Présidentielles : la covid et la crise de la santé s’invitent

En pleine crise sanitaire, les questions de santé sont quasi absentes de la loi dite 4D présentée le 12 mai dernier en conseil des ministres lors de la troisième vague qui a abouti à un reconfinement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ward by Adhy Savala on Unsplash https://unsplash.com/photos/zbpgmGe27p8

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielles : la covid et la crise de la santé s’invitent

Publié le 8 septembre 2021
- A +

Par Bernard Kron.

Le Ségur et la Loi Ma santé 2022 seront incapables de guérir la crise de la santé.

L’enveloppe pour 2022 du Ségur de la santé devrait atteindre une douzaine de milliards d’euros mais sans des changements profonds de la gouvernance cela ne réglera rien, sauf calmer pour un temps les esprits. Il y a trop d’administratifs pour la gouvernance, ce qui enlève tout pouvoir décisionnaire aux chefs de service.

Le dernier chapitre de Blouses Blanches colère noire donnait les pistes à suivre pour réformer la santé et se protéger des pandémies. Il faut maintenant les préciser pour faire face aux nouvelles vagues qu’apportent les bateaux de croisières et les avions avec les retours des vacances.

En effet, l’immobilisme des administrations n’avait pas permis de faire face à la troisième vague du printemps afin d »éviter la surcharge des réanimations. Rien n’a été fait pour pallier la pénurie de respirateurs, de personnels soignants et le sous-équipement des salles de classes et des bureaux en extracteurs d’air ou en capteurs de CO2. Les fenêtres condamnées n’ont même pas été réparées.

La situation actuelle de la pandémie

Faute d’une vaccination suffisante la quatrième vague a surchargé les réanimations dans plusieurs régions, obligeant à de nouvelles déprogrammations. Elle a marqué le pas mais de nouveaux variants sont menaçants.

Des éléments nouveaux commencent à se faire jour et nous éclairent sur les traitements possibles et sur les mesures urgentes à mettre en œuvre. La covid a continué de se répandre cet été avec le Delta. Cela risque de durer et de compromettre la rentrée.

La protection vaccinale

On sait maintenant qu’avec deux doses la protection est excellente même si elle n’est pas totale, de l’ordre de 60 à 90 %. On sait que les vaccinés peuvent rester contaminants. La vaccination risque donc peut-être de favoriser la diffusion de variants.

La France a choisi de booster la vaccination et de mettre en place le passe sanitaire. La prévention avec les mesures barrière et la vaccination ne seront pas suffisantes pour éviter des drames à l’automne car les vaccinés restent transmetteurs en cas de contagion.

La vaccination a malheureusement pris du retard. Celui-ci sera difficile à rattraper car si 80 % des personnes âgées sont vaccinées, seulement 50 % des jeunes à risques comme les obèses ou les immuno-déprimés le sont. Ce retard ne pourra pas être rattrapé en deux mois.

La question de la durée de l’immunité n’est pas encore complètement résolue mais diminue avec le temps. Il faudra une troisième dose six mois après la vaccination. Le dosage des anticorps permettra de prendre la bonne décision pour les indécis qui voudront peut-être attendre les nouveaux vaccins.

Les progrès de la prise en charge des malades

La prise en charge des malades a progressé bien qu’il n’y ait toujours pas de traitement spécifique.

Les traitements par les antiviraux ne marchent pas. On l’a vu, les protocoles de traitement précoces avec le plaquenil prôné par le professeur Raoult ou l’ivermectine n’ont pas fait la preuve de leur efficacité réelle. Ils gardent pourtant leurs défenseurs. L’ivermectine et l’artemisia sont largement utilisées en Asie et en Afrique, sans que l’on puisse en tirer de vraies conclusions.

L’OMS et l’Académie de médecine déconseillent formellement leur utilisation inconsidérée pour traiter la covid-19 tant que des protocoles thérapeutiques rigoureusement codifiés et scientifiquement étayés n’auront pas fait la preuve de leur efficacité. Leur consommation à grande échelle serait susceptible d’entraîner l’apparition de résistances aux antipaludiques et de favoriser les mutants. Pourtant l’Afrique n’a pas beaucoup d’autres solutions faute de vaccins en nombre suffisant.

Les formes graves bénéficient d’une meilleure prise en charge

Elles sont plus rares chez les vaccinés ayant reçu deux doses mais cette protection n’est pas totale et s’amenuise avec le temps. Une troisième dose doit donc être proposée aux vaccinés de plus de six mois.

La surveillance précoce des malades : oxymétrie par optiflow, mise sous anticoagulants, anti-inflammatoires, ont permis d’éviter d’intuber en réanimation la moitié des cas graves avec une diminution de la mortalité de près de 40 %.

Le nombre insuffisant de lits de réanimation reste cependant préoccupant pour cette automne car les personnels manquent.

Les variants

Le virus mute en permanence, sa multiplication se fait avec des copies non conformes lors de sa réplication. Le variant le plus efficace prendra la place des précédents mais il ne sera pas forcément plus agressif.

L’arrivée de ces nouvelles vagues entraîne des politiques différentes selon les continents et les cultures. Certains pays pouvant contrôler leurs frontières comme la Nouvelle Zélande et l’Australie visent zéro covid, ils ferment leurs frontières, testent, isolent et ne vaccinent pas. D’autres qui ont un afflux de touristes permanent, comme Israël, cherchent à vacciner tous leurs habitants, même les enfants, et contrôlent strictement les arrivées.

La France à la croisée des chemins cherche encore la vérité avec le passeport vert et l’obligation vaccinale pour certaines catégories de populations. Malheureusement, les contrôles aux aéroports sont aléatoires et inefficaces.

Les nouveaux vaccins

Plusieurs sont à l’étude.

Un vaccin plus efficace pourrait être celui qui serait mis au point à partir de la fraction fixe du virus qui ne mute pas ou avec un virus inactivé.

Le laboratoire Valneva a abouti dans cette voie. Cela permettra une mise sur le marché à la fin de l’année mais ni la France ni l’Union européenne n’ont passé commande pour des raisons pour le moins obscures. Les lobbies tel la société Mac Kinsley sont bien sûr à l’œuvre. La Grande-Bretagne qui a participé financièrement aux recherches a commandé 190 millions de doses.

Le vaccin de Novavax qui utilise la technologie sous-unitaire de protéines vaccinantes recombinantes est également prometteur. Il contient des fragments de protéines suffisants pour apprendre au système immunitaire à reconnaître le virus, sans l’inoculer. Il semble plus maniable et très efficace contre le variant delta devenu majoritaire pendant l’été.

Les vaccins à ARNm pourront quant à eux évoluer rapidement pour s’adapter aux futurs variants si l’un d’eux remplace le delta pour devenir à leur tour majoritaires.

L’obligation vaccinale

Elle a deux objectifs :

  • protéger contre les formes graves,
  • atteindre l’hypothétique immunité de groupe.

Pour la covid-19 elle devra dépasser 80 à 90 % de vaccinés. On se heurte au plafond de verre qui dépasse encore en France les 20 %.

De plus, le problème est mondial car on ne pourra jamais vacciner toutes les populations. La protection est moins bonne face aux nouveaux variants qui continueront de circuler car vacciner le monde entier nécessiterait des années.

Les juristes rappellent qu’il est normal de passer par une loi dans la mesure où l’obligation porte atteinte à certains droits fondamentaux, comme l’intégrité corporelle, le respect de la vie privée, éventuellement le droit à l’instruction puisqu’un étudiant en médecine qui refuserait d’être vacciné pourrait être exclu de l’enseignement.

Une récente décision de la Cour européenne des droits de l’Homme vient cependant conforter la légitimité de l’obligation vaccinale.

Dans un arrêt rendu le 8 avril 2021 elle estime qu’elle est « nécessaire dans une société démocratique », lorsqu’il y a un impératif de santé publique.

La vaccination sera rendue obligatoire par la loi pour les soignants, les aidants et certaines corporations en contact avec la population. Sa conformité avec la Constitution risque d’entraîner des recours. Ce sera alors le Conseil constitutionnel qui statuera.

Le passeport vert, les tests payants, sont une façon déguisée de rendre obligatoire cette vaccination mais ce sera difficile à contrôler.

La vraie réforme de la santé, c’est pour quand ?

En pleine crise sanitaire, les questions de santé sont quasi absentes de la loi dite 4D – différenciation, décentralisation, déconcentration, décomplexification – présentée le 12 mai dernier en conseil des ministres lors de la troisième vague qui a abouti à un reconfinement. Elles sont également quasi absentes de la campagne des élections régionales et départementales.

Quel candidat aux élections présidentielles aura le courage de s’attaquer à une vraie réforme de la santé dans un tel contexte ?

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • « 80 % des personnes âgées sont vaccinées, seulement 50 % des jeunes à risques comme les obèses ou les immuno-déprimés le sont. »

    Et on prétend vacciner 90% de la population (pour un but d’immunité impossible à atteindre avec un virus mutant) alors que le meilleur système de santé du monde ne peut convaincre et donc soigner ces gens en danger ?

    On ne peut convaincre les gens qu’il ne faut pas jongler avec des tronçonneuses donc il faut interdire les tronçonneuses (et couper les arbres au canif car les haches c’est trop dangereux).

    • Malheureusement, ce qui fut le meilleur système de santé du Monde est devenu le 11ème dans les classements (et le prochain ne devrait pas être très folichon).

  • Rajoutez à cela le contrôle sur les réseaux sociaux de la « vérité officielle » (pour l’instant avec des bandeaux disant « informations fausses, partielles » etc). Avec Macron (et les autres, en France ou dans d’autres pays) c’est la république en marche forcée avec un grand pas en avant dans l’obscurantisme dont se réfute ce despote non pas éclairé mais illuminé.

  • Collectivement, il y a un problème…

    Mais individuellement, je ne veux plus d’un médecin qui prescrit selon des directives de fonctionnaires.

  • Les faits sont têtus:
    – l’immunité générale n’a jamais existé avec un Coronavirus
    – plus on vaccine, plus on s’expose à la génération de nouveaux variants plus létaux
    – l’injection généralisée d’une thérapie génique, encore expérimentale, est irresponsable.

    • « plus on vaccine, plus on s’expose à la génération de nouveaux variants plus létaux »

      Il me semble que la vaccination peut favoriser l’apparition de variants mais pas de variants létaux.

      Le problème de fond est alors que la vaccination de masse ne sert absolument à rien : si le Coronavirus s’installe comme la grippe, il faudra peut-être l’attraper pour obtenir une immunité correcte. Dans ce cas, on recule pour mieux sauter – sans savoir si la falaise est devant ou derrière.

      Cela n’empêche pas les personnes à risque de bénéficier d’une première immunisation partielle pour « survivre » quand ils contracteront un variant.

      • Vous devriez enlever le « si ». Au vu de l’extension mondiale de l’épidémie et du nombre de personnes porteuses du virus, celui-ci est installé dans l’espèce humaine, comme l’est celui du rhume.

        La question qui doit se poser partant de là, c’est : est-ce que nous continuerons longtemps à supporter le cirque qui l’entoure ? Et je ne parle pas seulement de la France dans cette question, celle-ci est mondiale.

        • J’attends de voir le grand-écart artistique des médias pour nous expliquer que Macron nous a sauvé mais que le Covid est toujours là et qu’il faut donc construire le monde de demain.

  • Bernard Kron dénonce à juste titre à mon avis les trop grandes dépenses
    administratives mais il fonce dans une stratégie tout vaccinal, déconsiderant
    les traitements qui font leurs preuves dans maints pays et oubliant le réservoir animal de ce virus qui rend toute immunité collective illusoire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Liz Wolfe.

La rentrée scolaire a lieu lundi pour les écoles publiques du district de Columbia (DCPS), qui exigent - par un vote du conseil municipal - que tous les élèves âgés de 12 ans et plus soient vaccinés contre le Covid-19. En plus des adolescents qui doivent fournir une preuve de vaccination, les élèves de tous âges doivent fournir la preuve d'un test covid négatif avant le premier jour d'école.

La maire démocrate Muriel Bowser a déclaré lors d'un point de presse :

"Nous ne proposons pas d'apprentissage à dista... Poursuivre la lecture

Les soignants non vaccinés contre le covid ne seront pas réintégrés. Du moins pas avant encore de longs mois et au bout d’un chemin tortueux dépendant du bon vouloir de la Haute Autorité de Santé, qui s’est encore prononcée contre il y a huit jours...

Cette situation réussit la rare performance d’être à la fois logique et scandaleuse. Il faudra pourtant bien trancher le nœud gordien, c’est-à-dire réintégrer un jour ou l’autre ces soignants indispensables à un système de soins en tensions et qui n’ont, eh oui, commis aucune faute.

<... Poursuivre la lecture

Un patient me le faisait remarquer récemment : les politiciens ont suivi le conseil scientifique. En filigrane, les médecins étaient à la manœuvre dans la gestion de l’épidémie : faux. Ce sont les politiciens et leurs agences de conseil privées qui ont tracé la voie, au grand dam de nombreux confrères auxquels je m’associe. Et j’exerce dans un établissement accueillant des cas depuis le début.

 

La désastreuse gestion du covid

En médecine, il existe des données validées par études, rehaussées de niveaux de preuves. On évalu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles