Discours de Macron : un discours de précampagne présidentielle

Le discours de Macron est un discours de précampagne présidentielle mêlant autoritarisme sanitaire, dépenses publiques et captation de voix de toute part.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
discours Macron 09112021 source Elysée

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Discours de Macron : un discours de précampagne présidentielle

Publié le 10 novembre 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.

Le président de la République s’est donc adressé aux Français hier soir : un discours dans lequel il a abordé la crise sanitaire, mais aussi des considérations économiques et politiques.

Difficile de ne pas y voir un discours de campagne présidentielle, d’autant plus qu’Emmanuel Macron a mis en avant son souhait de conduire des réformes en 2022, et par conséquent, pendant la campagne voire après les élections. Le choix de la date du discours, l’anniversaire de la mort du général de Gaulle, n’est pas anodin en termes de symbolisme.

Néanmoins, le ton donné par le discours est autoritaire. L’accent est mis sur la protection plutôt que sur la liberté.

Le début du discours : une nouvelle couche d’autoritarisme sanitaire avec la troisième dose pour les populations vulnérables

La mesure phare de son discours, qui était aussi le point sur lequel les Français se demandaient à quelle sauce ils allaient être mangés, a été la troisième dose du vaccin contre le covid. Celle-ci devient obligatoire pour les personnes de plus de 65 ans et les personnes fragiles. À partir du 15 décembre, si elles ne sont pas à jour, leur pass sanitaire ne sera plus valide.


Si cette mesure ne concerne qu’une partie des Français, celle la plus à risque, il est à craindre qu’elle soit peu à peu étendue au reste de la population. Emmanuel Macron a déclaré qu’une campagne de rappel, pour l’instant non obligatoire, a commencé pour les plus de 50 ans.

Ainsi l’exécutif français continue sur sa lancée coercitive pour pousser la population à la vaccination. Il convient de rappeler que certains pays européens n’ont pas de pass sanitaire ou d’obligation vaccinale (Suède) ou l’ont supprimé (Danemark). Ils n’exigent donc aucun vaccin pour se rendre dans des lieux publics. La vaccination est un choix personnel visant à se protéger soi-même.

L’exécutif français, et malheureusement une bonne partie de la classe politique, considère désormais la liberté comme une récompense pour bonne conduite, un raisonnement de gardien de prison.

Distribution d’argent avant les présidentielles et réformes reportées aux calendes grecques

Au-delà de la situation sanitaire, le président Macron en a profité pour aborder les thèmes économiques en mettant l’accent sur son bilan et sur les projets qu’il souhaite mettre en œuvre dans les prochains mois.

Qu’il s’agisse de l’indemnité inflation de 100 euros versée à ceux dont le revenu est inférieur à 2000 euros net par mois ou du plan France 2030, doté de 30 milliards d’euros sur cinq années, l’État sort le chéquier. Serait-ce une manière de faire passer la pilule des mesures sanitaires ?

Nombreux sont ceux qui ne comprennent pas que cet argent prétendument gratuit ou investi est celui du contribuable. Ces sommes devront être financées soit par une hausse des taxes, soit par de la dette (avec tous les problèmes de soutenabilité).

La réforme des retraites est reportée au prétexte de la situation sanitaire. Ce choix n’est guère surprenant étant donné que ce sujet est source de conflits. Emmanuel Macron ne souhaite évidemment pas créer un nouveau front de contestation juste avant les élections.

Néanmoins, cette situation adresse une image inquiétante de l’état économique du pays. Les réformes nécessaires ne sont pas effectuées. Et les finances publiques déjà dans une situation dégradée seront encore affaiblies par des dépenses dont certaines sont électorales.

Le retour du nucléaire dans le discours

Point intéressant et positif à noter : le nucléaire fait son retour. Le président annonce son souhait de la construction de nouvelles centrales nucléaires afin de garantir l’indépendance et la sécurité énergétique.

On peut déplorer que cette prise de position franche n’ait lieu qu’à la fin de son mandat après les propos ambigus de certains ministres. Mais à l’instar des retraites, de tels chantiers seront mis en œuvre après les élections. On peut aussi y voir sa volonté de s’aligner sur celles des candidats de la droite LR, RN et d’Éric Zemmour.

La présidence européenne : convergence des populismes

La question européenne a aussi été abordée à travers la présidence de l’UE qui revient à la France à partir de janvier 2022 pour six mois. Parmi les axes qu’Emmanuel Macron souhaite développer : « Ensemble, de mieux protéger nos frontières extérieures » ou bien « Ensemble, de mieux réguler les géants du numérique ». Ces deux points ne sont pas neutres : ils représentent des mesures phares des populistes respectivement de droite et de gauche.

Un moyen de faire plaisir à la droite et à la gauche illibérale au niveau national, mais aussi au niveau européen. Reste à savoir comment les libéraux européens réagiront à ses propositions…

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Il ferait mieux de rouvrir Fessenheim plutôt que d’annoncer de nouvelles centrales qu’on ne sait plus construire et qu’on payera très cher.

  • Macron le 27 novembre 2018 : « Nous allons fermer 14 réacteurs d’ici 2035 ».
    Macron le 09 novembre 2021 : « Nous allons ouvrir de nouveaux réacteurs ».
    Heuu… C’est la foire à la saucisse ou on parle juste d’un des choix les plus important pour la France, à savoir la ligne directrice énergétique du pays ???

    • Bah, c’est le même qui dit en avril « jamais le pass sanitaire ne sera un élément de discrimination entre citoyens ou quelque chose demandé pour aller au restaurant » et qui en juillet le rend obligatoire pour… ce qu’il ne devait jamais faire !
      L’artiste du « en même temps ». Le gars qui ne croit en rien sinon en son destin de divinité (ou de super héro, vu sa culture)…

      • Ses partisans nous présenteront ces reniements comme des « adaptations » d’un président qui réfléchit et sait changer d’avis si nécessaire, loin de tout dogmatisme.

        Si Emmanuel Macron était vraiment cet homme-là, il aurait soin d’éviter les mots tels que « jamais ».

  • Un caquetage bruyant et superflu d’une présidence aussi bavarde que néfaste pour le pays.
    Mais j’aimerais bien qu’il me dise où se trouve le merveilleux pays qui marche aussi bien qu’il nous a décrit. J’y déménage de suite.

  • J adore le dernier commentaire prouvant qu’il existe un abysse entre le discours et la réalité. Un discours d un collégien qui sombre dans l autoritaire et qui ne sait plus où il en est. L a t il jamais su

  • Il doit réfléchir à quel costume il va mettre pour le 11 novembre
    A part ça je doute qu’il soit capable d autre chose
    Ceci dit lui il n a fait que lire un discours qu il n a pas écrit auquel il n a pas pensé et qui demain se noiera dans l immense fossé commune des écrits inutiles

  • M. Macron copie mais en général on préfère l’original à l’imitation. Il donne l’impression de courir après sa réélection et c’est juste un peu ridicule. En fait, il n’a pas su partir à point.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, l’Allemagne a annoncé la relance de ses centrales à charbon suite aux risques de rupture d’approvisionnement en gaz par la Russie. Présentée comme temporaire, cette solution paraît pourtant irrémédiable depuis la décision de fermeture progressive du parc nucléaire allemand par les sociaux-démocrates il y a près de 20 ans - et accélérée par Angela Merkel suite à l’accident de Fukushima en 2011.

Aujourd’hui, l’Allemagne pâtit donc d’une décision idéologique animée par un principe de précaution sans la moindre base ra... Poursuivre la lecture

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles