Gilets jaunes saison 2 : le retour

Combien de temps il faudra à « la France d’en haut », aveuglée dans ses certitudes, pour entendre « la France d’en bas » des Gilets jaunes?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo 2 by ev on Unsplash https://unsplash.com/photos/N0lxWX4Nvao

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets jaunes saison 2 : le retour

Publié le 17 octobre 2021
- A +

Par Olivier Maurice.

La rumeur couve depuis plusieurs jours. #GiletsJaunesSaison2 était en tendance. Plusieurs émissions de radio et plusieurs journaux en ont fait leur sujet. Allons-nous revoir dans les jours qui viennent un mouvement de contestation trois ans après les premiers blocages de ronds-points avec le passage du litre de gasoil au-dessus de 1,5 euro ?

Même cause, même effet ?

Pourtant, il s’en est passé des choses depuis : l’opération de désamorçage gouvernemental, à base de grands débats et de comités citoyens inutiles… la musique de fond de la crise économique larvée qui dure maintenant depuis une douzaine d’années et qui ne fait que s’amplifier… mais surtout la crise pandémique, qui a clairement démontré pour une grande partie de la population l’absurdité de la situation dans laquelle se trouve le pays. La crise du système de santé et la gestion sanitaire et économique catastrophique dont il faut aujourd’hui payer le prix hallucinant.

Résultat : force est de constater que trois ans après l’avertissement, le message n’a clairement pas été entendu, et encore moins compris.

Ce message est pourtant très, très simple : pour toute une partie de la population, le système social français est une véritable calamité et il est indispensable de s’en échapper le plus rapidement possible.

La vraie fracture française se situe là : dans l’incompréhension d’une partie de moins en moins nombreuse et de plus en plus isolée de la population (pour faire court, des urbains riches et remplis de bonnes intentions) pour l’autre partie et des problèmes qu’elle rencontre.

Malheureusement, il semble bien que les avertissements successifs ne suffisent pas.

La source du mal des Gilets jaunes

Le socialisme à la française a été développé dans la première moitié du XXe siècle par une petite élite qui a trouvé dans cette mission de progrès populaire le moyen de se hisser au pouvoir.

Il a débouché sur ce que l’on connait : le modèle social français basé sur les théories marxistes de redistribution et de mise en commun de l’outil productif.

L’idée peut sembler de prime abord très juste et très généreuse : prendre aux riches pour donner aux pauvres.

Ce sophisme moral a eu un effet immédiat : museler toute opposition libérale provenant des riches et obtenir les voix des pauvres en échange d’argent magique.

La route vers le paradis social a effectué une étape majeure il y a 70 ans, quand la France s’est figée dans un modèle issu des négociations entre gaullistes et communistes, et que tout l’appareil d’État, en quête de repentance après l’épisode peu glorieux de la collaboration, s’est empressé d’adopter avec zèle pour faire oublier ses choix et ses actes.

Depuis 70 ans, la France vit dans l’illusion d’une grande fiction : celle de l’insouciance et du mythe du paradis des prolétaires.

Une situation catastrophique

Le résultat, on le connait : un État obèse, un marigot de parasites situés partout et à tous les niveaux et un bilan économique qui hisse la France dans le dernier carré des pays socialistes :

  • 62,8 % d’argent magique : production nationalisée, monopoles publics…
  • 44,5 % de prélèvements obligatoires : taxes, impôts, cotisations sociales…

Entre dépense et recette, le compte n’y est évidemment pas. Le résultat, ou plutôt le financement à crédit du déficit de résultat que personne ne veut voir s’accumule depuis des années : deux mille sept cent soixante-deux milliards d’euros de dette publique. 2762 milliards d’euros de dette. 2762 et 9 zéros après.

Alors, on cherche depuis des lustres des solutions. Toutes se heurtent au même constat : le système ne pourra jamais se réformer de l’intérieur.

Et ce ne sont pas les solutions cosmétiques (et passablement immorales) qui permettront de sauver le Léviathan asphyxié par son propre poids. Ce n’est pas la chasse aux brebis galeuses, avec tout son lot de lynchages, qui permettra de combler les fuites.

Ce ne sont que des promesses. Un simple et rapide calcul permet de comprendre très rapidement que le compte n’y est pas. Une rapide enquête de terrain permet également de se rendre compte immédiatement que cette supposée manne d’argent détourné n’est que l’arbre qui cache la forêt : le système tout entier n’est qu’un trou béant.

Ce n’est ni l’optimisation fiscale, ni les fainéants, ni les fraudeurs, ni les étrangers, ni la mondialisation, ni les extra-terrestres, ni les trolls et les gobelins qui sont responsables du déséquilibre des comptes. Celui-ci est simplement dû au poids de la bête qui étouffe la société et à l’idiotie crasse de l’analyse économique redistributive.

Une simple évidence économique

C’est pourtant si simple à comprendre : pour que quelqu’un puisse s’enrichir, il faut qu’il soit entouré de riches, pas de pauvres.

On ne vend rien à des pauvres. On ne produit rien pour des pauvres. On ne peut pas s’enrichir si on est entouré de personnes avec lesquelles on ne peut rien échanger, qui n’ont rien à donner et pas les moyens de prendre.

Ce n’est pas en appauvrissant les riches que l’on enrichit les pauvres, on ne fait que supprimer l’étape de la production. Au lieu de produire de la valeur pour l’échanger, on met le producteur au chômage et on remplace le revenu de la production par une simple transaction financière.

Alors oui, être payé à ne rien faire, c’est plutôt tentant…

Comptablement, financièrement, le résultat est le même. Économiquement, avec ce système on finit par totalement détruire l’outil productif, à force de financer des revenus de remplacement qui, cerise sur le gâteau, font concurrence aux revenus productifs.

L’erreur politique majeure de tous les gouvernements depuis la mise en place de ce système est de croire que les Français n’ont rien vu, qu’ils sont dupes ou pas suffisamment intelligents ou instruits pour comprendre cette logique élémentaire.

Un système totalement effondré

Mais les Français ne sont pas idiots. S’ils ont toléré ce système, tout en sachant très bien qu’il n’avait aucun sens, c’est que le prix de leur calme reposait sur des bases qui sont aujourd’hui en train de s’effondrer :

Tant que c’étaient effectivement les riches qui payaient et que ceux-ci étaient tout fiers de leur générosité parce qu’elle leur permettait de parader en exhibant leur supériorité morale, le deal était acceptable.

Peu à peu, l’arrogance de ceux que l’on a appelé l’élite s’est mixée à une évidence de médiocrité et d’incompétence. Le niveau de pression morale de ceux qui se sentent investis d’une mission salvatrice est devenu d’autant plus inacceptable que ceux que l’on a baptisé le peuple se sont rendu compte que c’était en fait bien eux qui payaient l’addition et que ce système n’avait d’autre résultat que de les enfoncer de plus en plus dans les difficultés.

Surtout, le voile s’est levé sur l’indigence d’un système social supposé être le meilleur du monde et qui s’est révélé crise après crise une réelle catastrophe. Le système de santé s’est complètement effondré au premier virus, les retraites sont devenues des minima sociaux, la fin de vie est devenue un cauchemar, l’accompagnement des plus faibles est à la fois avilissant et misérable, le travail est dévalorisé, la réussite professionnelle est synonyme de pression fiscale et sociale…

Pire, l’arrogance de certains donneurs de leçons va même jusqu’à rendre responsable « la France d’en bas » de tous les maux de l’humanité et le simple fait de prendre sa voiture pour aller travailler ou d’allumer le chauffage ont été quasiment promus au rang de crime contre l’humanité.

Un changement de société avec les Gilets jaunes

Les discours de ceux qui appellent à manifester ce week-end sur les ronds-points ont changé. Il est plus audible, plus clair, plus net. Bien plus radical également. Il suffit de les écouter pour s’en rendre compte.

Ces Français veulent que l’État retourne à sa place.

Que l’on cesse de leur imposer un modèle social dont ils ne veulent pas, que les dirigeants sont incapables de faire fonctionner et qui ne leur apporte absolument pas les bénéfices qu’il promet. La seule question est de savoir combien de temps il faudra à « la France d’en haut », aveuglée dans ses certitudes, pour entendre « la France d’en bas ».

Le modèle social français, le modèle socialiste français, l’enfant difforme accouché par le Comité National de la Résistance et la France collaboratrice honteuse est-il en train de vivre ses dernières heures sur les ronds-points et dans les soulèvements populaires qui se succèdent sans discontinuer depuis maintenant trois bonnes années ?

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • l’argent des autres commencent à manquer..

    je n’ai pas de respect pour « les gilets jaunes »…

    mais certains gilets jaunes… ceux qui ne disent pas de conneries..

    surtout pas de mouvement gilets jaunes bis..
    se farcir encore des tonnes de  » ça c’ets pas les gilets jaunes » merci bien…

    le dénominateur commun des gilets jaunes semblent être » je suis mécontent », e qui n’est pas synonyme de je veux plus de justice..

  • Restons optimistes : soit la bête crèvera empoisonnée par ses propres miasmes, soit ça finira dans un bain de sang. Ce ne sera qu’un mauvais moment à passer. Espérons que les survivants auront l’intelligence d’en tirer l’expérience nécessaire pour ne pas reconstruire à l’identique.

  • On voit de discrets avertissements à la populace lors des manifs: de plus en plus de FDO sont équipés de famas..

    • Populace ?
      Vous faites de l’humour j’espère, car c’est cette « populace » qui ramasse vos ordures et était sur le pont au printemps 2020

      • Vous pouvez remplacer « populace » par « sans dents » ou par « ceux qui ne sont rien » : c’est ainsi que l’élite autoproclamée, qui vit grassement du travail et des impôts des autres, considère ceux aux crochets desquels elle vit, et à l’évidence c’est le sens du commentaire d’affreuxjojo…

        • Des guillemets auraient, dans ce cas, été bienvenus, faute de quoi affreuxjojo a toute sa place dans la dite « élite autoproclamée » !

    • Mettre une troupe en armes c’est la recette classique pour obtenir une émeute sanglante

  • Oui, si l’hiver est Clément. L’apéro sur les ronds-points et le pillage Hebdo ça brûle trop de calories…

  • Les gilets jaunes occupaient les ronds-points quand ils ne savaient plus à qui se vouer, maintenant ils ont le choix entre Le Pen et Zemmour et s’ils unissent leurs votes, Macron est dans les choux…

  • Cette très bonne analyse est à mettre en parallèle avec ces quelques lignes de Claude Reichmann:

     » Le socialisme, c’est toujours l’histoire d’une spoliation méthodique exercée aux dépens du peuple. Les unes après les autres, les catégories sociales et professionnelles se font arracher progressivement leur bien.
    Puisque les besoins sont sans limite, la spoliation l’est aussi. Elle ne cesse qu’avec le dépouillement complet des victimes.
    Malheureusement pour l’oligarchie au pouvoir, les dites victimes viennent ensuite grossir la masse des assistés, ce qui oblige à de nouvelles spoliations exercées contre des catégories de moins en moins aisées.
    Quand il n’y a plus de gens à dépouiller, le socialisme redistributeur cesse et se fait violent afin d’étouffer le mécontentement général. « 

  • Entre les anti Vax anti pass les gilets jaunes les ecolos timbrés les adeptes de Greta..et les grèves de fonctionnaires, L’hiver risque d’être chaud…. dehors et froid dedans.

  • L’ équation est simple, prendre l’ argent de ceux qui ne voteront pas pour moi pour le donner à ceux qui voteront pour moi.

  • Avec l’inflation qui arrive on va rigoler…

  • Du moment que vous avez des catégories sociales ce qui est inévitable dans une société en raison des inégalités naturelles, chaque catégorie aura tendance à se comporter égoïstement. Ce qui se traduit en politique par .
    Il faudrait une certaine neutralité de l’état mais c’est impossible dans les faits. Raison de plus pour avoir de solides institutions bien pensées comme point de départ.

  • Excellent article et excellente analyse
    Bravo
    La pandémie a permis a l etat d exercer son pouvoir de tyrannie sans rien régler. 450 milliards envolés en fumée. Il y a de quoi énerver ceux qui travaillent et qui n y arrivent plus

  • Le réel problème du système provient de l’abus. S’il semble normal d’aider par solidarité son prochain qui traverse une passe difficile, il est tout à fait abject que ce servent profite.
    Or c’est ce qui se passe. Et avec la complaisance de la gauche caviar qui y trouve un clientélisme.
    Socialos, écolos, communistes et syndicats crient tous au scandale des qu’on amorce une quelconque forme de contrôle de ces aides sociales.
    La France emploie des immigrés pour que des français vivent de l’aide sociale à ne rien faire et nos élus de tout bord (pas une seule organisation politique ne s’y oppose) trouvent ça normal !!
    C’est sûr que la France va mal finir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

Dans son sketch sur les sens giratoires et les sens interdits, le génial Raymond Devos dénonçait il y a plus de 50 ans quelques-unes des contradictions du mode d’administration de notre économie. Enfermé dans un système circulaire dont il ne peut plus sortir, son automobiliste est sommé par un agent public de payer une taxe de séjour…

Depuis, les ronds-points ont proliféré et les choses ne se sont pas du tout arrangées.

La France, pays du fromage et du vin est aussi devenu celui des ronds-points. On sait qu’il y en avait 12 000 ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

John Maynard Keynes est un orphelin idéologique.

Il suffit de lire des passages de sa Théorie Générale, pour s’apercevoir que le grand homme, sentant que son texte renforçant les prérogatives de l’État s’éloignait grandement du libéralisme, prît soin de flatter, autant que faire se pouvait sans trahir son propos, la famille qu’il quittait, sans manquer d’attaquer le marxisme.

Orphelin idéologique, et mort à l’issue de la guerre, J.M. Keynes a été adopté post-mortem par les socialistes, alors que lui-même s’en était explicitement... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles