La France : un pays sinistré face à un avenir incertain

La France décline depuis de très nombreuses années. Elle est aujourd’hui un pays dont l’économie doit être considérée comme sinistrée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
demolition BY Janice Waltzer(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France : un pays sinistré face à un avenir incertain

Publié le 22 mars 2021
- A +

Par Claude Sicard.  

La pandémie du coronavirus a plongé le monde dans la plus grande incertitude et la persistance du virus bouche l’horizon. L’économiste Perry Mehrling de la Pardee School (Université de Boston) nous dit de la période d’après la crise :

La société sera transformée de façon permanente et le retour au statu quo est impossible.

Les Français s’en doutent bien et s’en inquiètent car la crise leur a appris que leur système de santé n’était pas le meilleur du monde et que leur économie était sur bien des points défaillante. Aussi leur confiance dans leurs dirigeants en est-elle fortement ébranlée.

En effet, la France décline depuis de très nombreuses années. Elle est aujourd’hui un pays dont l’économie doit être considérée comme sinistrée. Selon le dictionnaire Larousse sinistre(é) signifie « de mauvais présage », ou « qui amène des malheurs », et « qui a subi des dommages. »

La crise du coronavirus est venue surajouter des difficultés au fonctionnement de notre machine économique qui était déjà bien en peine. Aussi, en 2020, le PIB de la France a beaucoup plus chuté que le PIB mondial : moins 8,3 %, contre seulement moins 4 %.

Dans un article récent, Nathalie MP Meyer écrit :

La France est malade d’un système qu’elle ne veut abandonner pour rien au monde de peur de perdre dans les remous de la concurrence les bénéfices de l’égalitarisme par le bas qu’elle prend pour de l’égalité et de la justice sociale.

Plusieurs signes montrent à quel point le pays est sinistré : en importance du PIB, en 1960 la France était la troisième au monde, aujourd’hui elle est à la septième place.

Sa part dans les exportations mondiales a régressé : de 6,3 % en 1990 à 3 % à présent (source Rexecode). La dette extérieure du pays représente maintenant 122,3 % du PIB, pour seulement 20 % en 1980.

En Europe, notre pays est classé onzième pour le PIB par habitant.

On pourrait allonger bien plus encore cette liste affligeante d’indicateurs.

Par ailleurs, rappelons ce qui est préoccupant pour l’avenir du pays : aucun établissement français ne figure dans la liste des vingt premiers du classement de Shanghai des universités. Quatre établissements sont anglais et un est canadien.

L’Université Paris Sciences et Lettres est la première université française figurant dans ce classement, et seulement en 36e position. La Sorbonne est trente-neuvième.

À Bruxelles, la langue française n’est pratiquement plus utilisée auprès des institutions europénnes, alors que la France est à l’origine de cette construction politico-économique. Il y a vingt ans, 40 % des textes étaient en français, contre 3 % seulement aujourd’hui. L’anglais y est maintenant la langue utilisée.

Dans le domaine du nucléaire où jusqu’ici la France était en tête dans le monde, elle est aujourd’hui à la peine : l’EPR de Flamanville, le générateur de troisième génération que EDF a entrepris de construire en 2007 n’est toujours pas en service. L’achèvement de sa construction est annoncé pour 2023, et son coût sera multiplié par quatre.

Les  Chinois dament le pion aux Français. Ils ont construit deux EPR qui fonctionnent déjà, des EPR de technologie française d’ailleurs.

Dans Le Figaro du 12 avril 2019, Nicolas Goldberg, consultant chez Colombus Consulting reconnait que :

La France n’est plus le pays industriel qu’elle a été : il a fallu réactiver tout un écosystème industriel pour pouvoir avancer sur le chantier et former des prestataires à respecter des normes draconiennes.

L’un des éléments explicatifs du déclin de l’économie française et l’affaiblissement de sa puissance résident dans le grave déclin de son industrie.

La contribution de ce secteur à la formation du PIB n’est plus aujourd’hui que de 10 % contre 24% ou 25 % à la fin des Trente glorieuses. L’Allemagne est à 24 % et la moyenne des pays de l’ OCDE se situe à 20 %.

Le secteur industriel est la clé de la richesse des pays. C’est lui qui fournit à une nation les éléments constitutifs de sa puissance politique.

On sait le rôle considérable que jouent les ventes d’armes dans le poids des nations dans le monde. La France est certes encore une puissance qui compte dans le domaine de l’armement, mais elle est très loin d’être présente dans tous les secteurs. Pour le remplacement du fusil d’assaut de son armée, par exemple, le fameux FAMAS, il a fallu s‘adresser à une firme allemande car la Manufacture d’armes de Saint-Étienne n’existe plus. Les munitions de 9 mm dont a besoin l’armée sont fabriquées en République tchèque. Les Britanniques ont leur propre fabricant, la société Arsenal Royal d’Enfield, les Russes ont Kalachnikov, et les Israéliens produisent eux-mêmes leurs fusils, le Taver.

Si l’on observe ce qui s’est passé depuis une quarantaine d’années on aboutit à une liste interminable d’échecs industriels désolants.

Par exemple, dans le domaine du machinisme agricole, les trois principaux fabricants français ont disparu alors que la France est le pays en Europe qui dispose du marché intérieur le plus important :

  • les tracteurs Renault ont été repris par le groupe allemand Claas en 2008,
  • le fabriquant de moissonneuses-batteuses Braud a été absorbé par Fiat en 1982,
  • l’entreprise Rivière-Casalis qui fabriquait des ramasseuses-presse à Orléans a été reprise par le hollandais Vicon en 1990.

Dans le domaine de la machine-outil, les Français ont pratiquement disparu.

La firme Berliet installée à Lyon a été reprise en 1974 par la SAVIEM, filiale de Renault, Paul Berliet ayant fait d’énormes erreurs de stratégie. Renault ne réussissant pas mieux que Berliet dans le domaine des gros véhicules industriels a cédé en 2001 sa filiale au groupe suédois Volvo, pour devenir Renault Trucks.

Précédemment, la société Thomson vend la CGR, gros fabricant de matériels de radiologie médicale à l’Américain General Electric. La France ne produit plus de matériel d’imagerie médicale.

Et encore :

Et plus récemment, en 2015, la branche d’Alstom produisant des turbines nucléaires est passée sous pavillon américain, rachetée par General Electric. Alstom avait pourtant équipé environ 30% du parc mondial des turbines nucléaires ; sa turbine Arabelle devait équiper le nouvel EPR de Flamanville.

On pourrait poursuivre cette litanie à l’infini : la société Bernard Moteurs, fabricant mondial de moteurs à poste fixe cédée à l’Allemand Daimler, la société Pompes Guinard reprise par l’Allemand KSB… sans oublier les déboires de la fin du groupe Framatome-Areva ou encore ceux de Creusot-Loire.

La France a perdu ainsi un nombre considérable de firmes leader. Personne ne s’est penché jusqu’ici sur les raisons d’une telle hécatombe. Ce serait pourtant bien utile au moment où la réindustrialisation du pays est à l’ordre du jour.

Certes, il y a eu de très belles réussites : Dassault avec ses branches militaire et civile, Bouygues pour les travaux publics, Danone dans l’alimentaire. Mais le cimentier Lafarge a été avalé par le suisse Holcim, et l’engineering Technip a été repris par la société texane FMC technologies.

La France a bien un secteur industriel complètement sinistré.

Pour le reconstituer, du moins en partie, il faudra agir sur plusieurs plans :

  • renforcer considérablement les capacités en Recherche-Développement,
  • attirer davantage les investissements étrangers,
  • supprimer les entraves réglementaires imposées par la Commission de la Concurrence de l’Union européenne.

Chacun de ces points mériterait des développements importants qui sortiraient du cadre de cet article.

La recherche est essentiellement celle qu’effectuent les entreprises, et attirer des investissements étrangers nécessite la refonte du Code du travail. Les concessions à obtenir de Bruxelles sont une affaire de négociations avec nos partenaires européens, lesquelles seront facilitées par la position éminente qu’occupe Thierry Breton à la Commission européenne car il est précisément en charge de la politique industrielle de l’Union européenne.

Cet ancien chef d’entreprise serait le mieux placé pour guider le pays dans sa politique de réindustrialisation. Comme il l’a expliqué dans Le Point du 10 mars 2020 :

C’est par le biais des aides publiques que la Commission peut impulser à la marge une politique industrielle dans les secteurs d’avenir.

Il s’est exprimé à plusieurs reprises à ce sujet, et on sait qu’il va s’attacher à

Replacer les entreprises au centre des politiques de l’ UE, et pas seulement des prix bas pour les consommateurs.

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • @machin tout à fait d’accord et tous nos maux viennent de là. Le socialisme tue l’entreprise puisque c’est elle son ennemi déclaré : il charge son état de lui pomper tout son suc jusqu’à la mort ou le rachat par d’autres. A la chute du mur il était attristant de voir toutes les sociétés d’un pays de l’Est tomber en ruine et/ou se faire racheter les unes après les autres par des étrangers. Je disais à un autochtone « ça ne vous fait pas de peine que tout votre tissus industriel passe sous pavillon étranger ? » « Non, me disait-il car les entreprises vont vivre, sinon elles mourront » La comparaison avec nous s’arrête là car chez eux le socialisme était tombé et les jobs et les sociétés restaient sur place, alors que chez nous ….

  • sure que si on continue sur la même lancée , l’avenir de notre pays n’est plus incertain , il est joué d’avance …..comme celui du Titanic quand il a commencé à couler….

  • Juste un petit détail mérite correction : ce n’est pas l’épidémie qui bouche nos horizons, mais sa gestion politique.

  • Encore une fois les solutions miracles « les aides publiques » de la commission ou de l’état, qui pendra l’argent de ce qui fonctionne pour le distribuer aux chimères et aux moribonds, comment peut on encore penser relancer notre industrie sans privilégier le consommateur et par conséquent le prix de marché, ce sont ces solutions qui ont conduits ce pays à la faillite. Bien sur revoir le code du travail est une bonne piste mais comment défaire le formatage de 30 années de socialisme déclaré ou rampant, pendant lesquels notre éducation nationale et les médiats ont détruit le gout du travail, de l’effort, et ont transformé l’usine en lieu ou l’on ne peut être que victime ou bourreau. J’ai passé toute ma carrière en entreprise industrielle et j’ai vu en moins de 30 ans la situation se dégénérer, les 35 h ont transformé le travail en un moyen de financer son temps libre, les syndicats irresponsables soutenus par les gouvernements successifs ont fini par partager le pouvoir, le broyeur administratif à systématiquement détruit toute initiative entrainant les délocalisation. NON ce n’est pas l’étatisme de Bruxelles qui sauvera ce qu’il a détruit, c’est le respect de la libre entreprise et de touts ses acteurs y compris les actionnaires.

  • L »avenir de la France n’est pas du tout « incertain », hélas…

    • Eh oui, notre avenir sera à nouveau devant nous à condition de nous retourner. ( dixit Pierre Dac dans un sketch célèbre)!

  • « La France a bien un secteur industriel complètement sinistré.

    Pour le reconstituer, du moins en partie, il faudra agir sur plusieurs plans :

    renforcer considérablement les capacités en Recherche-Développement,
    attirer davantage les investissements étrangers,
    supprimer les entraves réglementaires imposées par la Commission de la Concurrence de l’Union européenne. »

    c’est bien, mais ce n’est pas l’essentiel.

    Pour avoir de l’industrie, il faut énormément de capital (près d’1 M€ par emploi industriel créée) : il faut d’abord arrêter la chasse aux riches.

    Pas de riche, pas de capital, pas d’industrie !

  • Hélas, Thierry Breton, la seule chose qu’il sait faire, c’est faire parler de lui et capter les subventions publiques.

    Celles-ci sont inutiles et ne servent que de prétexte aux fonctionnaires et politiques (français et européens) pour intervenir dans l’économie et l’entraver en en prélèvant une grosse part pour eux.

  • Thierry Breton qui compte sur l’aide publique pour relancer l’industrialisation ! chef d’entreprises « Bull », « Thomson » « France Telecom » cela fait tristement sourire…
    Marre des aides publiques qui déforment le marché au profit des petits malins ! Supprimons toutes les aides publiques et réduisons considérablement les divers impôts et taxes des sociétés. Réduisons aussi la taxation des transmissions d’entreprises. Là nous auront fait un grand pas en avant.

  • Les 6 millions de personnes protégées par un statut public ne voient pas d’avenir incertain . Ni les politiciens, ils établissent les règles du jeu au profit de cet ensemble. Quel est le temps de travail effectif de toute cet caste ? C’est peut-être l’origine de ce désastre industriel et des services publics y compris l’hopital

  • Le déclin est un processus. Engagé depuis longtemps et pourtant régulièrement diagnostiqué et décrit, il n’est pas « vu » par la population qui se fait injecter en permanence des doses massives d’assistance variées qui le rendent indolore.
    De fait, la France n’est même plus en déclin, mais en soins palliatifs…

    Il est possible, mais même pas certain que l’échec pitoyable de la gestion du Covid ouvre les yeux de certains. En tout cas, même si c’était le cas, il n’y a tout simplement pas ou plus d’offre politique capable de proposer des politiques en regard, puis de se faire élire pour les mettre en œuvre.
    La situation devrait s’aggraver encore considérablement, car la baisse amorcée des niveaux de vie va s’accélérer et demander et obtenir encore plus d’assistance et donc de consommation de ressources qui ne s’investiront pas.

    Le fond de la piscine reste lointain, l’habitude du port du masque devrait nous permettre de rester en apnée encore plus longtemps.
    Bye.

  • article intéressant, mais qui ne va pas au fond des choses : ce sont les Français eux-mêmes (les citoyens) qui ont décidé cet état de chose, les politiques ne faisant qu’entériner (ex. Chirac et le principe de précaution). La mentalité n’a pas changé, et il est vain d’espérer une réindustrialisation.

    • l’avis des français est rarement consulté et quand il ne plaît pas aux politiques, il est détourné.

    • Ce que pensent les français provient de deux sources:
      – l’éducation nationale, aux mains des pires gauchistes depuis 1968, a conduit à des français décérébrés
      – les médias, aux ordres du gouvernement ressemblent à s’y méprendre à la « Propaganda Stafel » d’un régime qui ne fut pas un modèle de démocratie

  • Thierry Breton est un vrai fonctionnaire français: étatiste socialiste! Faut pas compter sur lui pour libéraliser afin de réindustrialiser. Comme il le dit lui-même: C’est par le biais des aides publiques! Les aides publiques n’y peuvent rien, elles seront détournées au profit des copains.

  • « Un pays sinistré »

    … du latin sinister, à gauche, ai-je besoin d’élaborer?

  • Mais il nous reste… La tour eiffel, le Louvre, la côte d’Azur, ils ne pourront pas tout racheter.
    Y a bien une raison, par exemple l’absence de fonds de pension , le pognon à investir nous manque tout simplement.

  • Mais les gouvernements de France ont choisi les services, ils l’ont même écrit à Bruxelles. Donc, jusqu’au bout, des services. Et assez peu dans l’assistance à projet ou l’expertise industrielle, mais plutôt dans le tourisme, la « culture », la restauration et autres aides à la personne. Sauf que là, pas de chance, plus de tourisme, plus de culture ni de restauration et tous les âgés poussés à l’extinction grâce aux excellentes mesures de protection sanitaire qui se succèdent. Mais pas de pb, comme disent nos clowns à roulettes, ce sera un gros tiers de l’activité (le privé) qui financera les deux tiers de parasites (le public) pour redresser le pays… Avec quoi?

    • Dans le domaine où j’ai oeuvré 45 ans dans la fabrication de machines agro à forte valeur ajoutée et exportatrice à 75/90 % , les plus beaux fleurons ont été rachetés par leurs concurrents US , allemands ou hollandais:
      – manque de capital français
      – très mauvaise législation sur la transmission d’entreprise.(pacte Dutreil = usine à gaz- comparé aux consortiums familiaux allemands autrichiens.)
      – idéologie anti entrepreneur et surtout anti industrie.
      – manque d’intérêt de la deuxième génération pour l’industrie mécanique pas valorisée et détestée dans la société française! Hélas!

  • La politique économique française des 30 dernières années se résume au tri : Taxer, Ralentir, Interdire.

  • Macron n’est pas vraiment un socialiste de coeur, et il est arrivé avec de belles idées libérales et l’envie de débloquer un pays paralysé par des gaulois réfractaires.
    Trois ans plus tard, il distribue l’argent des autres dans tous les sens, comme un socialiste… Il y a une inertie et une lourdeur en France qui semblent rendre impossible tout changement, et je doute qu’une élection ne change en un claquement de doigts des décennies de mentalité d’assistanat, de jalousie et de nivellement par le bas.

    Un ami canadien m’a dit récemment : chez nous, si tu as une bonne idée et de la volonté, tu trouveras toujours quelqu’un pour t’aider; chez vous, si tu as une bonne idée et de la volonté, tu trouveras toujours quelqu’un pour te décourager.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Notre Première ministre Élizabeth Borne, vient de faire, à l’Assemblée nationale, son discours de politique générale, et elle a dévoilé quelles sont ses priorités : le pouvoir d’achat, le travail, l’urgence environnementale, l’égalité des chances, et les difficultés du secteur de la santé, soit cinq, au total.

https://www.youtube.com/watch?v=_CzAKKIQFv4

 

Le gouvernement a donc préparé « un paquet de mesures de 20 milliards d’euros » censé atténuer les effets de l’inflation. Ce projet de loi sera soumis au Parlement ... Poursuivre la lecture

Au moment où les taux des banques centrales se mettent à remonter il convient de se pencher sur le problème de notre dette et de sa croissance incessante. Avec la crise du Covid-19 elle a fortement grimpé, Emmanuel Macron n’ayant pas hésité a soutenir l’économie « quoi qu’il en coûte ».

La dette du pays ayant maintenant dépassé le montant du PIB, il faut s’interroger pour savoir si dans le cadre de sa nouvelle mandature il va être possible de faire en sorte qu’elle n'augmente pas davantage encore dans les années à venir.

Rappelo... Poursuivre la lecture

Certains ont voulu s’étonner de l’annonce récente de suppressions d’emplois dans l’entreprise Vallourec d’origine française spécialisée dans la production des tubes en acier sans soudure.

C’est l’occasion d’expliquer une nouvelle fois comment fonctionne l’industrie : si un pays ne possède ni les matériaux de base ni le marché, c’est-à-dire les clients, la transformation, la production, l’industrie se délocalise en se rapprochant des uns ou de l’autre.

Vallourec avait besoin de minerai de fer et d’aciéries d’une part et d’autre p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles