Bruno Le Maire promet des bons de carburant

Pour estomper les conséquences de choix politiques désastreux, le gouvernement a recours au contrôle des prix, à l’argent « gratuit » et aux distributions de chèques. Dernier en date, le bon d’essence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bruno Le Maire Fortune Global Forum 2019 BY FORTUNE Global Forum (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bruno Le Maire promet des bons de carburant

Publié le 12 octobre 2021
- A +

Par Simone Wapler.

Après les bons de réparation de vélo, les chèques de rentrée scolaire, les innombrables aides à l’isolement, aux panneaux solaires, le chèque énergie pour le gaz ou l’électricité, voici le bon d’essence.

Invité sur la Radio RTL le 6 octobre, notre sémillant ministre de l’Économie a lancé sa nouvelle brillante idée :

Sur le diesel et l’essence, si l’envolée se poursuit il faudra réagir […] On l’a fait sur le gaz et l’électricité, donc s’il faut le faire sur le carburant, nous sommes prêts à le faire.

Concernant le gaz et l’électricité, pour lesquels les hausses de prix sont fulgurantes, c’est la solution du « bouclier tarifaire » qui a été retenue. Ce terme pompeux désigne en pratique un blocage des prix.

Cette solution est connue pour échouer depuis l’empereur Dioclétien (301 de notre ère). Mais si la nuisance des mesures démagogiques dissuadait les politiciens, depuis le temps, cela se saurait. Pour mémoire, l’édit de Maximum promulgué par l’empereur romain prévoyait la peine de mort pour les contrevenants qui s’obstineraient à hausser leurs prix. Visiblement, ce n’était pas assez dissuasif puisque l’hyperinflation tua finalement le denier d’argent romain.

Mais Bruno Le Maire ne s’arrête pas à ces détails.

Pour compléter le blocage des prix du gaz et de l’électricité (et peut-être éviter un nouveau déferlement automnal de gilets fluorescents), un chèque énergie de 100 euros serait à l’étude.

Concernant les carburants, pour lesquels le marché de la distribution est moins bien contrôlé par l’État, le blocage des prix ne serait finalement pas retenu mais plutôt le chèque…

Sauf récemment pour Anne Hidalgo, il n’est pas question de réduire les taxes faramineuses auxquelles sont soumises ces différentes formes d’énergie. Pourtant, la fiscalité absorbe plus de 60 % du prix des carburants, 37 % du prix du kWh et 27 % sur le gaz. Plus les prix augmentent, plus l’État accroît ses recettes fiscales puisque ses taxes sont proportionnelles.

Le mythe du contrôle des prix

Le simple fait de vouloir contrôler les prix est révélateur du fait que les politiciens ne maîtrisent plus rien.

Les énergies fossiles ont désormais mauvaise presse et les politiciens soucieux de séduire l’électorat vert clament haut et fort qu’il faut « décarboner » l’économie, ne plus brûler d’énergie fossile, lutter contre les gaz à effet de serre. Les gouvernements poussent donc à grands renforts de subventions n’importe quelles autres alternatives dont le bénéfice et l’efficacité ne sont pas prouvés. La dernière lubie à la mode – depuis que les éoliennes ont moins le vent en poupe – est l’hydrogène.

Dans le cas de la transition énergétique, nous nous trouvons dans une situation décrite par Hayek dans La route de la servitude (chapitre Planisme et démocratie) :

« L’accord sur le principe du planisme ne s’accompagne pas d’un accord sur le but du plan. Les gens ont décidé d’un commun accord qu’un planisme centralisé était nécessaire sans se mettre d’accord sur le but du plan. C’est comme s’ils avaient décidé de partir en voyage sans se mettre d’accord sur l’endroit où ils vont aller. Le résultat fera qu’ils feront tous un voyage que la plupart d’entre eux n’ont pas envie de faire. »

Vous avez envie de « sauver la planète » ou que la France gagne son « indépendance énergétique » mais vous n’avez pas envie de voir doubler votre budget gaz, électricité, carburant, de vous déplacer en vélo quand il pleut et que vous avez 20 km à couvrir, de dépenser de l’argent dans des travaux d’isolation, de changer de chaudière, etc.

Les autorités et les médias subventionnés se garde bien de relayer et d’analyser l’échec lamentable de l’EnergieWende ou « tournant énergétique » des Allemands.

La mise au ban des énergies fossiles étant un mouvement mondial, de nombreuses compagnies pétrolières ont coupé dans leurs coûts d’exploration pour anticiper un ralentissement de la demande. Cette dernière restant forte, il est normal que le marché s’ajuste au profit des producteurs.

À moins que le monde entier ne bascule dans le planisme, le contrôle des prix ne débouchera sur rien. Même si l’économie mondiale y succombait, à terme, l’effondrement serait garanti. Distordre les prix ne peut que conduire les entrepreneurs et les consommateurs à prendre de mauvaises décisions et à gaspiller des ressources.

L’hypocrisie des bons d’achat financés par de l’argent gratuit

Les finances publiques françaises sont dans un état de délabrement avancé. Le projet de loi de finance 2021 consacre une quarante-huitième année consécutive de déficit.

La dette, matérialisée par le cumul de ces déficits, était autrefois douloureuse lorsque le marché pratiquait les taux d’intérêt qu’il estimait adaptés. C’est ce qui avait provoqué le « tournant de la rigueur » de 1983 après trois années délirantes de mise en œuvre d’un programme socialo-communiste.

Depuis l’avènement de la monnaie unique et la politique de création monétaire de la Banque centrale européenne, les taux d’intérêt ne délivrent plus aucun signal de prix de l’argent qui est devenu « gratuit ». Bien sûr ce n’est qu’une illusion.

 

N’oublions jamais cette vérité fondamentale : l’État n’a aucune autre source d’argent que l’argent que les gens gagnent eux-mêmes. Si l’État veut dépenser plus, il ne peut le faire qu’en empruntant votre épargne ou en vous taxant davantage. Il n’y a pas d’argent public, il n’y a que l’argent des contribuables.

Lorsque les taux d’intérêt remonteront et que la dette publique dépassera notre capacité d’emprunt, notre épargne sera engloutie dans ce prévisible naufrage financier.

En attendant, prenez les largesses de Bruno Le Maire pour ce qu’elles sont : le vol organisé des contribuables.

Il se produit ce que j’avais prévu dans mon livre La rage de l’impôt : une facture de gaz à effet de serre à couper le souffle va nous être régulièrement présentée.

Voir les commentaires (49)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (49)
  • Je n’arrive pas a comprendre, lorsque Bruno est invité chez n’importe quel journal pourquoi aucun ne tente de percer a jour la nullité de BLM.
    C’est quand même pas compliqué de lui demander en direct pourquoi l’état ne réduit il pas les taxes au lieu de filer des chèques ridicules.
    J’aimerai le voir mal à l’aise au moins une fois…

    • Simple : prix plus élevés -> plus de recette fiscale (moins de déficit ? Non il ne faut pas rêver: plus de dépenses) -> Mesures de correction pour un montant égale à 10% de l’accroissement des recettes fiscales (le « chèque énergie » distribué qu’aux plus pauvre) afin d’éviter un nouvel épisode gilet jaune. C’est juste un gestion plus fine mais au total nulle puisque l’état dépense TOUJOURS DE PLUS EN PLUS !
      « quarante-huitième année consécutive de déficit… »

    • Parce que les journalistes qui font la pluie et le beau temps sont des écolos bobo et vivent à Paris où les dépenses énergétiques sont faibles.

      En bref, les journalistes sont déconnectés de la réalité, prennent parti et ne parlent où écrivent que sur ce qui les arrange.

    • C’est pourtant simple! égalitarisme ça s’appelle. Il y a même des journalistes que j’aurais cru plus « libéraux » pour dire: »Ah non! baisser les taxes, vous n’y pensez pas, cela profiterait aussi à ceux qui peuvent payer », vous savez les zézés…

      • C’est exactement ça : l’égalitarisme. Lequel passe par la « redistribution ». Laquelle passe par des taxes toujours plus élevées, et forcément quelques miettes rendues à la populace au travers de ce genre de « bons de carburant » (les politiciens et leurs copains s’étant au passage largement servis, mais chut, il ne faut pas en parler).
        Tant qu’il y aura de l’appétence pour l’égalitarisme dans ce pays, les taxes augmenteront et ce genre de dispositif se multipliera – pour le plus grand bonheur des escr*** qui tiennent les manettes.

        • Et à chaque fois des seuils : moins de 2.000 euros/mois petit chèque (somme toute) . 2.001 euros : « que dalle ». Les seuils sont toujours stupides.

          Et pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer.
          Il semble que ce chèque soit attribué sous conditions de revenus (Cf super) mais aussi conditionné par l’absence de transport alternatif homologué par Gaïa. Les baskets devraient également « compter » à partir d’une distance inférieure à 2.143 mètres (seuil étudié longuement au doigt mouillé) entre le domicile et le travail.
          Si nécessaire l’état fera un chèque baskets…si la semelle est faite en caoutchouc bio bien sûr.

          CPEF

    • @chachou ils veulent être élus tout simplement . Qui a plus de chance d’être élu ? celui qui ment ou celui qui dit la vérité ? Celui qui file des chèques ou celui qui n’en donnera pas ?

    • L’Etat sent bien la pointe de l’épée gilets jaunes dans son dos. Il n’a donc d’autre choix que faire quelque chose.
      Il opte donc pour la solution la moins chère : le chèque énergie aux ménages les plus modestes plutôt que la baisse des taxes qui profiterait à tous les consommateurs, donc plus chère que la précédente solution.
      A bien y regarder, aucune des solutions sur la table n’est bonne.
      Ce quinquennat comme le précédent nous mènent dans le mur économique.

  • je crois que la mission supposée de la bce est d’assurer la stabilité des prix….

  • Ah ! Enfin ! Les tickets de rationnement vont revenir, comme à Cuba et au Venezuela !

    • Dans un Etat Français qui a réussi a établir l’équivalent de l’étoile jaune pour ceux qui n’ont pas de passe, c’est cohérent.

  • L’État nounou est à l’opposé de l’altuisme. L’asservissement du pays passe, pour la technocratie, par le prélèvement de la totalité du produit national pour le redistribuer à sa guise : chacun est ainsi totalement dépendant du bon vouloir du pouvoir…

    • « par le prélèvement de la totalité du produit national pour le redistribuer à sa guise » : c’est une bonne définition du communisme.

      • … pour le redistribuer après s’être grassement servi.
        Le Gvt serait bien inspiré de relire « l’esprit des lois » il y redécouvrirait cet excellent conseil : Il ne faut point prendre au peuple sur ses besoins réels, pour des besoins imaginaires de l’État.

  • On est en campagne électorale

  • pas de commentaire sur bruno le maire..
    y a t-il la moindre contradiction dans le fait de prétendre nous conduire vers une société sans fossile tout en faisant cela?

    non ça prouve qu’ils prétendent…

    le marché ne marche pas comme ils disent.. marcher à quoi faire.???

    plus amusant je peux faire mieux que le marché..

    un jour y aura plus de pétrole/p’tet bien..

    il faut faire quelque chose/oui sans doute trouver un substitut…ou ma foi faire avec accepter l’appauvrissement..

    non rationner le pétrole/mais pourquoi donc?

    parce que sinon les gens vont le gaspiller /c’est à dire?

    par exemple ils vont ne pas l’utiliser de façon optimum/ optimum? par rapport à quoi..

    par exemple à amoindrir les effets de l’appauvrissement ou en finançant pas la recherche correctement../

    mais amoindrir les effets de l’appauvrissement est ce que font les gens sensés de façon « naturelle »..et le financement de la recherche est une activité spéculative ou pourrait on dire le gaspillage apparait comme non pas necessaire mais inévitable..

    oui….mais non…/ non quoi?

    on ne peut pas laisser les gens libres…/ mais pourquoi?

    parce surtout l’ai je dit ils investiraient mal…/ vous dites donc…que vous savez comment bien investir. que il n’y pas de spéculation en la matière..

    oui on sait…/ fort bien, pouvez vous expliquer quels sont vos investissements gagnants ou optimaux..cela va attirer les économies de tous les gens avec deux doigts de jugeotte..

    par exemple la voiture électrique…/ mais la voiture électrique signifie surtout la marche à pied ou le vélo..ce n’est pas une alternative c’est toujours un appauvrissement matériel..la voiture électrique est AUJOURD’hui antiéconomique vous devrez subventionner..

    vous ne comprenez rien je peux citer aussi l’isolation../ mais l’isolation n’est pas nécessairement pertinente, c’est encore antiéconomique et donc un appauvrissement et là parfois antiéconomique..pas toujours certes..isoler pour isoler est idiot..

    les eoliennes les pv/ pardon???

    vous ne comprenez rien../ je crois avoir compris une chose, vous voulez JUSTE le pouvoir via le controle des ressources fossiles.. dans tout ce que vous proposez l’usage des fossiles n’est pas rationné mais détourné selon la simples hypothè-se que vous savez l’utiliser mieux que les autres.. alors que le seul mieux que je vois est ..pour vous… pour les autres, l’appauvrissement est toujours présent…

  • Pour pouvoir mieux nous taxer ils ont inventé le gaz à effet de serre. Ainsi nous sommes taxés pour « sauver la planète » et non pour leur permettre de dépenser sans compter. Ca passe mieux.

    • C’est de plus en plus cher de rouler « au gaz à effet de serre »! 0% de gaz et 100% de taxes! Et ma voiture qui ne veut plus démarrer! C’était sans doute le but recherché? ou alors c’est un carburant de très mauvaise qualité! Tous des voleurs!

  • La politique énergétique du gouvernement étant suicidaire, aucune raison que les prix de l’énergie baisse. On ferme Fesseinhem, malgré 400 M€ d’investissement de modernisation, et voila que BLM et le gouvernement viennent de découvrir l’intérêt du nucléaire. On interdit de fait à Total et autres de rechercher des gisements, donc on ne trouve plus de gaz et de pétrole,dans le même temps on rallume nos centrales à gaz pour compenser la baisse du nucléaire, donc la demande de gaz augmente, et le prix avec. Parallèlement on oblige EDF à vendre considérablement moins cher son électricité à des opérateurs éoliens déjà gavés de subventions provenant de nos impôts,opérateurs qui nous revendent cette électricité au prix du marché, même lorsque LEURS éoliennes ne produisent pas. Dans le même temps on développe à grands coups de milliards de nos impôts la filière « hydrogène propre », qui me parait être une chimère, mais permet à des sociétés de juteuses subventions.

    • et un président qui n’est pas antinucléaire ferme fessenheim..!!!

      et des gens veulent toujours les politiques à la barre..

  • Il ne connait pas l’effet Laffert: plus les prix sont élevés, plus la consommation diminue, et donc le rendement fiscal baisse! Quand le peti Bruno aura compris, attendez vous à une taxation débridée de la seule énergie autorisée: l’électricité! CPEF

    • Dans le cas des transports (ou des drogues légales), il est très faible. Vous devez vous déplacer pour garder votre travail pour pouvoir manger. Sur les carburants, l’élasticité est très faible. C’est donc un produit pour lequel l’optimum de Laffer est élevé.
      Remarquez, nos gouvernants l’ont bien compris, ils ne se contentent pas d’une petite TVA à 20%…

      • Il faut voir jusqu’où ça ira.

        L’augmentation du pétrole a provoqué plusieurs crises importantes. C’est en 1973 que l’on a découvert le chômage. Et du coup plus besoin de voiture pour travailler…

  • Lorsque Bruno Le Maire accepta le poste de ministre de l’économie il savait qu’il ne connaissait pas l’économie. Il lui aurait seulement fallut lire Bastiat et utiliser son sophisme de la vitre cassée avant toute décision. Mais non, son parcours est inscrit dans la nullité qui emprunte au socialisme ce qu’il a de plus nul.

  • Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu une nouvelle subvention pour fainéants.
    Aux USA, quand tu gagnes pas assez, tu prends un second job.
    En France, avec les 35h, on peut prendre un second job d’appoint pour améliorer ses conditions de vie.
    Mais en France, c’est « travailler moins pour gagner plus grâce au subventions ».
    Vive le socialisme, vive le communisme, vive l’écologie !
    Mais bientôt il faudra se réveiller.

    • @JR l’impôt progressif, les allocs conditionnées aux ressources et le foyer fiscal tuent toute idée -devenue chez nous saugrenue- de travailler plus.

    • Je suppose que JR est un retraité qui a du arreter de travailler il y a longtemps (ce qui l empeche pas d insulter copieusement ceux qui travaillent et paient sa pension)
      A part dans l administration et dans des tres grosses entreprises, les 35 h c est theorique. Par ex un cadre a un forfait horaire et travaille en general 50 h (consideration perso, les francais travaillent plus que les allemands dans ma branche)
      Pour les emplois mal payés qui sont concernés ici, c est souvent du temps partiel comme caissiere de supermarché
      Comment allez vous avoir un 2eme job si on vous demande de travailler de 8h30 a 11h puis de 16 a 19 h et que ca change chaque semaine ?

      • Ben non, je fais allègrement mes 50 à 60 h par semaine. Pas comme les futurs bénéficiaires du chèque aux 35 heures : fonctionnaires, intermittents du spectacle ou autres, RSA…. Bref, pas comme les assistés.
        Quant aux Jobs de caissières, il est sans aucun doute difficile d’avoir un autre job en parallèle, mais comment font les caissières aux USA ? Elles cherchent à évoluer vers un autre job mieux payé. Mais c’est vrai qu’elles ne sont pas assistées par les aides de l’État et n’ont pas d’autres choix que celui d’évoluer.

      • cd, vous êtes encore un de ceux qui ne voient dans les retraités que des parasites vivant à vos crochets alors que les retraités ont cotisé toute leur vie ( sans autre choix que le système de Ponzi étatique) pour payer les retraites de leurs parents et grands parents! Et je ne vois aucune insulte dans les propos de JR! Les subventions et aides diverses détournées de leur but initial (permettre de rebondir et trouver un emploi) désincitent les français à rechercher un emploi ou à se former pour être mieux employables! En durée du travail, les français ne sont pas les champions, mais compensent pour certains par une plus grande efficacité horaire.

  • Et pendant ce temps là : leparisien.fr/economie/avec-27-milliards-de-joueurs-le-marche-du-jeu-video-pese-desormais-300-milliards-de-dollars-29-04-2021-DHDANMMVYVDGFBENW5LUFV6LQE.php
    ̶d̶u̶ ̶p̶a̶i̶n̶ des chèques et des jeux , version moderne de l’antique. Vous me direz , personne ne meurt vraiment dans les arènes, c’est vrai, tout comme le chèque n’est pas non plus du pain, normal à notre époque virtuelle. Gare à l atterrissage de la réalité tout de même.

  • Les bons de carburant… en attendant les tickets de rationnement ? Si ça continue, on y va tout droit, avec les guignols à roulettes de plus en plus ouvertement socialistes qui nous gouvernent.

  • C’est rigolo on nous fait des cadeaux sans qu’on demande quoique ce soit. De tout petits cadeaux juste pour paraître parceque, concernant l’énergie ils ont décidé une énorme augmentation durable, faut bien rembourser nos dettes. C’est évidement prémédité, ils ont manipulé le marché en conséquence…. Sans vraiment prévoir les conséquences catastrophiques pour nos économies a moins que…. cela soit justement le but final.

  • Réjouissez-vous un peu ! L’hyperinflation est enfin à nos portes! Et avec elle son lot de mesures prises « pour votre bien » comme le contrôle des capitaux. À côté de ça, le pass sanitaire passera pour une bonne blague pour le plus grand nombre.

    Désolé de plomber ambiance, mais le ou la gagnante de 2022 (on devrait plutôt parler de moins mauvais candidat) ne sera pas le président des réformes. Il ou elle aura essentiellement à gérer la banqueroute de l’État.

    Il n’y a pas de repas gratuit en économie, tout finit par se payer. Et quand on sur-stimule la demande depuis 30 ans se préoccuper de l’offre ainsi que de l’état de ses finances, ça finit toujours mal.

  • « Bruno Le Maire promet des bons de carburant »

    Formidable ! Après les bons de gaz, d’électricité, d’essence, de vélos… A quand les bons de godasses ?

  • Bon, un travailleur qui se déplace avec sa voiture va consommer environ 50l par semaine. Soit pour 50 semaines (il a droit à 2 semaines de congés à pieds) 2500 litres par an. Le litre de gasoil (on va prendre celui-là parce que les français fument des clopes et roulent au diesel) coute actuellement 1,52 euros (au carrouf le moins cher par chez moi) soit donc 3800 euros. Sincèrement, un chèque de 100 balles (et encore pour les foyers « modestes »), c’est juste de la démagogie.

  • BLM est beau.

    (Je suis un homme et pas spécialement inverti et donc j’accepte toute contradiction.)

    Il est grand, les cheveux blancs et la maturité lui donne un air de sérieux. Il a le profil idéal pour un dirigeant.

    Mais à part ça quel catastrophe !

  • J’ajoute que BLM a proposé aux distributeurs de baisser leurs marges (qui sont de 1 à 2 centimes par litre), alors que l’Etat prend entre 80 et 90 centimes par litre en taxes diverses. C’est bien du foutage de gueule.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tiens, voilà qu’une Große Katastrophe se profile sur l’horizon teuton : on apprend qu’Uniper, la principale société allemande de vente de gaz et premier distributeur de l’entreprise russe Gazprom, doit faire appel à l’État allemand à hauteur de 55 milliards d’euros suite à une perte nette kolossale établie à 40 milliards d’euros depuis le début de l’année.

Un milliard d’euros par-ci, un milliard d’euros par-là et rapidement on commence à parler gros sous. En tout cas, à 55 milliards d’euros, voilà une somme rondelette qui va peut-être ... Poursuivre la lecture

Un article de la Nouvelle lettre

La voiture électrique est-elle la solution d’avenir ?

Elle a été la vedette du Salon de l’automobile à Paris. Le Parlement européen a confirmé jeudi dernier sa décision du 8 juin : la vente des voitures à moteur thermique, même d’occasion, sera interdite à partir de 2035.

Qui oserait douter de ce grand progrès ? Certainement des illuminés réactionnaires comme Christian Gérondeau[1. Christian Gerondeau, La voiture électrique et autres folies : la religion écologiste (éd. L’artilleur, juille... Poursuivre la lecture

Que n’ont-ils pas encore compris ?

En 2019, le président Macron a décidé d’arrêter le projet de réacteur nucléaire de quatrième génération Astrid. Cette filière prometteuse permet pourtant d’utiliser 100 fois mieux le combustible uranium (donc 100 fois plus longtemps) pour produire une électricité souveraine, abondante, bon marché, et de mieux gérer les résidus nucléaires.

C’était aussi le cas des prototypes de réacteurs Phénix et Superphénix stoppés sous le gouvernement de Lionel Jospin.

De trahisons en enfumages, de bassesses ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles