’embrouillamini de la soi-disant réforme des retraites avec son concept trompeur « d’âge-pivot » a fourni une nouvelle illustration de ce mépris. Cependant, c’est dans la façon dont la pandémie a été gérée que le summum a été atteint. En accumulant les retards et les mensonges dangereux pour la population, le gouvernement a fait la démonstration de son authentique morgue.

Dernier exemple en date, le chèque carburant renommé « indemnité inflation », montre à quel point la technocratie macronienne est incapable de résoudre les problèmes qu’elle a favorisés, si ce n’est en se défaussant dans des actes de communication totalement saugrenus. Distribuer un chèque de 100 euros aux Français gagnant moins de 2000 euros nets est d’un mépris sans nom quand on sait que les taxes de l’État représentent près de 60 % du prix à la pompe d’un litre de sans plomb 95.

Macron a vidé un peu plus les caisses de l’État sans grand résultat 

Telle est la récente conclusion de l’Institut Montaigne :

Les économies budgétaires qui devaient accompagner la réduction des prélèvements obligatoires ne sont pas advenues. En 2020, la France occupait la première place européenne s’agissant du niveau de ses dépenses publiques (61,8 points de PIB) – une tendance qui ne devrait pas s’inverser à court terme.

Non seulement les quelques réformes lancées par Macron (suppression de l’ISF, baisse progressive des charges des entreprises) ne profitent qu’aux catégories favorisées, mais elles n’ont été financées que par l’accroissement d’une dette qui était déjà considérable à la fin du mandat de Hollande. Une dette de l’État accrue, ce sont donc des augmentations d’impôt à venir et l’impossibilité pour le gouvernement d’aider de façon saine l’économie et en particulier l’industrie.

Ainsi, derrière beaucoup de théâtre et malgré des revirements bien trop tardifs, rien de solide et de fondamental n’a été réalisé par Macron qui ait donné à ce jour des résultats n’hypothéquant pas notre futur. C’est de tout cela dont la population prend conscience peu à peu. La lassitude pour l’individu et ses comédies ne fait que commencer.

Sur le web

Voir les commentaires (59)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (59)
  • « Le discours est orienté dans la direction souhaitée, en fonction de l’objectif du moment, indépendamment de toute autre considération. »

    je crois en effet….et d’une certaine façon , heureusement, car ça permet au moins de faire des virages à 180° quand les français via les sondages se rendent comptent de certaines réalités.

    • Mais non il ne renoncera pas , il se croit très supérieur au péquin moyen , à la plèbe qui ne comprend pas son intelligence supérieure, son égo démesuré ne lui permet aucune analyse rationnelle. tout ce qu’il veut c’est le pouvoir et tout sera bon pour le garder. s’il doit couler le pays pour rester au pouvoir il le fera, de toute façon il n’aura aucun compte à rendre, comme l’ensemble de cette caste politique et administrative.

  • Depuis le début Macron nous a enfumé.. Il n’a aucune colonne vertébrale solide, il va selon les vents.. Un jour écolo, le lendemain, il n’est plus écolo (voir l’histoire des centrales nucléaires), un jour il vous dit blanc, le lendemain, il vous dit noir… Son en même temps ne rime à rien.. Beaucoup de blablabla.. Il devrait renoncer à se présenter, bien trop mauvais.

  • S’il y a un domaine où Macron affiche une constance remarquable, c’est l’opportunisme. Sa capacité à raconter n’importe quoi ou son contraire en fonction de son intérêt tactique du moment est étonnante. Aussi étonnante est la capacité des médias dominants à ne jamais souligner cet enfumage permanent et parfaitement assumé.

    • C’est un socialiste typique déconstruit.
      Il n’a ni nation, ni pays, ni peuple, ni histoire, ni religion, ni rien de sacré. c’est normal qu’il n’aie aucune autre conviction que celle de son petit être insignifiant et autant d’empathie qu’un tueur en série.

  • De toute manière, même s’il était élu, il n’aurait aucune majorité au parlement. ça nous promet un beau foutoir …

    • Entièrement d’accord avec vous . Il aura déjà énormément de mal à être réélu mais quand bien même il le serait il n’aura jamais une Assemblée à sa botte

  • Ouais, mais comme les francais ont une mémoire de moineau, le dernier cadeau fera la difference.. Et puis, avez vous vu les candidats, aie aie aie.

  • Pour la caste, peu importe la popularité de macron, ils le remplaceront par un clone sorti de leur manche comme les bons illusionnistes qu’ils sont. Et les français marcheront comme d’habitude…

  • L important pour etre elu, c est pas d etre populaire mais etre moins impopulaire que les autres
    Qui va inquieter Macron ?
    Marine Le pen ? elle a perdu nettement la derniere fois et n a meme plus de programme (bye bye la sortie de l euro)
    zemmour ? c est un homme seul, sans parti qui ne pourra gouverner car pas de majorite a l AN
    Barnier ? apres 20 ans passé a l UE (pour avoir trahit chirac pour Balladur) il se decouvre euroseptique !
    Pecresse la traitresse ? celle qui a soutenu fillon, puis Juppe (qui devait etre elu) puis de nouveau Fillon
    Melenchon ? comme Le Pen, il represente la classe politique dont personne ne veut, et qui a envie d etre le venezuela d europe
    Hidalgo, Jadot … ? font pas 10 % des voix

    • Zemmour est sans parti, mais c’était aussi le cas de Macron il y a cinq ans. Bon, LREM a été créé en mai 2016, mais dans l’ombre il y la société des « amis d’Eric Zemmour » qui collecte déjà des fonds.
      Donc Zemmour a du retard, mais je prends le pari qu’il aura son parti et ses candidats aux législatives.

    • « Qui va inquieter Macron ? »

      Rafik Smati ? Sait-on jamais…

  • Elu avec moins de 20% de votes favorables, je dirais qu’il est de plus en plus impopulaire. On n’est pas populaire avec 18% d’électeurs favorables, surtout quand ces mêmes électeurs ont été abusés par de belles promesses intenables et donc jamais tenues!

    • Je pense qu’il s’en fout royalement. Le but aujourd’hui pour un politicien n’est plus d’être populaire, c’est d’être au second tour de la présidentielle, et d’avoir face à soi un épouvantail créé pour l’occasion – bien aidé en cela par les médias, voire une justice tout à coup très diligente.
      Si Macron fait 22% au premier tour et 51% au second tour, et si aux législatives suivantes son parti fantôme l’emporte dans le cadre d’une abstention record, ça lui conviendra très bien. Car ce scénario s’est déjà réalisé en 2017, à peu de choses près.
      Ces gens sont d’un cynisme absolu : leur réaction suite aux dernières élections (régionales), où le fiasco fut historique, l’a bien montré.

      • « C’est de tout cela dont la population prend conscience peu à peu. La lassitude pour l’individu et ses comédies ne fait que commencer. »
        L’espoir fait vivre….en attendant il semble toujours qualifié pour le second tour…et donc: élu.
        Les c..us , comptez vous.
        Let’s go Macron.

        • « Les c..us » sont ceux qui l’on mis au pouvoir et qui on l’intelligence d’en être déçus. Mais le sont-ils (déçus) ?
          Pour les autres, ceux qui ont voté, ils ont la satisfaction de pouvoir dire ce qu’ils pensent sans avoir à se renier. C’est tout de même plus confortable.
          Le principal sujet n’est pas d’avoir eu raison, ou non, mais de l’état catastrophique de la france qui s’est encore enfoncée pendant ce quinquennat.

          • « Mais le sont-ils (déçus) ? »
            Justement, il semble qu’un quart de la population ait encore l’intention de voter pour lui. Ils le sont, et contents.
            Il leur reste bien peu de temps pour ouvrir les yeux, alors oui : CPEF.

  • Un jour il faut fermer les centrales nucléaires, le lendemain on hante les mérites des petits réacteurs SMR, le surlendemain on annonce la construction d’EPR. Ça c’est une politique volontaire et claire.

  • Quel est le président de la République française qui n’a pas enfumé la population depuis V. Giscard d’Estaing ? Ils l’ont tous fait !!
    Parmi les candidats actuels à la présidence de 2022, quels sont les candidats qui ne vont pas enfumer les français en 2022 ? Aucun !!
    Depuis les années 70, les français ne votent pas pour un candidat mais contre les autres selon des critères d’enfumages plus ou moins crédibles.
    Or, pour en venir à Macron, on peut le qualifier de moins pire que les autre.
    Sauf pour ceux qui adorent Hidalgo, ou Melanchon, ou pourquoi pas Jadot. On a aussi Bertrand, le grand benêt mou, ou les autres postulants LR qui ne vallent pas mieux. Le Pen, néo communiste incompétente pour gouverner et Zemmour sans aucun programme. Bref, tous plus incompétents les uns que les autres. Mais, car il y a un mais, ils sont le niveau qui permet de faire croire aux français qu’ils sont le Président qu’il leur faut.
    Les français ont les candidats qu’ils méritent.

    • en effet, conseillé par le flock prigent et financé par charles gave, zemmour n’est pas le pire, même en économie.

    • Baisser la fiscalité n’est malheureusement pas un programme, et tous les candidats (sauf de gauche) le prêchent mais aucun ne le fera.
      Mais pour aller dans votre sens, aucun candidat n’a de programme.

  • Macron ? Belle gueule, âme noire !

  • « Les décisions et choix passés de Macron risquent d’affecter sa popularité et ses chances d’être réélu »… mais non :
    Les décisions et choix passés de Macron vont affecter sa popularité et ses chances d’être réélu : c’est à souhaiter, l’espoir fait vivre !
    Ah ! j’entends la sonnette… zut, ça doit être « l’équipe psychiatrique anti-complotistes… » évoquée ce jour par H16. ?

    • Hélas je n’en suis pas aussi convaincue, les gens ont mauvaise mémoire.

      • les gens font surtout confiance aux médias pour la mémoire (comme pour beaucoup d’autres choses). Un truc dont on ne parle plus à la télé c’est un truc oublié (ou du moins rendu tellement privé, dont on ne parle plus, donc qui ne « compte plus », qu’il a disparu de la réalité tangible).

  • Le péché originel de Macron a été de céder aux zadistes de Notre Dame des Landes. Il a plus que cédé, il a baissé culotte.
    Depuis, devant la moindre difficulté, il recule comme pour l’ultimatum sur la pêche passé aux oubliettes.
    Son revirement nucléaire ne démontre pas son intérêt pour notre économie, mais repose uniquement sur le nombre de voix que cela pourra lui attirer.
    Pas de direction politique sérieuse mais un zigzag entre gauchos et verdates

    • le revirement sur le nucleaire lui rapportera pas de voix mais au contraire lui en coutera (les ecolos)
      ce qui le plombe c est surtout l absence d amelioration de la situation economique durant son quinquenat.
      Il a ete elu sur une proposition degagiste, pour adapter la france au 21 sciecle (ce que les LR ou le PS n ont su faire) mais il a echoué

      • les écolos n’auraient pas voté pour lui (sauf si la folle avait été investie). Il le sait bien et se moque de leurs voix (sauf au second tour pour faire face à la bête immonde, quelle qu’elle puisse être). Par contre le cadre moyen biberonné à BFM et le retraité « CSP + » et toute cette frange qu’on pourrait qualifier de demi-habiles, pour elle ressortir le nucléaire c’est une preuve de sérieux gestionnaire, ça compte !

    • Le ver était dans le fruit dès avant son élection, si on observait sa trajectoire et si on a bien suivi l’élection. Son mandat n’a été qu’une suite logique de ce qui précédait.

    • Macron était encarté PS et ministre de Hollande « c’est gratuit ».
      S’étonner qu’un socialiste choisi par le deepstate socialiste fasse une politique socialiste c’est plutôt étrange.

    • Faut se méfier de la reculade avec Notre Dame des Landes, on entend pas beaucoup Vinci pester. Si Vinci récupère Aéroport de Paris plus ou moins en compensation à la fin, ça sentira « l’arrangement entre amis »…

  • « Peu importe que le chat soit gris ou noir pourvu qu’il attrape les souris »… n’est pas cd ?

  • « On peut certes s’étonner que le début de l’éclipse ait été si tardif, »
    Ça s’explique aisément : pratiquement personne n’a attaqué Macron depuis 4 ans, les médias subventionnés lui sont entièrement acquis quoi qu’il fasse ou dise. Et la campagne n’a toujours pas commencé. Gageons que LR, dont on peut sincèrement se demander si ce n’est pas une annexe d’LREM, va finir par se réveiller et attaquer Macron, au moins après le 4 décembre…

    • « LR, […] va finir par se réveiller »

      Autant confier les jardins d’enfants à Dutroux en espérant une rédemption.
      Les français ont voté plusieurs fois pour la « droite » de moins de fiscalité, d’état, de bureaucratie, de dépenses, de dette, d’immigration, de copinages et pour plus de sécurité. Ils attendaient de Gaulle, ils ont eu Lénine.

  • Macron ne se représentera pas ; on a encore 4 mois pour lui mettre le nez dans ses cacas

  • Si seulement… j’espère que c’est effectivement le début de la prise de conscience de la majorité (trop) silencieuse ou (très) suiveuse des Français.
    J’ai été étonnée de voir hier, sur une chaîne d’info en continu, un petit montage des déclarations de Macron faisant suite au 1er débat des LR, montrant trop bien comment il reprenait leurs propositions.
    C’est d’ailleurs excellent d’entendre ensuite ces mêmes journalistes rappeler aux prétendants que ce qu’ils proposent est déjà mis en place par le gouvernement… depuis 3 jours ! et encore, ce ne sont que des annonces.
    Il conviendra ensuite de rappeler, mais ça c’est nettement moins évident, que les fameuses propositions des LR sont en fait des reprises de Zemmour…

  • Si seulement, on pouvait en être débarrassé pour de bon!

  • Vous avez oublié le candidat Macron opposé au 80 km/h…
    Cela avait commencé tôt !

  • Petit complément sur « les quelques réformes lancées par Macron (suppression de l’ISF, baisse progressive des charges des entreprises) qui ne profitent qu’aux catégories favorisées », il y a eu aussi la suppression de la taxe d’habitation qui a surtout profité aux pauvres.
    A titre personnel j’en ai profité, mais je trouve cette mesure stupide. C’est un des rares impôts qui est clairement relié à un service. Il est sain que quand on habite quelque part on participe au fonctionnement de la commune.

    • D’accord avec vous, un argent récolté dans le village qui sert au village était le truc à supprimer après avoir enlevé tout le reste.
      Mais cet argent ne passait pas par Paris et il pouvait y avoir concurrence entre les communes fourmis et les cigales rouge et ça c’était inacceptable.

      • Alors techniquement si, l’argent passe par Paris. De même pour la taxe foncière. L’argent est collecté par l’état et reversé aux communes. Bien sûr ce « service » n’est pas gratuit, il est facturé « en frais de gestion ». C’est marqué en bas de vos feuilles d’impôts locaux.

    • J’ai dans l’idée que cette mesure est un mesure typiquement socialiste. En effet, quand on est propriétaire de son logement on paie(ait) à la fois la taxe d’habitation et la taxe foncière. Dans mon cas, c’était à peu près le même montant pour les deux taxes. Concrètement, cela représente une exonération de taxe intégrale pour les non propriétaires, et de seulement 50% les propriétaires. Les « salauds de propriétaires » sont une fois de plus ceux qui crachent au bassinet pour tout le monde.

      • ne soyez pas naïf et voyez quelques années plus loin : pour équilibrer les budgets, la taxe d’habitation ayant été supprimée, la taxe foncière va doubler.
        opération neutre pour les propriétaires occupants, mais désastreuse pour les propriétaires bailleurs.

  • Mais puisque tous les sondages vous disent que Macron, pas encore candidat, est en permanence à 24% d’intentions de vote, le tout bien relayé par tous les MSM. Alors, dès que candidat, il va exploser les compteurs, lol…

  • « Le goût de la foule est l’indice du pire » (Sénèque).

    Le politicien trop soucieux de sa popularité n’est qu’un bon à rien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles